Avatar : 200*400 max

Partagez | 
 

 Les malchanceux se rencontrent ( PV : Schatten Gift )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les malchanceux se rencontrent ( PV : Schatten Gift )   Dim 27 Sep - 23:01

A quoi bon se cacher et jouer la discrétion face à mes deux étranges et nouveaux amis ébahis par ma présence éblouissante. Je venais de me présenter de la plus simple des manières sous un autre nom en tant que fidèle serviteur de moi-même certes, et pourtant, malgré ma minuscule taille réduite à une quinzaine de centimètres pas plus, chacun de ces charmants petits poneys avaient réussi la prouesse étrange de me reconnaitre. Bon, je dois me l’avouer, de la part de cette petit Dark Pencil rien de bien surprenant. Après tout, chaque chaotique de mon royaume se devait d’avoir mon portrait accroché à son domicile afin que mon augure personne puisse veiller sur son cheptel comme un berger prend soin de ses adorables moutons. Mais l’autre là, ce petit malotru inconnu au bataillon, cet envahisseur  à la discrétion fort peu efficace, comment savait-il qui j’étais ? C’était forcément quelque d’étrangement louche ! Obligé.

En attendant, j’écoutais les doléances de mes petites poupées transies de peur. Que c’était mignon de les voir ainsi, toutes tremblantes, ou presque, les voir là ainsi, ne pas savoir quoi répondre. Mais tout était tellement simple. N’étions pas là pour jouer ? J’avais envie de jouer. Cette situation me rappelait étrangement un échange que j’avais eu avec un de ces petits solaristes. Soleil et Lune, Lune et Soleil. Je n’allais pas accorder mes faveurs à l’un sans le faire à l’autre non ?

Avant que chacun des protagonistes n’aient eu le temps de répondre à mes légitimes et royales interrogation d’un « pop » bien connu de ceux me côtoyant assez souvent pour s’en souvenir je reprenais ma taille normale. Flottillant en rond, j’accordais à mon illustre séant un pause ô combien méritée sur un confortable tabouret. Rien à voir avec la pauvreté des lieux, mon trône temporaire était d’un bois des plus exotique et luxueux, vernis d’un rouge carmin aux pois verts couleur émeraudes et surmonté d’une assise d’un cuir jaune poussin des plus vif. Une merveille. Je ne sortais cette splendeur que pour des occasions très particulière, des évènements important et la suite que je m’apprêtais à faire me semblait propice à offrir à la vue embrumée par une certaine appréhension de ma charmante compagnie.

Assis, patte et serre croisée, coude sur les genoux, dos penché en avant et pattes arrières balottantes dans le vent, j’étais tel un enfant curieux devant son maître d’école. Les yeux grands ouverts, la bouche pendante j’étais dans l’expectative comme absorbé par le discours de chacun d’eux. De temps en temps j’acquiesçais avidement en remuant la tête la tête de haut en bas, ma petite barbichette grisâtre ondulant avec grâce.

Mais voilà qu’ils étaient là, tous deux face à moi, immobiles ou presque, comme attendant quelque chose. Etrange comportement que voilà. Oh mais oui, je suis bête. Tirant sur les tiges vertes qui me sortaient de chacune de mes oreilles, j’en ressortais une verdure de la taille d’un buisson.

- Oh ! Vous disiez ? Navré, vraiment désolé. J’avais du persil dans les oreilles, je ne vous écoutais pas.
Mais c’était très bien, très beau discours, c’était parfait.
Mais j’ai juste une petite question pour notre charmant inconnu. C’est quoi ton nom d’ailleurs ? Un peu de politesse voyons !
Mais j’oublie la question. Voilà donc le sujet. Mon cher petit poney, que serais-tu en mesure de faire pour moi, une illustre personnalité royale aussi éminente pour ne pas terminer au fond d’une douce cellule capitonnée à compter les grains de sable jusqu’à ce que la folie te gagne ?


Coupable monsieur le juge ! Ah non, pas encore. Attendant la réponse à ma question mon royale tabouret avait disparu, ne restait qu’un « moi » en robe de magistrat, pupitre devant ma personne, un vieux marteau de justice usée jusqu’à la moelle s’apprêtant à appliquer sa future funeste sentence.
Revenir en haut Aller en bas
Rising Starling
avatar
Dark Pledge

Messages : 127
Age : 19

• Votre personnage •
Race: Licorne
Niveau: 8
Expérience:
72/80  (72/80)

MessageSujet: Re: Les malchanceux se rencontrent ( PV : Schatten Gift )   Ven 16 Oct - 12:18

Je ne savais que répondre, ce moquait-il de moi? Où était-ce vraiment sa personnalité?
Quand le chef de clan me demanda mon nom, je répondis rapidement

- " Schatten Gift..."

Je semblais trembler devant l'ampleur de la personne se trouvant devant moi. Tout cela allait mal finir...

- " Vous être utile? Hum..."

Ses menaces me firent chanter quelque bonne dizaine de mot, baragouinant des choses incompréhensible. La peur prenant mon ventre ainsi que mes pensées, je posais mon sabot sur mon ocarina, signe d'une idée.

- " Je suis barde, spécialisé dans les mélodies lente comme rapides, même si j'ai un penchant pour les berceuses."

Je baissais le regard et les oreilles, toujours anxieux par rapport à ce qu'il pouvait m'arriver.
Le patchwork était maintenant en tenue de magistrat, avec un marteau, prêt à m'infliger une sentence. Je gloussais avant de dire:

- " Vous... Vous n'allez pas m'enfermez quand même?..."

Je fermais les yeux, attendant une réponse, et peut être ma mort.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les malchanceux se rencontrent ( PV : Schatten Gift )   Ven 16 Oct - 13:24

Eh bien, je dois dire que tout ceci n’était pas des plus engageants. Que voulez-vous que je vous dise moi. Infliger une telle frayeur par ma simple et pourtant si illustre, charismatique et imposante présence. Je n’y suis pour rien si je suis un parangon d’effroi chaotique à moi tout seul. Sacrée réputation que voilà collée à moi. Voyez ! Même lorsque j’ai à cœur d’être un dirigeant altruiste, généreux et plein d’abnégation envers les autres, ce n’est que cette épouvante rémanente qui apparaissait de prime abord. Pas évident de discuter avec qui que ce soit dans ces conditions ô combien défavorables.

Intervenant dans cette petite affaire étrange j’avais espérée pouvoir m’amuser un peu mais non. C’était tout le contraire. Faisant la moue, perdu dans mes chaotiques pensées qui s’entremêlaient, s’entrecroisaient et s’écrasant les unes contre les autres je ne savais que faire de ces petits malotrus tout tremblotant de peur devant moi.

- Bien mon bon ami. Je suis heureux de voir que tu as retrouvé ta langue.

M’approchant de lui, flottillant dans une volute de fumée rose, je m’enroulais tout autour de sa personne tel un serpent, tel un boa, tel un anaconda ayant ferré sa proie et étant certain de son emprise, prêt à en terminer avec le malheureux ainsi comprimé par une forme serpentine. Oulala, il était tout chaud le pégase.

- Tient donc, voilà donc un barde ? Mais qu’ai-je à faire d’un barde ? Des bardes j’en ai à foison sur mes terres ! Que dis-je, j’ai dans mon propre conseil un barde ! Enfin, une barde plutôt. Le savais-tu ? Non bien-sûr que non. Si tu le savais c’est que tu aurais pour mission de nous envahir.

Susurrant ces paroles insidieuses, le petit malotru avait la chance d’avoir à sa vue les gros yeux de mon Altesse. Pupille dilatées, d’un ton vindicatif je lui murmurais à l’oreille quelques paroles claires de sens, ma petite langue de serpent factice frotillant le lobe de son oreille

- Sssh ! Viennns tu pour m’eeennvahir ? Viennns-tu nous faaaire du mal ?

Tout en resserrant mon étreinte je laissais le pauvre bougre mijoter dans son jus avant de disparaitre dans ma signature sonore, ce « pop » habituel. Réapparaissant à côté de ce chafouin, une pate sur l’épaule, je me fendais la tronche.

- Ah ah ah ! Mais non, mais non ! Je sais bien que t’es pas un vilain ! Tu serais déjà dans une geôle sinon.
Par contre, je suis sincèrement navré pour toi, mais je n’ai nul besoin d’un barde. Moi-même je suis barde tu sais ? Tient regardes ma dernière prestation.


Installés dans un confortable fauteuil molletonné rose, une projection sur un immense drap blanc maintenu dans le vide par les coins par quatre versions miniatures de moi-même. Sur l’écran de fortune ? Moi. Sombrero sur la tête, petite moustache postiche noire, poncho rayé rouge et vert et pour finir, les indispensables maracas roses à petits pois jaunes secouées avec vigueur.

« Et Tcha Tcha Tcha ! Et Tcha Tcha Tcha ! Et Tcha Tcha Tcha ! Et Tcha Tcha Tcha ! Et Tcha Tcha Tcha ! Et Tcha Tcha Tcha ! »

Et ainsi de suite, encore et encore pendant près d’une heure. Quel souvenir ! Transporté par l’émotion il m’était impossible de ne pas revivre la scène en la mimant. Allez, il était temps de couper court à ce moment de détente et de reprendre les affaires.

- Oulà, je te sens pas à l’aise mon bon ami. Voilà donc, bon, enfin, voilà, c’est ça, là, tu vois ? Ici, là, donc, c’est bon.
Je te dis comment je vois les choses. Tu es à l’embranchement de ton destin tu sais ? Non ? Et bien maintenant tu es au courant ah ah !
Je vois deux avenirs pour toi. Je sens que tu vas me demander comment je le sais, et pourquoi et tout ça. Tient, on va faire simple cette boule de cristal ! Ah non mince, ça c’est ma boule de bowling. Tu aimes le bowling ? Ah là voilà. Faudra que je range mes affaires un jour.
Regarde, là c’est toi. Et puis … bah là c’est moi. Là c’est le moment où tu veux pas me rendre un petit service. Alors là tu vois, le moi du futur il est pas content, alors il t’envoie dans un méchant endroit tout sombre, plein de bestioles bizarre et où ta seule torture sera de discuter à Mad Melloré jusqu’à ce que tu me supplies de te rendre sourd et que bien sur je te refuse ce bon plaisir charitable.
Par contre, là, c’est toi qui accepte de me rendre un petit service. Et là c’est moi tout content qui te serre la main et te laisse rentrer chez toi en te faisant un grand coucou plein de compassion et d’amitié.
Alors … où ai-je mis ça ?


Cherchant dans un sac sans fond sorti d’une poche sans fond d’un recoin de ma fourrure j’en sortais un immense rouleau de papier qui se déroula tout autour de nous cinq minutes durant. Durant ce laps de temps je regardais fixement ce Gift en hochant positivement la tête, souriant de temps en temps, acquiesçant ici et là et clignant les yeux de satisfaction.

- Ah ! Enfin. Navré pour cette attente. Bon, tu signes là, là et là et c’est bon mon ami, ta maison t’attends, elle est à porte de main.

Revenir en haut Aller en bas
Rising Starling
avatar
Dark Pledge

Messages : 127
Age : 19

• Votre personnage •
Race: Licorne
Niveau: 8
Expérience:
72/80  (72/80)

MessageSujet: Re: Les malchanceux se rencontrent ( PV : Schatten Gift )   Ven 16 Oct - 13:44

Au nom de Luna, cette grande chose bizarroïde s'amusait avec mes émotions, la peur, la joie, et de nouveau la peur. Il partit dans un délire tout aussi saugrenu que lui, et fut ainsi une bonne heure d'attente devant le même mouvement répétitif, ainsi donc, le sommeil me gagnait.

Ensuite, durant un long discours, redondant et lassant, il m'expliquait ce qui pouvait éventuellement ce passer... Mais quelque chose m'interloquait...

- " Mad... Melloré?..."

Si je ne me trompe pas, il devait faire référence à l'un ou l'une des fous que son royaume a engendré... Loin de moi l'envie de la rencontrer.Il déroulait un long contrat, me lançant sourire et signe d'amusement à certain moment. Je lui répondait ainsi du même sourire, après tout, pour comprendre un fou, devenez fou... Je dois de plus avouer quelque chose qui me taquinait.
La constriction du draconequus effectuée plus tôt m'avais... Très étrangement... Chamboulé....

Je ne sais pas si c'était mon attitude envers la pégase plus tôt qui me faisait ceci ou autre. Mais, honte à moi, j'avais aimé...

Il me proposa enfin de signer, un pot d'encre était apparu sur le sol, je trempais mon sabot dedans en m'approchant de la feuille, ma délicate empreinte était maintenant marqué à jamais sur le papier.

- " De quel genre de service voulez vous parler?..."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les malchanceux se rencontrent ( PV : Schatten Gift )   Mar 20 Oct - 20:57

S’il y avait bien une chose avec ce cher ami Lunariste c’est qu’il n’avait pas le verbe aiguisé et la sociabilité rompue au dur et pourtant si mélodieux exercice qu’est l’art de la discussion et de la diplomatie. Pauvre petite chose qu’il était. Voilà qu’on le poussait un petit peu et tel un fétu de paille, il pliait encore et encore avant de se rompre. Mais soit, le plus important était que ce jeune pégase ait à ses dépens signé de plein gré ce magnifique contrat que je lui avais fait signer. La finalité était là, elle manquait seulement d’un poil de panache. Un peu de chalenge supplémentaire, un peu de rudesse et d’échange verbal musclé n’aurait pas déplu à mon esprit si chaotique.

- Tient mon mignon tu connais donc ma bras droite ? Je vois que les talents de cette chère Madounette dépassent les frontières.
Mais peu importe, je suis seulement ravi que tu ais décidé de prendre la bonne décision. Enfin, c’est plutôt une sage décision.


Tout guilleret, sifflotant un air chaleureux, les yeux pleins de bonheur, je ré-enroulais doucement la preuve de mon forfait. Cinq bonnes minutes passant, je laissais de côté mon compagnon d’infortune me contentant de m’atteler à ma tâche avec délicatesse. Une fois revenu à son état de parchemin, devant les yeux du Lunariste, je le faisais tourner tel un ballon de basket avant de le faire disparaitre dans un nuage de paillettes dorées.

- Quel genre de service ? Oh, trois fois rien. Il se peu juste qu’un jour, je ne sais pas où, je ne sais pas quand, il se peut que je sois là et que je te demande un petit truc. Et toi bien sûr, tu accompliras ce petit truc.
Et attention mon bon ami, pas d’entourloupes, pas de retour en arrière possible. Tu as signé un contrat chaotique, un contrat magique dont j’ai le secret. Au moins je pourrais te retrouver facilement grâce à ça. Inutile de vouloir te cacher ou fuir tes responsabilités.
Oh et bien sûr, je ne te parle même pas de songer à refuser …


Tout en proférant ces paroles à peine voilées de menace, je grossissais à vue d’œil jusqu’à écraser de mon regard la petit chose à mes pieds du haut de ma taille de colosse de Rhodes

- … MA VENGENCE SERAIT TERRIBLE …

Et puis hop, disparu, et réapparu à coté, une patte sur l’épaule de ce Gift.

- … mais je suis certain que cela n’arrivera pas bien sûr.
Bon, c’est pas tout, mais tout ceci étant fait, il faut que je rentrer, j’ai de la route et cet après-midi j’ai autre chose à rien faire.
Sur ce, je vais te laisser, je vais rentrer dans mon palais pendant que tu vas te tirer de mon royaume et fissa avant que je ne décide de te foutre dans une prison jusqu’à ce que tu ais oublié jusqu’à ton propre nom.
Tient et oh cadeau ! Pioufff ! Petit souffle glacial. Si j’étais toi, je ne tarderais pas à quitter mes terres, plus tu y resteras, plus tu gèleras sur place. Libre à toi de te transformer en sculpture sur glace, mais bon, c’est un choix.
Allez mon ami, à la revoyure.


Sans plus de préambules je quittais ce charmant petit couple, délaissant totalement DarkPencil et laissant ce Schatten à son sort. Quant à cette histoire de souffle glacial tueur, je me demande si il allait gober une telle ânerie. Bof, peu importe, c’est pas comme si il était dangereux le petit.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Les malchanceux se rencontrent ( PV : Schatten Gift )   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les malchanceux se rencontrent ( PV : Schatten Gift )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» A gift to Haiti from the White House: right-wing dictators for you!
» The Imperial Gift FREE L5R Cards!‏
» Une voix : Susan Boyle
» a gift to LGR
» Gifts for geeks produits neuf -25% GW

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Monde :: Terres Chaotiques :: Ruins of Tambelon-
Sauter vers: