Avatar : 200*400 max

Partagez | 
 

 Et dans la souffrance les lier... [Concours n°2]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar


MessageSujet: Et dans la souffrance les lier... [Concours n°2]   Mer 3 Juin - 19:42

Parmi les probabilités les plus invraisemblables, je ne pus imaginer plan plus exquis pour détruire ma proie. Profite de tes songes, oh ma douce victime, je me suis assurée que tes cauchemars seront des plus... Captivants..

Un jour comme un autre sous cette nuit éternelle qui berce la capitale. Sweet Obsidian me manque et bien que sa remplaçante soit des plus agréable, je ressens tout de même un manque. Une autre journée passée bien que j'aie du mal à percevoir le temps sous l'étreinte de la nuit. Néanmoins, mon corps réclame son repos quotidien. Comme beaucoup de soirs auparavant, je ressors cette boite cacher dans mes appartements. Elle contient une fiole. Il y a dedans une sorte de substance colorée de couleurs fascinantes et évoquant le danger. J'aurais dû le faire étudier par le maître alchimiste de la cour royale. Pourtant... Il crée une sorte de fascination en moi et lorsque j'ai vu d'autres poneys tester le contenu de cette fiole avec pour seule contrainte d'accepter de compter leurs expériences au créateur de celle-ci... Des contes incroyables, merveilleux et oniriques... Mais des plus étranges.

Dew Plum est une pégase qui doit avoir plus ou moins mon âge, peu être légèrement plus âgée. Alors qu'elle entre dans ma chambre après avoir frappé, j'use de ma magie pour cacher le flacon toujours perdu dans mes pensées. Elle me souhaite un bon repos et me rappelle d'user de la tenue qu'elle a fait préparer pour le lendemain. Suite à une petite discussion calme avec cette jument au calme et à la douceur digne d'une mère, elle me laisse. Je souffle et ressors la fiole... Si elle n'a causé aucun désagrément aux autres, pourquoi cela serait le cas pour moi ? Une demi-heure plus tard, finalement poussée par la curiosité, vilain défaut, j'ouvre la fiole. Tiens, c'est étrange, il ne me semblait pas avoir sentie une odeur aussi fruitée quand les autres participants avaient usé de leurs fioles sur place... Enfin soit, je bois le contenu de celle-ci.

Emportée par un tourbillon de sensation, je m'endors comme poussée par une brume aussi soudaine que colorée. Je me réveille alors dans ce même lit... Je ne ressens aucune différence si ce n'est que...

"Mes formes s'arrondissent, il va falloir réduire l'apport calorique et songer à faire plus de sport."

Évidemment, si je n'ai point dû m'entraîner face à un quelconque conflit, cela signifie également que trop de laisser aller à dû me réduire à des formes bien moins gracieuses... J'ai quand même cette vague impression de n'être qu'une observatrice, de voir ce corps bouger aux premières loges sans avoir le moindre contrôle dessus. Enfin soit, j'imagine que c'est l'effet de cette potion et je vais m’y contraindre. Un levé classique sous ce ciel étoilé, une toilette et alors que j'essaye discrètement de sortir une tenue aux couleurs chatoyantes de mon placard, une plus classique par magie vient se coller à moi. En tournant la tête, je peux voir Sweet Obsidian souffler et son apprentie Dew Plum faire son habituel sourire doux. Une habitude de tous les matins où presque.

"Il n'est point question de montrer une tenue aussi ubuesque à la princesse Sparkle."

C'est vrai, nous allons féliciter la princesse qui a réussi à régler encore une fois un problème fort épineux dans ses contrées. Une histoire de catastrophe magique de Discord et d'un ours avec un casque à corne du nord qui aurait suite à cela créé une suite d'incidents à cause de l'abus d'hydromel... Dovahbear, un nom des plus étranges, même pour un ours. Enfin soit, je suis ce que je suis, la fille de Luna et en tant que telle, il est de mon devoir d'avoir de bonnes relations avec les autres peuples. Le chaos est toujours pareil à lui-même, pas plus tard qu'avent hier j'ai fini sous un orage de jus d'orange suite à une réflexion sur l'importance du petit déjeuné. Enfin je... elle... mon moi de cette réalité alternative.

Entre ça et mon énième pyjama party avec la princesse des ombres, on peut dire que j'ai au moins en partie de bonnes relations avec les autres peuples. Ah Shade, ma meilleure amie... Bon, maman m'a enguirlandé suite à une sombre histoire d'alcool, mais comment j'aurais pu deviner qu'un cocktail, c'est de l'alcool aussi ?! Bon, je dois avouer que mon amitié avec Shade pour certain est des plus ambiguë pour certains. Mes proches l'accusent derrière son dos d'être une vile manipulatrice, je leur rétorque qu'ils sont mesquins et paranoïaques. D'ailleurs ! Ce sera une bonne occasion de discuter avec la princesse de l'amitié de ce cas particulier.

Nous arrivons ainsi au palais de la princesse Twilight, pour l'occasion et pour rappeler cette réunion ou tous sont invités, une bannière représentant chaque peuple flotte dans la salle de réunion et alors que les "grands" parlent, nous avons notre propre petite réunion pour les enfants de dirigeant avec un contenu bien moins sérieux, mais pas sans intérêt. Une entrevue aux sujets des plus hétéroclites et parfois légèrement ambigue. Enfin bon, il faut bien que jeunesse se fasse ! Il y a même eu une partie où on se demandait quelles règles et lois absurdes la princesse de l'amitié pourrait proférer si elle était sous l'emprise d'un filtre altérant son jugement.

"Des livres pour tous, toujours plus de livres, des maisons de livres !"

Dis avec un ton faussement tyrannique le sabot en l'air. Quelles insouciances. Néanmoins, nous sommes conscients que malgré tout ces sourires, tout ne se passe pas de manière idyllique en certaines terres. Ces temps prospères et calmes pour les uns créé l'inquiétude des autres. Le soleil, la lune et l'ombre semblent profiter au mieux de ce temps de calme, l'empire de cristal lui semble se perdre peu à peu. L'inexpérience de cette pauvre Cadance lui créer bien des soucis quelle règle avec le plus grand soin, tout en s'améliorant et les ruches de Chrysalis ne donnent aucune nouvelle. Chaque camp évolue à sa manière et certains ont plus de mal que d'autres, pour ce qui est de celui de Twilight ? Difficile à dire puisqu'il est bien jeune.

Enfin soit, une fois les réunions finies, je vais discuter avec la dernière princesse apparue dans ce jeu de politique et développement des peuples. J'y aborde certains sujets comme mon amélioration dans le domaine de la magie et mon amitié avec la fille des ombres. La discussion va bon train jusqu'au moment où ses obligations la font partir. Elle m'invite alors à rester à son palais pour quelques heures et reprendre la discussion plus tard dans la soirée. Du coup, avec son autorisation, je me rends dans la grande bibliothèque de son palais. Immense, interminable même, avec des étagères aussi hautes que les murs qui le sont déjà comme deux dragons adultes l'un au-dessus de l'autre. Cela ressemble plus à un labyrinthe ordonné d'étagère somptueuse et un océan de papier et de savoirs divers avec des tables de lectures perdues au beau milieu.

Je mis perd pendant des heures, savourant un certain nombre d'ouvrages aussi divers que varié. Mais, petit à petit, j'ai cette sensation d'être appelé, j'entends un murmure dans ma tête comme une voix grave et lancinante. Je me décide à suivre cette voix, un charme comme le serait la voix des sirènes alors qu'elle je m'approche de celle-ci et qu'elle semble de plus en plus audible. J'approche du fin fond de l'immense édifice. Un mur, il est dur, rien de commun ne pourrait le traverser et encore moins le déduire. De manière inconsciente et tout à fait inconsidérée, happer par cette fascinante promesse je me téléporte de l'autre côté de ce mur pour y voir une salle sombre.

De part et d'autre, des torches aux flammes mauves s'illuminent, dansant comme des esprits de feu violacés. Cela sonne comme une invitation alors que retenue par un nombre impressionnant de chaîne et de sceaux divers, un ouvrage magnifique, aux enluminures dessinant des formules profanes semble presque bouger avec l'éclairage ambiant. Un œil est au centre de celui-ci qui semble presque m'observer.

"Il est clair, que nous sommes face à une situation digne d'un roman où une retraite stratégique s'impose."

Alors que je dis cela, la voix s'arrête, alors que le livre bercé par une aura magique devient translucide et se retire à ses liens divers comme si de rien n'étais et s'approche de moi qui recule jusqu'à me retrouver littéralement dos au mur. À mon niveau actuel, j'ai besoin d'une grande concentration pour user d'un sort aussi compliqué que celui qui pourrait me permettre de fuir. Concentration bien difficile à obtenir dans de telles circonstances. L'ouvrage a à peine deux sabots de mon visage se mut en une fumée dense, celle-ci formant par la suite un anneau doré qui vole en l'air.

"Il n'est point question que je revête un objet magique inconnu et... Zut."

Sans mon accord, l'objet parfaitement adapté s'installe sur ma corne comme un bijou de la plus haute qualité. Un ouvrage fin aux inscriptions étranges et bien évidemment impossibles à retirer. Paniquée, il me faudra une bonne heure pour recouvrer le calme nécessaire pour sortir de cette pièce. Premier réflexe, tourner en rond en essayant de réfléchir à l'action à entreprendre. Il est bien évident que si je me contente de cacher la vérité, elle finira par m'exploser à la figure. Non, j'ai été élevée honnête par ma mère et c'est pour cela que je vais voir la princesse à qui appartiens les lieux et lui conte mon histoire. D'un air calme, elle me rétorque que cette histoire farfelue est improbable. Elle vient me prouver qu'il n'y a nulle pièce secrète dans sa bibliothèque et recueille le témoignage de ses gardes qui affirme que je me suis endormie devant un livre. Surement la fatigue du voyage, mais plus important, il n'y a PAS d'anneau de corne sur celle-ci.

Pourtant, je ne suis point folle, je le sens, je le vois, je l'entends me murmurer de sa mystérieuse voix... Mais je n'insiste pas et la remercie. Elle me fait préparer une chambre d'amie et indique à ma mère que le voyage à dû être contraignant et épuisant pour ma personne, qu'éviter de renouveler cela trop vite me serait profitable. Inquiète, Luna comprend néanmoins et me laisse aux bons soins de la maîtresse des lieux. Une nuit de repos me fera le plus grand bien.

Porté par un songe, je me vois face à une immense tour. Elle me regarde, pourtant je n'ai pas peur et bien que tout est sombre, rien ne semble effrayant.

"Cette vie est une illusion, le calme avant la tempête. Pendant que la tranquillité engourdit vos sens, une puissance croit dans le plus grand des secrets. La sérénité vous aveugle, déjà, vous ne voyez pas la détresse de ceux qui sont vos alliés... Vos citoyens s'enivrent d'une harmonie artificielle qui les affaiblit, vos chances de survie s'évanouissent dans les limbes du temps..."
"Bien... Je suis Pandore, enchanté ?"
"Peut importe, qui je suis."
"Plaît-il ?"
"Si vous insistez, appelez-moi Arcanus, je suis l'essence même de la magie."
"Certes, aurait-il une raison toute particulière à tout ce simulacre inutilement théâtral ?"
"Éviter la fin de toute forme de vie."
"Cela semble effectivement tout à fait pertinent. Mais quel est votre intérêt dans cette histoire ?"
"Les êtres ne peuvent vivre sans magie, l'inverse est tout aussi vrai."
"Ainsi, que souhaitez-vous de moi Arcanus ?"
"Rien de bien compliquer, trahir les votres, rependre la douleur dans le but de devenir un ennemi commun des différents camps, puis être détruite dans une concentration de forces magiques une fois qu'ils seront à leur paroxysme."
"Je refuse."
"Oh !? Ai-je fait la moindre proposition ? Non, vous allez le faire que sa vous plaise où non."
"Mais..."
"Toi qui vas devenir le Seigneur profane sur son sombre trône,
Au royaume d'equestria où s'étendent les griffes du néant
Un ennemi pour les soulever tous
Un ennemi pour les trouver
Un ennemi pour les amener tous,
Et dans la souffrance, les lier
Puisse la source de toute magie t'accompagner Pandore enfant des arcanes."


Sans aucun contrôle sur son être ou sa destinée. Revêtant une armure translucide de pure magie, la suite fut des plus perturbante et sanglante. Sa trahison des plus douloureuse. Ses raids accompagnés d'une armée forcèrent les royaumes à collaborer, à échanger leurs ressources et leurs savoirs pour affronter la pire menace jamais révélée dans ce monde. Un antagoniste pour qui le bien et le mal, l'ordre et le chaos n'avaient aucune importance et apportant dans une équité des plus absolues le désastre pour tous. Implacable, usant des faiblesses de chacun pour tous les retourner contre elle. Jusqu'au jour où elle fut opposée, comme prévu, à tous les dirigeants réunis. Dans un dernier assaut apocalyptique. Une attaque aux couleurs changeantes et kaléidoscopique... Un assaut si puissant qu'il fit trembler la terre, annihilant le corps de la pauvre Pandore comme un simple fétu de baille est balayé par un ouragan. La jeune jument qui ne cherchait même pas à l'éviter et qui un dernier élan ne put prononcer que ces quelques mots, un sourire au museau et les larmes coulant sur son visage.

"Je t'aime maman."

Et c'est alors que pandore se lève en sursaut dans son lit, en nage et puant la sueur. En hurlant sous la panique.

À ses côtés, en chemise de nuit sa nouvelle jument de bonne compagnie la calme en la prenant contre elle.

"Chuuuuut, tout va bien, ce n'était qu'un mauvais rêve."

Elle me caresse l'arrière de la tête calmement, me tenant contre elle avec ses ailles comme une couverture de duvet et de plumes aussi douce qu'elle. Après avoir fini de pleurer, je remarque enfin une chose, j'ai une bague en or sur ma corne... Avec les mêmes inscriptions que... Dew Plum la retire en voyant que je semble tétanisé à sa vue et la dépose sur la table de chevet. Je ne semble pas simplement perturbée, je le suis réellement. Pourtant, ce n'était qu'un mauvais rêve n'est-ce pas ? Je ne suis pas une meurtrière de masse, une traitresse... Pandore l'enfant des arcanes n'est qu'une aberration toute droite sortie de mon esprit... Dew Plum m'observe et me demande alors d'un air interrogateur.

"Il y avait quoi dans cette fiole ? Vous avez les pupilles completement dilaté."

La morale de cette histoire, c'est que la drogue, c'est mal.
Revenir en haut Aller en bas
 
Et dans la souffrance les lier... [Concours n°2]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haïti: un camion plonge dans une rivière, des dizaines de victimes
» ET LA VERITE SORT DU PUIT/SOU MENSONGE DANS GNB CONTRE ATTILA
» haiti dans les annees 50
» Les changements climatiques menacent le tourisme dans les Caraibes
» Le poids de la Digicel dans la fiscalite haitienne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Monde :: Terres Lunaristes :: Concordia-
Sauter vers: