Avatar : 200*400 max

Partagez | 
 

 [Raid Chaotique] Coucou c'est nous !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
avatar


MessageSujet: [Raid Chaotique] Coucou c'est nous !   Mar 11 Aoû - 23:38



Enfin, toute une année à patienter avec le plus grand des enthousiasmes tel un poulain attendant les cadeaux du Dada-Noël. Mais voilà que le jour J arrivait enfin. L’aube pointait le bout de son nez. Je n’avais pas dormi de la nuit afin de profiter de ce moment magique qui n’arrivait que trop peu souvent. Ainsi les premiers rayons de soleil signaient là le départ d’une journée pleine de festivités pour fêter l’évènement le plus important se produisant sur les terres chaotiques. Au loin, l’astre Celestien commençait à faire son office jusqu’à ce que sur le balcon sa puissance réchauffe mon corps frankensteinien. Transi de froid à avoir veillé toute la nuit pour ne rien louper et être le premier à célébrer ce jour une fois réchauffé je me mis en branle dans mon palais.

- ALLEZ ON SE REVEILLE !! C’EST L’HEURE !! JOYEUX ANNIVERSAIRE, JOYEUX ANNIVERSAIRE, JOYEUX ANNIIIIIVERSAIRE DISCORD, JOYEUX ANNIVEEEERRRRSAIRE !!

Dans la plus grande joie j’animais mon palais voletant dans tous les recoins faisant apparaitre décorations aux couleurs criardes, bonbons dans des plats colorés, statues à mon effigie en marshmallow et même une fontaine de chocolat fondu au centre du jardin dans laquelle nageait de succulent poissons-banane, poissons-fraises et autres sortes de poissons-fruits tous plus appétissant les uns que les autres.

A cette effervescence s’ajoutait une fanfare de bisons en costume de lutin dirigés par un maestro minotaure nain en redingote rose agitant une arête de poisson – poisson-pastèque à en juger par la forme – en guise de baguette d’orchestre.

J’avais mis tant de mal à préparer tout cela pendant des semaines à êtres discret pour que je me surprenne pas à voir quelque chose de suspect que j’avais peur d’être déçu au moment de découvrir ma surprise. Par chance, j’avais mis toutes les billes de mon côté, fait tant de répétitions qu’aujourd’hui tout se déroulait pour le mieux.

La surprise était donc totalement, et c’est avec une immense émotion, une admiration non dissimulée que je découvrais ces mises en scènes fantasmagoriques. C’était tout simplement magique. Je ne m’attendais pas à un tel cadeau. C’était une stupeur totale, comme je le disais, une mirifique surprise

Ravi de tout cela je profitais de l’animation qui régnait en mon palais pour faire un petit tour en ville en attendant l’heure du petit déjeuner et de la pêche au chocolat.

Boucles, tonneaux et autres vrilles. Tel un spécialiste de la voltige j’offrais à ma population un ballet aérien de toute splendeur tout en faisant pleuvoir sur la ville de savoureuses sucreries en tout genre, du caramel mou à la sucette en passant par de petites douceurs acidulées tout en lançant de nombreux flyers à mes chers chaotiques sur lesquels nous pouvions lire une invitation toute particulière.


Mais l’heure n’était donc plus aux fanfaronnades, il y avait encore des choses à préparer pour que tout soit parfait, des actions à mettre en œuvre pour que cette journée soit mémorable.

Savourant un délicieux gâteau crémeux une fois de plus je surplombais Equestria, volant à travers les nuages, traversant moult décors et régions chatoyantes pour certaines inquiétantes pour d’autres. C’est d’ailleurs dans l’une d’elle que je me rendais. Direction le territoire de ce drôlistique de Sombra. Seulement bien que l’idée de rendre visite à ce vieil ami était une idée plaisante, notre récente rencontre devait encore le titiller quelque peu pour que ma « Grande Blague » soit à son gout. Tous ces gens avaient malheureusement un humour quelque peu douteux ayant tendance à s’emporter pour des pacotilles. Alors cette fois autant mettre les bouchées doubles pour que tout soit parfait et pour cette chère Cadance puisse elle aussi profiter des plaisirs et des joies que j’avais à offrir. C’est avec le plus grand des enthousiasmes que je voletais enfin au-dessus des montagnes de Drackenridge, terre des dragons, tous plus hostiles les uns que les autres.

Grimé en pégase soldat de l’Empire de Crystal j’atterrissais devant un nid de dragon. Entre nous, je n’avais absolument aucune idée de la manière dont j’allais arriver à mes fins mais ce nid esseulé était mon salut pour la suite de cette journée d’anniversaire des plus plaisantes. Sans protection je n’avais qu’à récupérer un œuf et repartir doucement en battant des ailes.

Oh, bah zut alors, « j’avais pas prévu que la maman voudrait récupérer son petit ». Maugréant, hurlant au saurien quelques remontrances je n’en démordais pas et faisait l’apologie de Cadance et de son royaume. Quoi de plus normal pour une Princesse que d’avoir son dragon personnel. Drogon, ce serait un nom super cool pour un dragon.

Maman dragon aux fesses, direction Crystal Empire. Voyage quelque peu mouvementé entre nouvelle voltige, crachats de flammes, tentative de démembrement à coups de crocs et de griffes. Ö joie, que d’animation. Tellement drôle que j’en jubilais d’avance. Si je n’étais pas si amusé de voir cette chère Cadance je jouerais seul avec ma nouvelle amie. Mais loin de moi l’idée de profiter seul de sa compagnie. La route se terminait enfin.

Crystal Empire, citée de l’amour toute de cristal dressée. L’heure était donc venue de lancer la « Grande Blague » annuelle. Toujours grimé en soldat de cette chère Princesse Bonbon, je flottais au-dessus des portes du palais avant de faire malencontreusement tomber l’œuf au sol, ce dernier ce fracassant sans ménagement.

*Pop*, ce fameux *pop* distinctif et une fois au sol, toujours sous mon déguisement je galopais à droite et à gauche en hurlant de tout mon saoul.

- OH MON DIEU ! UN DRAGON ! UN DRAGON DANS LA VILLE ! ON VA MOURIR ! ON VA TOUS MOURIR !

*Pop*, *pop* et re-*pop* je n’avais plus qu’à observer mon délicieux cadeau de bienvenue à cette ville. Nul doute que maman dragon saurait se montrer sympathique avec ceux qui venaient martyriser l’un de ses œufs.

Enfin moi-même, perché sur la plus haute tour de la citée j’étais admiratif devant mon œuvre. Seule désespoir au tableau, je ne voyais nul Chaotique à mes côtés. Mes bons citoyens auraient-ils décidés de ne pas me rejoindre pour ce jour qui ferait date dans ceux des plus beaux anniversaires de leur dirigeant ?

Quelle tristesse. Une boite de mouchoir à côté de moi, je pleurais à grosses gouttes, tandis qu’un pot de crème glacée saveur bonbon posé sur mes genoux commençait à fondre.

Malgré une grosse cuillère enfournée mon désespoir perdurait. Malgré moi je laissais échapper un doux murmure.

- Pourquoi sont pas là ? Pourquoi suis tout seul ? Si vous plait !

S’en suivi un gros mouchage de museau en attendant de voir le développement de ce qui allait suivre.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Raid Chaotique] Coucou c'est nous !   Mer 12 Aoû - 23:34


Moi, à la tête d'une vraie armée.

C'était l'idée de Cadance, j'avais la conviction, le mérite et surtout sa confiance. J'avais beau être un changeling, un monstre dévoreur d'amour, j'étais bien plus loyal envers ma princesse que bon nombre des soldats qui constituaient la garde. Et même si certains refusaient l'autorité d'un insecte, il ne me fallait que peu de temps pour les convaincre de ma valeur en tant que chef et en tant que combattant.

Je marchais alors fièrement le long du chemin de garde quand tout était arrivé : un pégase apparement de la garde qui transportait un truc comme une armure et qui l'instant d'après hurlait l'alerte au dragon.

Il avait l'écume aux lèvres et n'avait strictement aucune raison d'arriver là comme par hasard. Il avait des écailles rouges et noires et une mâchoire titanesque, il semblait capable de cracher des flammes avec de multitudes intensités et formes, ce qui n'était pas rare. La bête volait inefficacement mais gardait en apparence une force et une énergie certaine. C'était une wyverne imposante, fière et enragée, probablement une femelle au vu sa taille et sa silhouette, ou bien un dragon de haut niveau mais je ne préfère pas y penser. En cette saison elle est sensée s'occuper de ses petits. Elle ne se déplacerait que pour les nourrir ou les protéger. Le fait qu'elle était venue depuis le territoire de Sombra jusqu'ici était tout sauf naturel. Le pégase était-il un traitre ? Un changeling ? Un coup de Chrysalis ?
C'était sûrement un piège !

- Que tous les soldats se tiennent prêts ! La présence de cette créature est tout sauf normale ! Mettez les civils à l'abri et restez sur vos gardez, je crains le pire ! Et prévenez la princesse de la situation !

Les soldats à proximité se dispersèrent, certains songèrent l'alarme et rallièrent les troupes, d'autres cherchaient à faire évacuer les rues. Les portes commençaient alors à ce refermer, mais ça aurait prendre du temps. Il nous fallait du temps...

Parmi nous, certains hésitaient mais tous tentaient de maintenir cette panique qui nous animait tous en ce moment même. Garder son calme et son sang froid était un objectif primaire, ne serait-ce quand apparence pour enrayer cette panique généralisée.

- Attaquer avec un dragon c'est peut être un coup des Pledgiens, mais restez aux aguets on est sûrs de rien. Je m'en vais éloigner ce monstre, que ceux qui se sentent en forme pour viennent avec moi : car c'est dans les lignes ennemis qu'on risquent de se jeter, mais avec le dragon au moins !

Une inspiration et je décollai. Je fis une courbe un peu en décalé par rapport à l'axe de ses yeux afin de rester discret dans le large champs de vision de la créature et passai à pleine vitesse à courte distance de sa tête. Comme une mouche avec un poney, ça allait attirer un maximum son attention en le gênant, le tout en évitant de générer trop de rage qu'il n'en avait déjà. Au niveau sonore et visuelle, ma manœuvre la troublait efficacement, et malgré les quelques crachats enflammés qu'elle avait réussi à envoyer sur les murailles de la cité, toutes ses attaques étaient maladroites et vaines.

Quelques pégases courageux m'avaient rejoints et ce petit numéro ne dura qu'à peine une minute avant que je ne décidai de rompre la formation pour m'éloigner de la ville à une vitesse plus faible. Tel un escadron synchronisé, tous me suivirent et je pouvais voir un peu en arrière de notre une unité au sol nous accompagner et prêt à nous soutenir. On était un nombre réduit, mais suffisant pour attirer la bête loin de nos murs et la retenir quelques minutes sans trop prendre de risques.

Il nous fallait gagner du temps et agir vite, et d'autant plus si une armée nous attendait bien cinquante mètres plus loin. Des renforts allaient sûrement arriver pour nous aider à neutraliser le dragon, mais c'était pour autre chose que je m'inquiétais, quelque chose de bien pire qu'un simple dragon un peu perdu.

Une attaque organisée et réfléchie, basée sur une stratégie travaillée.

Un Raid.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Karl Tirecorde
avatar
Eternal Chaos

Messages : 495
Age : 21

• Votre personnage •
Race: Terrestre
Niveau: 28
Expérience:
277/360  (277/360)

MessageSujet: Re: [Raid Chaotique] Coucou c'est nous !   Jeu 13 Aoû - 15:48


À pleine vapeur, l’express chaotique quittait les contreforts de Darkenridge Mountains. La locomotive, une 241 Mountain flamboyante livrée dans un enrobage chocolat et striée de filets couleur framboise, filait à toute allure dans les plaines cristallines. Une odeur de sucre flottait au passage du convoi, sûrement que l’équipe de conduite avait bien fourni la machine en barbe à papa nécessaire pour son bon fonctionnement. Accrochées au tender rempli d’eau et de charbon, huit voitures pleines à craquer de joyeux drilles en tout genre, fêtards vétérans et piliers de bistrots, une bonne flopée de bardes pour assurer que les convives ne manquent pas de musique. Au diable les banquettes, ils dormaient à même le sol entre les caisses de nourritures et celle de matériels. La belle bande de Picaros était partie d’Arcadia depuis quatre jours, avec pour consigne de ne pas sortir des wagons avant leur destination finale. Bien sûr cela n’empêcha pas quelques réfractaires de grimper sur le toit des voitures et de faire la fête à l’air libre, mais le chaos des voies empruntées les firent tomber et les priva de fête.

Le panache de fumée sucré empruntait désormais la dernière portion de voie qui le séparait de Crystal Empire. L’ambiance était à son comble dans les caisses de métal, on braillait, chantait, riait malgré que la partie n’ait pas encore débuté, il fallait bien se mettre en condition. Les convives portaient pour l’occasion un uniforme aux couleurs de leur nation, mais le mauve se laissait cacher volontiers par d’autres accessoires plus farfelus les uns que les autres, serpents de plumes, chapeaux haut-de-forme, monocle et cravates fantaisistes. Les couleurs de l’arc-en-ciel avaient pris le dessus face à la résistance quasi collaborative du violet qui s’était mêlé aux envahisseurs. On attendait cette fête, Arcadia, Gallophrey, Silverline, Tambelon et sûrement le reste d’Eternal Chaos attendaient que les festivités éclatent telles de flamboyants feux d’artifices tirés dans la nuit afin de chassé la morosité des ténèbres, d’ailleurs l’équipe d’ingénieurs en pyrotechnie se tenait prête à passer à l’action.

Accoudé au bord d’une fenêtre, le terrestre gris attendait que le trajet cesse enfin, il n’avait pas beaucoup dormi ces dernières nuits, la faute aux hiboux impérissables qui jusqu’au bout de la nuit, réveillaient en lui un tourbillon d’ennuie. Ses oreilles fatigués et les yeux pochés, il se redressa contemplant à nouveau le chaos qu’il régnait dans la voiture numéro 3. De la patte il ramassa sont haut-de-forme en vérifiant qu’aucun fêtard n’ait déversé le contenu de son estomac à l’intérieur puis le reposa sur sa tête dans un long soupir de lassitude. Vivement que l’on débarque cette bande d’illuminés. Le guerrier cachait sous sa redingote un plastron métallique léger, pièce qu’il avait récupérer sur le corps de Scarlat Inne et qu’il avait adapter à sa carrure. Ses manches de son haut et les jambes de son pantalon cachaient quant à elle des guêtres de cuir bouilli protégeant ses avant-bras et ses tibias. Pas de casque ni de bonnet, seul son gibus lui protégeait la tête et sa crinière brune pour plus de classe, fut gentiment coiffée en un catogan par une jeune jument férue de coiffure et profitant de la fatigue du terrestre. Une ceinture passant contre sa poitrine et tenant en même temps son fourreau gardait accrochée quelques farces et attrapes de mauvais goût comme une boîtes de poivre, du poil à gratter, et encore d’autres petites joyeusetés du même registre.

Un coup trompe ébranla soudainement le wagon qui surpris, devint étrangement silencieux. Trois poneys attifés comme le terrestre s’installèrent aux centre de la voiture et appelèrent justement celui-ci à les rejoindre. Karl se leva et se fraya un passage à travers les fêtards captivés par les trois autres chefs du wagon. La plus jeune d’entre eux saisit un parapluie rouge écarlate et le brandit en l’air pendant que les dernières pipelettes se taisaient.

« Amis bien le bonjour !! » Salua-t-elle l’assemblée qui répondit par une Holà. « Aujourd’hui est un grand jour pour notre nation, le jour le plus important de l’année après Noël, le Nouvel An, et le jour de paye. Aujourd’hui nous pourrons festoyer, rire, chanter, et faire tout un d’autres choses selon vos envies. Discord notre dirigeant chéri d’amour a ajouté une bougie à son gâteau. HOURA POUR DISCORD !! »

Le wagon vibra sous les applaudissements et les sifflement du peuple joyeux. Un nouveau coup de vuvuzela ramena tout le monde au silence.

« Voici la partie la moins drôle mais très importante de notre discours : Petit rappel sur les règles de sécurité. Déjà est-ce que tout le monde à son petit nœud autour de l’oreille ? »

« OOOOOOOOOOOOOUUUUUUUAAAAAAAAAIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIISSSSSS !!! »
« …………je l’ai !!.......J’en ai même plusieurs !!………….. Quelqu’un aurait l’heure ? »
Brailla l’assemblée.

« Très bien, sans quoi vous ne pourrez pas sortir et re-rentrer dans la ville ou dans le train. Passons au matériel, est-ce que tout le monde à son… »

« PINCEAU !! »

« Et sa… »

« PEINTURE !! »

« Tout ça rangé dans… »

« SON SAC !!on cul… » Répondit sournoisement un petit malin.

« Parfait ! Je vous rappelle aussi que tout le monde doit prendre des cotillons et des muffins à la myrtille. Seul les artificiers peuvent prendre des fusées parce qu’ils sont assurés en cas de brûlures ou de décès. Il est interdit aux musiciens de jouer en dessous de la nuance Fortissimo.  Est-ce clair ? »

L’assemblée secoua la tête.

« Splendide ! » La jument se retourna et du sabot désigna le premier tour opérateur. « Donc la groupe Marchand de sable, vous irez avec monsieur Brassepolente »

L’individu haut en taille et large en carrure portait sur lui un long trench-coat mauve et un gibus muni d’une rose écarlate. Il s’avança et salua le groupe dont il avait la responsabilité.

« Ensuite le groupe Nounours sera accompagné par Waltor Duninja et le groupe Pimprenelle par Karl Tirecorde, je prendrai pour ma part le groupe Nicolas. Les tour-opérateurs ont chacun un parapluie tartan, vous devrez les suivre mais rien ne vous empêche de partir chacun de votre côté. Je n’ai nullement besoin de vous rappeler l’objectif de la journée si ce n’est que les cristallins seront de la partie et vous devrez les accueillir comme il se doit. »


Des hurlements de joies sortirent de la bouches des drilles fin prêts pour cette fête d’anniversaire, ils l’étaient déjà en quittant Arcadia mais l’ambiance n’avait fait que grimper au cours du voyage pour atteindre son paroxysme alors que la locomotive ralentissait à l’approche de la gare de Crystal Empire. Au son du sifflet, le chef de gare sortit pour accueillir le convoi et quelle ne fut pas sa surprise en voyant sortir par centaines ces joyeux fêtards qui s’empressèrent de lui passer un collier de fleurs, briser ses tympans au son des vuvuzelas et de l’enrouler de papier toilette. Le train entièrement déchargé, la masse bruyante fonda sur la ville guidée par les tour-opérateurs du comité de fêtes avec leurs parapluies rouges.

La foules galopait sur les rues de cristal, frappait aux habitations et repeignait les réverbères. Au loin on pouvait entendre les rugissements d’un dragon probablement  hors de lui, probablement une nouvelle farce, Discord devait être déjà arrivé en ville. Le groupe Pimprenelle sous la direction du terrestre gris avait rejoint la section Mufasa avec son tour-opérateur à la crinière pastiche. Ils prirent la direction du château de cristal, point central de la fête, piste de danse brillante et immaculée. Mais déjà les gardes présents dans la zone décidèrent de gâcher les festivités, armés jusqu’aux dents, les troubles fête attendaient avec hargne l’arrivée des fêtards sous leurs costumes multicolores. Le guerrier en tête des troupes s’apprêta alors à dégainer, mais c’était sans compter l’appuis des cotillonneurs aériens qui bombardèrent les soldats adverses de confettis et de serpentins. Les fêtards au sol brandirent leurs pinceaux et badigeonnèrent la garde cristalline de peinture avant de leur bourrer dans la bouche un succulent muffin aux raisins secs.

Le chaos gagnait petit à petit les environs de la gare et perçait vers le centre de la cité, difficile pour la garde de réagir, s’agissait-il d’une attaque ou d’une fête ? Crystal Empire était connu pour sa gentillesse et son idéologie prônant l’amour, les soldat de l’empire devaient-ils abattre de sang-froid une bande de joyeux fêtards, des civils en quelque sorte. Si l’aspect ordonné que la ville possédait sur alors toute se surface, les quartiers gagnés par la fêtes changeait progressivement de couleur ainsi que leur habitants, vert, marron, rose fuchsia, il fallait offrir de la fantaisie à ce royaume ennuyeux, tel était le mot d’ordre du jour. Hélas, triple hélas, les pégase du quartier Ouest ne devaient pas apprécier qu’on apporte de la joie dans leur cité, ces troubles fête tiraient sur les compagnons du chaos, c’était l’heure du feu d’artifice. Les pyrotechniciens du chaos allumèrent leurs fusées et tirèrent sur les belligérants trop agressifs, un barrage multicolore embrasa le ciel au-dessus du quartier Ouest sous les applaudissent et les murmures d’admiration du reste des troupes.

Mais quelque chose clochait aux yeux du terrestre, où étaient donc les troupes de Cadence ? Qu’est-ce qu’elles fichaient ? Visiblement personne n’était au courant de l’arrivée de fêtards chaotiques puisque quelques escarmouches avaient éclaté. Le guerrier s’arrêta devant une maison aux volets clos mais encore vierge de toutes peintures, son escadron s’empressa de la changer de couleur. Autour de lui dans un vacarme assourdissant, les musiciens avaient entamé un énième morceaux de batucada aux percussions puissantes et aux cuivres grinçants. Sa perception des événements en était fortement réduite par le chaos qui l’entourait, les sons résonnait à l’intérieur de son crâne, les confettis et les éclats de peinture lui agressaient les yeux, l’agitation de son entourage le rendait de plus en plus stressé. Il s’appuya contre un escalier manquant de perdre connaissance, sa respiration se faisait lourde et affolée. Un fêtard voyant qu’un des leurs ne s’amusait plus le prit alors dans ses bras pour entamer une jig endiablée aux milieux des joyeux drilles possédés par le démon de la fête. Les terrestre réduit à l’état de pantin se faisait envoyer dans tous les sens, de bas en haut, de gauche à droite, sans qu’il ne puisse maintenir ses membres tant le rythme était insoutenable. Il prit une forte respiration et saisit son partenaire qu’il envoya au sol, le public surprit par cette réaction n’eut le temps d’ouvrir la bouche qu’un terrible bruit ébranla la manifestation de joie.

Une wyverne s’éleva en l’air guidée par une groupe d’individu ailée, l’imposant monstre crachait des flamme et tel un King-Kong cherchant désespérément à faire de ces petits aviateurs son casse-dalle. Un tonnerre d’applaudissement jaillit des troupes violettes endiablées, quel spectacle mes aïeux ! Un combat entre un monstre et des pégases, du jamais vue pour un anniversaire. On stoppa les feux d’artifices pour ne pas déconcentrer les artistes pendant leur prestation, le public assidu demanda aux vaillants soldats cristallins de se taire pour ne pas ennuyer les autres spectateurs. Mais ces bougres de frustrés  du plastron n’en avaient que faire du numéro et fondèrent sur les fêtards absorbés par le combat entre David et Goliath. Mais comble de l’embêtement, on avait promis une fête aux chaotiques et voilà qu’on voulait la stopper. Ah non non non, ça ne marche pas comme ça, même si il faut se battre pour pouvoir s’amuser. La fêtards répondirent avec ce qu’ils avaient sous la main que ce soit instruments de musique, couvercles de poubelle, plaques d’égout pour les plus forts. Beaucoup avaient amené leurs armes personnelles et dégainèrent sans qu’on leur donne l’ordre. La joyeuse fête se transforma en un joyeux combat sans pour autant que tout le monde se battent en même temps. L’éparpillement des convives permettait encore à la musique de déchirer l’air et aux confettis de voler. Le chaos était une des valeurs des citoyens de Discord. Dans l’agitation soudaine des lames et des serpentins, le terrestre gris empoigna sa lame.

Spoiler:
 

_____________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Raid Chaotique] Coucou c'est nous !   Ven 14 Aoû - 15:38

[justify]La journée commençait si bien. Je me baladais paisiblement en ville, accompagnée de deux ravissantes juments. L’une était une ponette cristalline à la fourrure opale et une magnifique crinière blanche perlée, l’autre était une grande arabianne beige à la belle chevelure brune. Toutes les deux avaient des formes attrayantes. De plus que j’avais prévu un programma spécial rien que pour elles dans la plus belle taverne de la ville. Mais pour les passants qui me voyaient avec ces demoiselles, soient ils étaient exaspérés à cause de ce que je faisais de ma vie, soient ils m’enviaient, où soient ils s’en fichaient. Mais bon, je ne me fiais pas à l’avis des autres car je ne vis que pour profiter des plaisirs de la vie. Et après tout, on ne vis qu’une fois.

Tout allait bien pour nous jusqu’à ce qu’on entendait les cloches d’alarme qui sonnaient l’alerte, dont les habitants du Crystal Empire courraient avec hâte tout en ignorant quelles menace nous avons à faire. Pour notre part, on ne fuyait pas. On se demandait plutôt ce qu’il se passe et quel était cette menace, ce qui inquiétait mes belles accompagnatrices. Mais je constatais que la menace semble sérieuse en voyant la garde aérienne s’envoler au-dessus des toits et la garde terrestre en train de courir pour aider les civils à se mettre à l’abri.

L’un de ses soldats venait vers nous immédiatement. Du moment qu’il avait la réponse à nos question, cela m’arrangeais.

« Messieurs-dames, veuillez-vous mettre à l’abri immédiatement ! »

« Que se passe-t-il ? »
demanda la cristalline.

« Un dragon s’approche dangereusement de la ville. On ignore d’où il vient mais ce n’est pas bon signe. »

Un dragon qui nous attaque en ce si beau jour ? Je n’avais finalement pas de chance. Moi qui vouait passer de si bons moments … pffff… Je déteste que rien ne se passe comme prévu.

Soudain, on entendait ce qui semble être des cris de joie venant de la gare de la ville. Ce genre de cri ne collait pas du tout à la situation actuelle. Pour moi, quelque chose clochait dans cette histoire et je n’aimais pas du tout cela. Puis, je tournais vers mes dames avec un visage rassurant.

« Mettez-vous à l’abri, mesdemoiselles. Je vais aller régler ce problème aussi vite que possible. Mais ne vous inquiétez pas. Je reviendrais une fois que ce sera fini. »

« D’accord. On t’attendra avec impatience, trésors. »
dit l’arabianne avec le sourire au visage.

Par la suite, mes juments suivaient le garde, ce dernier soupirant à cause du fait que je prenais des risques. Mais moi, je galopais vers l’origine de ces cris de joie pour comprendre ce qui se passe.

Mais ce que je voyais était troublant : les rues étaient envahies de joyeux fêtards. Pas des fêtards qui discutent en mangeant des gâteaux et qui boivent de l’alcool en dansant. Non. C’était comme je dirais des hooligans et des anarchistes qui mettaient cette zone s’en dessus-dessous. Raaaaaah ! Ces jeunes ! Pas moyen de faire la fête la fête sans tout casser. C’était vraiment le chaos le lus total. C’était pas du tout marrant, ni amusant, mais extrêmement chiant et désagréable. Mais un de ces joyeux gaillard qui peignait en rose et en vert fluo la taverne qui se trouvait près de moi m’agaçait énormément. Je m’approchais de lui sans perdre le sang-froid, lui tapotant le dos pour attirer son attention.

« Excusez-moi, mais vous devez arrêter de dégrader cette taverne et faire votre peinture sur une toile comme tout le monde. »

« QU’EST-CE QUE VOUS DITE ? LA MUSIQUE EST TROP FORTE ! »
hurla le poney dissident.

« J’AI DIS D’ARRETER DE PEINDRE CETTE TAVERNE ! »

« Mais mon vieux, c’est la fête ! On fait ce qu’on veut ! »

« Bon ! Déjà d’une, la dégradation des lieux publics, même dans une festivité, est interdite. Et de deux, comment ça se fait que vous faite la fête avec un dragon qui menace cette ville ? »

« C’est une occasion en or pour faire cette fête. Et notre roi nous autorise à faire ce qu’on veut ! »

« Justement, j’aimerais bien dire deux mots à votre roi de malheur pour qu’il cesse cette folie ! »

« Parle à mon flanc, le vioc ! Ma tête est malade. »


S’en était trop. Ce jeunot va regretter ces dires. Je prenais mon épée sans le sortir de son fourreau, lui donnant plusieurs violents coups à son flanc, le faisant crier de douleurs, avant de l’assommer avec un coup de garde d’épée à la nuque, le faisant ainsi tomber à terre. Puis, je rangeais mon arme à ma ceinture.

« Ça t’apprendra à manquer de respect à tes ainés, sale dissident ! »

Puis, mon regard était attiré par un parchemin qui se trouvait dans son sac. Je prenais ce rouleau pour lire ce contenue, révélant qu’il s’agissait d’un coup de Discord, le roi d’Eternal Chaos. Je comprenais mieux pourquoi cette fête était si bordelique. Fort heureusement, un soldat terrestre était venue, me remarquant avec ce jeunot à terre. Ils tombaient bien justement.

« Monsieur, vous pourrez donner cette pièce à conviction à Cadance-Hime ? Je crois que Discord nous rend visite à sa manière. »

Le garde était stupéfait de mes dires, mais il prenait ce parchemin sans hésiter avant de partir avec hâte au palais pour informer Candance-hime.

Après cela, je regardais le jeune étalon qui a été assommé. Après réflexion, je devais le cacher quelque part là où les autre fêtard ne pourrait pas le voir. Mais une idée me vient à l'esprit. Je le traînais dans la taverne, le plaçant sur le comptoir avant de mettre une échoppe de bière avec un fond de ce breuvage à ses pattes pour que ses camarades croient qu'il était bourré. Puis, je quittais l'endroit pour me mêler à ces stupides fêtards pour soutirer le plus d'information sur leurs intentions.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mad Melloré
avatar
Eternal Chaos

Messages : 337
Age : 22

• Votre personnage •
Race: Saddle Arabian
Niveau: 18
Expérience:
129/180  (129/180)

MessageSujet: Re: [Raid Chaotique] Coucou c'est nous !   Sam 15 Aoû - 18:37




___Mad avait à peine quitté Concordia, la capitale Lunariste après la petite escapade qui y avait eu lieu qu'elle se dirigeait déjà vers le Crystal Empire, la capitale de l'empire dont elle portait le nom. Toutefois ce n'était pas pour rien que sa route la menait aussi proche de l'infâme endroit ou elle avait porté le coup mortel à son ami griffon il y avait maintenant plusieurs semaines. Discord, le roi des abeilles l'avait chargé d'une tâche très importante! Il allait fêter son anniversaire très prochainement et un anniversaire, c'est important! La mission qui lui était assigné était de rendre la ville plus accueillante pour son arrivée, car c'était ici que l'abeille voulait faire sa fête. Enchanté à l'idée de pouvoir s'amuser comme une folle ainsi que d'être invité à une fête de cette envergure, la folle se dirigeait au plus vite vers l'endroit qu'on lui avait indiqué, cette fois ci elle ne se perdrait pas, car son ami et futur monture lui avait assigné un guide.


-C'est encore loin?


___La Saddle Arabian sautait partout autour du vieux terrestre originaire d'Arcadia. Excitée comme une puce, la barde courrait d'avant en arrière, tournait autour de son guide et l’inondait d'un flot de parole qui aurait eu le don de faire craquer le plus patient des poneys, mais étant au service du roi fou, il semblait presque naturel qu'il puisse supporter un petit peu de folie supplémentaire.



___Le vieillard ignora la question, droit comme un i et continua son chemin alors que la demoiselle grimpait dans un arbre pour essayer d'apercevoir les Crystal Mountains derrière lesquelles se cachaient le château tout en crystal. Les yeux pleins d'étoiles, elle s'imaginait cette merveille, mais aussi se posait maintes et maintes question sur le goût que pouvait avoir le crystal? Est-ce que c'était sucré? Salé? Ou bien infâme? D'après son expérience, la folle savait et était persuadé que tout ce qui était beau était bon et après qu'on lui ai conté maintes et maintes fois les beautés de cette ville, elle était persuadée que ce cœur de crystal devait avoir un goût incomparable! Toutefois, comment mange-t-on du crystal? Est-ce qu'on le suce comme une sucette ou bien est ce qu'on croque dedans? Que d'interrogations, que de mystères qui agitaient les quelques neurones qui animaient cette tête de linotte.


-Je vois même pas les montagnes d'ici PFEUH! JE VEUX Y ETRE MAINTENANT!


-Patience Mademoiselle Melloré, nous y serons d'ici deux jours.



___C'est alors que le bras droit du chaos écarquilla les yeux: deux jours?! Quel sortilège était-ce là?! Comment pouvait-on mettre deux jours, sans chasser des papillons, parler à des gens, sauter dans des flaques d'eau. C'était tout bonnement impossible. Soufflant comme une enfant, la déjanté regarda à côté d'elle ou visiblement rien ne se trouvait, sauf pour elle, un petit lapin la suivait depuis maintenant quelques jours.


-Qu'est-ce que t'en penses, toi lapin? T'es d'accord avec moi? Comment tu veux faire un chameau avec de la confiture si on met deux jours pour arriver, c'est aussi ennuyeux que de manger des pommes de terres sans horloge.


___Le majordome leva un sourcil perplexe mais ne se laissa pas décontenancé et continua sa route:


-Il vous faudra de la patience ma chère, lorsque nous serons arrivés, vous pourrez faire ce que bon vous semble.


-Trop génial!!! T'as entendu çà lapin, on va pouvoir manger des glaboutilles et dresser une armée de papillons! C'est trop cool.



___La taré regardait maintenant droit devant elle fixement, des étoiles dans les yeux et la bouche entrouverte, un mince filet de bave s'en échappant.








___Quelques jours plus tard, la folle, ne tenant plus en place arriva donc à destination et après une nuit de repos dans une auberge des plus calmes de la ville, une des seules ou la musique ne fuse pas constamment, la Saddle Arabian se réveilla fraîche comme un gardon et inspiré d'une énergie nouvelle. La veille avant de se coucher, elle avait acheté des confettis, des serpentins, des tirelipinpon sur le chihuahua et autres choses merveilleuses. Il était temps de s'amuser dorénavant! Prenant une grande bouffée d'air frais afin de se motiver, la folle se leva d'une traite et saisit ses sacs de courses. Il y en avait tellement qu'elle fut obligée de les attacher avec une corde et de les traîner derrière elle. Un sourire jusqu'aux oreilles, la jument sifflotait un air guilleret, ce n'était pas son anniversaire, mais il ne fallait pas y voir là le fait qu'elle ne puisse pas s'amuser!


___Les yeux pleins de merveilles, gambadant comme une enfant, la chaotique se dirigea droit vers le palais ou elle fut stoppée net par deux gardes en armures.


-Désolé Mademoiselle, mais seule les gens convoqués par la princesse ou travaillant dans le palais sont autorisés à entrer.


-Hey, monsieur lapin, t'as vu les atilouche ils veulent pas me laisser rentrer pour préparer la fête, c'est pas gentil hein?


-A qui est ce qu'elle parle?
, s'étonna un des gardes


-Je sais pas, en tout cas je vous sommes de partir, sinon quoi nous devrons vous raccompagner par la force.



___La demoiselle s'effraya en faisant de gros yeux et fit un pas en arrière, chutant sur un de ses sacs et se cognant la tête. Se mettant à chouiner, de nombreuses choses se mirent à tourner dans sa caboche. Comment pouvait-on être si méchant, comment pouvait-on vouloir empêcher quelqu'un de préparer sa fête d'anniversaire, il fallait être d'une méchanceté sans équivalent. Gonflant les joues, la barde se frottait le haut de la tête, en plus de ça, à cause d'eux elle s'était tapée la tête par terre. Elle se mit alors à rire comme une folle, ce rire qui résonne et qui entre dans la tête, semble vous sonder et fait tressaillir jusqu'au plus profond de votre âme. Le sourire qui accompagnait ce bruit méphistophélique était tout aussi inquiétant, ridiculement large, toutes dents dehors, ce fut au tour des gardes de faire un pas en arrière.


-Mademoiselle, nous vous sommons de...


-Hey la ferme le cornichon sinon je te refais le papier-paint, en plus tu sais pas parler francais, on dit pas nous sommons, mais nous sommes, tsss! Moi je voulais juste rire comme un carreau de chocolat fondu, mais vous vous avez tout raté et maintenant j'ai mal à l’œuf, j'espère qu'il est pas cassé, parce que je veux pas faire d'omelette en cassant des œufs, ce serait dommage, de faire ca. Franchement vous êtes méchants, maintenant je passe.


___Les deux gardes voulurent l'arrêter alors qu'elle se relevait et continuait sa route, mais d'un geste vif, la frêle jument dégaina son épée et les assomma du pommeau.








___Elle était enfin devant les murs du palais et sortant son violon se prépara à commettre son effet. Jouant deux musiques entraînantes à la suite, la barde améliora son agilité, mais aussi sa force, ainsi elle hissa ses sacs sur ses épaules et entama l'escalade. Son rire ne semblait pas s'être arrêté pour autant, elle était hilare à l'idée de tout ce beau monde se déhanchant et chantant pour le roi des abeilles.  Se posant sur une cavité dans le crystal, elle ouvrit un sac avec de la peinture. A l'entrée de la ville du bruit se faisait entendre, elle était en retard! Un dragon arriva, lui arracha un cri de joie et manquant de la faire tomber de son perchoir, elle devait se dépêcher. Saisissant un pinceau et une corde qu'elle avait attachée à sa taille et à la corniche se mit à taguer les murs de toutes les couleurs, dessinant le visage de Discord, puis des insultes, des messages de bonnes fêtes et autres phrases sans queue ni tête. Retournant à sa corniche, la belle récupéra ses affaires et monta un peu plus haut. Se saisissant de son violon, elle savait que le vent porterait ses notes dans toute la ville. Le vent et le mégaphone qu'elle avait acheter plus tôt. Si le dragon était là, alors Discord devrait déjà être ici. Jouant les premières notes, elle se mit à chanter, c'était un sort qu'elle avait découvert sur la route, le majordome étant trop ennuyeux, elle avait réussis à l'obliger à chanter en même temps qu'elle, normalement ici, tout le monde devrait faire de même à travers une bonne partie de la ville.


-JOYEUX ANNIVERSAIREEEEEEEUH! JOYEUX ANNIVERSAIREUH LE ROI DES ABEILLES! ON T'AIMEE TROPPP! T'ES TROP RIGOLO, DONC JOYEUX ANNIVERSAIIREUUUHHH.



___La musique traditionnelle quelques peu arrangées aux goûts de la folle résonna à travers la ville, reprise en coeur par les fêtards, alors qu'elle aperçut un drôle d'objet. Il ressemblait à son arbalète, mais en beaucoup, beaucoup plus grands. Les gardes, certainement trop occupés par le dragon ne s'occupaient pas de l'arme, c'est alors qu'une idée germa dans la tête de cette grande malade. Armant un trait de baliste, elle perça un des sacs de confettis et tira, puis répéta l'action plusieurs fois. Ainsi, changeant l'angle de tir à chaque fois et détruisant quelques bâtisses par la même, elle recouvrit la ville d'une pluie de confettis. Finalement, ses deux neurones entrèrent une dernière fois en connexion, était-ce un bon ou un mauvais présage? Je ne saurais le dire. En tout cas, hilare, la jument vida un de ses sacs et le tailla en forme de parachute. Puis grimpa sur un des traits de balistes et coupa la corde, tirant la munition et rendant l'arme inutilisable. Quelques confettis se déversèrent encore alors que les cris de joie et d'amusement de la demoiselle résonnaient dans toutes la ville qu'elle traversa en quelques instants, sautant de son véhicule improvisé elle voulait se parachuter à côté de Discord, mais à cause de la vitesse et du vent, sa trajectoire suivit le trait de baliste jusqu'à une place ou quelques fêtards se firent littéralement pulvérisé par l'attaque et les autres mis à terre. Devant elle se trouvait un changeling qu'elle pensait reconnaître d'une façon ou d'une autre. L'avait-elle touché ou mis à terre avec cette attaque involontaire? Peu importait. Regardant autour d'elle, elle vit des fêtards morts et d'autres à terre, il était forcément le responsable. Réajustant sa casquette qu'elle avait eu du mal à garder durant le vol et se débarrassant de son parachute, elle grimaca, l'atterissage ne s'était pas passé si en douceur que ca. A quoi vous attendiez vous, sauter ainsi d'un trait de baliste avec un parachute fait maison? Une de ses pattes était cassée, mais pour le moment, elle n'en avait que faire, la sublime malade s'époumona sur Kabuto Kin:


-TOI! POURQUOI TU GÂCHES LA FETE, T'ES QU'UN MÉCHANT, J'VAIS TE CASSER LA TÊTE!


Devant le changeling se dressait une jument méconnaissable couverte de peinture et de confettis, il y avait peu de chance qu'il la reconnaisse ainsi paré, toutefois armée de son violon elle commença à jouer afin de se soigner.
Récapitulatif:
 

_____________________________________________

OC From Mad Munchkin
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Raid Chaotique] Coucou c'est nous !   Lun 17 Aoû - 0:15

Un sourire de béatitude plein d’une sage et sincère reconnaissance barra mon visage. Que voyais-je au loin ? Regardez sur la plaine ! C’est un poney ? C’est une carriole ? Non ! C’est un cadeau d’anniversaire géant qui était sur le point de se déverser sur cette magnifique et si sublime ville. J’avais de quoi être ravi par cette situation. La présence de ma population était pour moi une reconnaissance. J’étais enfin aimé.

Une petite larme perlait le long de ma joue. C’était de la joie qui s’écoulait de manière incontrôlée. Et hop une petite flasque pour récupérer ce précieux nectar et voilà un peu de bonheur en bouteille. Je suis certain que ce millésime saurait réjouir les cœurs les plus froids et apporter bonheur et sympathie dans la plus sombre des chaumières. C’était un bien précieux que j’enfermais avec la plus infime précaution dans l’une de mes innombrables poches apparue pour l'occasion comme par enchantement.

Mais pour l’heure, j’avais à faire. Il était temps de se mettre en branle, de faire bouger les choses. Et hop direction le cœur de la ville. Sur la route l’air chaud laissé par le passage du dragon me galvanisa. J’étais en forme, j'avais des idées pleines la tête, je battais des ailes à tout va, virevoltant ici et là, tournoyant autour des bâtiments, survolant la cité de long en large en laissant derrière moi moult nuages de barbe à papa qui par l’action de la chaleur du saurien se mirent à fondre et à pleuvoir sur la ville.

En voilà que c’est une bonne idée, une pluie de sucre chaud et collant au bon gout sur les papilles et laissant de longues trainées filandreuses entre sol et ciel jusqu’à ce que tout nuage qu’ils soient se répandent ici et là couvrant la population aussi bien cristalline que chaotique, les agglomérant petit à petit dans une magnifique mélasse rose.

Mais voili que voilou que j’y étais enfin. Le but de mon voyage, le but de ce sublime anniversaire. Le Cœur de Cristal était là devant moi. Il était là, je le sentais, il m’appelait. Il me murmurait des paroles. « Joyeux anniversaire », « Mange-moi » ou encore « T’as dit bonjour à Cadance ? ». Malheureusement, devant l’insistance des quelques gardes à ne pas vouloir me laisser participer à la fête en profitant de tous les jouets que la ville avait à m'offrir, cette citée pouvait désormais compter sur une nouvelle garde d’élite, de splendides poneys en guimauve armés de sucettes en lieux et place de leurs lances habituelles.

Flottant autour d’eux, plein de petite léchouilles sur leurs joues colorées et sucrées je murmurais quelques mots chatoyants et pleins de douceurs.

- Oh mes doux mignons tous moelleux ! Si j’étais pas si pressé de partager mon bonheur avec chacun de vous, j’aurais plaisir à vous mâchouiller. Mais le travail avant le plaisir.

Quel joli cristal bleu que voilà. Quelle joli cadeau que voilà, il ne fallait pas. Et hop dans la besace avant de retourner sur un campanil à s’amuser sur les hauteurs. Petit tour de passe-passe. Le Cœur de Cristal me servait de magnifique lentille pour ma longue vue personnelle. A travers mon œil de fortune je sillonnais la ville à la recherche du bonheur. Et bien sûr, là où se posait mon regard, une chaleureuse lumière bleutée venait éclairer la zone d’une couleur azure presque aveuglante.

Qu’avions-nous là ? Oh mon petit dragon et ses petits amis qui volaient bien loin de la ville, fuyant le tumulte joyeux qui opérait dans cette magnifique cité. C’est dommage, à s’isoler comme ça ils allaient rater toute la fête. C’est triste de ne pas profiter pleinement de ce festival commémoratif haut en couleurs, et en odeurs, et en musique aussi, et en animations, et, et en plein d’autres choses très marrantes.

C’était comme ces machins qui volaient dans le ciel et cette petite ponette qui flottait dans avec son baluchon. Et que dire de tous ces bons chaotiques armés de leurs pinceaux et de leurs bombes de peintures, réharmonisant les couleurs de la citée, redécorant les gardes, repavant les rues de confettis, enguirlandant arbres et réverbères de serpentins.

Petit kaléidoscope, petit tournicoti tournicota et hop le Cœur de Cristal s’était transformé en un projecteur géant qui illuminait le ciel tout en tournoyant de manière totalement chaotique. Oh la belle bleue, oh la belle rouge … ah non pas le rose, c’est trop plein d’amourette … oh la belle verte …

Avant de filer, n’oublions pas le plus important, le petit pacte sigillaire au sol et sur le kaléidoscope. Poney ou ponette seraient transformés en glaçon et glaçonnette. Mais l’ambiance étant à la fête nul doute que tout le monde avait le sang chaud !

Mais, me voilà enfin ! Palais me voilà !

Je fusais en fusée, direction la maison de ma copine. Mais que voyais-je ! Mais non, était seulement possible ? Tout était immaculé. La fête n’avait pas fait son œuvre ici et chacun vaquait à ses occupations comme si de rien n’était. Inadmissible ! Allez au boulot !

Atterrissant je me présentais au palais. Vêtu d’une salopette bleu sur un tee-shirt rouge, surmonté d’une casquette de la même couleur estampillé d’un « D » je m’approchais en sautillant lâchant des « youhou » tout en lustrant ma belle moustache noire et bien fournie de mes mirifiques gants blancs.

- Bonchour bonchour, che chuis la pour la peinchture et le carellache ! Ch’est Cadanche qui m’a dit de pacher !
Ch’ai bechoin d’aide alors venaich m’aidech !


Wouah ! Des pinceaux vivants que voilà ! Des pinceaux vivant en forme de poney avec crins et crinières parfaitement adaptés pour une activité artistique ! Et quoi de mieux qu’en guise de hallebarde que chacun se retrouve avec une perche à pinceau et que seaux de peinture remplacent pavois et bouclier !

Allez ! Tous à l’œuvre ! Quel doux spectacle de marionnette qui se jouait là. Chacun y mettait du sien. Et eux comme moi mettions du cœur à l’ouvrage en refaisant la décoration de la salle du trône ! Du rouge, du jaune, des étoiles, des ronds, des carrés, du cubisme, du pointillisme ! Un mélange hétéroclite de tout et n’importe quoi qui donnait au tout un air de rien !

Rassemblant ma petite troupe de pantins articulés par ma volonté, j’amorçais la continuité de la fête !

- Mes chers amis ! Connaissez-vous le Jeu du Trône ? Non ? C’est facile ! C’est comme la chaise musicale, mais sans chaise et sans musique et qu’à la place on chante et on danse ! Le premier assis sur le Trône a gagné le jeu et c’est lui le roi !
Allez, c’est parti !
Ainsi font, font, font, les petites marionnettes. Ainsi font, font, font, trois p’tits tours et puis s’en vont !


Et hop virevolte et gigue et ce bon vieux Discord se retrouva assis sur princier fauteuil de cette charmante Altesse de l’Amour ! Quelle tristesse pour mes pantins ! Allez hop ! Au boulot ! On repeint tous les portraits de cette petite nunuche souveraine ! Tient, en salopette bleu, du vert, des moustache ! J'ai nommé mon oeuvre "Luigia" ! C'est vendu ! Cadance Luigia est née !

- Mes chers amis ! En tant que nouveau roi de cette ville, j’ordonne à tous mes sujets de s’amuser et de faire la fête jusqu’à ne plus pouvoir bouger ! Oyé oyé ! Apportez la bonne parole autour de vous mes fidèles pinceaux ! Faites votre œuvre sur chacun des murs de la ville !
Et pour que nul n’ignore mes paroles ! Je vous offre mon premier cadeau ! Bon appétit à tous !


Et vlan ! Bim ! Plein la vue ! Une rivière de chocolat au lait déferla depuis mon palais dans toute la cité sur laquelle flottaient moult bateaux en papiers, mon premier édit royal, ordonnant à chacun de faire la fête et rappelant mot pour mot le discours que je venais d’avoir au sein de mon nouveau chez-moi !

J’aime bien ma nouvelle ville ! Tout s’y passe pour le mieux, l’ambiance est chaleureuse, les gens accueillants et … oh mais !

- OH MON DIEU ! Y’A UN DRAGON DANS MA VILLE !
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Amethyst
avatar
Changeling Swarm

Messages : 276
Age : 23

• Votre personnage •
Race: Licorne
Niveau: 25
Expérience:
21/300  (21/300)

MessageSujet: Re: [Raid Chaotique] Coucou c'est nous !   Lun 17 Aoû - 0:50








Prémices



Le ciel était bleu. La journée allait être belle, pour une de ses visites dans la capitale, plaque tournante du royaume de la princesse Cadance Amethyst se moquait du monde des rues touristiques de l’est de la ville. Passant de vitrine en vitrine pour toucher du regard de la superbe robe bleue hors de prix au dernier manuel en date d’herboristerie bien plus dans ses prix la guérisseuse profitait pleinement de cette journée. Cette virée était prévue depuis assez longtemps il fallait l’admettre, au départ pour se fournir en matières premières pour ses potions le temps magnifique la poussait plus à se promener.

Entre deux tournant elle pouvait apercevoir les poneys qui se retournaient, faisant fi de ne pas remarquer les regards comme une jeune pouliche innocente. Certes son pelage macabre n’y était pas pour rien dans cet univers de clarté et de brillance presque aveuglante par endroits mais sa crinière, splendide de sa délicate teinte pourprée aidait beaucoup et elle aimait ça. Non, personne ne pourrait lui voler son bonheur aujourd’hui, personne !

Sauf peut-être un dragon.. Un hurlement strident de rage venait de s’élever dans le ciel. La foule se tut un instant avant que la panique s’invite et reprenne un vacarme, de peut cette fois. Touristes et citadins s’enfuyaient, plus personne ne voulait plus profiter de cette journée pour faire du shopping, d’ailleurs les magasins aussi fermaient derrière les rares personnes qui avaient pu s’y engouffrer comme pour se protéger de l’affreux reptile. En moins de temps qu’il fallait pour dire « Chrysalis » tout le monde avait déserté l’endroit. Les rares encore présents continuaient à tambouriner aux portes ou comme Amethyst, curieux d’apercevoir la bête et la raison de sa visite en ville cherchaient l’origine de bruit pour se diriger d’un seul poney vers l’Ouest d’où semblait provenir le conflit.

Chacun y allait de sa petite théorie pour expliquer sa présence, les terres de Sombra étaient loin d’ici et la saison ne se prêtait guère à ces fantaisies pour ces créatures mythiques. L’histoire s’assombrissait et le petit groupe diminuait en taille au fur et à mesure que des gardes de la ville, solidement armés arrivaient pour devancer les civils, distribuant ici et là des épées, lances voir hallebardes aux volontaire. On se croyait en temps de guerre.

De son côté la magicienne avançait d’un pas décidé, aucune lame de passerait entre ses pattes, elle marmonnait des sors tout en marchant, un tel animal avait forcément fait des dégâts et il y avait peut-être des blessés à soigner... Les rugissements s’amplifiaient, faisant passer la troupe désordonnée du trot au galop pour finalement arriver rapidement dans les quartiers ouest. Première surprise, les dégâts étaient minimes, les incendies avaient rapidement été maîtrisés et la bête qu’on apercevait au loin l’expliquait sans doutes : elle partait dans la direction opposée, quelques soldats ailés tournaient autour de la wyvèrne qui crachait des flammes inutilement dévastatrices que les agiles pégases évitaient. Qu’est ce qui a pu mettre cette bestiole dans un état pareil de rage ? C’était ou du suicide ou de la folie, l’animal était gros mais seul il n’avait aucune chance, aussi fort soit-il. De ses courtes pattes la jeune licorne grimpait sur une caisse miraculeusement placée à cet endroit, suivant des yeux les rares autres habitants qui s’étaient joints à l’effort de guerre plein d’armures et de soldats casqués, certains accompagnés d’un panache, d’autres non. Malgré leur visage figé un début de peur apparaissait furtivement dans leurs prunelles, comme quand on voyait disparaître une ombre dans un coin de l’œil dans salon pourtant confortable et qui ne voulait pas quitter la tête. Mais le dragon n’était pas la seule nouveauté du jour.

De l’autre côté de l’arène improvisée entre les gardes de l’Empire et l’écarlate reptile se dressait une longue ligne multicolore qu’on pouvait voir au loin, enfin, du plus loin que le lui permettait sa caisse. L’artère face à elle était devenue un patchwork de couleurs et de rubans colorés ou non, leur origine n’était pas difficile à voir : un amas hétéroclite de poneys délimitait la zone. Des musiciens armés d’instruments originaux, des soldats et d’autres fêtards en venaient aux sabots avec une partie de la garde qui tentait de tenir ces vandales en respect, même les civils en armes passaient pour des professionnels. Heureusement certains semblaient captivés par le spectacle qui s’offrait à eux, un magnifique ballet aérien entre un saurien mortel et une bande d’armures ailées. Où fallait-il intervenir, le dragon cracheur de feu qui risquait de mettre en ruine un bonne partie du quartier avant de dépérir ou de quitter la ville ou alors maintenir la troupe de hooligans en bas de la rue ? Le destin s'imposa a elle quand un énorme carreau si ce n'était un tronc siffla dans l'air pour s'écraser lourdement en plein milieu du groupe de fêtard. Certains pavés s'étaient déchaussés de la route, s'il n'y avait que ça : le choc avait pulvérisé l'amas de poneys, tuant une bonne partie de gens dans les deux camps, blessant une partie des troupes. Levant les yeux pour suivre la trajectoire la sorcière cherchait à comprendre pourquoi la château venait de tirer ça, ici, et surtout pourquoi était-il surmonté d'une musicienne à en juger par son attirail, son crin plein de confettis et de peinture comme ceux du groupe d'intrus, un véritable épouvantail. Déjà elle galopait vers le champ de bataille en piteux état, qui que soient ces gens le fête avait assez durée. Le souffle court elle avait à peine pris le soin de vérifier ses lames, décidée Amethyst avait le souffle court, stressé. L’air soufré était chaud, le soleil brillait, le ciel était bleu, cela aurait pu être une belle journée.

© Jawilsia sur Never Utopia



Qu'est ce qu'il s'est passé de quoi ou, TL;DR pour les nuls:
 

_____________________________________________
~ Nature always finds a way ~
~ beyond all the kingdoms, she will be the last ~
Praise the CHON CHON CHON CHON
Revenir en haut Aller en bas
Tough Spirit
avatar
Lunar Republic

Messages : 113

• Votre personnage •
Race: Crystal Pony
Niveau: 19
Expérience:
60/190  (60/190)

MessageSujet: Re: [Raid Chaotique] Coucou c'est nous !   Mar 18 Aoû - 1:39

Ce n'était vraiment pas le bon jour pour ça. Tough Spirit était en règle générale quelqu'un de paisible et mesuré. Mais aujourd'hui il avait mal dormis, ce qui avait fait qu'il s'était levé de la patte arrière gauche. Il avait constaté qu'il avait oublié de refaire ses provisions et avait donc du se contenter de foin pour le petit déjeuné. Pas le temps de faire les courses et le temps qu'il finisse son service la plupart des boutiques seraient fermées, limitant ses options gustatives (remarque il ne pouvait blâmer que lui même, c'était lui qui avait décidé de faire un double service aujourd'hui).

Et puis un dragon avait attaqué. A ce stade il aurait pus être content de la distraction, mais il n'était pas un idiot et ce n'était pas un marché équitable quand on prenait en compte le risque pour ses concitoyens et pour la ville. Il s'était mobilisé comme les autres prêt à aider, regardant anxieusement le chef de la garde s'envoler avec une équipe de pégases pour distraire le mastodonte volant. Et soudain les rues avaient été envahies, par des fêtards.

C'était probablement l'invasion la plus étrange qu'il ais jamais vu, leurs lignes furent brisées à coup de peinture et de muffins, la désorganisation gagnant leur rangs. Le chaos se répandait. Tough Spirit, recrachant un muffin trop sec, parvint a trouver un îlot de calme momentané et observe leurs adversaires.

Quelque chose clochait.

Décidé à en avoir le cœur net il s'élance, se frayant un chemin à travers la foule à coups d'épaules, gagnant un escalier s'enroulant autour d'une tour de crystal il monte, regardant l'attaque d'un meilleur point de vue. D'ici il pouvait le voir.

Le chaos était une illusion.

Les fétards étaient venu pratiquement en ligne droite depuis leur point d'entré dans la ville: certes il y avait eut des débordements dans d'autres rues et ruelles, mais ils étaient minimes, un groupes pareils aurait du s'éparpiller davantage, ils étaient bien trop concentré pour que ça soit naturel. D'un point de vue stratégique c'était logique, s'éparpiller les aurait rendu vulnérables. Il fallait un minimum d'organisation pour que cette attaque marche si bien.

Plissant les yeux il examine les attaquants plus en détail. Tous portaient au moins un ruban a une oreille. C'était d'autant plus visible que à part ça la plupart n'avaient rien en commun dans leur tenue. S'agissait il d'un genre d'uniforme minimaliste? Il ne devrais pas avoir trop de mal a assommer l'un des attaquant et à le lui prendre, il verrais alors s'ils le prenaient pour l'un des leurs. Son armure de cuir à arabesque d'argent aurait été trop organisée et symétrique parmi les costumes bariolé en temps normal, mais il se trouvait qu'il avait récemment été couvert de peinture. Au moins la destruction de son œuvre servirais une cause utile, et avec un peu de chance cette peinture pourrais se nettoyer. Il n'était pas pressé de devoir essayer.

Avant de descendre de son perchoir il jette un autre cout d’œil à la ville, et son regard s'arrête sur sa maison. Elle était couverte de peinture de différentes couleurs, dans des tons qui ne s'harmonisaient pas du tout. Alors qu'il prend quelques secondes pour grincer des dents un trait de baliste traverse son champ de vision et vient démolir sa toiture.

Tough Spirit descendit l'escalier au petit trot. Il était dans cet état émotionnel, juste sur le fil du rasoir entre le calme et la colère, dans son esprit tout était réduit à une question d'efficacité. C'est pourquoi il saute de l'escalier avant d'arriver au bout, utilisant l'un des attaquants pour amortir sa chute.

Profitant que l'autre était sonné il récupère son ruban et le met à sa propre oreille, comptant sur la confusion générale pour qu'on ne le remarque pas. Puis après réflexion il chipe la corbeille de muffin avant de s'éloigner du lieu du crime. Une fois a une bonne distance il tapote l'un des fêtards sur l'épaule avant de lui crier dans l'oreille pour se faire entendre par dessus le vacarme.

C'EST QUI LE CHEF DÉJÀ?

DISCORDE!

JE VEUX DIRE QUI ON SUIT!

LES TYPES AVEC LES PARAPLUIE TARTAN!

MERCI. TIENT PREND UN MUFFIN!

Puis sans plus de sommation Tough Spirit lui fourre le muffin dans la bouche, de la même façon que les chaotiques avaient employés plus tôt. L'autre n'eut pas l'air de s'en formaliser, mastiquant avec enthousiasme. Il eut l'air de moins apprécier le coup de sabot à la gorge qui suivit mais c'était dur a dire entre la trachée endolorie et la bouche pleine. Un moine aurait probablement pus faire plus subtil, et moins dangereux pour la vie de son adversaire mais il était loin de ces considérations. Il regarde autour, localise le parapluie tartan le plus proche et se fraye un chemin dans sa direction. Il était tenus par une jeune jument, par égard pour son jeune age et son sexe Tough se contente de lui asséner un coup sur le crane, en gardant l'épée au fourreau avant de raflé son parapluie, repartant dans le sens inverse afin de diriger les fêtards vers l'extérieur. Même si tous ne suivaient pas ça devrais réduire la taille de la horde et permettre aux gardes crystallins de reprendre l'avantage.

Ce qu'il nous faudrait ce serait de la pluie, ça laverais la peinture et ça doucherais un peu le moral de tout ces énergumènes.

Et comme pour répondre à ses pensées la pluie tombe. Il se permit une bouffée d'optimisme avant de réaliser qu'il s'agit d'une pluie de sucre a moitié fondu, poisseux et collant. Il se console en se disant que au moins il est l'un des rares à tenir un parapluie en cet instant.

Puis il se rappelle que la toiture de sa maison vient d'être démolie.

L'équilibre sur le fil du rasoir est rompu. Quelqu'un allait payer pour ça.

résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Karl Tirecorde
avatar
Eternal Chaos

Messages : 495
Age : 21

• Votre personnage •
Race: Terrestre
Niveau: 28
Expérience:
277/360  (277/360)

MessageSujet: Re: [Raid Chaotique] Coucou c'est nous !   Mer 19 Aoû - 0:41

Il n’empêche que la garde cristalline se montrait particulièrement rabat-joie avec les fêtards arrivés du Sud. Qu’avaient-ils fait de mal, rien ! Aucun habitant martyrisé, pas de destruction importante, pas de gens lâchement assassinés ou du moins dans un autre contexte que la légitime défense. Karl et deux autres combattants repoussaient la patrouille qui s’en prenait aux sections Nicolas et Pimprenelle, les gardes ne s’attendaient pas à trouver de puissants guerriers dans tout ce chaos, étonnant non ?  Ils restèrent sur la défensive en attendant qu’un autre groupe de cristallins décident de fonder sur de la compagnie Bonne Nuit les Petit et la moitié de la compagnie le Roi Lion. Les tour-opérateurs du groupe Mufasa et Pumba tentaient de rassembler le reste de leurs troupes alors que celles-ci avaient tendance à se disperser. Sur les huit compagnies partis de la gare, un et demi remonté en direction du château, trois autres s’en étaient allés festoyer dans les quartiers Ouest de la ville tandis que la compagnie Shadok faisait route vers le l’aéroport, sous les ordres du tour-opérateur Vico. Le reste composé de des compagnies Casimir, Tom Sawyer et du reste de Roi Lion, progressaient en parallèle avec celle de Bonne Nuit les Petits.

Le parapluie tartan sur la tête, Karl ordonna de continuer d’avancer à sa section sous le couvert des unités armées qui devaient former une sorte de ligne de protection sur le front de la parade, les traqueurs, mages et les autres unités pouvant combattre à distance devaient quant à elles débusquer l’ennemi et hurler pour signaler sa position aux autres. Qu’importe la discipline ou la rigueur militaire dans ce genre de situation, Karl n’en était pas un et haïssait l’armée. Chacun devait réagir face au danger, pas d’ordre, seulement un esprit de groupe, peut-être est-ce qui manquait au terrestre soucieux de rester hors des liens l’unissant à un état. Il fit marches arrière pour tenter de joindre le reste des tour-opérateurs de sa compagnie, Brassepolente, Waltor Duninja et la jeune Mélissa Nonnepleureupas. Il fallait étendre toutes les défenses sur le reste de la compagnie plus celle récupérer en chemin, le mot devait passer auprès des autres. Laissant seule un moment sa section, le terrestre se fraya un passage entre les troupes multicolore toujours vrombissante comme un essaim d’abeilles arc-en-ciel. La musique emplissait l’air comme depuis quatre jours par les infatigables musiciens du chaos, le terrestre à la tête bientôt comme une citrouille glissa sur une flaque de peinture et s’étala au sol, une tâche bleutée colorait désormais tout le côté gauche de son costume.

Se redressant en maugréant, le terrestre voulut s’en prendre au premier moqueur qu’il avait sous la main, un pégase tout aussi tâché que lui se fendait la poire à un demi-mètre de là. Le voyant ainsi Karl ne pouvait s’empêcher de vouloir lui faire un lifting maison mais un vuvuzela balaya cette idée d’une onde cuivrée. Le terrestre déboussolé enchaina une multitude de grimace où l’on aurait dit qu’il tentait de mastiquer le bruit afin de l’extraire de ses oreilles. Mâcher un acouphène ne devait pas avoir de goût en particulier, ni de consistance d’ailleurs et question nutrition c’était le néant. Sortit de son cocon insonorisé, Karl chercha immédiatement à se situer dans la parade puis il bondit tel un gros cabri donc avec disgrâce, hors de l’étreinte festive et chercha du regard un parapluie tartan. La chance lui sourit et il trouva deux autres commissaires ressemblés un peu plus loin, jouant des épaules, le guerrier atteint ses collègues alors en rond autour du corps inconscient de la jeune Mélissa.

Surprise et ballons de baudruche s’exclama l’un en s’apercevant que le parapluie de la jeune demoiselle avait été subtilisé. Elle aurait très bien pu le donner à quelqu’un mais alors elle ne se serait pas retrouvée assommée. D’une pensée commune, les volontaires du comité des fêtes en vinrent à la conclusion suivante : Mes frères, il y’a un traitre parmi-nous.

« Ô désespoir ! Ô traitrise obscure et pleine de maladies incurables ! Pourquoi donc voulait-on réduire à néant tous nos efforts pour rendre cette ville plus joyeuse et… Et ce n’est pas notre voleur brandissant le parapluie là-bas ? » S’exclama Waltor pointant du sabot le repère tartan dépassant des têtes.

Les deux autres guides suivirent la direction indiquée et remarquèrent que le parapluie faisait route inverse alors que le rendez-vous avait lieu au palais. Ce n’était pourtant pas l’organisation qui manquait, tous les commissaires avaient en tête le programme dans tous ses moindres détails. Petits malandrin à la mords moi le nœud. Karl indiqua à ses compères de continuer à appliquer les directives énoncées précédemment et de maintenir le cap de la parade, quant à lui il irait s’occuper de ce petit enfoiré avant que la compagnie et demi soit séparé en deux trois quart de compagnie. Waltor acquiesça et fila sur la ligne de front afin d’assurer la sécurité des manifestants et de maintenir une ligne de défense, en cas de coup dur il soufflerait dans son vuvuzela à deux tons pour rameuter le reste des combattants. Brassepolente chargea le corps de Mélissa encore dans les vapes et se mit à la recherche d’un clerc pour l’ausculter, chaque section devait en avoir un ou deux. Karl mit en valeur sa lame parée à être dégainée puis fonça en direction de l’imposteur.

Le guerrier à la crinière brune traversa l’amas de fêtards et rencontra tôt les culs de ceux qui s’étaient fait avoir par l’avorton. Les poussant de-ci de-là non sans protestations, le terrestre arriva derrière l’imposteur toujours à fond dans son rôle. L’énergumène de dos était complètement bariolé et il ne portait que son armure sans autres oripeaux festifs comme le reste de la mêlé. Sa crinière noire était soigneusement nouée en une longue natte descendant jusqu’au col de son armure en cuir. Le fourreau de son épée se balançait en suivant ses mouvements, quel optimiste. Penser pouvoir dissoudre la parade en faisant simplement marche arrière, était-il au courant des demi-tours dans les rangs, manœuvre impliquant  toute une colonne croisant celle qui va en avant puis reprend son sens de course initiale. Au vue de son équipement, le terrestre brun vit qu’il avait à faire à un autre chevalier, mais son faible attirail ainsi que son… arme disons,  n’avait pas l’air d’en faire quelqu’un grand niveau. Karl hésita, fallait-il vraiment le mettre hors d’état de nuire alors que les forces n’étaient pas égales ou du moins proches. Ce n’était qu’un hors d’œuvre, une mise en bouche, un adversaire trop facile. Ne valait-il pas mieux laisser les fêtards s’en charger à un contre tous et tous contre un. Cela ferait une belle animation, quoi que le résultat ne pourrait peut-être pas celui attendu. Mais défier un adversaire dans une joute déloyale influerait sur l’honneur du plus fort, surtout avec une différence pareille. Mais au fond, Karl s’en fout de l’honneur,  à quoi cela sert mis à part se pavaner devant la foule, habillé d’une armure ridicule.  C’est bien plus marrant de surprendre et d’être sûr du résultat.

Karl s’approcha de son voisin tout aussi collant et empégué que lui à cause du sucre de la fausse pluie tombée, un pégase fortement alcoolisé, il attrapa doucement sa tête et lui susurra à l’oreille.

« Le type devant nous, c’est imposteur… »

Le pégase ouvrit tout grand les yeux et se redressa surpris par la nouvelle

« QWAAA !!! LEU TYPE DEVANT EST IMPOSTEUR ???!!!! » Hurla l’individu saoul.

Le terrestre blanc à ces mots eut un frisson. L’occasion était trop bonne, et elles sont toutes bonnes à prendre. Karl se dressa sur ses pattes arrière en pointant l’imposteur du de la patte.

« POGO SUR LE TYPE !!! » Hurla-t-il en bondissant sur le chevalier cristallin.

Cerné de toute part, l’imposteur ne put dégainer qu’il reçut 85 kilos de chair et d’os dans la gueule suivit des corps des fêtards environnent. Le sucre collait sur la peau des combattants de la rixe, ce n’était pas une, ni deux, mais près d’une dizaine de personnes qui s’étaient jetées sur le poney croyant pouvoir tromper l’ennemi et le disperser. Karl se trouvait face à la trogne du cristallin infiltré à moitié écrasé par un cul, il en profita alors pour tenter de maraver quelque peu l’autre mais sans grand succès. Par contre le guerrier gris reçu un pain dans le nez le forçant à s’extraire de la masse grouillante. C’est alors que comble de la sournoiserie, il écarta quelque fêtard pour s’approcher du flanc de l’animal blanc tacheté. Lui maintenant la patte avant, Karl saisit l’arme du pauvre chevalier et récupéra le parapluie avant de prendre la poudre d’escampette avec son butin laissant le sort du guerrier aux pattes des manifestants.

Filant avec deux parapluies et deux armes, le guerrier remonta à travers les troupes de musiciens. Il était poisseux et son corps couvert de confettis, mais pas mécontent de son coup, l’honneur c’est bidon comme concept. Il prit de la distance avec le bidasse et rejoignit Brassepolente plus haut à qui il remit le parapluie volé, néanmoins il conserva l’épée décorée de l’imposteur.


Soudain un grondement grandissant surgit par-dessus les bâtisses, des percussions intensives, une ligne de guitare, cela ne pouvait être que ça. Les cornemuses sortirent de leur silence et se mirent vrombirent de tous leurs tubes, leurs joueurs emplissait leurs poumons et déversaient leur souffle dans les peaux. Les cris nasillards de ces instruments emplirent toute la ville, chaque compagnie répondit aux autres en unissant leurs orchestres. Tel était le signal, notre signal, et pas du dentifrice. Un hurlement commun se rajouta à ce concert atypique, les chaotique hurlèrent leur joie mêlée à celle des autres, la joie d’être dans cette ville et de fêter un mémorable anniversaire, telle était la coutume discordienne de la nation violette.

Un poney grimpa sur un toit en soulevant son bâton bien haut.

« MES AMIS C’EST LE SIGNAL, PRÉPAREZ VOUS À VOUS RÉGALER CAR DÉSORMAIS, LA VILLE, NOUS APPARTIEEENNNNS !! DISPEEERSEEEEZZZ-VOOOOUUUSSSS !! » Son cri résonna dans la rue.

La foule répondit par des holàs, des hourras, des wazas, il en fusait de partout comme un si cela n’était une seule personne. Et comme par magie, la masse grouillante fondit alors dans toutes les directions, ruelles, avenues, jetant serpentins, confettis, saucissonnant les gardes avec des rouleaux de papier toilette. La parade se transforma alors en une multitude de billes filant à toute vitesse et bifurquant à n’importe quel moment. Imaginez, huit compagnies toutes d’environ cent soixante fêtards divisé chacune en quatre sections de quarante unités ; tout ce petit monde prenant possession de la capitale cristalline sans qu’aucune ligne de front ne soit réellement délimitée, il fallait être partout à la fois et regarder dans toutes les directions.

Karl au son des cornemuses fila dans une ruelle adjacente et courut afin de respecter l’ordre de dispersion. Il vira plusieurs fois de bord, franchissant des arrières cours de maisons cristallines, il croisa d’autres chaotiques l’imitant auxquels il leur adressa un signe de tête complice. Deux gardes se pointèrent prêt à le recevoir, armes au clair, mais le terrestre gâcha leurs attentes et s’enfuit  sur le côté en longeant une maison. De là il grimpa sur des escaliers se trouvant le long d’une façade et montant jusqu’au toit, il s’assied en attendant ses deux poursuivant. Les claquements de leurs sabots approchèrent en même temps qu’un glougloutement suspect, pile à l’heure. Le signal n’annonçait pas que la dispersion générale, il y’avait aussi la rivière de chocolat fondu. La marée marron arriva nonchalamment, recueillant dans ses bras voluptés ceux qui étaient restés au sol par inadvertance ou tout simplement les gourmands désirant se remplir la panse de chocolat fondu. Le premier garde parvint à sauter sur les marches tandis que son collègue glissa sur le chocolat avant de se laisser porter par le courant, rageant sur sa maladresse. Mais qu’il s’estime heureux, son collègue au sec arriva contre le terrestre gris en hurlant, il répondit d’un bref revers qui désarma le courageux garde. Seul face au guerrier, sa volonté de fer lui en valut un autre dans la mâchoire délogeant quelques dents, ainsi qu’une chute dans le chocolat dont il ne ressortit plus. Peut-être était-il tombé sur la tête à s’en briser les cervicales ?  Cette question surgit dans la tête du guerrier sans pour autant plus le chagriner, au fond il l’avait cherché non ?

Trêve de papillonnage, le terrestre ayant toujours l’épée de ce vulgaire imposteur, il la jeta au-fond de la rivière opaque, autant chercher une aiguille dans une botte de foin pour son propriétaire. Mais c’est alors qu’il vit non loin de son refuge, une connaissance chapeautée d’un curieux couvre-chef tartan au milieu de morceau de bâtisse. La voilà en prise de bec avec un changeling aux vieux airs de… pervers pépère ça se dit ? Le terrestre avait déjà vu cette folle face à un dragon, ces reptiles devaient être une sorte d’appât à clampins ou quelque chose dans le genre, quoi qu’il y avait Discord parmi-eux. Un complot dira-t-on. Soudain, un soufflement arcanique siffla dans son oreille gauche, immédiatement le terrestre s’éjecta en arrière manquant de percuter une cheminée. Mais il valait mieux se manger l’appendice de cristal que la boule de feu lancée dans sa direction, le projectile explosa déversant son lot de flammes sur sa cible manquée de peu. Karl se protégea son visage avec ses pattes du mieux qu’il put. Le coup de chaud passé, il éteignit sa crinière ainsi qu’un morceau de redingote. La peinture accumulée avait fait office de protection ignifugé pour cette fois-ci, mais son costume était bien amoché et son haut de forme fichu. Le guerrier retira son couvre-chef d’un geste vif, et dégaina illico presto, cherchant du coin de l’œil qui avait bien pu lui tirer dessus.

Spoiler:
 

_____________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Mad Melloré
avatar
Eternal Chaos

Messages : 337
Age : 22

• Votre personnage •
Race: Saddle Arabian
Niveau: 18
Expérience:
129/180  (129/180)

MessageSujet: Re: [Raid Chaotique] Coucou c'est nous !   Lun 14 Sep - 14:32




___Son sort de soin avait été efficient apparemment, étant donné que sa patte ne la faisait plus tant souffrir que ca ! Quelle merveille, elle allait pouvoir continuer à faire la fête pour le roi des abeilles, quel soulagement. Elle savait qu’elle, elle n’aurait pas aimé que quelqu’un manque sa fête d’anniversaire, alors elle ne devait manquer celle-ci pour rien au monde. Surtout, quelle animation, que de monde, dansant dans les rues, des confettis se rependaient encore des cieux desquels elle était tombée dans une myriade de couleur qui hypnotisait et calmait la jument. Captiver par la chute de ces petits bouts de papiers colorés, elle en oublia presque sa cible, celui qui avait essayé de gâcher la fête. Sa tête et ses yeux tournaient et suivaient les mouvements de la pluie arc-en-ciel qui s’offrait à elle.


___Quelle bonne idée elle avait eut, si une chose était sure, c’est qu’elle était géniale. Elle le savait, et elle savait que cette attention rendrait Discord fout de joie, ou tu du moins l’espérait-elle. Quelques secondes passèrent au bout desquelles la lumière blanche et vive du soleil fut remplacée par des rayons multicolore émanant d’une espèce de boule à facette en suspension dans les heures. Quelle glorieuse journée mes amis ! La Saddle Arabian, recouverte de peinture et de confettis se tenait droite, presque une larme à l’œil devant le plus beau non-anniversaire de toute sa vie. Il ne manquait plus qu’à fleurbager les rhodendrôves et tout serait parfait. La belle aliénée tenta tout de même de reporter son attention autour d’elle, elle savait que des gens malintentionné voulaient gâcher la fête, et eux il fallait leur casser les cheveux. Du moins c’est ce que le dicton disait, ou ce qu’elle s’en rappelait. Peu importait en l’instant, en face d’elle, ce samouraï sur qui elle reposait son attention devait jouer maintenant ! Sinon la fête serait ratée.


___Du moins c’était le fond de sa pensée, alors que ridicule comme elle était, elle fronçait les sourcils à l’attention de son ennemi. Ce fut à ce moment qu’un autre contretemps vint déconcentrer notre belle barde. Une marée de chocolat. A début rien ne sembla la marqué à cette idée, aucun problème et tout lui semblait logique. Elle retourna la tête vers son adversaire prête à en découdre, lorsque le fait s’imposa à elle « UNE RIVIERE DE CHOCOLAT », Grandiose, splendide ! Le meilleur des mondes s’il en était. S’apprêtant à recevoir la petite rivière de plein fouet, une idée lui frappa alors l’esprit. Sous un enchantement d’agilité, la Saddle Arabian remarqua flottant sur la marée marron une planche de bois. Elle n’avait jamais joué au pirate et une idée saugrenue vint lui traverser l’esprit. Qui avait été pirate sur une rivière de chocolat ? Elle serait la première ! La légendaire pirate de la rivière Tuchoko. Une occasion en or se présentait à elle !


___Quelle merveille, pensait-elle alors en commençant à frotter les cordes de son violon à l’aide de son archet, quelques notes furent arracher et se matérialisèrent véritablement dans les airs, de couleurs et formes différente, une clé de sol apparut lorsqu’elle posa son archets, puis les notes dansèrent, l’entourèrent se resserrèrent et alors que dans cette ronde envoutante, cette musique digne des plus grands pirates, quelque chose se passa. Les notes s’arrêtèrent avec la musique elles s’évaporèrent petit à petit, mais avec les notes, c’est aussi Mad qui disparu. Lorsque les notes s’effacèrent, la barde n’était plus là. Avait-elle profité des notes pour fuir ? C’est une question que vous êtes en droit de poser. Toutefois, il y avait plus important à gérer à ce moment précis, la marée de chocolat était à leur niveau maintenant.








___Grimpant sur la planche, elle y attacha son « parachute en guise de voile, et dessina avec un pinceau qui lui restait, une tête de mort. Criant, hurlant alors qu’elle descendait la ville en même temps que la rivière de chocolat, c’est en voulant observer son violon pour savoir si elle n’avait pas mis de peinture dessus qu’elle se rendit compte de quelques choses.


-YOHO – Hurlait-elle au gré des vents- A l’abordage mes canailles, voici les pirates de Mad – brailla-t-elle le violon en avant- Mais avant ca. – elle regarda vers son violon, mais il n’était pas là, tout comme sa patte d’ailleurs et le reste de son corps. – AHHHH J’AI DISPARU ! JE SUIS MORTE ! J’existe plus ! Ou est-ce que je suis ? Mon corps ? Mon corps ? Mais t’es ou, t’es pas là !


___Prise d’horreur, affreux présage de son hypothétique mort, le pirate hanté, ce hollandais volant à la baisse abandonna le navire en hurlant et se plongeant dans le chocolat qui lui aussi ne laissa pas de trace sur elle. S’écartant de la rivière en montant sur un toit, elle pleura en silence un instant, apeurant quelques autres réfugiés qui crurent à un fantôme ou toute autre créature effrayante et mal intentionné. C’est alors qu’une idée lui traversa l’esprit, quelque chose lui remonta le moral. Si elle était désormais morte, rien d’autre qu’un fantôme, elle pourrait donc faire de bonnes blagues aux autres afin de rajouter un peu de piment à la fête. Assise sur son toit, elle préparait dans ses débris mentaux divers plans et blagues à faire aux passants. Certains étaient inoffensifs, d’autre plus dangereux, mais on ne fait pas de fumée sans feu, et tout le monde sait qu’on ne fait pas de bonne fête sans avoir au moins mit le feu à deux artichauts poilus.


___Partant à la recherche d’une victime, elle aperçu une licorne au pelage noire se tirer à sa manière de la rivière de chocolat et se dit que c’était là bien sa veine. Elle pourrait tester une de ses blagues. Marchant à petit pas afin d’être silencieuse, le fantôme se déplaça jusque dans le dos de la rabat-joie. Un peu plus loin sur les toits elle avait aperçu Karl qui semblait jouer à cache-cache, elle irait lui demander de jouer avec lui une fois sa blague finit. Enflant ses poumons à n’en plus pouvoir, elle hurla à l’attention de la licorne :


-SURPRISE !


___Un véritable cône sonore de quinze mètre se propagea, avait elle esquivé ? Mad ne s’en rendit pas compte car quelque chose d’autre attira son attention. Elle était de retour ! Ou du moins, ses pattes et son corps étaient de retour elle était à nouveau visible ! Quelle magie, quelle euphorie et au moins, ce ne serait plus de la triche pour jouer à cache cache avec Karl. Sans porter attention à la mage, la demoiselle effectua un saut puissant permit par son enchantement de force et d’agilité. En un instant elle grimpa sur le toit pour s’adresser à Karl :


-KARRRRRLLLL ! Youhou ! Pourquoi tu fais comme si j’étais pas là ?! Tu joues à cache-cache ! Au fait faut que je te raconte,  je croyais que j’étais morte, mais en faite nan, c’est vachement drôle comme, histoire, mais c’est bizarre aussi. Parce que j’ai vraiment eut l’impression d’être une tour bancale sur un lampadaire. C’est fou non ?


___Soudain quelques chose traversa l’esprit de Mad, s’ils devaient jouer à cache-cache, ce serait plus drôle s’ils avaient les même capacités. Empoignant son violon elle joua une musique assez pêchue qui devait donner à Karl une meilleure agilité. La musique assez violente échauffa l’esprit de la valkyrie qui se sentit bastonneuse. Ce genre de personne prête à se battre pour s’amuser.


Récap':
 

_____________________________________________

OC From Mad Munchkin
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Raid Chaotique] Coucou c'est nous !   Mar 15 Sep - 2:32

Tout semblait tranquille en ville. Il y avait toujours les petites annonces qui passait sur ces larges rues. Je me promena tranquillement dans la grande cité de Crystal Empire. Ennuyeuse journée que se présentait a mes yeux. Le soleil éclaircissait tout Équestria et puis refléta, avec ses rayons lumineux, mon arc, équipé sur mon flanc gauche, et ma dague en métal qui se tenait dans un petit fourreau en cuir sur mon flanc droit. Mon carquois, qui semblait être une pochette sur mon sac a dos, était rempli de flèches qui pouvaient s'enflammée des mon activation. Je venais de m'acheter des nouvelles flèches pouvant endormir. C'étais les nouvelles du marché. Nouveau prototype! On m'avait justement fait l'offre de les tester et j'en étais enjoués de pouvoir les essayer. Un jour ou l'autre sera utile.

Je continua toujours ma marche lorsque je remarqua des gardes disant aux citoyens de se mettre a l'abris... Je ne comprenais pas trop et puis je me suis approché d'eux pour en s'avoir d'avantage sur la situation.

Eum bonjour Monsieur les gardes... Je veux simplement....

Les gardes me poussa dans une maison qui n'était pas mienne. Voila! Grace aux gardes, je ressemblais a une crêpe étampé au sol. Je remarqua alors que je semblais pas etre seul. Des civils qui étaient la aussi. Étrange. Ils me regardaient d'un air mystérieux et se parlaient entre eux.

Regarde Maman! Un autre réfugié! Tu crois que ce Monsieur est gentil?

Je ne sais pas fiston... mais si les gardes l'ont jeté ici, c'est parce qu'il est d'ici.

Mais... Maman! Il ne bouge pas le Monsieur... Il va bien?

Oui oui... Il va bien.. Ne t'inquiete pas pour lui... Inquiète-toi pour père... qui est en train de secourir la ville.

Secourir la ville? C'est pour cette raison que les gardes m'ont jeté ici? Bon maintenant, apres avoir recu cette information, que fais-je? Je me releva et puis m'approcha de la petite famille.

Eum... Bonjour... Désolé de vous dérangé... Savez-vous ou je pourrais... Comment dire.... m'enfuir de cette endroit?

Oui.... regardez! il y a une....


NON tu dis rien... tu ne sais même pas qui c'est.... Cela peut etre un méchant Monsieur... On ne parle pas au inconnu.

Je recula tranquillement afin de les laissé parlé et puis je repensa au parole de la jeune jument. « Il y a une... ». Une fenêtre? Impossible! Il n'y en avait pas autour de moi. Une trappe? Mais oui! Je devais fouiller la salle pour trouver si cette maison possédait une trappe afin de me venir en aide. Je regarda partout autour de moi et puis comme je pouvais l’espérer, je vis une ouverture au plafond. Je pris ce passage, me conduisant sur le toit de cette maison.

Crystal Empire me semblait différent tout d'un coup. Au loin, une rivière chocolaté et puis plusieurs bruits qui se ruait dans les rues. J'entendis plusieurs chanteurs, danseurs et pleins d'ivrognes. Je resta sur le toit de la maison et je vis en dessous de moi deux poneys en train de s'affronter. Je reconnaissais aucun des deux. Qui étaient-ils? Je sorti mon arc et inséra une de mes flèches endormantes pour la tester et mis les étrangers (Mad et Ame) vis-a-vis en ligne de mire. Je n'arriva pas a faire un choix lorsque je vis que un des deux venait de lancer une attaquer. (Mad) Je lâcha la corde puis recula d'un coup sec afin de ne pas me faire repérer. J'attendis que la flèche atteigne la cible choisie (Mad)

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Raid Chaotique] Coucou c'est nous !   Mar 15 Sep - 23:14

Il n’y a pas à dire, et pour faire simple, histoire pour une fois de parler sans ambages et sans laisser trainer outre mesure mes paroles dans un flot d’aphorisme, une longue logorrhée, une interminable lalomanie, une verbologie sans fin, bref, je m’ennuyais ferme dans mon nouveau château. Je dois avouer que je m’attendais tout de même à d’avantage de résistances de la part de ces chers cristallins. Cela faisait quelques temps que j’écumais les couloirs et autre salles, redécorrant à souhait le palais et nulle trace d’une quelconque opposition à ma venue. Je ne parle bien entendu pas de ces quelques bigots armés et armurés, ils ne sont rien de plus que des moucherons pour son Altesse Royale que je suis.

A tourner en rond ainsi il fallait se rendre à l’évidence, si je voulais profiter de mon anniversaire, ce ne serait pas en ces lieux que j’y parviendrais. Autant recherche le bonheur là où il était, en somme ailleurs et surtout dehors. Je me souviens parfaitement avoir aperçu moult festivités depuis ma longue vue de fortune avec ce gros cailloux cristalleux utilisé tout à l’heure. Ce ne serait pas bien difficile de trouver de quoi s’occuper. En revanche, le choix le plus dur à faire serait surement de choisir qui rejoindre et quoi faire de ce nouveau temps libre.

Assis sur l’une des tours du château je contemplais ma ville tout en dégustant un succulent oignon d’amour. C’est comme une pomme d’amour mais avec un gout bien plus prononcé. Etrange sur la première bouchée, il faut avouer qu’on y prend vite plaisir. Vous devriez essayer, ou, tout simplement pour faire une petite plaisanterie entre amis ou ennemis aussi, ça marche quand même.

Quoi qu’il en soit, ma petite escapade sur les toits de la plus haute et la plus prestigieuse des demeures, la mienne ne l’oublions pas, me permit de me faire un petit aperçu de la situation. Toute la ville était en émoi, il y avait de l’agitation partout. Ca bullait à droite, chantait à gauche, dansait ici, criait là. Des explosions de musiques et de couleurs parvenaient d’une multitude de ruelles épargnées par le déversement de chocolat.

Mais que vois-je au loin ? Ne serait-ce pas mon fidèle conseil restreint ? Mais si. Chaussant mes magnifiques et immaculés patins à glace, enfilant mon manteau et mes moufles, recouvrant ma tête de mon bonnet percé – je pense toujours à laisser mes cornes visible, cela donne un certain statut je trouve – je m’élançais dans le vide, un étrange chemin de glace se traçait sous mes pieds au fur et à mesure de mon avancée.

Mais que vois-je au moins loin que le loin de tout à l’heure ? Ne serait-ce pas un type que je ne connais pas agressant mon conseil favori – non pas que j’en ai plusieurs, mais ces deux-là restent mes préférés, aussi étrange soit-il – sans vergogne, espérant passer inaperçu après une telle infamie envers le Chaos lui-même. Devrais-je laisser impunie un tel méfait ? Non bien sûr. Un exemple, voilà qui devrait être fait. Montrer à tout un chacun ce qu’il en coute de se mesure à sa seigneurie Discord.

Je n’avais cure de cette flèche lancée, un simple cure-dent sans interêt. Si elle parvenait à faire tomber Madounette ou Karlounet alors c’est que je m’étais fourvoyé sur leur utilité. Mais pour en revenir au sujet pertinent, je regardais cet illustre archer inconnu se cacher. Petit coquin. Arrivant sur la pointe de mes patins à glace je me déplaçais avec délicatesse afin de me retrouver dans le dos de mon nouvel ami. Et là … surprise !

- Coucouuuuuu, c’est moiiiiiii !
Petit sacripant. C’est pas bien de jouer les vilains.
Quelle méchanceté que ce que tu as fait !
Es-tu fier d’agir ainsi ? Contre les soldats de ton Roi en plus.
Bon, je ne t’en veux pas, rassure toi. Mais en revanche j’ai une mission des plus importantes à te confier. Ne bouge pas.


Bim, bam, boum. De petit archer à gros glaçon devint ma victime. Enfermé dans un bloc de glace rose il n’avait nulle échappatoire outre porter son admiration sur le combat qui allait suivre. Mais qu’on se le dise, Discord est un dirigeant généreux alors pour le remercier de sa gentillesse, j’offrais à mon nouvel ami une place d’honneur en élevant un énorme pilier de glace – tout aussi rose – sous ses pieds gelés afin que le glaçon prenne de la hauteur.

Des ruelles avoisinantes un pilier s’était levé, un glaçon étoilé en son sommet, chatouillant le ciel de ses piques élimées. Comme un phare dans la nuit, la colonne gelée sonnait le ralliement des troupes à ses pieds. D’ici là, une déferlante chaotique guidée par ces hérauts aux tartans rouges serait bientôt assemblée afin de porter un coup final et théâtral à cette fête d’anniversaire, je parle bien sûr de la découpe et de la dégustation du gâteau, de mon gâteau.

En attendant, laissant seul mon ami en froid dans sa tour de givre j’approchais de mon bras droit et de mon fidèle conseillé. Un trio de choc si l’on peut dire à qui nul ne saurait résister.

Tablier autour de la taille, chapeau de chef sur la tête, couteau aiguisé et plateau dans les mains, c’est avec la plus grande attention que je veillais à ne pas renverser le gouter aux couleurs bariolées.

- Alors les choupinous ? Qui veut une part de gâteau ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Raid Chaotique] Coucou c'est nous !   Jeu 17 Sep - 6:24



Je m'étais fait avoir : l'attaque était chaotique et située dans nos murs, et en l'espace de quelques minutes le combat était déjà déclaré dans les rues de notre capitale.

Le premier à réagir fut le dragon : ces bêtes sont sensibles aux sons, un coup de gong à quelques mètres et ça sait même plus voler. Les vibrations sonores sont une plaie pour leur tympan. Du coup avec l'orchestre chaotique qui surgit de nulle part dans la ville ce n'était même plus la peine de le retenir. Il fit volte face et alla cracher sa rage dans les rues mouvementées de la capitale. Et lorsque je le rejoignis, c'est l'anarchie...

Dans un grand disque centré sur le gare, beaucoup de chaotiques en train de combattre les gardes crystallins. Les murs avaient déjà subi leur influence et ils continuaient de se disperser de façon hasardeuse dans le ville. Mais de là où j'étais, je pouvais très bien observer les manœuvres militaire de l'armée crystalline : un gigantesque arc-de-cercle large de 10m fait de soldats en position de défense prêt à stopper net l'avancée ennemie. Certains chaotiques s'étaient déjà écrasé sur eux sans succès, mais le plus gros arrivait. Leur victoire n'était pas assurée mais j'étais sûr de l'efficacité de l'entente du bloc Crystallin !

Plus bas j'aperçus une vague de chocolat déferler sur la ville. C'était vaguement impressionnant, mais en rien surprenant. Et je cherchais alors du regard ce qui aurait pu être les représentants de chaque. L'Eternal Chaos avait sans un chef sur qui compter ici, Discord probablement, et bien accompagné. Ce serait du suicide de les affronter seul, et c'était justement en pensant à cela que je vis Kabuto Kin et Amethyst. Le premier était un vieux changeling qui savait tenir une épée, et la seconde, une mage à ma connaissance. Ils faisaient face à deux autres personnages, des chaotiques sûrement, de haut niveau probablement.

Mais soudain apparu un immense bloc de... Rose...

Cela ressemblait à du cristal, mais cela aurait été suicidaire en terme d'énergie magique dépensée. Ce devait être de le glace, mais pour quoi faire ? Intimider nos soldats, servir de bouclier ? Dans tous les cas, le détruire me paraissait une bonne option.

Je me repositionnai et me retournai vers le dragon et après 10 secondes et 7 flèches tirées je l'atteignis au visage. Un paire d'écaille s'en arracha et dans un hurlement de haine en me direction, il se posa sur deux bâtisses pour lever la tête et contacter sa poitrine : il allait tirer !

Je pris en altitude et effectuai un simple mouvement d'esquive pour laisser son projectile enflammé frapper en son milieu la structure glacière. Dans une vapeur de fusion éclair, le pilier se briser en deux et la moitié basse fut projetée une vingtaine de mètres au loin tandis que la moitié haute s'écroula sur le bâtiment où elle était posé pour faire s'effondrer le tout. Dispersant les personnes aux alentours, y comprit Amethyst et Kabuto.

Je scrutai la scène au loin et reconnu Discord, il était là avec les deux autres avant la destruction du bâtiment. Il était sûrement à l'origine de cette magie de givre, et bien sur, un ennemi de taille aussi.

Je redescendis alors au ras du sol pour revenir sur la position de mes deux camarades, j'utilisai mon sifflet sourd, dégainai mon arc, gardai préparées mes hachettes de cristal, réajustai mon armure d'écaille et pris finalement place sur le toit d'une habitation à 14 mètres en arrière droite de Kabuto. Les rues étroites dans lesquels ils s'étaient confronté était devenu un tas de décombres où trônait un morceau de glace réduit. Cela allait très probablement être notre champ de bataille futur. Le dragon me suivit sur une dizaine de mètres mais mes mouvements le semèrent. Il risquait de rester là un moment à détruire ce qui lui passe sous la patte si personne d'autre de menaçant se présentait à lui.

Je pus observer nos trois opposants, Discord, un mage imprévisible, une sorte de gentleman à la carrure imposante, un Chevalier ou un Paladin, un moine peut être, et puis une Barde, visiblement très... Étrange...

Ils ne m'avaient pas vu, si ce n'était avant que je descende mesure j'étais à environ 175 mètres de leur emplacement. J'avais aussi fait attention à ne me déplacer uniquement hors du chez-moi de vision de chacun, même de celui de les alliés. Et j'avais profité du brouillard de poussière de l'écroulement pour m'embusquer sûrement et efficacement.

J'attendais alors une opportunité : une offensive de leur part, un isolement, une incantation. Tout était à prendre. Trois flèches rapides sur ma cible, puis je me rue sur elle et la lacère de coups de haches. Sortant de nulle part c'est prendre peu de risques en terme de défense, j'espérais seulement que mes deux alliés n'allaient pas trop subir d'ici à ce que je trouve une occasion de tuer.

Discord était une bonne cible, mais stratégiquement parlant la Barde était une proie plus intéressante : c'était sur elle que je me focalisais.

Wouf wouf:
 
Revenir en haut Aller en bas
Amethyst
avatar
Changeling Swarm

Messages : 276
Age : 23

• Votre personnage •
Race: Licorne
Niveau: 25
Expérience:
21/300  (21/300)

MessageSujet: Re: [Raid Chaotique] Coucou c'est nous !   Dim 20 Sep - 13:43








Combat



- Du quoi ? - La jeune jument avait eu du mal à en croire ses oreilles mais dut se rendre à l’évidence lorsque la marée épaisse avait déferlée dans l’avenue. C’était bien du chocolat au lait. Le chaos était total. Entre les musiciens qui continuaient leur air entêtant partout où ils le pouvaient, les autres qui fonçaient tête baissée vers la rivière brune en quête d’aventure et d’indigestions et les gardes dans leur armure cristallines qui tentaient de réguler tout ça Amethyst se sentait terriblement perdue. Son crâne bourdonnait sous toute cette agitation peu recherchée. Tentant de remettre ses idées en place elle suivit le mouvement de foule qui incitait la plupart des personnes censées à se ranger contre les murs voir les escalader pour échapper au mortel torrent qui coulait inexorablement sur les pavés de la capitale cristalline.

Les toits ne semblaient pas hauts et facile à atteindre. Ce fut donc la nouvelle destination de la licorne qui s’y hissa sans peine pour échapper à un futur incertain. Enfin elle pouvait analyser la situation.. Prenant un appui sûr elle grimpa sur le sommet de la maison pour voir au plus loin, le chocolat coulait partout où elle pouvait voir. Au moins elle savait qui était là. Ses connaissances historiques comportaient quelques lacunes mais elle ne connaissait qu’une personne qui puisse être à l’origine de pareille magie, Discord. Elle n’avait rien contre lui, ni contre personne d’ailleurs. Et l’inondation la laissait de glace, il pouvait venir embêter la princesse Cadence s’il le voulait, les affaires d’état ne l’intéressaient pas et elle aurait plus vite fait de rentrer chez elle pour se remettre de ça. S’il n’y avait pas eu de dangers pour la vie de dizaines de poneys ! De là où elle était elle pouvait voir que la majorité des gens étaient en sureté sur les toits, le reste avait dut être hébergé dans les maisons, enfin surtout les gardes vu qu’elle ne voyait presque que des fêtards dans les environs. Tiens d’ailleurs elle était seule de son côté, ah non. Quelqu’un d’autre était sur un toit voisin, un terrestre à première vue mais elle n’arrivait pas bien à le distinguer sous sa couche de peinture qui le recouvrait.

S’apprêtant à se diriger vers lui, voir si tout allait bien un rideau tomba sur sa vue.

« -SURPRISE ! »

Le corps noir de la licorne s’éleva pour s’effondrer lourdement quelques mètres plus loin. Que s’était-il passé ? Un sifflement suraigu dans les oreilles la magicienne relevait péniblement la tête, que faisait-elle au plafond ? Et où était-elle déjà ? Lentement les idées revenaient, elle était dans la ville.. La musique au chocolat.. non, puis le chocolat.. Elle était sur le toit et elle s’est faite assommée. Par qui ? Elle n’avait vu personne. Regardant derrière autour d’elle elle aperçut une présence à travers le rideau de larmes qui obstruait sa vision. Quelqu’un était là, près d’elle mais lui tournait le dos. A y voir de plus près c’était une musicienne, une violoniste. Se redressant sur ses pattes Amethyst cherchait dans son esprit où elle avait déjà vu une violoniste dernièrement.. La cinglée qui était arrivée en carreau ! Se rappelant d’un coup que la colère pouvait se ressentir elle la laissa envahir son corps récupérant par de même le sens du son qui vint lui faire sonner la tête une nouvelle fois. L’autre était occupée à jouer du violon, ça semblait avoir un effet sur le terrestre de l’autre côté, une barde donc. Cela de figurait rien de bon. Boostée elle-même par l’aversion qu’elle avait gagné envers celle qui avait dut pulvériser une demie douzaine de poneys elle se prépara à la pousser dans le chocolat d’un gout de geyser. Elle avait le temps pour se concentrer car sa cible était tout à fait occupée à autre chose. Hélas ce n’était compter sur un nouvel arrivant.

« - Alors les choupinous ? Qui veut une part de gâteau ? »

Du gâteau ? Se retournant elle eut à peine le temps de voir que Discord arrivait à son tour avant de blêmir du mieux qu’elle le pouvait en apercevant une épaisse tour de glace qui tombait en ruine, suivant le Chaotique à grande vitesse. Les réflexes aiguisés par un danger si inattendu elle esquivait les blocs qui éventraient la maison de haut en bas, pulvérisant les plus petits de ses flammes. Mais qu’a-t-elle fait pour mériter pareille journée, secouée dans tous les sens et maintenant elle allait sans doutes devoir sauver sa peau de cette mascarade. Désormais en pleine possession de ses moyens elle était prête à combattre, peu importe d’où la menace venait et sa nature. Mais d’abord.. Cherchant autour d’elle la jument la licorne arma sa corne d’une lueur mauve pour lancer une forte gerbe d’eau dans sa direction, peu importe où ça pouvait la toucher, dans le gruyère qu’était le champs de bataille elle ne pouvait que tomber.

© Jawilsia sur Never Utopia



Mais quoi dis donc qu'il s'est passé?:
 

_____________________________________________
~ Nature always finds a way ~
~ beyond all the kingdoms, she will be the last ~
Praise the CHON CHON CHON CHON
Revenir en haut Aller en bas
Tough Spirit
avatar
Lunar Republic

Messages : 113

• Votre personnage •
Race: Crystal Pony
Niveau: 19
Expérience:
60/190  (60/190)

MessageSujet: Re: [Raid Chaotique] Coucou c'est nous !   Lun 21 Sep - 14:10

BAM BAM

Le marteau résonnait sur l'enclume, modelant le métal chauffé au rouge. Tough Spirit regarde son père travailler le métal, il n'était pas encore assez vieux pour manier le marteau mais il pouvait déjà apprendre.

La plupart des gens sont impressionnés par le marteau, ils se figurent que tout le talent du forgeur est dans la façon dont il frappe. C'est faux.

BAM BAM

Un mauvais façonnage peux faire une lame médiocre certe mais le vrai secret c'est la trempe. Aucun coup de marteau ne peux compenser pour une mauvaise trempe et une mauvaise lame avec une bonne trempe sera toujours plus solide. Tu comprend ça?

Oui Papa.

BAM BAM

Son père hoche la tête alors qu'il continue à frapper le métal.

Certains métaux doivent refroidir vite, d'autre lentement. Ça dépend aussi de ce qu'on attend de ce qu'on crée. Le refroidir plus rapidement peu donner plus de souplesse, plus lentement rend le métal plus dur... On peux tremper dans l'eau, dans l'eau chaude, dans l'huile, dans la neige, dans l'air même. Parfois pour une trempe parfaite il faut des trempes différentes. Par exemple un couteau a besoin d'une trempe plus rapide sur le fil, plus lente sur le dos de la lame...

BAM BAM

Il examine l'épée qu'il était en train de fabriquer d'un oeil critique puis d'un geste vif, trempe la lame dans le conteneur d'huile non loin de l'enclume. Au premier contact une gerbe de flammes s'élève engouffrant la lame, la pince et le sabot couvert de cuir de son père.

FHROOSH

Papa?

Oui?

Je peux tenir le marteau?

Son père lui sourit anvant de scouer la tête.

Pas encore Tough, ta mère m'arracherais la tête.

S'il te plait?

L'étalon soupire et attrape le marteau sur l'enclume.

D'accord, mais ne me demande pas si tu peux soulever l'enclume hein?

Il le lui tendit et Tough spirit le saisit, sentant le poid tirer sur ses muscles...

***

BOOM BOOM

Tough Spirit bat des paupières. Il était toujours prisonnier sous la masse des chaotiques, sentant le battement de son cœur résonner dans tout son corps, sa colère refroidir petit a petit. Elle ne devenait pas moins forte, elle trempait, devenait plus dure et froide. Son pelage n'avait jamais brillé si fort.

BOOM BOOM

Tout le monde savait qu'un crystallin ressentait les émotions plus fort, son pelage brillant vivement sous le coup d'émotions positives et devenant grisâtre lorsqu'il était en proie à des émotions négatives. Mais négatif et positif ne sont pas dans ce cas mesuré par leur impact sur le monde extérieur, mais par ce que les émotions faisait au poney de crystal. Tristesse, apathie et paresse étaient négatives parce qu'elles poussaient à l'inaction et à l’apitoiement sur soit même.

BOOM BOOM

La colère, poussant à l'action, était extrêmement positive.

Il avait d'abord été retenu par une dizaine de Chaotiques mais ça n'avait pas duré. Plusieurs étaient partie en disant qu'ils entendaient l'ordre de dispersion. D'autres avaient suivit, parce qu'ils s'ennuyaient, parce qu'ils voulaient faire autre chose de plus amusant. Petit à petit la pression sur son dos s'était réduite. Ils n'étaient plus que six maintenant. Cinq, l'un d'entre eux annonçant qu'il avait un petit creux.

BOOM BOOM

Quatre. Un lui tenait les pattes arrières, deux étaient assis sur son corps, un troisième sur sa tête. Tough Spirit ferme un instant les yeux, ravivant le feu de sa colère. Son épée volée, la douleur sourde des ecchymoses, un Chaotien lui avait mordu l'oreille. Un chaotique était assis sur sa tête.

BOOM BOOM

Ses pattes arrières, son corps, et sa tête étaient immobilisés mais ses pattes avant étaient libres. Il ne pouvait pas voir ses adversaires mais il était extrêmement conscient de la position de l'un d'eux.

Tough replie sa patte gauche et la déplie brutalement entre les pattes arrières de son adversaire, sentant son sabot écraser plusieurs Parties de l'anatomie de l'étalon  auquel celui-ci était nul doute attaché.

Il pus entendre un grognement rauque puis le chaotien roule par terre alors qu'un objet atterrit près de la tête de Tough Spirit, probablement lâché par l'étalon qui protégeait son anatomie endolorie des deux sabots.

BOOM BOOM

Avant que les trois autres ne puisse réagir Tough plante fermement ses sabots a terre, sa tête maintenant libérée lui permettant de profiter de l’appui pour se relever, envoyant les deux poneys assis sur son dos valdinguer de part et d'autre et libérant un de ses sabots arrières de la prise du quatrième chaotique. Tough ne perd pas de temps pour lui envoyer un coup de sabot dans les dents, le faisant définitivement lâcher.

Devant lui a terre, Tough pouvait voir l'arme lâchée par le premier chaotique. Un manche, une tête. Un marteau. A l'aide de peinture bariolée quelqu'un avait dessinée une face souriante sur la face percutante du marteau. Toughe s'en saisit.

BOOM BOOM

Le premier chaotique tenait toujours ses parties meurtries, le quatrième était sonné et se tenait la mâchoire mais les deux autres étaient déjà de nous sur pattes et prêt à en découdre. Tough se tourne vers celui a sa droite tout en envoyant un coup latéral avec le marteau, mettant tout le poids de son corps dans la frappe qui cueille le guerrier chaotique sur le côté de la bouche, lui rejetant la tête sur le côté et envoyant plusieurs dent voler.

BOOM BOOM

Aucun remord, le chaotique connaissait les risques avant d'attaquer la cité, s'il n'était pas prêt a mourir ou a vivre infirme pour le bien de sa nation il n'avait qu'à s'abstenir de rejoindre le raid.

Le troisième chaotique rue, espérant maintenir la distance et pouvoir lui mettre un coup de sabot à la tête mais Tough s’aplatit au sol, envoyant un coup ascendant dans le plexus de son adversaire, éjectant pour l'air des poumons de celui ci alors même qu'un craquement écœurant annonce le bris de plusieurs côtes.

BOOM BOOM

Le temps de mettre ces deux là hors d'état de nuire le quatrième avait récupéré du coup de sabot dans les dents. Il avait reculé et adopté une posture défensive, bouclier levé, hache en retrait prête à frapper si Tough tentait de passer sa garde. Un coup d'oeil lui apprit que le premier chaotique était toujours en train de pleurnicher, il se concentre donc sur l'adversaire le plus préoccupant, lequel reste en retrait, son enthousiasme pour l'attaque apparemment douché par la brutalité du Crystallin.

BOOM BOOM

Tough charge, marteau levé, et le Chaotique lève son bouclier en réponse, se protégeant plutôt que de tenter une attaque. Grave erreur. Tough enchaine immédiatement sur un autre coup, pilonnant le bouclier sans merci.

BOOM BOOM

Chaque coup se réverbère dans la patte du Chaotique, alors que le bouclier de bois et de métal part en morceau sous l'assaut. Son adversaire trop terrifié pour sortir de sous la protection de celui ci.

BOOM BOOM

Un craquement annonce le bris de la patte, alors même que le bouclier tombe, mélange d'échardes et de métal tordu. Le Chaotien tente enfin de répliquer, sa hache décrivant un arc de cercle alors qu'il tente de porter un coup, mais avec une patte brisée il est déséquilibré et frappe trop bas, Tough Spirit se dresse sur ses pattes arrières pour éviter le coup et profite de la gravité pour abattre son marteau sur le crane du Chaotique.

BOOM BOOM

Un craquement humide retentit et le guerrier s'effondre, parcouru de spasmes, du sang coulant de ses oreilles. Tough se retourne, voyant le premier se relever sur des pattes tremblantes de douleur. Il frappe du marteau, faisant passer le coup entre les pattes avant pour de nouveau frapper au même endroit.

Reste. Couché.

BOOM BOOM

Que Crystal Empire tombe ou que les défenseurs triomphent il y aurait au moins trois Chaotiques pour se souvenir de se raid avec peur plutôt que joie.

***

Durant son indisposition le dragon était revenu mais au final cela semblait être une bonne nouvelle. Les civils avaient trouvé refuge dans leurs demeures de cristal, impossibles à incendier. Les défenseurs crystallins étaient organisés, et a moins d'être prit dans un combat sans possibilité de retrait lorsque le Dragon approchait en crachant le feu ils le voyaient venir, et s'ils entendaient l'avertissement tout ceux qui le pouvaient se mettaient a couvert. L'attaque des Chaotiques étaient organisés mais les soldats sur place ne l'étaient pas, chacun vaquait a ses affaires, des petits groupes absorbés dans leur petit mondes, même si l'un deux voyait venir le dragon et lançait l'avertissement tout le monde n'étaient pas attentifs, sans compter que les sections ou les Chaotiens étaient les plus nombreux était également les sections les plus bruyantes. En somme, le dragon allait faire le ménage pour les crystallins.

Le chaos régnait toujours dans les rues malheureusement, l'envahisseur avaient toujours l'avantage. Leurs troupes semblaient se rassembler vers ce qui restait d'une colonne de crystal rose. Tough Spirit connaissait le panorama de la cité et il savait que c'était nouveau. Probablement un type de signal, probablement de Discorde qui devait être le seul a avoir assez de magie pour ça.

Il s'y dirige également, anticipant que le plus fort des combats y aura lieu, passant par les petites rues moins bondés, n'hésitant pas à assommer tout Chaotien allant dans la même direction tant que celui ci lui tournait le dos il parvint enfin sur le lieu du crash. Les choses ne se présentaient pas bien.

De la ruelle ou il se trouvait il pouvait voir le type qui lui avait volé son épée, sans son épée. L'avait il égaré? Se l'était il faite volé? L'avait il abandonné ou donné? Tough Spirit chasse ses pensées obscures, malgré l'attachement sentimental une épée n'était qu'une épée et il aurait le temps de la chercher après le raid s'il gagnait. Il y avait également une barde, vu son violon, chaotique a en voir sa tenue. Mais le plus préoccupant c'était que Discorde en personne se trouvait là...

Côté Crystallin, il pouvait voir une magicienne licorne noire, elle avait l'air puissante mais a une contre trois les choses paraissaient mal parties. Il pouvait également apercevoir un licorne au milieu de débris de glace. Et bien sûr il y avait Tough Spirit, toujours dans l'ombre de la ruelle. Les choses se présentaient mal. Trois contre trois mais une seul de leur côté se trouvaient dans la même catégorie.

Mais peut être... qu'ils pouvait gagner l'avantage en utilisant la stratégie appropriée.

La barde jouait du violon, occupée par sa musique, personne n'avait encore remarqué son arrivé... Tough prend une grande inspiration et charge la barde marteau levé, l'abattant dès qu'il se trouve assez près.

Le marteau descend brutalement en direction de la tête de Mad... et la frôle poursuivant son chemin. Les bardes étaient réputés agiles, esquivant les combats s'il le pouvait, il y avait de grand risques qu'elle ais été capable d'esquiver un coup dirigé contre elle.

C'est pour ça qu'il avait visé le violon à la place. Elle pouvait être vive, mais mettre le violon hors de porté, alors qu'elle en jouait l'instant d'avant? Il faudrait qu'elle soit voleuse pour faire disparaitre un objet aussi encombrant si vite.

résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mad Melloré
avatar
Eternal Chaos

Messages : 337
Age : 22

• Votre personnage •
Race: Saddle Arabian
Niveau: 18
Expérience:
129/180  (129/180)

MessageSujet: Re: [Raid Chaotique] Coucou c'est nous !   Mar 22 Sep - 19:48




___Que se passait-il ? La folle se cachait déjà derrière ses pattes en voyant l’étalon au pelage gris se déplacé vers elle. Il était vrai que leur dernière rencontre ne s’était pas forcément passez du mieux possible, mais elle n’avait rien fait, alors pourquoi il voulait la taper ? Toutefois, malgré ce qu’elle pouvait penser, si ce brave Chevalier s’approchait ainsi d’elle, ce n’était pas pour lui envoyer un revers de manche qui aurait été des plus douloureux, mais pour lui donner une accolade. Après tout elle l’avait bien mérité après l’accueil qu’elle avait offert à Discord et aux fêtards ! Mettant un terme à sa représentation bardique par un sort affûtant ses sens, elle accepta cette accolade lui fit éviter une flèche qu’elle regarda avec de grands yeux ébahit. L’aliéné s’apprêtait à mettre sa patte sur la trajectoire du projectile pour l’attraper avant de se ressaisir, elle était folle, pas complètement idiote voyons ! Attraper une flèche ainsi à plein sabot, elle se souvint qu’il s’agissait de quelque chose qui pourrait s’avérer très douloureux.  Rabaissant donc sa patte qu’elle avait commencé à lever, c’est non sans tristesse qu’elle observa le projectile filer devant ses yeux. L’air vibra lentement pour ses oreilles fines. Chaque objet, chaque geste avait une certaine musicalité, mais celle des flèches, filant droite, ondulant, combattant les vents. Cette fine baguette de bois avait une musicalité qui avait toujours fasciné cette démente virtuose.


___Karl mit alors fin à l’accolade alors que Mad cherchait du regard qui avait bien pu les attaquer ainsi, furibonde, elle se sentait l’âme belligérante d’un pirate. Elle se sentait l’âme de ces guerriers maritimes sans foi ni loi. Elle avait envie de tabasser des gens sans réelle raison apparente, juste parce que dans le moment et l’ivresse de cet instant, elle avait envie de se battre, elle avait envie de s’amuser de cette manière. De distribuer droites et noisettes de tous les côtés, de casser des dents, et de rire en le faisant. Le cœur qui battait la chamade et ses petits sabots serré, elle aperçut  non loin alors le tireur de flèche embusqué grâce à sa vision acérée, mais c’est alors qu’elle allait se charger de le réduire en un tas d’os brisé et de muscles endoloris qu’une pente de glace vanille apparu, suivit d’un Discord qui enferma le mécréant dans une prison de glace avant de le  percher sur une colonne gargantuesque de délice sucrée. Vint alors quelques minutes plus tard, un inopportun qui tenta de lui casser la tête. La belle esquiva grâce à son agilité, et remarquant grâce à ses sens acerbes et la différence de puissance entre elle et le moustique qu'il tentait de s'en prendre à son violon. Voulait-il réellement voir son violon de plus prêt? Très bien. Le saisissant à deux sabots, elle décrivit un arc de cercle vers l'arrière esquivant donc le marteau et lui enfonçant l'instrument dans la tempe. Profitant de sa rapidité, elle dégaina son épée d'un sabot et lui trancha profondément la côte pendant sa chute en contrebas. Avec la chute, le coup qu'il avait reçu à la tempe et la blessure qu'il avait reçu, son petit corps frêle, n'avait strictement aucune chance de s'en remettre


___C’est à ce moment que la folle commença à sortir de ses gonds. Comment c'est insecte, avait il osé s'en prendre à son merveilleux instrument!


-HEY C’EST PAS GENTIL, LA PROCHAINE FOIS, TU APPRENDRAS A PAS TOUCHER AUX INSTRUMENTS DES GENS !


___Au même moment, relevant les yeux, la barde vit devant elle une vague gargantuesque. Levant les yeux aux ciels et soupirant, elle posa ses quatre fers bien au sol, son enchantement d’agilité et de force lui permettait d’avoir un meilleur équilibre. Regardant la vague avec défi, elle se dressa, sortant son poitrail, ce n’était pas un peu d’eau qui viendrait à bout d’elle. La vague passa lui donnant comme un énorme coup dans la tête et tout le corps. Comme si elle avait couru tête la première contre un mur, ses sabots glissèrent un peu en arrière, et retenant sa respiration, la belle tint bon. Elle resta fermement les pieds sur terre. La vague était passé et elle était encore debout.










___Encore sonnée et titubante, la gracieuse barde fit un pas chancelant, les yeux encore fermée par l’eau, elle tendit un sabot vengeur vers son adversaire.


-T’sais pas à qui t’as à faire p’tit gars.  Je suis la grande Cap’tain Mad, Flibustière de la rivière Tuchoko, Savvy ? Yo Hoy, j’vais t’étriper, comme ca p’têt’ que le grand dieu des mers nous aura à la bonne après ca.


___Faisant un pas de plus, la tête ballante, les pattes tremblantes et le sol glissant. La jument glissa, de la façon la plus ridicule qu’il soit, tombant sur les fesses elle glissa sur le toit puis tomba. Bien heureusement pour elle, son enchantement d’agilité lui permit de se réceptionner plutôt bien grâce aux réflexes qu’elle avait acquis. Ainsi en tombant elle prit appuis sur le mur pour se propulser vers une enseigne ou elle s’accrocha avant de se laisser tomber mollement au sol.


___Devant elle avait lieu le spectacle peu reluisant de l’exécution sommaire de l’enfoiré qui avait osé essayer de l’attaquer. Laissant Karl se débrouiller seul, la demoiselle désormais ayant reprit ses esprits se servit de son agilité pour en deux bonds remonter sur le toit, un air agressif sur le visage. Entamant une nouvelle représentation bardique elle doubla les dégâts des sorts de givre de son chef, et enchaîna sur une diminution de l’agilité et donc de la vitesse de la mage qui l’avait mit à terre.


-Cadeau d’anniversaiiiiireeee.


___Elle continuait à jouer une musique guerrière, une musique pirate, entraînante et bonne enfant, le genre de musique que l’on aimerait entendre lors d’une bagarre dans les tavernes. Rangeant son archet elle continua à jouer en pizzicato, se libérant donc un sabot. Dansant comme une folle, la guerrière était prête à combattre, plus que jamais. La violence de la musique faisait battre le sang à ses tempes. Le son qu’elle saturait de sa magie donnait un rythme qui lui accélérait le rythme cardiaque et la faisait voir rouge. Elle ne voulait plus simplement se battre pour le plaisir, elle était désormais prête à envoyer à l’hôpital pour un moment la première personne la mettant en rogne.


___S’énervant au fur et à mesure de la musique, la demoiselle pinçait avec fureur les cordes, la folie furieuse s’emparait d’elle dans cette farandole de rouge et qui lui montait aux tempes. Cette douce chaleur qui l’enveloppait, la chaleur de la violence qui la réconfortait jusqu’aux os. Cette divine violence qui lui donnait cette sensation invraisemblable, cette sensation d’être vivante du à l’adrénaline du combat.  Cette sensation de puissance de différence due aux endorphines qu’elle sécrétait. Plus elle jouait et plus ces sentiments de satisfaction l’envahissait. Elle n’était plus juste Mad,  elle était tellement plus. Un monstre, peut être ? Un monstre se repaissant de la douleur et des cris. Laissant les cordes résonner encore un instant dans le vide, les notes rouges qui dansaient autour d’elle, la barde mit un terme à son mini concerto en frappant le sol du sabot, y laissant une empreinte. Elle était prête. Prête à se battre et à combattre. Personne ne gâcherait de fête d’anniversaire en sa présence. Personne n’en avait le droit.
HRP:
 



Nouvel Ordre:

-Lonewolf Feraleaf>Discord>Kabuto Kin>Karl Tirecorde>Amethyst>Mad Melloré

Prochain à poster: Lonewolf

_____________________________________________

OC From Mad Munchkin
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Raid Chaotique] Coucou c'est nous !   Jeu 24 Sep - 21:26

C’était une super journée que voilà. Le ciel était bleu, les nuages de barbe à papa déversant leur flot de sirop sucré sur la ville avaient été chassés par la douce brise qui faisait virevolter ma blanche barbichette. Une journée radieuse, idéale pour s’occuper l’esprit avec une fête. Et bon sang, quelle fête ! Cela faisait bien longtemps que je n’avais vécu tel anniversaire. Depuis l’arrivée de mon peuple, des tous mes amis chaotiques dans la ville depuis le train spécialement affrété pour cette occasion tout n’avait été que pure réussite.

Que dire ? Un dragon pour mettre de l’animation ? C’était du jamais vu, du grand spectacle. Même les meilleurs des traqueurs ne sauraient en faire autant. La classe non ? Et puis s’en suivi ce déversement coloré, mes choupinous eux vêtements bariolés flottant au vent. Le plus beau ? Voir chacun d’eux s’amuser, rire, chanter et danser au son des musiques bardiques et des vuvuzelas. Et bien sûr, quoi de mieux pour marquer votre territoire ? Refaire la décoration. Du rouge, du vert, du bleu, du jaune et plein d’autres teintes comme ce rose bonbon sucé trois fois. Magnifique couleur.

Ne manquait à cette fiesta que ces petites blagounettes qui font d’une simple rencontre un moment inoubliable. Le Palais Princier. Ça c’était mon domaine. Et piouf ici et piouf là. Des déguisements pleuvaient à foison pendant que mes douces marionnettes s’en donnaient à cœur joie pour ajuster à mon gout cette nouvelle demeure qui était désormais mienne.

Mais voilà. La solitude vous gagne. Tout le monde s’amuse et vous vous êtes seule. Une déprime passagère surement. Pour lutter contre ce triste état émotionnel qui, il faut se le dire, a vite fait de vous gâcher une si éclatante organisation, c’était à moi d’animer la fin de ces bigoteries fantastique que voilà.

Allez, en scène on se lance ! Et d’un ! Bim bam boum. Glaçon froid et tout gelée, gout cerise au passage. Facile la tour. Coucou les copains on est là. C’est bien connu. Je suis un phare dans la nuit pour mes semblables. Enfin, pas me semblables mais pour mes serviteurs. Et puis voilà que ça bouge. Un marteau qui vole, des coups qui pleuvent. Je suis tout ça avec un regard vif, un regard amusé, un regard curieux et bien sur un regard inquisiteur. Ca fuse dans tous les sens. Cassé le pilier, cassé le chevalier. Le conseil balayé, le conseil écrasé, mais non, le conseil soudé !

Je sentais déferler en moi la toute-puissance Chaotique. Alors certes, elle prenait la forme d’une étrange folie comprimée dans le corps d’une toute petite chose fragile, mais elle savait s’échapper suffisamment et surtout au bon moment pour que tout le monde puisse en profiter. Ainsi donc je devais devenir sérieux, ainsi donc certains n’aimaient pas ma petite fête. Soit. Entrons en jeu alors.

Sous l’impulsion donnée par celle qui contre toute attente était ma fidèle seconde je sentais déferler en moi une énergie nouvelle. Mes yeux luisaient d’une aura pâle bleutée, laissant disparaitre toute trace de mon ancienne vision. Rien de bien méchant, juste un effet visuel scénaristique. Malgré tout, cela signifiait un point important, je n’étais plus là pour rire.

Soufflant dans mes mains, une petite sphère verte d’air glacé se format au creux de mes pattes. Elle avait une taille qui n’excédait pas celle d’une balle de ping-pong mais au fur et à mesure que j’agitais mes mains autour d’elle, cette dernière tournait en rond sur elle-même prenant de plus en plus de vitesse.

- The Show Must Go On !

Libérant la sphère verte de son entrave elle explosa dans une puissante explosion glacée mentholée. Cadeau pour tous ! Après le gâteau, une haleine fraiche pour tout le monde dans un radius avoisinant les trente mètres. Pas de chance pour les gentils cristallins dans la zone, cette petite douceur verte avait tendance par sa température si basse à engourdir les personnes se trouvant dans on entrave. Mais ça, ce n’était que le premier effet « Kiss Cool ». Les gens étaient méchants. Moi qui leurs avaient offert une magnifique sculpture, voilà qu’ils s’amusaient à me la réduire en miettes. Vraiment pas sympa.

Petit effet scénaristique. En plus de mes yeux bleus brillant, je flottais au-dessus du sol, une aura azur m’entourant. Rien de bien méchant, juste des petits projecteurs cachés à mes pieds pour me donner une certaine présence. Ca jouerait peut être. Après tout, qui va s’amuser à fouiller ma scène artistique maintenant hein ? Mais je n’avais pas encore terminé mon tour. Ils avaient voulu casser mon jouet ? Soit ! Maintenant c’était à mon tour de jouer avec.

- I Am The Champion & I Will Survive !

C’était une grosse erreur que de me donner de quoi m’amuser avec ma tour. Cryokynésie au rapport ! Les morceaux brisés de la tour de glace rose se mirent à s’élever de leurs séants. Dans un doux ballet mélancolique, les petits morceaux commencèrent à tournoyer autour de moi, prenant petit à petit de la vitesse m’offrant dès lors une certaine protection pour ce risquait d’arriver par la suite. Quant aux plus gros des restes, d’un geste nonchalant de ma serre crochue j’envoyais ce qu’il restait sur la pauvre bestiole ébène devant moi. Pauvre petite chose.

- Oh tient ! Y’a un poney dans le glaçon !

J’étais fier de moi. D’autant plus que mes chers chaotiques arrivaient, j’entendais leurs pas se mêler au son des vuvuzelas. Sacrée idée de la part de ce cher Karl. Fidèle conseiller. Je le ferais « Grand Chevalier de l’Ordre du Vuvuzela » !

- Euh ... Personne ne veut servir ce bon Roi Discord ?
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Karl Tirecorde
avatar
Eternal Chaos

Messages : 495
Age : 21

• Votre personnage •
Race: Terrestre
Niveau: 28
Expérience:
277/360  (277/360)

MessageSujet: Re: [Raid Chaotique] Coucou c'est nous !   Sam 26 Sep - 10:37

L’ambiance chaotique plaisait aux fêtards de ce genre marqué d’une croix rouge. Le terrestre toujours caché derrière sa cheminée patientait. Une boule de feu ayant ruiné son costume, il valait mieux attendre une ouverture avant de se mettre à découvert. Dans ses lamentations, le guerrier se recroquevilla un peu plus, attendant le moment venu. Soudain un hurlement digne d’un démon ou d’un ami féru de mauvaise blague réveilla le mâle de sa cachette, un écho parvint jusqu’à ses oreilles, il tourna la tête à droit puis à gauche sans trouver le monstre qui avait pu pousser une hérésie sonore. Mais un peu plus loin il aperçut quelques poneys abasourdis, l’une des silhouettes lui était familière. Pourquoi se trouvait-elle ici en ce moment-même ? Il regarda de nouveau afin d’être certain que ce soit bien elle, ses mirettes lui confirmèrent ses doutes sur la personne. Une carrure fine, un pelage anthracite, une crinière violacée, sûrement un pendentif au cou. Le mensonge de la dernière fois ne résistera pas à une seconde rencontre avec l’apothicaire. Que venait-elle faire ici d’ailleurs ?

Les réflexions inutiles sur les valeurs morales inexistantes de son mensonge, au pire il n’aura qu’à dire qu’il passait dans le coin quand soudain il reçut une volée de farine et de peinture, s’interrompirent avec la venue d’une barde bien singulière. Casquette sur la tête, violon sous le coude, sourire aux lèvres.

« KARRRRRLLLL ! Youhou ! Pourquoi tu fais comme si j’étais pas là ?! Tu joues à cache-cache ! Au fait faut que je te raconte, je croyais que j’étais morte, mais en fait nan, c’est vachement drôle comme, histoire, mais c’est bizarre aussi. Parce que j’ai vraiment eu l’impression d’être une tour bancale sur un lampadaire. C’est fou non ? » S’écria la furie, gesticulant comme un pantin sous tension.

« Pas elle ; » pensa mesquinement le terrestre.

La diablesse était de retour, celle qui lui avait causé tant de maux face au dragon de cristal, et la voilà de nouveau face à lui comme si de rien était. Mais au lieu de le faire souffrir encore une fois, le mâle se sentit soudainement plus agile, le poids de son armure avait disparu comme par magie et une plus grande liberté de mouvement s’offrait à lui. Il regarda la demoiselle au regard pétillant et lui fila une accolade. Pendant qu’elle n’était pas encore énervée, il pouvait e permettre ce geste sans se prendre une torgnole en retour. D’autant plus que ce mouvement faisant basculer la Saddle Arabian en avant, permit à trois flèches de continuer leur course comme si de rien n’était. Un archer jouant la carte de campeur ou du boy scout devait profiter des bâtiments des environs pour se cacher malicieusement.

C’est alors que descendant des cieux à la manière qui lui allait le plus, la plus frankesteinesque des créature arriva auprès d’un bicoque un peu plus loin et par magie procéda à l’érection d’un tour rose et aux émanations froides. D’un tour de magie notre cher dirigeant avait dressé un pic de glace à un parfum enivrant de fraise ou de framboise.

« Alors les choupinous ? Qui veut une part de gâteau ? » Dit-il en arrivant près de ses associés.[/color][/b]

Ainsi était de nouveau réuni le trio déboîteur de dragon, le clampin, la chose et la décérébrée. La fine équipe au beau milieu du chaos, fiers et beaux, du moins selon les termes avec lesquels ils seront décrits l’aventure terminée. Mais bravant les bonnes manières, l’armée cristalline sortait de sa torpeur et le cadeau amené par Discord revenait guidé par un moucheron. Le reptile avait l’air d’être toujours autant énervé, surtout par la petite mouche devant lui. Il s’en prit alors à un groupe de Chaotique, la bête était hors de contrôle. Soudain la tour de glace se brisa en une pluie de débris de tailler plus ou moins gros, dévastant sur leur passage cristallins et chaotiques. Le souffle de l’attentat atteint le guerrier sous la forme d’une rafale collante au doux parfum sucrée. L’endroit laissé était méconnaissable, haute et fier auparavant, il ne restait plus que la base faite à partir d’une maison, une souche rose dépassant encore la charpente, le petit campeur devait encore s’y trouver.

C’est dans cette confusion et poussière que sortit de sa cachette l’imposteur de tout à l’heure, armée d’un marteau tâché de sang, probablement celui d’autres compagnons. Le Crystal Empire répondait par la violence une fête d’anniversaire, contredisant sa volonté d’amour, était-ce une directive de sa princesse bien trop absente pour l’événement ? Le poney tacheté prit pour cible la barde à la casquette tartan en abattant son arme en direction de son crâne. La belle grise esquiva l’attaque mais laissa le violon sur la trajectoire de l’acier. Comment était-il passé à côté d’un détail aussi important ? Comment était-il aussi sûr de lui quant à la réussite de l’opération ? Comment avait-il pu manquer les trois compagnons de la barde ? Lui, fier chevalier, mais piètre stratège ou mauvais opportuniste. Mais nul besoin d’assistance, la barde saisit son instrument si cher à ses yeux lui évitant une destruction manu militari. La folle abattit son violon contre la tempe de l’opportun, touchons du bois, l’individu déséquilibré vacilla malheureusement trop proche du bord pour l’éviter. L’imposteur de tout à l’heure chuta tel un sac du toit jusqu’au sol, accompagné d’un sarcasme de la jument bleu-grise.

Délaissé par ces compagnons, le guerrier observait la scène se préparant à un moment son intervention. Que pouvait-il faire en attendant, la bataille semblait être hors de contrôle et trop rapide pour le terrestre plus axé sur la force que sur l’agilité, bien qu’à l’avenir il avait prévu de régler ce point-là. Soudain une colonne d’eau jaillissant de nulle part frappa les occupants du toit et les fit choir comme de vulgaires pigeons trop lourds pour voler. La chute fut courte et la réception lourde, le poil collant du poney se mêla à la rivière de chocolat. Se relevant, il maugréa et dégaina, puis sortit de la ruelle. Il retrouva son dirigeant en pleine concentration, une lueur verdâtre entre les pattes et une aura fraîche émanant de sa personne. Tandis que la boule grossissait, un amas de Chaotiques s’approcha en brayant, ravis d’enfin retrouver leur maître à qui ils hurlèrent un joyeux anniversaire.

Le terrestre prit les devant et rejoignit la troupe de joyeux drille pour en renforcer la consistance, il avait une idée derrière la tête. Il fallait au plus vite se débarrasser du front cristallin dont la menace pour la fête pouvait être prise à la légère mais bon, leur rôle de videur n’était guère apprécié par la communauté chaotique. De plus qu’au-dessus leur tête volait toujours le dragon et le petit moustique. Reprenant son aspect de tour opérateur, le guerrier sortit de la ruelle et galopa en direction de la cohue et la stoppa net. À ce moment-là, Discord lâcha sa sphère mentholée qui fendit l’espace et éclata sur les positions cristalline. Le charivari évita l’effet « Kiss Cool » du mentos, ceux qui n’avaient pu l’esquiver furent transformés en pauvres statuettes engourdies de poneys. Guidant ses troupes hétéroclites, le terrestre chargea les êtres frigorifiés.

Spoiler:
 

_____________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Amethyst
avatar
Changeling Swarm

Messages : 276
Age : 23

• Votre personnage •
Race: Licorne
Niveau: 25
Expérience:
21/300  (21/300)

MessageSujet: Re: [Raid Chaotique] Coucou c'est nous !   Dim 27 Sep - 0:14








Offensive !



Tout se passait si vite. Tournant la tête pour vérifier la trajectoire de sa vague la magicienne euh le temps de voir qu’un nouveau personnage était présent. Passage éphémère vu qu’il se faisait justement éjecté du toit, occupant donc les deux poneys présents, la femelle cible et un autre, elle semblait le connaitre avec son pelage gris mais le moment ne se prêtait pas à ce genre de réflexions.. Touché ! Le couple placé juste bien sur la trajectoire du mur d’eau se prit une grande gifle. Le mâle s’écrasa au sol, suivant son allié vers le sol mais la femelle, une barbe après ce qu’Amethyst avait pu voir avait eu le temps de s’ancrer au sol pour faire face à l’élément liquide.

Sous le regard surpris de la sorcière elle ne chuta pas en premier lieu, sans doute "buffée", elle n’avait jamais rien compris à cette magie, elle avait pu résister à l’assaut magique mais ne tarda pas, aussi sonnée que si elle venait de faire un plat, à glisser pour chuter à son tour lamentablement du toit non sans avoir proféré d’étranges menaces qu’on attribuerait plus à un flibustier qu’à une frêle ponette, d’ailleurs pas si frêle que ça, elle semblait plus appartenir à ses cousins les Saddle Arabians, ou se trompait-elle ? Peu importait : elle était tombée.

Mais la sombre licorne n’était pas au bout de ses surprises, déjà la violoniste regrimpait au toit avec l’agilité d’un félin avant de se redresser pour entamer un air énergétique à l’aide de son instrument. Agitée comme un démon elle tapait du sabot. Très agréable à écouter Amethyst se surprit à taper elle aussi le rythme de la musique avant de se rendre compte qu’elle se faisait envoutée. Une légère impression de légèreté, assez faible sans doutes grâce à son sort d’eau qui avait frappé la chaotique de plein fouet mais assez pour qu’elle sente une gêne l’envahir progressivement. De plus en plus rapide la mélomane s’énervait de manière effrayante contre les cordes de son instrument, c’était impressionnant de pouvoir faire tout ça avec un simple bout de bois et de la ficelle. Quoi qu’il en soit dans l’immédiat c’était son ennemie et elle ne devait pas l’oublier, sympathiser n’était surement pas la meilleure solution dans l’immédiat.

L’attention changeât de lieu quand c’est au tour de l’autre danseur d’entrer en scène. Discord, tranquillement installé, profitant du spectacle se mit en branle. Une sphère grandissait entre ses mains, un beau bleu semblait s’agiter de plus en plus rapidement, la cinglé avait dut le buffer, ce n’était pas bon du tout.

«- The Show Must Go On !»

La boule s’échappa de ses mains elle explosa dans un silence mat, assourdissant. Le première réflexe de la mage fut de dresser un nouveau mur d’eau pour arrêter la nué qui se dirigeait rapidement vers elle. Hélas elle regretta vite sa décision quand la nué glacée traversa le bouclier improvisé pour finir en une pluie de glaçons qu’elle assuma de face – Aie – Couverte de givre aiguisé elle ouvrit un œil à la fin du supplice pour remarquer qu’elle avait été bien lotie avec son mur : les gardes qu’elle pouvait voir en contrebas semblaient transis de froid et une horde de poney bigarrés leur fonçait dessus, bien moins pacifistes sur le coup. Mais dans l’immédiat elle ne pouvait pas les aider, déjà le patchwork volant élevait des blocs de glace de l’arène pour les faire danser autour de lui. La magie passive qu’elle avait l’habitude d’utiliser ne suffirait pas contre lui et sa comparse, elle devait attaquer !

Mais déjà Discord repassait à l’offensive, gardant les blocs jugés trop petits autour de lui il renvoya vers le sol, vers la licorne le reste des blocs aussi tueurs les uns que les autres. Outre la poussée magique ils gagnaient vite en vitesse, pressés d’embrasser le sol leur future victime n’osa même pas tenter de les dévier à l’aide d’un sort, sautant d’un bout à l’autre de ce qui par le passé servait de toit elle esquiva la plupart des blocs, usant de téléportation pour éviter d’avaler les deux derniers, si elle continuait comme ça elle allait s’épuiser, ce n’était pas bon. Mais l’autre aussi à force de maintenir son bouclier autour de lui, il fallait jouer de ça. Sans plus faire attention à la barde qui avait dut prendre la poudre d’escampette ou alors était congelée et écrasée par un bloc de glace s’étant perdu, de toute façon ce n’était plus une menace pour les instants qui allaient suivre, Amethyst canalisa son énergie pour envoyer une première salve de trois boules de feu envers celui qu’elle pouvait considérer dans l’état des choses comme son ennemi. Dans sa tête le plan était simple, soit il se prenait l’élément destructeur dans ses boucliers, les annihilant, soit il esquivait non sans user de d’avantage de télékinésie. Mage de glace peut-être, mais pas infiniment résistant..

© Jawilsia sur Never Utopia



Quoi qu'il se passe encore?:
 

_____________________________________________
~ Nature always finds a way ~
~ beyond all the kingdoms, she will be the last ~
Praise the CHON CHON CHON CHON
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Raid Chaotique] Coucou c'est nous !   Lun 28 Sep - 0:15



Une diversion, c'était parfait !

Un Crystallin se jeta sur la Barde, il n'avait pas l'air très expérimenté mais avait au moins eu la bonne idée de s'attaquer à son instrument. C'était très bon techniquement mais ce n'était pas pour autant qu'il réussît. Mais alors qu'il se faisait mettre KO, une imposante vague se précipita vers les chaotiques !

Suivant le rythme de la déferlante aqueuse, j'en profitai pour me repositionner derrière eux, gardant en ligne de mire la Barde qui subit l'onde liquide avec un manque de grâce notable. Mais le temps que je repris position derrières les trois Chaotiques, elle s'était déjà mis à offrir un buff à Discord, et ce dernier en avait profité pour donner l'assaut sur nos troupes d'un coup de blizzard magique.
Le chevalier s'était lui aussi lancé à l'attaque. C'était une occasion en or !

La Barde s'élança alors dans une mélodie de folie furieuse, imposant un rythme haineux et dessinant des notes noires de colères tandis qu'elle entamait une valse endiablée. Terré dans mon coin, j'observais le terrain et j' armais doucement mon tir : trois flèches, à l'horizontal, sur sa position. Un tir aux chances de toucher optimales et aux conséquences intéressantes. Ça n'allait être en rien létal mais je ne voulais ce tir meurtrier. Je travaille tellement mieux ce genre de chose avec mes haches.

Arriva le point d'orgue de la partition, et me coup de sabot de la demoiselle comme un signal qui m'ordonnait de tirer. Je lâchai la corde et rengainai mon arc pour me ruer sur elle à pleine vitesse. Je prenais appui sur des débris à moitié déterrés pour garder une course efficace et discrète avant de finalement atteindre ma cible.

Je me jetai sur elle en déployant mes haches en direction de son buste à l'aide d'une pirouette aérienne. Si mes flèches l'auraient touchée elle serait au taquet et pourrait relativement facilement esquiver ce coup, mais si elle a déjà éviter mon tir elle aura pas la dynamique pour anticiper ce coup.

Mais peu importerait la situation, je me préparais à me replacer de façon à esquiver une offensive à venir. Discord était proche et cette musicienne avait sûrement plus d'un tour dans son sac. Mon plan était de l'agresser violemment et de me repositionner, la blesser lentement et sûrement avant de l'éliminer. Et cela aura au moins l'avantage de faire diversion si je parvenais à échouer.

Chaque secondes gagnées étaient plus d'innocents mis à l'abri !


Wouf wouf:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Raid Chaotique] Coucou c'est nous !   Lun 28 Sep - 23:46

Aucune idée, je n’avais absolument pas la moindre idée de ce que j’avais fait, enfin, plutôt du résultat de ma précédente intervention. Mettez ça sur le dos de cette armure de grêle qui tourbillonnait autour de moi, ma cachant subtilement la vue, pour ma part j’étais persuadé que c’était de la faute de cette petite fée qui me faisait danser en rond comme une toupie en équilibre ne cessant son mouvement perpétuel, le tour sur une musique entrainante, un mélange de marche funèbre et de polka à l’accordéon. Mais ça, c'était avant, avant le drame bien entendu. Deux boules de feu vinrent s'écraser sur mon glacial plastron réduisant à néant cette éphémère protection. Et bim, une dernière dans la barbiche. Chaud devant, ça piquouille, ça chatouille. Du grand n’importe quoi mais ô combien intéressant. J’en connais une qui serait ravie d’entendre un son aussi mélodieux que celui d'une flamme grésillant roussissant les poils. D'un geste réfléchi tel le Confucius Chaotique je lustrais ma pilosité remettant d'aplomb mes atours virils tout en me rafraichissant le visage bouffi par la chaleur soudaine reçue de Dieu seul sait, enfin, je ne sais où.

Telle une danseuse dans son tutu rose, je m’élevais tel un cygne au-dessus du lac. Bon, je n’avais pas d’eau, juste une vaste étendu glacé et mon tutu n’était pas rose mais bleu, mais l’important était l’image. Tel un Prince, je laissais les affaires courantes à mon peuple, partant vaquer à des occupations bien plus royales.

- Mes fidèles sujets ! Je vous laisse les clefs du royaume. Faites en bon usage en ouvrant les portes de la ville pour laisser entrer nos frères et chasser ces vils envahisseurs. Faites autant de prisonniers que possibles, nous avons un tournoi de balle aux prisonnier dans quelques jours, nous manquons de joueurs. Cherchez des ballons aussi, ça aussi on en a pas. Et surtout soyez sage.
Quant à moi, je vais sacrifier mon augure personne sur l’autel du Chaos en débarrassant mes fidèles compatriotes d’un fléau sans nom, un saurien vilain. Si jamais je mettais la main sur l’infâme mécréant ayant amené ce lézard ici, je lui ferais manger mon chapeau.
Mais trêve de bavardage je dois ramener le dragon à sa maison, quelque chose me dit qu’il n’a pas aimé que je l’invite en ces lieux.
Allons-y Alonso !


Tout en mâchouillant ma casquette fétiche, celle représentant Célestia, patte en avant, son célèbre slogan « Oui Nide Iou » sous le portrait je m’envolais vers d’autres cieux tout en prenant un soin tout particulier à reprendre l’apparence de ce cher soldat que j’avais adopté avant de venir et d’attirer ainsi cet énorme mastodonte qui causait autant de dommage sur ma ville chérie.

Volant ostensiblement autour du dragon qui cherchait à gouloter grossièrement ceux qui passaient sous son museau j’espérais attirer son attention en faisant apparaitre un œuf draconique dans mes papattes. C’était une grosse pinata farcie à ces doux bonbons acidulés gouts framboise mais l’illusion était plus que suffisante pour l’attirer à moi.

Bon, ça c’était chose faite. Et maintenant ? Oula … panique à bord ! Il était là derrière moi ! Oh mon dieu … Non en fait, c’est pas vrai. Tout était calculé depuis le début. Une maitrise de 1 à Z. Une chorégraphie orchestré en la mineur et joué par un ballet chaotique enchanteur. Quel anniversaire magnifique que voilà. Papillonnant en esquivant les souffles de feux de mon nouvel ami j’avançais à reculons jusqu’à ce que ma nouvelle cité ne soit qu’un lointain souvenir un point sombre dans la nuit noire.

J’avais l’esprit qui vagabondait. Où allions nous nous amuser après ? J’étais en train de me dire que faire une petite blague à Sombra serait du plus bel effet. Après tout il avait fait preuve d’une hospitalité toute particulière, fallait lui rendre la pareille. Mais pas le temps. La nuit venait de tomber. Une nuit humide, spongieuse et à la mauvaise haleine. Grignotage de Discord par un dragon. Impensable, ça ne s’était jamais vu.

Laissant l’œuf sur place, je me téléportais hors de mon compagnon, l’admirant s’éloigner dans le couchant, son œuf factice pour seul compagnon. J’aurais aimé le coir le couver. Qui pouvait savoir ce qu’il allait sortir de tout cela ?

En attendant, la ville s’était éloignée de moi. Il me fallait désormais rentrer à ma maison, investir mon nouveau palais de glace et faire une sieste bien méritée.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Raid Chaotique] Coucou c'est nous !   Mar 29 Sep - 22:36

Le chaos envahissait les quartiers de Crystal Empire. Cette fête organisée par le souverain de l’Eternal Chaos n’avait plus aucun sens. J’étais certes trop vieux pour ce genre de festivité, mais quand on y voit le résultat, c’était de la dissidence à l’état pure. Raaaaaah ! Ces jeunes ! Aucun respect sur les lieux publics. Et le pire dans tout ça, c’était l’absence de juments en bikini et d’alcools. Mais où est la joie dans cet évènement sans ces éléments ? C’était vraiment l’une des raisons qui m’énervait avec Discord. Il avait beau être âgé de plusieurs millénaires, mais il restait pour moi un sale gamin qui n’a jamais reçu une bonne éducation. Dommage que la jument recouverte de peinture qui me menaçait de me donner un coup de tête n’était pas resté longtemps sur mon périmètre car une compagnie féminine m’aurait aidée à me calmer.

Moi, pendant ce temps, je me cachais à contre cœur dans cette masse de fêtards hooligans en attendant une bonne opportunité pour tenter de cesser cet évènement bordélique, mais en constatant le bouclier qui faisait des siennes, un torrent de chocolat et ce pilier de glace qui a été détruit par ce dragon qui était le premier responsable de cette journée gâché alors qu’elle avait si bien commencé, j’étais entrée à l’idée que cette fête était une excuse pour cacher les motivations d’une déclaration de guerre à la manière « Discordienne ».

Soudain, je voyais des délinquants à la solde de Discord en train d’attaquer nos gardes. En tant que vieux changeling qui connaissaient la notion de respect aussi bien que le plaisir, je devais remettre ces garnements à leurs places. Je fonçais vers ce groupe de dissident en volant rapidement vers eux, leur donnant des coups d’épées sans sortir sa lame de son fourreau, les assommants rapidement. Les autres chaotiques étaient outrés de voir mes actes sur leurs camarades.

« Hey ! Sale vioc ! Vous êtes en train de gâcher la fête là ! »

Des mots de ce sale poulain mental, je soupirais d’exaspération avant que je prenne parole.

« Cette fête n’a pas lieu d’être car une, vous mettez un désordre pas possible dans les rue, de deux, une fête avec Discord finit toujours en sucette, et dernièrement, comment prendre plaisir à une fête sans une horde de juments sexy et tonneaux d’alcool ? »

Les gardes que j’avais sauvés soupirait d’exaspération à leurs tours après avoir entendus mes dires et en ayant connaissance de ma « perverse » réputation. Mais du côté des sujets du draconeequs, ils me regardaient méchamment comme si j’étais en train de me moquer d’eux. Par la suite, ils sautaient vers moi.

« Vous aller le payer pour être rabat-joie, saleté de vioc ! »

Mais après le gaspillage de salive d’un de mes attaquants, je leur donnais des coups de fourreaux rapidement. Un coup en dessous de la mâchoire pour l’un, un autre sur le crâne, un coup de genoux sur l’entre-jambes du troisième et autres techniques non-létal de ce genre, cela me suffisait pour calmer ces jeunots. Mais un poney terrestre galopais vers moi en criant comme un attardé. Par la suite, je me poussais rapidement de sa trajectoire, ce qui lui faisait louper son attaque, faisait ainsi tomber un autre terrestre gris clair à crin brin avec des mèches noires ainsi qu’une oreille cassée. Je pouvais deviner que cela avait énervé ce chaotique qui a subit cet accident. Moi, pendant ce temps-là, je me préparais à une nouvelle éventualité d’attaque de la part d’un de ces fêtards fous.

« Bon ! Qui sera le prochain pour la fessée ? »
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Karl Tirecorde
avatar
Eternal Chaos

Messages : 495
Age : 21

• Votre personnage •
Race: Terrestre
Niveau: 28
Expérience:
277/360  (277/360)

MessageSujet: Re: [Raid Chaotique] Coucou c'est nous !   Jeu 1 Oct - 0:23

La charge chaotique se mêlait aux effluves mentholés du bonbon rafraîchissant de leur bien aimé dirigeant. Ils battaient le pavé de leurs sabots imprégnés de peintures et autres substances colorées. En face les cristallins les imitèrent tant bien que mal avec ce qu’il leur restait de force, une escarmouche s’engagea entre les deux nations, l’une luttant pour retrouver son calme, l’autre pour apporter un peu de fantaisie. Le terrestre gris bien qu’avide de calme ne pouvait pas se délecter de son rôle et de son grade, il fonça tête baissé contre un garde frigorifié, tout en essayant de se cacher des yeux de la sombre magote.  Plus que cinq mètre, trois mètre, un mètre…

La taille frappa l’adversaire et le mit hors de combat, un frisson parcourut le corps du guerrier qui malgré son armure ressentait la morsure du froid. Un autre adversaire se présenta et fut mis en déroute par un allié mais vite rejoint rejoint par d’autres personnages rosés et pour le moins plutôt en bonne santé. La concentration d’individus sur cette artère augmenta au fil des minutes, un groupe venait en soutien à un autre déjà présent et ainsi de suite. Pour ce qui concerne l’aspect militaire, les cristallins avaient l’air d’être aussi chaotiques que ceux qu’ils combattaient. Une stratégie de défense improvisée et finie à la pisse, des alliés par-ci et une mage par-là, puis le spectacle illuminé de trois boules de feu. Remarquable.

Le vagabond se frotta aux lames d’un confrère qui malheureusement était tombé dans la marmite de fraises Tagadas lorsqu’il était petit. Fort de ses deux épées qu’il maniait avec une certaine dextérité,  il défia le Gris dans un combat singulier. Ses lames étaient plus courtes, mais plus rapides, le bonus d’agilité ne se révéla pas suffisant pour le battre sans mal. Le premier coup fut paré mais le sournois glaive profité de l’immobilité du poney pour dessiner une estafilade sur une partie pas assez protégée. Alors que sa plaie saignait, le guerrier plaqua l’une des lames contre la pierre et plaqua son adversaire. Un coup finit de le distraire pendant qu’il s’occupa de trouer l’estomac de celui-ci et de casser son dentier naturel.

Un barjo hurlant à la mort frôla l’arrière train du poney pour se rendre contre la une cible tierce qui n’avait pas plus d’importance que cela. Mais ne faisant au départ que passer, le boomerang de chairs s’abattit comme une quiche trop cuite contre le guerrier à peine sorti de son activité de remodelage de face. Ce n’était pas normal ça… Karl se releva, laissant retomber le corps de son camarade mais non ami contre la dépouille chaude de l’autre andouille à deux lames. Dans ses yeux la surprise apparût, une farandole de questions se mêla au cortège d’information, qu’est-ce que pouvait bien foutre un changeling à Crystal Empire ? Surtout après le scandale lors du mariage entre la princesse Cadance et Shinning Armor ? Mais l’aspect atypique du personnage hétéroclite apporta un embryon de réponse plausible dans l’esprit fatigué du terrestre blasé.

L’individu affichait un sourire quasi constant, une sorte de particularité physique sympathique à première vue mais à la longue pouvait devenir carrément obscène. D’ailleurs l’individu avait l’air quelque peu nu. «  Il n’ira pas loin, à poil dans une bataille. » Pensa ironiquement le terrestre. Ramassant son épée, Karl se rapprocha du prétendu cristallin aux allures d’insecte changeling. De plus près il remarqua les rides qui marquaient le visage du personnage ainsi que sa crinière et sa barbe aux poils plutôt âgés. Bon sang ce changeling pourrait être son père, un vieux déluré dans une bataille, voilà qui était plutôt incongru voir même amusant. Était-il un échappé d’un asile pour personnes âgées ou une sorte de pervers pépère en vadrouille dans une cité pleine de vie ?

« Bon ! Qui sera le prochain pour la fessée ? » Brailla le vieux dans un sentiment de supériorité.

Le terrestre pencha plutôt pour l’option du coureur de jupons en vadrouille, reste à savoir à quel penchant souhaitait-il donner ou recevoir des fessées. Un souvenir plutôt désagréable lui revint en tête à la vue du changeling âgé, le guerrier gris sourit mesquinement à l’idée nouvellement née. L’expérience en valait peut-être la chandelle et il y’a un cobaye dans la ligne de mire. Autant essayer.

« Eh vieux schnoc !! » Le changeling tourna la tête. « Ah c’est bien tu t’es reconnu. Ça va pas de te balader comme ça, tu risques de faire peur aux gens avec ta tronche et ton pyjama. Tu crois qu’on ne voit pas clair dans ton jeu ? T’es passé de dates mon grand, ton corps n’est plus apte à ce genre de loisirs. Faut te recycler ailleurs, dans une autre activité. »

Le guerrier s’éloigna quelque peu du théâtre principal pour rejoindre une position plus calme. Au loin, le nombre de chaotiques augmentait encore malgré la présence de la magote.

« T’as l’âge de mon père tu sais, et plus tu seras vieux plus la chute sera dure, enfin façon de parler, t’as compris… »

Le guerrier gris se mit sur la défensive, solidement dressé sur ses quatre pattes. Sa blessure piquait un peu mais rien d’important. Il se préparait à la réaction du vieux changeling dans la force de l’âge.

Spoiler:
 

_____________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Amethyst
avatar
Changeling Swarm

Messages : 276
Age : 23

• Votre personnage •
Race: Licorne
Niveau: 25
Expérience:
21/300  (21/300)

MessageSujet: Re: [Raid Chaotique] Coucou c'est nous !   Jeu 1 Oct - 17:16








Fuite



Les secondes se changeaient en minutes, puis en heures tandis qu’Amethyst fixait ses 3 projectiles brillants, des météores impalpables qui quittaient la terre pour irradier le ciel d’une lueur  orangée, si elle n’avait pas été repérée tout le monde savait qu’une mage se situait sur le toit. Elles s’approchaient dangereusement de l’être volant, trop occupé à maintenir un bouclier aveugle pour se rendre compte de ce qui arrivait. Allait-elle rater ? Elle en était sure, son tir était surement trop hasardeux. Pourquoi se battait-elle ? Ce n’était pas son conflit, la couronne ne la tracassait guère, elle pourrait s’en aller discrètement et rentrer chez elle ? Non, plus après cette attaque directe. Un bruit d’impact soudain. – Oui ! – Elle avait touché sa cible, et mieux encore qu’elle l’espérait vu que la dernière de ses boules après que les deux premières aient annihilées le bouclier de glace s’était jetée au cou de Discord. De son point de vue elle savait que les dégâts provoqués seraient moindres, l’étrange dragon était déjà en train d’éteindre les flammes à l’aide d’eau glacée sans doutes vu que cela semblait être sa spécialité mais assez pour sentir la morsure du feu sur sa peau.

Détournant enfin son regard du maitre du Chaos qui, ne sachant pas d’où venait l’attaque fuyait déjà les lieux sans doutes pour éviter d’essuyer une prochaine offensive plus importante la jeune mage regardait autour d’elle, vérifiant qu’on ne venait pas à sa rencontre. Personne, elle put s’engager sur d’autres toits, profitant de sa hauteur pour espionner le vacarme provenant de la rue sans moins esquisser quelques déséquilibres, la musicienne avait finalement bien fait son boulot. Tiens d’ailleurs, où était-elle maintenant ? Personne ne correspondait à elle dans les combattants et elle l’aurait surement déjà entendue de toute façon.. Mais si.. Imaginant la Saddle Arabian sous un tas de blocs de glace et de décombres la licorne ne put s’empêcher de regarder derrière elle, recommandant rapidement son esprit si cette dernière avait succombé ce qui serait fort dommage vu ce qu’elle arrivait à faire à l’aide de son instrument. Mais soit, elle n’allait pas pleurer sur tous les morts..

Avisant les soldats cristallins gelés pour ceux qui n’étaient pas encore tombés sous les coups des envahisseurs elle descendit maladroitement du toit pour atterrir du plus souplement qu’elle le pouvait dans un coin encore caché des combats, finalement le désordre crée n’était pas si désavantageux. Espérant que personne ne l’avait encore repérée malgré ses compétences à changer le ciel en lanterne elle se cala derrière ce qu’elle pouvait, un tas de seaux de peinture accompagné d’instruments en piteux états, d’ordures en tout genre qui ne pouvaient même plus sentir tellement l’odeur de sueur accompagnée des dites peintures empestait l’air.

Une fois au calme elle se posa lentement, les 4 fers vissés dans le sol elle se concentrait. A nouveaux les secondes s’allongeaient tandis qu’elle puisait dans sa magie. Elle ne pourrait plus faire grand-chose si elle continuait sans cesse à lancer des sorts si rapidement, elle devrait s’arrêter après celui-là, récupérer des forces. Quoi qu’il en soit sa corne brillait désormais d’une puissante teinte mauve, prête à déchaîner de destructrices forces, mais rien n’en fit. Au lieu de ça le sol se couvrait d’une matière cristalline, de l’eau dans le cas présent qui avançait lentement à travers son provisoire mur pour rejoindre les combattant, leurs pattes surtout. Elle ne tarda pas à entendre les premières glissades. Mais son plan qu’elle imaginait génial ne tarda pas à s’écrouler en morceau, de même que le mur qui la protégeait du combat quand un abruti s’y écrasa, déséquilibré. Cessant son sort elle regarda lentement autour d’elle, une licorne noire toute propre venait d’apparaitre pour tous les guerriers près d’elle. Un pas en arrière elle suivait trois soldats des yeux, ils l’imitèrent. – Cours ! – Sans même avoir fini de s’écouter elle quittait déjà la rue au galop suivie de près par trois poneys qui ne semblaient plus juste vouloir la recouvrir de cotillons. Combien étaient-ils ? 3 normalement, pitié que personne d’autre ne l’ai vue faire ça..

© Jawilsia sur Never Utopia



bla bla bla actions bla bla explications:
 

_____________________________________________
~ Nature always finds a way ~
~ beyond all the kingdoms, she will be the last ~
Praise the CHON CHON CHON CHON
Revenir en haut Aller en bas
Mad Melloré
avatar
Eternal Chaos

Messages : 337
Age : 22

• Votre personnage •
Race: Saddle Arabian
Niveau: 18
Expérience:
129/180  (129/180)

MessageSujet: Re: [Raid Chaotique] Coucou c'est nous !   Ven 2 Oct - 0:21





___Mad avait elle à peine apposée son empreinte sur le sol que le patchwork qui lui servait de dirigeant se mit à l’assaut. Placée un peu plus loin la folle resta immobile à la suite de son endiablant représentation. Perdue dans ses pensées, enivrées par les notes qui courraient encore dans son esprit. Elle nota à peine l’explosion de glace qui eut lieu, venant de Discord et ralentit la plupart des protagonistes avant de s’arrêter quelques mètres devant elle, apparemment elle n’était pas dans le rayon d’action. Elle ne remarqua pas non plus ce ballet, cette valse de crystal et de glace qui se forma autour du dirigeant chaotique avant de prendre pour cible une pauvre licorne au pelage noir. Tout semblait si flou, si lointain. Peu à peu, alors qu’elle regardait dans le vide, la vision de la Saddle se brouilla, petit à petit, son esprit se mit à somnoler. Comme porter autre part, absorbée hors de son corps. C’est dément, quand on y pense, cette façon qu’à l’esprit de faire ce que bon lui semble. C’est fou à quel point, l’esprit possède un pouvoir sur notre corps. C’est étrange oui, fou, parfaitement. C’est étrangement fou, ou follement étrange ? Quelle étrange question… Quelle folle sensation. La folie a ce petit quelque chose d’excitant qu’on ne saurait expliquer, elle donne à l’esprit cette espèce de liberté. Lorsqu’il n’est plus sous les barrières mental de l’individu saint, alors l’esprit divague, se perd, peu importe le lieu, peu importe le moment. L’espace temps ne sont pas des barrières pour l’esprit enfin libre et avide d’évasion. Mais alors ?! La folie est elle la liberté ? La folie est elle cette sacro sainte liberté ? Celle que chacun cherche sans jamais la trouver ? Cette divine chienne qui ne répond qu’aux puissants de ce monde.


___La liberté ? Vous ne la méritez pas. Seuls les fous la mérite.  Ils la méritent car ils n’en feront rien. Ce n’est pas qu’ils la méritent, mais qu’elle leur appartient. La liberté est à la folie ce qu’est l’esprit à un étalon, son essence, indissociable et pourtant imprévisible, imperceptible même. Dans le flot des pensées, on se perd, mais dans le flot de la folie, on se trouve. On se trouve nu, sans apparat, sans beau paraitre, sans robe et sans bijoux et c’est alors qu’on se dit ? Pourquoi pas ? Pourquoi pas être telle que la nature nous à faite ? Libre. C’est dément, quand on y pense.










___C’est lorsque le corps s’endort que l’esprit divague, et alors que la jument, était immobile, inerte, debout et fière comme une statue que ses pensées allaient bon train. Comme cette musique, cette foutue musique qui tournait encore et encore dans sa tête. Ce carillon, la musique qu’elle avait composée il y a de cela de nombreuses années. Cette boîte à musique qui se répétait sans cesse dans sa caboche et qui ne s’arrêtait pas, brisant la mécanique de la logique, implosant la beauté de l’âme, cloisonnant son esprit dans une folie sans pareil. La folie est-elle réellement une liberté ? Oui il divague, se promène au gré de la mélodie, mais n’est il pas emprisonné. N’est-il pas incapable de faire quoi que ce soit. N’est-il pas seul ? Isolé, loin de tout, sans raison, sans but, il est libre, mais la liberté à un coup. La liberté est elle bonne pour l’esprit ? Je ne le crois pas. La liberté est-elle l’absence d’entrave ? Oui, non, qu’en sais-je ? Moi qui ne suis que le narrateur de cette histoire. Moi qui ne fait que suivre cette âme en dérive avec sa mélopée, incapable de pensée, elle erre, elle erre encore et toujours au son des cordes. Comme une diablesse se déhanchant, se perdant elle-même dans la danse.  Pourquoi maintenant ? Pourquoi cette musique avait elle choisit cet instant précis pour la hanter à nouveau.


___Avec les années, elle l’avait oublié presque, la gardant dans un petit coin de sa tête, ou elle tourne, tel un requiem sans jamais s’arrêter. Elle n’y prêtait plus attention.  Mais toute cette magie à l’œuvre, elle la sentait, elle la ressentait jusqu’aux tréfonds de son âme, le souvenir lointain de la guerre. Son violon, et sa musique, la magie qui s’était alors accumulée dans les airs, sans contrôle aucun,  elle s’était assemblé, et sans rien pour la retenir avait tout soufflé, son esprit, sa famille et ses rêves. La magie est une chose bien dangereuse, une chose qu’il ne fallait pas mettre entre les mains de n’importe quel fou. Tel un sarcasme, cette musique la narguait, le lui rappelant, faisant émerger les souvenirs d’une jeunesse heureuse et perdue à tout jamais et comme l’aiguille de l’horloge, la musique ne s’arrêtait jamais, prenant aux tripes. La magie n’est pas à mettre aux mains de n’importe quel fou, quelle ironie.










___C’est alors que le sourire apparut, ce sourire persistant, flottant, dansant sur ce requiem fou. Ce sourire elle l’avait déjà vu, des semaines plus tôt, lors de son altercation avec un dragon. Cette étrangeté se posa alors devant l’esprit succombant de Mad avant qu’une patte n’apparaisse, décharnée, des griffes tranchantes comme des rasoirs vint saisir sa raison afin de la sauver, de la sortir de cette sphère sombre qu’est la folie, cette prison aux allures de liberté. Cette prison ou tout semble pourtant si simple, sans limites. Alors que Mad rouvrit les yeux, pour elle, le sourire était toujours là, il aurait été dérangeant pour d’autres, mais pour elle, il avait un quelque chose de réconfortant, de semblable au sien. Hésitante, elle tendit le sabot et fut tiré complètement de son monde onirique alors qu’une voie persifflant vint murmurer à son oreille, cette voix avait un quelque chose de dangereux, mais d’envoutant, méphistophélique, on s’en approche sans la craindre, sans apercevoir le danger que ses notes suaves couvrent avec habilité.


-Et bien, et bien, il ne faut pas se laisser allez ainsi voyons, ce n’est pas le moment, il y a les fous et la folie, et les fous ne sont pas forcés d’être atteind de folie.


-Mais Mais…


-Pas de « mais », pas de merci, pas pour moi, je n’ai rien fait, je n’ai rien vu. Toutefois si je m’évade, alors tu auras les yeux grands ouverts. ; L’interrompit brutalement le sourire, effectuant une ronde autour de celle qu’il venait de sauver.


- Excusez-moi, mais je ne comprends rien à ce que vous dites ! ; Répondit la jeune barde l’air passablement énervée


-Qu’ai-je donc dit ?


-Que j’y verrais plus clair !


-ah bon ?


-Oui, mais quoi ?!


-Ca !



___La fin de la discussion sans queue ni tête s’était enchaîné à une allure aussi vive que l’énervement qui commençait à perler dans l’esprit de la folle tout juste réchappé des limbes de son esprit. C’est alors, que l’hallucination disparu, laissant la place au champ de vision de la barde.










___Ses sens exacerbées par cette dangereuse magie, la belle vit au loin quelque chose brillé, l’air semblait vibrer plus loin, elle l’entendait, elle percevait ce sifflement. En tant que virtuose son ouïe était déjà particulièrement fine, mais avec la magie elle était maintenant presque infaillible et aurait pu vous assurer avec quatre vingt pourcent de réussite que se dirigeait vers elle trois flèches, et qu’elle n’aurait pas le temps de les esquiver. Prenant son inspiration, la guerrière prit une grande inspiration et hurla. Une note cristalline, douce et glacée, aussi glacée que la folie, aussi froide que la solitude qui habitait son cœur. Le cri bien que sublime, déclencha un véritable cône sonore qui la fit reculer un peu, mais qui stoppa nette les 3 flèches, les dispersant dans des directions différentes. C’est alors qu’une musique envahit son esprit, étrange, chaotique, inharmonieuse même ! L’air vint se planter dans sa tête, supplantant le carillon, cette marche funèbre aux relents de polka lui faisait comme un électrochoc. La démente sentait que son esprit glissait à nouveau hors de son faible contrôle. Au même moment apparaissait devant elle un changeling, mais il était trop tard, le tourbillon du chaos de son esprit emporta sa conscience. Des images inondaient son esprit, des images de morts, de blessés puis des sons. Des sons l’envahirent, résonnant dans sa tête comme des cors de bataille. Les cris de douleurs qui l’envahissait, mêler à ces images atroces se muèrent en une seule et même sensation, la douleur. Voir la douleur des autres, leur souffrance. Cette idée la fit trembler, la fit frémir.  


___Toutefois, ce n’était pas des frissons de peur, pas des frissons de dégouts. Il s’agissait bien d’excitation, de frissons sous la gouverne du plaisir. Pourquoi, elle ne le savait pas, mais elle jubilait à l’idée de voir ces pauvres personnes souffrir. Elle était en extase à l’idée de couper un membre. Elle voulait entendre le cri d’un adversaire, ses supplications. Alors elle revint à elle, ouvrant les yeux d’un coup, elle se retrouvait à croiser le fer avec son adversaire. Son subconscient ayant repris le dessus et ses réflexes ayant été augmentés, elle avait paré le coup, non sans qu’il n’entaille un peu une de ses épaules de laquelle coulait un mince filet de sang. Relevant le visage, ses yeux d’émeraudes se plantèrent dans les yeux du guerrier chitineux. Ramenant sa lame vers le bas afin d’écarter les lames, et s’assurer que l’adversaire avait bien les quatre fers au sol, la folle sourit. Ce genre de sourire qui effraye, ce genre de sourire qui ne présage jamais rien de bon. De ce sourrire s’échappa alors un rire, mélodieux, tonitruant, qui vous envahit l’esprit, qui semble vous sonder et ne manque jamais de vous arracher un frisson indescriptible. Il était trop tard, sa cible était ferrée. De cette manière, elle avait activé, le symbole magique qu’elle avait laissé devant elle en tapant du sabot précédemment. A terre, il y avait la marque de son sabot, mais autour du fer subsistait un petit serpent semblant entortillé autour du fer.


___Reculant comme pour se défendre d’une quelconque sous offensive, il ne voyait pas le prédateur qui dans l’ombre le guettait, le prédateur qui se réveillant de son long sommeil, s’anima. Le serpent de magie, s’allongea, puis grandit, restant au sol, il gagna les pattes de son adversaire puis vint les encercler, le sceau magique se répandit alors sur son ennemi, le paralysant. Il s’agissait du sceau du serpent qui, si elle ne se trompait pas devait durer deux bonnes minutes. Bien plus qu’il n’en fallait.  Son sourrire s’élargit encore un peu, puis elle s’adressa à cette statue vivante. Sa voix, bien qu’envoutante avait un quelque chose de reptilien, sifflante, claquante. Comme un prédateur autour de sa proie, Mad jaugeait son nouveau jouet. Finalement, arrivant au niveau de l’arrière train de son ennemi elle s’arrêta, jaugeant avec un soin particulier les ailes.


-Et bien voilà, un morceau de choix.


___Saisissant les deux ailes de ses sabots, la Saddle fière de sa force magique attrapa les deux appendices et tira sèchement. Dans un craquement étourdissant, les ailes se cassèrent et se démirent, arrachant un subtil frisson d’extase à la tortionnaire.


-Tu craques tellement bien. Qui aurait cru que quelqu’un tombe dans un piège aussi futile. Oh pardon, je suis vraiiiment désolé.


___Alors qu’elle parlait, la lame à la main,  d’un mouvement rapide, la tortionnaire venait de trancher les deux tendons arrière de son adversaire le portant à genoux. La torture n’est pas que physique, elle est aussi mentale. C’est lorsqu’on lie les deux qu’on obtient un résulta des plus détonants, des plus appétissant.


-Tu sais, si tu voulais défendre ta nation, cher insecte, tu aurais mieux fait de te cacher – ce fut le tour des deux tendons avant. – Ahhh, si seulement tu avais pu être plus utile. Les choses se seraient passées autrement – La lame vint riper la chitine au niveau de la joue l’entaillant largement.- Mais tu sais, on ne fait pas toujours ce que l’on veut, on tombe toujours sur plus fort. – L’acier, tel un serpent vint mordre la chair d’une épaule – et lorsqu’on est la proie, on ne devient rien d’autre qu’un jouet, un jouet inutile dans les pattes de son prédateur – La lame traversa alors le flanc de part en part. – Je ne t’en veux pas, au moins, tu m’auras permis de m’amuser un peu. – A terre et immobile, la Saddle profita de la faiblesse de son adversaire pour lui écraser le visage d’un sabot. – Pourtant tu es si silencieux, si sans défense… si faible. Tu en es ennuyeux. En plus d’être faible, tu es ennuyeux.


___Pour finir le métal vint s’abreuver du sang contenu dans le thorax. Ce que Mad voulait, ce n’était pas le tuer. Elle recherchait la douleur et le tuer les aurait achevés. Lui traversant la cage thoracique, elle prit soin de ne pas toucher d’organe. Ainsi il se viderait de son sang lentement. S’il ne tombait pas dans un coma profond. D’un coup de sabot et se recoiffant, l’étrange chirurgienne, balança à terre les haches et l’arc de son jouet. Quelle déception. Elle devait apprendre à les faire tenir plus longtemps.
Récap:
 

_____________________________________________

OC From Mad Munchkin
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [Raid Chaotique] Coucou c'est nous !   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Raid Chaotique] Coucou c'est nous !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Oksa, tu nous fais un petit coucou ce soir ?
» ce que nous faisons : les sauts en image
» [Alona] Le Début de la fin... (Arrivée du Chaos)
» Et si nous fermions la frontière avec la RD ?
» Il nous a quittés.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Monde :: Terres Dangeureuses :: Ruines du Crystal Empire-
Sauter vers: