Avatar : 200*400 max

Partagez | 
 

 Un Cobra dans un nid de Vipères [Reverse Song]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Midnight Blossom
avatar
Changeling Swarm

Messages : 36
Age : 28

• Votre personnage •
Race: Batpony
Niveau: 11
Expérience:
73/110  (73/110)

MessageSujet: Un Cobra dans un nid de Vipères [Reverse Song]   Jeu 3 Déc - 3:05

Un Cobra dans un nid de Vipères
Reverse Song

Quel endroit dépravé. C'était la première fois depuis sa fuite de la Lunar Republic que Midnight pausait la patte dans un lieu qui lui faisait regretter Ottapaw, et pourtant elle ne pouvait plus voir cette ville en peinture. Elle était drapée d'une cape sombre, qui se mêlait très bien avec la population locale. C'était vraiment un lieu dans lequel avoir l'air louche était la meilleure chance d'avoir l'air discret. Elle s'imaginait un chevalier en armure rutilante se balader dans ces rues sombres et malfamées. Une sorcière avec une verrue sur le museau semblerait moins louche dans un décor pareil. Mais au moins la ville était animée. Encore une fois, cela lui rappelait Ottapaw. Tout ces marchés et ses vendeurs, ventant les mérites de leurs produits. A l'exception que ce qui était en vitrine était bien moins reluisant. Oubliez l’orfèvrerie et les joyaux, et dites bonjours à toutes sortes de créatures plus ou moins vivantes. Des fioles au contenue douteux, et des armes à la portée des enfants qui se promènent. Et le pire, c'est que tous ont très probablement un permis pour exercer. Midnight jette quelques regards de-ci de-là, s'attardant plus sur les stands de potions, mais ne préfère pas écouter les démarcheurs. Même si elle ne doute pas que certains ont des potions de qualité, ce qu'elle recherche est un peu plus exotique, et aussi un peu moins légal. Elle continua donc dans ces rues malfamées, lorsqu'un terrestre se précipite sur elle, et la percute, la faisant tomber à terre. On la regarde, et le seul sentiment qui ressort de cela est la surprise pour certain de voir une Batpony, la demoiselle ayant fait tomber sa capuche sur le coup. Elle entends qu'on la siffle au loin, sa beauté a déjà été remarquée, mais elle n'a pas de temps à perdre avec des imbéciles de ce genre aujourd'hui. Elle met alors la patte à sa ceinture et s'en rend compte. Elle n'est plus là. La bourse de toile qu'elle portait à disparu. Ces lieux ne sont vraiment pas sûrs, et pourtant c'est un sourire qui se dessine sur son visage. Elle se redresse alors, ramassant une petite bourse qui se tient sous elle, la monte à ses yeux et l'ouvre. Le petit sac de lin comporte quelques richesse, et Midnight laisse alors s'échapper un petit rire. Elle aurait tant aimé être là lorsque le pickpocket qui venait de la percuter se rendra compte que sa propre sacoche à disparu, et que celle qu'il a dérobé ne contenait que des pierres ramassées sur la route pour se donner l'air d'être garnie. Midnight connaissait son métier, et servir elle-même d'appât était un excellent moyen de se servir directement dans les poches des malandrins.

Quelques instants plus tard, elle passait à coté du muret d'une petite cour dans laquelle poussait probablement quelques herbes. Continuant son chemin, elle longea le mur de pierre et de bois, et trouva une porte de bois fermée, mais non verrouillée. Relevant la tête, elle pouvait apercevoir le nom de la boutique lui faisant face: La Fiole Blanche. Elle plongea alors sa patte dans sa cape, récupérant un petit parchemin se trouvant dans l'une des poches intérieur de son vêtement. Elle le déplia pour s'assurer que les informations qu'elle avait obtenue étaient bien correctes. Il lui avait fallu un moment avant de trouver un poney qui s'y connaissait vraiment en matière première illégale, mais lui faire cracher ses informations par la suite fut une partie de plaisir. Le pégase qu'elle avait interrogé avait un ami accro à quelques drogues, et connaissait plusieurs adresses pour se fournir. Midnight avait par la suite interrogé plusieurs drogués et leurs connaissances pour recouper toutes ses adresses, et finalement un magasin sorti du lot. La Fiole Blanche. Il avait été le lieu qui avait demandé le plus d'insistance, car très peu étaient enclins à donner une si bonne adresse afin de ne pas faire tomber sa couverture. Mais heureusement pour elle, Midnight avait toujours réussi à faire parler les étalons.

Enfin elle y était. Cette boutique ne payait pas de mine de l'extérieur, mais elle ne s'attendait pas à ce qu'il y ait un grand panneau lumineux ventant les mérites de ses produits illégaux. Elle s'avança alors, et ouvrit la porte. Comme elle l'avait pensé, la boutique était ouverte et la porte n'était donc pas verrouillée. L'endroit semblait sombre, mais la Batpony n'y voyait absolument aucun inconvénient, étant naturellement plus à l'aise dans l'obscurité et ayant vécu pendant des années dans une mine. Elle laissa son regard vagabonder sur les étagères, sur lesquelles étaient posés des potions et onguents qu'elle semblait avoir vu sur les marchés plus tôt dans la journée. Il s'agissait donc de produits légaux, mais elle ne s'attendait pas à trouver les objets qu'elle recherchait posés en vitrine. Elle se retourna alors et laissa glisser sa capuche de sa tête, laissant apparaitre son doux visage lorsqu'elle apperçut une personne se tenant derrière un comptoir en bois. Elle s'avança alors et sourit doucement avant d'ouvrir une nouvelle fois sa cape. Cette fois elle prit un petit couteau qu'elle utilisa pour découper délicatement l'une des coutures de son vêtement, révélant une poche qui avait été cousue. Ayant désormais de nouveau accès à son capital, elle sourit au vendeur et lui adressa d'une voix douce.


" Excusez moi. Suis-je bien à la Fiole Blanche? On m'a conté la qualité de vos articles, et j'ai fait un long voyage depuis ma ville natale pour me tenir devant vous. J'aurais besoin de somnifères s'il vous plait. Mon frère est malade, et ne dort plus du tout... hors les somnifères habituels sont innéficaces sur lui, à cause de sa forte constitution. Auriez vous quelque chose de particulièrement puissant? "

Devant lui se trouvait cette espèce de montagne de muscle. Il fallait avouer que pour un commerçant, ce pégase était imposant. Sa machoire inférieure était noircie, et sa musculature le rendait véritablement colossal, ce qui jurait avec la taille de ses ailes. Cela dit, le regard ce cet étalon, même dans l'ombre du magasin, semblait rayonner d'une certaine gentillesse... qui donné une légère nausée à la batpony. Il se tenait devant un rideau duquel venaient quelques bruits. La voleuse était intriguée, mais elle ne pourraient jamais passer le costaud qui lui faisait face. Elle attendit donc une réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Reverse Song
avatar
Dark Pledge

Messages : 921
Age : 23

• Votre personnage •
Race: Licorne
Niveau: 29
Expérience:
179/380  (179/380)

MessageSujet: Re: Un Cobra dans un nid de Vipères [Reverse Song]   Ven 4 Déc - 19:11


Act III. Chapter II

Elle n'était pas forgeronne. La qualité de ses lames ne valait même pas la notion de basse. Ni de médiocre. A peine effilées dans le vent qu'elles cassaient, l'os devenu trop fragile par les longues heures de modelage censé, ironiquement, le consolider. Elle en était venue à l'idée que la matière première était la cause de ses échecs répétés, trop fière pour affirmer ne pas avoir les qualités manuelles ou la patience qui faisaient les grands noms des fers. L'os, pourtant solide, devenait poreux au fil du temps par l'action de la chaleur et de la soudaine humidité, aussi fragile que du verre fin. La nature, pourtant, avait fait de cette base de puissantes armes, tel l'espadon, le requin-scie ou les divers lézards aux écailles hérissées. Il lui fallait donc autre chose que des os de poney, de bœuf et de chien. Un animal qui, de prime, était puissant, large, pouvant, par conséquent, résister au mieux à ses déboires.

Une wyverne.

Sort douteux du destin, elle en avait combattu une il y a peu de temps, et s'était alors rendu au nid pour en retirer son dû. La carcasse, en décomposition, avait été le repas de nombreux prédateurs, qui n'avaient su tirer parti des écailles encore rugueuses. De ci de là, il restait de larges monceaux de chair, d'organes, d'écailles et d'os. Mieux encore, les crocs étaient intacts dans cette gueule pourrie, laissant alors aux faibles constitutions la possibilité de les retirer sans grand mal. Ainsi donc, accompagnée d'Horazon, sa mule dépravée, elle avait récolté bien des composantes, non seulement pour ses tentatives d'armes, mais aussi pour ses divers agents alchimiques. Le voyage, aussi long soit-il, avait été des plus fructueux, et c'est le lendemain de leur retour qu'elle entama le long devoir de classer, ranger, stériliser et fabriquer ce dont elle avait besoin.

Les morceaux d'organes, trop gros pour tenir complets dans ses fioles et bocaux, avaient été vidés puis plongés dans le formol, avant d'être étiquetés et rangés dans une réserve. S’agrémentant ainsi d'un œil, d'un cœur, de plusieurs fioles de sang et de bile, les étagères du sous-sol, dont la trappe était bloquée par une lourde armoire que, pour l'instant, seul Horazon de sa stature d'ancien Paladin et de mort avait su déplacer, s'étaient considérablement remplies depuis leurs maigres débuts. Mieux encore, diverses baies, champignons et insectes avaient été trouvés. Certains avaient alors été broyés en fine poussière, puis classés en petits pots, d'autres, simplement stérilisés en bocaux comme l'on pouvait faire avec des conserves alimentaires.

Cette opération, quoique simple, lui prit la matinée, et ce n'est qu'après un bon repas, chose qu'elle prenait cœur à respecter de par son passé dans les rues, qu'elle s'attela enfin à la conception de son arme.

Ce fut le fémur qu'elle prit en premier, large et assez long pour pouvoir tailler deux lames en son sein si la première échouait. Se concentrant, elle afflua toute sa magie en sa corne tandis que se modélisait l'os sous ses yeux fatigués. L'os fut tailladé, sculpté par d'invisibles burins, puis, quand ce simulacre de lame fut de quelques centimètres d'épaisseur, la tâche fut plus précise, plus contemplative. Lentement, les bords devinrent fins, le centre, quoique plus gros de quelques millimètres, se creusa par endroit, comme pour accueillir un complément. Ce ne fut que lorsque l’arme fut ciselée, comme une dent de requin, qu'elle la plongea dans une bassine emplie de larmes de dragons et de sang de wyverne, censé, par diverses légendes, renforcer les outils. Peut-être était-ce vrai, peut-être n'en avait-il que des racontars, une seule chose fut sûre. Brillante, tranchante, sifflant dans le vent sans se briser, la lame était resplendissante. La déposa alors avec précaution sur son emplacement dédié, la nécromancienne entama alors la poignée, par le même procédé de sculpture minutieuse et de trempage, avant de l’enchâsser d'écailles, prises sur les phalanges de la bête. La fusion fut simple à mettre en place, maître des os qu'elle était. Cependant, elle y prit toute son attention pour éviter la moindre faiblesse, s'attelant à, littéralement, souder les parties entre elles en divers points grossiers, qu'elle retailla par la suite. Il ne manqua bientôt plus que les décorations, optionnelles et pourtant d'une importance capitale, qu'elle avait déjà taillé il y a plusieurs semaines dans l'espoir de trouver l'objet, l'arme, à orner.

Ce fut donc de nombreux crânes encornés qui prirent forme sur la garde et le pommeau,. Un dernier trempage, pour la forme certainement, fut accompli, et quand enfin la nuit se leva, l'arme sembla terminée.

Trop fatiguée pour réellement contempler avec pragmatisme son œuvre, elle se laissa aller aux tourments de Morphée, certaine de reprendre d’aplomb le lendemain.

Sombre. Le sang avait coagulé, lui donnant un aspect morbide, tandis que les larmes avaient dilué le tout en une teinte parfaitement homogène. Les dents de la lame, longeant la gouttière, avaient formées de bas reliefs en pointes arrières, favorisant l'harponnage, tandis que les cornes de la poignée, en avant, menaçaient telles d'autres lames sur cette dague déjà agressive. La saisissant non sans précaution, la femelle d'obsidienne fit quelques moulinets avec, fendant l'air en un sifflement rauque, lourd, avant de tenter plusieurs coups d'estoc. L'arme, d'une étrange stabilité et légèreté, ne frémit pas, restant droite, splendide dans cet aire de combat improvisé.

Il ne manquait plus qu'à l'essayer sur quelqu'un, au hasard, Horazon, pour en vérifier les effets, dégâts mais aussi rapidité et facilité de décrochage. Après tout, de faible constitution, Reverse ne pouvait se permettre d'encaisser un coup à cause d'une lame coincée dans l'épaule de quelqu'un. Elle devait être vive, endurante, et son arme se devait d'être de même.

- Excusez moi. Suis-je bien à la Fiole Blanche?

La voix, d'une cliente certainement, la fit se retourner dans sa réserve, attendant l'implication joyeuse du mort comme vendeur. C'était la première fois qu'il était ainsi traité, lui, Paladin de son état, et si socialement il était apte à sourire et servir, ses compétences intellectuelles sur les médicaments et autres drogues laissaient clairement à désirer.

- On m'a conté la qualité de vos articles, et j'ai fait un long voyage depuis ma ville natale pour me tenir devant vous. J'aurais besoin de somnifères s'il vous plaît. Mon frère est malade, et ne dort plus du tout... hors les somnifères habituels sont inefficaces sur lui, à cause de sa forte constitution. Auriez vous quelque chose de particulièrement puissant?
- Oh euh. Oui bien sûr, nous avons certainement quelques médicaments ici pour lui, répondit Horazon, malhabile. Quel gabarit fait-il ? Quelle était son précédent dosage ? Et surtout, quel genre de plantes ou autres utilisait il ?

Silence de la part de la maîtresse de maison, dubitative. Habituellement, pour ce genre de cas, on ne voyageait pas autant, et surtout, pour aller dans une boutique à la réputation douteuse. Non. On préférait sommer un clerc pour la tâche. Il y avait quelque chose d'étrange. Était-ce là une formulation cachée pour indiquer le besoin urgent de faire « dormir » quelqu'un pour de bon ? Le doute persistant, elle enfourna sa nouvelle lame dans son fourreau arqué, tel un katana, avant de se diriger vers le rideau servant de porte, pénétrant alors à l’accueil aux côtés d'un grand mâle farfouillant les armoires en quête du bon médicament.

- Bienvenue à la Fiole Blanche, commença t'elle, d'un air méfiant. Un somnifère, hum ? C'est pour une simple sieste ou pour un sommeil profond ?

Le paladin cessa sa fouille, scrutant du coin de l’œil, pataud, la cliente. Il était, de toute évidence, prêt à agir si jamais cette dernière venait à entamer un mouvement menaçant, et cela ne faisait que rendre l'atmosphère des plus lourdes.

_____________________________________________

Art by ka_samy on DA.

Autres:
 
Revenir en haut Aller en bas
Midnight Blossom
avatar
Changeling Swarm

Messages : 36
Age : 28

• Votre personnage •
Race: Batpony
Niveau: 11
Expérience:
73/110  (73/110)

MessageSujet: Re: Un Cobra dans un nid de Vipères [Reverse Song]   Sam 12 Déc - 5:31

Un Cobra dans un nid de Vipères
Reverse Song

La jeune batpony s'amusait de voir un poney si serviable. Elle n'aurait pourtant pas parié sur une telle gentillesse de la part d'une personne qui semblait faite en kit. Elle avait toujours cette impression en regardant les grands combattants avec leurs nombreuses cicatrices, mais celui-ci lui en donnait plus l'impression encore. Mais alors sortit de par le rideau une licorne sombre. Celle-ci semblait d'avantage en adéquation avec ce à quoi Midnight s'était attendu en venant au Dark Pledge. Une personne sombre, au regard suspicieux et qui semblait sur le point de vous sauter au cou d'un instant à l'autre. Visiblement, elle était bien plus vive d'esprit que ce grand dadais.

" Bienvenue à la Fiole Blanche. Un somnifère, hum ? C'est pour une simple sieste ou pour un sommeil profond ? "

Un sourire mauvais se dessina alors sur le visage de la voleuse. Elle se redressa alors, révélant les petits crocs propres à sa race. Son regard n'était dès lors plus celui suppliant d'une gentille jeune fille demandant de l'aide, mais celui d'une acheteuse qui savait ce qu'elle était venue chercher.

" Et bien, j'aimerais avoir quelque chose de fort... de très fort, même. Vous voyez, je suis assez souvent accostée par divers étalons, et à la longue cela devient... ennuyeux. Cependant se faire offrir un verre est toujours agréable. J'aimerais bien ~remercier~ ces messieurs avec quelques uns de vos produits. Quelque chose qui leur fasse oublier leurs problèmes quelques instants... et qui les rayent des miens par la même occasion. Disposez vous de ce genre de produits? C'est que je cherche des substances de qualité, et aucune adresse que l'on m'a conseillé n'est arrivé à la hauteur de mes espérances. "

Cette fois, la batpony était un peu plus honnête. Cependant elle ne disait toujours pas tout, bien que cela n'apparaissent pas sur son visage. Même si l'on ne pouvait pas y lire ses véritables intentions, un regard habitué pourrait facilement reconnaitre en elle une habituée des faux-semblants. Midnight avait ce sourire et cette attitude qui la rendait capable de vous murmurer des mots d'amour en vous poignardant en plein coeur. Seul ceux qui pratiquaient ce genre de façon d'être pouvaient reconnaitre la menteuse professionnelle. Elle gardait un air décontracté en toute circonstances, et un sourire doux et agréable qu'elle utilisait pour séduire.

Observant les deux, Midnight ne put s'empêcher de les voir sur la défensive. Elle s'empressa alors de rajouter quelques mots.


" Oh, mais inutile de nous emporter. Gardez donc vos armes au fourreaux, je ne suis qu'une simple cliente en ces lieux. Rien de plus, je vous le promet. " Ces paroles étaient assez vide de sens pour qui la connaissait vraiment. " Si vous voulez vous assurer de ma bonne fois, je peux aussi retirer mes vêtements afin de vous prouver que je ne suis pas venue en agresseur. Je suis sûr que votre ami ici présent ne serait pas contre un oeil baladeur. " Ajouta-t-elle avec un clin d'oeil en direction du paladin mort-vivant.

Il n'était pas véritablement question pour elle se séduire cette montagne de muscle, mais avoir un tel mastodonte de son coté était toujours une bonne chose. A moins évidemment que ces deux-là ne soient mariés mais dans le pire des cas, cela déclencherais une petite dispute dans laquelle Midnight pourrait jouer la médiatrice. Quel que soit la situation, Midnight essayait toujours de mettre ses atours en avant, et c'est pour cette raison qu'elle lançait régulièrement des regards séducteurs en direction d'Horazon.

Revenir en haut Aller en bas
Reverse Song
avatar
Dark Pledge

Messages : 921
Age : 23

• Votre personnage •
Race: Licorne
Niveau: 29
Expérience:
179/380  (179/380)

MessageSujet: Re: Un Cobra dans un nid de Vipères [Reverse Song]   Dim 20 Déc - 14:00




Un sourire carnassier naquit alors sur le visage innocent de la femelle vampire, dévoilant ses ignobles crocs. D'un regard humide et pieux, elle passa à quelque chose de plus bestial. De plus décidé. Il n'y avait, de toute évidence, là qu'un jeu amenant à diverses décisions, toutes plus viles les unes que les autres. Et Reverse ne pouvait l'en blâmer. Elle-même aurait feint la naïveté pour s'assurer de la véracité de la boutique, cherchant, analysant chaque mot, chaque phrase, pour en débusquer la véritable nature. Et c'était là un gage que seul un client un tant soit peu intelligent et logique pouvait avoir. Combien d'idiots avait-elle rembarré en maugréant leur comportement enfantin qui aurait alerté le moins suspicieux des commerçants ? Oh, bien sûr, ce n'était pas la garde ou les hautes instances qu'elle redoutait ; le Dark Pledge était connu pour ses petits trafics moralement désinhibé, et chercher à le stopper revenait à éteindre un incendie avec un verre d'eau, en plus de ruiner considérablement l'économie, déjà instable, du pays. Non. Elle redoutait les concurrents.

Comprenez le bien. Le marché noir avait les mêmes règles que le marché légal. L'important résidait, non seulement dans la qualité des produits, mais aussi dans la rapidité de leur achat, sur les ports majoritairement. Car si les concurrents n'avaient plus rien à acheter, ils n'avaient aussi plus rien à vendre. Ils perdaient donc de la clientèle, qui allait s'approvisionner chez elle, jusqu'à fermer boutique, étendant alors son influence de cartel en cartel. Bien entendu, la Fiole Blanche n'était, pour l'instant, qu'un petit magasin, mais Reverse avait su se fournir, non seulement, auprès des meilleurs, mais aussi d'elle-même, apportant donc à ses étalages des produits rares, exotiques. Convoités. Et par définition, ameutant les foules à son comptoir. Elle était donc rapidement devenue un nom dans l'alchimie, et la venue d'une bat pony, c'est-à-dire d'une race très peu implantée dans cette région, n'était que le résultat d'un bouche à oreille des plus méritants.

- Et bien, j'aimerais avoir quelque chose de fort... de très fort, même, commença t'elle, toujours ce sourire antipathique sur le visage. Vous voyez, je suis assez souvent accostée par divers étalons, et à la longue cela devient... ennuyeux. Cependant se faire offrir un verre est toujours agréable. J'aimerais bien « remercier » ces messieurs avec quelques uns de vos produits. Quelque chose qui leur fasse oublier leurs problèmes quelques instants... et qui les rayent des miens par la même occasion. Disposez vous de ce genre de produits? C'est que je cherche des substances de qualité, et aucune adresse que l'on m'a conseillé n'est arrivé à la hauteur de mes espérances.

La femelle ailée n'avait, de toute évidence, plus aucune envie de couverture. Dévoiler ainsi ses plans indiquait clairement ses intentions, mais surtout de fausses raisons. Personne ne venait quémander un poison ou une drogue pour hurler leurs desseins, n'en déplaisent aux méchants de séries B et autres films americano-hollywoodiens. Tout du moins, personne dans sa boutique, surtout après une telle arrivée ronronnante. Mais soit. De toute façon, les intentions de ses clients ne la regardait pas, et c'était la base d'une fidélité incontestable.

Cependant, la méfiance latente qui pesait désormais sur la boutique sembla l'amuser, et d'un air désinvolte, elle s'en railla. Mais là encore, la réaction gêna. A en être trop sûre de soit, dans une boutique malfamée, face à une nécromancienne de talent et un ancien paladin à la forte carrure -mais peut-être n'en était-elle pas au courant, grave erreur m'est avis lorsqu'on se ballade dans de tels lieux pour des activités plus que discutables-, l'on finissait par se brûler les ailes. Littéralement. Cependant, perdre une cliente qui savait ce qu'elle voulait été contre les principes de marchande de la licorne, qui, malgré la tension palpable, commanda mentalement à Horazon de se détendre subitement. Si lui, de son faciès d'abruti finit à l'urée, était désormais serein, elle pouvait se permettre, de son apparence maraude, d'être toujours méfiante. C'était ainsi fait. Si tous deux se détendaient subitement, il y aurait un malaise, une gêne, comme un piège. Mais s'ils restaient tendus, comme les fesses de Karl à l'approche du kraken, la réaction en serait de même. Il fallait donc un juste milieu, pré-fait, parfait, rentrant dans tous les stéréotypes du monde et qui assurait à ce dernier de tourner comme toujours.

- Si vous voulez vous assurer de ma bonne foi, je peux aussi retirer mes vêtements afin de vous prouver que je ne suis pas venue en agresseur. Je suis sûr que votre ami ici présent ne serait pas contre un œil baladeur...

Horazon sembla vouloir rougir, reculant sa tête d'étonnement. Mais les morts n'avaient aucun afflue de sang, si bien qu'il resta aussi pâle qu'à l'origine, affichant simplement une mine circonspecte devant les propositions indécentes et alléchantes de l'intruse.

- C'est une idée.

La licorne d'obsidienne pencha légèrement la tête sur le côté, amusée par la proposition.

- Mais je ne tiens pas une maison close. Gardez vos vêtements et contentez-vous de me montrer votre bourse, lâcha t'elle en relevant le nez en direction de son interlocutrice.

Après tout, si la batpony avait eu vent de la boutique, aussi planquée dans les dédales sombres qu'un rat dans un labyrinthe laborantin, elle devait avoir entendu parler des attaques, des tentatives de vols ou de chantage de quelques idiots. Il n'y avait donc pas vraiment à craindre, pour le moment, d'un individu ayant pour, seuls, atouts d'attaque le vol et la rapidité, tous deux entravés par le baraquement exiguë et les nombreuses étagères, fixées au sol. Et c'était d'ailleurs probablement pour ça que Reverse ne voulait changer d'emplacement. Seuls ceux ayant un minimum de connaissances sur les lieux pouvaient les trouver, et donc savoir à quoi s'attendre. Et si jamais ils étaient assez idiots pour tenter quoi que ce soit, les deux acolytes avaient l’avantage du terrain.

- Mes produits dépendront de ce que vous avez. Mais sachez que je ne vend pas de toxines, continua t'elle calmement.

Elle pouvait cependant fournir de quoi en fabriquer. Mais ça, là encore, la femelle devait le savoir, quand bien même un rappel était souvent de mise.

- Tout le reste est cependant possible. En théorie...

L'argent était bien sûr maître de mot des affaires. Mais plus encore, la maîtrise de sa cliente pour les drogues et autres aconit étaient de mises. Une mauvaise utilisation, un mauvais dosage, et tout un plan pouvait s'avérer plus délicat que prévu. Et prévenir était l'une des missions d'un marchand. Pour éviter les mauvais retours sur ses produits, pourtant de qualité. Mais aussi la mort de quelques généreux clients maladroits.

_____________________________________________

Art by ka_samy on DA.

Autres:
 
Revenir en haut Aller en bas
Midnight Blossom
avatar
Changeling Swarm

Messages : 36
Age : 28

• Votre personnage •
Race: Batpony
Niveau: 11
Expérience:
73/110  (73/110)

MessageSujet: Re: Un Cobra dans un nid de Vipères [Reverse Song]   Jeu 21 Jan - 12:46

Un Cobra dans un nid de Vipères
Reverse Song

" C'est une idée. "

Avec un sourire mutin, la Batpony laissa alors délicatement sa cape glisser sur son épaule, avec un léger regard vers l'étalon. Cependant elle remonta son vêtement lorsque la patronne reprit la parole. C'est avec attention qu'elle écoutait les recommandations. Elle n'était pas chez elle, et les autorités de la ville auraient tôt fait de la mettre en prison si l'on savait qu'elle venait se procurer diverses drogues. Elle prit alors sa dague, et trancha quelques bouts de tissu à l'intérieur de son vêtement. Ceux-ci camouflaient en effet diverses poches dans lequel se trouvait de l'argent. Elle posa alors les pièces sur le comptoir, rajoutant la bourse dérobée quelques instants plus tôt. La somme ainsi accumulée était plutôt rondelette, et Midnight pensait pouvoir obtenir quelques produits de qualité, quand bien même elle n'était pas la plus riche cliente qui aurait pu pénétrer dans cette boutique.

Une fois le petit magot sur le comptoir, la Batpony tourna son attention vers la gérante de la boutique. Il n'était plus temps de jouer la séductrice, mais de parler affaires.


" Avec ceci, à quoi puis-je prétendre? Qu'il s'agisse de somnifère ou d'hallucinogène cela m'intéresse. Quand aux toxines, cela n'est pas de mon ressort. "

Elle pencha alors légèrement la tête sur le coté, un sourire toujours affiché.

" J'aurais cependant une requête un peu... singulière. Auriez vous connaissance d'un produit qui simulerait le décès? Ralentissement des battements du coeur, état proche du coma... Ce genre de choses. Je comprendrait qu'un tel produit puisse ne pas exister, ne pas être dans vos moyens, ou même encore pas dans mon ordre de prix. Mais votre point de vue de professionnel sur le sujet éclairerait ma lanterne. "

Midnight n'était pas la plus grande combattante qui soit. Et si un tel produit pouvait exister, il pourrait sûrement la sortir de quelques mauvais pas. Cependant elle était bien consciente que si un tel produit existait, il faudrait un dosage d'une grande précision afin de ne pas véritablement trépasser en simulant cet état.

La voleuse ne baissait cependant pas sa garde. Elle était alerte, comme pouvaient le montrer ses oreilles des chauve-souris dressées pour entendre le moindre mouvement alentour. Son regard, bien que tourné vers la Pledgienne, semblait garder le cadavre ambulant à l'oeil, passant rapidement sur celui-ci pour toujours connaitre sa position. N'était pas totalement sécurisée, elle préférait garder comme priorité les deux individus plutôt que le petit tas d'or sur le comptoir. En parlant d'argent, elle disposait toujours de quelques pièces supplémentaire dissimulées dans les coutures de son vêtement. Cette somme devait rester en sa possession afin de prévoir un potentiel cas d'urgence. Elle ne voulait pas se retrouver sans rien, car cela signifierait lui fermer des occasions de repli.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Un Cobra dans un nid de Vipères [Reverse Song]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un Cobra dans un nid de Vipères [Reverse Song]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cobra
» Haïti: un camion plonge dans une rivière, des dizaines de victimes
» ET LA VERITE SORT DU PUIT/SOU MENSONGE DANS GNB CONTRE ATTILA
» haiti dans les annees 50
» Les changements climatiques menacent le tourisme dans les Caraibes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Monde :: Terres Sombres :: Bad Lands-
Sauter vers: