Avatar : 200*400 max

Partagez | 
 

 Visite de courtoisie [PV Mad & Reverse]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar


MessageSujet: Visite de courtoisie [PV Mad & Reverse]   Dim 31 Mai - 21:36

Il y a de ces jours où quoi que l’on fasse on s’ennuie. Eh bien, Discord était typiquement dans l’un de ces jours-ci. Depuis le début du lever de soleil, il avait maintes fois fait le tour de la ville, réorganisant ici et là les défauts qui offraient à ses yeux chaotiques un désordre insupportable. C’est comme ces deux arbres à l’entrée du parc. Le premier avait un nombre de feuilles pair et l’autre impair. Autant dire que le monarque ne pouvait en supporter d’avantage et avait pour la peine mobilisé toute l’armée de son royaume afin que l’ensemble des soldats se mettent à compter le nombre de feuilles de chacun des arbres. Il fallait que tout soit carré. Le nombre d’arbres, de feuilles et autre devait être carré. C’était logique. Même les arbres, eux aussi se devaient d’être carrés.

Sous le soleil de midi, allongé sur un transat à l’abri du parasol, Discord sirotait une étrange mixture verte bouillonnante de bulles roses. Installé sur le toit de son propre palais il semblait méditer sur son action du jour. Même si un sourire radieux barrait son illustre visage, il restait tout l’après-midi à occuper. Alors qu’un oisillon passait devant ses yeux, une idée semblait germer dans l’esprit malade du Seigneur du Chaos. Du haut de son piédestal, il se mit à hurler sur les gardes royaux afférés au recensement de la canopée.

- QUE L’ON M’APPORTE LE MONDE SUR UN PLATEAU !

Dans un affairement fourmilier, les petits poneys s’étaient mis à courir ici et là. Au bout de quelques instants, quatre d’entre eux étaient revenus dans le parc avec un immense plateau d’argent sur leurs croupes. Sur le plat ? Une mappemonde géante, une carte manuscrite d’Equestria. Disparaissant dans son « pop » habituel, Discord réapparaissait devant le petit groupe, leur ordonnant de tenir la position.

- Ne bougez pas ! On va voir qui je vais aller embêter aujourd’hui.

A une dizaine de mètres de la carte, Discord se préparait à lui lancer une fléchette. Fléchette qui avait la particularité forte simple d’avoir la taille d’un frigo. Mimant son geste de lancer, le bout de la fléchette s’ouvrit, laissant sortir une version miniature d’elle-même et telle une série de poupées russes, des parties de plus en plus petites pointaient le bout de leur nez jusqu’à se planter sur une partie d’Equestria.

- Concordia ? Et bien soit pourquoi pas ? Luna sera ravie de me voir, j’en suis certain.

Discord était ravi de ce « hasard » si soudain qui chamboulait une après-midi d’oisiveté inhabituelle. Tout guilleret de ce qui allait suivre, le draconequus prenait la route en direction de la République de Lunar.

La route était longue jusqu’à Concordia et l’ennui avait tendance à rapidement embraser l’esprit de Discord. Passant au-dessus d’Appleloosa il fit pleuvoir cornichons et vinaigre. Il avait lu ça dans un de ses vieux journaux qu’il avait déjà fait cette petite blague de bon goût. Mais était-ce là peut être une histoire, une de plus. Autant savourer avec joie les petits plaisirs de la vie dans ce cas et s’amuser quand l’occasion se présentait à vous.

Et cette bienveillante joyeuseté ne s’arrêtait pas là. Tout en poursuivant sa route, notre bon roi semait ici et là moult graines qui pleuvaient du ciel, de petites graines qui faisaient pousser presque instantanément des arbres à la sève sucrée et portant des pommes d’amour goûtues en lieu et place des fruits juteux habituels.

Au-dessus de Blind Fog Lake, Discord s’accordait une pause bien méritée, s’installant sur une barque de fortune avant de pêcher sous un soleil de plomb. Grimé en pêcheur avec son chapeau à mouche et sa veste à poches, l’esprit du Chaos lançait sa ligne dans l’eau, guettant le moindre mouvement tel un enfant guettant le Père Noël un soir de réveillon.

Et la prise était bonne. En quelques instants l’appât, un vers de la taille d’un gros chat remontait un poisson entre ses pattes tout en interpellant son « maitre » d’une voie grave et enrouée.

- Alors l’ami ? Ça te va comme ça ?

Après quelques poissons dans sa besace Discord reprenait la route pour se retrouver rapidement au voisinage de Cloudsdale. N’ayant que peu de temps à accorder à cette charmante bourgade, seuls les nuages de la ville avaient pris une teinte rose à pois verts. Par chance pour les locaux, cette coloration temporaire avait la fâcheuse tendance à s’effacer sous un coup d’eau abondant. Au plus profond de son esprit, Discord se disait qu’il aurait bien aimé être présent pour assister à une pluie si colorée.

Les idées finalement ce n’est pas ce qui manquait à cet être de folie. Non ce qui manquait maintenant qu’il avait commencé son voyage c’était du temps pour tout faire sans pour autant se mettre en retard.

Et la voilà. Enfin. Concordia. Magnificence d’architecture gothique. Sublimé par ce qu’il voyait Discord les yeux ébahis apparaissait et disparaissait ici et là devant les monuments et habitations en poussant de grands « Ooooh » de surprise à chaque fois.

Pris d’une béatitude certaine, il s’installa en terrasse d’un petit troquet et profitait du spectacle féérique qu’il venait de créer.

Les arbres n’étaient plus. En lieu et place trônaient de gigantesques barbes à papa. La fontaine devant ses yeux faisait couler un appétissant chocolat au lait chaud. La chaussée n’était pas pavée de bonnes intentions mais de délicieux cupcakes aux glaçages multicouleureusement délicieux. Au-dessus de la place les concordiens présents flottaient et dansaient la gigue sous les fils invisibles de la manipulation discordienne sous un air de musique entrainant joué par chaises et tables animées et transformées en orchestre éphémère.

Tapant dans sa patte et sa serre pour donner la mesure, Discord était installé sur un banc public, des lunettes disco sur ses yeux mi-clos de joie, sa tête jouant les métronomes. Un léger vent frais vint lui soumettre un ressentiment fou.

- Tient donc. J’ai l’étrange sentiment d’avoir oublié quelque chose.


Revenir en haut Aller en bas
Mad Melloré
avatar
Eternal Chaos

Messages : 337
Age : 23

• Votre personnage •
Race: Saddle Arabian
Niveau: 18
Expérience:
129/180  (129/180)

MessageSujet: Re: Visite de courtoisie [PV Mad & Reverse]   Mar 14 Juil - 23:02




____Hors de souffle, la demoiselle avait réussit à s'enfuir à temps. La Saddle Arabian était à l'orée de Concordia lorsque la folie commença à s'emparer à nouveau de son corps. Pandore? Qui était cette fille, elle lui avait parlé, était-elle sympathique? Pourquoi était-elle partie de cette manière? Pourquoi l'avait-elle quitté? Une tonne de questions se bousculait dans l'esprit sens dessus-dessous de la débile mentale. Franchement quelle manque de manière, elle devait absolument y retourner pour retrouver la dite Pandore! Au détour d'un arbre apparaissait un papillon aux ailes semblables à des arcs-en-ciel tandis que quelques ours en peluche relevait leur haut de forme au passage de l'aliénée qui se mit à galoper comme une dératée. Il ne lui fallut pas bien longtemps avant de se trouver à nouveau aux portes de la cité à la nuit éternelle. Entrant sans se poser des questions gambadant avec les petits lapins qui passaient par là, la folle à liée se rendit compte qu'elle avait oublié un détail des plus importants.


____À ce moment de notre « intrigue » vous vous dites sûrement « Elle a oublié de se demander ou elle devait commencer ses recherches. », mais que nenni braves gens, à cet instant précis la barde se demandait l'air perplexe, se frottant les tempes d'un sabot, comment les ornithorynques faisaient pour manger avec un bec? Et pareil pour les oiseaux? Quelle étrangeté! Lorsqu'on possède des dents, tout va bien, il suffit de mâcher pour broyer les aliments puis les avaler. Toutefois quand on est un oiseau? Les oiseaux ont-ils des dents? Quelle étrangeté. Le regard perdu dans le vide, la jeune fille avançait tant bien que mal dans les ruelles de la ville avant de se prendre un mur de plein fouet droit dans le visage la faisant tomber sur son fondement et la sonnant une bonne trentaine de secondes. Lorsque la demoiselle se releva, c'était les sourcils froncés et au bord des larmes, s'adressant au mur de briques rouges:


-Vous pouvez pas regardez ou vous allez? Non mais ou va le monde? Rentrer dans les gens comme ça, en plus vous êtes dur et vous faites mal! Pfff!!! Vous avez de la chance j'ai pas de temps à perdre, sinon je vous aurai appris les bonnes manières. Bonne journée.


____Partant la mine renfrognée et la démarche des mauvais jours titubant parfois de gauche à droite encore un peu sonné par la rencontre avec cet abruti de Monsieur mur. La jument tant bien que mal rejoignit l'artère principale, s’il y avait bien un endroit ou elle pourrait la retrouver facilement il s'agissait bien d'ici. Du moins c'est ce qu'elle pensait avec tous ces gens qui la bousculait à gauche puis à droite, ce à quoi elle n'avait pas pensé, c'était qu'au milieu de toute cette populace et bien qu'elle mesurait une tête de plus que la plupart des gens dans la foule, comment pouvait-elle repérer quelqu'un dont elle n'avait qu'un vague souvenir perdu dans les flots de sa folie. Sans compter qu'au milieu de la foule, poulpes et dauphins la régalait et l'obnubilait de leur spectacle onirique n'existant que dans la tête de cette jeune fille.






____Finalement, la jument déboucha sur une place moins peuplé ou elle pu commencer ses investigations. Sa première enquête la mena derrière un buisson ou elle fouilla pendant une dizaine de minutes derrières chaque feuille à la recherche de l'inconnue. Lassée de ces végétaux sans la moindre extravagance elle gambada jusqu'à une plaque d'égout qu'elle souleva et discuta longuement avec son écho:


-BONJOUR, VOUS ETES PANDORE? Non, je vous le demande à vous. Je ne suis pas Pandore! Je suis Mad Melloré. Tu peux pas être moi si je suis-moi! Arrête de tout dire pareil que moi! Pfeuh t'es bête. Ok, attends j'arrive te régler ton compte!


____Tandis qu'elle serrait les dents d'énervement, se penchant un peu plus au-dessus de la bouche d'égout essayant d'apercevoir le plaisantin qui osait se jouer d'elle, l'écervelée perdit l'équilibre et tomba droit dans l'eau d'un *PLOUF* sonore. Agacée, elle sortit des évacuations nauséabondes en crachant et pestant contre l'imbécile qui avait osé lui jouer ce tour. S'il s'agissait de la fameuse Pandore, elle allait lui faire passer un mauvais quart d'heure. Dans les égouts, elle s'égara pendant de longues heures au bout desquelles elle trouva la sortie sans avoir avancé d'un pas sur son enquête. Toutefois, elle n'avait rien perdu, car le décor qui l’accueillit n'avait rien à voir avec ces immondes égouts, bien au contraire. Tout était si sublime, si féerique, ces arbres en barbe à papa, ces fontaines de chocolats. Était-elle morte lors de sa chute? C'était ca le paradis au bout du tunnel? Alors ces égouts n'étaient que les limbes. Quel miracle! Cependant, la différence par rapport à d'habitude et bien que Mad ne s'en rendent pas compte c'est qu'il ne s'agissait pas d'une illusion, mais bien de la réalité. Se ruant sur les arbres sucrés elle en dévora jusqu'à plus faim puis changea de cible pour le chocolat fumant reposant dans les fontaines.


____Une fois rassasiée, la demoiselle se gratta la tête. Si elle pouvait manger et ressentir la faim, c'est qu'elle n'était pas morte. Elle se rappela même qu'elle recherchait quelque chose. Se frottant le menton pendant plusieurs minutes à la recherche de sa propre recherche elle ne prêta même pas attention aux habitants qui flottaient tels des bulles dans les airs, l'appelant à l'aide. C'est après une bonne dizaine de minutes de questionnement de son esprit aux airs du désert d'Hoofswell qu'elle parvint finalement à se remémorer ce qu'elle cherchait: Pandore! Voyant un peu plus loin un carton, elle mit la tête dedans et croisant son habitant se mit à l'assaillir de question à la vitesse de l'éclair.


-Hey salut, c'est toi Pandore? Tu sens mauvais dis donc – dit-elle, ne remarquant pas qu'il s'agissait de sa propre odeur et ne lui laissant pas le temps de répondre, elle surenchérit dans la bêtise- En tout cas, si t'es pas Pandore, tu sais ou elle est, je pense que ça doit être un tatou, un zébu ou un alifoubulle. Quelque chose comme ca en tout ca. T'as l'air vachement gentille, malgré ton odeur, puis t'es jolie. Dis- c'est chez toi? Je peux rentrer. C'est spacieux? Tu payes combien ton loyer, parce que comme moi j'suis un papillon, j'ai pas de maison à cuillère, personne veut de mes pièces en chocolat! Et puis...



____Soudain son monologue fut interrompu par les cris suraigus d'une pouliche fuyant le tableau qui se présentait à elle, suivit d'un groupe de passant. Agacée par le bruit ambiant qui l’empêchait de réfléchir et de communiquer de façon normale avec sa nouvelle amie, elle se retourna. C'est ici que tout chamboula à vrai dire. Une musique fort en synthé lui siffla dans les oreilles, la faisant se raidir. Quelle était cette musique, c'était étrange. Elle lui donnait une étrange envie de danser. De se déhancher et de faire la fête, se mettant à bouger son arrière-train dans le rythme de la musique elle commença à froncer les sourcils, décidément ce groupe de personne étaient d'un ennui.



-ROHHH VOUS ETES PAS DROLE DES BABOUCHES! MAINTENANT ON VA TOUS DANSER!


____Saisissant son violon elle se mit à jouer une musique complémentaire à celle déjà en cours. Entraînant toutes les personnes alentours dans sa danse folle. Elle tournait, se déhanchait, s’essoufflait et tournait encore et encore jusqu'à ce qu'elle ait le tournis. Après quelques minutes de danses endiablées, le tournis pris le dessus sur la musique et la fit tomber arrêtant la musique et la danse involontaire des passants qui se remirent à hurler en courant. La garde ne devrait pas tarder à arriver.

_____________________________________________

OC From Mad Munchkin
Revenir en haut Aller en bas
Princesse Luna
avatar
Lunar Republic

Messages : 165
Age : 29

• Votre personnage •
Race: Alicorne
Niveau: 24
Expérience:
88/280  (88/280)

MessageSujet: Re: Visite de courtoisie [PV Mad & Reverse]   Mar 21 Juil - 22:41

CROSS: Princesse Luna
Troubles dans la nuit éternelle








Cette nuit avait pourtant si bien débuté. La lune était pleine et le vent était doux, presque chaud. Pourtant, une effervescence inhabituelle régnait dans le palais de la nuit. On accueillait de plus en plus de civils au sein de grand hall, apeurés et tremblants. Il y avait quelques blessés parmi eux, mais cela semblait principalement être du fait de leur fuite précipitée. Certains s'étaient piétinés les uns les autres pour fuir plus vite. Les gardes présents avaient pour but premier de calmer ces pauvres habitants hagards, se demandait ce à quoi il venaient d'assister. L'un des soldats sorti finalement de la grande salle, se ruant dans les escaliers malgré son armure sombre. Il se précipita dans les étages, croisant au passage une jeune pouliche qui servait d'infirmière et qui redescendait avec une attelle. Le jeune soldat se rua dans les couloirs, croisant cette fois d'autres soldats qui se précipitaient eux vers les armureries pour s'équiper tandis qu'il continua son chemin. Suivant un trajet bien défini parmi les couloirs sinueux du sombre palais, il arrive finalement à une large porte de bois noir qu'il ouvrit à la volée.

" Votre Altesse! "

A peine avait-il franchis le seuil qu'il avait appelé sa princesse, mais se retrouva alors devant la dame noire, se tenant droite. La poitrine recouverte d'une épaisse armure sombre, au centre de laquelle brillait la Larme de la lune, pierre nacrée en forme de croissant. Une partie des ailes de la souveraine était recouvertes de ces même plaques la protégeant partiellement des attaques. De là où il était, il pouvait voir la monarque de coté, sa fourrure bleu nuit enchâssée dans cette lourde protection. Soulevé par la magie de l'alicorne, un casque s'abaissait sur son visage, un léger trou permettait le passage d'une corne qui étincelait d'une aura bleue. Le soldat resta bouche bée un instant, regardant la Déesse de la Nuit s'armer. La même aura bleue se mit à briller à ses cotés lorsqu'une épée encore au fourreau et un bouclier sur lequel seul le symbole de la Lunar Republic était visible vinrent se greffer à l'armure, le poney aux cotés de la jument de la lune vérifiant les sangles afin qu'elles ne furent pas un obstacle aux mouvements de Luna.

" Je sais, Soldat... Il est ici. Finissez les préparatifs au plus vite. Il n'y a pas une minute à perdre. Il n'est pas des plus cruels, mais ses idioties finiront bien pas blesser quelqu'un. Dites à la garde de rejoindre la ville aussi vite que possible. Qu'un bataillon reste ici à protéger les réfugiés. "

La grande baie vitrée de la salle s'ouvrit alors avec fracas, la nervosité de la princesse prenant le pas sur ses devoirs. Gardant un air fier et fort elle fit un léger signe de tête à ses soldats avant de se précipiter sur le balcon qui dominait la ville. Déployant ses larges ailes elle enjamba le rebord, et prenant appui sur la rambarde se projeta vers les cieux. Sa longue chevelure se mêlant à la nuit étoilée tandis qu'elle prenait de plus en plus d'altitude. Le doute emplissait le coeur de le jument, lui faisant serrer les dents. Sa dernière confrontation avec cette entité aléatoire s'était soldée par sa pétrification, mais à l'époque Luna et Célestia avaient utilisé les éléments de l'Harmonie ensemble. Cette fois-ci elle devrait se débrouiller seule.

D'un regard vers la cité, elle put remarquer la panoplie inhabituelle de couleurs et de formes qui annonçait la présence du Dieu du Chaos dans la zone. Lorsque finalement elle put l'apercevoir, elle gonfla ses poumons puis, ouvrant ses ailes devant la pleine lune comme une ombre noire, utilisa la voix royale de Canterlot, faisant vibrer l'air de par sa puissance.


" DISCORD !!! "

Sa voix résonna dans la nuit, annonciatrice de son arrivée à la fois pour Discord, mais aussi pour les habitants qui savaient désormais que leur dirigeante s'était lancée dans la bataille. Luna plongea alors en direction de l'intrus, sa corne rayonnant, et formant une aura de lumière qui semblait l'englober. Elle fusait vers le sol à la manière d'une étoile filante pour finalement se poser violemment au sol, piétinant par la même les pâtisserais qui avaient remplacé les pavés de la chaussée. Elle se redressa alors, faisant face à la créature, pourtant plus imposante qu'elle. Les poneys qui flottaient dans les airs semblaient se réjouir de l'arrivée de la princesse, tandis qu'une Saddle Arabian, non affectée par la magie du bouffon chaotique, gisait au sol aux cotés d'un violon, comme prise de violents vertiges. Luna tourna alors son attention vers son opposant, sa magie prête à sortir les armes se trouvant dans son dos. De son regard le plus implacable, ses yeux d'émeraude fusillant le roi fou dans un mélange de colère et de nervosité. Son coeur battait à tout rompre, mais elle ne devait pas reculer. Pour le bien de sa cité elle devait chasser cet intrus si particulier, quel qu'en soit le prix.

" Je suis au regret de mettre un terme prématuré à ta visite. Je vais donc te demander de reposer ces citoyens au sol doucement, de stopper ta fanfare, puis de retourner d'où tu viens sans causer de problèmes. "

La voix de Luna était ferme, son regard sévère. Elle voulait le départ de Discord le plus rapide possible, mais elle se savait que ce patchwork vivant était du genre à faire l'exact opposé de ce qu'on lui demandait. La magie était cependant prête à lier son bouclier à sa patte avant, se préparant à un quelconque assaut surprise venant de la drôle de créature. Personne ne pouvait prévoir les action de Discord, pas même Discord.


_____________________________________________
Night Mare or  Nightmare

~ : Présentation : Fiche Technique : ~

ARCANA, Secrétaire Lunaire
~ : Présentation ~ Thème ~ Battle Theme : ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Visite de courtoisie [PV Mad & Reverse]   Mer 22 Juil - 23:27

Ce poney qui me regarde n'en est pas un, il n'est pas digne d'être appelé "poney", ni même "pégase".  La seule appellation possible pour cette créature était "monstre". Un monstre hideux et écœurant, avec son immonde robe noir tachetée de petites bosses,  ses vieilles cicatrices, symbole des massacres qu'il a commis. Ses yeux bicolores sont laids,  il m’écœure, aussi bien physiquement que mentalement. Cet être se plait dans le massacre et la violence, il se nourrirais presque de la souffrance des autres, et sa seule excuse, c'est qu'on lui en a donner l'ordre, mais cette créature est un excellent menteur, il manipule la réalité pour en faire la réalité qui l'arrange, se trouvant ainsi  des alibis, des excuses pour ses meurtres et ses massacres. Un contrat donné par un client n'est pas un motif de meurtre, cette bête n'est pas censé avoir le droit de faire ce qu'il que parce qu'on lui as donné une seule mission. Néanmoins,  il conservait un semblant de raison. Il ne s'était pas retourné contre sa nation...du moins, pas encore.

Je termine cette entrevue avec mon miroir,  j'en ai assez de regarder ce que je suis devenue, cette vision me dégoutte, cet être qui prend  sa réalité pour la réalité général, je le hais. Je suis néanmoins obligé de lui laisser le pouvoir, car contrairement à moi, lui, il est fort. L'entrainement ne fait pas tout, soulever des poids ou connaitre les techniques de combat n'est pas la seule chose à savoir faire, lui, il a la particularité de ne pas se laisser dépasser par ses émotions. Contrairement à lui, moi je réfléchis trop, j'éprouve toujours des remords quand je tue, je me demande toujours si la personne en face est un père de famille, un fils aimé, un mari passionné...Mais en même temps, je suis heureux de tuer, tuer ces personnes, car j'éprouve une énorme jalousie envers ces personnes. Moi...je suis seul. Je me retranche toujours dans mon coin, j'évite le contact avec les autres, et quand l'un d'entre eux s'approche trop de moi, ma paranoïa prend le dessus, et je finis soit par l'envoyer chier, soit par lui casser la figure.

Je sors de l'auberge où je m'étais reposer la veille, il faut que je regagne Concordia pour allez chercher mon argent, ma précédente mission était un meurtre, mené à bien. La paye ne cassait pas des briques, mais tout argent est bon à prendre. Ma maison non plus ne casse pas des briques, c'est un simple appartement lugubre que je paye une misère par mois,  et même si je n'y suis pratiquement jamais, j'aime être assis dans le noir pendant quelque heures, les yeux fermés, la tête vide, n'entendant plus rien. Le plaisir de se retrouver seul et de méditer, le plaisir de ne pas morfler dans le monde extérieur...le plaisir, tout court.

... C'est quoi ce bordel à Concordia ?! Luna a sans doute les idée mal placées pour faire ça, une gourmandise peut être...Non. Cet oeuvre ne peut pas être de la patte de Luna, elle est trop censé et intelligente pour ça.

Luna est la seule personne que je respecte...et à la rigueur, sa fille, mais beaucoup moins. Luna m'a donné ma liberté, elle m'a offert malgré mes crimes une seconde chance que n'importe qui m'aurait refusé.  Mon être, ou du moins ce qu'il en reste, lui est entièrement voué, et pour tous dire, je ne regretterais absolument pas de donner ma vie pour elle, et apparemment, elle semble avoir besoin de mon aide...ou de grandir un peu car les rêves de bonbons et de chocolat, c'est bon pour les gamines de 6 ans.

Cela me rappelle une vieille histoire de mon enfance : Discord. Il était sans doute la seule personne qui me paraissait sympathique quand j'étais gamin, c'était un de mes rêves un monde où je pourrais me caler de chocolat de nougatine jusqu'à pas d'heure, puis en grandissant... je me suis rendus compte que si Discord passait son temps à faire ça, il nous tuerais tous. Transformer les arbres en barbe à papa ? OK, mais plus d'oxygène. Transformer le sol en gâteau ? OK, mais les animaux ne pourront plus se nourrir. Plein d'incohérences qui briseraient la vie, qui briseraient le monde. La vie serait trop étrange, trop mauvaise, mortelle. Le monde est comme il est, remplis de pourris, remplis de beauté, et surtout remplis de tarés .

En m'avançant dans la ville, je vie une décadence de conneries, des animaux aux pattes beaucoup trop grandes, des maisons en pain d'épice, des enfants qui se baladaient comme des fous dans des nuages de barbe à papa, des réverbères  d'où dégouline un glaçage framboise, qui donne une teinte rosâtre à la lumière des rues,  mes sabots collaient légèrement au sol à cause de tout ce sucre. Je commence déjà à en avoir marre. Et à la vue des poneys bubulle qui flottent un peu partout autour de moi en m’appelant à l'aide, elle devra des explications à son peuple.

-Hey salut, c'est toi Pandore? Tu sens mauvais dis donc


...Pandore ? Pandore, c'est la fille de Luna,  pourquoi est-ce que quelqu'un voudrais parler à la fille de Luna ? Et surtout, comment  avait-elle rencontrer Pandore. Moi même, je ne l'avais vue que lors de simples petites réunions lors des annonces, parfois lors d'une mission au moment du paiement ou de la distribution, et une fois je l'ai entrevue par une fenêtre en passant près de palais, mais jamais je ne me suis approché. D’ailleurs, jamais je ne me le serais permis

- En tout cas, si t'es pas Pandore, tu sais ou elle est, je pense que ça doit être un tatou, un zébu ou un alifoubulle. Quelque chose comme ca en tout ca. T'as l'air vachement gentille, malgré ton odeur, puis t'es jolie. Dis- c'est chez toi? Je peux rentrer. C'est spacieux? Tu payes combien ton loyer, parce que comme moi j'suis un papillon, j'ai pas de maison à cuillère, personne veut de mes pièces en chocolat! Et puis...


...Que que quoi ?! Un tatou ? Un zebu ?? UN ALIFOUBULLE ?! Cette femelle est complètement dégénérée ma parole... Ou alors nous ne parlons pas de la même Pandore...Quoique, elle est tout de même en train de causer à un carton... Et si ça se trouve, à un rat qui se trouvait à l'intérieur. Il n'y a pas à discuter sur cela : elle ne doit pas voir Pandore, elle doit resté loin de cette tarée. Le problème est que c'est une Saddle Arabian, plus grande que moi, elle a un petit avantage. On va commencer par essayer de la faire dégager sans utiliser la force.

Je m'avance tout doucement de la femelle qui s'est casser la figure, lui tendant la patte avec un sourire aimable.

-Bien le bonjour Mademoiselle. J'ai entendue dire que vous cherchiez Pandore ?
Revenir en haut Aller en bas
Reverse Song
avatar
Dark Pledge

Messages : 921
Age : 24

• Votre personnage •
Race: Licorne
Niveau: 29
Expérience:
179/380  (179/380)

MessageSujet: Re: Visite de courtoisie [PV Mad & Reverse]   Dim 26 Juil - 22:09


Act II. Chapter IV -


Il était étrange de constater comment une journée pouvait changer. D'une matinée, enfin, si l'on pouvait nommer cela ainsi sous les cieux d'arcanes, calme, voir terriblement monotone, en découlait une après-midi des plus tourmentées. Cela ne faisait pourtant que quelques jours qu'elle s'était remise de son expédition en terres enneigées, cumulant grise-mine et engelures. Le repos sous la chaleur bienfaisante d'une nuit d'été, bien mérité, l'avait ainsi requinqué ;tout du moins, dans les limites que sa carcasse pouvait subir. Toujours aussi maigre, brisée, elle avait cet atout que seul les vagabonds pouvaient posséder : celui de provoquer à la fois la pitié et la méfiance. Comme une sorte de chien errant. Pas vraiment mignon, pas vraiment propre, et dont, pourtant, l'on avait envie de caresser sa petite tête déconfite, au risque de se faire mordre par une gueule béante de bactéries.

Elle avait dormi dans un carton, lui-même installé négligemment dans les dédales sombres de la ville, sorte de labyrinthe pour y cacher la vermine et les poubelles, jusqu'à ce qu'un garde ne la fasse dégager d'un pied bien pensant. D'ordinaire, elle lui aurait appris le respect, crachant à son visage et piétinant son corps comme n'importe qui aurait fait -je crois- ; mais pour une fois, pour une toute première fois, elle voulait du calme. Du repos. Ce fut donc d'un pas trainant qu'elle quitta son logis de fortune, s'installant dans un parc comme d'une simple passante profitant de la vue d'un des bancs.
Cela aussi, d'ailleurs, était étrange. Que l'on ne tolère pas la pauvreté en lieu public, qu'on la chasse, qu'on la cache, par des pics, par des matraques, au lieu de l'aider. Qu'on débourse milles et uns écus pour designer des bancs et des trottoirs où personne ne pouvait s'allonger, plutôt que pour un logement social.

Mais probablement fallait-il garder les pauvres pauvres pour donner une stature à ceux qui ne l'étaient pas. Après tout, si tout le monde était riche, plus personne ne le serait.

Alors, adossée contre la paroi de bois, elle contempla les étoiles, hautes, brillantes, comme une lueur d'espoir dans ce monde de ténèbres. La lente ascension nuageuse fut son horloge ; le vent dans les branches, caressant son pelage d'un souffle tiède, sa berceuse ; la rumeur des passants, des oiseaux et des enfants, l'ancre la maintenant éloignée des rêves. La raccrochant, désespérément, à ses pensées, loin de son pays, de son prétendu roi, de ses obligations. Loin de tout. Et pourtant. Pourtant.

Depuis qu'elle avait quitté le château, tout lui semblait plus confus que jamais.
Sa place.
Ses desseins.
Et même le ciel, sous ses paupières tombantes.

- Discord !

Elle sursauta, manquant de tomber de son banc. La voix, puissante, claire, avait résonné dans la nuit comme une menace lourde de sens. Il lui fallut tout d'abord quelques minutes pour se calmer, pressant ses yeux de ses sabots avec l'espoir d'un meilleur réveil, avant qu'elle ne visualise de nouveau le parc, comme un rêve interminable. Les arbres, d'habitude verdoyant, étaient devenus coton rose, au tronc droit et bariolé de rouge et de blanc. La fontaine, non loin, n'était plus que chocolat. Quant aux habitants, ils fuyaient, comme détestant ce soudain étalage de nourriture et de sucre.

Ce qu'elle ne fit pas.

Combien de temps ses lèvres n'avaient-elles pas touchées à la douceur sucrée, a l'excitation des papilles et du sang qui s'enrichit soudainement en énergie ? Combien de fois avait-elle rêvé de ses mondes idylliques de friandises et de pâtisseries, dépeintes dans bien des livres ?
Et puis, soudainement, tout semblait réel.

D'un geste hésitant, elle posa son sabot sur ce qui aurait dû être de l'écorce, lisse, brillante, enfantine, avant d'en décrocher le feuillage poisseux. A l'odeur caractéristique -fait à partir de l'amour de grand-mère et de produits chimiques- il s'agissait de barba-papa. Il s'agissait, bon sang, de barba-papa. De cet amas de sucre et de colorant.
Dans un arbre.
Ou plutôt. Étant l'arbre.

C'était invraisemblable. Impossible. Juste, physiquement déconcertant. Une chose ne pouvait pas en devenir une autre comme cela, sans rapport direct entre elles. Au même titre qu'un chien ne donnait pas d’œuf, des feuilles ne pouvaient pas donner assez de sucres raffinés pour devenir friandise. A moins que le monde ne soit devenu fou, c'était impossib-

Silence.

Au loin, une étoile de lumière irisée fila dans le ciel, plongeant dans la ville de ses ailes geai. D'un soupir, presque soulagée de cette soudaine réalité -si l'on pouvait nommer cela ainsi-, elle darda son regard vers la place, dont une musique entraînante s'échappait en énormes notes de musique, explosant comme des bulles de savon.

- Je suis au regret de mettre un terme prématuré à ta visite. Je vais donc te demander de reposer ces citoyens au sol doucement, de stopper ta fanfare, puis de retourner d'où tu viens sans causer de problèmes.

Sa Majesté des nuits s'était posée là, droite, le port altier, devant le dragon difforme. Une étrange scène, véritable contraste entre la frivolité de Discord et le sérieux de Luna, en fond de musique et pas de danse à peine contrôlé par un violon démentiel.
Une partie de son esprit lui ordonnait de fuir, de ne pas rester là ; tandis que l'autre, gourmande, dévorait des yeux les pouvoirs du dragonequus avec le fervent espoir d'en voir plus encore. Qui sait. Oiseaux de meringue, maison de nougat, peut être même pluie de citronnade, tout était devenu, soudainement, possible.

Un rêve.
Oui. Le roi du Rêve et la reine des -simples- rêves. Celle qui les faisait penser, et celui qui les rendait réel.

-Bien le bonjour Mademoiselle. J'ai entendue dire que vous cherchiez Pandore ?

Nouveau regard de travers. L'un des gardes, tout du moins, c'était l'impression qu'il donnait, s'était avancé vers la joueuse démoniaque, qui virevoltait tel un papillon entre les deux dirigeants. De toute évidence, les Lunaristes ne voulaient pas d'un monde bonbon. Il ne voulait pas que leurs -putains- de rêves, pourtant signe de leur -putain- de nation, soit -putain de- réels. Putain. Puissance quatre.

Alors d'un geste rapide, la femelle d'obsidienne plaqua son sabot, enduit de barba-papa -et de gravier, parce que bon, elle à quand même marché entre temps, et n'étant pas bipède, il est plutôt difficile de garder un membre collant propre tout le long du chemin- sur la bouche du mâle, tandis que de son autre bras, elle tapotait sa chevelure, enduisant son crin d'un gel sucré.

- Shhhhh, commença t'elle dans un soupir. C'est impoli d'interrompre une musique aussi bien. Danses plutôt !

Et d'un mouvement brusque, elle le poussa dans la ronde de la barde, dans l'espoir d'un véritable moulin rouge.

- Danses Billy ! hurla t'elle, accompagnant la joueuse des cordes de ses mains.


_____________________________________________

Art by ka_samy on DA.

Autres:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Visite de courtoisie [PV Mad & Reverse]   Lun 27 Juil - 20:44

Le chaos. Voilà ce qu'était devenu cette journée, qui s'était pourtant si bien annoncée. Tout allait pour le mieux, le genre de journée qu'il fait bon avoir. Et puis, d'un coup, tout se brisa, la journée bascula rapidement au point de se retrouver avec un foutoir monumental. Des civils avaient commencés à affluer au château, paniqués et blessés, à la recherche d'un refuge. Il y avait un hic, et pour s'en rendre compte il fallait écouter le discours qu'ils tenaient. La ville était envahie, mais pas par n'importe qui. Par une armée de... Barbe a papa ? Des fontaines de chocolat et des cupcakes partout ? Pendant un court moment, SuperNova n'en croyait pas ses oreilles. Ni même le garde lambda qui venait de tout lui dire.

- Des... Confiseries ? Sérieusement ?

C'était ce que tout le monde disait, à en croire le subordonné. C'était insensé, et pourtant terriblement normal une fois le nom du fautif connu. Discord, Dieu du Chaos. Rien de bien étonnant donc venant du Draconequus. Ce qui était regrettable c'est que ce genre d'action était normal pour lui. Semer le chaos était sa seconde nature après tout, et il montrait très clairement qu'il ne s'en privait pas. Sauf qu'il ne pouvait pas agir impunément ici, pas à Concordia.

Se levant d'un bond, le Capitaine fit signe au garde de le suivre tandis qu'il se dirigeait d'un pas rapide vers le hall d'entrée du palais. Ils ne tardèrent pas à y arriver et la foule des réfugiés était déjà assez dense et n'arrêtait pas de lentement s'agrandir. Ici et là, quelques poneys soigneurs s'affairaient pour soigner les blessés alors que le brouhaha y était plus qu'assourdissant. Retenant un soupir, Nova sentait venir le bordel à plein nez. Il était déjà présent mais la suite ne présageait hélas rien de meilleur.

- DISCORD !!!

Le soudain hurlement avait fait légèrement trembler les murs du palais et tout le monde était étrangement devenu calme, silencieux et immobile. Pendant quelques secondes, plus rien ne fut entendu avant que finalement, tous se reprennent, encore un peu surpris. Visiblement, la Princesse de la Nuit allait se charger du dirigeant chaotique. Mais les témoignages des derniers arrivants ne prévoyaient pas la fin du capharnaüm, loin de la. Une autre jument était en train de faire des siennes ? Un violon ? Voilà qui était bien singulier, mais tout comme le bizarre incarné, hors de question de la laisser faire.

- Capitaine ! Ordre de la Princesse, il faut qu'on gagne la ville le plus rapidement possible, seul un bataillon devra rester ici pour les civils.

- Les grands esprits se rencontrent... Très bien, vous avez entendu, je vous veux tous prêt aux portes du château pour hier !


Sans se faire prier, tout les gardes présents se mirent en mouvement après avoir salué le Batpony. Ce dernier interpella le garde qui venait de transmettre les ordres de l'Alicorne et lui demanda de s'occuper du bataillon qui restera, puis il alla rapidement chercher ses armes et se les attacher à son armure, recouverte de sa cape noire, avant d'aller à l'entrée du château. Déjà, un bon paquet de militaires était présent et prêt à partir. Le Capitaine prit la tête du mouvement avant de regarder ses troupes. Une petite quarantaine de poneys. Voilà qui devrait dissuader les intrus un minimum.

- Les gars... Allons foutre ces fouteurs de merde dehors, on ne va pas les laisser s'en tirer sans rien faire ! C'est chez nous ici !!

Un petit cri de confirmation s'éleva des troupes et Nova se retourna pour faire face à la ville avant de mener les protecteurs à travers la ville, jusqu'à l'endroit de toutes les convoitises. Ou plutôt, de toutes les folies et ce n'était pas un euphémisme. Des barbes à papa en guise d'arbres, des fontaines de chocolat... Les réfugiés n'étaient pas en train de délirer au contraire. Et les pauvres âmes qui étaient en train de danser dans les airs contre leurs grés n'allaient pas dire le contraire. Mais ce n'était qu'une partie de l'iceberg puisque non loin, un autre groupe de victimes étaient visiblement en train d'expérimenter la même chose bien qu'ils étaient toujours au sol. Et le groupe semblait mené par une jument qui jouait du violon tandis qu'elle dansait, ou tout du moins semblait, mais elle s'écroula bien vite, emportée par le tournis de sa danse. Ne pouvant plus jouer de ses cordes, tout les civils présents fuirent en direction du palais, sauf un qui ressemblait curieusement à Tida, que le Batpony avait déjà croisé à Stalliongrad. Que pouvait-il bien faire ici ?

- Six d'entre vous, emmenez les civils au château ! Qu'ils ne leurs arrivent rien ! Et je veux que quinze autres aillent porter assistance à la Princesse !

Un petit groupe de six se détacha et commença à escorter les habitants apeurés vers la citadelle. Un rapide coup d'oeil permit au Capitaine de la Garde de voir la Princesse Luna vêtue de son armure sombre, la protégeant d'une grande majorité d'attaques alors que, conformément aux dernières directives, une quinzaine de poneys arrivaient en soutien. Mais devant lui se dressait deux silhouettes qui n'avaient pas rejoints les citoyens. La Saddle Arabian qui était la cause de ce mouvement de panique, et une Licorne noire, au physique plus que déplorable et étant visiblement collante d'un peu partout à en croire ce qui était accroché sur elle un peu partout. Avec un rapide signe de la patte, SuperNova ordonna à ses hommes de se disperser, bloquant toutes les issues possibles et se tenant tous sur leurs gardes, prêt à dégainer leurs haches, épées et autres armes. Bien évidemment, Nova ne faisait pas exception, ce qui donnait vingt-cinq soldats entraînés et armés prêt à se défendre.

- Très chères, je me vois au regret de vous arrêter et de vous demander de bien vouloir quitter la ville sans faire d'histoire. Inutile de dire que c'est mon seul avertissement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Visite de courtoisie [PV Mad & Reverse]   Mer 29 Juil - 0:47



Oh, un jour commun ? Peut-être une autre balade avec mon protecteur, peut-être une autre errance à cause de la magie ? Non, alors que je siffle dans les couloirs, heureuse de constater que malgré mes aprioris la vie n'est pas si mal. Mais aussi parce qu'il faut montrer à ceux qui regardent que l'espoir ne nous quitte pas, pour rassurer, un sourire qui se veut protecteur. Mais cela s'était avant, l'alerte est donnée, par curiosité, mais pas seulement, j'observe le rassemblement des gardes.

Je ne suis personnellement pas totalement contre un peu de fantaisie, un peu de changement dans le quotidien. Malheureusement, certaines personnes n'arrivent pas et n'arriveront jamais à comprendre le principe de retenue, ou même simplement que cela ne doit pas être fait aux dépens des autres. La farce est devenue tourment et attaque quand elle a commencé à blesser plus que l'amour-propre de ses victimes.

Pour ne pas faire démentir le fait qu'une dame est longue à se préparer, je m'en retourne immédiatement à mes quartiers. Ma dame de bonne compagnie étant partie, son assistante a pris sa place, Dew Plum m'observe d'un air interrogateur alors que pour une fois, je ne jette pas mon dévolu sur la penderie. Bien au contraire, j'observe d'un regard insistant une certaine malle.

"Je ne suis pas certaine que cela soit de circonstance."
"Nous ne laisserons pas la guerre se propager jusqu'à nos murs sans réagir."

Elle n'est pas là pour m'interdire, mais au mieux pour me conseiller. Sachant ma résolution indéfectible sur le moment, elle m'aide donc à me préparer. C'est dans une parure de guerre que je ressortirai de ma chambre. Rien de moins ce que certain appelé une demi-plaque par-dessus une robe solide. Cuirasse de métal complexe, composée de parties forgées de manière à parfaitement s'adapter les unes aux autres. Plus légère qu'une armure plus complexe elle sacrifie la protection pour me permettre une plus grande liberté de mouvement.

"La princesse sera fort surprise de votre choix."
"Mère comprendra parfaitement que l'on ne protège point les autres sans penser à recouvrir son propre cœur d'une couche épaisse de métal."

Mes pas résonnent de ma détermination à protéger les miens, un peu instable, mais assuré, ainsi que du bruit caractéristique de l'acier poli qui frappe les dalles en pierres. Certains et certaines se tournent et je suis certaine d'y voir la surprise et l'incompréhension dans certains regards. Même sans cela, je sais lire dans leurs cœurs de toute manière. Pourquoi donc la fille de Luna ne reste pas sagement sur son royal fessier à attendre que tout passe, elle est bien assez protégée. Pourtant, je ne suis pas jument à laisser le bon peuple souffrir sans réagir si je le peux, même si j'ai l'air un peu gauche dans cette tenue de combat.

Je n'ai passé que trop de temps à parfaire mes mouvements avec cette chose, sans parler de la magie qui est particulièrement chronophage pour me permettre de parfaire un quelconque maniement d'armes. Et encore même avec quelques séances d'entrainement il est clair que si c'est une bonne protection, je vais avoir du mal à me hâter dans cette chose sans finir au sol avec perte et tracas. Ainsi, c'est mon fidèle bâton de mage qui m'accompagne. Solide, il saura parer les coups et me permettre de répliquer avec la sévérité nécessaire. Mon cœur bat la chamade, j'arrive tout juste à rejoindre la garde et leur chef alors qu'il a fini de donner ses ordres. Est-il surpris de me voir ainsi ou même simplement ici ? Je m'approche de lui avec un sérieux affiché dont il n'a jamais fait qu'effleurer la vue au mieux, jusqu'à présent. Quittant le moindre sourire face à cette vue perturbante de notre cher peuple dans un tel désarroi.

"Nous aurons eux jusqu'au dernier instant, le vain espoir de ne pas avoir à nous présenter caparaçonnée. Votre expérience sera plus profitable que notre rang en ces circonstances, ainsi notre sceptre est votre."

Je lui indique par mes paroles et mon placement à ses côtés, juste un peu en arrière que je me prépare à obéir à ses directives. Sans parler de réelles complicités, le fait qu'il m'a protégée ces derniers temps aura au moins l'avantage de lui avoir laissé le temps, au travers de certains de mes cours qu'il aura entraperçus, de le laisser se forger une idée de mes capacités. Déjà, mon corps crépite des énergies profanes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Visite de courtoisie [PV Mad & Reverse]   Sam 8 Aoû - 11:24



- Tapez dans les mains petites marionnettes ! Dansez et chantez ! Goutez les petits bonbons et les bons gâteaux.

Magnifique. Tout simplement magnifique ce spectacle quasiment féérique, plein de couleurs édulcorées embaumant l’air d’un doux parfum sucré porté par une petite brise qui traversait la ville. Nul doute que toute l’immensité de la cité de Concordia saurait profiter du parfum exaltant qui s’échappait par volutes de la place dans laquelle se jouait cette surprenante scène fantasmagorique.

Tout était beau, tout était bon, tout était sucré et savoureux. Un pur bonheur. Pourtant, malgré ma bonté d’âme à offrir un spectacle de qualité, un dépaysement total, une animation aussi soudaine qu’enivrante, tout le monde ne goutait pas à la joie que j’avais à offrir à tout un chacun.

L’orchestre jouait de plus belle tandis que mes marionnettes valsaient les unes avec les autres. D’ailleurs, ces dernières étaient toujours plus nombreuses. Rattraper les fuyards était facile. Mais le plus important était de savoir pourquoi prendre une telle fuite ? N’offrais-je pas un divertissement sublime et unique ? Autant que tout le monde en profite.

D’ailleurs sans le moindre doute j’avais raison quant à mes principes de partage. Plus le temps passait et plus d’étrangetés arrivaient. Ma petite Madounette pour commencer. Fidèle bras droit de sa majesté elle savait mettre le monde à ses pieds par ses ambiances et sa mentalité des plus délurée. Difficile à appréhender elle n’en était pas moi un élément de choix et de poids, du moins quand on savait comment canaliser le potentiel psychotique d’une telle aliénée. Comme à son habitude, la petite jument était tout aussi délurée qu’elle pouvait l’être. Seul bémol à ses manigances, sa manie de violoner à tout va avant même qu’on puisse faire quoi que ce soit. Mais bon, pris dans l’effervescence de la fête c’est avec grand plaisir que je me lançais dans cette danse plus ou moins imposée.

Au sol, la valse terminée, j’approchais enfin de la jument. Grimé en grosse abeille j’adressais enfin quelques mots en bourdonnant.

- Bzz ! Je suis le roi des abeilles ! Je suis venu te voir ma petite Mad car j’ai entendu dire que les méchants qui venaient nous voir étaient là pour arrêter la fête. Pire encore. Ils savent où se trouve Pandore et vont refuser de te le dire. « Plus pire » encore, il vont tout faire pour que tu ne trouves pas Pandore. Tu ne dois pas accepter ça non ? Que comptes-tu faire ? Un peu de musique peut-être ?


Mais voilà que la royauté faisait enfin son entrée en ces lieux. Luna, altesse de la nuit, maitresse de Condordia, dirigeant aussi froide que la lune. Comment je sais que c’était ma chère amie ? A sa sublime voix. Nulle autre qu’elle ne savait m’appeler de cette manière en m’en donner la chair de poule. A peine avait-elle terminé de m’appeler que je ressemblais à un poulet plumé tout tremblotant.

- Ouuh ! Luna, Luna, Lunaaaa que voilàààà !

Flottant dans les airs, je virevoltais autour de la jument à la robe sombre. Les yeux écarquillé je buvais les paroles de ma pair tel un enfant avide et gourmand bavant devant un beau gâteau crémeux. Grimé en marin, je ramenais mes pantins lunaristes sur le sol aux myriades de cupcakes tel un matelot tirant les cordages d’un navire.

- Gnon ! L’est pas drôle ! Rabat-joie ! S’amusait bien ! Toujours râler ! Disaient rien eux ! N’aime pas musique ! Aime rien ! Foutu Luna ! Et moi ? Personne pense à moi ! Pas juste ! Personne demande quoi j’aime ! Injuste ! Triste !

C’est donc en boudant dans mon coin que je m’exécutais. Malgré tout, je gardais une certaine motivation à l’amusement. Voilà que place nette était faites. Ne restait que les protagonistes principaux.

- Ma bonne Luna, quel plaisir de te revoir. Que fais-tu ici ? Toi aussi tu viens profiter des charmes de cette charmante petite bourgade.  Que dirais-tu d’une petite partie ?

De marin à croupier, quels n’étaient pas les métiers que je n’avais effectués. Derrière une table de poker avec son tapis vert d’une netteté absolue je commençais à distribuer mes cartes. Ma petite Luna, ma petite Madounette et moi-même étions servis, cette dernière préférant la compagnie de son violon en continuant de jouer la sérénade.

- Ohh ! Hummm … non j’ai rien dit. Pour ma part je suis servi. Et vous ?

Quelle belle quinte flush royale. Qu’allaient donc pouvoir faire ces demoiselles avec leur paire de deux ? Pas le temps de le savoir qu’un nouvel intrus entrait en scène.

- Mon dieu non, pas de souillon à la table. Tenue correcte exigée !

Quel tas d’immondice. Quelle odeur nauséabonde qui pique les yeux. Et hop une douche parfumé vanille, un joli costume de troubadour et hop de nouvelles cartes en jeu. Trois, cinq, neuf, encore un neuf et une petite dame. Oh zut alors, rien encore. Quel « hasard ».

Oh et puis en voilà d’autre, et encore et encore. Que d’animation pour cette petite placette.

- Mais en voilà du beau monde au final. Chers amis de tous horizons, venez, dansons et chantons, buvons et mangeons. Et n’oubliez pas, Celestia nous a bien dit de profiter des lieux à notre bon loisir. Amusons nous n’est-ce pas ?

Quel vilain coquin que de viles paroles pleines d’un sens faussement crédible. Mais peu importe, crédible ou pas, le doute instillé était suffisant pour l’incertitude soit de mise pour cette douce Luna. Que voulez-vous, on s’amuse comme on peut.

- Mais que vois-je là, de jeunes Lunariste et une illustre inconnue passionnée de violon. Quel bonheur de voir tout ce petit monde tous ensemble.

Dans une multitude de « pop »facilement identifiables, j’apparaissais et disparaissais devant chacun des protagonistes les affublant d’un chapeau de fête en papier aux couleurs chatoyantes tout en leur collant un sans-gêne à pois dans le museau, sans-gêne, ce magnifique accessoire de fête constitué d’un sifflet et d’un tube en papier dans lequel on souffle pour qu’il puisse se dérouler tout en offrant aux oreilles de tout un chacun un horrible borborygme outrageux pour l’audition.

Au milieu de ce beau monde je me posais telle une statue sur son piédestal.

- Humm … je sens une certaine … animosité en ces lieux. Que d’émotions négatives. Et que comptez-vous faires avec vos armes et armures …. en mousse mes chers Lunaristes ! Venez donc patinez avec moi plutôt !

Voilà voilà. Une fois de plus mon grand sucre d’orge faisait son apparition. Un coup sec, un air froid, des frissons et la surface de la place recouverte de savoureuses pâtisseries laissait place à une patinoire géante.

Patinais-je, patinons, patinez. Quel plaisir de glisser entre tous. Dérapage contrôlé et hop Luna arrosée. Glace sur la crinière et le museau d’un coup de cuillère je me servais sur son Altesse pendant que la crème glacée commençait à fondre sur ses naseaux.

- Huuummm ! J’adore la vanille ! Et toi ma petite Luna ?

Glisser sur une patinoire de glace vanille, quel plaisir.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Princesse Luna
avatar
Lunar Republic

Messages : 165
Age : 29

• Votre personnage •
Race: Alicorne
Niveau: 24
Expérience:
88/280  (88/280)

MessageSujet: Re: Visite de courtoisie [PV Mad & Reverse]   Lun 10 Aoû - 15:34

Visite de Courtoisie
The Jester of the Moon







Luna devait s'attendre à tout et son contraire lorsqu'elle faisait face à Discord, mais elle savait parfaitement que personne ne s'attendait jamais à ce que le Prince du Chaos sorte de son chapeau, que ce soit métaphoriquement ou non... à croire qu'il ne connaissait pas lui-même son propre comportement à l'avance. Et tout ce concrétisa assez rapidement, emportant la princesse dans une tornade de non-sens. Sa première action, et heureusement, fut de faire redescendre les citoyens, qui purent s'enfuir en direction du château. Ensuite c'est là que le délire commença. Défigurer Concordia n'était qu'un avant goût. Ce que Discord semblait aimer plus que tout était de tourner les gens en ridicule, quel qu'en soit les conséquences, dont il se fichait souvent d'ailleurs.

Voici donc que Luna, Mad et Discord se retrouvaient assis autour d'une table de poker, à se faire distribuer des cartes. Pour Luna, une paire de deux ainsi qu'une dame et un roi ayant respectivement pour images la Princesse Luna elle même ainsi qu'une licorne mâle à la crinière et la queue blanches et noires, un petit bouc au menton et la fourrure grise. Ses yeux étaient fermés derrière ses lunettes carrées, ce qui eut pour effet d'énerver la princesse. Elle détestait quand le Chaotique sortait des pans de sa vie privée ainsi. Malgré l'arrivée d'une nouvelle personne que Discord eut tôt fait de laver et habiller, la princesse de la nuit abatis ses cartes sur la table dans un coup, se redressant pour se saisir de son arme, mais elle n'en eut pas le temps que la table disparut alors que le Roi fou s'amusait à offrir aux hommes de la monarque chapeaux et sans-gêne que certains crachèrent immédiatement.

Si les sorts n'avaient pour le moment été que de simple blagues faits pas une entité folle, cette fois cela devenait sérieux. Les armures de tous devinrent de la mousse, mais pouvaient de toute façon supporter un impact, tandis qu'un vent froid recouvraient la place de la ville de la nuit. En un instant, le sol de la cité devint froid, glacé et surtout extrêmement glissant. La princesse dégaina son arme et la ficha d'un coup sec dans le sol givré, se tenant à se nouveau pilier pour ne pas tomber, mais Discord semblait ne pas en avoir fini avec la dirigeante, et d'un dérapage recouvrit la jument de crème glacé qu'il ne put s'empêcher de gouter.



La fête prenait alors une autre tournure. Fulminant de rage à un tel point que la glace semblait en fondre plus vite, Luna ouvrit ses ailes, s'arma de son bouclier et dans un élan de colère arracha la lame noire qu'elle utilisait comme support. Un coup donné dans les airs projeta la glace resté sur l'épée dans les airs tandis que l'alicorne fusillait le draconequus du regard.

" La fête est finie, Discord. Je t'ai demandé de partir sur le champs. Je me vois dans l'obligation de t'y accompagner... Personnellement!"

Sur ce dernier mot, Luna s'encra dans les brisures dans la glace provoquées par son arme afin de se donner plus d'élan, et bondit alors de toutes ses forces en direction de son grand adversaire. Le percutant du bouclier, elle l'emporta dans les airs, tentant du mieux qu'elle put de l'éloigner de la place. Alors qu'ils survolaient la ville en direction de sa sortie, elle cligna des yeux un seul instant, mais ce fut suffisant pour que le corps qu'elle était en train de projeter soit remplacé par une forme en peluche du dirigeant ennemi. Dans un grognement elle se retourna et vit son ennemi flotter doucement dans la regardant avec un petit sourire comme un adulte s'attendrissant de voir un enfant jouer avec son ami en peluche. D'un mouvement rapide de son arme, elle trancha le jouer dans le sens de la longueur, le laissant retomber en contrebas tandis qu'elle se stabilisait dans les airs pour faire de nouveau face à cet espèce de patchwork de créature, comme l'ultime créature d'un savant fou et ivre.

" Tu n'es pas le bienvenu à Concordia. " Fit-elle en le pointant de la lame noire de son épée. " Peu importe les termes de ta discussion avec ma soeur, rien ne vous permet, ni toi ni elle, de se promener librement dans ma cité. C'est mon dernier avertissement. Quitte ces lieux immédiatement et retourne avec tes sous-fifres dans ton empire dystopique. Si je te recroise ici une nouvelle fois sans y avoir été invité, je ne ferais pas preuve de tant de manière avant de te jeter hors de ma ville. "

Luna parlait haut et fort, faisant preuve du plus de charisme qu'elle pouvait. Son armure, redevenue de fer sans qu'elle n'en comprenne la raison, rayonnait aux lueurs de la lune. Lune qui semblait immense et seule arbitre de leur confrontation. Le vent froid balayait le visage fermé de la dirigeante, sa longue chevelure volait derrière elle alors qu'elle attendait la prochaine action du Bouffon Chaotique. Le temps semblait s'étendre durant un court instant, Luna se concentrant pour déceler la prochaine action, aussi hasardeuse celle-ci pouvait être. Sous eux, Concordia retenait son souffle. Les habitants étaient tiraillés entre l'envie de fuir par peur, ou la curiosité de voir ce que les deux dirigeants pouvaient bien être en train de faire. L'ombre de l'alicorne et celle du monstre devant la lune avaient quelque chose de surréaliste. La Lunariste avait toujours un pincement d'appréhension au coeur. Elle était seule face à un adversaire qu'elle et sa soeur n'avaient pas pu repousser sans les éléments de l'harmonie. Et cette fois elle ne pourrait compter sur personne, ne voulant pas risquer la vie de soldats de son armée contre un adversaire au si grand potentiel destructeur. Au moins elle se disait l'avoir éloigné de la masse, limitant les dégâts que celui-ci pouvait faire... en tout cas un minimum.

_____________________________________________
Night Mare or  Nightmare

~ : Présentation : Fiche Technique : ~

ARCANA, Secrétaire Lunaire
~ : Présentation ~ Thème ~ Battle Theme : ~
Revenir en haut Aller en bas
Mad Melloré
avatar
Eternal Chaos

Messages : 337
Age : 23

• Votre personnage •
Race: Saddle Arabian
Niveau: 18
Expérience:
129/180  (129/180)

MessageSujet: Re: Visite de courtoisie [PV Mad & Reverse]   Mer 12 Aoû - 2:46





____La jeune Saddle Arabian regardait aux alentours un air émerveille et vide à la fois, tournant la tête de droite à gauche la bouche légèrement entre-ouverte un mince filet de bave en coulant. Elle était tout simplement hypnotisée par toutes les couleurs qui frappaient Concordia grâce aux pouvoirs de Discord le maître incontesté du chaos. De plus son imagination complètement ce tableau d'oursons en guimauve se baladant en tout sens, levant leur chapeau au passage de l'aliéné qui sautait guillerette à droite à gauche après avoir donné une note finale à sa composition et que tous les poneys exténués se mettent à courir en direction du palais. La divine toquée gambadait avec une innocence telle que personne ne la voyant ainsi dirait qu'elle est en partie responsable du capharnaüm qui avait envahit la cité nocturne. Cette grande malade regardait d'un air appétit ces ours sucrés qui se baladaient sur la place et qui n'étaient autres que les nouveaux arrivants, la Princesse de la lune entre autre. Ils avaient l'air si... délicieux, si goutteux, leurs couleurs chatoyantes attiraient la folle comme le miel attire une abeille. Pouvait elle les mordre? Et si jamais elle leur faisait mal? Parce qu'ils avaient l'air gentils! Ils ne méritaient pas tant de haine!



____Dans cette illusion de son esprit, la jument regardait avec envie le fessier de la princesse bleue nuit, ce fessier si rebondi devait avoir un goût sucré du tonnerre, et peut être était-il fourré?! Si oui à quoi? Au chocolat? Ce serait une des meilleures nouvelles de cette journée pour la cinglée. Imaginez-vous, une meringue géante à l'air soyeux, lisse, rebondit, et le tout fourré d'un délicieux chocolat fondu et coulant, ne serait ce pas merveilleux? Ne serait-ce pas un paradis sur terre? La bave lui montait aux lèvres alors qu’imperceptiblement elle se rapprochait pas à pas de la sucrerie de ses rêves. Toutefois, alors qu'elle était à quelques mètres de sa proie, quelque chose l'interrompit. Cette fois ci, il s'agissait d'un crocodile en gélatine, sa kryptonite! Qu'y avait-il de meilleur au monde qu'un crocodile en gélatine, d'autant plus à taille Equestre. Il lui dit quelque chose à propos de Pandore qu'elle ne comprit pas réellement trop obnubilée par cette chère tendre et verte. VERTE?! Ses préférés, Ô crocodile de son cœur, sache que tu as tout pour lui plaire. De la couleur à la forme, des composants à ta chair. La Saddle Arabian se rapprocha, un air concerné, et surtout hypnotisé par ce Tida en forme de bonbon dans son esprit. Elle comprit alors ce qu'il avait à lui dire! IL VOULAIT QU'ELLE LE MANGE! Il était une énigme afin de trouver Pandore, et si elle le mangeait, elle gagnerait des supers pouvoirs trop fort et elle pourrait retrouver la personne qu'elle recherchait, génial non? Et étonnamment logique pour une taré comme Mad!








____Étant maintenant proche, et un air assez abasourdi pour que Tida puisse penser qu'elle veuille bien l'écouter à propos de Pandore alors qu'elle se demandait juste par quelle partie du crocodile commencer, la malade mordit un grand coup Tida avant de se reculer d'un coup l'air révulser, quelle horreur! Depuis combien de temps ce bonbon était-il périmé? Ou plutôt depuis combien de temps ce pégase n'avait-il pas prit de douche? Quelle atrocité! Crachant et tentant de s'essuyer la langue, la demoiselle s'éclipsa rapidement lorsque Discord, le roi des abeilles se présenta à elle. Les bonbons étaient des méchants? ELLE LE SAVAIT! Aucun gentil bonbon ne pouvait avoir un goût aussi abject! Dans ce monde de couleur, tout se noircit et une ombre rouge teinta la ville sous sa cape. Comment osaient-ils arrêter la fête?! Elle s'amusait bien et puis pourquoi ils voulaient cacher Pandore? Il n'y avait que de parfaits méchants pour faire de telles atrocités!



____Explosant non pas de colère, mais plutôt d'une envie de combat, d'une soif de rabattre le caquet à ces méchants bonbons, sa vision du monde se clarifia, en face d'elle n'était plus des bonbons, mais bien des poneys ou des juments! Devant elle se présentait d'ailleurs un Poney aux fortes allures de chauves souris accompagné de soldats qui osait lui ordonner quelques choses. La réponse ne se fit pas attendre:



-Hey OH, monsieur le garlichute, j'suis pas un canarivoi moi! Donc tu me parles pas comme ça, et pis pourquoi t'es méchant?! Moi j'aime pas çà!


____Se ruant sur celui qu'elle identifiait tant bien que mal comme un ennemi la dérangé arma sa patte et lui décocha un coup, toutefois sans qu'elle ne sache si son coup avait fait mouche elle était téléportée à une table de poker avec le roi des abeilles, quelle étrangeté! Se remettant de ses émotions jusqu'à ce que la table disparaisse, la demoiselle comprit qu'elle avait désormais deux personnes sur le dos, du moins très probablement. En plus sous ses pieds, tout était tout glissant. Fronçant les sourcils et prenant une mine renfrognée, la chaotique saisit tant bien que mal son archet afin de jouer une musique électronique, enchaînement de vibrations et de bruits bizarre qui emporte le corps et l'esprit, la demoiselle retrouva son état originel, mais quelque chose d'imperceptible avait changé! Folle peut être, mais pas totalement idiote, la barde avait usé de ses talents pour amplifier magiquement la musique et augmenter son agilité ainsi que celle du roi des abeilles et de la fille qui avait l'air de vouloir faire la fête elle aussi, parce qu'eux au moins, ils avaient l'air gentils.


____Maintenant que tout le monde semblait réunit et alors qu'elle n'avait pas noté Pandore et se retrouvait séparé de cette dernière par une fontaine qui les cachaient une à l'autre elle saisit une nouvelle fois son violon, il y avait tellement de monde, tout semblait si merveilleux sur cette patinoire de vanille, il était tant de danser!








____Furieusement, elle glissa le crin de son archet contre les cordes de son instrument afin de lui arracher un son magiquement amélioré. Fermant les yeux un petit instant durant les premières notes, toutes les énergumènes présentes sur la place firent de même, continuant à jouer du crin avec a bouche, la demoiselle tourna la tête sur la gauche ou elle tenait son violon et écarta les pattes avant en se redressant, puis pour couronner le spectacle elle effectua un salto arrière.  Déjà sur la terre ferme cette figure n'est pas des plus faciles, mais alors sur de la glace. Donnant trois coups de patins elle fit un va-et-vient et serpenta entre deux arbres tourna sur elle-même puis réitéra la figure, elle enchaîna en se redressant à nouveau sur deux pattes tout en levant bien haut la troisième puis se mit à tournoyer comme une folle tout en continuant à jouer. Retombant au sol, elle effectua quelques sautés elle enchaîna ainsi quelques pas pendant que sa musique durait et finit sur une figure plus complexe, sur deux pattes, elle pencha tout son corps à l'horizontale, une troisième patte dans la continuité du corps, puis traça sur une petite surface le visage du roi des abeilles.



____C'est à ce moment qu'elle en eut finit avec la danse et que toutes les personnes présentes devaient se sentir libérer de leurs chaînes invisibles les obligeant à danser, la fêtarde tira la langue à Tida et Supernova puis s'éclipsa de la piste de patinage se débarrassant rapidement de ses patins à glace grâce à son agilité augmenté puis se permit d’agrémenté son acte de l'insulte:


-VOUS PUEZ DU CUL!


____Riant à s'égosiller, la demoiselle s'éloigna en courant et entra dans la première maison présente sur son chemin, laissant une trace sur la porte, à l'intérieur.

_____________________________________________

OC From Mad Munchkin
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Visite de courtoisie [PV Mad & Reverse]   Jeu 13 Aoû - 3:09

...Je n'ai aucune idée de qui est cette femelle qui m'a envoyer dans cette ronde, mais je sens qu'elle va payer, ne serait-ce que pour le fait de m'avoir appeler Billy... Quel est cette sorcellerie !!! Je déteste la magie ! Pour une raison que j'ignore, mes pattes se mettent à remuer, mon croupion commence à se balancer, et cela, sans que je ne puisse rien y faire. Je tente tout : lutter pour ne pas danser, me faire mal, me mordre la langue, crier et insulter comme pas possible, essayer de me prendre les pattes dans le sol pour me casser la gueule et sortir de cette valse endiablée, mais rien n'y fait, je ne peux pas m'arrêter de danser. Je garde un œil sur la femelle au violon, elle me saoule avec sa musique stupide, j'ai envie de lui arracher des pattes et de l'exploser au sol ! La haine et la colère montent doucement en moi pour devenir mon sang froid, lorsque cette folie se termine, je me pose, regardant tout ce qui se passe autour de moi...Nova. SuperNova. Je marche vers lui en souriant, le regardant dans les yeux avant qu'un garde ne s'interpose.

-La garde s'occupe de tout monsieur, veuillez regagner votre domi....


Je lui écrase mon sabot droit dans le museau, avant de le pousser en l'écrasant contre le sol. Suite à cela , les autres dégainèrent leurs armes en mousse devant moi, je pousse les lames en m'approchant de Nova :

-Hé bé, la dernière fois que je t'ai vue, t'étais loin d'être le gugus en armure que je vois. M'enfin, tu sert a quelque chose.

Je lui pointe la femelle violoniste du sabot en souriant, il est vrai que cette dernière est assez marrante, mais elle ne m'inspire rien de plus que de la haine, l'envie de lui casser la figure, de lui faire bouffer son violon magique ! Elle n'avait pas de corne...a vrai dire, le violon était la seule chose qui était en lien avec sa magie. Pas besoin d'être sortie d'une école de magie pour comprendre que le violon était la source du sortilège, et pour savoir comment le sortilège m'atteint, je ne vois qu'une seule solution : le son. La mélodie du violon doit m'atteindre d'une façon où du autre et manipuler mes gestes.

-Elle utilise son violon pour manipuler les gens et....

Je serre les dents d'un coup, , faisant une petite grimace de douleur en la regardant planter violemment ses dents dans ma patte, me faisant perdre une petite quantité de sang dans sa bouche, avant qu'elle ne recule dans une pâle figure de dégoût vis à vis du gout de mon sang. Tu m'étonne que ce n'est pas bon idiote, c'est pas bon le sang !...Enfin, moi personnellement, j'aime gout du sang coulant dans ma bouche, ça ne fais qu'augmenter l'intensité de ma rage guerrière lorsque je me bat.

-...Et vorace apparemment.

Je me prépare à rire quand elle viens mettre une baffe à Nova, mais hélas, elle est téléportée sur une table de poker avant que cela n'arrive. Pourquoi est-ce que les choses marrantes n'arrivent qu'aux autres ? Je n'ai pas le droit de regarder un type se prendre une branlée par une femelle ? Sans compter que, au vus du nombre de débiles qui le suivent, il doit avoir un poste important, du style chef de tout ces guguss en armure, des "gardes". Des poneys virils et puissants en uniforme qui sont censés menés la justice...La plus grosse virilité que je leur connais, c'est celle qu'ils s'échangent sous les douche durant leur pauses, et pour ce qui est de leur puissance, je viens d'en mettre un au sol d'un coup dans le visage, ça devrais suffire en terme de puissance. Je suis sûr et certains de valoir cent fois mieux que ces gardes à la con. Je les ai même humilier une fois, je me souviens même du visage de certains des gardes que j'avais feinter lors de mon intrusion au château.

Ce souvenir est encore vif dans ma mémoire, comme celui de mon procès, celui du pardon de Luna...Celui de Sabert...Rien qu'en y repensant, mon cœur se serre, et je sens quelque chose monter dans mon corps, dans ma tête, mais je reste fort, aussi fort que possible...Je dois continuer de vire pour servir Luna. En parlant de Luna, il me semble qu'elle se laisse un petit peu menée, elle aurait besoin d'un bon coup de boost ! D'un coup, je vois la garce de saddle reprendre son violon...NON ! NON NON ET NON ! HORS DE QUESTION DE DANSER A NOUVEAU ! Je me jette à même le sol recouvert glace et frappe un gros coup le sol , brisant la glace d'un coup sec, et me saisi du plus de crème glacée possible avant de me l'enfoncer dans les oreilles...C'EST FROOOIIIIID Mes oreilles gèlent littéralement, si froides que j'ai l'impression qu'elles saignent ! C'est tout de même un sacrifice utile, car grâce à cela,je n'entend pas la musique qui commence à entraîner tout le monde. Va te faire foutre la saddle ! Je dois tout de même avouer une chose : elle est agile, moi, j'ai la chance d'avoir mes ailes pour m'aider à avancer et à me stabiliser. JE LA VOIS ! La garce qui m'a pousser dans la danse ! Je fonce sur elle alors que la saddle brise son sort, et la choppe. Je l'entend vaguement m'insulter de loin, mais je m'en fiche, je tient fermement par les épaules, battant des ailes pour m'éloigner à l'autre bout de la place où tout le monde était réunis pour la prendre de façon isolé, m'aidant de la glace pour forcer cette inconnue à reculer. Elle apprendra à se foutre de ma gueule ! Je la lâche finalement en la laissant glisser un peu plus loin sur la patinoire de crème glacée.

-Ecoute ma grande, je ne sais pas ce que tu fous ici, mais si les délire de danse et de sucreries te plaisent, tu dégage de chez nous, et tu va chez Discord, ici, on veut la paix, pas des fouteurs de merde !

Je dois servir Luna, je dois débarrasser le territoire Lunariste des parasites tel que Discord ou cette femelle, et, plus que tout, je dois m'arranger pour que Luna puisse combattre sans encombre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Visite de courtoisie [PV Mad & Reverse]   Sam 15 Aoû - 16:40

Pourquoi fallait-il toujours commencer par poser des questions cons ? Évidemment qu'ils n'allaient pas arrêter aussi facilement, c'est pas assez drôle sinon. Et puis, comme le dit l'adage, plus on est de fous plus on rit. Ce fut d'abord Pandore qui arriva et qui s'installa derrière le Capitaine, après lui avoir signifier qu'elle était tout à son service. Même s'il lui en était reconnaissant, il voulait éviter de mettre la fille de Luna en danger ou même de risquer de la blesser. Surtout avec la mère non loin... Le prochain fut Tida, ce qui confirma d'ailleurs l'impression de SuperNova. Il l'avait bien vu dans la foule. En revanche, l'attaque sur le garde était plus qu'inutile...

Heureusement, les informations que le Pégase noir étaient, elles, très utiles. À le croire, la Saddle Arabian se servait d'un violon pour manipuler les gens... Voilà qui était horriblement intéressant, puisque cela permettait de savoir comment neutraliser sa magie. Car oui, c'était bel et bien de la magie.

MAIS ! Coupant court à toutes pensés ou actions, la jument grise mordit le mercenaire avant de se reculer. Et oui nunuche, le sang, c'est pas bon ! Après ceci, tout enchaîna vite. Bien vite même. L'Arabianne essaya de s'en prendre à Nova mais fut téléportée ailleurs. Que quelques courtes secondes plus tard, le Draconequus apparut et disparut une multitude de fois, toujours devant quelqu'un, ne prenant que le temps de coller un chapeau pointu de fêtes sur les têtes, ou plutôt les casques, ainsi qu'il sans-gêne aux gardes et autres présents. Un peu étonné de tout ça, le Batpony loucha avant de recracher ce qu'il avait en bouche et d'enlever son chapeau pour le jeter au sol. Discord ne prenait vraiment rien au sérieux ! Preuve en était la patinoire de crème glacée qui suivit, prenant la majeure partie des gardes au dépourvu. Heureusement, le haut gradé fut assez prompt à réagir.

- Que tout ceux qui le peuvent, décoller et maintenez vous juste au dessus du sol, pour éviter les chutes !

Ajoutant l'acte à ses paroles, il ne se fit pas prier et déploya ses ailes membraneuses avant de précautionneusement se soulever du sol, remarquant enfin tout son attirail en mousse. Le Batpony de la garde grogna avant de se poser une question. Si c'était bel et bien de la mousse, alors pourquoi tout cela pesait tout autant de poids ? Logiquement, ça aurait dut être plus léger, mais si le Dieu de Chaos n'avait pas la même logique que les autres. C'est alors qu'une idée lui traversa l'esprit. Ce n'était qu'un tour de passe passe qui, au fond, ne changeait en rien l'équipement qu'ils portaient tous. Dégainant sa lame, il donna un petit coup sur le sol glacé et fut satisfait de retrouver son arme d'origine, qu'il rengaina. C'était ça !

- Vous souciez pas de la "mousse", ça reste votre équipement. Gardez les, ils vous reviendront en temps voulu !

Plusieurs gardes grognèrent, avant que la suite des événements ne laissa pas de place aux questions ou même à quoi que ce soit d'autre. La grise Arabian. Elle, qui était à l'autre bout de la place, se mit à jouer du violon. Au moment même où elle commença, tout le monde ferma les yeux, comme mis en transe par la musique. Des que les premières notes se firent entendre, toute l'audience bougea. Malheureusement pour lui, Nova ne faisait pas exception. Luna et Discord en revanche, était peut-être déjà trop loin pour que la musique ne la affectent...

Comme une seule personne, tout le monde sur la place, qu'ils soient sur la glace ou dans les airs, se mit à effectuer un salto arrière, la majeure partie de ceux au sol tombèrent d'ailleurs en se réceptionnant. Étant dans les airs, après trois forts coups d'ailes, le Capitaine Batpony fit le salto et frôla le sol de ses pattes. Mais les festivités ne s'arrêtèrent pas en si bon chemin ! Imitant la meneuse de la danse, tous commencèrent à zigzaguer avant de sauter. Pour Nova, en guise de saut, ce fut une petite vrille, faisant à chaque fois passer ses ailes à quelques millimètres du sol. Il pouvait sentir la fraîcheur de la glace en passant sauf qu'il s'en fichait complètement. Il avait beau essayer de faire ce qu'il voulait, il n'arrivait pas à se libérer du sort musical de l'inconnue et ça le rendait doucement dingue.

Continuant sur sa lancée, la chaotique se mit à effectuer une figure tournée. Bien évidemment tout le monde suivit., les volants prenant un peu d'altitude avant de redescendre en piqué, tournoyant eux aussi, jusqu'à arriver au niveau du sol et de tourner brusquement, évitant les divers obstacles et restant dans les airs. S'en suivit quelques sautés, qui se traduisirent par une alternation de petits virages à gauche et à droite alors que tout les volants se croisèrent en vol, donnant une figure semblable à deux courants se croisant sans que personne ne se touche. C'était plus une figure digne d'un défilé ou d'une démonstration de voltige. Enfin, pour finir, tandis que la Saddle Arabian se mettait sur deux pattes à l'horizontale, les gardes en l'air prirent tous de l'altitude avant d'arriver au point culminant de la forteresse. Puis, après s'être attrapés les pattes, tous partirent en chute libre. Nova n'était pas dans le groupe cela dit. Il était en plein centre du groupe et, une seconde après la chute de ce dernier, replia ses ailes et au dernier moment, passa en plein centre du cercle, le faisant éclater et dispersant les autres gardes aux quatre coins de la place. Le Batpony redéploya ses ailes et tenta une remontée brusque et rapide avant de se poser sur un des toits. C'est à ce moment là que la mélopée furieuse du violon s'estompa et libéra tout le monde, qui ouvrit enfin les yeux.

SuperNova prit une grande bouffée d'air avant de chercher la fautive du regard. Elle trahit sa position d'elle même en insultant à la manière d'une enfant tandis qu'elle fuyait. Retenant un grognement de colère, le Capitaine de la Garde décolla et vola à la suite de cette dernière, rapidement suivit de sept gardes ayant déjà récupérés. D'un coin de l’œil, il vit que Tida s'occupait de l'autre jument et que neuf gardes le suivait. Tant mieux ! En revanche, dame Pandore était plus ou moins introuvable... Si elle pouvait réussir à s'être mise hors de danger, ou même à suivre le Batpony bleu, alors c'était niquel. Si elle était avec le groupe de neuf gardes restant, c'était aussi bien cela dit...

Arrivant dans la rue ou il avait vu l'Arabianne partir, il vit sa croupe rentrer dans un domicile. Fort heureusement, celui ci était inoccupé. Sans perdre un seul instant, il demanda à son groupe de sept gardes de surveiller toutes les issues du bâtiment, que ce soit porte, fenêtre, ou même le toit. Elle ne devait pas sortir d'ici seule ! Tout de suite après avoir donné ses directives, il entra dans la bâtisse en hurlant après s'être bouché les oreilles.

- Hey ! Je sais que t'est la, inutile de te cacher ! Montres toi !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Visite de courtoisie [PV Mad & Reverse]   Mar 18 Aoû - 20:41

Décidément, cette journée s'annonce compliquer. De toute manière, quand le chaos règne il n'y a rien qui peut être simple, l'évidence elle-même ou les lois universelles peuvent changer à tous moment. Pour le moment, je me contente de suivre dans ma tenue qui masque un peu mon identité tout de même, mais sans plus. Je vois alors les événements s'enchaîner. J'ai cru reconnaitre Mad Melloré aussi, mais si elle est physiquement bien la même, son mental lui semble totalement différent. Ce n'est pas simplement de la confusion, c'est de la folie de toute évidence.

Tout comme les autres, je mets mon chapeau au sol et je recrache le sans-gêne que l'on me met au museau sans avoir la décence de me demander mon avis, le sans-gêne est plus le possesseur que l'objet lui-même de toute évidence.

S'en suis la patinoire de glace ce qui est une surprise de mauvais goût de plus. Pas que la crème glacée ne soit pas à mon goût, mais je préfère quand je n'ai pas marché dessus tout de même par principe. Puisque je ne peux pas voler, je me contente de créer une petite boule de chaleur au sommet de mon bâton pour faire fondre la glace à quatre points pour éviter de glisser malencontreusement. Bon, il faudra bien que je bouge à un moment, mais pour le moment cela suffira.

Alors que je ressemble maintenant suite à un autre instant de chaos à une soldate en mousse... Haha... Je garde tout de même mon attirail, d'un je n'ai pas le temps de le retirer et de deux, je n'y pense pas tout simplement on va dire. Et puis même en mousse, un focalisateur des arcanes n'en reste pas moins un n'est-ce pas ? Mais cela n'était pas fini, ils jouent avec nous, une danse par ci, un salto arrière des plus douloureux à l'atterrissage plus loin, surtout avec la glace froide et collante.

Finalement mon protecteur et supérieur du moment s'en va en volant, bon et bien... Je vais devoir improviser, j'imagine. Comment faire ? Surtout que je ne peux me libérer du sort sonore. Décidément j'aurais maintenant toujours des boules quies dans mon sac à main quand je sortirai, on ne sait jamais. Il a fallu un temps que l'on qualifiera de trop long, avant que je puisse de nouveau agir, alors que la fautive fuie en lançant une insulte des plus puérile.

Cela avant de se réfugier dans une maison proche, enfin je crois, je n'en suis pas réellement sûre d'ici. Je n'ai pas l'arrogance de penser pouvoir aider ma mère face au dieu du chaos et je risque d'être une gêne aussi pour les gardes... Alors, autant la suivre non ? Je commence à me diriger vers sa direction en ne tombant que trois fois à cause de la glace. Je vais vers cette maison où j'ai cru la voir entrer, peut-être que je me trompe.

"Mad Melloré ? Vous êtes là ? Nous sommes Pandore, répondez s'il vous plaît."

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Reverse Song
avatar
Dark Pledge

Messages : 921
Age : 24

• Votre personnage •
Race: Licorne
Niveau: 29
Expérience:
179/380  (179/380)

MessageSujet: Re: Visite de courtoisie [PV Mad & Reverse]   Ven 21 Aoû - 20:11




Tout semblait se dérouler telle une grande fête, emplie de compagnons de jeux, de musiques et de danses toutes plus incroyables les unes que les autres. Pour peu, la ville de sucreries et la colère de ses habitants ne fut que peccadille face à la joie, l'effervescence qui naissait en Reverse. Combien de temps à grogner, tête baissée, front plissé, sur la misère de ce monde et sur ses dirigeants de maigre besogne ? Combien de temps sans sourire, imbibée de haine et de torpeur, incapable d'émerger de ces ombres, de cette mélasse étouffante, écrasante, ne respirant plus que pour sa propre survie. Combien de temps, avant que ne s'éveille l'enfant brisé en elle.

Alors, de ces sabots, elle applaudit, tapant parfois du pied pour accompagner les danseurs, poussant parfois quelques acclamations comme pour les féliciter de leur prestation, quand bien même cela n'en fut qu'une malédiction. Mieux encore, des gens arrivaient en masse, hurlant, certainement leur joie, courant de partout.

Et puis.
Le retour brutal de la réalité, véritable parpaing sur la tartelette aux fraises des illusions. Les menaces. Les insultes. La terreur. Le chaos, dévorant le peu de bonheur qui avait su émaner d'elle, emprisonnant de nouveau son âme d'enfant dans la colère. Dans la haine. On venait de briser sa fête. On venait d'écraser son petit rêve d'un jour. Celui d'une grande fête. Celui d'amis. Celui d'oublier, ne serais-ce qu'un instant, la guerre rongeant chaque être dans ce bas monde.

Mais non.
Non. Bien sûr que non. Les lunaristes se devaient d'aimer cette décadence. Ils s'en nourrissaient comme des parasites sur les corps de leurs ennemis : quoi de mieux qu'une guerre pour affirmer sa supériorité. Déjà alicorne, déjà reine, il ne lui manquait plus qu'un statut de digne impératrice pour faire de sa personne la plus puissante sur ses terres. Alors, une bataille, ce n'était, dans un sens, qu'une perte minime de vie pour un gain majeur de vantardise. A quoi bon laisser ses sujets s'amuser, laisser une pseudo paix entre deux camps s'installer, quand on peut tout écraser de son sabot de fer ?

Et avant même qu'elle ne crie sa colère, le choc lui coupa le souffle, la faisant reculer, glisser, sur le sol désormais crème. Le poney, ou plutôt, le pégase, de noir aux étranges lunettes, venait de s'élancer contre elle, la saisissant par les épaules comme un adulte hurlant sur une enfant en faute. Le regard sombre, la mine renfrognée, elle écouta les sermons de l'autre noiraud, avant qu'il ne la lâche, espérant certainement sa fuite. Et quand bien même elle aurait voulu suivre la violoniste et ses badauds écervelés, elle resta là, statue de marbre, scrutant non sans intérêt son interlocuteur.

Placés de manière isolée, ils semblaient tout deux être de bons guerriers, plutôt agiles, que ce soit de par sa carrure ou ses ailes, avec la ferme intention de ne pas céder aux caprices de l'autre. Deux blocs, ferme, tenant ; l'un recherchant la sécurité de sa Majesté, l'autre le simple plaisir que la maigre vie lui offrait. Ni but, ni orgueil. Juste la tension de deux êtres qui ne céderaient pas, s'acharnant dans le regard de celui qui ose.

- La paix, hein ?

Un léger sourire marqua son visage, carnassier, sournois, véritable serpent prêt à s'abattre sur sa proie.

Plutôt ironique, non, quand on sait que vous capturez les gens pour le plaisir de faire chanter les autres.

Son écharpe vibra alors, simple sursaut, avant de lentement s'élever, ses fanions de perles devenant des serres reluisantes de colère. Ce mec avait mis fin à son petit plaisir du moment. Cette garde avait mis fin à la danse et à la musique trépidante. Cette reine avait mis fin à la beauté du tableau dépeint de diabète et de caries. Cette putain de nation avait mis fin a tout un rêve.
D'un mouvement bref, la nouvelle main éleva dans les airs une lance d'os, fraichement déterrée du sol de crème glacée, avant de la saisir avec ferveur. Son jeu de doigt la fit tournoyer, comme le ferait n'importe quel étudiant de son stylo lors d'un examen qu'il n'a, bien entendu, fait que réviser la veille -ne mentez pas, je le sais-, cherchant, analysant la situation de sa magie noire.

Il pouvait voler. C'était, en ce moment même, un important avantage. De plus, sa carrure forte quoique svelte et le peu d'armement qu'il possédait indiquait clairement une aptitude au corps a corps, dans le genre des moines ou des voleurs. Cependant, les coutelas qu'il possédait, s'en suivi des innombrables cicatrices reluisantes sur sa chair sombre, convergeaient vers la dernière hypothèse.

Soit. La nécromancienne partirait de la base qu'il s'agissait là d'un voleur expérimenté, et qui n'avait but que de protéger sa reine, au vu de la posture qu'il côtoyait entre les deux camps. Un bien bel exemple de loyauté. Protéger les siens. Protéger son royaume.
Un but qu'elle recherchait elle aussi.

Et puis, l'expression de colère se dissipa d'un rien, devenant soudainement sage, d'un calme improbable pour la situation. Neutre, presque antipathique face à la scène, elle le scruta encore de son œil blasé, avant de relever son visage vers les arbres de sucreries.

D'un mouvement ample, la main s'éleva, tenant à bout de doigt la lance, l'embourbant dans le feuillage de barba-papa pour en décrocher un large morceau. Ce n'était pas vraiment d'une attitude que se voulait impressionnante que la femelle s'avança vers l'ailé, portant à sa bouche le coton rosé, qu'elle mâchait avec dépit. A vrai dire, les gens ne se méfiaient pas de la pouliche d'ébène et d'or, tant sa misérable carcasse faisait peine à voir. Elle avait cet air mélancolique de poupée brisée, ou bien de peluche débourrée qu'un enfant avait abandonné dans un coin, et à qui personne ne pensait loin de la poussière et de l'obscurité.

- Vous devriez vous détendre un peu, commença t'elle entre deux bouchées. C'est en s'énervant que les soucis commencent.

Son regard se porta sur le draconequus, reluisant de plaisir à ses facéties, et sur les gardes qui s'attelaient, de-ci de-là, à stopper ce qui semblait être un duo de « petits rigolos quoiqu'un peu chiants ». Après tout, s'ils avaient laissé Discord s'amuser un peu, prenant part aux festivités, ils seraient certainement tous attablés dans un coin avec biscuits et thés, musiques et rires. Mais qu'importe. C'était leur choix. Un mauvais choix, certes, mais leur choix tout de même.

Le coton de sucre n'en était qu'à ses trois quart quand elle cessa de manger, se pourléchant les lèvres des restes collants. D'un léger geste, elle enchanta son bâtonnet osseux d'une magie élémentaire flamboyante, laissant le sucre fondre une mélasse sucrée et honteusement calorique.

- Mais bon, puisque c'est ce que vous voulez...

Ce fut rapide. Bien trop pour la femelle. Probablement était-ce l'engouement pour la musique, ou bien l'adrénaline, mais il y avait en ces mouvements quelque chose de amples, d'habile, de vif. Qu'importe. Prévisible qu'était la nécromancienne et son penchant pour les ennuis, son visage taciturne et neutre redevint soudainement sauvage, amusé. Elle s'était approchée d'assez près pour sévir de part l'allonge de son écharpe, et d'assez loin pour ne pas éveiller la méfiance déjà exagérée de l'étalon. Juste ce qu'il fallait ; tout du moins, à ses yeux. D'un mouvement brusque, rapide, la lance vint se fracasser sur le dos de l'animal noir, s'y collant en éclat sur ses plumes de soies. Désormais privé de ses ailes, ne serais-ce qu'un temps -aka se laver et se sécher en évitant de tout arracher, ce serait dommage, hum-, ils étaient à égalité sur ce terrain glissant. Si glissant, d'ailleurs, que la femelle profita de l'élan donné à son coup pour s'accroupir, se laissant alors aller sous les jambes de noiraud, avant de se relever derrière lui sans difficulté de part ce soudain gain d'agilité, à seulement quelques centimètres de son fessier embourbé de caramel encore chaud.

Le saisissant par les pattes arrières, pour éviter une ruade importune, elle le fit alors glisser à son tour sur le flanc, le laissant aller contre la paroi d'une maison sur laquelle, avec un peu de chance, il finirait collé.

- Si vous voulez vraiment la paix, restez ici et laissez moi admirer le spectacle.

Une nouvelle lance d'os émergea du sol, qu'elle saisit de sa mitaine, non seulement comme d'une arme, mais aussi comme la promesse de représailles des plus ardentes.


Spoiler:
 

_____________________________________________

Art by ka_samy on DA.

Autres:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Visite de courtoisie [PV Mad & Reverse]   Sam 22 Aoû - 23:37

Autant l’avouer tout de suite, je n’avais absolument aucun intérêt pour ce qui se passait autour de moi. J’entends par là que d’un côté ma petite Madounette et son violon semblaient s’accommoder parfaitement à la petite gigue qu’ils affectionnaient tant avec leurs nouveaux amis. Et d’un autre côté, il y avait cette illustre inconnue prenant à partie ces mignons lunaristes et qui semblait tout aussi bien que nous chaotique s’amuser de cette situation en faisant apparaitre elle aussi ses petites farces.

Tout cela pour dire que je n’avais nul intention de m’immiscer dans quelque chose qui roulait pour chacun de la meilleure manière qu’il soit à l’heure actuelle. Ne restait donc que ma grande amie et ses valets, tous dressés devant moi, tels de beaux « i » dans leur armure de mousse autrefois reluisante à souhait.

Mais voilà que cette charmant Luna pointant sa fine lame en ma direction. Oh ! Que de velléités guerrières ! Que d’agressions ! Que de violence ! Oh bah tient, en voilà une bonne idée. Elle ne voulait pas jouer ? Alors jouons ensemble.

Faussement figé devant la pointe métallique, les yeux écarquillés, je ne bougeais pas d’un cil, comme subjugué par cette situation militariste qui je dois l’avoir était un poil tendu. Ce n’aurait pas été moi aux commandes je suis persuadés que les évènements actuels n’auraient pas été si festif. Mais heureusement que « Tonton Discord » était là pour passer outre et continuer à faire ce qu’il fallait.

Ce qu’il faut savoir avec cette morne Princesse c’est qu’elle faisait ce qu’Elle voulait alors que moi j’étais là pour lui apporter ce qu’il Lui fallait. En gros, un peu d’humour et de festivité dans une cité un poil dépressive, névrosée même. Bref. Quoi qu’il en soit j’étais toujours devant ce bout de métal à jouer le mime. Ventriloque ventriloquant, je m’adressais à mon hôte.

- Ouh ! Ça fait peur !

Fluidifiant mon essence, je m’enroulais autour de l’épée, ondulant tel un serpent avant de me retrouver à côté de celle qui aimait me menacer, en vain certes, mais la question n’était pas là. Flottant négligemment à ses côté je lui susurrais quelques mots d’amour  que tout un chacun pouvait entendre - ses soldats du moins - tout en lui massant les épaules.

- Hum ! Mais quel manque de finesse ! Et … oh ? Je te sens un poil tendue …
C’est décidé …
SPECTACLE !


Il n’en fallait pas plus pour que la scène chance à la vitesse d’un claquement de doigt. Au revoir patinoire, au revoir les arbres bonbons et la fontaine de chocolat. Bonjour à une toute nouvelle piste de cirque.

En arc de cercle s’entassaient sur les gradins les gardes de Luna tandis que cette dernière, privilégiée avait droit à une place d’honneur au premier rang. En face ? Une piste de cirque circulaire, un magnifique rideau rouge donnant sur les coulisses et un appareillage de trapézistes dernier cri. Grimé en « Monsieur Loyal » à veste rouge et au haut de forme noir d’environ un mètre, je faisais mon entrée sur scène. Lumière tamisée, spot braqué sur Luna, musique d’ambiance, c’était à moi de jouer.


- Madame et messieurs bonsoir et bienvenue pour ce tout nouveau spectacle du Chaos Circus ! Ce soir Bougliono le trapéziste, Danna Mannixa l’avaleuse de hallebardes et pour le grand final, Discordotof le clown !
Soyez sage et en avant !


« Pop » disparu, « pop » apparition en soubrette dans les gradins.

- Chouchous, beignets, barbe à papas, glaces, boissons fraiches, shampoings, cirage, poêle à frire …

Et rebelote. J’étais désormais en haut de l’édifice métallique dans un maillot à paillettes des plus saillants. D’un rapide élan je me jetais dans le vide, virevoltait, tournoyais, salto avant, salto arrière et réception dans un grand fracas. En retombant sur le sol je m’enfonçais sur moi-même, mes petites pattes arrière perdant quelques bons centimètres. Heureusement Monsieur Loyal était là pour rassurer le public.

- Oh … c’est pire que d’habitude ce soir. Mais ne vous inquiétez pas, demain nous l’aurons étiré suffisamment pour qu’il soit à nouveau opérationnel. C’était Bougliono ! … Eh … Oh ! Faut applaudir maintenant.
Pour la suite … Danna Mannixa l’avaleuse de hallebardes ! …

Bien, on me signale que nous n’avons pas de hallebardes, nous passerons donc au clou du spectacle, Discordotof le clown !


Noir ! Lumière et rideau rouge qui s’ouvre sur la piste. Un écran blanc prend lieu et place du voile écarlate. Sur scène je saluais joyeusement l’assemblée dans un costume au patchwork de couleurs flashy, accentuant le nez rose et une perruque frisée verte fluo.

- Bonsoir bonsoir. Excusez-moi pour le nez rose, je l’ai mis trop fort dans la machine et il a décoloré …
Bien, pour terminer cette magnifique soirée, je vous propose une petite devinette.
Qui suis-je ?


L’écran s’alluma et quelques images commencèrent à être projetées à la vue de tous.

- Je suis aussi noire que la nuit …

Une belle croupe sombre avec une cutie marque lunaire sur le flanc s’affichait

- Je suis aussi froide que la glace …

Un regard bleu profond et dur remplaça la diapositive précédente

- J’ai fait de la jalousie un art de vivre …


Nouvelle image. Une petite ponette rayonnante sur le devant de la scène tandis que la seconde broyant du noir était derrière, mise en retrait et oubliée

- J’ai une sœur qui s’est alliée à la Folie pour prendre le contrôle de mon royaume …

Petite vidéos de Canterlot où l’on peut m’apercevoir arrivant au palais avant de le quitter tout sourire en saluant quelqu’un hors champ, le tout dans une bonne musique digne de ce grand artiste et mélomane qu’était Benny Hill.

- Je suis ? Je suis …

En même temps à côté que cette chère Luna, installé dans un confortable fauteuil vert à pois bleus et jaunes, je grignotais du caramel au pop-corn.

- J’ai bien un nom en tête moi …
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mad Melloré
avatar
Eternal Chaos

Messages : 337
Age : 23

• Votre personnage •
Race: Saddle Arabian
Niveau: 18
Expérience:
129/180  (129/180)

MessageSujet: Re: Visite de courtoisie [PV Mad & Reverse]   Dim 4 Oct - 3:03





___Quel mélange de bric et de broc, à en juger par l’état de l’intérieur de cette bâtisse, même une personne aussi limité que Mad pouvait en venir à la conclusion que l’habitat avait été quitté avec empressement ? Toutefois une question se posait dans la tête de linotte de cette barde, pourquoi quitterait-on donc cet endroit avec empressement ? Il n’y avait aucune raison et elle ne voyait aucun danger aux alentours. A moins qu’ils ne se soient empressez de rejoindre la fête ! Ce qui d’une certaine manière était compréhensible ! On s’y amusait tellement, surtout après ce ballet sur glace qui l’avait requinqué et l’avait remis d’humeur, au diable de cette Pandore dont elle ne se rappelait plus grand-chose, maintenant elle voulait s’amuser, danser, manger, chanter.  Posant les yeux sur l’empreinte en forme de note de musique qu’elle avait laissée sur la porte une idée lui vint tout de même. Elle ferait mieux de s’écarter. Pourquoi ? Vous êtes bien curieux dites moi ! Si je vous le dit, ce ne serai plus une surprise après tout.  Dans ce cas, la seule chose que je vous annoncerai est qu’il s’agit d’une simple précaution, une mesure de sécurité. Comme dans les barbes à papa, s’ils mettent un bâton c’est pour éviter de se mordre la main en dévorant cette douceur venu des pays merveilleux.  Les yeux de la demoiselle roulèrent dans ses orbites.


___Devant elle une massive table en chêne qui devait peser son poids à la vue de sa taille, par terre étaient cassés deux verres et coulait un liquide doré, surement du cidre. S’ils avaient quitté la maison pour rejoindre la fête, les habitants de cet endroit auraient au moins pu ramener leur cidre ! Quel manque de savoir vivre. Manquant de s’énerver à cette réflexion, la demoiselle pouvait remarquer  un peu plus loin, coincé entre deux bibliothèques une porte entrouverte menant sur une pièce ou siégeait un lit aux draps défaits, des bougies qui devaient bruler depuis un bon moment déjà et surtout, régnait une odeur entêtante, une odeur de musc fortement prononcé, ce genre d’odeur qui vous grille les naseau et vous hypnotise, le genre de senteur qui une fois inhalé paralyse presque et provoque un frisson. Non, ces effluves n’étaient pas bien odorante, loin de là, mais vous savez, parfois, certaines fragrance ont un quelque chose d’attirant, d’agréable, bien qu’elles ne soient pas des plus fines. A en juger par l’odeur que dégageait la chambre et les draps, la Saddle Arabian pouvait remettre en place ce qui avait surement eut lieu. Cette senteur, elle ressemblait fortement à celle de NiceHeart. Son petit ami, toutefois, elle était différente, elle ne lui appartenait pas. Quelle étrangeté.








___C’est alors que comme frappée par un éclair, les souvenirs remontèrent, elle, son amour, leurs ébats. La sueur se mêlant pour ne former qu’une seule et même fragrance, celle de l’amour, celle de la passion. C’est fou quand on y pense à quel point le cerveau pouvait être bien fait. Associés ainsi une odeur à un souvenir, et les mobiliser aussi facilement pour les associés. Toutefois, lorsque la démente revint à elle, c’était avec un poids sur le cœur, une boule au ventre et les yeux embués de larmes. Pourquoi ? Elle n’en avait pas la moindre idée, malgré que la réponse s’imposait d’elle-même. Elle était triste, nostalgique, le cœur gros et pleins d’émotions.


___Des émotions qu’elle ne comprenait pas, des émotions qu’elle retenait car elle n’en avait pas la connaissance. Dans cet esprit embué par la folie ne réside que la musique, l’amusement et ce carillon, qui sonne encore et encore. Ressortant de la chambre avec empressement, sachant que ceux qui la suivaient ne devait pas être loin, elle leva les yeux en l’air pour apercevoir un toit et un plafond fait de poutres en bois entremêlées les unes aux autres. Le genre de maison typique dans laquelle ne régnait qu’une très faible luminosité. Jaugeant la hauteur des poutres, les étagères et la table, la demoiselle en tira la conclusion qu’elle ne pourrait très certainement pas grimper sans faire de casse et la casse, c’est pas bien.  


___Retournant donc se cacher dans la chambre aux fragrances envoûtantes, elle pu au même moment apercevoir la porte s’ouvrir puis se refermer, activant la marque. Alors que le Batpony se bouchait les oreilles, - grosse erreur de sa part que se privé d’un sens lorsqu’on est à la recherche de quelqu’un dans un endroit avec une faible luminosité – la note de musique, qui semblait incrusté dans la porte se détacha devenant une véritable note, coloré et en relief qui se gonflait tel un ballon de baudruche. Il ne fallut qu’un quart de secondes avant que le piège ne se déclenche. Le garde Lunariste avait à peine finit sa phrase que la note explosa telle une bombe libérant une onde sonore violente sur une zone circulaire. Ainsi la porte vola en éclat, la table en chêne fut renversée malgré son poids, et pour ce qui était du BatPony, elle n’en savait rien. Le problème lorsqu’on parle du son, c’est que la plupart des gens s’imaginent pouvoir s’en protéger en se bouchant tout simplement les oreilles. La plupart de ces personnes ne voient pas l’aspect vibratoire de cette merveille ainsi que sa dangerosité. Si tout était comme elle le pensait, la chauve souris équestre aurait du être propulsés en plus de ressentir une énorme douleur dans chacun de ses os.


___Cependant, Mad regardant les actions de celui qui était ici pour l’arrêter se rua sur lui, se prenant les pieds dans le drap défait, saisissant le chandelier encore allumer, roulant jusqu’à la salle à manger afin de terminer sa course sur un énorme coup de boule à son adversaire. Coup de boule qui la sonna elle-même, alors que, dans la foulée, le chandelier tombait sur le cidre mettant feu au parquet presque immédiatement. La sentence était irrévocable. Se rendant compte de la catastrophe en se relevant, la demoiselle ouvrit des yeux grands comme des éléphants en pleine période de reproduction.


-Euh… A plus dans le bus.










___Lorsqu’elle partit et avec l’alcool au sol, le feu était déjà hors de contrôle pour une seule personne et étant donné le coté boisé de la demeure il était aisée de comprendre que les maisons adjacente ne payaient rien pour attendre. Détalant tête baissée à l’extérieur la demoiselle ne se retourna pas. Si jamais on lui demandait quoi que ce soit à propos de cet incendie, ce serait la faute de ce garde. Elle ? Elle n’avait rien fait ! Elle n’était même pas entrée dans cette maison pour tout vous dire !


___La course folle de la démente continua ainsi jusqu’à revenir à son point d’origine le lieu de divers conflit ! Elle aussi voulait jouer à la guerre ! Tout le monde avait l’air de tellement s’amuser, mis à part cette dame de noire possédant une  robe semblable  à la nuit. Toutefois s’il est une chose à apprendre et à retenir par la suite c’est que lorsqu’on détale, souvent on s’étale.  Mad n’apprend pas vraiment de ses erreurs et regarder ou elle met les pieds est une tâche bien trop ardue pour cette simple d’esprit et c’est donc avec grâce et après trois tentatives pour se stabiliser que la demoiselle, la lame en avant à toute vitesse tomba sur la patinoire de crème glacée. De cette manière elle tourna, vrilla, glissa dans une danse involontairement mortelle, fauchant une patte par ici, puis une autre par là. Sa route se termina finalement lorsque sa lame entra dans la chaire molle d’un corps.


___Tentant tant bien que mal de rouvrir les yeux sans vomir avec le tournis qu’elle venait d’acquérir, la chaotique fit une nouvelle fois une tête digne des plus grands cartoons américains, bouche grande ouverte et yeux exorbités. Que venait-elle de faire ?! Elle qui ne voulait que jouer à la guerre venait  ni plus ni moins que d’enfoncer entièrement sa lame dans le ventre d’un pégase noire apparemment collé à un mur. Reculant d’un pas, rengainant son épée et se mettant à siffloter, la demoiselle fit comme si de rien n’était. Tournant le dos à l’étalon très certainement mourant et peut être hurlant, quel dommage, elle n’entendait rien. Peut être était elle sourde ? En tout cas elle ne pouvait rien faire pour ce pauvre hère et vous l’en voyez désolé. Patinant avec grâce jusqu’à celle qu’elle reconnaissait comme une alliée en la présence d’une licorne au pelage noire et vêtue tout comme elle d’une écharpe. Elle toussa en arrivant à son niveau.


-Hm Hm


___D’une certaine manière, elle voulait expliquer le malentendu qui avait provoqué un incendie, mais aussi celui ayant causé l’éventrement d’une personne qui n’avait rien demandé. Incapable de mettre des mots sur ses pensées, la folle montra d’un sabot le crucifié et de l’autre la maison de laquelle commençait à s’échapper de lourdes flammes ainsi qu’une épaisse fumée noire puis toussota une autre fois en baissant les yeux et tapotant le bout de ses sabots :


-Je tiens juste à dire que c’est pas de ma faute.


___Dit-elle d’une voix sincèrement désolé. Après tout elle n’avait pas totalement tord, la maison en train de brûler était du fait de ce Batpony à la noix. S’il n’était pas rentrée à sa suite en parlant méchamment, rien de tout cela ne serait passé, et pareil pour le pégase. Si Discord n’avait pas fait de patinoire et que le garde de tout à l’heure ne l’avait pas effrayée elle n’aurait jamais eut à fuir. Finalement, l’attention du papillon, atteint le zéro absolu, lorsque son regard se porta sur la jument à la robe nocturne. Elle n’en était plus très loin maintenant et d’ici elle pouvait apercevoir une mine sévère sur son visage. Dommage, elle semblait pourtant tellement belle, ne pouvant se retenir plus longtemps, la demoiselle joignit ses deux mains afin que sa voix porte plus avant interpeller la jument :


-HEY MADAME ! ARRÊTES DE FAIRE CETTE TÊTE, ON DIRAIT UNE CHÈVRE QUI A MANGE SES CHAUSSETTES ! C’EST PAS TRÈS JOLI ! RIGOLE UN PEU ! ON EST ENTRE AMIS !

_____________________________________________

OC From Mad Munchkin
Revenir en haut Aller en bas
Princesse Luna
avatar
Lunar Republic

Messages : 165
Age : 29

• Votre personnage •
Race: Alicorne
Niveau: 24
Expérience:
88/280  (88/280)

MessageSujet: Re: Visite de courtoisie [PV Mad & Reverse]   Dim 4 Oct - 22:58

CROSS: Princesse Luna
Troubles dans la nuit éternelle







Une fois de plus, Discord démontrait à tous qu'il était non seulement puissant, mais surtout complètement incontrôlable... et accessoirement assez bon masseur. Dès l'apparition du chapiteau, Luna s'était attendu à être tournée en ridicule, mais bien que cette débauche d'énergie aurait pu être agréable à voir, le fait que ce soit une intrusion sur son territoire lui restait en travers de la gorge, ne lui permettant pas de profiter de quoi que ce soit. D'abord ce fut un numéro de trapèze, qui aurait pu être intéressant si Discord, tout comme Luna, n'était pas capable de voler, ce qui annulait la peur de la chute de l'artiste, puis vint le temps des railleries. Discord semblait vraiment appuyer cette histoire comme quoi Celestia était l'instigatrice de cette invasion d'énergumènes et ces images auraient pu être convaincantes... si elles ne venaient pas de Discord lui-même. Impossible de croire à ce que ce roi de l'illusion pouvait bien montrer. Il aurait tout aussi bien pu montrer des images de Celestia et lui s'embrassant à s'en arracher les langues que ce Luna embrassant la croupe de Nova. Impossible de croire à quoi que ce soit de lui. Une fois son petit numéro terminé, elle se tourna vers lui, le regard sévère.

" Discord, trop c'est trop! J'en ai assez de tes bouffonneries. Quitte ma cité. Maintenant! "

Se cramponnant à son arme, cette fois Luna en avait plus qu'assez. Non content de la tourner en ridicule, il lui faisait perdre son temps. Elle se projeta en l'air et trancha d'un bout à l'autre la toile du chapiteau. Celui si, n'étant plus retenu, se mit à retomber doucement vers le sol, recouvrant ceux s'y étant engouffrés. De nouveau à l'air libre, les naseaux de Luna s'emplirent d'une odeur de fumée. Balayant la cité du regard elle pouvait apercevoir la maison d'où elle sortait, ainsi que la Saddle Arabian qui, non contente d'avoir en plus blessé l'un des siens, s'adressa à elle avec une grande vulgarité. Même si la folle était sincère dans sa façon à elle de s'excuser, elle n'en restaient pas moins un danger pour les autres. Et se cacher derrière les autres pour justifier ses actes avaient le don de mettre la jument de la lune hors d'elle, elle qui s'en voulait encore d'être devenue Nightmare Moon quand bien même la faute était partagée avec sa soeur. Luna voyait rouge. Ce n'était plus là le stade des blagues, mais les Chaotiques mettaient des vies en danger.

" Vous osez parler d'amis? Votre peuple est-il seulement capable d'en avoir? Vous n'êtes que des destructeurs. Des fous et des idiots s'amusant du malheur des autres. En plus de ruiner la paix de notre cité vous en menacez les habitants... Et je ne tolérerais pas cela une seconde de plus! "

La colère de Luna était froide. Si son regard le pouvait, il lancerais des éclairs sur ceux qui troublaient l'ordre. Ils avaient ignorés ses demandes et avertissements, alors elle n'aurait plus d'autre choix que de mettre ses menaces à exécution. Replongeant vers le sol, la lame au clair, elle chargea de toute sa force. Le coup brisa le siège qu'elle avait occupé quelques instant plus tôt et souleva un nuage de poussière qui la camoufla quelques instants, la princesse se servit alors des débris comme appui pour se relancer dans la direction du bouffon multicolore. Si cela ne lui donnait qu'une seule seconde d'ouverture dans la garde de l'ennemi c'était déjà cela de pris. Cette fois-ci l'intention était claire. Elle attaquait pour blesser. Dans sa charge elle mit son bouclier en avant, cherchant d'abord à sonner le roi fou, puis enchaina d'une série de coups violents. Les attaques n'étaient pas les plus rapides qu'il soit, mais chacune avait clairement pour but d'entailler les chairs. Si seulement quelques unes pouvaient toucher, elles causeraient déjà de bons dégâts.


Hors Roleplay:
 

_____________________________________________
Night Mare or  Nightmare

~ : Présentation : Fiche Technique : ~

ARCANA, Secrétaire Lunaire
~ : Présentation ~ Thème ~ Battle Theme : ~
Revenir en haut Aller en bas
Reverse Song
avatar
Dark Pledge

Messages : 921
Age : 24

• Votre personnage •
Race: Licorne
Niveau: 29
Expérience:
179/380  (179/380)

MessageSujet: Re: Visite de courtoisie [PV Mad & Reverse]   Lun 12 Oct - 15:25




Alors que le pégase englué semblait enfin comprendre la situation -plutôt merdique pour lui-, une ombre vacilla à ses côtés, véritable danse folle, avant d'enfin s'arrêter. La barde, déboussolée, se releva de son escapade, visiblement atterrée devant la situation. Là, de son poignet tendu, une lame s'était incrustée dans le buste palpitant du prisonnier, le laissant dans l'horreur de sa propre agonie. Elle recula, le visage déconfit, tournant finalement le dos à sa victime comme une enfant désireuse d'oublier ses bêtises.

La technique du couvercle. Ou de l'autruche. Si l'on ne voit pas le soucis, il n'y a pas de soucis. C'est ainsi qu'allait le monde. On cachait la poussière sous le tapas, parce qu'après tout, c'est tellement dur de se baisser pour la ramasser avec le balai et la jeter dehors. On tabassait les pauvres pour que le tourisme afflue, les chassant de la ville pour la faire paraître propre, vivante et surtout, de toutes bonnes grâces. On utilisait de grands mots qui sonnaient savant pour endiguer les polémiques, car, de toute façon, la population est bien trop conne pour réfléchir au sens de ces dernières.

- Hm Hm.

Le toussotement fit sortir la licorne de ses pensées, les yeux toujours rivés sur la guimauve qui, lentement, se teintait d'un délicat rouge. Le sabot levé vers sa propre victime, l'autre sur une allée de flamme -visiblement ce qu'il restait d'une maison-, la jument bleu-gris U28 d'après Carrelage-Ciment coucou je fais de la pub, hésita un bref instant, bégayant, butant sur les mots qui vinrent enfin, comme une excuse infantile.

- Je tiens juste à dire que c’est pas de ma faute.

C'était risible. Presque amusant en fait. Voilà donc les chaotiques en action. Des gosses. Des foutus gosses ne pensant qu'à s'amuser, défilant les bêtises, toutes plus horribles les unes que les autres, comme d'innocents naïfs, ne comprenant pas le moindre percentile de leur action et répercussions. Et dieu qu'elle ne savait pas comment prendre la chose. Était-ce d'éphémères alliés, ou bien de potentiels ennemis bien malgré eux ? Il n'y avait là bien plus de bombes à retardement que d'âmes dans ce corps, encore chamboulé par son acte.

Enfin. Chamboulé.
Pour encore quelques secondes.

Car son attention se délivra de l'agonie du pégase, papillonnant de-ci delà, avant, enfin de poser ses grands yeux candides sur la princesse de la nuit. Merde. Elle avait oublié, comme ça, ses soucis. Soit il s'agissait là d'une abrutie, soit d'une folle. Soit des deux. Ou d'une psychopathe. Mais cette dernière pensée n'était, franchement, pas de bon goût.

-Hey madame ! Hurla la jument, les mains en entonnoir pour augmenter son appel. Arrêtes de faire cette tête, on dirait une chèvre qui mange ses chaussettes ! C'est pas très joli ! Rigole un peu, on est entre amis !

L'arrogance de l'hystérique surprit d'abord la Nécromancienne, qui recula d'un pas, manquant de glisser à son tour sur la glace, avant de se transformer en une espèce de rire étouffé. Bon sang. Ils avaient beau être tordus, complètement perdus dans ce monde, elle ne pouvait s'empêcher de les trouver hilarant dans leur stupidité. Mais cet avis, enjôleur, n'était, de toute évidence, pas général. D'une voix forte, les yeux courroucés par le dédain et la mesquinerie -quoique accidentelle- de la Chaotique, Luna s'exclama enfin, de toute sa hauteur.

- Vous osez parler d'amis ! Rugit elle. Votre peuple est-il seulement capable d'en avoir ? Vous n'êtes que des destructeurs. Des fous et des idiots s'amusant du malheur des autres. En plus de ruiner la paix de notre cité vous en menacez les habitants... Et je ne tolérerais pas cela une seconde de plus!

D'un accoue prodigieux, elle fila vers le sol, piquant vers le chapiteau qui avait littéralement poppé entre temps, fusant vers Discord pour enfin laisser imploser sa colère. Et tandis qu'elle disparaissait dans les voiles or et feu du cirque, la Nécromancienne esquissa un sourire. Si sa mémoire était bonne, il n'y avait plus que le général de la garde royale, ainsi que quelques soldats au rabais, pour tenir la défense de la ville. Depuis bien longtemps, les habitants avaient fuit la zone comme la peste, préférant la sécurité à la curiosité de l'attaque. De toute évidence, ils savaient pertinemment que les Lunaristes ne tiendraient pas assez longtemps pour calmer l'afflux violent du trio infernal, avant qu'enfin ne sonne les cors de la destruction.

Alors, d'un geste ample de sa corne, elle invoqua un zombi à l'apparence enflée, grotesque, semblant sur le point d'exploser à tous moments. Et heureux serait celui ayant cette pensée. Car le danger d'un Suicidaire relevé bel et bien de sa capacité à jouer aux terroristes.

- Trouves un batpony bleu. Il doit être dans les environs de la maison en feu. Et je me contre-fiche des dégâts collatéraux.

D'un geste pataud, il s'inclina envers sa maîtresse, avant de faire demi-tour, galopant à une vitesse presque incroyable pour l'état de putréfaction avancée de son corps. Une fois disparut dans les épaisses arabesques de fumées, elle tourna les talons vers le pégase, toujours agonisant. Le pauvre hère était là, tout englué dans un mélange de sucre et de sang, la respiration difficile. Probablement n'en avait il plus pour longtemps, mais, de constitution robuste, cette définition pouvait bien s'éterniser. Alors, elle s'avança vers lui, déposant ses lèvres sur sa nuque non sans un sourire amusé.

Et planta ses dents dans la chair encore saignante.
Nonobstant les cris possibles de la victime, elle laissa l'énergie vitale de cette dernière couler en elle, gonflant son cœur, ses muscles, et tout son être d'une vigueur nouvelle. Désormais pimpante, ou presque, car le sort n'avait pas la grandeur d'un clerc, elle recula de nouveau, scrutant la pauvre carcasse.

- Hey.

La main noire tapota doucement l'épaule de la barde, lui demandant de se retourner pour mieux observer la scène, et surtout, entendre les propos de la Nécromancienne.

- C'pas bien grave que tu es foutu le feu à une maison. Elle est bien mieux ainsi, rassura t'elle. D'ailleurs, je pense que je vais t'imiter, si ça ne te dérange pas.

Et sans un regard pour son interlocutrice, elle invoqua un petit crâne, semblable à celui d'un chien, qu'elle accola sur le bâtiment où se trouvait le pégase. Un léger tintement caverneux semblait émaner de la boite crânienne, et alors que Reverse reculait, emmenant avec elle la Barde, un cliquetis semblable à une pendule de grand-mère résonna un bref instant.

Un vent, violent, chaud, balaya alors la zone, étouffant les deux femelles dans un âpre manteau de fumée. Lentement, le rideau de poussière retomba, non sans quelques toux, dévoilant un trou béant dans l'architecture, qui, rapidement, s'effondra, laissant le pan de mur et sa victime tomber mollement à terre, tel un château de carte.

La bombe avait fait son effet.
Et dieu que c'était bon.

Se retournant vers la chaotique, l'air à la fois fière et amusée, elle lui tendit deux autres crânes, de même envergure, dont le cliquetis semblait bien plus langoureux.

- Je suis sûre que Luna adore les feux d'artifice. Tu devrais lui donner ceux-là.

Lui fourrant dans les bras sans demander son avis, elle recula, s'asseyant, exténuée, sur les gravas encore fumant.

- T'auras qu'à jouer un petit air de musique pour les activer.

Ce n'était peut-être pas la meilleure des idées de confier ainsi des explosifs à une écervelée pareille. Mais, étrangement, cela lui donnait du baume au cœur.
Il y allait avoir du spectacle.
Un très joli spectacle.

Son et lumière.
En avant toute.



Spoiler:
 

_____________________________________________

Art by ka_samy on DA.

Autres:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Visite de courtoisie [PV Mad & Reverse]   Dim 15 Nov - 15:21

Une seconde. Ainsi qu'un regard juste à côté de lui, et SuperNova sut qu'il venait de se faire avoir. Une grosse note de musique se matérialisa à côté de lui et gonfla avant d'exploser sans qu'il ne puisse vraiment faire grand chose, faisant voler la porte en éclat et projetant le Batpony contre un des murs de la pièce, lui coupant le souffle au passage. Heureusement, son armure avait absorbée une partie du choc, mais le mal était bien la. Mais surtout interne. Les os du garde lui faisaient atrocement mal alors qu'il ne comprenne enfin la symbolique de la note de musique. Il s'agissait d'une explosion d'ondes ! Et à croire que cela ne suffisait pas, la fuyarde tenta quelque chose avant de se vautrer lamentablement, collant au passage un coup de boule au Garde. Même si ce dernier fut vite remis et vis la Saddle Arabian sonnée sur le sol, il ne pouvait rien faire ou presque, la douleur dans ses os le faisant se mouvoir au ralenti. Rien que par ce fait, le temps que le Batpony ne parvienne à faire quoi que ce soit, la Jument était déjà partie, laissant au passage l'habitation en proie aux flammes.

Le temps de se ressaisir, la Chaotique était déjà loin et le feu dans la demeure était déjà incontrôlable. La chaleur devenait insupportable, mais le pire était la fumée qui privait Nova d'air. Il secoua vivement la tête avant de doucement se relever en grognant. Il se traîna jusqu'à la porte et sortit de la bâtisse, ou il ne restait que deux gardes en train de l'attendre. Les autres étaient sans doute déjà partit à la poursuite de la Barde. Prenant une grande bouffée d'air frais, le Gradé de la Garde s'assit un moment alors que de la fumée noire s'élevait dans le ciel. Les subordonnés s'approchèrent de leur Capitaine, expliquant rapidement la situation s'en même prendre la peine de savoir si tout allait bien. La réponse était clairement visible sur le visage du Gradé Lunaire. Après avoir repris son souffle, le Lunariste enfumé se releva avant de donner ses directives.

- Bon... Un de vous va aller faire sonner le tocsin pour faire rameuter la Garde sur la place centrale ainsi que d'envoyer de quoi maîtriser cet incendie. Ces crétins sont allés trop loin ! Le deuxième, il va attendre deux minutes avec moi avant de foncer prévenir la Princesse de la situation et que la Garde va venir en renfort.

Un des deux gardes, un Terrestre, partit sans plus attendre en direction de la porte la plus proche, à l'opposé du centre de la ville. Au moins, il n'aurait pas à s'approcher des hors-la-loi, ce qui était une bonne chose. L'autre garde resta avec le Batpony, conformément avec ce qu'il venait d'ordonner. Les deux minutes, SuperNova voulait les mettre à profit pour réfléchir un peu et trouver quelque chose à faire, une sorte de petit plan, ou même un petit quelque chose, pour renverser un peu la tendance.

Hélas, il n'eut pas vraiment le temps de s'y attarder. A l'autre bout de la rue, il vit un poney galoper à toute blinde en direction du duo de poney. Enfin, un poney, il n'en avait plus l'apparence. *Un mort-vivant ? Non mais, pour qui ils se prennent ?* Alors qu'il s'approchait, certains "détails" le concernant furent bien plus visibles. Il était grotesque, mais surtout bien gros. Comme s'il état enflé et prêt à exploser à tout moment... Fronçant les sourcils, Nova fit deux pas en arrière, par sécurité, avant que le zombie ne soit à portée de frappe. Le Capitaine leva une patte, s'apprêtant à envoyer un bon coup de sabot dans le visage du putréfié. C'est la qu'il entendit quelque chose qui lui fit l'effet d'une bombe. Un bruit de crépitement, semblable à celui d'un explosif, parvint jusqu'à ses oreilles depuis l'attaquant de l'autre monde. Lui enfonçant sa patte dans la tronche, le Capitaine fit immédiatement un grand bond en arrière avant de déployer ses ailes et de décoller. Il prit rapidement de l'altitude pour se mettre hors de portée d'un possible saut du cadavre ambulant.

- Un foutu Kamikaze ! Va, préviens directement Luna ! Dis lui que l'alerte va être donnée et que la Garde va arriver dans peu de temps. Dis-lui aussi de s'éloigner de Discord, mais de faire ça discrètement pour pas qu'il ne se doute de quelque chose ! J'arriverais tout de suite après normalement ! Et évite les quelconques contacts avec les deux autres folles !

Sans se faire prier, le subordonné restant, toujours au sol, fit un rapide salut au Capitaine avant de déployer ses ailes de Pégase et de s'envoler, passant par dessus les toits pour ne pas s'approcher de la place attaquée. Jetant un rapide coup d’œil, le Capitaine vit un chapiteau en plein milieu du centre-ville. Sans doute la ou se trouvait le Draconequus, histoire de rester fidèle à lui-même. Il grogna un peu avant de fixer l'invoqué, qui tournait en rond en essayant de se rapprocher du Batpony. *Bon, apparemment je suis assez haut pour l'instant. Mais je vais probablement prendre beaucoup plus que dans la maison s'il me pète à la gueule...* Pendant un court moment, le Lunariste envisagea l'option de défaire le Terrestre d'outre-tombe mais il secoua la tête. Il savait que ça ne marcherait pas, le revenant n'avait même pas de traces suite au coup de sabot dans le museau.

Laissant une petite dizaine de secondes s'écouler à nouveau, le Gradé Lunaire se mit doucement en direction du chapiteau centrale. Il ne lui fallut pas très longtemps et malgré le fait qu'il volait, SuperNova ne parvenait pas à semer le mort-vivant, qui n'avait aucun mal à le suivre. Soufflant un bon coup, Nova accéléra un peu. Juste avant d'arriver dans l'installation de cirque, il fut soulagé de voir que la Princesse sortait justement de ce dernier, le garde envoyé la prévenir juste sur ses talons. Souriant un peu, le Batpony ne perdit pas une seule seconde et entra dans le cirque à pleine vitesse, ce qui faisait moins de cinq secondes depuis la sortie de la Princesse. Il y repéra Discord, toujours présent. Ne perdant pas la moindre seconde, le zombie explosif aux fesses, SuperNova fonça sur le Dirigeant Chaotique et s'accrocha à lui, le serrant de ses quatre pattes, l'empêchant par la même occasion de l'enlever.

- T'aimes les jeux non ? Alors j'en ai un bon pour toi. T'as trois secondes pour te décider quoi faire, sinon le joli copain revenant que j'ai ramené derrière moi nous fait péter avec lui. Mais dépêche toi, le temps t'est compté...

A peine avait-il finit de parler que le Batpony de la Garde mordit le Dieu du Chaos dans le cou, enfonçant ses crocs dans la chair de ce dernier. Le sang ne tarda pas à répondre au coup de dents, signe qu'il s'agissait la bel et bien du vrai Discord. Mais ce n'était pas vraiment pour ça que Nova l'avait mordu. En faisant cela, il voulait surtout s'ajouter une prise, afin de réellement s'assurer d'être indélogeable. Maintenant, Discord n'avait plus que deux options : sauter avec le Gradé et le zombie, ou bien les téléporter tout deux hors de portée du cadavre. Fort heureusement, il ne pourrait pas se téléporter loin. Il devrait se limiter à la ville, et encore... Et au même moment, le tocsin résonna dans la ville, signe que l'autre garde avait bien rempli son objectif. *Parfait ! On devrait pas tarder à avoir masse de gardes en soutient !*

HRP :
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Visite de courtoisie [PV Mad & Reverse]   Mar 1 Déc - 19:35



- Oulalabendidonc ! Mais diantre !
Oh mon dieu ! Je suis aveugle !


Aveugle, oui si on voulait. Les yeux masqué par la toile de mon cirque ambulant, en fait, entièrement recouvert par le chapiteau du Chaos Circus j’étais là à me débattre comme un dératé, totalement paniqué par cette coupure soudaine de courant qui plongeait mon esprit malade, passablement fou et totalement irresponsable dans un capharnaüm coloré où toile de tente multi couleur à l’odeur de plastique et de banana split. Agitant mes membres dans tous les sens, je m’emmêlais encore et toujours les pinceaux, me perdant toujours et encore dans cette prison de tissus.

- Non ! Je suis perduuuuu …. Ah ben non en fait, suis-je bête !

« Pop ». Le fameux « pop » discordien à la sonorité bien connue de tous. Piouf fumée, disparu et réapparu sur la toile. Saluant la foule massée autour de moi, pas grand monde en fait, j’époussetais ma fourrure et mes quelques plumes, lustrais mes cornes et m’apprêtais à la suite des festivités.

Mais dans tout cet étrange assaut j’avais perdu la notion du temps. Mon dieu, que me voulait cette Luna déchainée.

- Lunnnnnnnnnna ? Mais pourquoi tant de « n » ? Je ne sais pas ! Mais pourquoi tant de haine pas contre ?
Je sais ! Moi aussi je serais furieuse si ma sœur complotait pour me voler mon royaume et me renvoyer d’où je viens.
Bon d’accord, j’ai pas de sœur, et j’ai pas de royaume à voler. Ah si en fait. Mais peu importe. C’est pas de ta faute si Célestia t’en veux encore pour tout ce que tu as fait. C’est pas ta faute si elle ne te fait pas confiance.
Soyons amis non ?


Ah ba ça devait être un non. Sa charge pleine de vigueur, pleine de véhémence, de violence et de « oulalaljesuispascontente » semblait vouloir confirmer le fait que la pinbèche bleu ne voulait pas qu’on soit copains.

Peu avant l’impact, d’un claquement de doigt un immense nounours en gélatine, gout pomme, et donc vert, fit son apparition entre Luna et moi. A travers la masse qui faisait « blob » je voyais l’impact de la charge. Sous le coup, mon mur élastique absorba le coup mais tout en bougeant me propulsa à quelques mètres suite à la diffusion d’énergie. Roulé boulé et hop les fesses en l’air, la tête dans les pavés. Une chose était certaine, d’un coup de langue je pouvais être certain que le caillou avait un délicieux gout de menthe.

- Mais euh !

Roh mais, non, ça va pas. Et voilà qu’un autre zigoto me collait au dos. C’est marrant, lui aussi voulait jouer ? Quel honneur ! Enfin quelqu’un qui avait compris que nous étions là pour passer le temps et s’amuser durant l’après-midi. Enfin un qui avait compris que nous n’avions aucune intention malsaine. Enfin un qui avait compris que nous voulions juste prévenir cette chère Luna que sa sœur complotait contre elle. Enfin un qui … aïe !

- Non mais ça va pas de me morde comme ça ? Ca fait mal ! Bien sûr que j’aime les jeux, mais pas quand ça piquouille. Je préfère quand ça chatouille. Oh ! Je te laisse ton jouet, c’est pas pour moi ce truc il me semble.
Oh, et avant de partir, tu diras à ta chère et tendre patronne qu’elle prenne garde de sa sœur. Je suis venu vous prévenir qu’elle avait quelques projets malsains à votre encontre. Faites en ce que vous voulez.


Pour cette dernière tirade j’avais bien pris soin de lui chuchoter mes mots avant de l’embrasser à pleine bouches quelques secondes. Quoi qu’il en soit, s’accrocher à un mage. Fallait être sacrément crétin pour croire qu’il n’allait pas se téléporter devant une menace et encore plus crétin pour croire qu’un mage ne pouvait pas téléporter seul. Il croyait quoi ? Qu’il voyagerait avec moi ? Triple buse, c’était pas une téléportation de groupe gros nigaud. Pauvre petit lunariste. Une seconde avant que le zombie ne nous rejoigne je filais à travers l’espace pour me retrouver en face de cette chère Madounette.

- Bzzzzzz soldat ! Le roi des abeilles parle ! Donne-moi ces cadeaux c’est pas bien. Prend le cadeau du Roi des Abeilles à la place. Vois cette chère Luna !
En fait ses grosses fesses sont une piñata remplit de gentilles abeilles. Si tu la casses, je suis certain que la Reine des Abeilles voudra que tu montes sur elle !
Allez cher Madounette ! Va répandre la volonté de l’Abeille !


Content de moi, je jetais les trucs bizarres que tenait ma chère conseillère, les balançant à côté de mon copain qui allait faire boum, préférant lui donner une jolie batte de baseball en mousse rose à pois bleu cyan.

Nouveau claquement de doigt et bim, voilà que j’étais installé derrière une magnifique batterie aux couleurs chatoyantes, pleine de rouge, de jaune et d’orange, le tout rappelant sans conteste l’empire du Soleil.

Lunettes de rocker sur le nez, bandana à l’effigie de Célestia, baguettes entre les pattes, je commençais mon récital. Fallait bien ça pour motiver celle qui allait répandre la parole de l’Abeille.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mad Melloré
avatar
Eternal Chaos

Messages : 337
Age : 23

• Votre personnage •
Race: Saddle Arabian
Niveau: 18
Expérience:
129/180  (129/180)

MessageSujet: Re: Visite de courtoisie [PV Mad & Reverse]   Mar 15 Déc - 14:43




___L'incompréhension. Tel était l'état dans lequel Mad se trouvait devant cette grande parade de couleur et de bonbons sur son lit de crème glacée. L'incompréhension embrumait son cerveau, perdait son esprit. Ce sentiment de perte totale, la jument se sentait égarée, que devait-elle faire, ou devait-elle allez. Toutes ces informations qui frappaient sa caboche tel un marteau et son clou. D'abord on lui criait dessus, ensuite on lui demandait de donner un crâne-feu-d'artifice à la méchante, après on lui reprenait et lui demander de la frapper comme une pinata. Le tout dans un laps de temps qui pouvait être calculé en quelques tours de trotteuse.


___La barde était immobile, ses yeux énormes et vides fixaient l'infini, toutes ces informations qu'elle devait traiter, par où devait-elle commencer ? Récupérer son crâne ? Même si le roi des abeilles le lui avait confisqué ? Toutes ces actions se mêlaient dans sa tête et dansaient dans un ballet mirobolant, de couleur et de voix. Frappant à sa tête, le tout lui criant d'agir et ce sourire. Au-dessus de cette mascarade qui habitait sa tête, un sourire plein de dents acérées qui d'une voix suave la priait d'agir, mais tous ces bruits, toutes ces couleurs se mêlaient, s'annulaient, jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien d'autre que le Néant.


___Nous en revenons donc à mon propos d'origine le Néant est-il un 'tout' ou un 'rien'. Quelle question pertinente, et qui mène à une autre question le tout n'est-il pas le rien, le Néant et le Chaos ne sont-ils pas si proches ? Si proche de la chaleur de ce tout si parfait ? Le Néant n'est il pas la perfection ? Cette perfection Nihiliste qui gouverne le monde sans en prendre gare. La jeune Melloré dans son état actuel devait gérer tant d'information que son esprit ne semblait plus s'en sortir et mêlait toutes ces informations jusqu'en faire un écran noir et silencieux, un simple grésillement au loin, semblable à celui d'un poste de télévision que l'on aurait mal éteint.


___Cette incompréhension, cependant ne dura pas si longtemps. Quelque chose, une force inexorable semblait l'en tirer. Sur cette toile noire qu'avait tissé son esprit réapparaissait ce sourire. Une tête, rachitique, mais animale cependant, s'y dessina. De sa voix mielleuse cette bête lui susurrait de continuer, elle n'était pas si bête après tout, son esprit blessé et en lambeaux pouvait supporter ce flux d'information, elle n'avait pas besoin de s'en cacher, elle devait l'accepter.










___Cette voix, elle était charmeuse, hypnotisante, si bien que la belle se laissa apaisa, elle écouta cette étrangeté qui semblait habiter son esprit sans se poser plus de question, sans comprendre. Alors les images revinrent, défilèrent à toutes vitesses, les paroles repassèrent, elle s'y perdait, chavirait et coulait peu à peu dans ce flot d'information qui ne semblait pas avoir d'autre but que d'engloutir ce qui restait de sa conscience. La chaotique se sentait défaillir, elle se perdait dans ce cauchemar éveillé et alors que sa conscience s'apprêtait à s'évanouir, alors que seule une patte se débattait encore au-dessus de ces sables mouvants, quelque chose la rappela. La rangée de dents à l'air contenter sembla  déstabilisé un instant alors que son visage animal avait disparu, le sourire se troqua brièvement pour un rictus.


___Une note vint à ses oreilles et extérieurement, Mad se redressa. Son absence n'avait même pas duré une seconde, alors que les notes barbares arrachées aux tomes inondaient son esprit, le rythme guerrier frapper la galvanisait, chassait de son esprit toutes ces images. Que devait-elle faire ? Peu lui importait, elle sentait une rage nouvelle l'envahir, une force incommensurable et surtout agacement sans borne. POURQUOI NE COMPRENAIT-ELLE PAS ? POURQUOI TOUTES CES IMAGES FUSAIENT-ELLES DANS SON ESPRIT ! Ses hurlements barbares inondèrent son esprit et le purgèrent, alors que ce qui restait de l'animal décharné disparaissait lentement un sourire plus large encore qu'à l'accoutumée.


___Mad respirait fortement, son cœur battait la chamade et tout son corps était prit de frisson, sa colère était noire, pourquoi ne comprenait-elle pas ? Pourquoi cette absurdité ? Comment pouvait elle aussi inutile ? Comment son esprit avait-il pu devenir une telle ruine. Elle voulait redevenir saine d'esprit, elle voulait être à nouveau elle-même, ne plus être esclave de ces choses.


___Elle voulait en finir, les détruire, les écraser ! Écraser sa folie, mais d'abord, écraser ceux qui l'avaient mis dans cet état. Prestement, empoignant son violon à pleine main, elle laissa ses sentiments exposer à vif, cette colère qu'elle connaissait si bien, qu'elle exhortait et qui la livrait à nue, guider son archet sur les fines cordes de l'instrument baignée dans la douce lumière de la capitale Lunariste. Se lançant dans une représentation digne des plus grands musiciens, les premières notes furent plus douces qu'elle ne l'eut imaginé, elles l'emplirent de mélancolie, et sa tristesse se mua en un quelque chose d'autre.











___Ses nerfs à fleur de peau, ses sentiments écorchés, par la musique la colère se mua en mélancolie, en empathie, elle ressentait si bien tout ce qui l'entourait, et ces sentiments qui la blessaient, la poignardait au cœur. Tout en continuant à jouer, elle s’effondra au sol, en pleure, sa musique continuant de jouer. Toutefois, cette princesse, si puissante, si haut dans les cieux, si glorieuse et si seule. Mad se sentait inspirée par elle, par sa force de caractère, mais elle était éplorée pour elle, pourquoi devait-elle être si isolée, là-haut dans l'éther, sa robe bleue nuit dansant avec le vent ? Alors Mad se sentit pousser des ailes, de celle de la plus puissante des énergies, des ailes de cupidons, elle allait offrir à cette jument solitaire quelque chose qu'elle ne connaîtrait peut-être jamais, l'amour. En pleure ses notes dansèrent et apparurent, dansant autour d'elle, alors que Mad s'adressa à Luna.


-Ô Toi, être si resplendissant, perchée dans tes cieux infinis, ta beauté n'a d'égale que ta solitude, toi à la robe lunaire, tu veux égaler un soleil bien trop supérieur à toi, descend les pattes sur terre, et voit ce que le sol à a t'offrir, ne t'isole pas ainsi et soit heureuse.


___Le sort partit, suivit d'un autre presque aussitôt, le premier était emplit d'amour et de beauté, obligeant la Chevalière lunaire à aller embrasser son capitaine. Non pas de l'embrasser comme vous pourriez le penser, pas le prendre dans ses bras, mais l'embrasser, lui déposer un baiser lui montrer un amour sans borne. Le deuxième sort que Mad jeta était plus celui d'un cupidon désireux de bien faire que nécessaire, si la jument avait du nommé ce sort il ce serait très certainement intitulé « L'amour donne des ailes », la barde avait jeté son plus puissant enchantement de rapidité à la Princesse, mais il était éphémère et avait calculée afin que l'enchantement de vélocité prenne fin alors qu'elle arriverait à portée de celui qui deviendra peut-être son amant qui sait. L'amour, dit-on, à ses raisons que la raison ignore. Emue par cet état de fait, la jeune barde versait de nouvelle larme, mais des larmes de joie.


___Ce que l'amour naissant pouvait être magnifique. Ce rayon de soleil dans cette bataille amère avait le goût sucré des nuits d'été. La virtuose ne s'arrêtait pas de jouer, les notes continuaient d'apparaître autour d'elle, dansante et coloré, elle se releva et se mit à danser seule, la joie exacerbée qu'elle ressentait d'avoir put faire le bien la transportait, elle se sentait si libre et si forte, elle sentait son cœur battre à tout rompre, peu importait sa colère ou son incompréhension, si elle pouvait causer le bien. Murmurant entre ses lèvres dans un souffle mélancolique elle s'exprima :

-Que l'amour naissant peut-être beau.

Récap':
 

_____________________________________________

OC From Mad Munchkin
Revenir en haut Aller en bas
Reverse Song
avatar
Dark Pledge

Messages : 921
Age : 24

• Votre personnage •
Race: Licorne
Niveau: 29
Expérience:
179/380  (179/380)

MessageSujet: Re: Visite de courtoisie [PV Mad & Reverse]   Sam 9 Jan - 17:41

Puisque Luna n'a pas rep, je suppose qu'elle se prend l'attaque de Mad/Discord.






Il ne fallut que peu de temps avant que le batpony bleu ne la survole, pisté de très près par son suicidaire. La vue d'une telle course-poursuite avec la mort la fit doucement sourire, tandis qu'il s'engouffrait dans le chapiteau où la bataille entre les deux dirigeants faisait rage. Tout du moins, en temps normal. Discord, de son penchant artistique, devait certainement faire tourner Luna en bourrique, de ses cotillons et chœurs théâtraux, au grand damne de cette dernière. Mais qu'importe. Les cloches de la grande cité avaient été sonnées, et nul doute que d'ici peu, un armada de soldats tous plus dévoués les uns que les autres débarquerait, lances au sabot et casque aux sourcils, prêts à mordre et abattre quiconque s'interposerait.

Alors, tandis que le seigneur des abeilles volait les bombes artifices de Mad pour les jeter au nez et à la barbe naissante de l'abomination vampirique, la barde, ayant visiblement oubliée la rapine -ou bien pardonnée, qui sait, les chaotiques sont plutôt nébuleux- fit alors vibrer ses cordes, déversant toute sa magie sur le couple adverse. La nécromancienne ne savait pas vraiment si l'explosion entendue, et qui souffla dans son dos, provenait du zombi ou bien des crânes, voir des deux, mais nul doute qu'il y eu de lourds dégâts plus loin, et, avec de la chance, les deux aériens en dommage collatéraux. Un simple coup d'œil derrière aurait pu lui fournir la réponse, mais elle était désormais bien trop occupée à visualiser les renforts galopant dans sa direction, ou, pour être plus précise, dans la direction du chambardement.

Les troupes terrestres avançaient à une vitesse constante et soutenue, si bien qu'elles atteignirent la ruelle de la femelle d'obsidienne en seulement quelques secondes. Il n'en fallait certainement pas plus pour que leurs lames la cueille, si bien qu'avant même qu'ils ne puissent freiner ou rebrousser chemin, elle frappa le sol de son totem. Le dédale sembla onduler sous le choc, comme soudainement mou, tandis que les pavés coulaient comme le Titanic après un baiser un peu trop violent avec un iceberg. Des bulles remontèrent par moment, et alors que le sort de fonte prenait forme, la cavalerie s'embourba, non sans hurlements de douleur, dans ce soudain marécage ardent.

Ceux n'étant pas de la ligne de front se stoppèrent avant que leurs sabots ne frôlent la zone de danger, maudissant la nécromancienne de son méfait. Obligés de contourner par une autre ruelle, ils perdirent bien du temps à atteindre le trio infernal, tant l'explosion qui avait emporté le noiraud à lunette fut encombrante. En fait, avant même qu'ils ne parviennent à leur objectif, la nécromancienne avait usé de quelques os pour traverser le marais bouillant, jusqu'à atteindre les pauvres hères embourbés. Le combat n'était pas terminé, et se priver d'une si belle énergie était un crime. Un à un, profitant de leur paralysie, et, pour la plupart, de leur souffrance pour camoufler sa présence, elle planta ses crocs dans les parties encore émergées disponibles, suçant non sans un rauque plaisir leur énergie.

Revigorée, la mage noire, non sans un pied-de-nez aux quelques gardes occupés autrement qu'avec les chaotiques, marcha habillement sur les corps exposés comme le ferait le pire des piétons sur un pont. La rive gagnée, elle scruta le ciel en direction des batponies, visiblement plus occupés avec le draconequus qu'avec elle-même, avant de se décider à gravir l'un des bâtiments écroulés, pour en atteindre un autre, sain. Pour le moment cependant.

De sa magie, pulsant en elle comme un jour nouveau, elle traça sa rune sur les tuiles, non sans trembler sur le peu d'équilibre obtenu ainsi, puis, s'installant sur l'arrête, elle relâcha un nouveau crâne a retardement de petite taille, lancé par la force de son écharpe, vers les quelques soldats aériens qui passaient par là.

La détonation en fit piquer plus d'un, mais surtout, attira l'attention vers elle, et, par conséquent, vers la rune. Les dizaines, peut-être plus, d'yeux posés sur les fins traits les firent briller d'une lueur malsaine, avant que les soldats ne tressaillent, tombant pour rejoindre leurs camarades au sol. A nouveau bercée par leur énergie volée, la licorne s'étira, non sans un sourire, oubliant complètement sa position instable. D'un juron, elle glissa sur une ardoise mal fixée -par l'explosion ou l'incompétence des uns, allez savoir-, roulant du toit pentu avant d'être littéralement catapultée en direction du sol, ou plutôt, de la bataille terrestre.

Un mot fut lâché et sa corne s'illumina brièvement.

Le choc fut violent, mais certainement moins que ce qu'elle aurait pu imaginer. En fait, le sol lui-même semblait plus mou que la normal. Certainement parce que, après s'être relevé, elle avait atterrit sur l'un des soldats adverses abattu plus tôt. La nécromancie avait quand même du bon. Un ennemi tué pouvait devenir soudainement un allié de choix, ou, dans cette situation précise, un coussin de chair et d'organes plutôt résistant. Alors, certes, la douleur était tout de même là, mais bien moindre à ce que la rue pavée pouvait offrir.

Se relevant, non sans mal, elle intima à son sauveur d'aller se battre ailleurs, et surtout, de profiter de son corps tout frais tout beau pour s'infiltrer dans leur formation. De grands gestes, d'appels à l'aide cela va sans dire, furent fait, et rapidement, certains vampires s'approchèrent de lui pour le secourir. C'était presque larmoyant, de voir ainsi de fidèles amis se précipiter sur les leurs pour les sauver. Presque autant que de voir leur visage complaisant se liquéfier en horreur lorsque le-dit ami fut révélé cadavre. Et encore plus quand il leur explosa à la tronche.

C'était juste dommage que la céphalée de tout ce bruit ambiant lui gâche le spectacle. Parce que, mine de rien, entre la moitié de la cavalerie embourbée, et la flotte aérienne dévalisée de leur énergie, il ne restait plus vraiment d'armée digne de ce nom, quand bien même leur nombre était massif. Et avec les attentats soudains, de ce qui, d'en haut, semblait venir d'un allié, quoique traître puisse être le nom, la confusion ne pouvait que régner.

Elle tituba, un sabot sur la tempe droite, jusqu'à sa ruelle d'origine, où se plaignaient encore les quelques survivants à la noyade et/ou aux brûlures, priant presque pour qu'ils se taisent. Pour que tous se taisent.
La musique. Les cris. Les explosions. La bataille. Tout ceci commençait à sérieusement l'énerver, et l'amusement pourtant latent avec les chaotiques semblait peu à peu se dissiper en une noire colère. Pourtant bien décidé à en finir, à infliger milles et uns supplices au Lunar, le traînant dans la boue comme cette pathétique nation avait traîné dans la boue le DarkPledge, elle invoque deux liches des cadavres environnants, leur ordonnant d'utiliser leurs quelques sorts de bases pour tirer sur leurs adversaires comme l'on canardait des pigeons.

Et tandis que les souffles de glace et autres boules de feu, si communes au domaine du rpg, fusaient dans tous les sens, avec la précision d'un storm trooper bourré, la nécromancienne se replia sur elle-même, les sabots sur le crâne, cherchant à calmer la douleur par la simple persuasion que tout allait bien.

Et ce, même si tout allait mal.

Edit = je clos à l'arrache, ce rp n'avance pas, autant en terminer de suite.

La confusion régnait sur le monde, où, tout du moins, ce qu'elle percevait comme le monde, c'est-à-dire pas grand chose. Le brouillard opaque sur ses yeux suintait la douleur dans son crâne, et tandis que les bruits s'étouffaient, elle, elle avançait, non sans difficulté, vers son but dernier. La raclée avait été monumentale, assez pour que les lunaristes s'en souviennent. Et tandis que s'amusaient les chaotiques de chants et de feux d'artifices, la nécromancienne, elle, fila parmi les décombres pour atteindre le château de Concordia. Là, gardaient par quelques gardes aux aguets, les grandes portes de marbre qu'elle avait déjà franchit l'attendirent, sereines. Il ne fallut qu'une vague pestilentielle pour calmer les ardeurs des soldats, qui, à genoux, vomissaient tripes et boyaux. Le reste du royaume était, quant à lui, bercé par le silence presque tangible de l'après-guerre.

D'un mouvement de corne, qui lui donna un vertige, elle invoqua trois larges poneys terrestres, aux fortes pattes, qu'elle mena vers les dédales gorgées d'or et de trésors lunaires. Affublés de coffres, de meubles, de sceau ou de simples sacs de jute, les zombis, bêtes de sommes, attrapaient et stockaient tout ce qui pouvait avoir de la valeur. Des calices d'argent aux couverts sertis, des rares joyaux aux dernières richesse du pays, une partie, qui lui semblait infime, de la fortune de la reine lune fut raflée, volée, pillée, comme le blé sous la faux. Elle délaissa les portraits richement fait pour quelques tapis de hautes qualité qui, si leur prix n'étaient pas rocambolesques par rapport au délestage, seraient de toute beauté en son habitat.

Cela ne prit qu'une vingtaine de minutes, et, tandis qu'ils ressortaient, non sans vigilance, de leur petite escapade royale, les cris de guerre cessèrent enfin, signant la fin du drastique combat entre les chaotiques et les lunaristes. Probablement allaient-ils venir prendre leur part du butin. Peut-être même celle de la pledgienne, désormais seule. Fuir était donc, désormais, la plus belle façon de se moquer de cette nation, pied-de-nez à ce qu'elle pouvait bien représenter.
Bientôt, les trésors, les souvenirs de tout un peuple se partageraient aux quatre coins du monde contre quelques pièces d'or, pour le plus grand plaisir de Reverse, qui, déjà, s'éloignait dans l'ombre de la nuit éternelle.

Résumé :
Spoiler:
 

_____________________________________________

Art by ka_samy on DA.

Autres:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Visite de courtoisie [PV Mad & Reverse]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Visite de courtoisie [PV Mad & Reverse]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une simple visite de courtoisie ? [Jia Li]
» "Une Petite Visite de Courtoisie" [Libre]
» WAB: visite de courtoisie chez nos voisins strasbourgeois en août
» Visite de courtoisie ? ♦ PV Silyë Lorendil
» Une Visite de Courtoisie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Monde :: Terres Lunaristes :: Concordia-
Sauter vers: