Avatar : 200*400 max

Partagez | 
 

 Les rêves fantomatiques [Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tempo
avatar

Messages : 139
Age : 20

• Votre personnage •
Race: Zèbre
Niveau: 20
Expérience:
132/200  (132/200)

MessageSujet: Les rêves fantomatiques [Solo]   Dim 26 Avr - 12:06

Quand nous sommes loin de chez nous, ou du moins du lieu qui nous a vu naître, nous ne pouvons compter que sur les rêves pour y revenir facilement. Tempo revenait souvent aux Whitetail Woods. La forêt aux couleurs chatoyantes hantait ses nuits telle un fantôme depuis qu'il était parti. Flou, évanescent, de forme changeante, le revenant venait étreindre le jeune zèbre, mais ce dernier ne savait jamais s'il s'agirait du câlin d'un parent ou de la strangulation du proche que l'on a trahi.  Généralement, l'âme de ces bois était l'incarnation de sa mère. La mère de Tempo, qui ne pouvait s'empêcher de mêler amour et destruction, amour et meurtre.

Tempo courait sous une pluie diluvienne, il évita l'arbre en passant sur la droite, ce qui ne l'empêcha pas de trébucher sur une racine juste après. Son nez s'écrase dans la boue, il n'arrive plus à respirer, ses pattes s'agitent dans tous les sens, il n'y a que de la terre autour de lui, il est enterré vivant, pris au piège de sa terre natale qui souhaite l'étouffer, qui ne la veut rien que pour elle, jamais elle ne le laissera partir. Il s'enfonce encore plus en s'agitant, sa tête est lourde comme un pommier, oui, un pommier pousse sur sa tête, son cœur bouge dans tous les sens, il l'entend bourdonner, des abeilles vivent dedans et l'empêchent d'exploser sous le manque d'oxygène.

*Je vais mourir, je vais mourir, aidez-moi, je veux sortir*

Tout le monde ne peut pas avoir des pensées originales dans ce genre de situation, que voulez-vous. Ce n'est pas ma faute si on m'a donné un clampin pareil. J'aurais pu avoir une princesse ou encore la célèbre Daring Do... Qui a bien pu me coller ce zèbre dans les pattes ? Bref, revenons en à notre narration. Tempo n'est pas un original, il a peur de mourir, comme beaucoup de poneys sur cette terre. Il tente de relativiser parfois, de sortir de cette peur égoïste.

*Nous appartenons tous au grand tout de la nature, je vis, je me nourris de vies, quand je mourrais je nourrirais d'autres vies. Le monde doit suivre son évolution normale*

Mais ça marche pas et cela ne marchera probablement jamais avec lui. Tempo a toujours autant peur de la mort, du vide définitif qui s'ensuit. Il n'arrive pas à penser au souvenir que les autres garderont de lui et toutes ces bêtises. Il sera mort, il ne sera plus là, un point c'est tout. Pouf, le néant total. Tempo, ça ne le dérangerait pas quand il sera mort de devenir le pantin d'un nécromancien, si c'est pour revivre ne serait-ce que quelques instants. Ce zèbre n'est pas un grand peureux, mais il est prêt à tout pour survivre. Bref, revenons en à ce cauchemar, pour rappel Tempo est toujours enterré vivant.

Un sabot l'attrapa et l'extirpa sans mal. Il ne pleut plus dehors, la nuit est tombée. Il s'agissait de Strange Star, une espionne changeling dont il est amoureux. Sauf que dans son rêve, elle n'avait pas de tête. Cela ne l'affolait pas, il voyait bien qu'elle n'avait pas de tête, mais il ne se rendait pas compte de l'étrangeté de la situation. Quand il regardait à l'intérieur du corps, au niveau de la coupure, il y avait plein de lucioles. C'était joli, toutes ces petites lumières qui virevoltaient. Il détourna le regard et il n'y avait plus de luciole, mais des abeilles; leur bourdonnement l'assourdissait. Mais là encore, ça ne lui fit ni chaud ni froid. Lorsqu'il se réveillera, cette indifférence provoquera une profonde culpabilité.

La changeling souhaitait retrouver sa tête, elle ne le dit pas, mais il le savait. Les deux tourtereaux se rendaient chez Tempo, où sa mère cachait la tête en question dans le grenier. Tempo se mit à courir et rentra dans une grotte, qui se trouvait être sa maison. Jamais Tempo n'avais vu de grotte aux Whitetail Woods auparavant. Sa mère et sa petite sœur n'étaient pas présentes, Strange Star n'était plus là non plus. Il était seul avec lui même et cette maison, calme, sans aucun bruit, sans fleur sur la table.

*C'est comme si plus personne n'y habitait, où sont elles parties ? Pourquoi ne m'ont elles rien dit ?*

Il monta les escaliers qui n'en finissaient pas, ça sembla durer des heures... Au bout d'un moment il s'aperçut que ses sabots collaient, du sang séché s'étalait sur le sol. Il continua son périple, montant et montant sans plus en finir, avant d'arriver dans ce fameux grenier. Une immense tête au regard vide, entourée de mouche, gisait au sol. Ce n'était qu'une enveloppe de peau et d'os, à l'intérieur, rien, pas de chair, pas de cerveau, pas d'organe. Ah si, il y avait quelque chose, tapi dans l'ombre, on voyait ses yeux... Une créature petite et monstrueuse.... Leur enfant, l'enfant de Strange Star et de Tempo,  mi-zèbre, mi-changeling... C'était monstrueux, ça n'avait pas de forme, c'était simplement atroce. Tous les changelings étaient là, dans le grenier, autour du petit être sans défense et de Tempo. Ils riaient à gorge déployées, ils se moquaient de la créature que le couple avait engendrée.

Reculez, reculez tous, ne vous approchez pas de lui, c'est mon enfant et aucun de vous ne lui fera de mal, vous m'entendez ? Arrêtez, arrêtez de rire, laissez nous tranquille !

Jamais Tempo n'avait hurlé aussi fort, mais le son de sa voix était couvert par celui des changelings. Son pelage était tout mouillé par la sueur. Il se coucha auprès de la chose et l'entoura de ses pattes pour la protéger. Elle était toute collante, couverte de sang séchée, comme les escaliers. Des tremblements l'agitaient, jamais Tempo n'avait vu quelqu'un trembler autant.

Ne t'inquiète pas, tout va bien se passer, je vais t'emmener lui d'ici, je te protégerais

Pour rassurer la créature, il se mit à jouer du djembé, comme il faisait le soir pour sa petite sœur... Petit à petit, elle arrêta de trembler, les ricanements se turent, les changelings étaient partis. Il continua de jouer, pour se donner du courage, pour donner le courage à son enfant d'affronter ce monde où il ne sera qu'un paria. Lorsqu'il arrêta, la chair se disloqua et son enfant ne devint qu'une marre de sang qui sécha aussitôt. Tempo en était recouvert, mais il n'avait plus la force de bouger.

Tempo survit, mais les autres disparaissent toujours, tout ceux qu'il ne reverra plus, Strange Star, son père... Ils partent, comme ça, plus jamais il ne les reverra. N'est ce pas aussi insupportable que l'idée de sa propre mort ? Le néant qui nous attend n'est peut-être rien, face au néant avec lequel nous devons survivre.

Ce qui me rend dingue avec Tempo, c'est qu'on ne sait jamais très bien sur quel pied danser. Il semble être plutôt positif dans la vie, il souhaite aller de l'avant, rejoindre Changeling Swarm... Mais pourtant, il fait ce genre de cauchemar, pour le moins relativement violent et digne d'un mauvais roman d'épouvante... A mon humble avis, il n'a pas supporté le voyage en solitaire, il est trop dépendant des autres. Heureusement qu'il arrive bientôt à The Breach, car moi j'en peux plus !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Tempo
avatar

Messages : 139
Age : 20

• Votre personnage •
Race: Zèbre
Niveau: 20
Expérience:
132/200  (132/200)

MessageSujet: Re: Les rêves fantomatiques [Solo]   Mer 29 Avr - 21:55

Tiens, nous revoilà aux Whitetail Woods, en compagnie de ce jeune Tempo, avec sa petite bouille enfantine. Mais pouvons nous encore dire que Tempo est un enfant ? Même s'il reste assez naïf et bercé d'illusions, il ne vit tout de même plus chez ses parents et il a dû affronter quelques épreuves. Les Whitetail Woods manquaient à Tempo, sa famille manquait à Tempo, mais plus encore, son enfance manquait à Tempo. The Breach était une jolie ville à ses yeux, mais cela ne suffisait pas à lui faire oublier ces si jolis bois. Les profondeurs de la terre le fascinaient, mais l'humidité ambiante n'était pas très agréable. Ce n'était pas le genre d'humidité rafraîchissante des Whitetail Woods, c'était plutôt une humidité pesante, suffocante. De plus, passer de la solitude totale à ça... Des changelings, partout, l'essaim dans toute sa splendeur... Finalement, ce n'était peut être pas une très bonne idée. En plus, la reine Chrysalis n'était pas là, il va devoir la retrouver à Tramplevania. Bref, revenons en à notre histoire. Où en étais-je déjà ? Ah oui, l'introduction avec le thème de l'enfance. Le temps passé ne reviendra plus, il s'agit là d'une évidence. Nous pouvons donc dire qu'il est mort, sous un certain angle. Seul nos souvenirs attestent encore de la présence qu'il a eue dans ce monde. Cependant, l'enfance de Tempo n'était nullement gênée par son statut de "morte". Elle savait qu'elle pouvait revenir quand elle voulait dans ses rêves, s'imposant au monde, tantôt sous la forme d'un spectre, tantôt sous celle d'un gentil revenant.

Papa, papa ! Regarde ce que j'ai trouvé dans le grenier !

L'image n'est venue qu'après les mots. Tempo avait déjà vécu cette scène et même dans son rêve, il en avait conscience. Sans savoir qu'il rêvait, il savait que cela avait déjà eu lieu, il connaissait déjà ce que son père allait répondre. Mais ce n'était pas grave, il voulait bien jouer à être à nouveau cet enfant, fier de sa découverte et curieux de tout. Couvert de poussière, triomphant, il avait appelé son père d'une voix renforcée par son enthousiasme. Afin de montrer sa trouvaille, il sortit le djembé de la sacoche qui était accrochée à son cou, mais maladroitement il fit tomber son précieux trésor. Celui-ci échoua dans l'herbe et roula durant un long moment, avant de finir au pied d'un arbre. Tempo suivait des yeux son mouvement, totalement captivé par la scène. A chaque fois que l'instrument passait sur une feuille orangée cela déclenchait un son, comme si l'on avait appuyé sur une touche d'un piano.



Chaque son s'envolait en prenant la forme d'une bulle, brillant sous le soleil révélant une myriade de couleurs. La feuille disparaissait une fois la bulle éclatée, l'une ne pouvant survivre sans l'autre. Les bulles ne montaient pas très haut, le son durait rarement longtemps, elles refusaient de s'envoler vers les nuages, de peur que le chant des oiseaux semble pâle à côté du leur. On ne peut rivaliser avec la beauté d'une chose si éphémère, si fragile, qu'une bulle de son. Pour ne pas déranger, elles se laissaient simplement flotter au-dessus de l'instrument, formant une douce mélopée ainsi réunies. Des yeux, on ne pouvait les quitter, elles nous emmenaient avec elles pendant quelques instants dans leur monde, celui où les sens vivent en symbioses.

Une fois la musique finit, Tempo courra récupérer sa trouvaille, au pied de l'arbre. Il l'enserra entre ses pattes, assis sur le sol. Quelques gouttes d'eau commençaient à tomber malgré le soleil, mais les feuillages denses de l'arbre l'en protégeaient. Quand il releva la tête, il vit son père penché sur lui. Tout fonctionnait au ralentit dans ce rêve. C'était sa façon à lui d'en profiter peut-être. Il lui souriait, gentiment. Cela semblait durer une éternité,  où ils se regardaient, simplement heureux d'être là, ensemble. Le père finit par se rapprocher de son enfant et il lui murmura à l'oreille, comme s'il s'agissait d'un secret, comme s'il lui donnait une clef en or qu'il ne devrait jamais perdre.

C'est un instrument, un djembé, il paraît qu'il a appartenu à un barde illustre dans la famille. Fait y attention, ce n'est pas un jouet, il faut en prendre soin.

Tempo acquiesça de la tête. Mais le temps qu'il baisse les yeux, son père avait disparu. Que savait-il des bardes ? Sans doute pas grand chose. Pour sûr, il en avait déjà entendu parlé dans les romans d'aventure, ou même peut-être lu dans un journal quelques informations sur eux. Ce mot le faisait rêver. La perspective de détenir un objet magique, l'objet capable de produire de la musique, était probablement plus belle encore. Il commença à s'exercer sur l'instrument, donnant quelques petits coups de sabots, tout doucement, de peur de l'abîmer. Mais là encore, c'est les sons d'un piano qui en sortirent. Le seul piano que Tempo n'ai jamais vu, c'était celui de son école. Celui-ci lui avait semblé terriblement impressionnant, avec sa grande taille et tous ces sons qui vibraient à l'unisson dès que l'on appuyait sur une touche. Mais personne d'autre que le professeur n'était habilité à en jouer. Tempo aurait bien aimé apprendre à s'en servir. Si l'école ne lui manquait pas, il savait que plus jamais il ne reverrait ce piano. La pluie tombait, il fallait qu'il rentre chez lui. Soudainement, il fut pris d'un doute.

*Par où c'est, déjà, chez moi ?*

Tout s'accéléra, la panique l'envahit, il ne savait plus où il habitait. Alors, cela signifiait il qu'il ne pourrait plus jamais rentrer chez lui ? Il mit le djembé dans sa sacoche, qui est apparue mystérieusement sur son dos. Après tout, c'est son rêve, il peut encore décider  de ce qui apparaît ou non. Ses pieds s'enfonçant dans le sol boueux, la crinière ébouriffée par le vent et dans laquelle des feuilles mordorées s'accrochaient, il courait partout, cherchant désespérément sa maison, ou encore son père qui était parti peu avant lui. Il ne la retrouverait jamais, il n'avait nulle part où aller, tout ceci ne menait nulle part, il était condamné à errer dans ces bois, condamner à les hanter dans chacun de ses rêves.
Revenir en haut Aller en bas
Tempo
avatar

Messages : 139
Age : 20

• Votre personnage •
Race: Zèbre
Niveau: 20
Expérience:
132/200  (132/200)

MessageSujet: Re: Les rêves fantomatiques [Solo]   Lun 18 Mai - 20:58

Le changement de faction n'avait rien changé, il n'arrivait pas à passer outre. Une simple chanson venant d'un inconnu, voilà ce qui avait suffit à influencer Tempo. L'effet de cette si jolie voix, celle d'un pégase, avec de pareilles paroles. Finalement, ce drôle de chanteur est assez semblable à Strange Star. Un poney d'une faction ennemi, rencontré par hasard, qui réussit pourtant à bousculer un peu psychologiquement notre cher Tempo. Enfin il ne lui en faut pas beaucoup aussi. La musique avait imprégné son âme et s'était faufilé jusqu'au plus profond de lui même, elle avait su colmater la brèche qui s'était formée et laissait tous ces fantômes passer. Ainsi, Tempo c'était juré de cesser d'éclairer ses nuits en poursuivant de faux soleils, ceux de son passé. Les morts n'ont plus leur place dans le monde des vivants, ses rêves fantomatiques devaient prendre fin. C'est sur cette idée que Tempo s'endormit, n'ayant cessé de cogiter là-dessus alors qu'il cherchait le sommeil. Ainsi, son obsession se refléta dans ses songes...

Comme d'habitude, Whitetail Woods, vous connaissez la musique. Le ciel était couvert d'étoiles, c'était la nuit où Strange Star était morte. Rien ne l'indiquait en apparence, mais c'est une certitude que Tempo avait. Il erra au hasard sous la lune et rencontra un étrange rapace. Un autour. Cette espèce ne lui était pas inconnue, on pouvait parfois en trouver dans les forêts, particulièrement des autours des palombes comme celui là. Tempo leur vouait une certaine admiration... Ces oiseaux de bas vol avec leur agilité remarquable peuvent poursuivre leur proies au ras du sol et fondent à une vitesse foudroyante. L'autour dont il était question ici s'enfuit en apercevant le jeune zèbre, mais allant à une vitesse modérée, ainsi ce dernier pouvait se permettre de le suivre. Il agitait rapidement les ailes puis se laissait planer ensuite. Tempo le suivit des yeux, il n'était pas très haut et la lune l'éclairait suffisamment. La vision nocturne du rapace était époustouflante dans la mesure où il s'agit tout de même d'un animal diurne, enfin qu'importe, ce n'est qu'un rêve après tout.

Après un long moment dans les bois à courser l'autour, celui-ci ralentit et s'arrêta dans une clairière, se posant sur une branche. Tempo aurait voulu en profiter pour l'approcher, mais des bruits attirèrent son attention. C'était son père et sa mère... Ou plutôt un cadavre, un trou et sa mère... Visiblement, cette dernière venait de finir sa besogne. Elle poussa le corps à l'intérieur de la tombe. Mais soudainement, Tempo vint derrière elle et la poussa dedans... La terre l'aspira avec son père, ils s'enfoncèrent progressivement, tandis qu'elle hurlait un tas d'insultes... Petit à petit, la tombe commença à se remplir sous le regard hébété de Tempo, puis l'herbe dessus repoussa instantanément. En réalité, le zèbre avait refusé de faire exécuter sa mère par la justice changeling, ce qui ne l'empêchait pas de la rayer en lui même. La nuit était redevenue calme et paisible, les étoiles brillaient de milles éclats et une fraîche brise caressait le barde. Il prit le temps de calmer les battements de son cœur et de souffler doucement. Il observa l'autour. D'une taille assez grande, dans la nuit il semblait encore plus imposant. Tempo ne discernait pas les détails, mais il voyait tout de même sa couleur grise et son ventre tacheté.

L'autour s'envola à nouveau, fil conducteur de ce rêve, il avait décidé de nous mener ailleurs, de nous montrer autre chose. Evidemment, Tempo le suivit cette fois encore. La même scène semblait se reproduire, il avait l'impression qu'il passait exactement aux mêmes endroits que tout à l'heure. Mais cette fois ci, c'est Strange Star qu'il trouva. Son corps reposait dans l'herbe fraîche et sa tête gisait à proximité sur un petit tas de feuilles mordorées. Tempo se coucha à côté du corps et doucement, il tenta de le réchauffer. Mais rien n'y faisait, le cadavre restait aussi froid qu'un glacier. L'autour semblait doué d'une forme de compassion, puisqu'il vint se poser sur le dos du barde, comme s'il voulait lui signifier une marque d'affection... Cependant, le calme apparent de la scène ne tarda pas être brisé par une véritable armée de changelings. Ceux-ci commençaient à couvrir entièrement le ciel de manière inquiétante. Mais étrangement, aucun son ne se dégageait de l'attroupement. Une vingtaine d'entre eux descendirent jusqu'à Tempo qui recula un peu. Ils s'emparèrent du corps et de la tête aussi délicatement que possible et l'emmenèrent avec eux dans le ciel. Tempo et le rapace suivirent des yeux le cortège, jusqu'à ce qu'il n'y ai plus un seul changeling en vue. Une légère brise vint alors étreindre le zèbre, comme un mot d'adieu lancé dans un dernier souffle.

Suivant le chemin vers sa maison, Tempo rentra chez lui, l'autour toujours perché sur son dos. Non sans joie, il eut le plaisir d'y trouver sa petite sœur. Toujours vivante, en bonne santé... Du moins pour l'instant, puisqu'un feu dévastateur commençait à ravager les si jolis bois. S'apercevant de la catastrophe, les deux zèbres sortirent et commençaient à paniquer. Des flammes se dressaient de toute part, des craquements et le grésillement des flammes se laissaient entendre. La chaleur devenait insupportable et la petite sœur de Tempo toussait de plus en plus à cause de la fumée. Heureusement, l'autour était là pour les guider. Il prit son envol et trouva un petit passage dégagé. Se fiant à l'instinct de l'oiseau, ils le suivirent partout où il allait, Tempo vérifiant à chaque pas que tout allait bien pour la pouliche. Une fois arrivé à la lisière, Tempo tenta de se calmer un peu. L'autour vint à nouveau se poser sur lui, tandis qu'il observait sa forêt natale se consumer sous ses yeux, non sans une certaine nostalgie.

Cependant, sa sœur et lui ne pouvaient suivre le même chemin. Leurs cœurs n'appartenaient plus aux mêmes factions, mais ils resteraient à jamais reliés. Il l'accompagna à une rivière apparut mystérieusement à côté d'eux, avec une petite barque, où elle s'installa  ils s'étreignirent une dernière fois, avant qu'elle ne soit emportée par le courant à une vitesse phénoménale, si bien qu'elle fut vite hors du champ de vision de Tempo.

Ainsi, il aura fallu passer par les quatre éléments pour que le barde se décide enfin à éliminer ces quelques vieux fantômes. Je ne suis pas sûr qu'un rêve suffise psychologiquement parlant, mais ce dernier reflète son état d'âme, son envie de simplement arrêter avec ça. Comme l'a dit la reine Chrysalis elle même, elle ne souhaite pas de troupes perturbées. D'autres aventures attendent Tempo, il a intégré l'armée personnelle de la reine et il doit se préparer à être capable de se battre à tout moment pour Changeling Swarm. Il va devoir faire preuve d'une force nouvelle, grandir un peu,  être capable de tuer. Le jeune zèbre a bien conscience qu'il doit s'emplir de détermination et de courage pour être capable de participer à la guerre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Les rêves fantomatiques [Solo]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les rêves fantomatiques [Solo]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» présentation Bob Solo [Validée]
» Chasse de chasseur de renards (C, solo)
» Rompre la solitude (Solo acquisition Kuchiyose)
» Arrivé a Jadielle...Mouillé...(Solo) [TERMINÉ]
» Entrainement et agrandisement avant le combat d'arêne {solo}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Monde :: Terres Solaristes :: Whitetail Woods-
Sauter vers: