Avatar : 200*400 max

Partagez | 
 

 /!\ - de 16 ans /!\ Délivrance [Zenith Dawnblade x LoneWolf Feraleaf]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar


MessageSujet: /! - de 16 ans /! Délivrance [Zenith Dawnblade x LoneWolf Feraleaf]   Lun 11 Mai - 23:51


"Whitetail Woods ? Ah quand même !
- Oui c'est sûrement un peu loin.

- Vous connaissez pas l'coin ?

- Non je ne suis pas d'ici.

- Vous venez ici pour quelqu'un ou c'est pour le travail ?

- Pour une amie...

- Oh, et vous venez de ?

- Le Cristal Empire.

- Oh ! C'est intéressant !

- Ah ? Tant que ça ?

- Beh oui, c'est qu'c'est pas n'importe qui alors, de la famille ?

- Non...

- De mieux en mieux ~"


Un large sourire s'esquissait maintenant sur les lèvres du chauffeur du taxi, fier d'avoir déceler la raison qui justifiait mon voyage et par-là la passion qui m'animait. Il venait de comprendre ce que j'avais mis un mois à lentement accepter...
"Bon, j'vous souhaite de passer un bon moment !
- Euh oui m-merci !

- Et en plus il hésite, intéressant."


Une image lui traversa son esprit. Laquelle, je ne le saurais probablement jamais, mais je doute qu'elle aurait été déplaisante. Tout ce que je savais c'est que j'étais pressé d'arriver.

Il m'avait déposé sur le bord du chemin ça où ça devenait impraticable, j'avais donc à finir le trajet par moi-même.

J'en profitai pour réfléchir, à notre situation avec Zenith, à sa vie, à la mienne. Je commençais vraiment à accepter ces sentiments auxquels je m'étais pourtant interdit. Cette chose, l'amour, qui devait être qu'un repas pour moi à la naissance. Et bien voilà que j'en suis victime, enfin, si on peut dire que c'est un mal.

J'eus un moment d'arrêt en imaginant sa réaction lorsqu'elle apprendra ma véritable identité. Peut être qu'elle m'acceptera comme dans les contes de fée, ou bien peut être qu'elle me haïra. Ou bien fallait-il que je me masque jusqu'à la fin, jusqu'à ce que ce soit terminé entre nous, parce que ça n'avait pas lieu d'être.

Je repris la marche, me mordant avec haine la lèvre inférieure. J'étais un monstre, un Changeling, une créature fourbe destinée à faire le pire, destinée au pire. Mais moi, il fallait que l'âme d'un innocent et mignon petit poulain se retrouve coincé dans cette chose. Je ne voulais pas croire que j'étais condamné à une vie sans plaisirs, tout cela parce que j'étais né du mauvais côté. Mais je n'ai pas façonné le monde, et si ma destiné me veut seul jusqu'à la fin, eu bien je ne pourrais que lui obéir...

Et c'est lorsqu'une larme me vint à l'œil que Lyhn sortir de loin sac pour venir me léchouiller la joue.
"Kyaaah ! Ah mais je t'avais dis de rester cachée voyons.
- Wouf !

- ...

- Grouh ~

- Bon d'accord tu sais me consoler !"


Je la pris dans les pattes et la câlinai un long moment pour le calmer avant de laisser la petite louve reprendre sa place et de rependre ma route. Elle ne le sert pas à grand chose en combat, mais elle réussit bien le rôle de peluche.

Et enfin, Zenith apparu non loin. Le cœur battant le chamade et un large sourire dressé sur mon voyage je m'empressai d'aller la prendre dans les bras, bien heureux de confirmer par moi-même qu'elle s'en était sortit indemne.
"Ouf, je me suis tellement inquiété tu n'imagine même pas. Je regrettais tellement de ne pas être venu à Gryphus par tout les moyens possibles...

Oups désolé !"


Je me reculai soudainement, à la fois par timidité mais aussi par gêne de l'oppresser ainsi pour lui dire bonjour.
Mes pommettes avaient viré au pourpre et un petit sourire crispé d'idiot gêné s'esquissa sur mes lèvres.
"Hum, salut !"

Revenir en haut Aller en bas
Zenith Dawnblade
avatar
Solar Empire

Messages : 444
Age : 28

• Votre personnage •
Race: Licorne
Niveau: 27
Expérience:
283/240  (283/240)

MessageSujet: Re: /!\ - de 16 ans /!\ Délivrance [Zenith Dawnblade x LoneWolf Feraleaf]   Ven 15 Mai - 18:43


Délivrance


Promenons-nous dans les bois ~

Je refermai finalement ma valise, soupirant de soulagement: tout rentrait bien. Levant les yeux au ciel, je me mis à réfléchir à ce que j'avais pu oublier. J'avais prévenu Steam de mon absence, dis à mes parents que j'empruntai notre demeure de campagne, prévu suffisamment d'affaires pour des vacances en forêt, un taxi allait bientôt arriver...

Tandis que mon regard errait sur les murs du salon de ma petite résidence de Ponyville, il tomba par inadvertance sur les lettres de LoneWolf, empilées sur la table. Sentant mes joues rosir, je secouai la tête de gauche à droite pour me calmer. J'allais sortir, il fallait bien que je sois un minimum présentable... Je me mis à faire les cent pas, longeant les murs et contournant les fauteuils, mordillant mon éternelle tournevis. Même seule chez moi, je me comportais d'habitude avec bien plus de noblesse, mais une grande nervosité me prenait depuis quelques jours. Mon associée m'avait même reproché des erreurs de novice! Ce simple souvenir créa une vague de honte dans mon esprit, et je cessai ma ronde inutile pour m'installer sur un fauteuil, fixant la trotteuse de mon horloge.

Après une trentaine de secondes qui me semblaient être des minutes, je me relevai et repris ma marche, réfléchissant aux causes de mon émoi. Il provenait du poney d'Aurora, cela me semblait bien évident. Mais c'était ces derniers jours que ces émotions avaient atteint un seuil difficilement supportable. Il avait bien fallut que je les accepte, maintenant que je le pouvais. Ralentissant légèrement, je baissai mon regard vers le tapis pour laisser remonter en moi ces souvenirs. Quand j'avais vu le landau de mon frère - "mon frère", cela semble si étrange à dire -, je n'avais guère saisi de quoi il en retournait. Cette petite chose fragile, ce poupon bleu pâle qui avait la même crinière que moi et qui me regardait de ses grands yeux d'or... Il avait juste l'air curieux, calme, un bébé licorne avide d'apprendre. Quelques étincelles dorées jaillissaient de son appendice encore inapte à catalyser la magie. L'enfant idéal, le Dawnblade parfait.

J'eus d'abord un passage à froid, une légère jalouse puérile. Puis je me repris, ignorant ce sentiment qui n'était en rien digne de mon rang, et je m'étais peu à peu rendue compte de mes nouvelles possibilités. L’insidieuse et frustrante petite voix qui me rappelait sans cesse de conserver une distance sécuritaire avec les roturiers s'était évaporée comme neige au soleil. Je n'avais plus cette obligation, ce devoir sacré de porter l'enfant d'une autre licorne. La pureté de ma famille pouvait se transmettre au travers d’Apollo.

Mon flux de pensées fut interrompu par plusieurs petits chocs contre ma porte. Sursautant légèrement, je passai un sabot pour ranger ma crinière et retirai le tournevis d'entre mes dents d'un coup de magie rouge, le glissant dans la malle. J'ouvris la porte au chauffeur qui me salua fort courtoisement, avant de m'inviter à m'installer dans la carriole tandis qu'il apportait ma valise. J'acceptai son offre en lui indiquant le bagage et montai sur un petit escalier pliable pour m'asseoir confortablement sur la banquette. Quelques instants plus tard, le poney déposa la mallette à côté de moi et se plaça devant. Tandis que les roues se mirent en branle dans un grincement, je fis se perdre mon regard vers l'horizon, admirant le paysage le temps du trajet.

~~~

Le voyage dura environ une heure, une heure et demi peut-être. Nous échangeâmes quelques paroles avec le mâle. Il commentait parfois les environs, tentant plus ou moins de se renseigner su moi, mais restant globalement plutôt silencieux. Il chantonnait parfois des comptines ou des airs connus, animant un peu le calme des plaines et des collines boisées qui se répétaient presque indéfiniment.

Nous arrivâmes finalement à un petit village à côté d'une grande forêt au arbres hauts et aux feuilles carmin. Fait relativement rare, il ne semblait pas pleuvoir, bien que l'air soit humide. Je remerciai gracieusement mon chauffeur, accompagnant sa paie d'un pourboire, et fit léviter mon bagage d'une magie rouge qui pulsait au même rythme que mon cœur. Mes affaires allaient être brûlantes quand j'allais les sortir...

Je traversai le village à l'ambiance rurale, évitant minutieusement et avec un léger dégoût les nombreuses flaques boueuses. Mes pas me firent suivre la route de terre battue et au détour d'un mur rocheux, alors que le chemin se transformait en pente raide, j’aperçus une silhouette se démarquer à une centaine de mètres. Cette crinière, ce pelage... Ma magie devint d'un rouge encore plus intense, si c'était possible, tandis que je reconnaissais LoneWolf au loin.

Je fus presque surprise quand il accourut vers moi et me prit entre ses pattes sans la moindre retenue. Mais dire que je n'ai point apprécié cette embrassade serait une calomnie envers tous les sentiments que j'accueilli en quelques instants. J'écoutai à peine ce qu'il dit, saisissant obscurément qu'il évoquait Gryphus, et une légère déception s'empara de moi quand il défit son emprise.

Il se mit à rougir et à se reprendre, sans doute se rappelant du peu de contacts physiques que nous avions partagé à Aurora, avant de me saluer assez simplement, comme si nous nous étions vus la veille. Son comportement me fit sourire et je pinçai mes lèvres pour qu'il n'ait pas l'impression que je puisse me moquer de lui. Toussotant un peu pour reprendre une contenance, je lui répondis d'une voix heureuse:

"Bonsoir LoneWolf! Tu as passé un agréable voyage?"

"Bonsoir", oui, le ciel commençait à s'assombrir, bien qu'il ne se teintât point encore de l'orange du crépuscule. Avisant cette approche de la nuit, couplé à l'air lourd, j'invitai mon compagnon à me suivre, me justifiant:

"On pourra discuter de tout cela à la maison! Il pleut souvent dans ces bois, il serait dommage de tremper toutes nos affaires..."

Passant mon sabot derrière sa patte avant, pour l'encourager à avancer, je me mis en marche vers ces bois que je connaissais plutôt bien.



_____________________________________________
Zenith parle en #99ccff ~

Journal | Présentation | Demande de RPs | PNJs | Fiche Technique


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: /!\ - de 16 ans /!\ Délivrance [Zenith Dawnblade x LoneWolf Feraleaf]   Dim 17 Mai - 2:02



Elle me dit brièvement "Bonsoir" et on était parti sur le chemin de la résidence, elle était pressée de pouvoir profiter du confort d'un tel endroit avec moi, et je dois avouer que je la comprenais.

N'empêchait que pendant le voyage, on profita de quelques doux rapprochements afin d'offieusement se réchauffer sous l'air humide de la région, et je pus admirer ses nobles petites esquives de flaques qui, comparées aux miennes, semblaient être fait avec une vigilance particulière.

Elle m'amena jusqu'à un mignon chalet un peu à l'écart dans lequel je me sentais déjà au chaud, à l'aise, bien installé dans un large fauteuil ou bien dans un bon lit...
Peut être à deux places ? Ça je ne le saurais qu'en temps voulu, mais cette question me faisait tout de même rougir avec gêne en pensant au genre de chose sue l'on pourrait faire. C'était la première fois que je vivais cela...

Je la laissais entrer la première avec courtoisie et je pus découvrir l'intérieur qui plaisait à toutes de mes attentes. Une douce odeur de bois régnait dans cette pièce de vie aux canapés rembourrés et à la cheminée imposante qui semblait pouvoir réchauffer de toute sa grandeur le totalité de l'habitation en un instant.

Je posais délicatement mon sac sur le côté, lâchant un discret regard complice à Lyhn qui se tenait prête à sortir lorsque l'occasion se présentera, elle se préparait...


Puis mon regard se tourna vers elle qui déballait ses affaires dans son coin. Je la voyais avec une toute nouvelle légèreté, cette légèreté qu'ont les gens libres et qui vivent sans responsabilités.

Elle était née avec une destinée, un devoir, et moi aussi mais j'en suis passé outre et maintenant je me retrouve les pattes libres dans une nation où je ne fais que le donner un rôle plus ou moins important.
Elle, elle a toujours dû être la personne qu'on voulait qu'elle soit, et malgré sa fierté j'ai bien vu que son rang était comme une prison pour elle, et son frère, le miracle qui l'a libéré.

Moi je n'avais ni famille, ni amis proche qui comptaient sur moi et pour moi, si ce n'était Cadance, et maintenant, Zenith. Mais je n'avais pas l'impression que ma liberté était un bien grand sacrifice si je pouvais la serrer dans mes bras.
Ce devait être cela qu'on appelle amour.


Je m'approchai et l'enlaçai avec douceur, sans la brusquer dans ses mouvements puis la serrai contre moi avec une force mesurée. Mais cette fois-ci je comptais pas la lâcher de sitôt.

" Tu m'as manqué tu sais ? Je me suis tellement inquiété. Je... Je t'... "

Ma voix se sentait émue et tremblante, et cette phrase qui s'apprêtait à sortir toute seule mais qui s'arrêta finalement timidement vint me confirmer ce que je ressentais pour elle.

Je l'aime.
Revenir en haut Aller en bas
Zenith Dawnblade
avatar
Solar Empire

Messages : 444
Age : 28

• Votre personnage •
Race: Licorne
Niveau: 27
Expérience:
283/240  (283/240)

MessageSujet: Re: /!\ - de 16 ans /!\ Délivrance [Zenith Dawnblade x LoneWolf Feraleaf]   Mar 19 Mai - 8:35


Délivrance


Tandis que le loup n'y est pas ~

L'air de la sylve était frais, comme à son habitude, mais une chaleur dont je devinais l'origine pulsait en moi. Et cette chaleur semblait rugir dans mon cœur dès que le poney me frôlait légèrement, la rendant bien difficile à retenir. Nous n'échangeâmes guère de paroles, à l'exception peut être d'éventuelles remarques ici et là, commentant la végétation et la rare faune qui s'offrait à nous. Curieusement, il me sembla percevoir à plusieurs reprise une sorte de glapissement, mais je n'y prêtai que peu d'attention, le classant d'office dans le bestiaire invisible qui devait suivre notre avancée.

Nous arrivâmes enfin à destination, un modeste mais confortable chalet de bois, au vaste rez-de-chaussée et un tout aussi vaste premier étage, surplombés de combles de taille raisonnable pour y installer une chambre au besoin. Je tentai de ne pas penser dans l'immédiat à la configuration des chambres, voir de la chambre, car cette simple réflexion me faisait rosir. Fort heureusement, ce changement de teinte pouvant s'apparenter à une réaction de mon corps face à la bise du soir, l'honneur était sauf...

J'ouvris la porte qui était de notre côté, décidant de reporter au lendemain la présentation du lac en bordure duquel l'habitation était construite. C'était un lieu vraiment admirable lors des rares moments où l'astre de ma Princesse atteignait l'eau, mais pour l'instant une brume s'abattait sur les troncs, entourant le paysage de mystères. L'intérieur était encore frais et légèrement humide, il fallait que je pense à allumer rapidement un feu si nous ne voulions pas attraper un coup de froid dans la nuit. En attendant, je déposai mon sac sur le canapé et le déballai consciencieusement, plaçant à part ce que j'avais ramené pour la maison.

Quand j'eut fini, je refermai la malle pour finir de la vider dans la chambre et entrepris de sortir les capiteuses bûches de sapin, à côté de la cheminée, pour en arranger deux ou trois dans l'ouverture. Je cessai mon action presque d'un coup quand je sentis le doux contact de mon compagnon sur mes épaules. Fermant les yeux et abandonnant mes sens à son parfum et au contact doux et chaud et son corps, je me laissai bercer par ses paroles.

" Tu m'as manqué tu sais ? Je me suis tellement inquiété. Je... Je t'... "

Mon cœur battait si fort qui semblait vouloir s'échapper de ma poitrine, et j'avais presque du mal à respirer. Son emprise sur moi était à le fois délicate et ferme, et je m'y réfugiai avec confiance. Je me sentais presque honteuse, me trouvant l'immaturité d'une adolescente à réagir ainsi, mais ce contact me fournissait un sentiment de sécurité que je ne pouvais tout simplement pas éconduire. Je me sentais bien, et c'était tout ce qui comptait. Je me rendais à peine compte qu'il n'avait achevé sa phrase, tant mon esprit faisait un point d'honneur à la conclure par lui-même...

Je levai le museau, le passant lentement sur sa joue et caressant délicatement son visage avec le mien, ne souhaitant pas qu'un mouvement brusque mette fin à ce moment de tendresse si bienvenue. Je murmurai doucement, envahie par le calme qui régnai ici:

"Tu m'as manqué, toi aussi. J'ai tant de choses à te dire..."

Nous étions debout, figés dans notre embrassade qui semblait durer une éternité, mais que j'estimais toujours trop courte. Le trajet et l'excitation me fatiguaient, et j'étais sur le point de m'endormir entre ses pattes quand le glapissement du trajet retentit de nouveau. L’éteinte cesse spontanément alors que je sursautai et que mes oreilles se dressaient, à la recherche de l'origine du curieux cri.


_____________________________________________
Zenith parle en #99ccff ~

Journal | Présentation | Demande de RPs | PNJs | Fiche Technique


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: /!\ - de 16 ans /!\ Délivrance [Zenith Dawnblade x LoneWolf Feraleaf]   Dim 24 Mai - 2:14



À la grande surprise de mon cœur envoûté, elle ne repoussa pas mon embrassade et s'installa chaleureusement contre moi. Et alors que j'esquissai un large sourire et que mes pommettes tendaient vers le rouge, je la câlinai tendrement, appréciant la chaleur frissonnante de son souffle sur ma nuque.

Le calme pouvait régner ou quelqu'un pouvait nous appeler à la porte, je n'aurais rien entendu, et je ne l'aurais encore moins relâcher. J'étais comme endormi, rendu inconscient par la douceur du moment. Seule sa voix m'atteignait réellement :

"Tu m'as manqué, toi aussi. J'ai tant de choses à te dire..."

Elle se retira après un long instant qui m'avait semblé durer plus d'une heure. L'intérieur de ses pattes m'était si confortable que je fus quelque peu déçu lorsqu'elle relâcha son étreinte qui était des plus douces. Je pensais l'interroger là dessus pour savoir mais c'était sûrement par gêne et lui poser la question ne lui aurait pas été très plaisant dans ce cas-là.

Et revint comme un éclair une autre interrogation qui ne serait appartement pas enfoui si l'on que ça dans mon esprit. Est-ce qu'on allait dormir dans la même chambre, le même.
Cette question me troublait tellement que je ne pus m'empêcher de la lui poser immédiatement :

" Hhm... Et pour les chambres ça se passe comment ? "

À peine la phrase s'acheva que Lyhn se jeta sur mon dos et bondit sur ma tête -que je baissais plus par précaution d'amortir son atterrissage que par la faute de son poids- et profita de sa nouvelle place pour offrir une vive léchouille à Zenith.

" Lyhn ! "

Sans attendre je la pris et la déposai après avoir fait attention à me reculer d'une distance à laquelle la vilaine petite louve ne pourrait pas retenter une bêtise aussi facilement. Elle me regarda toute fière d'elle et, la retenant d'une patte précautionneuse et sûre, mon attention se reporta vers la licorne. J'avais tellement honte...

" D-d-d-désolé ! Elle est un peu dur à tenir, normalement elle est plutôt t-timide mais là j-je sais pas ce qu'il lui a pris ... Désolé je... J'ai honte... "

Je baissai le museau avec le poids de la honte, j'avais totalement oublié ma précédente question, elle enfui comme un petit écureuil apeuré, rapidement et discrètement.
Et elle, Lyhn, qui haletait joyeusement, tout contente d'avoir réussi son coup. Et moi qui m'en voulait de ne pas avoir éviter que cela arrive, Zénith n'était pas la paysanne du coin, c'était pas son truc la bave d'animal sauvage, elle devait sûrement être dégouté...

Enfin, je ne savais pas...
Revenir en haut Aller en bas
Zenith Dawnblade
avatar
Solar Empire

Messages : 444
Age : 28

• Votre personnage •
Race: Licorne
Niveau: 27
Expérience:
283/240  (283/240)

MessageSujet: Re: /!\ - de 16 ans /!\ Délivrance [Zenith Dawnblade x LoneWolf Feraleaf]   Sam 30 Mai - 0:48


Délivrance


Si le loup y était, il nous mangerait!

Oui, la question des chambres... Oui, c'était... particulier. Il y avait bel et bien un certain nombre de chambres, mais il n'y avait guère suffisamment de draps propres sur place pour plusieurs couches. Nous apportions généralement le linge pour le séjour quand nous venions avec avec quelques serviteurs... En définitive, il n'y avait qu'un unique set de draps, pour un lit double heureusement. Au moins, nous aurons la place de dormir chacun de notre côté, car je ne me voyais guère abandonner mon invité sur le sofa... Il s'agirait d'un certain manque de savoir-vivre. Et il n'était point faux que l'idée de sommeiller en sa compagnie était une possibilité... raisonnable. Tant qu'il ne s'agissait que de sommeiller.

Je vis un éclair gris, quelque chose sur la tête de mon compagnon, un point rose et un contact râpeux sur mon visage, laissant sur ma peau une curieuse sensation de froid... Avais-je été... léchée... par quelque chose? Le temps que la surprise se dissipe, je distinguai finalement LoneWolf saisir un petit canidé et s'éloigner de quelque pas, les joues rougissantes. L'animal... il s'agissait d'un loup, non? D'un louveteau... Je passai mon sabot là où sa petite langue avait laissé des traces de son affection. Il s'agissait d'une sensation... curieuse? Elle n'était guère désagréable, elle était surtout incongrue... Il me semblait avoir entendu le poney pousser une exclamation... "Lyhn", s'agissait-il de l’appellation de la créature? Elle semblait relativement domestiquée à glapir ainsi, même si son apparition dénotait d'une certaine... "liberté". Mon ami se confondit d'un coup en excuses:

" D-d-d-désolé ! Elle est un peu dur à tenir, normalement elle est plutôt t-timide mais là j-je sais pas ce qu'il lui a pris ... Désolé je... J'ai honte... "

Il semblait tout confus, baissant le museau tandis que le nouveau venu levait le sien en faisant pendre sa petite langue, le regard pétillant, comme s'il attendait de jouer. Un comportement facétieux à n'en point douter... Je reportai un regard légèrement perplexe au mâle, qui semblait attendre quelque chose de ma part. Dans un sens, je le reconnaissais bien là. Je ne savais guère que dire, reprenant peu à peu le contrôle de moi-même. Je m'exprimai d'une voix hésitante:

"Je... Il s'agit de ton animal de compagnie...? Ne l'avais-tu point évoqué dans l'une de tes missives? Je peine à me souvenir..."

J'hésitais à m'approcher du petit carnivore. Il me semblait fort sympathique, il n'allait probablement point m'attaquer, mais... Je ne s'avais comment me conduire en présence d'animaux inconnus, mes parents les considérant comme une entorse aux règles d’hygiènes les plus élémentaires. J'étais fascinée par la bête, relevant finalement les yeux vers son maître:

"Tu disais qu'il s'appelait "Lyhn", où une dénomination similaire, n'est-ce pas? C'est un loup? Ce doit bien être la première fois que j'en voix un de face... D'où vient-il?"

La présence de ce nouveau facteur éveillait ma curiosité, telle un mécanisme inconnu qui m'était présenté sur un plateau. Au détail près qu'il était généralement mal vu de démonter une animal de compagnie pour appréhender son fonctionnement.



_____________________________________________
Zenith parle en #99ccff ~

Journal | Présentation | Demande de RPs | PNJs | Fiche Technique


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: /!\ - de 16 ans /!\ Délivrance [Zenith Dawnblade x LoneWolf Feraleaf]   Mer 3 Juin - 22:45


Elle restait impassible devant ma panique, sans doute plus par surprise que par manque de sentiments, et elle, Lyhn, qui haletait joyeusement comme si elle avait réussi un pari...

"Tu disais qu'il s'appelait "Lyhn", où une dénomination similaire, n'est-ce pas? C'est un loup? Ce doit bien être la première fois que j'en voix un de face... D'où vient-il?"

Honnêtement, le coup de "c'est un loup ?" me skotcha à mon tour. Je sais qu'avec mon expertise je pouvais aller jusqu'à reconnaître que c'était une femelle rien qu'en regardant ses crocs, mais je m'attendais vraiment à ce qu'elle ne doute pas de sa race...

" C'est une fille... Elle s'appelle Lyhn... Elle n'est pas dangereuse... "

Je déglutit en lui adressant un regard plein de gêne, je regrettais un peu aussi que ce moment fut interrompu d'un façon si brutale.
Je posa doucement l'animal qui s'approcha lentement de Zenith, avec une distance qui ce voulait rassurante et clairement sans risques

" C'est la louve que j'ai trouvée et adoptée dans la forêt après que... "

Je les regardais vaguement, mes yeux à moitié dans le vide quand ma gorge se resserra, rendant la voix tremblante. Elle allait comprendre que c'était par tristesse, mais c'était en réalité par difficulté à lui mentir.

" Après que mon village natal soit mis à feu et sang... Après la mort de mes 26 amis... "

Les larmes vinrent naturellement lorsque mon esprit vogua vers les images de mon passé. Je baissai la tête, lâchant un sanglot discret.

La vérité, elle ne devait pas la connaitre ! Ma véritable forme devait rester secrète ! Personne ne devait savoir que j'étais, au fond, un Changeling.

J'étais un monstre, une créature ne naissant uniquement dans le but d'assouvir les pulsions destructrice d'une reine abominable. J'étais voué à détruire dès ma sortie de l'œuf. Ma destinée était d'être une vermine pour ce monde et de mourir en tant que telle.

C'était ce à quoi mon corp me condamnait, mais le hasard me sauva, une promenade un peu à l'écart de la part de la Princesse, de Cadance...
C'était la seconde chance qu'il me fallait, pour devenir quelqu'un d'autre, quelqu'un de mieux, quelqu'un qui préservait ce monde au lieu de le détruire.

Je pouvais maintenant utiliser ma vie afin d'en sauver d'autres, mais surtout afin de détruire celle qui le mérite vraiment, celle qui n'a pour unique souhait de dominer me monde quitte à le pourrir à jamais. J'avais la possibilité d'arrêter Chrysalis, vivante ou morte, même si ma propre mort devra en être le prix.

J'essuyai les lourdes larmes qui perlaient aux bords de mes paupières, et je relevai la tête, dressant un petit sourire pour la rassurer.

" Et du coup pour les lits, parce que j'ai bien deux sacs de couchages dans mes sacs mais je suis pas sûr de leur confort... "

L'idée de dormir en sa présence me faisait frissonner, j'avais déjà passé une semaine complète de nuits blanches à mon arrivée à l'orphelinat à cause de la timidité, alors avec elle...

Elle qui n'était pas n'importe qui à les yeux...
Revenir en haut Aller en bas
Zenith Dawnblade
avatar
Solar Empire

Messages : 444
Age : 28

• Votre personnage •
Race: Licorne
Niveau: 27
Expérience:
283/240  (283/240)

MessageSujet: Re: /!\ - de 16 ans /!\ Délivrance [Zenith Dawnblade x LoneWolf Feraleaf]   Jeu 4 Juin - 20:56


Délivrance


Canis Lupus

Ainsi donc, il s'agissait bel et bien d'un loup... et d'une louve, qui plus est! Je me sentis légèrement mal à l'aise quand je me rendis compte que LoneWolf me regardait avec surprise. Oui, je pouvais bien être érudite, mais dans nombre de domaines, je ne tirais mes connaissances que des ouvrages de notre bibliothèque... C'était en partie cela que je reprochais à l'étude théorique: face aux faits réels et à la pratique, les connaissances acquises pouvaient s'avérer bien insuffisantes... D'autant plus que les sciences de la faune et la flore n'étaient point celles que j'avais le plus développé...

"Pas dangereuse"? Oui en effet, je me souvenais après coup que les canidés étaient réputés pour être de grands prédateurs... Curieusement, à la vue du petit visage touffu et jappant, cette idée n'avait point traversé mon esprit... Je détachai mon regard de celui de l'animal qui se frottait à présent contre ma patte pour le reporter sur mon ami, qui continuait à parler en fixant le néant d'un air sombre et douloureux. J'écoutai d'une oreille distraite ce qu'il murmurait d'une voix monocorde.

"Après que mon village natal soit mis à feu et sang... Après la mort de mes 26 amis..."

Je ne sus que dire tandis qu'il se tut pour se laisser envahir par ses souvenirs. La vue d'une larme qui se mit à courir le long de sa joue me serra le cœur, et je me mordis les lèvres. Comment réagir face à un individu qui semblait revivre un traumatisme? Encore une chose que mes livres n'évoquaient guère... Je levai doucement une patte, provoquant une petite plainte de la canidé. Cette dernière se tourna d'ailleurs vers son maître, probablement pour gémir de mes mauvais traitements, mais cessa d'émettre le moindre bruit en voyant son état. Hésitant à aller vers lui, elle finit par s'allonger face à ses pattes en remuant doucement la queue.

Quand à moi, toujours prisonnière de mon incapacité totale à consoler quelqu'un, je passai ma patte avant droite sur la gauche, comme pour m'offrir une misérable contenance, incapable de soutenir le regard perdu du mâle. Les larmes avaient clairement commencé à couler et ses joues brillaient d'humidité. Finalement, il se reprit, essuya rapidement les perles d'émotions qu'il avait libéré avant de relever la tête et de mettre fin aux quelques instants de silence qui avaient régné, changeant radicalement de sujet:

"Et du coup pour les lits, parce que j'ai bien deux sacs de couchage dans mes sacs mais je suis pas sûr de leur confort..."

L'interruption soudaine me perturba une seconde, avant de me replonger aussi sec dans la gêne de cet aspect du séjour. Inspirant profondément pour éviter un balbutiement puéril, je lui répondis avec hésitation:

"Nous... Nous avons bien au minimum un set de draps propre sur place, donc un lit de disponible... Mais deux lits est une option déjà moins sûre... L'un de nous pourra dormir dans un lit avec l'un de tes... "sacs de couchage"..."

Curieusement, je me sentais terriblement niaise face au Traqueur. À travers le nom et le contexte, je pouvais deviner qu'il s'agissait d'un sac pour dormir, et il me semblait que Père en avait déjà évoqué en expliquant l'organisation d'un camps, mais je n'avais fichtrement aucune idée de l'aspect de la chose. Ma curiosité me suppliait de répondre à cette question, mais je me retenais. Je ne voulais point paraître plus sotte aux yeux de LoneWolf, surtout après ma découverte de Lyhn...

Toussotant un peu pour me reprendre, je jetais un regard à l'heure et conclus:

"Il commence à être déjà bien tard, nous devrions nous coucher sous peu pour pouvoir faire nos courses au village demain. Il n'y a guère de réserves alimentaires ici..."

Détournant le regard vers l'escalier menant au premier étage, j'inclinai la tête vers le Poney, le gratifiant en plus d'un sourire pour l'inviter à me suivre tandis que je lui présenterais les chambres.



_____________________________________________
Zenith parle en #99ccff ~

Journal | Présentation | Demande de RPs | PNJs | Fiche Technique


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: /!\ - de 16 ans /!\ Délivrance [Zenith Dawnblade x LoneWolf Feraleaf]   Mer 10 Juin - 21:22


L'accent d'ignorance qu'elle mettait sur le terme "sac de couchage" me fit vivement sourire, déjà qu'elle savait pas ce qu'était qu'un loup.

Mais cela me fit surtout repenser à nous deux, à nos différences. Nos nations mises de côtés, dès notre naissance nous étions déjà des extrêmes.
Elle, était né dans une famille noble et se voyait destinée à rejoindre l'élite de sa nation. Moi, j'étais sensé être de la chair à canon supplémentaire pour l'armée de Chrysalis.
Elle, elle avait reçu une éducation très complète et tranquille, au chaud dans une bibliothèque. Moi, j'avais tout appris par moi-même, dans le froid et la solitude de la forêt.
Elle, elle avait toujours été fidèle à sa nation natale et à sa princesse. Moi, je vouais ma vie à tuer celle qui m'avait mis au monde.

Mais nous étions là, ensemble, maintenant, pour une raison qui m'échappe : le hasard, le destin, ou un truc du genre qui fait des choses pas normales.
Mais je ne m'en plaindrais pas !


Elle m'invita ensuite à visiter les chambres : se trouvait à l'étage tout un assortiment de pièces de repos aux tailles et découpes variables. Mon hypothèse d'une maison destinée à une famille noble se confirma alors, de part les ornements des chambres les plus larges, mais aussi de part la taille de celles qui étaient probablement faites pour leurs domestiques. Je m'imaginais cette famille noble investir les lieux avec une joie écrasée par une retenue digne de la noblesse, suivi de près par leurs plus fidèles servants portant leurs bagages avec plus ou moins de difficulté.

Zenith, elle, portait ses affaires toute seule.


" Oui oui je dormais sûrement dans un de ces "sacs de couchages", ce n'est pas un problème.
Mais pour ce qui est des vivres, je n'ai rien d'autres que des sandwichs. J'ai néanmoins une liste bien précise d'ingrédients à acheter pour me séjour. "


Je m'étais amusé à imiter son intonation de tout à l'heure pour la taquiner.
Après m'être vivement moqué de son malaise, on arrive en face d'une paire de chambres à lit doubles, en bois sombres aux gravures somptueuses, avec vue sur la forêt, et surtout une serrure que je pourrais verrouiller pour éviter le moindre accident : une promenade somnambule suffirait à me griller !

" Tiens, pendant que j'y pense : tu as des idées d'activités pour les jours à venir ? J'en ai bien quelques unes mais pas de quoi durer plus d'une semaine... "

Après cette phrase, je m'étais tout simplement retourner vers elle, rien de bien intéressant à raconter, mais lorsque mon regard plongea dans ses grands yeux saphir, j'en eu des palpitations.

Extérieurement, je devais simplement rosir des pommettes et peut être avoir l'air idiot de l'admirer ainsi, mais à l'intérieur c'était la panique.

Une vague de chaleur vint m'ébranler de l'intérieur, me faisant frissonner en retour. Je voyais ses yeux profond, sa sulfureuse crinière, son doux sourire me paralyser. Mon cœur s'emballait apparemment dans raisons alors que je réprimais dans mes pattes le moindre tremblement. Nos visages étaient proches et j'aurais pu simplement la prendre dans mes bras si ce n'était pas une envie de l'embrasser qui primait sur tout.

C'était l'instant parfait, comme dans les histoires, le moment où ils se regardent et s'embrassent tendrement d'un mouvement commun. Mais... Je ne savais pas, j'avais peur de m'avancer, je retenais comme je le pouvais cette pulsion d'amour que je ne croyais réciproque.

Je ne voulais pas tout gâcher...

Un silence s'installa, la gêne s'amplifiant à mesure qu'il durait...
Revenir en haut Aller en bas
Zenith Dawnblade
avatar
Solar Empire

Messages : 444
Age : 28

• Votre personnage •
Race: Licorne
Niveau: 27
Expérience:
283/240  (283/240)

MessageSujet: Re: /!\ - de 16 ans /!\ Délivrance [Zenith Dawnblade x LoneWolf Feraleaf]   Ven 12 Juin - 0:24


Délivrance


Projets

Nous passâmes devant les différentes salles, chacune possédant son propre panel de couleur, son propre agencement, sa propre personnalité. Nous venions usuellement ici en comité réduit - à savoir mes parents, une suite d'une demi-douzaine de serviteurs et moi-même - , comme en famille plus large ou avec des amis, mais il n'y avait généralement guère de chambre réservée à tel ou tel individu. Excepté peut-être la chambre conjugale, qui était le plus souvent dédiée au chef de famille actuel et à son conjoint. À savoir Père et Mère pour le moment. Evidemment, certaines chambres accueillaient davantage des enfants, d'autres davantage des amis... Mais il s'agissait plus d'une question d'habitude que d'une réelle règle.

Quand je vis la pièce où j'avais moi-même la tradition de m'installer, un sourire nostalgique se dessina sur mes lèvres. Il s'agissait une petite suite dans les teints crèmes, une large baie vitrée donnant sur le brouillard mais éclairant convenablement les murs, avec un parquet en bois de bouleau et du papier peint pâle sur les cloisons, faisant ressortir les deux tableaux de paysages montagneux qui les décoraient. Une petite porte beige donnait sur une salle d'eau assez simple, et un grand lit double à baldaquin trônait au centre, tandis que deux armoires et un bureau achevaient de meubler l'ensemble. J'hésitai à déposer mes bagages à côté de la porte, mais décidai plutôt de trouver deux chambres mitoyennes pour dormir à proximité de LoneWolf, avant de continuer à le mener le long du couloir.

Je rosis de honte en l’entendant me taquiner sur mon ton d'ignorance. Fort heureusement, il fit glisser la conversation sur la question des provisions, et je fus soulagée d'entendre qu'il avait pensé à tout. Dans mon excitation, j'avais naïvement refusé les conseils de ma gouvernante, et je me retrouvai à présent bien idiote, sans la moindre idée de comment faire tourner une si grande maison. À Ponyville, je déjeunais généralement avec Steam et les rares fois où je dus faire ma pitance de manière autonome furent tristement mémorables.

Mon ami s'arrêta finalement devant de chambres voisines, très semblables et richement ornées d'ébène gravé et agrémentées de décorations d'un beau rouge assez chic qui tranchait avec les tons obscurs des boiseries. La chambre de la belle famille, souvent. Mais il était vrai qu'elle disposait d'une vue grandiose sur la forêt, une fois la brume évaporée. Je plaçai mes sacs contre la porte, reportant à plus tard le rangement d'affaires. Je relevai la tête vers le poney, tandis qu'il me demandait si j'avais des projets pour le séjour.

Je me tus d'abord pour réfléchir mais sans m'en rendre compte, je m'étais déjà plongée dans ses pupilles rouges, perdant le fil de mes pensées. Je détaillais avec fascination la multitude de couleurs parsemant ses yeux, allant d'un carmin doux à un rubis ardent. Puis mon regard se perdit sur son visage, admirant son pelage blond et sa crinière d'un azur intense aux multiples variantes. Sans m'en rendre compte, je m'approchais, sentant indistinctement mes joues s'embraser. Le silence était pesant, et il était étrange de s'en rendre ainsi compte, mais sans particulièrement désirer l'interrompre. Je sentais mon coeur déraper dans ma poitrine. Qu'étais-je en train de faire?
Nos lèvres se frôlèrent.

Je reculai vivement, m'injuriant mentalement de ne pas continuer le mouvement. Rouge de malaise, je ne savais que dire et je balbutiai vaguement quelques paroles incohérentes. Il me semblait juste y avoir une infinité de meilleurs endroits que celui-ci pour faire ça... À moins qu'il ne s'agisse d'une pudeur malheureuse? Ou un reste de conscience énervante... Reprenant peu à peu contenance et fuyant puérilement le regard de mon compagnon, je finis par dire d'une voix légèrement plus intelligible:

"J-je... oui, il y a des choses qui... hum... Ah! Oui, le... le lac, oui oui. Il y a... un lac vraiment joli à proximité... avec des sources chaudes... ce qui le rend tiède... mais on ne le voit point à cause de la brume... et puis il y a une... une montagne vraiment époustouflante... à gravir, mais c'est un peu difficile avec ma patte... donc il me faudrait de l'aide... mais c'est très beau, si si... Tu... oui, voila..."

Je me sentais idiote ainsi. J'attendais la réponse de LoneWolf en regardant la poignée de porte la plus proche, passant d'une patte d'appui à l'autre, comme une adolescente. Je ne savais s'il aimait chasser mais il y avait aussi une certaine quantité de gibier dans le coin, de l'avis de Père. Et en y réfléchissant, s'il le souhaitait, je pourrais aussi essayer de lui forger une nouvelle hachette... Il faudra que je lui en parle à l'avenir.



_____________________________________________
Zenith parle en #99ccff ~

Journal | Présentation | Demande de RPs | PNJs | Fiche Technique


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: /!\ - de 16 ans /!\ Délivrance [Zenith Dawnblade x LoneWolf Feraleaf]   Mar 23 Juin - 20:37



Je sentis son souffle sur mon visage, mais l'instant d'après, elle s'était fourvoyée, faisait comme si ce moment n'avait pas existé, car ce moment ne devait pas exister.

Elle avait sûrement une réputation, un honneur, des responsabilité, des ambitions. Et moi, j'allais tout ruiner d'un baiser, comme ça tout simplement, moi qui n'était qu'une soldat d'une autre nation, qu'une abomination sous un masque...

" J-j-je crois que je vais aller r-redescendre r-rechercher mes affaires en bas. Je v'te laisse choisir ta chambre !"

Ma voix fuyait comme j'aurais voulu le faire, et c'est sans me retourner sur je lui dis un signe bref du sabot et allai retrouver mes bagages à une distance raisonnable d'elle.


Mon cœur affolé pu enfin se calmer, j'emplissais alors tranquillement mes poumons d'air les yeux fermés afin de remettre dans un état normal mon corps tremblant. Des images vives de son doux visage revinrent comme des éclairs devant mes paupières mais j'essayais de me vider l'esprit, chasser toutes pensées en moi l'espace d'un instant pour revenir zen.
Dix secondes plus tard, j'étais à peu près calmé, une petite envie de manger trainant dans ma gorge. Envie qui était là depuis un moment maintenant que je m'en rendais compte. Envie qui ne correspondait pas à une faim normal, mais à une faim d'amour. Envie que j'avais réussi à contrôler totalement à l'aide de Cadance. Mais surtout, envie que je subissais en la présence de Zenith.

J'eus tout d'abord un blocage sur le coup, puis j'ai commencé à le dire que c'était sûrement une erreur, qu'elle ne pouvait pas... tomber amoureuse de moi...

Mais j'avais envie d'y croire, parce que malgré nos différences on pouvait s'aimer, ensembles et contre tous !

C'était sûrement une erreur mais une chance, un espoir. Mais pour en être sûr, il fallait que j'aille vérifier à l'aide de mon pouvoir, cependant très affaibli à cause de mon travail sur cette voracité sentimentale. J'aurais donc devoir être très proche d'elle, physiquement parlant...


J'avais posé notre repas de ce soir dans la cuisine et entrepris alors de remonter jusqu'à ma chambre. Mais risquait de m'attendre sur le chemin un obstacle insurmontable des plus déstabilisant, la sublime créature : Zenith !
Revenir en haut Aller en bas
Zenith Dawnblade
avatar
Solar Empire

Messages : 444
Age : 28

• Votre personnage •
Race: Licorne
Niveau: 27
Expérience:
283/240  (283/240)

MessageSujet: Re: /!\ - de 16 ans /!\ Délivrance [Zenith Dawnblade x LoneWolf Feraleaf]   Ven 26 Juin - 1:14


Délivrance


Soirée

Visiblement aussi gêné que moi, LoneWolf fit volte-face et fuya en direction de l'escalier. Sa soudaine absence fit déferler une vague de sentiments au travers de mon corps. Un déluge d'émotions que j'avais inconsciemment solidement retenu en sa présence pour ne point réagir excessivement. Avec malgré tout bien peu de succès... Un léger frissonnement me traversa, comme une faiblesse musculaire globale. Ironiquement, ce fut la solidité de mon exosquelette qui me permit de ne pas perdre stupidement l'équilibre.

C'était... inédit.

Je pris une profonde inspiration, bien que très légèrement tremblante, et étira ma nuque et tournant ma tête dans diverses directions. Déglutissant pour réhumidifier ma gorge, je fis léviter mon sac d'une magie d'un rouge intense et alla dans la chambre de gauche, lâchant le bagage devant l'une des penderies avant qu'il ne chauffe trop. Je l'ouvris, révélant quelques vêtements de pluie, mon arbalète et quelques carreaux en cas de problème -nous étions dans un bois après tout-, quelques outils de bricolage plus que de forgeage, quelques rares produits de beauté... Mes joues s'empourprèrent à la vue de ces derniers. Je faisais certes un minimum attention à mon apparence, mais de là à prendre un tel équipement... il fallut vraiment que je veuille me faire belle.

Je rangeai soigneusement tout ceci dans le meuble, puis quittant la salle, je me dirigeai vers la buanderie pour y récupérer les draps, que je rapportais à ma chambre. Je dépliai la housse de lit, mon regard naviguant du tissu au matelas d'un air légèrement perdu, tentant de me remémorer comment Diable ma gouvernante y arrivait-elle sans user d'une quelconque magie. Je dépliai le reste, espérant que quelque chose me donne le moindre indice, mais seule les housses d'oreillers trouvèrent leurs places finales. Je sursautai en entendant mon ami me prévenir que le repas était prêt. Diantre, lui au moins était efficace...

Reportant à plus tard l'épreuve de la préparation du lit, je soupirai un instant et rejoignis le Poney, le gratifiant d'un sourire soulagé, comme un remerciement silencieux pour l'épreuve à laquelle il venait de me soustraire. Je le suivis donc en bas, et aperçu les sandwichs qu'il avait apporté. Je fis d'intenses effort pour transformer les cris de mon estomac en un gémissement presque inaudible. Un peu de tenue était tout de même de mise... mais il était vrai que mon dernier repas, ne datant pourtant que de quelques heures, me semblait remonter à des lustres.

Nous nous mîmes à table, et je pus déguster la nourriture à loisir. Les ingrédients entre les deux tranches de pain étaient simples, mais efficaces: beurre, tomates, fromage, salade, pissenlits... Un régal. Peut-être que tout m'aurait semblé délicieux, en provenance de LoneWolf, mais cette pensée avait le don de me plonger dans un état contemplatif et naïvement romantique qui me perturbait au plus haut point. Nous discutâmes diversement, abordant nos idées d'achats pour le lendemain. Nourriture naturellement, et il me rappela judicieusement qu'il y avait du matériel quotidien, en particulier hygiénique, auquel il fallait penser. Evidemment, c'était typiquement le genre de chose auquel on ne pense pas du premier coup, quand on n'a guère l'habitude.

Après une vaisselle très rapide, au vue de l'aspect prompt et simple du souper, nous montâmes nous coucher d'un commun accord. Après nous être souhaité bonne nuit à plusieurs reprises, aucun d'entre nous ne désirant réellement être le premier à quitter le regard de l'autre, nous retrouvâmes finalement chacun notre solitude, moi vers mon lit et lui vers la salle de douche de l'étage.

Calmant difficilement la cavalcade de mon cœur qui s'excitait à chaque apparition du Traqueur, je relevai la tête et grimaçai légèrement à la vue de mon lit, toujours aussi peu prêt. Je dus passer un bon quart d'heure à placer les draps dans un aspect qui me semblais un minimum correct, recouvrant finalement le tout de la couverture qui trônait déjà sur le lit, comme protection contre l'humidité familière à Whitetail Woods. Une fois l'harassante tâche achevée, je retirai rapidement ma prothèse, me glissai lentement dans mes draps chauffés par ma magie exaspérée, et déposai ma tête contre le confortable coussin, dans un soupir de bonheur. Dans un dernier éclat de conscience, je retirai ma boucle d'oreille et la déposai sur ma table de chevet, avant de m'abandonner dans les pattes de la Princesse Luna.


Les rêves que mon sommeil m'offrit furent des plus doux, intimes et agréables, mais leur souvenir se perdait déjà dans la brume de ma conscience quand je m'éveillai le lendemain, au doux son de la bruine contre les vitres. Restant quelques instants allongée, profitant des dernières vapeurs d'endormissement qui quittaient mon corps, je ressassais mes souvenirs de la veille, me posant de nouvelles questions sur les habitudes quotidiennes du poney. Soupirant, je me décidai finalement à quitter la couche qui commençai peu à peu à refroidir, et je quittai la chambre pour boitiller vers la salle d'eau, traînant ma patte à la recherche d'une douche revigorante.


_____________________________________________
Zenith parle en #99ccff ~

Journal | Présentation | Demande de RPs | PNJs | Fiche Technique


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: /!\ - de 16 ans /!\ Délivrance [Zenith Dawnblade x LoneWolf Feraleaf]   Jeu 30 Juil - 21:54



Alors que mes pensées patinaient en roues libres sur les grandes brides paniquées de mon esprit, j'avais réussi à garder un comportement sensé devant la douce forgeuse. Ensemble nous réussîmes à souper et à dresser une liste de fourniture à acheter pour la durée du séjour. Tout cela jusqu'au moment de se coucher.

Je fermai à clé la porte et clos les rideaux, et c'est tout en reprenant ma forme originelle que je m'étalai lourdement sur le matelas de bonne qualité. Mon esprit continuait encore de remuer mais l'épuisement l'avait bien calmé et c'est avec des trésors de volonté que je réussis à placer ma couchette et à m'endormir sans penser plus à la licorne qui s'en allait alors avec moi dans toute une mosaïque de rêves doux et chaleureux.



Dans un dégradé de reprise de conscience je pus alors me lever probablement un peu en avance par rapport à elle, et soudain j'eus une idée !

" Une opération tartine ! "

C'était une idée d'enfer mais j'avais à faire vite. Tout d'abord, reprendre une forme acceptable, 2 minutes et 23 secondes. Puis prendre une douche pour être au mieux de sa forme, 9 minutes et une trentaine de secondes, j'étais encore bien dans les temps ! Et maintenant : récupérer les ressources nécessaires, elle dormait encore, c'était amplement faisable !

La liste de la veille en bouche, je me précipitai dehors. En 5 minutes je trouvai mon chemin grâce aux passants et en 15 minutes supplémentaire j'avais récupéré ce qu'il nous fallait, ça et quelques bouteilles en plus.

Tout aussi rapidement, je retournai en cuisine préparer le tout. Je l'entendais prendre sa douche, il me restait sûrement peu de temps, c'était assez !
Sans soucis je pus confectionner une panoplie de tartines de trèfle avec confiture de cerise, miel des Crystal Mountains et fromage frais au choix pour la demoiselle que j'entendais déjà trotter à l'étage. Après bien avoir disposé le tout je me précipitai au pied de l'escalier (manquant de pas grand chose un roulé-boulé) et accueillis avec le sourire la toute propre ponette.

" Milady, le repas est servi. "

L'effort était passé mais c'est l'émotion qui refit partir mon cœur. Lorsque je pris doucement son sabot pour la guider avec toute la courtoisie du monde en fait de les préparations.

Une recette campagnarde, c'était probablement me seule chance de la surprendre mais si elle connaissait mon plan tombait à l'eau. C'était un pari risqué de lui offrir un plat de cette simplicité. L'élément de surprise était mon seul espoir à ce moment-là. Je ne voulais pas la décevoir...
Revenir en haut Aller en bas
Zenith Dawnblade
avatar
Solar Empire

Messages : 444
Age : 28

• Votre personnage •
Race: Licorne
Niveau: 27
Expérience:
283/240  (283/240)

MessageSujet: Re: /!\ - de 16 ans /!\ Délivrance [Zenith Dawnblade x LoneWolf Feraleaf]   Dim 9 Aoû - 14:45


Délivrance


Les lacs de Whitetail Wood

Je soupirais de bonheur au contact ardent de l'eau de la douche sur mon dos. Je laissais le liquide courir le long de mon corps, sillonnant mon pelage le long des quelques muscles qui s'étaient formés sous ma peau, me baignant dans une atmosphère chaleureuse et agréable. Je respirais profondément malgré la brume qui se formait, rendant l'atmosphère étouffante, et j'actionnai la vis qui contrôlait la température de ma magie bleue, signe de ma relaxation. J'inspirai un grand coup en sentant l'eau brûlante devenir soudainement froide. Je me tournais plus ou moins vivement sur moi-même pour que la fraîcheur nouvelle recouvre tout mon corps. Ceci fait, je coupai l'arrivée d'eau sans plus tarder et sortit en chancelant de la douche.

Je pris la serviette soigneusement pliée dans mes sabots et m'essuyai méthodiquement, tout particulièrement ma jambe handicapée. Elle se devait d'être parfaitement sèche pour ne pas abîmer sa prothèse... Frottant énergiquement ma crinière comme ma queue, j'y passai un coup de brosse avant de les secouer pour les laisser retrouver leurs boucles. Jetant un coup d’œil au miroir de la salle d'eau, je m'assurais de mon aspect réveillée, et quittai finalement la pièce, rejoignant brièvement ma chambre pour me ré-équiper de mon exosquelette.

Trottinant le long du couloir, je rejoignis l'escalier, en bas duquel mon si cher ami semblait m'attendre, tentant d'étouffer un léger halètement derrière sa droiture. Je souris face à sa tentative de camoufler sa récente précipitation et descendis délicatement les quelques marches, jouant son jeu, le gratifiant d'un frôlement du bout de mon oreille. Je fis quelques pas dans la cuisine, ne sachant réellement à quoi m'attendre, et marqua un arrêt face aux diverses tartines arrangées sur la table, leur fumet montant délicieusement à mes narines. Offrant un sourire éclatant à LoneWolf, je m'avançai face à elles et en saisis une au hasard, tentant de deviner de quel arôme pouvait-il s'agir.

Dans un imperceptible haussement d'épaule, j'en pris une petite bouchée et laissa éclater la saveur du miel sur ma langue, profitant avec délice de ce goût sucré. Me tournant vers le Poney qui me regardait manger, je l'incitai à déguster les mets avec moi, tout en m'asseyant sur l'un des sièges de la cuisine. Nous nous délectâmes des tartines, les commentant, tandis que je complimentais son choix, lui citant mes préférées. Après avoir rapidement nettoyé le plat, je jetai un œil au temps extérieur: une pluie fine tombait, mais la vue était dégagée. Gratifiant le Terrestre d'un clin d’œil, je lui dis qu'il fallait que je lui montre quelque chose.

Après une rapide préparation, nous sortîmes de la maison et fîmes quelques pas dehors sur le sol très légèrement spongieux, les feuilles humides craquant sous nos pas. Le temps était rafraîchi par les petites pellicules d'eau qui parsemèrent rapidement nos fourrures, et mon compagnon dût me soutenir une ou deux fois tandis que ma prothèses glissait un peu, à cause de mon inattention. La bruine n'était pas fondamentalement désagréable, d'autant que le trajet fut plutôt court, puisque nous contournions d'abord le chalet. Malgré les tentatives du Cristallin pour deviner notre destination, je ne répondais que par de petits sourires amusés. J'étais bien plus à l'aise à présent qu'hier, le fait de s'être éveillés sous le même toit que lui semblait avoir supprimé une partie de ma retenue.

La jeune Lyhn sautillait autour ne nous, se jetant sur les feuilles qui avaient le malheur de tomber juste sous son museau, et s'ébrouant à intervalles réguliers. Elle semblait dotée d'une énergie infinie, changeant de point d'attention à chaque instant, passant du sol aux racines, aux arbres, aux gouttes d'eau ou encore à nos queues.

L'atmosphère était calme, le principal bruit provenait de la pluie sur les feuillages au dessus de nos têtes. Comme toujours, il y avait peu de pépiements d'oiseaux et encore moins de bruits issus de la faune locale. Seuls nous rompions le silence, discutant de l'environnement, le Traqueur me nommant telle ou telle plante pour interrompre le silence tranquille qui s'élevaient par moment.

Cette marche sembla longue mais ne dura en vérité qu'une dizaine de minutes, avant que nous ne cessions de chuchoter pour entendre un son de petite cascade. Nous émergeâmes entre deux arbres pour voir un formidable spectacle qui s'offrit à nous. Cette vue m'était familière et je tournai la tête pour observer l'expression surprise de mon ami face à ces petits bassins naturels séparés par des pierres. Certains fumaient en raison d'une source chaude, d'autres étaient agités par un courant, et cet espace de quelques dizaines de mètres carrés était entouré par une sylve verdoyante et une pente abrupte de roche claire le long de laquelle un ruisseau coulait en chantonnant.

Désireuse de sortir LoneWolf de son état de surprise, je défis ma prothèse, que je posai sur un rocher, avant de sautiller rapidement vers l'un des petits lacs. Trempant un sabot pour m'assurer de sa température, je me glissai dans l'eau tiède, sentant monter à mes narines cette odeur si caractéristiques aux sources chaudes. L'odeur de souffre n'était pas très forte, mais aurait pu rebuter un museau sensible et inaccoutumé, tandis qu'elle n'évoquait chez moi que l'indifférence. Laissant ma patte arrière tenir seule sans appuis, je profitais de la sensation de l'eau autour d'elle et de l'absence d'effort de ma part. D'autant plus que la différence de température entre la bruine et le bassin était presque grisante.

LoneWolf me rejoignit et nous passâmes la journée autour de ce lieu enchanteur avec la jeune louve, la plupart du temps à se baigner, quelques fois à nous offrir une petite marche à proximité. Et nous discutâmes beaucoup. De choses et d'autres, de futilités dans l'ensemble, de nos goûts communs, d'anecdotes... Nous de cherchions pas à aborder nos sentiments à l'oral. Peut-être n'osions-nous pas? peut-être n'en avions nous pas besoin? Pour ma part, je me doutai de l'origine de cette boule qui semblait appuyer sur mon torse, m'empêchant de respirer aisément, faisant cavaler mon cœur pour des frivolités.

Quand bien même je n'avais encore jamais éprouvé de tels sentiments pour qui que ce soit, quand bien même je n'avais aucune preuve, cette évidence dansait dans mon esprit, brouillant mes pensées, tantôt atténuant, tantôt exacerbant mes sens. Tout, pourvu que LoneWolf Feraleaf occupe une place de choix dans ma tête.

Nous avions pique-niqué à l'heure du midi, puis nous étions retourné à l'eau. Jouant parfois comme des enfants dans les courants, restant parfois côte à côte, calme et les yeux clos, le temps semblait comme décalqué. Passait-il au ralentit, en accéléré? Désirais-je que tout ceci s'achève, ou dure jusqu'à la fin des temps? Aucune manière de savoir, de réfléchir correctement.

Aucune manière de penser à autre chose qu'à lui.

L'heure du soir approchait, le ciel avait finalement décidé de laisser passer quelques timides rayons lumineux, teintant le ciel d'un dégradé d'oranges. Nous étions dans une source chaude, assis sur un rebord immergé, laissant le calme envahir nos esprits. Je tournai légèrement la tête pour voir qu'il avait les yeux fermés, orienté vers les cieux.

L'idée qui me vint alors surgit comme une évidence, et je me redressai doucement. Voyant qu'il réagissait en battant des paupières, je le rassurai d'un "chhh..." lâché dans un souffle. Je me basculai lentement face à lui, appliquant mon torse contre le sien, j'appuyai mes sabots avants de chaque côté de lui, contre le bord, et approchai doucement mon visage du sien.

J'avais moi-même fermé les yeux tandis que nos lèvres se frôlèrent. Le clapotis de l'eau semblait avoir disparut, seuls demeurait à présent le bruit de sa respiration, son odeur et la cavalcade incessante dans mes tempes. Nos bouches s'approchèrent de nouveaux, cela faisait un moment que je ne pensais plus à ma famille, à mes devoirs, à mon futur, juste à l'instant présent.

Finalement, nous nous embrassâmes longuement.
J'avais la sensation de le goûter, de découvrir de nouvelles sensations, de nouvelles émotions.
J'avais l'impression de découvrir un univers que j'avais jusqu'alors sciemment ignoré.

Et quand le contact prit fin, je me lovai dans ses bras.



_____________________________________________
Zenith parle en #99ccff ~

Journal | Présentation | Demande de RPs | PNJs | Fiche Technique


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: /!\ - de 16 ans /!\ Délivrance [Zenith Dawnblade x LoneWolf Feraleaf]   Dim 30 Aoû - 1:58



Ma surprise lui plu, mais elle n'arrivait pas à la cheville de ce qu'elle avait prévu pour nous pour la journée.

C'était tout simplement merveilleux. Nous avions profité de tout un large assortiment de sources différentes des plus plaisantes, qu'elles étaient chaudes et relaxantes ou tumultueuses et tonifiantes. C'étaient dans ses eaux exquises qui nous nous divertissâmes jusqu'au soir, nous arrêtant un moment le temps d'un repas et profitant de la beauté de l'endroit à nous trois, s'il on compte les interventions éclaboussantes de mademoiselle la canidé.

Et c'est sur le rebord d'une des source chaude que je me mis à réfléchir...


Depuis mon arrivée dans la Crystal Afinity, j'ai toujours pensé que ma vie ne valait pas la peine d'être vécue. J'étais un changeling, une machine à tuer, avoir des proches sur qui compter ou vivre une vue travaille c'était pas pour moi, c'était bien trop difficile. Il valait mieux que je me batte pour qu'un maximum, si je pouvais combattre avec la puissance de cent poneys, c'était cent poneys en moins qui devaient risquer leur vie au combat. Mon unique but, ça a toujours été d'aider les autres. Et je voulais et veux encore aider et protéger un maximum de personne, quitte à en mourir.
Parce que de toute façon, je ne pouvais profiter de ces grands plaisirs de la vie aussi facilement, alors je voulais que le plus de personnes possible le puissent !

J'étais un soldat dans l'âme. J'étais né dans un but : tuer. La vie normale c'était pas pour moi, alors autant que la mienne serve à faire quelque chose de bien. Je pouvais sacrifier ma vie pour le bien d'autrui, mais c'était tout ce que je pouvais faire...


Mais Zenith...


Sortie de nulle part, elle m'avait enchanté depuis le début. Et peu à peu elle devint quelqu'un qui comptait pour moi. Je m'étais déjà fait quelques amis, des trucs du genre mais elle, c'était comme Cadance, ça allait bien plus loin. Elle était comme accrochée à mon cœur, je m'inquiétais pour elle, et je ne voulais pas seulement la protéger, c'était bien plus que cela.

Elle avait changé la donne, ma vie n'était plus bonne qu'à être sacrifier. Elle m'avait changé...

Et puis soudainement elle tenta une approche !

Elle s'avança vers moi d'un doux mouvement naturel. Elle posa ses pattes autour de moi et me rassura d'un léger murmure. Les battements de mon cœur s'amplifièrent presque instantanément, augmentant de 100 à 150% leur fréquence. La proximité avec son visage me fit rougir et un bref frisson me parcourut le corps et tendit le temps d'une demi seconde tous mes muscles avant de tout relâcher. Dans mon esprit, c'était la panique : je me posais tout un tas de questions sur les avenants et les aboutissants de la situation, mais la raison n'avait plus rien à faire ici. Et dans cette position, j'avais un peu l'impression d'être une proie, une proie qui allait s'offrir à son prédateur, prêt à se laisser cueillir par le mort. Mais elle n'avait rien d'une prédatrice, on était d'égal à égal. Dans ce jeu, on était tous les deux des proies.

Elle ferma les yeux, et je fis de même. Nos museaux s'approchèrent timidement l'un de l'autre jusqu'à la rencontre. Tout avait disparu autour de nous le temps d'une éternelle seconde. Ensembles, on avait voyagé dans un autre monde : le notre.


D'un mouvement commun, le baiser se termina et je la gardai dans mes pattes encore un long moment sous le regard émerveillé de Lyhn qui trouvait la situation amusante.

" Je t'aime. "

Nous continuâmes notre séance câlin encore un moment avant de retourner tranquillement dans notre chalet de séjour où nous retournions à nos doux baisers et plaisantes embrassades, jusque la nuit tombée



Le reste de la semaine fut tout simplement merveilleuse. Ensembles, nous explorâmes de plus belle les environs, rencontrant les passants, aidant les gens dans la rue, nous divertissant des choses simples qui faisaient cette ville. Zenith s'amusa même un jour à nous perdre en dire forêt, juste pour le plaisir de me voir en pleine action. Et alors que je lui préparais toute une composition de succulents plats paysans, elle dessinait les plans de ce qui allait être une version améliorée de mes armes, ce qui fut une très belle surprise sur le coup.


Et arriva un jour qui allait s'avérer quelque peu spécial où, après un court déjeuner sucré, on était partit se câliner à le renverse dans le salon. En fait ça avait commencé avec elle qui s'était affalé sur moi pour m'enlacer jusqu'à continuer sur un combat de chatouilles (que j'ai bien trop vite perdu) pour en finir sur une petite roulade où je finis au dessus d'elle.

La panique éclata alors soudainement dans mon esprit une fois cette pose atteinte. J'avais déjà tant de mal à oser l'embrasser, alors qu'est-ce qu'il en était de m'imaginer en fait plus...

Il y avait dix jours de cela, je croyais encore à cette idée de ne jamais pouvoir avoir le droit à une vie normale, mais elle avait tout changé à elle seule. J'étais prêt à faire tant de choses, pour elle, et avec elle.

Mais sur le coup, je ne pus rien faire d'autre que de me pincer les lèvres en rougissant légèrement en sentant que je devenais peut être un peu trop proche d'elle sur le moment...
Revenir en haut Aller en bas
Zenith Dawnblade
avatar
Solar Empire

Messages : 444
Age : 28

• Votre personnage •
Race: Licorne
Niveau: 27
Expérience:
283/240  (283/240)

MessageSujet: Re: /!\ - de 16 ans /!\ Délivrance [Zenith Dawnblade x LoneWolf Feraleaf]   Dim 6 Sep - 12:14

Attention, à partir de ce point, le RP contiendra des propos explicites pouvant choquer les rares âmes sensibles restantes.
C'est donc ici que commence la zone 16+



Delivrance


Détruire pour mieux créer

Ce simple regard. Ce simple contact. Ce simple baiser dans ce bassin avait détruit quelque chose dans mon cœur. Mais une destruction est-elle vraiment un mal? La disparition d'une part de soi est-elle vraiment pour le pire? Car oui, une part de moi-même s'était volatilisée, créant un vide, mais qui ne resta guère longtemps, envahi pas un torrent de sentiments nouveaux. Ce genre de destruction n'est pas mauvaise. Peut-on se plaindre de perdre sa peur, ses remords, ses contraintes? Certes j'ai perdu une part de mon âme, si l'on puis dire, mais ne suis-je toujours pas Zenith Dawnblade?

Si. Ou non? Il était difficile de savoir.

J'étais toujours comme je n'étais plus Zenith Dawnblade. C'était un changement, un simple changement. Un changement radical, un semi volte-face dans ma ligne de vie et mes idéaux, mais je n'en restais pas moins la noble Forgeuse solariste. Du moins, il me semblait.

Durant la semaine qui suivit, mes pensées s'affolaient, se contredisaient, tentant de comprendre les derniers événements, tout en se noyant dans un état de totale félicité. Je n'avais jamais été si physiquement proche de quelqu'un. Pas même Jenna, pas même Steam, pas même mon frère et certainement pas Père ou Mère. Chaque contact du flanc, du sabot ou du visage provoquait une vague de frissons le long de mon pelage.

Nous pouvions tout aussi bien passer de longues heures à discuter, à se raconter quelques anecdotes de notre vie, que simplement rester côte à côte, silencieux face à un paysage. J'en oubliais même la guerre et les tensions politiques qui levaient les nations les unes contre les autres. Par moment, je pensais au moment où nous devrons nous séparer, retournant chacun de notre côté, et cette simple idée enfermait mon cœur dans un étau.

En milieu de semaine, je proposai à LoneWolf de lui reforger des haches neuves. Après avoir vu mes différentes idées, il accepta et nous commençâmes à discuter matériaux. Le chalet ne disposait évidemment point de forge, mais il me suffirait d'aller au village. Ainsi, pour limiter les aller-retours, je faisais les calculs pour leur format, leur poids et leur résistance à la maison, projetant d'acheter les composants et de créer les armes en une seule fois.

Puis, un après-midi, tandis que nous étions l'un contre l'autre sur le canapé n'ayant rien d'organisé pour la suite de la journée, je commençais à agiter la pointe de mes sabots le long de ses côtes. Je m'étais rendue compte qu'il était chatouilleux en voyant certains de ses frissons tandis que je l'enlaçais, et il fallait admettre que cela m'avait beaucoup amusé. Ainsi, je le titillai régulièrement, aboutissant généralement à des fou-rires de nos deux parts, dans la mesure où j'y étais légèrement sensible aussi.

J'agissais comme une enfant, j'avais peu à peu abandonné ma prestance social durant ce tête-à-tête avec le poney. Aurais-je pu autant me relâcher auparavant? Probablement pas, il était possible que je suive inconsciemment l'exemple de mon frère, qui me rappelait que même un individu au sang noble pouvait être ainsi enjoué.

Seulement, durant ce "combat" de chatouilles, nous avions basculé, tombant du canapé, et nous étions arrivés sur le tapis. Lui allongé sur le dos, et moi collée contre lui. Nous mîmes quelques instants à nous rendre compte de la situation, et nous rougîmes violemment dans une parfaite synchronisation. Seulement, il ne tentait pas de se dégager et je restais immobile, dans la même position, tandis que nos regards se confondaient l'un dans l'autre.

Et peu à peu, je baissai mon visage vers le sien, appliquant mon sabot sur sa joue, et l'embrassai tendrement. Allant au delà du simple baiser, je fermai les yeux et caressait sa joue de l'extérieur comme de l'intérieur, frissonnant à son contact et sentant une bouffée de chaleur m'envahir. Je sentais ses lèvres chaudes contre les mienne, sa douce langue contre la mienne, et je profitai de cet instant en oubliant presque de respirer.

Une pensée jaillit d'un coup dans mon esprit vide, une pensée stupide, ridicule et nouvelle. Relevant doucement la tête, je m'arrêtai de nouveau dans les belles iris de mon compagnon, me demandant si je devait dire ceci à voix haute. À moins qu'il ne pense exactement à la même chose, à cet instant? Ce qui serait fort probable, à vrai dire. La situation actuelle ne laissait guère de place au doute. Je me contentais donc de chuchoter dans son oreille, comme si quelqu'un d'autre à proximité pouvait entendre mes mots, tout en luttant contre le balbutiement:

"On monte?"

Et avec un doux sourire, je me redressai et l'aidai à se relever. La fin de cette embrassade me donnait l'impression que l'air était froid, et qu'un second cœur battait à tout rompre dans mon bas-ventre. Tandis que nous montions lentement les escaliers, flanc contre flanc, seules nos respirations brisaient le calme. J'avais l'impression d'avoir le vertige, qu'étais-je en train de faire?

Nous entrâmes dans ma chambre et nous rejoignîmes sur le lit, après que j’eus retiré mon exosquelette. Chacun allongé sur le côté, nous faisant face, nous nous approchâmes l'un de l'autre pour reformer une douce étreinte. Nous étions collés l'un à l'autre, et le son régulier de la pluie sur les fenêtre nous berçait, nous plongeant dans une ambiance sombre. Je n'avais point la moindre idée de l'heure, et elle m'importait peu. Je n'avais point de rendez-vous, de commande, d'horaires, je n'avais que le mâle qui me serrait entre ses pattes.

Nous nous embrassâmes de nouveau à de nombreuses reprises, plus ou moins longuement, nous serrant toujours plus si cela était possible. Je haletai quelques peu à cause de la chaleur, tandis que la pièce fermée se réchauffait. Le temps pluvieux nous laissant dans la pénombre, je concentrai mon regard sur des reflets dans les yeux de mon amant.

Le temps passait-il à toute vitesse? Ou coulait-il plus lentement que d'habitude? Je n'en avais point la moindre idée, et je m'en moquais éperdument.

Poussée par un instinct qui avait menée des générations de couples, j’entrouvrais timidement les pattes, basculant sur le dos. Mon membre handicapé sans son soutien de métal ne me laissait que peu de libertés de mouvement. Sentant LoneWolf s'allonger sur moi, un frisson me parcouru tandis qu'il frôlait une zone sensible. Mon corps était en feu, et je sentais que ma respiration saccadée n'étais plus réellement due à la température.

Laissant son odeur m'envahir, je fermai les yeux en sentant quelque chose se déposer entre mes cuisses. Mon esprit était embrouillé, je ne savais que penser. Était-ce bien? Mal? Que se passait-il? Qu'allait-il se passer? Je me laissai faire, désirant appréhender au maximum ce qui allait arriver.

Et cela arriva. Tandis que je sentais mon corps s'ouvrir, je découvrais pour la première fois cette sensation, se contact à l'intérieur de moi-même, je sentais le poney qui me traversait. Ce fut lent, hésitant, puis ça devint douloureux. Serrant les paupières tandis que ma respiration accélérait, je me demandant comment pouvait-il aller si loin. Je n'arrivai pas à l'en empêcher, à arrêter sa progression, mais le voulais-je réellement?

Cette douleur, était-elle si mauvaise? Était-elle si désagréable? Non, elle ne l'était pas. Je sentais la transpiration couvrir mon pelage, et quand son avancée ralentit avant de cesser, j'expirais longuement tout l'air que j'avais retenu durant cet instant. Puis il entama le chemin inverse tout aussi doucement, et face à ce nouveau mouvement, je me mis à respirer en cœur avec lui, lâchant par moment un léger gémissement.

Mon corps semblait vouloir l'accompagner, faisant doucement glisser le membre de LoneWolf tandis qu'il poursuivait ses doux aller-retours. À chaque fois qu'il était au plus profond, que la base de son intimité frôlait la mienne, que le contact entre nous était total, un frisson parcourait ma peau en feu. J'haletais, laissant son parfum m'étourdir, laissant son rythme accélérer. Prise par l'excitation, je balançais mon bassin avec le sien, accompagnant ses trajets et collant mon bas-ventre au sien, soupirant de bonheur chaque fois que l'air s'échappait de mes poumons.

Levant mes pattes avants, je les plaçais autour de la nuque de LoneWolf, attirant son visage vers le mien et déposant mes lèvres contre les siennes, ouvrant légèrement ces dernières du bout de la langue. Je le serrais contre moi, profitant au plus de l'union de nos corps en ces deux points, tandis que nos torses ses caressaient au rythme de l'acte.

Finalement, je sentis la fin arriver tandis que mon amant ralentissais son rythme, restant plus longuement collé à moi, sortant à peine. Nos lèvres se descellèrent et je déposais lentement les mienne sur sa joue, sur la base de son cou et le long de ses épaules. Finalement, nous soupirâmes en cœur, tandis que je sentais quelque chose de chaud couler en moi. Et sur un dernier mouvement de mon compagnon pour se coller contre moi, je sentis comme une décharge me traverser. Mes membres se relâchèrent tandis qu'un fourmillement traversait tous mes muscles et qu'un léger vertige me prenait, mon cœur semblait vouloir jaillir de ma poitrine, et j'eus du mal à reprendre une inspiration.

Nous basculions sur le flanc, toujours collé l'un à l'autre. Je ne pensais à rien et même si je l'avais souhaité, je n'aurais pu. J'avais peu dormi ces derniers jours, m'endormant tard et me levant tôt pour travailler sur les haches du Traqueur. La fatigue s'abattit sur moi telle une masse, et tandis que la pluie se calmait, ignorant s'il était tôt ou tard, je m'endormis contre les pattes de celui que j'aimais.

_____________________________________________
Zenith parle en #99ccff ~

Journal | Présentation | Demande de RPs | PNJs | Fiche Technique


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: /!\ - de 16 ans /!\ Délivrance [Zenith Dawnblade x LoneWolf Feraleaf]   Mar 29 Sep - 23:37


Chez les Changelings, l'amour est vu bien particulièrement. C'est avant tout une nourriture est un pouvoir de manipulation, c'est quelque chose à contrôler, à optimiser. Un amant doit être manier de telle façon à ce qu'il offre un maximum d'amour. La moindre scène doit ainsi le rendre encore plus accro qu'il l'était déjà avant.

Mais le discours de Cadance sur l'amour est sensiblement différent !
Elle le décrit comme étant un sentiment très spécial. Un bien être qui secoue notre corps de toute une panoplie de ressentis particuliers : des boules au ventre, des sueurs froides, des palpitations. C'est l'union de deux êtres, l'apogée d'une vie, la plus grande aventure que ce monde peut nous offrir !

Mais dans les deux cas ce n'étaient pas quelque chose à quoi je m'étais préparé...

Partie interdite aux moins de 16 ans :
 

Un brin de soleil sonna le réveil chez mon horloge interne. On avait visiblement passé la nuit à s'emmêler et à se rouler dessus dans l'obscurité. Le souvenir brumeux de quelques baisers nocturnes me revenait brièvement. Et en m'étirant longuement, j'arborais un simple sourire heureux.
Dans cette chambre fermée de tous parts, on était dans notre univers. Son rang de noble n'était plus. Mon titre de soldat n'était plus. Nous étions rien d'autre que Zenith et LoneWolf, deux amoureux

Je profitai encore des câlins de mon intense peluche une quinzaine de minutes avant d'obéir aux cris alarmants de mon horloge biologique qui m'ordonnait de me lever. J'avais l'habitude d'avoir des matinées assez strictes, ne pas me lever avec le soleil était quelque chose d'anormal pour moi.
J'observais la prothèse et l'arbalète de Zenith sur sa table de nuit, et mes hachettes mécaniques sur la mienne. Elle dormait encore à points fermés mais ça n'allait probablement pas durer au vue de son agitation. Puis je me retournai vers la fenêtre pour y jeter un bref coup d'œil bien vite ébloui par des rayons un peu trop matinaux à mon goût. Je mis la patte à mon visage et fus quelques peu déçu de faire clignoter la lumière à travers les trous de ma patte au lieu de l'arrêter net.

Mais, une révélation noire me frappa...

" Non... " murmurai-je avec un désespoir aussi puissant que soudain.

Pas de robe jaune pâle, pas de jolies mèches bleues, pas de doux yeux rouges rubis...
Juste une chitine noire, des crins ternes verdâtres et des globes oculaires vide et luisant un vert vitreux.

Une impression de vide se creusa en moi au vue de l'erreur cataclysmique que j'avais commise. Tout notre univers que nous avions bâtis ensemble, tout avait été détruit par ce qui était me véritable nature. Je sentais dans mon dos le pire arrivée, je n'avais absolument pas le temps de me retransformer !

" J'ai failli... "

Je me retournai tristement pour faire face à Zenith. Elle était mignonne à se frotter les yeux pour se réveiller. Mais ce rêve éveillé allait tourner au cauchemar en l'espace d'un instant.


Je me mordis anxieusement la lèvre, puisse Cadance me protéger ...
Revenir en haut Aller en bas
Zenith Dawnblade
avatar
Solar Empire

Messages : 444
Age : 28

• Votre personnage •
Race: Licorne
Niveau: 27
Expérience:
283/240  (283/240)

MessageSujet: Re: /!\ - de 16 ans /!\ Délivrance [Zenith Dawnblade x LoneWolf Feraleaf]   Ven 16 Oct - 22:26


Délivrance


Rêve

La jeune pouliche avançait sous la pluie, leva son regard curieux vers les gouttelettes qui venaient s'écraser sur son museau. Ça faisait longtemps qu'elle n'était pas sortie comme ça, ces bois lui avaient manqué. Elle entendait une voix derrière elle, et savait que c'était son père qui parlait. De même, sans même écouter ce qu'il racontait, elle savait ce qu'il disait:

"Whitetail Wood est un endroit magnifique, digne de notre Princesse. C'est pour cela qu'il nous faut en profiter à chaque instant, et que quand l'heure sera venue de se battre contre les Changelings pour la conserver, alors il faudra se battre avec force, courage et honneur, en digne soldate du Solar Empire."

Sa voix s'étouffa et le calme revint, tandis que l'enfant continuait à observer les feuillages, clignant des paupières pour ne pas recevoir d'eau dans les yeux. Elle ne faisait pas attention aux sentiment de l'étalon qui l'accompagnait, fixant le contraste des branchages et des nuages au dessus de sa tête. Elle ignorait les remords et la déception du Garde, regardant juste le ciel avec innocence, incapable de penser à quoi que ce soit, se laissant juste pousser, assise dans un siège roulant, tandis que les sort anti-douleur l'empêchaient de réfléchir.

Ils avançaient dans la forêt et le son de la pluie résonnait à ses oreilles, alors même que l'atmosphère était chaude et confortable. Les gouttelettes tièdes qui mouillaient son visage ne détournaient pas son attention des motifs végétaux qui les surplombaient, de l'histoire que les arbres lui dessinaient.

Un arbre... peut-on dire qu'un arbre représente le parcours d'une vie? La famille, le passé, cette mémoire qui coule dans le sang des gens seraient les racines des arbres. L'enfance, parfois droite et solide, parfois fragile et tordue, serait le tronc. Cette enfance qui créé toute une vie, à laquelle on fait rarement attention mais qui est la base de tout. Une enfance ratée mène rarement à une belle vie. Un tronc tordu donne rarement un bel arbre. Et à partir d'un moment, il faut faire des choix, une multitude de choix aboutissant à une multitude de possibilité. Au sommet de l'arbre, une multitude de branches.

L'enfant regardait le ciel et ne voyaient pas le plafond végétal. Seule une branche sur chaque arbre lui était visible. Elle n'avait pas de choix à faire, son destin était parfaitement géré et organisé, elle n'avait pas à s'en faire. Une unique ligne possible pour une Dawnblade. Alors pourquoi, d'un coup, un petit embranchement se formait sur chaque branche? Y avait-il quelque chose? Une possibilité différente?

Impossible, un destin était un destin, et rien ne pouvait l'en détourner. Jamais. Toujours, il reprendrait ses droits.

Doucement, la petite noble passionnée de mécanique baissa le regard. Et le posa sur sa patte. Broyée par un gigantesque rocher. Et avant que la douleur fulgurante ne survienne, une terreur sans nom déferla dans l'esprit de la pouliche, la réveillant.



Je tressaillis légèrement en ouvrant les paupières, mais seul la pénombre accueillit mon regard. La musique des gouttes de pluie contre la maison chantait à mes oreilles, m'aidant à calmer le rythme irréfréné de mon cœur. Les derniers résidus de mon rêve filaient de mon esprit, me laissant reprendre une respiration sereine, et je refermai les yeux, replongeant dans mon sommeil tout en me pelotonnant contre mon amant.


Fut-ce quelques minutes ou quelques heures plus tard que je m'éveillai de nouveau? Ce qui étais sûr, c'était que la fin de ma torpeur fut provoquée par le froid laissé par LoneWolf tandis que le contact entre nos corps se rompait. Je demeurais un instant les yeux fermés, profitant des résidus de chaleur qu'il laissait et l'écoutant se déplacer doucement pour ne point m'éveiller. Je demeurais dans une confortable somnolence, me demandant si je ne replongeais pas par moments dans des micro-sommeils de quelques minutes ou plus. Cependant mon oreille s'agita tandis qu'un murmure souffla à côté de moi, me réveillant plus certainement.

Tranquillement, je me hissai sur mes pattes avant pour atteindre une position assise et les yeux toujours fermés pour ne point être éblouie, je donnais quelques coups de sabot à ma crinière pour essayer de l'arranger. M’étirant le cou, je me tournai vers LoneWolf, que je trouvais bien silencieux. J'ouvris les yeux, lui offrant un sourire heureux, emplis des souvenir de la nuit.

Mais ce sourire disparut, tandis que la terreur figea mon corps et que l'image qui s'imposait à moi atteignait mon esprit.

Un Changeling était dans la maison, me regardant de ses yeux cruels.

Et LoneWolf n'était pas là.


_____________________________________________
Zenith parle en #99ccff ~

Journal | Présentation | Demande de RPs | PNJs | Fiche Technique


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: /!\ - de 16 ans /!\ Délivrance [Zenith Dawnblade x LoneWolf Feraleaf]   Ven 6 Nov - 18:11



Les règles:
 


Je ne savais que faire, j'étais perdue, perdue quelque part, mais où? Qui était perdue? Moi? Non. Si? Comment savoir? Tout mon corps était paralysé, les souvenirs de la veille avaient déposé un doux voile soyeux autour de mon esprit, et ce doux voile ne disparaissait pas tandis que tous mes instincts les plus primaires appelaient à l'aide. Comment avoir peur quand son corps entier est engourdi et qu'un fourmillement réchauffe mon bas-ventre? Comment être en confiance alors que j'avais face à moi l'image d'un être qui avait détruit un cité solariste, massacré ses habitants et qui l'avait annexée sans scrupules ?




Mon rythme cardiaque de grimpa en un instant et mon activité cérébrale suivit sans attendre, mon corps savait très bien ce qu'il avait à faire pour rendre la moindre seconde de réflexion le plus efficace possible. Je parcourus alors brièvement ses possibilités : l'agresser, fuir ou essayer de lui expliquer. L'agresser était définitivement hors de question. Fuir était une idée, mais laisser mes armes en arrière une plus mauvaise. Et enfin lui expliquer en était sûrement une meilleure si seulement je parvenais à réussir...

J'analysai la pièce et remarquai mes haches : hors de portée. Tenter de les récupérer serait vu comme une tentative d'agression, et se retrouver à cette distance d'elle pour prendre des coups était sûrement une des pires choses à faire. Je remarquai aussi la présence de l'arbalète de Zenith : un danger des plus grands. Un carreau à courte portée est facile à mettre, dans la mesure où s'approcher au corps-à-corps ne la ferait que plus paniquer et où fuir diminuera la zone d'esquive relative et sera difficile, cette arme sera particulièrement redoutable. Et la situation n'en serait que plus tragique si elle venait à se servir de munitions spéciales.

Il me fallait gagner du temps, une astuce, une idée, une opportunité...




Comme l'éclair, ma conscience revint, brève et foudroyante, activant mes muscles endormis. Mon arbalète, à côté. Il fallait que je me lève et que je l'abatte. Un réflexe me fit m'élancer vers le bord du lit où reposait mon arme. J'ordonnai à mes muscles d'aller contre leur volonté, de s'activer, de faire quelque chose. Et il le firent. Tous. Même ceux qui ne pouvaient pas, faibles et abîmés. Même ceux de ma patte arrière. Alors même que je quittais la surface du lit, une vague douloureuse surgit de ma patte, électrisant mon corps tout entier. Et un cri de souffrance, un gémissement s'échappa de mes lèvre tandis que je m'effondrais au sol, immobilisée par un corps qui semblait me haïr.

Un instant. Pendant un bref instant, ma conscience froide et pragmatique tenta de se poser des questions. Comment était-il entré? Était-il seul? M'étais-je rendormie? Mais ces questions frôlèrent à peine mon esprit qu'elles furent balayées par un tsunami de sentiments contradictoires. Une peur qui devenait terreur puis épouvante. Une détresse qui devenait angoisse et désespoir. Un courroux qui devenait colère puis rage. Une seconde. Une demi-seconde peut-être, avant que je ne suffoque.




Son cri foudroya mon esprit.
Pour mon cœur c'était un supplice, mais pour ma raison c'était une occasion en or : mon instinct prit le dessus et je bondis sur le lit pour sauter sur la porte qui s'ouvra facilement, je l'avais peut-être défoncé qui sait. Je me retournai un instant la gorge serrée. Je ne savais pas quoi faire. Pour la première fois de ma vie je paniquais...

Une voix en moi m'hurlait de partir, un petit quelque chose qui au milieu de le panique le disait d'agir vite et de partir chercher mon arc tant que je le pouvais. Je m'élançai alors à toute vitesse dans la chambre où je séjournais pour précipitament récupérer mon arc et mon armure, sacrifiant mon carquois et mes haches en arrière. Je voulais rester inoffensif en apparence, mais aussi éviter de devenir une cible d'entrainement sur pattes.
Je retournai dans le couloir, je voulais la rassurer la calmer, discuter avec elle. J'avais peur...


" Zenith. Je t'en supplie. Écoute-moi. "



Il était parti. Parti? Non, non Zenith. Tu n'as pas rêvé, il était là. Là. Il a sauté, il est parti, a fuit. Il faut que je le trouve, que je l'abatte. Ma survie en dépend. Gryphus ne doit pas tomber, je suis déjà tombée, j'ai mal! Lève-toi, lève-toi et prend ton arme! Ne laisse pas cet insecte t'échapper, protège ta terre natale!

J'avais du mal à me lever à marcher, mon corps... tout mon corps me hurlait sa douleur. Avance, avance! Mon arbalète, là, mes carreaux... Mes carreaux? Où sont-ils? Partis? Disparus? En bas? En bas! Je n'ai pas de munitions, i faut que je descende! Mais comment me défendre? Contre ce monstre, contre la mort, comment me protéger? Les haches! LoneWolf mon cœur, mon tendre, mon doux, mon protecteur, tes haches sont ici, mais où es-tu? Où es-tu pour me protéger? Je dois te garder, te défendre, me défendre, le vaincre.

Mon arbalète à moitié fixée à ma patte, la hachette entre les dents, je me traînais hors de la pièce quand la bête surgit devant moi. De son hideuse chitine noire jaillirent des mots, une supplique, mon nom. Mon nom, que me voulais ce monstre?! Poussant un rugissement de colère et de haine je fis un mouvement maladroit, tentant de l'atteindre du tranchant de l'arme, sans succès. Desserrant mes dents, je hurlais:


" Meurt, monstre! Va-t'en! LoneWolf, à l'aide! Pitié...! "



Je sentais colère et panique dans ses mouvements et ses mots. Elle était perdue, elle croyait que sa vie était en danger, mais j'étais incapable de lui faire de mal. Et ce sentiment n'était malheureusement plus réciproque maintenant. Un tranchant passa alors en arc-de-cercle dans ma direction, je fis un ample pas en arrière et me rééquilibrai avant de continuer :


" Calme-toi... C'est moi LoneWolf... J'ai toujours été un changeling je... Je suis désolé... "

Le rythme de mon cœur explosa et le temps sembla comme ralentir autour de moi. Un coup d'adrénaline qui me laissait doucement observer le visage de Zenith se redresser vers moi. Et ces intenses yeux saphirs qui me bouleversaient tant se relevèrent vers moi avec une tristesse palpable. Tant de chose étaient exprimées dans ses pupilles tandis que les miennes devaient sûrement être vide de toute émotion.
J'eus un pincement au cœur, l'espoir que tout s'arrange confronté à la plus réaliste et cruelle possibilité qu'elle ne me croit pas. Cet instant était d'une douceur et d'une amertume particulières.

Je t'en supplie Zenith, crois-moi !
Revenir en haut Aller en bas
Zenith Dawnblade
avatar
Solar Empire

Messages : 444
Age : 28

• Votre personnage •
Race: Licorne
Niveau: 27
Expérience:
283/240  (283/240)

MessageSujet: Re: /!\ - de 16 ans /!\ Délivrance [Zenith Dawnblade x LoneWolf Feraleaf]   Jeu 12 Nov - 22:48


Délivrance


Bad End

Me calmer? ME CALMER? Pour qui donc ce déchet se prenait-il? LoneWolf? Croyait-il un instant que j'allais tomber dans ce piège trivial? Dans cette insidieuse et ridicule ruse? Comment pourrais-je croire, ne serait-ce qu'un instant que mon cher et tendre puisse être l'un de ces ridicules et écœurants INSECTES?!

"Meurs! Meurs! Hors de ma vue, menteur! Insecte!"

Non, LoneWolf, mon doux, mon aimé, il était parti chasser et il reviendra, c'était sûr! Évident! Mais l'ai-je déjà vu dormir? Poussant un cri de guerre, je me ruai sur lui, aveuglée par la rage, générant un large mouvement latéral avec mon arbalète.


Zenith... Non...
Je repris mon souffle brièvement, elle se jetait sur moi ! J'encaissai le choc en prenant de bloquer d'une patte la dangereuse machinerie destinée à ma gorge. Je sentais sa fureur s'appuyer sur moi, et son doux souffle chaud, sa délicate odeur...

Un instant de distraction en trop et j'avais perdu l'équilibre. Je glissai en arrière et me lançai en arrière pour me rattraper à l'aide d'une roulade. L'image de son visage aussi proche restait incrustée dans ma rétine comme si elle m'avait ébloui. Mais je ne devais pas traîner, elle allait tirer !

Je me relevai, le cœur battant la chamade : elle allait tirer c'était imminent ! Avec une autre roulade je m'envoyai dans les escalier et sautai urgemment dans le salon, manquant de peu de chose de me briser quelque chose à l’atterrissage. Je fis volte-face et tentai encore une fois de la raisonner, il fallait qu'elle me croit ...


"Zenith, j'ai toujours été un changeling ! Depuis le Crystal Empire, quand j'ai été ton guide, quand j'ai été ton sauveur, quand je t'ai écris depuis chez-moi, quand tu m'as invité ici... J'ai toujours été cette chose... Je... Je t'ai menti...."

Menteur! Menteur menteur! Menteur et espion! Pourquoi un espion saurait-il tout ceci? Perdant tout semblant de lucidité, je dévalais les escaliers, ignorant les signaux de douleur de ma patte handicapée, je me tordais un sabot à presque chaque pas. Mais c'était sans importance. Car je le rattrapais. Et j'allais le détruire, l'annihiler. Comment pouvait-il savoir tant de détails? Fébrilement, mon sabot tremblant cherchait le déclencheur de mon arme.

Je l'avais trouvé, et je l'enclenchai tandis qu'un rire nerveux me secouait. Viser. Pourquoi le monde entier persistait-il à trembler? Ne fuis pas! Ne bouge pas! Reste ici et meurt! Mes dents se serrèrent alors que j'enclenchais le mécanisme d'envoi. Dans le vide. Je n'avais toujours pas de carreaux. Ce regard... cette... cette voix, comme... Je hurlai de rage.


"Tu ne peux pas être lui! Non! Non...! Impossible! Juste impossible!"

Une soudaine douleur frappa ma patte postérieur gauche. Un crampe ? Merde c'était pas le moment. Elle était enragée, et elle restait sourde devant chaque supplication. Je voulais qu'elle comprenne, mais je risquais ma vie maintenant. Et je regrettais. Pourquoi ne pas lui avoir avouer plus tôt ? Pourquoi ne pas avoir fait plus attention avec mon déguisement ?

Pourquoi est-ce que je devais être une putain de saleté de changeling ?!

Je serrai les dents et chargeai la porte d'entrée ! Mon épaule fit résonner la porte dans un impact sonore. Il fallait que je parte, à tout prix, que je m'enfuie. Je repris de l'élan et repartis enfoncer la porte. L'espoir de réussir s'envolait alors qu'elle m’arrêta une seconde fois. Zenith tardait, pourquoi ? Ce n'était absolument pas bon signe ! Je repris une vive inspiration et m'élançai encore une fois dans la porte.

Les gonds éclatèrent et la lumière du jour me grilla les yeux en un instant. Après un moment, j'entendis hurler au loin, un enfant ou une ponette, la garde allait se ramener. Je ne pouvais plus reculer, c'était la dernière ligne droite : je devais courir maintenant !


Quelque part, mais où? Où? Où donc se cachaient ces saletés de carreaux?! Ici? Non... ici? Ici? Oui, ici! Oh merci Sainte Célestia! Je raflai d'un sabot les tiges légèrement plus lourdes que des normales, mais qu'importait! Si elles pouvaient tuer, elles étaient parfaites! La moitié tombèrent de mes sabots, s'étalant par terre, mais il ne m'en suffisait que d'une, que d'une seule, oui! Et cette fameuse seule annonça qu'elle était prête à accomplir son acte tandis qu'un déclic confirmait qu'elle était enclenchée!

Mon visage se tourna vivement vers la sortie, tandis qu'un fracas indiquait que les gonds avaient cédé sous la charge de... du monstre! Mon expression se crispa et je me traînai jusqu'à l'encadrement de la porte, mon esprit indifférent de l'état de mon corps épuisé. Après la pénombre de l'intérieur, la luminosité de l'extérieur était presque agressive. Le ciel était blanc de nuages, réverbérant la lumière comme jamais. Comme pour m'offrir les conditions idéales pour chasser ce traître, pour juger cet infidèle.

Lentement, essoufflée pour des raisons qui m'échappaient, je levai mon arme et visai la créature, dans un monde qui avait cessé de trembler.


Je ne savais plus où j'étais, j'espérais être en train de rêver mais ma jambe arrière me rappela à la réalité en un éclair. Je ne savais même pas où partir. Il me semblait avoir entendu crier mais je ne voyais personne. Je n'avais pas de temps à perdre, il fallait agir.

Une inspiration, un instant de concentration et je me remémorai de la direction des sources chaudes. C'était perdu dans la forêt, et si je me perdre était une idée excellente dans le mesure où je me retrouverais à coup sûr. Tout ce qu'il me fallait c'était de m'éloigner de toutes zones résidentielles existantes dans les environs !

Je partis alors au galop, à moitié aveuglé, en direction de là où s'environnaient vaguement ces sources. Je voulais simplement que tout s'arrête. Je voulais retrouver une vie normale. Je voulais juste être normale...

Je me retournai un instant., juste une seconde, et malheureusement la mauvaise. Je croisai le regard assuré de Zenith. Elle était prête à tirer, j'avais eu un mauvais timing.

Je serrais les dents. Ça allait être chaud...


Un souffle, un calme soudain, incongru, tel une sorte de transe. Comme si en plus de balayer toutes mes douleurs physiques, mon burn-out avait décidé de clore la vanne de mes douleurs émotionnelles, de mes sentiments et de cette vérité qui creusait un chemin dans mon esprit à la pioche. J'étais vide, une arme au sabot et une cible à portée.

Un claquement, une infime vibration. Un sifflement vif.

Un regard. Un visage.

Une vérité, éclatant comme une évidence.

Puis la pluie qui recommença à tomber dans Whitetail wood, comme si le ciel voulait rappeler son existence, après qu'une intense lueur ait éclipsée la sienne pour un instant.


Mon cœur prit un coup et son projectile frappa contre mon sabot. J'avais réussi à lever ma patte dans un réflexe anticipé inconscient et le carreau se planta sous mon torse après l'avoir bien tranché au passage, faisant jaillir une belle giclée de sang sur coup.

Puis se fit entendre un déclic.

Cette pointe avait été alourdie par des explosifs, ça expliquait pourquoi j'avais réussi à la dévier si facilement. Mais je ne pus dévier l'explosion qui suivit...

Le temps passait comme au ralenti. Ça a d'abord commencé par un flash et une grande vague de chaleur qui m'enveloppa doucement. Puis un ressenti violent d'oppression dans ma poitrine au moment pour le choc me frappa de plein fouet. Et enfin la douleur qui inonda la totalité de mon corps entre les brûlures étendues et les factures multiples qui surgirent lorsque le souffle de l'explosion m'envoya une vingtaine de mètres au loin dans un brouillard obscur de cendre.


Un sifflement retentissait à mes oreilles. Il n'était guère tant causé par la puissante détonation de ma flèche explosive, que par ma conscience qui luttait pour ne point sombrer. Que se passait-il? Pourquoi avais-je tiré sur LoneWolf? Pourquoi me demandais-je pourquoi avais-je tiré sur un Changeling? Quel était ce poids à ma patte? Je me débarrassai maladroitement de mon arme, la faisant tomber au sol dans un bruit métallique.

Mes pattes me répondaient à peine, je traînais des sabots en chancelant avant de m'effondrer contre un tronc, observant d'un air absent le brouillard flou où le menteur avait disparu. J'étais hagarde, mon esprit bataillant contre lui-même. Je me rendis à peine compte que les gouttelettes qui tombaient des branches laissaient des traînées tièdes et salées sur mes joues.




HRP:
 

_____________________________________________
Zenith parle en #99ccff ~

Journal | Présentation | Demande de RPs | PNJs | Fiche Technique


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: /!\ - de 16 ans /!\ Délivrance [Zenith Dawnblade x LoneWolf Feraleaf]   Dim 15 Nov - 2:15



Pendant un moment, j'étais comme endormi. À moitié conscient, allongé dans l'herbe, doucement bercé par le mélodieux chant des oiseaux.

Puis la douleur arriva.

Je sentis ma cage thoracique comme écrasée à l'intérieur de moi. Mon corps était couverte de brûlures à peine cicatrisées. Et j'avais comme la drôle d'impression d'avoir les poumons perforées en respirant inutilement. Mes nerfs fonctionnaient à moitié, perturbés par l'état dans lequel était mon corps. Ma vue et mon ouïe aussi en avait pris un coup, je voyais trouble et mes oreilles sifflaient. Et j'avais au fond de moi ce lourd sentiment de culpabilité qui s'ancrait profondément dans toutes les parties de mon corps alors que je galérais à même le ressentir.

La douleur inondait mon corps alourdissait ma tête, je n'arrivais plus à l'ignorer aussi facilement. Je me relevai lentement, j'étais perdu. J'entamai alors comme un dialogue avec mon instinct tandis que mes souvenirs peinaient à revenir avec mes autres capacités mentales. Où étais-je ? Dans une forêt Solariste. Pourquoi ? Cette question n'est pas pertinente. Où aller ? Vers les hauteurs. Je ne savais pas si ces endroits me disaient quelque chose. Je me sentais juste pourchassé, j'avais à fuir.

De brefs flashs sautèrent à mes yeux : Zenith, son arbalète, un carreau explosif. Les larmes venaient à mes yeux alors que je m'étais mis en chemin vers cette quelconque direction. Le brouillard qui régnait dans mon esprit s'effaçait lentement alors que je galéraient à grimper une série de rochers non loin d'une cascade. Je me souvenais de ma venue dans ce chalet, avec Zenith, de notre passage dans les sources chaudes, de cette nuit particulière, et de ce réveil...

Je lâchai un large soupir désespéré en me posant en haut d'un rocher. Au loin se trouvaient quelques gardes paniqués qui devaient sûrement chercher une piste pour me retrouver. Mais ils allaient devoir faire une battue, car je ne suis pas du genre à laisser de traces. J'avais donc encore du temps je pouvais prendre une pause histoire de me reposer et de penser un peu.


Zenith voulait ma mort. J'étais suis un monstre, une créature condamnée à détruire et à tuer. Je ne pouvais apporter rien d'autre que la souffrance autour de moi. Je n'avais pas le droit à une vie tranquille. Mais même si je ne peux faire que le mal, je le ferais pour le bien. Je frapperais les agresseurs, je tuerais les meurtriers, j'épargnerais la vie de milliers de personne à travers le sang. Je serais un monstre, mais un monstre qui combattra d'autres monstres !
La destruction est ma destinée, et je ne peux la réécrire, mais je peux la rediriger, quitte à en mourir !
Revenir en haut Aller en bas
Zenith Dawnblade
avatar
Solar Empire

Messages : 444
Age : 28

• Votre personnage •
Race: Licorne
Niveau: 27
Expérience:
283/240  (283/240)

MessageSujet: Re: /!\ - de 16 ans /!\ Délivrance [Zenith Dawnblade x LoneWolf Feraleaf]   Dim 15 Nov - 3:57


Délivrance


Doomsday



...

Encore et toujours, goutte par goutte, rafale par rafale, la pluie fine de la forêt se mêlait à mes larmes. Où étais-je? Qu'avais-je fais? Pourquoi? Qui étais-je?

Les questions sans queue ni tête se battaient dans mon reste de conscience, comme plusieurs personnalités opposées luttant pour reprendre le contrôle.

Qui donc allait gagner? La noble droite, se battant pour sa nation et prête à se venger de la trahison? La jument amoureuse, qui avait à peine découvert la surface de l'univers des plus belles émotions? Ou la folle désespérée qui ne savait point même définir la différence entre son corps et son esprit dans le chaos qu'elle percevait de la réalité?

Retranscrire un tel capharnaüm de réflexions de manière claire et cohérente tiendrait du miracle et je n'en saisissait guère qu'un fragment moi-même.

Cette sensation de ne pas savoir ce que l'on est est toujours terriblement éprouvante, et un tel déluge de sentiments pour une personne telle que moi, qui avait toujours pris soin de les refouler... Tout ceci était difficile, très difficile à supporter. Je devais surmonter cela, faire la part des choses.

Il me fallait choisir quel masque porter, le temps que mon âme se restaure.

Mais comment choisir, comment décider dans l'instant quelle partie de moi-même serait condamnée au néant? Et cette folie, ce délire qui me tirait vers les profondeur... comme s'il s'agissait de l'unique moyen de faire face à cette réalité aberrante. Le masque que j'allais prendre devait-il vraiment s'imposer ce déséquilibre? Je ne pourrais m'affranchir de chacune de ces Zenith opposées, il me fallait choisir les meilleures, les plus fortes.

Mais n'était-ce point la noble qui prenait le pas sur cette décision, imposant sa suprématie?

...

Car pourquoi voulais-je me relever? Pour abattre LoneWolf. Pour vaincre un ennemi de l'Empire. Pour annihiler un Changeling. Pourquoi devais-je haïr ainsi une race entière? Cela n'avait pas le moindre sens, ils ne m'avaient rien fait... Si. Si, Gryphus était dans mon cœur. Tous les solaristes tombés au combat criaient vengeance dans ce palpitant. Et en tant que survivante, il me fallait suivre leur volonté. Détruire les ennemis, tous. Seule s'il le fallait. Toutes ces moi dans mon être formaient largement une armée, n'est-ce pas? Seule, j'étais des millions pour éradiquer The Breach. Il allait me falloir du matériel, beaucoup de....

Encore, encore une. Je ne veux pas d'elle, je ne veux pas de sa folie. Jamais, je ne sombrerais pas. Une Dawnblade démente serait le pire déshonneur qui soit pour ma Famille, pire que la souillure que j'avais subie.

...

"Souillure". Comment un instant si doux pouvait-il être considéré comme tel? Comment pouvais-je le haïr simplement par sa race? Cette haine viscérale des Changelings était absurde, quelque part. Ce n'était que le reflet de celle de Père. Et je savais bien que celle de Père n'était que le reflet de sa haine pour lui même. Alors Sainte Célestia, pourquoi suivais-je toujours cette voie? S'il ne s'agissait point du droit chemin, pourquoi personne ne m'en détournait? Était-ce possible? Mon éducation entière, basée sur un simple malentendu?

Absurde. Était-ce la jument ou la névrosée qui pouvait penser ainsi? Mon passé était tout ce qui me définissait, et ce que j'étais traçait mes possibilités d'avenir, aussi peu variées soient-elles.

...

J'étais Zenith, Zenith Dawnblade, et j'avais toujours porté un masque. Un masque pour la société, un masque pour plaire aux amis et à la Famille, un masque pour attiser le respect des inconnus. J'avais tenté de faire tomber ce masque, d'ouvrir mon cœur, et cela l'avait réduit en cendre. Que cela me serve de leçon à l'avenir.

J'étais Zenith, Zenith Dawnblade, j'avais toujours porté un masque, et cela n'allait pas changer. Un cœur entier ou brisé n'a pas d'importance quand il est caché derrière une rideau de mensonges.

J'étais une Noble Solariste, et je le serais toujours. Une partie de moi-même enfouie depuis longtemps avait peut-être ressurgi, mais je saurais la retenir. Ne l'avais-je point toujours fait, après tout?

Et quand bien même ma haine, mon art de vivre, quand bien même ma Philosophie ne soient une voie de Péchés, peu importait. Si ma damnation pouvait sauver mon pays, je me sacrifierais. Je n'étais guère quelqu'un de foncièrement bon, jamais je ne l'avais été, et au grand jamais je ne le serais. J'étais une soldate, depuis longtemps consciente de son asservissement, de la propagande qu'avait été son enfance, et c'était pour cela j'allais me relever et me battre. Car j'avais compris son importance, au delà des mots. Plus que tout, la loyauté devait primer.

LoneWolf Feraleaf, la prochaine fois que mon regard croisera le tiens, tu n'auras que peu de temps pour ressentir l'empreinte glaciale de la Mort sur le fil de ton destin.

Et le rythme militaire de la course de la patrouille qui parvenait à mes oreilles me confortait dans ma conviction.



_____________________________________________
Zenith parle en #99ccff ~

Journal | Présentation | Demande de RPs | PNJs | Fiche Technique


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: /!\ - de 16 ans /!\ Délivrance [Zenith Dawnblade x LoneWolf Feraleaf]   

Revenir en haut Aller en bas
 
/!\ - de 16 ans /!\ Délivrance [Zenith Dawnblade x LoneWolf Feraleaf]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Échanges amoureux [Zenith Dawnblade x LoneWolf Feraleaf]
» Gade ki tenten Moise Jean Charles di nan radio zenith FM
» 26 ans déjà...
» Zénith, le Rayquaza
» Présentation de LoneWolf

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Monde :: Terres Solaristes :: Whitetail Woods-
Sauter vers: