Avatar : 200*400 max

Partagez | 
 

 Un sale boulot.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar


MessageSujet: Un sale boulot.   Mer 25 Nov - 15:02

Quelque part dans la mystérieuse ville de Detrot, au détour d'une ruelle vide de vie, là où la lumière bleutée de la nuit vient se mélanger aux feu follets citadins, une porte se referme doucement.

"Vous êtes bien sûr que personne ne vous a suivit hein ?"

Devant l’absence de réponse de son interlocuteur, le jeune chien réitère sa question. Il à l'air d'avoir la vingtaine, de vieux habits rapiécés, il lui manque une dent.

"M'sieur ? Vous êtes sûr que personne ne vous a suivit ?"

Le chien devant lui n'a strictement rien en commun, sont pelage est impeccable, ses dents parfaitement blanches, et son costume noir comme la nuit est d'une propreté surnaturelle.

Un peu plus tôt dans la journée, dans une taverne, il avait rencontré le jeune chien, c'était courant dans ce milieu,  un jeune restait toute la journée assis à une table, ceux qui voulait quelque chose venez le voir, et la transaction se faisait le soir dans un lieu tenu secret.

Dans ce climat de guerre, la ville de Detrot, autrefois prospère, était devenue le pole centrale du marché noir. Tout ce qui existait et était illégal s'y trouvait.
Les gens mal intentionnés avait vite fait de cette ville leur QG, et les rares habitants restant vivaient constamment dans la peur, entre les règlements de comptes et les crimes. Les cris, la mort et le sang était devenu habituels ici. Moins on se posait de question et plus on vous laissez tranquille.

Les deux canidés entrèrent donc dans une grande pièce éclairée à la bougie. A l’intérieur, quatre chiens et un poney sont déjà installés et discutent d'affaires pour le lendemain. Quand l'invité pénétra dans la pièce, tous les regards se tournèrent vers lui.

"Qui c'est ce gars bordel ?" demande un des clébards au plus jeune.

"Il a l'air réglo ! Il a dit qu'il avait une grosse commande pour nous !"

La vue de cet étranger, jamais vu en ville, trop propre sur lui, sema le doute dans l'esprit du poney. Néanmoins, a l'idée de l'importante entrée d'argent se profilant, le patron fait signe à l'invité de s'asseoir.

"Alors mon gars, tu veux quoi ? Tu dois savoir qu'on a à peut près tout ici."

"Ouai, a te voir t'as l'air du gars qui veut un truc pour se booster !" Ricane un des sbires du poney.

L'invité se décide enfin à parler.

"Ce que je voudrais messieurs, se trouve au fond de vous. Le but de ma quête, vous l'avez depuis le début. Avouez qu'on se croirait dans un conte de fée ! Le but ultime du héro, est depuis le départ dans le cœur de ses amis !"

Silence dans la salle. Qu'est ce qu'il veut ce gars ? On comprends rien à ce qu'il raconte, il se moque de nous ? Il nous connait pas ?

"....Qu'est c'que tu nous raconte toi ? Tu t'fous de la gueule du patron ?"

"On va t'les faire bouffer tes contes de fée à la mords moi l'nœud !"

Les quatres chiens se lèvent en montrant les crocs. Grave erreur pour ce chien de se moquer d'un des grands noms du marché noir de Detrot. Et maintenant, ses sbires vont l'étriper.

"Écoutes mon gars. Je sais pas qui tu es, ni pourquoi t'es là, mais si tu viens juste pour te foutre de notre gueule, tu vas passer un sale quart d'heure. Tu sais pas ce qu'on est capable de faire, on est des méchants nous t'es au courant ?"

Un des chiens sort sa matraque, tandis que l'autre agrippe une chaîne en fer et commence faire tourner l'extrémité comme un lasso. L'inconnu les regarde toujours, ses yeux sont fixés sur le poney. Que cherche-t'il ici ?
D'un geste lent, calme, il porte sa main droite à son cœur, il se prépare à prendre quelque chose dans sa poche. Une arme ? Des explosifs ? Des diamants ? Les cinq devant lui le regardent prêts à se jeter sur lui. La tension est palpable.

"Mon garçon ?" dit-il au plus jeune, toujours derrière lui, près de la porte.
"Vous êtes sûr que personne ne vous à suivit ?"

A ces mots, le mystérieux chien sort un petit canard en plastique de sa poche.
Un sourire carnassier se dessinant sur son visage, Jackal lance le signal.

POUIC-POUIC.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un sale boulot.   Mer 25 Nov - 19:17

Chacun accorda un regard interloqué à la porte d'entrée. Par delà la structure de bois, l'assemblée de brigands entendait un son constant, extrêment sourd. Un énorme truc galopait dans leur direction, et il ne semblait pas vouloir toquer. Les gardes du corps du poney mafieux se placèrent devant leur patron, tremblant face à cette menace invisible qui ne tarderait pas à se montrer. Contact imminent...

Bong.

La porte fut brièvement secouée, un petit nuage de poussière en tomba, et ce fut finalement le silence complet dans la pièce. Jackal se racla la gorge, les malfrats échangèrent des regards dépeignant leur confusion, et on put entendre un vague rire étouffé dehors, suivi de bruits de pas désordonnés. Le galop terrifiant reprit de plus belle, l'effet en moins.

Crash.

Au môment où le gosse qui couvrait la porte se préparait à s'écarter pour éviter le train qui allait lui passer dessus, il fut surpris de constater qu'il manquait la porte en question, et que cette dernière venait d'exploser. Le colosse qui passa comme un boulet de canon lui rentra dedans de plein fouet, et le jeunôt traversa la pièce sans toucher le sol, passant par dessus son patron qui commençait à se pisser dessus, pardonnez-moi l'expression.

Le titan, langue pendante et souffle court significatif, n'était autre que l'acolyte du fameux Jackal, et n'était visiblement pas spécialiste des entrées en scène. La sienne avait au moins la qualité d'être fracassante au premier sens du terme. Sur un ton hilare, le nouveau-venu lança, toutes griffes dehors :

"Alors, on attend pas Doggy ?"

Sans plus de cérémonie, la Hyène s'élança avec la subtilité d'un éléphant dans un magasin de porcelaine, détruisant tout ce qui se trouvait sur son passage pour enfin arriver à la première ligne de gardiens. Il adressa à ces derniers un rictus carnassiers pour ensuite les saisir tous deux par le museau en gloussant comme une poule. Suite à quoi, il les souleva sans effort et les écrasa contre la table de leur supérieur, qui s'enfuit comme une fillette face à une telle démonstration de brutalité.

Nop, Doggy n'avait jamais fait dans la dentelle. Ca tombait bien, il était payé pour faire office d'instrument de démolition, et pas pour cuisiner des pancakes. Jovial comme un gosse à Noël, le monstre inspira et lança ses deux victimes au plafond. Les crânes rebondirent dessus simultanément, et les deux pauvres gars se retrouvèrent hors combat avant même d'avoir pu crier au secours. Net.

"'Grognent fort mais sont pas bien solides, hein Jackal ? Hurk Hurk"

Les chiens étaient lâchés, et c'était parti pour une farandole de tartes sur leur lit d'hémoglobine.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un sale boulot.   Mer 25 Nov - 20:48

Et voici le meilleur moment. Le POUIC-POUIC ayant retenti, les 5 compères de regardaient d'un air étonné. Et puis on entendit derrière la porte un bruit sourd, comme si un monstre courait dans leur direction. C'était le cas, Jackal savait que Doggy son acolyte allait passer par cette porte en la détruisant, projetant le gamin à l'autre bout de la pièce. Profitant de l'effet de surprise, Jackal réduira deux des quatre sbires au silence, et laissera à son chien de garde le soin de s'occuper des
deux autres. Une fois la piètre garde éliminée, ils pourront questionner le poney, c'est pourquoi ils sont là.

Il y a quelque jours, Jackal reçu un contrat, le client voulait la tête d'un poney de Detrot, qui avait la main mise sur les trafic dans la ville. Jackal usant de son charisme et de ses connaissances pu rapidement retrouver sa trace, Doggy le traqueur avait fini le boulot en retrouvant non pas le chef, mais ses sbires. Il suffisait alors au duo de remonter l'échelle jusqu'à leur cible.

La tension était à son comble. Le vacarme derrière la porte faisait trembler les racailles. Jackal jubilait intérieurement, plus que quelque secondes, encore un peu et ce serait le climax. Il était prêt, il y allait avoir du sang, et pas qu'un peu !

Bong.

Étrange, ce n'est pas du tout le bruit d'une porte qui explose. Ni celui d'un gamin qui traverse une
pièce. Jackal jeta un bref coup d’œil derrière lui, la porte était bien là, le gamin aussi. Après un long soupir, Jackal, en ignorant complètement le reste des occupants de la pièce, qui ne comprenaient vraiment pas ce qui était en train de se passer, s'adressa à la fameuse porte.

"Plus fort Doggy..."

Un rire nerveux en guise de réponse, des bruits de pas désordonnés, un court silence, et enfin le son caractéristique du quadrupède en charge reprit.

Pour bien assurer le coup, Jackal se décala d'un pas sur la gauche.

Crash.

Ah, enfin le bruit d'une porte qui explose. A la vue du corps du jeune chien projeté par dessus la tête de son patron, Jackal émit un bref soupir de soulagement.

S'amusant de l'expression sur le visage des 5 malfrats, ainsi que de l'odeur d'urine de poney qui commençait à se répandre. Jackal avança vers les gardes du corps d'un pas serein, un sourire carnassier au lèvres.
Se faisant rapidement doubler par la masse de muscles sous ses ordres, Jackal choisi ses deux cibles. Pas vraiment par choix, il choisi plutôt les deux chien les plus éloignés de Doggy, il savait que son acolyte ne s'embêterai pas à choisir et prendrai les deux premiers.
La scène était d'une beauté sans pareils, Jackal avançait fièrement, pendant que Doggy éclatait les deux gardes sur la table qui vola en éclat, traçant un chemin sans failles à travers les éclats de bois, Jackal ne semblait voir que ses deux prochaines victimes.
Il était si concentré qu'il ne vit pas que les poney était en chemin vers la sortie.
Un des deux canidé, celui avec la matraque, dans un extra-ordinaire moment de courage, se mit à courir vers Jackal. Quand il arriva à hauteur de son comparse, le gentleman leva son gantelet.

Quelle ne fut-pas la surprise des deux corniauds quand une pointe osseuse sorti du mur et embrocha leurs deux têtes. Le nécromancien qui était désormais devant ses deux pauvres âmes, leur coupa la tête d'un simple coup de griffe, rapide et précis, mortel.
Les corps des deux premiers gardes ainsi que ceux décapités tombèrent ensemble dans une harmonie macabre.

Jackal se lécha les griffes pleines de sang, il s'en délecta avec plaisir. Plaisir de courte durée quand il s'aperçu que le poney avait disparu.

La colère commença à monter, il interpella le jeune qui, très mal en point après son baptême de l'air improvisé, se remettait difficilement de ses émotions.

"Toi. Où est-il parti."

Le jeune ne sembla pas comprendre tout de suite. Jackal décida qu'il n'avait pas pu saisir sa chance et lui envoya ainsi un trait d'ombre en plein cœur. Jackal déteste se répéter.

La boucherie prenant fin, il épousseta son costume avant de se tourner vers Doggy.

"Je crois que tu vas devoirs le retrouver mon bon Doggy.."

L'esprit du nécromancien n'était pas encore au repos, il savait que si le poney allait trouver de l'aide, ce ne serait pas quatre petits sbires qui allaient revenir.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Un sale boulot.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un sale boulot.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Suisse 'coffre-fort' pour argent sale, un cliché dépassé
» boulot boulot boulot x.X
» Hey Ho ! Hey Ho! Nous allons au boulot!
» Recherche de petit boulot à Pré-Au-Lard.
» Le plus gros et le plus sale hit ever

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Monde :: Terres Sombres :: Detrot-
Sauter vers: