Avatar : 200*400 max

Partagez | 
 

 De Maple's Leaf à Cloudsdale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Karl Tirecorde
avatar
Eternal Chaos

Messages : 494
Age : 21

• Votre personnage •
Race: Terrestre
Niveau: 28
Expérience:
277/360  (277/360)

MessageSujet: De Maple's Leaf à Cloudsdale   Sam 17 Jan - 17:44

_       Elle est sympa la taverne de la Chopine Joufflue. Cette remarque peut paraître incongrue sortant de ma bouche, mais il y a des moments où il m’arrive à être satisfait du moment présent. La taverne se trouve dans le patelin de Maple's Leaf à l’Est de Whitetail Woods, dans la ruelle des Pommes d’Abitibi. La bâtisse de deux étages comprenait au rez-de-chaussée : une salle de restauration, une cuisine, une écurie et une réserve. Plusieurs chambres bon marché se trouvent à l’étage ainsi que sous le toit au grenier.
La salle principale était carré comprenait un bar garni de plusieurs étagère où divers bouteilles et fioles attiraient l’assoiffé et séduisaient l’alcoolique. Le comptoir en bois clair conservait de nombreuses traces de chopes et de verres et au bout, deux tireuses se dressaient, cuivrées, insolentes, n’attendant que le moment où elles pourraient répandre leur précieuse boisson. Sur le parquet de chêne vermoulu, il y avait plusieurs petites tables un peu partout ainsi que six tables rondes où l’on pouvait aisément installer sept ou huit personnes, les murs comportaient des tissus vert avec des motifs si bien qu’en faisant un tour sur soi- même en regardant chaque mur, on pouvait voir l’enchainement des quatre saisons. La salle comprenait une cheminée adossée au mur ‘’hiver’’ diffusant sa chaleur dans la pièce et séchant les vêtements des voyageurs trempés. Deux fenêtres à croisillons donnaient sur la rue, elles étaient disposées de part et autre de la massive porte d’entrée.
C’est dans cette salle que depuis deux jours je trainais en attendant que quelque chose se passe. L’avantage de cette taverne c’est qu’elle est un point de rendez-vous pour les aventuriers et les donneurs de quêtes, on pouvait y croiser des mercenaires, une compagnie d’aventuriers, un voleur pas très discret, un marchand cherchant une escorte ou bien vendant son attirail, une femme jalouse, un mari cherchant l’aventure d’un soir, parfois les deux, bref une sorte de collant à mouche spécialisé dans l’aventure. L’endroit avait aussi l’avantage d’être évité par les gardes solarien, voilà qui m’arrange car ayant déserté l’armée, je ne souhaite pas être arrêté et réintégrer de force.

_         Le clocher sonne 6 heures, le cuisinier s’affaire à préparer le repas du soir, une soupe de légume avec du pain et des lardons, j’ai déjà réservé mon bol. Le patron entre dans la salle par la porte de derrière avec un panier plein de bois et s’apprête à allumer un feu dans la cheminée, il est vrai que ça caille la nuit par ici. J’attrape ma chope et la porte à ma bouche, je fini ma bière d’une traite et repose la chope tout en me léchant la mousse qui s’était accrochée à mes lèvres. Avec mes yeux je refais un rapide tour de la salle : au bar il y avait deux paysans buvant leur bière après une journée de travails, près d’une fenêtre, était assise une jument louche, je m’attardais sur son physique et je remarquais que son équipement comportait un casque de la garde de l’Empire de cristal et un plastron de lanciers lunaires, l’avait elle prit sur un soldat mort après une bataille, ou était-elle la lame qui l’avait tué. Sinon mis à part la balafre qu’elle avait sous l’œil droit, elle était plutôt jolie la donzelle, je souris à quelques pensées que je ne partagerai point.
L’aubergiste ayant fini d’allumé le foyer de la cheminée se dirigea vers moi, sa robe rouge tacheté de brun, était en accord avec le personnage plutôt rondouillet mais pourvu d’une sacrée poigne, j’avais pu le voir hier dans un duel de sabots de fers durant lequel il remportait trois victoires consécutives, il valait mieux donc ne pas lui chercher des noises. Son visage était doux et souriant et une épaisse moustache était collée sur son museau.

« Je vous ressers quelque chose ? » demanda-t-il.

« Quand vous servirez le repas, vous pourriez m’apporter avec un pichet de rouge avec ? »

« C’est entendu, je le note. Vous comptez aussi dormir ici ce soir ? »

« Je pense, les nuits sont fraiches et les bois ne me rassure pas plus que ça. »

« C’est vous qui voyez, tant que vous avez de quoi payer. »

_         L’aubergiste se retourna et marcha vers la table de la demoiselle près de la fenêtre, je sors ma bourse en pensant qu’il faudrait que je trouve de l’argent, j’ouvre ma bourse… Ah ; il faut vraiment que je trouve de l’argent, je n’ai pas de quoi payer ma note. ‘’Merde’’ je pensai tout bas, et face à l’aubergiste à la force de mes sabots, je ne fais pas le poids. Il me reste donc la soirée pour trouver un boulot et vite, ou alors trouver un moyen pour ne pas avoir à payer. C’est alors qu’une licorne entra dans la pièce, son apparence était caché par une cape et sur son crane une capuche masquait son visage laissant apparent son museau. Elle se déplaça vers une table près du feu, posa ses sacoches au nombre de trois et plutôt lourdes. Elle retira sa cape pour l’étendre à la chaleur du foyer. En se retournant je vis son visage, il s’agit d’un mâle, la crinière grise et courte témoignant de son âge avancé. Il avait pour armure une robe pourpre, et avait au cou un collier de valeur et au sabot un bracelet argent. Voilà donc un mage en voyage, des sacoches pleines de livres et de potions de mana mais pas bâton, à moins que sa baguette ne soit rangée pour la protéger de la pluie. Mais alors pourquoi s’être arrêté dans un refuge d’aventuriers et non dans une auberge plus adapté au voyageur, avait-il une quête à donner ou cherchait-il une escorte ? De plus les breloques qu’il porte au cou ne sont pas vilaines, ça sent les pièces d’or cette histoire, il commence à me plaire le vieux.

Alors que le magot était en train de galérer à étendre sa cape, je m’approchais afin de l’aidé, il accepta et nous commençâmes à engager la discussion,

«Vous devez venir de loin, vous avez l’air exténué. » dis-je.

«Je suis parti de Ottapaw il y a une semaine, je me suis fait surprendre par la pluie par chance je ne me trouvais pas très loin de Maple's Leaf,  je n’ai pas mis longtemps à trouver l’auberge. »

« On dirait que vous savez ce que vous voulez, vous venez ici alors qu’une meilleure auberge se situe à l’entrée du village. »

« Ma foi vous avez raison, je me nomme Garig Razzeglure, en fait je cherche quelqu’un pour m’escorter jusqu’à Cloudsdale pour prendre le train jusqu’à Canterlot. »

« Eh bien vous êtes tombé sur la bonne personne. » Je me retournai vivement pour tomber nez à nez avec la jument d’à-coté-de-la-fenêtre. Elle arborait un sourire arrogant du genre : Je viens de te piquer ton job, tu l’as bien profond heeiiin.

« Scarlat Inne, chevalier expérimenté, pour vous servir.  Je peux vous accompagner jusqu’à Cloudsdale sans problème, mes lames transpercerons l’ennemi sans que vous ne courriez aucun danger. » Dit-elle en me bourrant sur le côté.

« Mais voilà quelqu’un de convainquant, pourrions-nous en discuter un peu plus. » Répondit le vieux.

« Mais oui, aucun problème je vais chercher mon paquetage et j’arrive. »

_        Voulant ouvrir ma bouche pour dire quelque chose, la guerrière me lança un regard signifiant que je devais aller me faire mettre. Je retournai ma table en grommelant  « Mais qui elle se prend la greluche, Grrmgnegnagnagna. » et insultant sa personne ainsi que sa famille que je ne connais pas. Je  me rassis en boudant mais en regardant la gourgandine de nouveau, qu’elle ne fut pas ma surprise de la voir en train de dandiner du cul ! Et puis le vieux qui la regarde de derrière ! Tient les deux pecnots du bar se sont tus et la matent dans la plus grande indiscrétion. J’avoue que c’était plaisant à voir mais elle m’a quand même piqué un job alors merde. En plus elle finit de le convaincre avec sa danse du popotin. Tient ! L’aubergiste n’a pas ses yeux dans ses poches lui non plus, j’en profitai pour l’interpeler.

« Qu’est-ce qu’il vous faut ? » Demanda-t-il.

« Est-ce que le repas est prêt ? »

« Je vous sers quand vous le désirerez. » Me dit-il en souriant.

« Eh bien, apportez moi donc la soupe ainsi que le pichet de rouge. »

« Très bien Monsieur, Je vous apporte ça ! » Il tourna des sabots et parti vers la cuisine d’où il ressorti avec un bol de soupe fumant et un pichet de vin.

« Et voilà, j’ajoute le repas sur votre note. Bon appétit ! »Il se retourna

«Attendez !» Le tavernier se retourna à mon appel, je lui fais de s’approcher lui demande à l’oreille.

« Dites-moi, la fille qui est à la table du vieux là-bas. Vous sauriez dans quelle chambre est-elle ? »

« Ah non !  Pas de ça dans mon établissement, allez ailleurs, dans le bois, mais pas chez moi. » Et il repartit en ronchonnant. Est-ce ma faute à moi si il a l’esprit aussi mal tourné ?

_        N’étant pas plus avancé, je bu ma soupe en pensant à autre chose. Les deux paysans étant partis, ils ne restent dans la salle que le vieux avec la guerrière mangeant leurs soupes, l’aubergiste faisant ses comptes et moi. Enfin ils se levèrent pour monter vers leurs chambres, j’en profitai pour monter avec eux. Dans un souci de radinerie pur, l’aubergiste n’avait fait qu’une seule clé pour toutes les chambres, il lui suffisait de les ouvrir et de les fermer lorsque leurs occupants s’en allaient. J’entrai dans la mienne, une chambre d’auberge basique avec un lit assez confortable, une couverture, et une table. Une lampe à huile éclairait la pièce, le soir étant tombé, elle fut la bienvenue. Je souhaitai une bonne nuit à l’aubergiste avant de refermer la porte, je posai mes sacoches et je sortis un petit réveil mécanique, mes parents me l’avaient offert, j’en ai toujours pris soin. Je le remontai pour demain matin afin de partir aux aurores et après avoir retiré mon plastron, je me couchai.

_        Le soleil venait de se lever, je payai ma note à l’aubergiste avant de sortir de l’auberge. C’est alors que je croisai le mage d’hier soir, il semblait trépigner d’impatience.

« Quelque chose ne va pas ? » Lui demandai-je.

« La fille d’hier soir qui m’avait promis de m’accompagner jusqu’à Cloudsdale. Voilà une heure que je l’attends. Qu’est-ce fiche bordel ! » Grogna-t-il.

« Mais, vous ne saviez pas qu’elle partait durant la nuit. »

« QUOI ! ELLE EST PARTIE ! OH LA GARCE, je comptais sur elle, je lui ai même offert le repas hier. »

« Bon bah ce n’est pas tout mais j’ai de la route à faire moi aussi allez, à la revoyure… »

« Attendez ! Vous pourriez m’accompagnez je dois être là bas le plus rapidement possible, je vous payerai bien entendu ! »

« Ce n’est pas ma direction mais pas de problème, je vous suis. »

_      Et c’est ainsi que nous prîmes la route en direction de Cloudsdale, il faudra aussi que j’arrange la bosse que j’ai fait à ma poêle.
Revenir en haut Aller en bas
Karl Tirecorde
avatar
Eternal Chaos

Messages : 494
Age : 21

• Votre personnage •
Race: Terrestre
Niveau: 28
Expérience:
277/360  (277/360)

MessageSujet: Re: De Maple's Leaf à Cloudsdale   Dim 18 Jan - 18:01

_         On avançait d’un bon pas vers Cloudsdale, le vieux mage ne causait pas beaucoup il était soit le nez dans ses livres ou bien il pensait à autre chose. De mon côté, je gardais un œil sur la carte et je guettais les dangers sur la route. Sur ce point je me suis trompé, White Tail Wood est très calme, on est au troisième jour de marche et mis à part une meute de chiens errants mis en déroute avec un pétard il ne se passe quasiment rien. On a croisé pas grand monde non plus, seulement : un coursier royal, un autre de Pony Express, deux marchands ambulants ne vendant rien qui vaillent le coup, et une pégase et une fermière faisant la course, bref c’est mort comme endroit. Mais bon, ça a quand même quelques avantages comme pouvoir bivouaquer sans se faire emmerder pendant la nuit et voyager tranquillement. Tient, il y un bois droit devant.

Nous nous arrêtions pour réfléchir sur la démarche à suivre :

« Le bois devant s’appelle Les Crétêts. »Dis-je, « Et d’après la carte la route passe juste à côté d’un amas rocheux et boisé propice aux embuscades. »

« Et il n’existe pas d’itinéraire intermédiaire ? » Demanda le magot

« Bah, il existe bien un chemin longeant la lisière et passant près d’un hameau, selon la carte on rallonge la distance de 3 kilomètres. »

« Passons par la lisière, au moins le chemin sera dégagé. » Déclara le vieux.

On prit alors le chemin alternatif, il était assez large pour laisser passer une
charrette. À droite, il y avait la lisière de la forêt, composé en grande partie de feuillus comme des érables, des bouleaux, des frênes. À gauche, c’était une plaine verte, idéal pour faire paître le bétail ; plus loin on pouvait apercevoir un hameau composé de 4 bâtiments entourés de champs et de vergers. N’empêche que c’était plutôt bien joué mon coup pour avoir la mission : Lorsque l’on est monté se couché, j’ai repéré dans quelle chambre dormait la fille, du coup j’ai réglé mon réveil pour qu’il sonne durant la nuit. Et c’est armé de ma poêle à frire que je suis rendu dans sa chambre, comme elle ne pouvait se fermer de l’intérieur je n’ai eu aucun problème pour m’y introduire et pendant qu’elle dormait, je l’ai assommé ; j’en ai profité pour lui piquer sa bourse comme je n’avais assez pour régler l’aubergiste. Faut pas me piquer un job, en plus que j’étais là le premier alors bien fait pour sa gueule HA !
Le mage se rapprocha pour discuter trajet, normalement, lui dis-je, ce soir nous devrions arriver aux abords de Rainbow Falls, il ne nous resterait plus que 2-3 heures marches jusq…

« OOooohh Compagnnoonnns ! »

Nous nous retournions vivement, mais ce n’était pas la peine car déjà une troupe de bandits nous encerclait, le mage se prépara à combattre et moi je dégainai.

« AHAAAAaaaaaaaah, vous êtes tombé mon piège, nous sommes les Joyeux Maquignons, je suis Citizen, le chef malin de tous ses malandrins. Messieurs, il est temps pour vous de sortir vos pépettes, allez hop ! »

Nous écoutions immobile le discours de Clampin des Bois ; habillé de sa cape verte, il semblait pouvoir se fondre dans le décor mais au vu de son équipement, il avait l’air d’un débutant. D’ailleurs c’était tous des débutant, aucun d’entre eux possédaient arme de jet ou bien en avaient-ils qui était encore planqués dans les fourrés, un bandit s’approcha de moi et fouilla dans une de mes sacoche.  

« Passez-moi la poêle, la bourse est derrière. »

« Ah ben tenez, c’est gentil de m’aid… » Il ne put finir sa phrase tant le coup que je lui ai était fort. Le corps du malandrin s’effondra au sol, je récupérai mon épée et mis en garde un autre bandit qui n’avait pas l’air chaud pour un combat singulier. Le mage éborgna son ravisseur et se positionna à côté de moi.

« Ah mais vous faites quoi, vous vous prenez pour qui. Si il faut vous tuer je vous préviens que je n’hésiterai pas une seule seconde. » Ronchonna Citizen.

« Mais viens donc, montre nous de quoi tu es capable, tapette. »

À cette remarque, le chef des Joyeux Maquignons entra dans une colère noire et se dirigea d’un pas assuré dans notre direction malgré que ses compagnons lui disaient de se calmer, qu’on était trop fort pour eux, que ce n’était pas grave si ils nous laissaient partir, mais rien ne semblait vouloir le faire changer d’avis. C’est à ce moment que le mage choisit de balancer une malédiction des sabots droits. Voilà que la troupe de bandits s’effondra sur le flanc tout en ayant les pattes droites aptes à sucrer les fraises.

« Bande de crevards, on reviendra vous buter dans votre sommeil, vous n’êtes qu’une bande d’enfoiré et … Mais tu fais quoi là, ah non pas touche, dégages de là ! Mais dégages enflure, casses toi ! Putain pas ma bourse, CONNAAARD ! Enfoiré de fils de chien, t’as aucun respect ?! »

Ayant récupéré la bourse de Citizen, je lui fichai un coup dans la gueule pour qu’il se taise, il répondit en crachant ses dents. Après avoir délesté les autres bandits de leur pécule, je rejoignais le mage et nous reprîmes la route.

« FFAALAAUUUUD ! »

« Bon allez, on a encore de la route à faire. »

« ENFOIREEESS ! »

« Vous avez récupéré quoi du coup ? » Demanda le mage.

« Allez fous faire encfuler ! »

« Quarante-trois pièces d’or, une dague émoussée, et un pendentif, il faudra l’examiné ; Il va la fermer l’autre con ? »

« Je fous sss’emmerde creffaaaarrrds. »

« J’ai envoyé du lourd, leurs membre seront engourdis pendant une bonne demi-journée, avec la raclée qu’ils ont pris, on ne risque pas de les revoir de sitôt. »

« Creeeffffaaaaaaaaaaaaaaaarrrddsss. »

_         Il ne se passa plus rien pendant le reste de la journée, on fit une pause au hameau qui était composé de trois fermes et d’une forge et un puit. On acheta quelques provisions aux fermiers tout en leur indiquant la présence des Clampins de Bois plus haut sur le chemin. On s’ait pris la pluie on fin d’après-midi, le genre de pluie qui te trempe en deux minute si tu marches dessous, une darse en gros. Finalement à la nuit tombée, il nous resterait encore 6 heures de marche jusqu’à Rainbow Falls. On décida de faire des tours de garde pour éviter d’être surpris par les Joyeux Maquignons s’ils décidaient de se venger, mais rien ne se passa durant la nuit.
Le lendemain, nous arrivions enfin à Rainbow Falls. Nous avions finalement convenue de nous séparer ici, le mage finirait seul en train, il me paya avant de monter dans un wagon. La bourgade de Rainbow Falls est composé d’un rassemblement de bâtiments autour de trois places, les maisons sont plutôt champêtres avec des murs à colombages. Les madriers utilisés sont taillés dans du bois sombre, les toitures quant à elles diffèrent entre les maisons prenant finalement toute les couleurs de l’arc-en-ciel. Je marchais en direction de la place marchande où j’ai pu vendre quelques breloques comme le pendentif récupérer sur un des malandrins. J’en profitai pour racheter un peu de bouffe, puis profitant du soleil, je m’assis en terrasse d’une auberge pour manger une barquette de frites et boire une bière.

(Je vous invite à passer cette bande pendant la lecture)
The Pogues

« Tient, comment on se retrouve ! »

Je n’eus pas le temps de réagir que je me faisais violement planqué au sol.

« T’as profité de mon sommeil pour m’assommé puis tu m’as tiré mon fric. » Dit-elle en me fracassant la gueule avec son fer.  

« Puis t’es parti avec le vieux en me laissant en plan, le patron de l’auberge m’a tabassé pour défaut de paiement, les gardes ont voulu me foutre au cachot. » Elle fila une droite assez forte pour me cassé le museau.

« Je vais tellement te démolir la gueule qu’on pourra faire un puzzle avec ton crâne. » elle voulue m’en remettre une mais saisissant ma poêle je contrai et je lui filai une torgnole métallique qui la fit reculer.

Profitant de cet instant de répit, je me relevai et dégainai, elle fit de même, l’épée qu’elle tenait dans sa bouche dégageai une aura rouge et avait l’air puissante. Sur son flanc droit, elle avait une autre épée disposée pour embroché l’ennemi en chargeant. Un frisson parcourra tout mon corps à l’idée de me retrouver empalé sur une de ses lames. Le combat ne faisait que commencer.

_        Elle me chargea comme une furie, je n’avais comme solution de l’esquivé. Son harpon me frôla et je donnai un coup de sabot dans son jarret la faisant trébucher. Elle se ramassa dans une table, mais cela ne fit qu’augmenter sa rage, elle rentra son éperon pour me combattre au corps à corps. Les clients avaient quitté la terrasse dès le début des hostilités mais une troupe de badauds s’était créé, observant le spectacle tout en braillant comme des mulets : des encouragements, des insultes et des obscénités. J’attaquai le premier, elle para mon coup et toucha mon épaule ; le choc à demi-encaissé par mon plastron mais pas assez pour m’empêcher de saigner. Elle réattaqua directement après en touchant mon ventre mais ma lame lui entailla une patte, il fallait se rendre à l’évidence : mon adversaire est bien trop fort moi.
Je reculai et je fis un mouvement de rotation autour de la guerrière, elle suivit mon déplacement et me chargea, alors je lui balançai un tabouret en pleine gueule avant de l’esquivé. Je rengainai mon épée et je  ramassai ma poêle et la rangea avant de me replier au triple galop.

« REVIEEENNNS SAALAAAUUUUD !! » Gueula la furie

Mais déjà je m’enfuyais à travers la place marchande, les passants s’écartai sur mon sillage mais voilà que l’autre folle me poursuivait, elle voulait absolument en découdre. Je courrais dans tous sens, j’essayais de feinté, je tirais des étals derrière moi mais rien y faisait. J’entendis des braillements plus forts que les insultes de la guerrière, des gardes s’étaient mêlés à la poursuite, ils pouvaient toujours se gratter pour que je m’arrête.
Un sifflet se fit entendre au loin, un train partait, ma chance de fuite. Je redoublai d’allure, galopant comme un dératé vers la gare où je voyais le train sortir dans un nuage de fumée et de vapeur. J’arrivai à la hauteur de la voie mais une barrière me séparait encore des rails, et le train prenait de la vitesse, mais il restait une passerelle qui surplombait la voie. Je filai en direction de celle-ci toujours poursuivit par Scarlat Inne, la guerrière folle et les gardes. Je grimpais les marches quatre à quatre et arrivé au sommet, je sautais sur le toit d’un wagon. La furie sauta à son tour, mais sa patte blessée lui fit défaut à l’atterrissage et  elle trébucha sur le bord du toit pour se rétamer à côté des traverses.

« COONNNARD, ENFOIRE, JE Vais te casser la gueule, je t’auraaiiiss. » lança-t-elle en se relevant mais ses parole devenaient de moins en moins audible jusqu’à que je ne l’entende plus.

_       Je trouvai une aération sur le toit du wagon, je l’ouvris et je descendis à l’intérieur. La faible lumière provenant du toit, sortie de l’obscurité des caisses en bois, ainsi que des outils et des balles de coton. Avec comme inscription dessus : Appleloosa.
Revenir en haut Aller en bas
 
De Maple's Leaf à Cloudsdale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Toronto Maple Leafs
» Journal : Alignement partant des Maple Leafs pour la saison 2011-2012
» Alignement des Maple Leafs - Saison 20
» Inscription des Aspirants
» Maple story

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Monde :: Terres Solaristes :: Whitetail Woods-
Sauter vers: