Avatar : 200*400 max

Partagez | 
 

 Chaos Theory [Concours n°2]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mad Melloré
avatar
Eternal Chaos

Messages : 337
Age : 21

• Votre personnage •
Race: Saddle Arabian
Niveau: 18
Expérience:
129/180  (129/180)

MessageSujet: Chaos Theory [Concours n°2]   Lun 22 Juin - 19:59




___Lançons-nous sans attendre dans le vif du sujet, avez vous déjà entendu parlé de la Théorie du Chaos ?


___La théorie du Chaos est une théorie impliquant la tendance qu’à la nature à toujours rejoindre ses conditions initiales. Pour faire clair, et un exemple très simple, lorsque vous faites fondre du fer pour forger une arme destructrice. Le fer est dans sa condition initiale un morceau solide, puis devient liquide une fois portée à haute température. Toutefois pourquoi ne reste-t-il pas à l’état liquide ? Tout simplement à cause de cette tendance à toujours retrouvé ses conditions initiales. Pour ce qui est de cette explication elle ne tient que sur le principe Physico-chimique, mais en creusant un peu plus on peut considérer que cette théorie s'adapte à toute chose le tangible comme l'intangible et confirmant beaucoup de théorie. C’est ainsi qu’inévitablement cette théorie s'applique aussi au destin. Le destin… Cette machine infernale qui dans sa marche inarrêtable vous entraîne et vous traîne dans la boue, vous traîne dans quelque chose d'immuable. Certains vous diront et répéteront que ce n'est pas le destin qui gouverne vos vies et pourtant… Tout est écrit, on échappe à rien, combattez, combattez encore et encore, pourquoi ? Pourquoi perdre toute cette énergie à tenter d'enrayer ce Deus ex machina ? Pour une poignée d'heure, une poignée de minute ? Quelle insignifiance. Ces êtres mortels… Ils sont si pathétiques, ne comprennent rien… rien à rien. Cependant pour en revenir à ce que je disais, cette théorie s'applique aussi au destin. Elle s'applique au destin dans la mesure ou parfois il peut exister deux temporalités différente, deux “versions” de l'histoire dû à quelqu'un qui aurait essayé d'enrayer la machine infernale, mais le destin retombe toujours sur ces pattes et ce qui a été évité dans la seconde version de l'histoire finira par arriver d'une manière ou d'une autre. La théorie du Chaos lorsqu'elle est étudiée dans ce sens est le symbole d'un fatalisme qui nous entraine sans que l'on y puisse grand-chose. Après tout n'est-ce pas ca le chaos ? On se le représente comme un énorme bric-à-brac ou tout est pêle-mêle, mais au contraire, pourquoi le chaos ne serait-il pas cet ordre immuable dans lequel nous ne sommes que des pantins sans la moindre possibilité de se rattacher à quoi que ce soit, des pantins qui n'ont pas leur mot à dire. Est-ce ce qui fait donc tant peur au mortel dans le chaos ? Cette impuissance latente, cette peur d'apprendre que leur choix ne sont pas vraiment des choix puisqu'ils leurs sont dictés par le destin. Ceux qui essayent de s'opposer au destin, essayent de s'opposer au chaos et à leur propre condition… Ainsi ils s'exposent à un destin bien plus dangereux encore ou nombres d'obstacles sera mis sur leur route jusqu'à ce qu'une erreur soit commise, une erreur qui réparerait tout ce qui a été fait. Ou du moins tout ce qui a été empêché… Qui est destiné à mourir mourra, qui est destiné à vivre vivra, qu'importe le prix.










___Bien, réécrivons l'histoire.


"___ La petite Melloré grandit, loin des inquiétudes et des belligérances, comme toute petite enfant de son age ce genre de chose ne l’intéressait pas et ne surtout ne l'inquiétait pas. L'ingénuité avait un quelque chose de si innocent et magnifique. Ce jour ci, il pleuvait, un des rares jour de pluie à Appleloosa si bénéfique aux vergers. Bien que ce soit le jour de son anniversaire la petite Melloré n'en avait que faire, elle avait 8 ans et rien ne l'importait plus que la musique, son violon et sa guitare. Rien n'avait plus d'importance à ses yeux que de travailler son art. Que de rendre les gens heureux avec sa musique. Bien qu'il plût, et que le conflit faisait rage non loin. La pouliche avait laissé les fenêtre grande ouverte, profitant du vent glacé qui jouait dans sa crinière et l'inspirait. Un coup de tonnerre résonna non loin, mais elle ne réagit pas. Rien ne semblait pouvoir la déconcentrer ou lui faire lever le bout du museau de la feuille blanche sur laquelle elle grattait sa plume frénétiquement. Des taches noires formaient des notes, puis des mesures avant de finalement faire une mélopée. Le vent frais irisait le pelage bleu ciel de la demoiselle et sa queue ressemblait à un plumeau. Il faisait sombre et pourtant aucune lumière n'était allumée dans la petite hutte. Tous les instruments de leur bois sec était plongé dans la pénombre et seul Meloré semblait être éclairée par un petit rayon de lumière, elle sa feuille, et son instrument. La pluie battant la petite cabane en bois, une odeur de bois mouillé emplissait les narines de la gamine qui se mit alors à humer l'air en expirant bruyamment. Toutes ces petites choses autour d'elle, si naturelles, si violentes mais aussi si douces avait le don d'apaiser son esprit d'enfant. Finalement la demoiselle leva le museau et laissa tomber sa plume à terre, soulevant devant ses yeux la feuille sur laquelle elle ne s'était arrêté d'écrire. Elle avait enfin fini d'écrire. Elle avait atteint son but, à 10 ans, cette pouliche au flanc vierge venait de composer sa première musique. Hurlant de joie l'enfant se mit à sautiller sur place et à danser seule, elle n'avait jamais été aussi heureuse, elle allait pouvoir partager son bonheur avec les autres. Elle allait pouvoir apaiser les cœurs car bien que les escarmouches ne semblaient pas l'affecter plus que ça, elle avait remarqué quelque chose , quelque chose a coté de quoi elle ne pouvait passer sans rien faire . Les gens étaient tristes, anxieux, nombres d'entre eux, avaient perdu leur sourire, mais elle était là, et avec sa musique elle ramènerait à tout à chacun sa joie de vivre, même si ce n'était que pour un instant ! De sa petite mine de bout de choux elle voulait que tout le monde partage la chaleur de son cœur, et que tous soit proche pendant un instant. Depuis des années elle en rêvait, et aujourd'hui, son songe pouvait finalement être mené à bien "


___Jusqu'ici rien ne semblait changer dans l'histoire de notre héroïne hormis un détail, grâce à l'intervention d'un inconnu, le premier traité qui avait fait déposer les armes à chacun des camps afin de vivre tous sous la même bannière intervint quelques semaines plutôt. Le jour même ou dans une temporalité différente il se passa quelque chose de très important.








___"Dans un dernier coup de tonnerre qui éclaira brièvement la pièce d'un flash lumineux, la demoiselle s'empara du vieil alto que lui avait confié sa mère, puis elle saisit son petit archet avant de caler l'instrument contre son cou et de se mettre à jouer. L'archet faisait des allers-retours vifs et fluides, arrachant à l'instrument un son cristallin. Puis la voix de l'enfant vint se marier à l'instrument. L'archet laissa place au pizzicato pinçant quelques notes ici et là qui s'arrachèrent à l'instrument. Bien que la musique commença doucement, sans paraître différente d'une autre. Puis elle gagna en puissance, non seulement en puissance musicale, mais aussi en puissance magique. Cependant alors qu'une rencontre musclée entre deux camps aurait du avoir lieu non loin, il n'en était rien et aucune puissance magique supplémentaire ne vint se mêler aux notes de musiques semblant apparaître autour de la gamine. Sur le flanc vierge de Meloré commençait à se dessiner quelque chose. Quelque chose qui au fur et à mesure que la musique gagnait en puissance, se précisait. Mais alors qu'une magnifique clé de Fa commençait à apparaître sur le flanc de cette pauvre enfant. La magie emplit sa partition, et de tous les pores de sa peau semblait s'échapper une magie qu'elle ne contrôlait malheureusement pas. Et dieu sait qu'il n'est pas bon d'utiliser la magie sans catalyseur. Mais sans s'en apercevoir elle le fit, comme une explosion magique sembla s'échapper de la pièce alors que le chant de la demoiselle gagnait en force et en assurance. Il y eut un flash lumineux alors que des notes de musiques apparaissaient dans les airs hypnotisant la jeune fille qui sentit son corps vaciller, comme vidé au fur et à mesure de son énergie. La dernière note de la musique déclencha comme une sorte d'explosion qui souffla Melloré, la clé de Fa qui se dessinait sur son flanc se brisa pour laisser une Cutie Mark indescriptible, comme une prévention du destin, une prédiction, une promesse. Alerté par la puissance magique de cette explosion arcanique, sa mère accourut jusqu'au cabanon pour retrouver son enfant étalé sur le flanc y découvrant une Cutie Mark. Elle respirait encore mais l'inquiétude habita Mélissa qui hissa ce petit bout de pouliche sur son dos avant de l'emporter avec elle en toute urgence pour la déposer dans son lit. Après l'explosion, le ciel s'était dégagé et le soleil et la chaleur si caractéristique d'Appleloosa revint. Un vent chaud soufflait sur le visage de l'enfant évanouit alors qu'un médecin l’auscultait, il se retourna pour rendre son verdict à une mère apeurée.  "


___Les premiers changements du à ce petit changement, les premiers affres de l'effet papillon se faisait ressentir, Mad ne devint pas folle, sa magie ne se mêla pas avec la magie ambiante et les dégâts ne furent pas si importants.



"-Tout va bien Madame, ne vous inquiétez pas, elle a juste besoin de se reposer.


-Merci Docteur !



___La Saddle Arabian se rapprocha de son enfant pour l'embrasser sur le front. La peur se lisait sur son visage. Mais elle se sentait rassurée, sa petite fille n'avait rien de grave, tout irait bien, elle se réveillerait, et serait toujours aussi souriante et douce. Elle serait et resterait son petit amour ! Deux jours d'anxiété passèrent avant que la petite musicienne en herbe ne se réveille. Sa mère la serra dans ses bras notant que rien n'avait changé chez elle. Elle semblait juste déboussolée par le choc qu'elle avait recut, mais elle semblait toujours être la petite fille qu'elle avait élevée, sa petite fille.


-Ca va ma chérie ?

- Ca va, maman, mais j'ai mal à la tête.

-Ce n'est rien mon amour, repose-toi encore un peu, maman est là!

- Je t'aime maman.



___Ces derniers mots, la jeune pouliche les souffla tout en se rendormant, un sourire angélique sur les lèvres. Rien ne semblait plus ravir sa mère qui passa son sabot dans la crinière de son enfant et la serra contre elle un instant, heureuse que rien de grave ne lui soit arrivée."


___Ainsi débute notre théorie, les premiers changements ayant opéré, il est du devoir du Chaos de remettre sur ses rails la diabolique locomotive du destin.

_____________________________________________

OC From Mad Munchkin
Revenir en haut Aller en bas
Mad Melloré
avatar
Eternal Chaos

Messages : 337
Age : 21

• Votre personnage •
Race: Saddle Arabian
Niveau: 18
Expérience:
129/180  (129/180)

MessageSujet: Re: Chaos Theory [Concours n°2]   Mer 24 Juin - 23:21





___"Retournons l'histoire encore et encore. Dans un monde ou rien n'est pareil et ou pourtant tout se doit de revenir dans l'équilibre. L'état initial, cet état duquel on ne peut se séparer, au combien la forme sera différente. Le fond sera toujours le même, encore et encore. Le destin à ce quelque chose d'ironique vous ne trouvez pas? Ce quelque chose qui vous fait tourner en rond et vous fait espérer. Vous fait espérer un changement, un mieux, avant de vous replonger face aux affres de la vie, face à ce qu'il y a de plus sombre sur cette terre, la fatalité. Rien n'a d'enjeu car tout est écrit. Quelle sublime sarcasme. Toutefois, même en le sachant, même en étant au courant que tout est déjà écrit, êtes-vous prêt à vous soumettre à cette calamité? Non... Pour la simple et bonne raison que le fait de croire vous donne l'envie de vivre, mais vivre pourquoi? La renommée? Le pouvoir? Pathétique. Voilà ce qui m'exaspère le plus avec les gens de votre espèce. Le déni. Par ce déni vous vous plongez vous-même dans la peur, l'effroi de ce que vous ne connaissez pas, l'angoisse de ne pas devenir quelqu'un, d'être oublié. Oublié? Vous le serez, et bien plus vite que vous ne le pensez, qu'est-ce qu'un nom dans l'infini? Qu'est-ce qu'un visage dans le chaos. Vous n'êtes rien et ne serez jamais rien. Le sort vous le remémorera bien assez tôt. Jouez, allez-y, battez-vous, quel régal de vous voir, insectes, vous débattre encore et encore contre une entité dont vous reniez l'existence. Quelle beauté il y a dans la fatalité. Quelle merveille il y a dans le désespoir de ces petits êtres... N'est-elle pas sublime? L'ironie du destin. "



___Reprenons notre récit. Des semaines, des mois, des années même après notre dernier voyage dans cette étrange temporalité, dans cette existence sans conflit. Treize années plus tard pour être plus précis. La belle Saddle Arabian nommée Mad Melloré et issue de la noblesse Applelosienne avait su peaufiné ses talents et les avait déjà maintes fois prouvés, si bien que sa renommée en tant que Mercenaire réglant conflit dans maints village finit par arriver aux oreilles d'une certaine princesse. Une dame dont la robe blanche comme la lumière n'avait d'égal que sa sagesse et sa bonté.  C'est ainsi que la Princesse Celestia, dirigeant du Solar Empire convoqua la jeune barde et après un long entretien en fit une porte-bannière au service de son camp. C'est de cette manière que cette belle valkyrie devint garde royale et protectrice du Solar Empire. Pendant les deux années qui suivirent, elle se lia d'amitié avec de nombreux citoyens de Canterlot - tous aussi hétéroclites qu'ils étaient- ou elle s'installa. Toutefois, ce n'est pas l'histoire de ces deux années qui nous intéressent, mais ce qui se déroula un jour ensoleillé peu après son vingt-troisième anniversaire.


___Fidèle à son habitude, la jeune garde se leva de bonne heure afin de profiter de la fraîcheur de l'aube et d'apprécié la fine rosée qui perlait sur les fleurs de son jardin. La jument à la robe grise pris une grande inspiration tout en s'étirant. La température de l'aurore encore peu élevée la fit frissonner un instant avant qu'elle ne se perde un instant dans ses pensées. Qu'elle se sentait bien ici, la quiétude et tous ces gens si heureux, pouvait-elle rêver d'une vie meilleure? Peu importe ce qu'elle s'imaginait, rien ne pouvait être mieux que sa situation actuelle, appréciant le ciel drapé de diverses couleurs chatoyantes si propre au lever du soleil. Prise d'un nouveau frisson, la jument s'empressa de rentrer avant d'attraper froid et comme chaque début de semaine elle attrapa une feuille et la plume posée dans son encrier et commença à gratter le papier y laissant d'étrange vague formant des lettres, puis des mots et finalement une lettre. Une lettre adressée à ses parents. Chaque semaine depuis deux ans elle adressait une lettre à son père et à sa mère leur indiquant que tout allait bien et leur donnant quelques nouvelles de la capitale. Finalement, prise d'une crampe au sabot, elle reposa la plume dans l'encrier et grimaça. Laissant la lettre sur la table un instant afin que l'encre sèche elle en profita pour enfiler son armure dorée aux couleurs de sa majesté Celestia. Quelle fière allure elle avait dans cet apparat militaire lui donnant l'air d'une véritable lionne. De plus il n'y avait pas que son allure qui était fière, mais aussi elle-même. Elle était emplit de hardiesse à l'idée d'être la défenseuse d'un si beau pays, son pays. Fixant ses fers, elle récupéra la lettre sur la table et la déposa dans une enveloppe qu'elle referma prestement, se saisissant de son épée et son étui de violon puis déposant un baiser sur la photo d'un étalon au passage, elle quitta son habitation à allure vive, car comme d'habitude, elle était en retard. Toutefois quelle importance? Le pays n'était pas en conflit, malgré quelques tensions subsistantes, quel mal pouvait-il y avoir à arriver quelques minutes en retard? Oublierai-je un détail important? L'étalon sur la photo? Effectivement! Il s'agit de NiceHeart, un jeune étalon rencontré lors d'une mission et garde royal du Dark Pledge. Mad et lui-même entretiennent une relation amoureuse depuis maintenant presque un an. Toutefois depuis plusieurs semaines, un problème lié à son camp l'obligeait à se tenir loin d'elle.









___Le soleil montait petit à petit dans le ciel, ce dernier troquant sa robe chatoyante pour un voile d'un bleu azuréen si caractéristique à la capitale du soleil. Après avoir déposé sa lettre à la poste au pas de course, son armure cliquetant à chacun de ses pas. C'est ainsi qu'en une petite dizaine de minutes la demoiselle parvint au château, reprenant son allure normale et un sourire emplit de fierté, elle salua les gardes déjà en faction devant la porte. Ces derniers répondirent chaleureusement et puis la laissèrent passer. Qu'allait être le programme aujourd'hui? Régler une mésentente entre quelques paysans, abattre un monstre de l'Everfree Forest un peu trop entreprenant? Peu importait. Comme d'habitude, ce serait une bonne journée. Une journée sublime sous le signe de l'astre brillant. Se dirigeant vers la salle commune des gardes pour prendre ses ordres, elle tomba sur un bon ami: Bartholoméo, un vieux griffon qui l'avait pris sous son aile à son arrivée en tant que garde. Il était un peu comme son mentor ici.


-Coucou la compagnie, comment ca va?


-On fait aller, je te pose pas la question Mad, je suppose que tout va bien pour toi?




___Évidement que tout allait bien, comment aurait-il pu en être autrement? Souriante, elle acquiesça et d'une voix impatiente, la garde repris:


-Alors? Quelques chose de spéciale aujourd'hui?


-Non, tout est calme... Du moins à ma connaissance. Toutefois j'ai entendu dire que Celestia en personne te faisait mander.


-Sérieusement?



___Sa voix était teinté à la fois de surprise et d'impatience, alors que le vieux griffon reposait son bec sur son journal une de ses pattes sur la longue table commune, il répondit brièvement et sans plus de cérémonie:


-Yeup.


-Mais c'est génial! Elle a peut être une mission importante à me confier!


-Je ne te dirais rien, sinon que ca me concerne aussi, et que je prendrais un peu d'avance sur toi. Je suis juste rester ici pour te prévenir de la demande de notre chère princesse.



___Retirant la paire de lunette qui trônait sur le bout de son bec, il replia minutieusement le journal et se leva, avant de sortir de la pièce non sans un signe de patte.


-Tu me rejoindras sur le chemin.


-Oui chef!



___La phrase déclamée d'un ton enjouer fut accompagné d'une langue tirée avant que la jument ne parte dans le sens inverse traversant la salle dans laquelle régnait un désordre assez impressionnant jusqu'à une porte qu'elle traversa. Prenant tout son temps et pour la mille et unième fois, Mad s'émerveilla devant les riches décorations, ces vitraux représentant l'histoire équestrienne, ces dorures et ces tapis rouges. Tout accrochait l'oeil et tout était si sublime, tout était comme dans un rêve. Tout était si fabuleux, si merveilleux. La nymphe en avait des étoiles dans les yeux. Jamais elle n'aurait espéré vivre dans un endroit comme celui-ci ou tout inspirait respect et émerveillement. Le son de ses fers cognant contre les dalles de pierres sà peine étouffé par le tapis résonnait dans le long couloir reliant l'aile des gardes à la salle du trone. Ce son répétitif porté par l'écho avait ce quelque chose d'hypnotisant ajoutant à ce tableau féerique une ambiance sonore des plus inhabituelles. L’acoustique de ce château transformant le "CLOP" de ses sabots en une véritable mélopée qui ne faisait qu'ajouter un peu plus de magie a ce cadre idyllique.  Il ne restait plus que quelques mètres avant que la jeune barde n'arrive devant la grande porte menant à la salle du trône et Mad retenait sa respiration tout en trépignant d'impatience et d'excitation. Qu'est-ce que Celestia avait de si important à lui communiquer pour que ceci nécessite sa présence dans la salle du trône?








___A peine était-elle arrivée devant la salle que les gardes affectés au trône barrèrent l'accès avec leurs lances


-Ah tiens Mad, Pourquoi es-tu ici?


-Je sais pas, c'est sa Majesté Celestia qui me fait mander.


-Ok, de toutes facon il n'y a pas de problèmes à ce que tu rentres.




___Dans un grand sourire les deux gardes qui s'étaient un à un exprimés relevèrent leur arme et ouvrirent la porte à la demoiselle qui pu alors pénétrer la salle du trône. Elle ne l'avait vu qu'une fois ou deux, mais à chaque fois c'était toujours un tel choc. Elle en avait le souffle coupé, cette sobriété et cette classe et surtout, cette jument. Assise sur son trône l'air bienveillant et sa crinière aux couleurs de la lumière scintillantes et flottant allégrement.  La garde avança encore de quelque pas puis se plia au garde à vous réglementaire tout en demandant d'une voix qui trahissait son excitation:


-Vous m'avez fait mander?


-Absolument, mais à ce que je vois, comme à ton habitude tu es en retard Mad.


-Veuillez m'en excuser.... C'est que...- la voix de la demoiselle devint plus hésitante- je devais poster une lettre pour mes parents.


-Ne t'en fais pas, je ne vais pas te réprimander, nous ne sommes pas en temps de conflit et quelques minutes de retards ne sont pas préjudiciables. - Mad baissa la tête le temps qu'e la princesse reprenne- Bien, si je t'ai fais venir ici c'est parce que j'ai une mission de la plus haute importante à te faire parvenir! Quelque chose menace la quiétude des royaume et la fragile trêve qui les unit, une organisation qui mènerait des expériences dans notre dos. J'ai besoin que vous y alliez, toi et Bartholoméo pour endiguer cette menace.



-Ce sera fait princesse, sans problème. Ne vous en faites pas, ils ne feront pas long feu!


-Bien, je compte sur vous!



___ L'excitation était palpable, de toutes les missions qu'on lui avait confié, celle-ci était de loin la plus importante, de plus Celestia elle-même venait de la lui confier. Tout était si merveilleux! Elle devait faire bonne impression, elle devait se démarquer et montrer qu'elle était capable du meilleur et digne de la confiance de la princesse du soleil. Alors qu'elle s'imaginait tous les remerciements et autres honneurs qu'on lui offrirait à son retour, des étoiles jouant dans ses prunelles d'émeraudes. Elle resta silencieuse dans sa position de garde à vous.


-Maaaadddd... Ce n'est pas le moment de rêvasser tu sais.


La Saddle Arabian sortie de sa torpeur s'ébroua un instant pour se sortir de la tête toutes ces images de gloires et de paillettes qui la faisait tant rêver puis se redressa.


-Excusez-moi! J'y vais, tout de suite. Que votre journée soit bonne!


___C'est sur un dernier salut militaire que la jeunette quitta la salle au triple galop manquant de se prendre la porte qui s'ouvrit juste au bon moment. Elle était prête pour l'aventure, pour prouver ce qu'elle valait et surtout pour que sa patrie soit fière d'elle.[/b]

_____________________________________________

OC From Mad Munchkin
Revenir en haut Aller en bas
Mad Melloré
avatar
Eternal Chaos

Messages : 337
Age : 21

• Votre personnage •
Race: Saddle Arabian
Niveau: 18
Expérience:
129/180  (129/180)

MessageSujet: Re: Chaos Theory [Concours n°2]   Jeu 25 Juin - 19:24





___Le voyage jusqu'aux Drackenridge Mountains ne dura que quelques jours. Quelques jours durant lesquels l'excitation de la garde ne faisait que de s'accroître. Sur le chemin elle ne retrouva pas Bartholoméo, cependant elle ne s'en inquiéta pas. Après tout il était partit quelques heures avant elle et en plus de cela, il volait. Tout ce qu'il fallait pour mettre Mad dans le vent. Toutefois il l'attendrait très certainement dans les montagnes avant de débuter la mission, il était vieux certes, mais pas encore sénile. La demoiselle se laissa à aller à un petit rire à l'idée de son mentor sénile. A quelques kilomètres de là se trouvaient les premiers pics de cette chaîne de montagne pour le moins mal famée. Même les habitants du Dark Pledge préféraient éviter cet endroit qui n'était autre que la demeure de nombreux dragons. Plus elle y pensait et plus les choses se bousculaient dans sa tête, quelle chance ce serait si elle pouvait rencontrer un de ces dragons. Bien sur elle en avait déjà croisé et avait déjà parlé a quelques-uns d'entre eux, mais il s'agissait de dragons civilisés et adolescent pour la plupart. Cependant elle n'avait jamais croisé de ces gros sauriens cracheurs de flammes et destructeurs de village à la cupidité morbide. La demoiselle trépignait d'impatience alors qu'elle entrait sur les terres entourant les montagnes. Des terres arides et brûlées, des terres ou la mort semblait régner en maître cacher derrière les nuages de fumée qui s'échappaient de ces colosses de terres qu'on appelait montagnes. Tout d'un coup, la demoiselle fut prise d'un frisson qui lui parcouru toute l'échine en voyant ce territoire dévasté et fumant, elle n'était plus si sûre que ca de vouloir croiser un de ces cracheurs de feu, accélérant le pas et essayant d'être le plus discrète possible, elle suivit le sentier qui mena aux monts ardents. C'était ici qu'elle devait retrouver Bartholoméo.  Toutefois il n'était pas au point de rendez-vous, en profitant pour s'asseoir et respirer un instant, Mad ne s'en inquiéta pas outre mesure, il était très certainement partit en éclaireur ou bien chercher des vivres en l'attendant il reviendrait prochainement. Essayant d'évacuer la peur qui avait perlé dans son esprit à l'idée de croiser un dragon, la jument s'empara d'une pomme dans sa sacoche et la croqua à pleines dents autant avoir des sucres rapides dans le sang si jamais elle devait combattre, cela lui permettrait de redoubler d'ardeur et de n'être que plus efficace.



___Quelques minutes passèrent pendant lesquelles la garde en mission mâchonnait tranquillement sa pomme en observant les environs. A vrai dire, elle avait fait une erreur à son arrivée, elle n'avait pas essayé d'entendre ce qui pouvait avoir lieu aux alentours, peut être lui tendait-on une embuscade et c'est alors qu'elle jetait son trognon de pomme par-dessus son épaule que quelques choses la frappa. Plus loin, des bruits. Ces échos stridents elle les reconnaîtrait entre mille, il s'agissait là du son caractéristique à deux épées qui s'entrechoquent. Que se passait-il là-bas? Soudain le stress pris possession du corps de la jeune Saddle qui se leva d'un bond et parti en direction des bruits. Arrivait-elle trop tard? Les ennemis avaient-ils découvert Bartholoméo? Non, ce n'était pas possible, il était trop doué pour ca, mais si jamais. Si jamais elle arrivait trop tard. La jument passa au  triple galop, manquant de trébucher sur une pierre branlante et en une poignée de minutes elle parvint sur le lieu du conflit. Elle avait raison de s'inquiéter... Devant elle se dressait un spectacle ahurissant, des morts et du sang jonchant le sol dans une vallée, quelques hommes en armure du Dark Pledge ainsi qu'un griffon se battait tant bien que mal pour repousser les ennemis dont elle ne reconnaissait pas le blason. Que devait-elle faire? Elle n'avait jamais connu ce genre de situation! Comment devait-elle réagir? L'angoisse prit le dessus sur sa raison et elle resta là à paniquer pendant plusieurs minutes alors que son petit groupe d'allié s'amenuisait de seconde en seconde. On ne lui avait jamais dit que les luttes seraient de telles boucheries, qu'il y aurait des morts. Que le sang coulerait à flot. On ne lui avait jamais dit! Les larmes commencèrent à perler sur les joues de la jeune femme si sensible qui parvint tout de même à reprendre ses esprits se saisissant de son violon elle s'apprêta à porter main forte, elle joua une musique destinée à donner plus de force à chacun de ses alliés, avec le vent et l'écho, le son se propagerait jusqu'à eux sans le moindre souci. Tentant tant bien que mal de sécher les gouttes salées qui perlaient dans son pelage, elle se lanca dans le barouf sans plus de réflexion, pour se retrouver aux cotés d'un Bartholoméo essuyant déjà de nombreuses blessures.


-Qu'est-ce que tu faisais, ca fait des heures qu'on t'attend!


-Je suis désolée... vraiment...


-C'est pas grave va, maintenant que t'es là
– le griffon repoussa avec sa hallebarde une lame qui tendait à viser son coeur-, On va pouvoir s'y mettre sérieusement.



Le vieillard redoubla d'effort, gonflé par l'enchantement qu'avait lancé la barde et planta sa hallebarde droit dans la bouche d'un changeling qui passait par là.



-Allez tout le monde! À l'assaut!


___La lutte faisait rage, cependant ses camarades étaient déjà exténués et les adversaires en surnombre. Melloré sortit de son violon tous les sorts qu'elle pouvait, augmentant, leur vitesse, leur force, leur vélocité, les soignants si besoin. Toutefois même pour elle, a force de faire appel à la magie, la fatigue commençait à se faire ressentir en même temps que perlaient les premières gouttes de sueurs sur son front.






___Il ne fallut pas attendre bien longtemps avant que les derniers alliés ne tombent. Il ne restait plus qu'elle et Bartholoméo face à une dizaine d'ennemi.  Les deux solaristes étaient à bout de souffle et la tension était palpable alors que le vieux griffon se mettait à pester.


-Foutu roi Sombra, ne pourrait-il pas envoyer de vrais combattants pour défendre ses propres terres?


___Soudain les rangs ennemis se dessoudèrent et de la grotte plus loin sortit une licorne vêtue d'une blouse noire. Mad ne l'avait jamais vu, mais son aura avait un quelque chose impressionnant, l'homme imposait le respect par sa simple présence et se mit alors à parler d'une voix grave et agrémenté d'un accent aux tonalités russes.


-Bien. À qui ai-je affaire?


___Bien que Mad ne le connaissait pas, son ami lui semblait le connaître et semblait même abasourdi de le voir ici et l'interpella d'une voix pleine de rage.


-Gidias! C'est... C'est toi qui étais derrière tout ca?! Comment?


-Oh mais c'est ce bon vieux Bartholoméo. Comment va Celestia? Toujours aussi insouciante à ce que je vois pour te maintenir dans sa garde malgré ton grand âge.


-Je ne te permets pas espèce de....


-Pour l'instant
– un sourire se dessina sur le visage de la licorne beaucoup plus trapu que la plupart de ses compatriotes, à vrai dire, en y regardant de plus prêt cette personne en noir semblait plus tenir de l'ours que de la licorne- il ne me semble pas que tu sois en mesure de ne pas me permettre quoi que ce soit tu vois? Et toi? Il me semble ne jamais t'avoir rencontré je me trompe?


___Le visage de Mad commençait à devenir pourpre, peu importe qui il était, comment osait-il? Comment osait-il troubler la quiétude et pis encore, parler ainsi à son ami? L'adrénaline de la lutte ainsi que la rage qui la prenait aux tripes parla à la place de la barde:


-Tu sais pas qui je suis? POURTANT J'SUIS CELLE QUI VA T'ARRACHER LA FACE! COMMENT OSES-TU ?


___Guidée par la rage la demoiselle tenta de se ruer sur la licorne comme une furie, toutefois elle eut à peine le temps de dégainer son arme qu'une pique vint la cueillir juste au niveau des côtes la mettant au tapis en un rien de temps.


-Eh bien, quelle hardiesse... Et quelle manque de manière. Regarde ca Bartholoméo... Devrais-je la tuer, sous tes yeux?


-Non! Arrête.


-Bien...



___Un sourire se dessina à nouveau sur les lèvres de ce qui semblait être un scientifique alors que de l’inquiétude se lisait dans les yeux de Bartholoméo.


-Mais... Pourquoi tous ces efforts? Pourquoi as tu fais tout ces efforts pour maintenir la trêve. Pourquoi as-tu fais tous ces efforts pour calmer les différents dirigeants et les aider à faire une trêve il y a vingt ans.- Pour la première fois, Mad put voir des larmes couler le long du plumage de son mentor alors que sa voix devenait plus tremblante-  Pourquoi as-tu calmé les tensions qui naquirent lors de l'avènement de Twilight, qu'avais-tu à y gagner?


-L'Armistice... Voilà ce que j'avais à y gagner mon ami. Avec le cessez-le-feu, les services secrets sont bien moins actifs et je pouvais beaucoup plus facilement mener à bien mes expériences. Grâce à celle-ci je pourrais bientôt devenir dirigeant à mon tour et gouverner tout Equestria.


___Le griffon cracha au visage de la licorne qui comme simple réponse lui trancha une serre lui arrachant un piaillement suraigu alors que la jument étalée par terre, gigotait essayant de se relever pour aider son ami.


-Je ne voudrais jamais de toi comme dirigeant.


-Ah bon? Et pourquoi ca, tu me considères plus mauvais que ta chère Celestia? Tout ça parce que je compte m’accaparer d'un trône au lieu de le laisser a ceux qui l'ont obtenu de naissance? Pour ca, tu penses que mon but n'est pas viable?   Pourtant, qui a apporté la quiétude? Ce n'est pas toutes ces Princesses ou soit disant rois qui n'ont la maturité que d'un nourrisson! Avec leurs querelles incessantes. Ne penses-tu pas que je ferais un bien meilleur dirigeant que tous ces enfants gâtés?


-Va chier
!



___Le griffon déploya ses ailes et dans un mouvement de sa queue de lion envoya de la terre dans les yeux de tout le monde avant de s'envoler évitant de peu un rayon d'énergie du mage et criant à Mad d'en profiter pour s'enfuir. Tant bien que mal la demoiselle se releva et se mit à courir avec l'énergie du désespoir, son cœur battait à tout rompre. Ce qu'il disait n'était pourtant pas faux, mais pourquoi la violence. Pourquoi ces morts. Allait-elle mourir aussi? L'effroi étouffait son coeur et son esprit et l’empêchait de réagir intelligemment. Pétrifier par la peur elle s'arrêta elle s'arrêta juste au bon moment pour voir plus loin son ami se faire arracher une aile par un rayon ardent le faisant s'écraser à terre. Elle devait faire quelque chose. Elle devait se dépêcher, mais ses sabots, tout son corps était pétrifié. Seulement quelque chose la tira de sa torpeur


-Mad, A l'aide! J'ai besoin de toi! Ne laisse pas ton cœur être contrôlé par la peur!


___Il... Il avait raison. Il fallait qu'elle soit forte, tout n'était pas perdu. Sortant son violon et se mettant à courir le plus vite possible, elle utilisa un sort de soin, cicatrisant ses blessures et celle de son ami. Elle allait se battre, l'énergie du désespoir la portait, comme une dératé elle courait encore et encore alors que les soldats en noir s'approchait de son ami clouer au sol. Dégainant son arme, les larmes coulant le long de ses joues et le cœur serrer elle balança son arme à gauche tranchant la gorge de son adversaire sur le coup et redoublant de rapidité alors que les adversaires n'étaient qu'à deux pas du mutilé.


-BART'!!!!!


___Tout son corps était mué par une énergie indicible qui lui conféra une force hors du commun, elle joua de son arme, tuant n'importe quel ennemi s'approchant trop d'elle. Toutefois, plus loin, tout semblait déjà perdu. La licorne dégainait deux dagues qu'il croisa sous le cou du griffon qui le fixa avec fierté.


-NONNNNN!!!!!!


___La demoiselle hurla à plein poumon alors que ses tripes se resserrant et qu'une boule se forma dans son ventre comme une envie de vomir. Elle avait peur. Il ne pouvait pas.... Non il ne pouvait pas mourir, il avait toujours été là! Redoublant d'effort, les larmes coulant en un flot interrompant alors qu'elle serait les dents son désespoir se muant petit à petit en rage ses yeux rouges fixant avec haine cet être infâme. Elle finit de tuer le dernier de ses adversaires lorsqu'elle entendit ce bruit... Ce bruit dont elle se souviendrait toute sa vie. Deux lames frottant l'une contre l'autre suivit du choc d'un objet lourd roulant sur le sol  puis une gerbe de sang atteignant sa joue.


-AHHHHHHHHHHHH


___Elle avait perdu tout contrôle, seule sa rage et sa tristesse avait pris le contrôle de son corps comme un tourbillon de sentiments qui l’engloutissait et lui prenait la main, la menant vers son destin. Brandissant son épée elle sauta vers son adversaire, qui la toisa d'un regard méprisant.


-Hmph... Peut-être que tu pourras m'être utile finalement.


___D'un coup de patte il dégagea le corps sans tête du griffon qui tomba lourdement à terre puis sans y prêter attention balança un rayon d'énergie vers cette jeune garde qui hurlait à la mort, faisant exploser son armure solariste et la renvoyant en arrière. La rage, la tristesse, la douleur... Tout sembla s'envoler, dans les ténèbres qui couvrirent ses yeux.

_____________________________________________

OC From Mad Munchkin
Revenir en haut Aller en bas
Mad Melloré
avatar
Eternal Chaos

Messages : 337
Age : 21

• Votre personnage •
Race: Saddle Arabian
Niveau: 18
Expérience:
129/180  (129/180)

MessageSujet: Re: Chaos Theory [Concours n°2]   Lun 29 Juin - 22:07





___Melloré était là, son esprit plongé dans le plus profond des sommeils, celui à mi-chemin entre la mort et la simple nuit réparatrice que l'on à tendance à nommer coma. Le corps de la Saddle Arabian était positionné immobile sur une table d'opération, une sorte de machine fixé sur sa tête semblant acheminer une sorte de flux magique. Autour de la silhouette inanimé de nombreuses personnes en blouse blanche semblait s'affairer à de complexes et nombreuses tâches sous les ordres de la licorne à la blouse noire et sous la surveillance d'une demi-douzaine de garde surarmés. Tout semblait s'agiter autour d'elle, pourtant son esprit était si loin, bloqué des semaines en arrières, les atroces images de la boucherie qui avait eu lieu défilait encore et encore, les cris, le sang. Toutes cette violence et cette vision de mort restait bloquer dans son subconscient et elle se voyait, spectatrice de cette boucherie, incapable de faire quoi que ce soit, se tenant la tête à deux sabots, hurlant sans qu'aucun son ne puisse sortir de sa bouche, tout recommençait encore et encore dans un tourbillon pourpre. Elle revoyait maintes et maintes fois les deux lames tranchant la cher de son ancien mentor arrachant la vie à son vieux corps de griffon. Puis tout s'arrêtait. Le monde imaginaire de la jument semblait se figer pour une éternité sur la tête se décrochant de son corps. Redoublant d'ardeur à s'en exploser les poumons, elle voulait crier, mais aucun son ne s'échappait de sa gorge. Puis le néant. Les ténèbres l'engloutirent, pour seule compagnie elle avait cette phrase " Mad, A l'aide! J'ai besoin de toi!  " Les cris de son ami résonnaient sans répit dans les ténèbres se faisant échos puis se répétant. Dans la chambre noire de son esprit, la barde se tenait la tête, convulsait puis se mit à terre, prenant une position fœtale la douleur était aussi bien mentale que physique alors qu'elle s'agitait en tout sens, chacun de ses muscles tremblant, des larmes coulant de ses yeux Lorsque finalement, un cri, une délivrance perça à travers les ténèbres. Son cri.


___Tandis que hors de ce monde onirique les scientifiques s’affairaient à fignoler leurs expériences. Toutes les machines commençaient à virer au rouge, le pouls de la comateuse commençait à s'emballer alors que le flux qu'ils tentaient de lui injecter se densifiait.


-Gidias! On va la perdre il faut arrêter!


-Pas si prêt du but! Augmentez toutes les machines à 200% de leurs capacités! Je veux que quelqu'un se tienne prêt à la ranimer si besoin!


___Toutefois, alors que toutes les machines étaient poussées à leur maximum quelque chose d'imprévu sembla se passer, arrachant une grimace au scientifique en blouse noire qui ne semblait pas s'y attendre. Au milieu des bruits de machines perça un cri. Un cri horrible et lourd de douleur.


-Elle reprend conscience!!!


-Ce n'est pas normal! Injectez-lui de quoi dormir vite.




___Les hommes de sciences tentèrent de maîtriser la garde royale qui commença à s'agiter mais aucun d'entre eux n'y arriva. Les cris ne cessaient pas, son agitation devint de plus en plus grande lorsque finalement. Elle ouvrit les yeux. Le regard de la demoiselle n'était plus aussi doux et innocent. Il avait un quelque chose d'effrayant autour de son iris d'émeraude une flamme bleue dû à la magie qu'on lui avait injecté semblait brûler, mais pis encore, son sourire était celui d'un prédateur. Celui d'une folle furieuse prête à tuer et à étriper sa proie. Les cris se muèrent rapidement en un rire. Un rire tonitruant et perçant, le genre de rire qui sonde jusqu'au plus profond de votre âme et vous glace jusqu'à l'échine. Alors que son rire semblait devenir de plus en plus présent, occupant l'esprit de tous. Il se passa une chose à laquelle personne n'aurait jamais pensé, toute la magie accumulée dans son corps commença à se rassembler en un point. Se condensant rapidement, puis le rire de l'expérience équestre s'arrêta net. Portant ses deux sabots à la machine positionnée sur sa tête, ce fut les hurlements qui recommencèrent. Des hurlements mêlant rage, douleur et peine. D'un coup toute la magie qui venait de se condenser dans son corps se relâcha, s'expulsant par tous les ports de ce petit corps trop frêle pour la contenir. La vague d'énergie accompagna le cri. Les scientifiques les moins chanceux furent les plus proches recevant une déflagration magique de plein fouet et à bout portant, ils furent réduits en un amas de chaire sanguinolente éparpillé dans toute la pièce. Les plus lointains furent mis à terre par la déflagration et s'évanouirent. Les machines pour la plupart explosèrent en morceaux dans de grandes gerbes d'électricités. L'explosion était d'une rare violence, si bien qu'il ne restait debout que le dénommé Gidias et deux de ses gardes. Pour ce qui était de la jument, elle était libre de l'attirail dont elle était affublée, se débarrassant des derniers câbles qui engourdissait son corps elle sourit à nouveau. Plus rien chez elle ne semblait être comme avant. Elle ne semblait même pas agir par elle-même, et d'une certaine façon c'était le cas. Dans son esprit se répétait toujours ses horreurs, son âme était bercée par un doux tourbillon écarlate et brûlant envahissant tout son esprit toute sa conscience et sa volonté, bien évidement ce n'était pas elle... La rage et la frustration qu'elle avait mêlée à l'état fragile de son mental après ce qu'elle avait vécu et les implantations de magie dans son corps l'avaient entraîne dans cet état second ou elle n'était que spectatrice dans son propre corps. Un véritable zombie à la recherche d'une seule chose: du sang.








___Ensanglantée par ce qui restait des scientifiques, la furie se leva, lentement sur ses deux pattes arrières, les pattes avants ballantes et le souffle court. Elle se déplaça sous l’œil intrigué des derniers survivants elle ramassa l'arme de l'un de leur compère à terre.


-Tu... Tu ne devrais pas être réveillée! Et toute cette énergie! Toute cette magie... gâchée... Tu n'es... Tu n'es qu'une expérience ratée. Un brouillon, une bavure. Comment ai-je pu croire qu'une personne aussi insignifiante que toi pourrait suffire à mes tests. Comme je le pensais. Tu n'es rien. Rien de plus qu'une bonne à rien, qui a laissé son ami se faire tuer.


___Le scientifique en blouse noir se laissa aller à un rire à son tour. Toutefois, ce sur quoi il n'avait pas compté était le fait qu'il reste encore une certaine quantité d'énergie dans le corps de son sujet. Lui permettant des actions plus remarquables que la normale.


___Depuis l'instant ou elle s'était réveillé, la jeune Melloré se battait contre elle-même. Elle se battait contre toute cette haine, cette envie de meurtre, et cet esprit sanguinaire qui la guidait, mais à l'entente du souvenir de Bartholoméo, la demoiselle devint hors de contrôle. Comme projetée contre un mur invisible, la véritable Mad fut soufflée de son propre corps. Laissant libre cours à toute la violence qui l'habitait. En un instant elle se retrouva devant l'un des deux gardes et lui trancha lentement la gorge, se délectant de la peur dans son regard. Se délectant de sa douleur et de son désarroi et alors que son collègue s'apprêtait à riposter, en un éclair elle se retrouva derrière lui puis fut pris d'un fou rire. Le découpant en deux, elle prit bien attention à ce qu'il ne meurt pas sur le coup, mais ait encore quelques secondes ou minutes à vivre, son dernier souvenir sera celui de la jeune femme riant sur son corps déjà condamné et enfonçant son sabot bien profondément en lui pour en soutiré le cœur. Comme obnubilé par cet organe qu'elle tenait dans son sabot elle l'observa quelques secondes, encore chaud, encore palpitant, comment une si petite chose, une chose si futile pouvait-elle être essentielle à la vie. Ridicule! D'un coup de sabot par-dessus l'épaule elle balança le cœur de l'infortuné puis profitant de la magie encore dans son corps, elle chargea le dernier de ses adversaires. Toutefois, alors qu'elle se voyait déjà planter sa lame entre les côtes de son adversaire, la furie fut surprise de voir qu'un sceptre à l'allure dorée et serti d'une pierre pourpre avait arrêté son arme. Elle fut repoussée par une vague magique puis retomba sur ses deux pattes arrières quelques mètres plus loin. La licorne pareil à un ours se recoiffa brièvement puis sourit:


-Tu ne pensais tout de même pas pouvoir me battre aussi facilement n'est-ce pas? Dois-je te le rappeler? Tu es un échec.


___Il eut pour simple raison un hurlement et une nouvelle charge. Pour tout vous dire, à ce moment était ce la folie sanguinaire naissante qui avait le contrôle de son corps, ou bien était-ce réellement Mad, même moi je ne saurais vous répondre. Car même intérieurement, même impuissante la petite demoiselle bouillonnait de rage et de haine, mais surtout de mépris contre cet homme. Elle lui avait tout retiré, son ami, son innocence, apparemment son esprit et maintenant il essayait de lui prendre l'équanimité? Qu'était en train de subir son monde si merveilleux? Tout était pourtant si parfait... Puis cet homme était arrivé, réduisant tout en miettes. Elle le réduirait à néant! Hurlant à plein poumon la demoiselle sauta sur son adversaire qui para une seconde fois et tenta le même tour


-N'as tu pas compris la première fois, ou t'ai-je de par la même ôté toute once d'intelligence?


___Toutefois alors qu'il envoya son onde de choc arcanique, la demoiselle ne recula pas d'un pouce. Une aura, comme une flamme d'un bleu azuréen semblait enveloppé la dame au pelage gris. Il sentait que la pression exercée sur sa canne devenait de plus en plus oppressante, le forçant à fléchir le genou malgré sa force physique développée. Inconsciemment, la demoiselle était en train de puiser tout ce qu'il restait de flux magique en elle pour la convertir en force brute. Un craquement se fit entendre alors que la peur commença à se lire sur le visage du scientifique. Il y eu un bruit sourd, un cri, puis plus rien. Une cane fendue en deux et une licorne, le crane fendu par une épée émoussée par le sang.



___Plus loin, se tenant les genoux entre ses pattes avants, le museau caché entre ses bras, la demoiselle se balançait d'avant en arrière, un bruit de sanglot émanant de ce petit bout de folie. Qu’avait-elle fait? Comment était-ce possible?  Elle était revenue à elle après que le flux magique se soit échappé de son corps et avait pris conscience de la boucherie qui avait eu lieu. Elle ne pouvait pas avoir fait ça. Ce n'était pas elle, c'était tout bonnement impossible. Toute cette violence... Ce sang. Était-elle devenue un monstre? Que lui avait-on fait? C'était si... horrible. Et cette chose qui murmurait dans son esprit.  Qui lui murmurait qu'elle n'était pas seule et qu'il lui suffisait de l'écouter pour que tout se passe pour le mieux. Cette voix tremblante, sifflante et omniprésente. Perdue, perdue dans les ténèbres de la rage, du désarroi de la peur, elle ne savait plus que faire. Petit à petit dans ce laboratoire avec comme seule compagnie celle des grésillements des machines cassées, elle se sentait sombrer dans la folie.

_____________________________________________

OC From Mad Munchkin
Revenir en haut Aller en bas
Mad Melloré
avatar
Eternal Chaos

Messages : 337
Age : 21

• Votre personnage •
Race: Saddle Arabian
Niveau: 18
Expérience:
129/180  (129/180)

MessageSujet: Re: Chaos Theory [Concours n°2]   Lun 29 Juin - 22:30



___Perdue dans son royaume de sentiment, déboussolé par la folie l'assaillant de part et d'autres de son esprit farfelu, la jument ne savait pas quoi faire. Combien de temps était-elle restée inconsciente? Que lui avaient-ils fait dans cet immonde laboratoire? Autant de question qui resterait très certainement sans réponse, mais pour le moment, elle avait besoin de réconfort, elle avait besoin de gens sur qui elle pouvait compter pour l'aider à remonter la pente et à se remettre sur pied. Il n'y avait qu'un endroit ou elle pouvait se retrouver... un seul endroit ou elle pourrait essayer de se réconcilier avec elle-même. Il était grand temps de donner des nouvelles à ses parents. Melloré arriva finalement devant le manoir familial alors qu'un saltimbanque jouait de la musique. La folie sous-jacente qu'elle ressentait depuis le début du voyage tiqua un moment et commença de nouveau à lui susurrer milles et unes merveilles à l’oreille puis s’effaça pour laisser place à une fille détruite par la tristesse et le regret. Traînant des sabots, elle poussa la porte d'entrée pour se retrouver en face à face avec son père qui descendait des escaliers.


-Melloré? Melloré c'est bien toi? Tu es en vie? Je n'arrive pas à y croire, les autorités nous ont dit que tu avais disparu suite à une mission. Ça fait maintenant 3 ans! Mon enfant. C'est toi? ... C'est vraiment toi....


___Les larmes se mirent à couler le long du visage raffiné du père qui descendit les dernières marches quatre par quatre avant de se ruer sur sa fille, la serrant dans ses bras. Toutefois quelques choses fit tiquer Mad, Trois ans? Elle avait été dans le coma pendant trois longues années? Qu’avaient-ils pu bien faire avec son corps pendant toutes ces années?


-Melissa! Melissa! Melloré est de retour.


___Du bruit se fit entendre de la bibliothèque. Pièce de laquelle débarqua en détalant la mère de cette graine de folle. Les trouvailles furent touchantes.


-Melloré... Ma Melloré... Je suis tellement désolé, je suis tellement désolé de t'avoir laissé partir, mais dans des temps aussi calme, il était trop dangereux de te laisser t'engager en tant que garde royale.


___L'air abattu, la jeune femme inspira cet air réconfortant et répliqua:


-Mais tu n'as pas a t'excuser maman! Tu m'as laissé faire ce dont je rêvais, et regarde, je vais bien!


___Elle savait qu'elle ne pouvait leur expliquer les tenant et les aboutissant de ses sauts d'humeurs de ces derniers temps et ce qui lui était arrivée, elle préféra ne pas les inquiéter en leur occultant la vérité. Reprenant son souffle elle leur inventa une histoire plus ou moins crédible sur ce qui lui était arrivé ces dernières années, occultant bien entendu les détails qu'ils n'avaient pas besoin de savoir, ceux dont elle avait honte, et ceux qu'elle ne préférait pas raconter. La famille à nouveau réunis et sur laquelle planait une ombre de bonheur s'installa dans la cuisine, profitant de l'air frais pour aérer, le père ouvrit la fenêtre.


-Melloré, si seulement tu savais à quel point nous nous sommes inquiétez... ! 


-Mais je sais papa, arrêté de vous justifier c'est gênant, je suis heureuse de vous revoir, tous les deux – Alors de la fenêtre désormais ouverte, le saltimbanque de tout à l'heure changea tout à fait de registre pour quelque chose de plus saturé, un son plus agressif qui traversa l'esprit de Melloré comme une flèche empoisonnée, transformant son sourire rassuré et rassurant par un véritable sourire carnassier- Heureuse de vous revoir, pour enfin pouvoir vous expliquer à quel point ce que j'ai subit était horrible et...


___Voici là ou s'arrête la ressemblance de la scène en des retrouvailles émouvantes, qui pourtant allaient être interrompu prestement.







___Tel un éclair par la fenêtre surgit un homme qui d'un geste leste et un battement de cil assassina ses deux parents laissant juste le temps à la nouvelle orpheline de dégainer pour parer la lame. C'est alors que son regard croisa celui de l'assassin. Son cœur se serra, si fort qu'elle manqua de s'évanouir. Ces yeux... elle les reconnaîtrait entre mille. Il s'agissait là de Nice Heart... Son petit ami. Comment était ce possible, pourquoi ferait-il une chose pareille?

___Une tonne de question se bouscula dans la tête de Mad alors que son amant  en profita pour fuir au-dehors dans un lieu moins étroit et plus propice à l'animosité. C'est alors qu'elle l’aperçu... elle était encore en vie. La licorne noire était ici, malgré son crâne arborant une belle balafre dont s'échappait quelques étincelles. Mad sous le coup de la colère et de son état second causé par la musique précédente se mit à hurler.


-NICE! POURQUOI.... POURQUOI AS-TU FAIS CA?! POURQUOI M'AS TU TRAHIS! JE CROYAIS QUE... Je croyais que tu m'aimais.


___Une fois encore les larmes coulèrent sur les joues de la belle qui ne savait plus ou donner de la tête. Pourquoi NiceHeart avait-il fait ça. Comment Gidias pouvait-il être encore en vie? D'ailleurs c'est ce dernier qui répondit de son accent russe:


-Mad... Mad... Mad, tu ne comprends donc pas? Penses-tu être la seule à avoir subit mes expériences?


___C'est alors que tout s'éclaira dans sa caboche embrumée... C'est pour ca qu'il n'était pas revenu pendant de longue semaine,  NiceHeart avait été lui aussi capturée.


-Toutefois, après ce que tu m'as fais, cher "échec", ne croit pas que tu vas t'en tirer à si bon compte. Je vais tout t'arracher. Déjà ton petit ami, maintenant tes parents, après ca ce sera les temps de non-agression, et petit à petit, je te verrais sombrer dans la dépression et me délecterait de te voir mettre fin à ta vie de par toi même.


___Comment.... Comment osait-il encore lui faire des menaces après tout ce qu'il lui avait fait vivre? Alors que son cœur s'embrumait et que ses émotions négatives dues à la musique étaient amplifiées. Elle saisit son arme à pleine main, elle savait que son amant était perdu et dans cet état, cet état de rage extrême ou tel un prédateur la seule chose l’intéressant était le sang, elle se rua sur celui avec qui elle avait partagé des jours idylliques. Et entama la joute sous le rire tonitruant de Gidias.  D'un mouvement du poignet faisant suivre son épée, elle para l'une des dagues du terrestre tandis que la seconde lui pénétrait l'épaule droite arrachant à la furie un cri entre haine et douleur et la poussa à riposter d'un large revers qui l'envoya valser à quelques mètres avant qu'il ne se relève, effectuant un salto arrière à porter de Melloré il lui envoya ses deux sabots droits dans la mâchoire la faisant tomber lourdement sur le dos. Dans un réflexe, elle effectua une roulade pour esquiver deux lames qui vinrent se planter au sol et riposta par un coup d'épée qui lui entailla la hanche, arrachant un rire tonitruant à la déséquilibrée qui profita de cet instant de faiblesse pour lui envoyer ses deux sabots arrières dans l'estomac et l'envoyer à son tour au tapis. Se ruant sur son ancien amant comme une bête sauvage, sa mâchoire semblait carnassière et ses yeux exacerbés. Elle sauta et prépara sa lame. Toutefois, rien ne l'empêcha de faire son office et la lame guidée par une force aussi inarrêtable que la haine s’enfonça profondément dans le ventre de son NiceHeart, arrachant une larme à ce qui restait d'humanité de Mad. La lame commença à s'enfoncer dans le sol continuant de trancher les tripes du poney grimaçant. Jusqu'à ce qu'il meurt sous la douleur.



___Frémissante, fébrile, d'une part par la folie meurtrière qui envahissait son esprit tel un voile l'appelant, l'attirant comme un aimant, la poussant à tuer encore, à répandre le sang et d'autre part par la tristesse, cette petite partie d'elle qui restait enfouie traumatisée par ce qu'elle venait de commettre, le meurtre de son propre petit ami. Se relevant, celle qui était devenue un monstre aux allures de diables du New Jersey, laissa son arme là ou elle était, enfoncée jusqu'au pommeau dans le corps de son ami. Devant elle se tenait, riant à plein poumon, presque heureux, la licorne à la blouse noire, la source de tous ses soucis. Plus elle l'observait, et plus elle sentait ce «  je ne sais quoi » bouillonner en elle-même, le peu de raison qui lui restait semblait s'amenuiser peu à peu, un brouillard épais semblait envahir sa conscience et lorsqu'il ne resta que les ténèbres et le sang, que ce rougeoiement intense lui occupait l'esprit et l'obnubilait. Tout son corps se mit en marche, lentement. Elle fut prit d'un éclat, riant d'abord doucement, comme un murmure, ses lèvres restant droite et sa bouche peu ouverte, mais plus elle avançait; à chaque pas, son rire s’amplifiait et son faciès se déformait. Jusqu'à arriver au mage. Ce dernier tenta de faire appel à la magie. Son visage fut prit de terreur, il reculait tant bien que mal ses pas étant plus petits que ceux d'une Saddle Arabian. Sa corne ne semblait plus vouloir servir de catalyseur, très certainement à cause du coup à la tête. La bouchère s'approcha de lui branlante, tremblante, les yeux injectés de sangs. Sans un mot, dans le silence le plus complet, elle le saisit à la nuque d'un sabot et le souleva. Seul le vent en était témoin... et seul le vent chanterait une rengaine en l'honneur de sa mort. D'un geste de la patte, elle le balança s'écraser contre un pand de mur d'une maison puis posant son sabot arrière sur son plexus elle commença à le rouer de coup, encore et encore. Elle entendait se craqueler et les os se fracturer, mais elle en voulait encore, encore plus, plus de violence. Elle ne le laisserait pas partir aussi facilement. Il n'avait pas assez souffert. D'un coup l'este du sabot, elle lui fractura l'avant patte gauche, faisant ressortir l'os dans une petite gerbe de sang ainsi qu'un hurlement digne de celui du tonnerre. Puis Mad commença à tourner autour de lui, telle une prédatrice se demandant comment savourer sa proie. Par ou devait-elle commencer? La nuque? Trop radical. C'est alors qu'elle eut une idée sordide. Prenant un bout de bois cassé et s'en servant comme un pieu, elle cloua littéralement Gidias au mur et retourna chercher son épée, qu'elle enleva finalement dans une magnifique effusion de sang et de tripe. Du bout de sa lame, elle balafra la joue de son interlocuteur.


-Dit moi... Qu'est-ce que ca fait? D'être l’expérience?


___D'un geste bref, elle fit déraper sa lame laissant une marque rouge sur ton son visage, mais ce qu'il y avait de pire, c'est qu'elle venait de tout simplement crever l'oeil de sa victime.

-Je... Je t'en supplie pitié.


-Pitié? PITIE? TU NE CONNAIS PAS CE MOT!!


___Dans un mouvement de patte elle planta sa lame droit dans la patte de son ennemi lui brisant l'os sous la force du choc. Finalement elle décida de quelques choses. Rengainant son épée, elle saisit quatre pieux traînant un peu plus loin. Désarmant sa proie, elle le hissa sur son dos et s'aventura dans le désert. En tant que Saddle Arabia, même perdue dans la haine et la douleur, Mad se repérait particulièrement bien dans le désert Applelosien et l'emmena à un endroit précis ou elle cloua l'étalon à l'aide de ses quatre pieux. Sans un homme, elle se détourna du corps encore en vie et suppliant. A peine eut elle le dos tourné que les vautours s'approchaient, commençant à picorer la chair de cet infâme personnage, berçant le départ de la jument de ses cris d'agonie. Tel un zombie, titubante et fébrile, la jument retourna jusqu'à Applelosa et se planta devant le corps de celui qu'elle aimait, et qu'elle avait exterminé de ses propres mains. Tombant à genoux, la barde, se mit à pleurer, tout d'abord son visage déformé par la tristesse, Les larmes coulaient telles des cascades. Toutefois, un rictus se forma sur son museau, ce rictus étouffa les bruits de déglutition liés aux pleurs puis engendra un rire. Un rire malsain qui résonna dans l'immensité du désert rire et larmes se mêlaient et s'entrecoupaient alors que dans son for intérieur Mad était tout bonnement terrorisée. Terrorisée par ce voile recouvrant tout son esprit et l'empêchant d'avancer. La folie qui envahissait son esprit et portée par ces vagues de sentiments tous plus contradictoire que les autres. La folie commençait à s'approcher d'elle et de ses bras décharnés l’enlaça. Après tout, elle n'avait aucune raison de résister. Plongeant à bras le corps dans ce voile de folie elle décida de l'embrasser. A peine pénetra-t-elle dans le voile que tous ces sentiments l'assaillirent dans un paysage apocalyptique, faisant trembler son corps fissurant son âme, jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien de ce qu'elle était jadis.... Ses larmes furent avalées par le rire son corps n'étant rien de plus qu'un réceptacle, une porte ouverte sur la folie de ce monde."




___Tout semblait être réglé, le destin avait fait son œuvre, la folle devint une aliéné et tous ses proches morts. Toutefois un petit quelque chose semblait échapper. Qu'en était-il du conflit opposant les divers pays? Pensez-vous vraiment, que la machine infernale est si hasardeuse et se complaît à oublier quelques détails? Toutes choses ont lieu pour une et une seule bonne raison. Pourquoi pensez-vous que NiceHeart faisait partie de la garde royale Pledgienne?


___C'est lorsque Mad disparu et que le corps de ce jeune étalon fut retrouvé sur les terres solaristes que le conflit éclata emportant avec lui tout d'abord le Dark Pledge et le Solar Empire, puis peu à peu chacun vint à y mettre son grain de sel. Tout était à nouveau tel qu'il le devait. Les premières heures du conflit furent sanglantes, beaucoup plus sanglantes que les escarmouches que nous connaissons, emportant dans ce tourbillon de fatalité chaque âme qui aurait du être engloutie par la Mort.



"___La fatalité... passionnant n'est-ce pas? Cette tendance qu'elle a de s'amuser avec nous. Toujours et encore ballotté sur ses flots, une épée de Damocles au-dessus du cou. Cette force mystique qui régit notre nature profonde à ce quelque chose d’intrigant. Avec elle la Théorie du chaos qui a accomplit son œuvre, ramenant les affres de cette temporalité aux conditions initiales qui avaient été annoncées. Si bien qu'en y jetant un oeil de plus prêt, deux temporalités différentes et pourtant au même instant, deux scènes si similaires. Deux juments portant le même pelage et le même sourire allongées dans l'herbe manchonnant un brin de blé tout en contemplant un papillon. Si la folie est une tare, contemplez ces deux juments qu'un rien emplit d'extase. Regardez-les, et maintenant dites-moi, le bonheur ne tient-il pas qu'à un papillon? Au lieu de vouloir combattre votre destin, au lieu de vouloir vous soulever contre des forces immuables, ne pensez vous tout simplement qu'il suffirait de rechercher le bonheur dans la simplicité?"

_____________________________________________

OC From Mad Munchkin
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Chaos Theory [Concours n°2]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chaos Theory [Concours n°2]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Alona] Le Début de la fin... (Arrivée du Chaos)
» CONSPIRACY THEORY?E si sa n ap wè la a te planifye?
» Mercenaires du chaos vs gamines
» Big Bang Theory
» Haiti: Un chaos interminable (pour mieux comprendre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Monde :: Terres Sombres :: Drackenridge Mountains-
Sauter vers: