Avatar : 200*400 max

Partagez | 
 

 [Concours n°2] Promise of Utopia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar


MessageSujet: [Concours n°2] Promise of Utopia   Mar 30 Juin - 23:51

L'utopie a-t-elle un prix?

Vous êtes vous déjà posé la question, ne serait-ce qu'une fois? Quelle serait l'apparence du calme ou de l'amitié, la véritable amitié entre vous...et un ennemi? Avez-vous déjà pensé à l'autre face à vous, à cet autre ennemi et pourtant similaire. A cet autrui, arme fermement maintenue entre ses mâchoires, au regard de braise brûlant tout autant que le vôtre? Dans le fracas des lames et des cris, au milieu de la violence et de la folie de ceux qui pensent agir pour la juste cause du peuple, ceux qui désirent plus simplement ou ceux qui ne savent plus, difficile d'entendre l'écho de l'autre.

Un miroir placé en face du guerrier serait similaire à un duel. Chacun possède une famille. Chacun possède des amis. Chacun possède son camp, qu'il soit le siens ou celui d'un autre. Et pourtant...pourtant le sang continue de couler. Car si le temps passe et que les citoyens naissent meurent. Si les factions se dressent puis se désagrègent, il y a bien une seule chose que le temps ne touche pas : Les conflits. Les conflits restent comme des mauvaises graines dans un jardin fleuris, et grandissent et grandissent, formant une marée de ronces noueuses dont on ne peut se défaire.

Ainsi, vous êtes vous déjà demandé quel était le prix du calme? De la sérénité? Avez-vous déjà vu au loin la douce lueur d'une promesse? Les senteurs d'une utopie, d'un idéal, vous sont-elles parvenues dans toute leur macabre tentation? Peut-être...et vous ne seriez probablement pas le seul. Car quand notre souhait le plus cher est à portée de sabot, il n'y a pas d'hésitation, on le prend...mais la fin doit elle forcément justifier les moyens?

Parfois...juste parfois.
Il naît des personnes pour qui la fin est vitale.
Et qui feraient tout pour l'atteindre.
Même trahir leur propre nature.

-----------------

En retard, il était déjà en retard. Galopant entre des boutiques, en plein milieu d'une journée ensoleillé dans la capitale du royaume guidé par Cadence. C'était fou comme la chaleur ne l'avait pas réveillé plus tôt...et encore, son réveil n'avait pas marché (Ou bien était-ce lui qui l'avait éteint sans se réveiller? Il ne savait plus trop).

Toujours était-il que White Sunset attendait...et qu'il allait sûrement s'en prendre une belle. Ce n'était pas comme si elle revenait de son séjour d'une semaine au Kingom of Friendship...elle avait même put voir la grande princesse Twilight en personne! C'était si rare pour des personnes extérieures que de voir la princesse...et sa dernière lettre faisait part de sa joie quand à la rencontre. Et lui était en retard...l'idiot!

Scaredy vit enfin le restaurant pointer le bout de son éclat cristallin. Enfin! Bon, il n'aurait que trois minutes de retard seulement. Joyeux, resplendissant, il vit cependant trop tard dans sa galopade le chat qui passait au milieu de la rue. S'arrêter? Pas possible. Par réflexe, ne voulant pas rouler littéralement sur le pauvre animal, il fit un bond. Des tables étaient là pour le réceptionner, heureusement pour lui...la blague.

Filant en tous sens et dans un fracas retentissant, les tables de verres furent, par miracle, indulgentes avec lui. Se cassant avec toute la perfection de vases de porcelaine heurtés par une baleine bleue, le verre ne vint pas se ficher dans sa peau...tout juste s'égratigna-t-il passablement le ventre...a vrai dire la douleur ne venait pas tant du verre que du choc initial et s'est roulé en boule sous le coup qu'il se retrouva.

Serviable, un des serveurs vint le surélever de sa position inconfortable et sûrement inconvenante. Des excuses, des bafouillages, nom et adresse...une belle note qu'il aurait à payer pour ces tables...enfin, c'était ainsi, il n'avait jamais eu de chance avec ces objets si fragiles, surtout avec sa tendance à sursauter à la moindre chose inattendue ou avoir peur pour un rien.

Puis, après cet épisode, il la trouva, là, à cette table. La même robe immaculée, la même mane couleur dorée, les même yeux doux comme des violettes et d'une couleur similaire. Toujours la même position, toujours la même place...toujours. Rien n'avait changé et cela le rassura : Il n'aimait pas voir les gens changer. Le changement était l'inconnu et l'inconnu faisait peur.

Prenant place, il la salua. Un sourire, des salutations, un petit surnom.

-Alors, Sunny, ton séjour à la capitale de l'amitié, du soleil et des arcs-en-ciel?

-Ne te moque pas! C'était...vraiment bien. J'y ai vu la princesse, comme je t'ai dis.

-Et alors? Aussi belle et resplendissante que ce que disent ses citoyens?

-Parfaitement.

Un silence, une inquiétude alors que le monde continuait de vivre autour d'eux.

-Je ne t'ai pas trop fait attendre j'espère?

-Non, du tout, tu as juste vingt minutes de retard mais ce n'est pas grave, je sais que tu as du mal à te lever si tu loupes ton réveil.

Son oreille bascula en arrière un instant, une sorte de clignement. Qu'avait-elle dit? Vingt minutes? Fronçant les sourcil il regarda son ami dans les yeux. Normalement, il serait actuellement au sol après avoir un reçu un formidable uppercut ventral avec un grand sourire de sa part. White Sunset détestait qu'on la fasse attendre...Et détester était un mot bien faible pour traduire toute la force de sa colère. Pourtant, là...pourquoi n'était-elle pas énervée? Elle qui venait toujours sonner à la porte de sa maison pour le réveiller des façons les plus violentes qui soient imaginables?

Tranquilles, les deux continuèrent à discuter et ses craintes s'estompèrent peu à peu. Au final, elle était tout à fait normale...elle n'avait pas changée. Toujours à rigoler facilement de ses blagues moisies, toujours à lui dire qu'il devrait faire plus attention au niveau du sommeil qu'il avait (Douce ironie...). Non, au final rien n'avait changé.

-Cela va bientôt faire vingt ans depuis la grande réunion...et le royaume a tant grandit en si peu de temps. Quelle grande princesse qu'elle fait, tout de même, pour avoir réussi à discuter avec Sombra et avoir fait rejoint tout son peuple au siens dans une union...puis après Discord, rien que ça...elle sait vraiment parler aux gens.

-Je me rappelle encore, il y a cinq ans, Chrysalis et sa ruche aussi se sont joint à elle, quand la grande famine s'est abattue sur eux...elle leur à offert l'amour de son peuple qui souhaitait les aider.

-Oui, tu sais que j'ai vu de véritables dons d'amour avoir lieu? C'est vraiment quelque chose d'incroyable.

Incroyable en effet...comment un royaume si petit était devenu en une dizaine d'années le plus grand Empire de tout Equestria? Heureusement que la princesse était pacifiste, et que tous les grands conflits avaient été évités par ses interventions. Par ailleurs, le Kingdom of Friendship entretenait de très bonnes relations avec les trois autres Grands encore indépendants, la Lunar Republic, le Solar Empire et le Cristal Affinity. Un monde serein, en quelques sortes. Pourtant...pourtant cette sérénité lui avait toujours semblé quelque peu étrange.

On apporta l'addition, et White prit sur elle de la payer. Là encore cela réveilla sa curiosité. Jamais elle n'avait payée l'addition lors de leurs petits rendez-vous. C'était là un pari d'il y a longtemps qu'il avait perdu contre elle...depuis, il payait toujours leurs petites sorties de ce type. Pourtant, elle venait d'argumenter, comme quoi cela faisait déjà assez longtemps qu'il payait et qu'avec les tables, elle ne voulait pas le mettre dans l'embarras. Or...elle finissait toujours par lui rendre la pareille. Pourquoi aujourd'hui...pourquoi agissait-elle d'une façon si étrange? Si polie...si courtoise alors qu'habituellement elle ne se gênait pas...il y avait là quelque chose d'étrange. Se saluant, ils repartirent chacun de leur côté, souriant tous deux. Pourtant, sous le sourire de Cat, derrière la splendeur de sa robe traînait le relent persistant de l'inquiétude...et une très mauvaise impression.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Concours n°2] Promise of Utopia   Mer 1 Juil - 0:45

Seriez vous prêt à sacrifier les autres pour atteindre l'utopie?

Certains empires se bâtissent dans le sang et la douleur. Certains royaumes intègrent de force les vaincus. L'histoire est écrite par ceux qui se trouve au dessus des peuples écrasés. L'histoire n'est qu'un flux dont on peut manier le cours si l'on est assez habile. Meurtres, assassinats, politiques...tout est bon pour monter au sommet. Livres et récits sont aussi la cible du contrôle des Puissants qui craignent l'histoire. Un livre, des mots, sont tout autant des armes qu'une lance ou une épée. Mais cet écarlate qui imprègne la terre. Ces batailles au déroulement inconnus perdu dans le temps. Tous ces récits, tous ces esprits qui ne pourront jamais transmettre leur pensée...tout ceci est-il fait dans un but noble?

Est-il possible pour un prince que de souhaiter calme et abondance...tout en levant l'épée vers son voisin pour lui trancher la gorge? Si tu veux le paradis, peux-tu pour l'obtenir libérer les enfers sur tous ceux qui t'entourent? Combien de personnes est-il possible de sacrifier sur le chemin du bonheur? "Je suis le seul à pouvoir le faire, personne d'autre que moi ne peut apporter au monde la sérénité qu'il mérite". Qu'importe l'amitié, qu'importe la vie quand on peut atteindre son rêve par la mort...non?

Parfois...juste parfois.
Il naît des personnes pour qui la fin est supérieure.
Pour qui l'utopie vaux plus que la vie.
Pour qui autrui n'est pas un élément central.



Un idéal implique le dominion d'une pensée et la mort de toutes les autres


----------------

Vivats et acclamations accueillirent la princesse Cadance alors qu'elle apparaissait sur le balcon du palais royal. Les bannières se déroulèrent alors et un petit silence se fit pour une partie de la population, tandis que l'autre hurlait toute sa joie et scandait un seul mot : Amitié. Sous les yeux des citoyens du Cristal Affinity, côtoyant le blason de leur peuple, l'insigne du Kingdom of Friendship flottait au vent. Cela faisait une semaine que la réunion des Grands avait eu lieu...et il s'était propagé de nombreuses rumeurs quand à ce qui en était ressorti. Certains parlaient d'Union totale, d'autres de grands différents et de sensations magiques intenses qui provenaient de la capitale...a vrai dire, il était difficile de savoir quoi croire au moment. Au milieu de la foule Scaredy restait coi face à cette révélation...tandis que White, à côté de lui, scandait avec la même ferveur le mot que la princesse Twilight Sparkle brandissait comme étendard.

Un regard inquiet, elle ne le voyait pas. Aucun des poneys heureux ne voyait les autres. Comme si ils avaient cessés d'exister. Resplendissante, la princesse s'avança et entama le discours à ses citoyens :

-Mes chers amis et amies...

...Avait-il bien entendu? C'était...ce début était totalement farfelu. In...incohérent? Ce n'était pas dans l'habitude de la princesse que de commencer comme cela. La logique aurait voulût que ce discours commence comme tous les autres, c'est à dire par un "Je vous remercie d'être tous ici présents, mes chers citoyens.". Des murmures parcoururent rapidement une partie des poneys présents tandis que l'alicorne continuait : Ecoutez attentivement ce discours

-...merci d'être ici présents. Comme vous le savez tous, il y a une semaine je me suis rendu à la réunion annuelle comprenant tous les peuples d'Equestria qui, cette année comme les années précédentes, se déroulait au Kingdom of Friendship. Nous avons débattu longuement pendant plusieurs jours...et nous en sommes arrivés à une conclusion : Equestria doit être unie. Equestria doit resplendir de par son bonheur et son amitié. Et pour ce faire...j'ai décidé de me ranger sous la bannière de la princesse Twilight Sparkle, princesse de l'Amitié.

Hourras et cris de pur bonheur aveugle firent trembler l'assemblée comme une véritable mer déchaînée. Une apocalypse de sabots frappant le sol, heureux de cette décision. Timidement, ceux qui ne savaient pas trop rejoignirent, prit par cette ferveur heureuse. Ceux qui n'étaient pas d'accord firent de même, se sentant soudainement délaissés. White Sunset tourna une tête souriante vers son ami. Mais il n'était plus là. Tout le monde est là.

Courant entre les rues désertes. Filant vers sa maison, seul endroit qu'il avait l'impression de reconnaître, Scaredy fuyait l'inconnu. Ce n'était pas la princesse. Ce n'était pas son amie. Ce n'était pas les poneys de cristal. Rien n'était comme il ne devrait l'être. Ou bien était-ce lui qui perdait la tête? C'était un changement soudain, un revirement de situation. Lui, son camp sous l'égide d'un autre? D'un seul? Quand était-il des autres? Du soleil et de la lune? Qu'arrivait-il? C'était comme si le monde entier se brouillait lentement, et alors qu'il courait pour fuir ce changement...il se sentait petit à petit plus calme, plus tranquille, plus serein.

S'écrasant dans son lit, il se sentit soudain extrêmement fatigué...pourtant, il n'avait pas galopé plus de quelques minutes. Ayant fermé à clé la porte de sa chambre, par peur que quelque chose d'indiscernable y rentre, Scaredy Cat, pour une raison inconnu, déversa ses larmes dans son coussin. Des larmes à l'origine qu'il ne connaissait pas...son amie n'était plus la même. Les jours passant, elle perdait de...de quoi? Qu'est-ce qu'elle perdait? Elle était la même. Toujours. Sa personnalité...oui sa personnalité. La colère n'était plus une partie d'elle. Cela faisait longtemps qu'elle ne lui avait plus crié dessus. Ses parents...même ses propres parents changeaient. Etaient plus doux, riaient plus, étaient plus sérieux quand à ses études...qu'arrivait-il au monde? C'est normal

Comme une goutte d'eau provoque une onde a la surface d'un lac, une onde étrange se répandait partout. Et lui...lui la fuyait. Là où tout le monde était percuté par...par quoi? La rage grimpait en lui de ne pas parvenir à mettre un mot sur ses sentiments...comme si même les siens commençaient doucement à lui échapper. C'était un paysage apocalyptique au sein même de sa pensée. Mots et sensations combattaient pour donner du sens...mais il n'y avait pas de sens. Il n'y avait pas de quoi avoir peur. Ce n'était là qu'un changement normal.

Normal...non, ce n'était pas normal. Serrant l'oreiller contre lui tel un bouclier, un rempart face au monde extérieur, il ferma les yeux après qu'il eut tari la source, il sombra peu à peu dans le sommeil. Son coeur battant la chamade, pourtant, était pour lui la preuve qu'il était arrivé quelque chose. Que, le coursant, quelque chose avait tenté de le rattraper. Quelque chose d'indescriptible.

Quelque chose de grave. Inévitable.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Concours n°2] Promise of Utopia   Mer 1 Juil - 3:29

Seriez-vous prêt à sacrifier la liberté de tous pour atteindre l'utopie?

Être libre c'est choisir par soi même. Choisir par soi même implique avoir une pensée qui peut être différente de celle d'un autre. Être différent des autres et décider par soi, non au travers de croyances qui ne sont pas nôtre, ou de morales que nous ne comprenons pas, c'est être libre. Mais être libre...implique également le chaos, les confrontations, les bagarres, les conflits, la violence. Dans un ordre, il y a toujours un chaos qui rôde. Dans un chaos, un ordre est toujours présent. C'est un constant équilibre à trouver que de tenir ensemble plusieurs personnes...ou tout un peuple...ou tout un monde.

Les lois sont écrites mais on peut aussi ne pas être d'accord avec ces lois. Des conseils peuvent être prodigués mais nous sommes libre de ne pas suivre ces conseils. En fin, la liberté est toujours une source de problème tout autant que d'unité. Certains brandissent la liberté comme un phare dans la nuit, regroupant tous ceux pensant que c'est un élément primordial de l'être. Tandis que d'autres critiquent une trop grande liberté...et pendant que d'autres la prenne pleinement entre leurs sabots, peu importe l'ordre établit ou non.

Être libre...est-ce bien ou mal? Quel est le prix de la liberté? Pouvons nous nous la voir retirée, du jour au lendemain, sans même que nous nous en apercevions? Comment définir cette liberté dans un monde de règles et de codes pré-établis? Où se trouve la liberté, véritablement? Cette liberté qui est à la fois un bien précieux...et un explosif à retardement. Cette liberté qui créée et cette liberté qui détruit. Cette liberté qui fait en partie que nous sommes tels que nous sommes. Est-il bon de la garder...? Ou de la retirer?

Parfois...juste parfois.
Il naît des individus pour qui la liberté est un mal.
Pour qui autrui est un élément imprévisible.
Pour qui la liberté doit être retirée.

Une utopie implique le suivi d'une directive précise sans possible protestation. Une fausse liberté tant que la liberté reste dans le carcan de la directive. Tant que la directive garde un sabot de fer sur la liberté. Être libre, c'est être dangereux. Être libre, c'est être imprévisible. Être libre c'est être soi...et être soi est dangereux pour les autres...et pour l'ordre.

-----------------

Une secousse, ses paupières s'ouvrirent soudainement et il sursauta. Regardant autour de lui, il tenta de voir les yeux vides de White qui l'avaient suivi dans ses rêves. Mais non...il n'y avait rien. Il était seul dans la cabine. Nouvelle secousse. Les roues du train sur les rails faisait un doux bruit tandis que son regard parcourait les plaines et les collines.

Au loin déjà, perchée sur les flancs des montagnes, la capitale d'Equestria, Canterlot. Le palais était visible d'ici...un palais qui avait changé radicalement. Désormais aux couleurs du Kingdom of Friendship, tous avaient finit par se ranger sous la même bannière. L'ordre est une chose merveilleuse. Sous la direction de la bienveillante princesse de l'Amitié. Au milieu du palais, une immense tour grande comme une montagne...dans tous les cas elle aurait presque réussi à leur faire de l'ombre. La magie de la princesse l'avait fait bougé de l'ancienne capitale jusqu'ici...et le tout avait été arrangé très rapidement...Ce n'était pas l'élément de la magie pour rien.

En moins d'un mois après la "Grande Union" tout s'était rapidement accéléré. Equestria s'était modernisée, des chemins de fer reliant les villes et villages naissaient. Un immense réseau de communication s'était formé. Les richesses avaient été distribuées de manière plus équitables qu'auparavant et le tout était réutilisé dans le grand programme "Harmonie", consistant dans le fait d'équilibrer les productions en fonction des demandes. C'était...un travail monstre d'organisation et tout fonctionnait pourtant très bien.

La criminalité avait baissée...a vrai dire il n'y avait plus de criminalité. Tous les journaux ne parlaient que des récentes avancées dans le programme de la princesse de l'amitié, de mariage, de fêtes...c'était un paradis sans négativité. C'était blanc, si l'on pouvait dire. Mais...trop pur. En un mois, Scaredy avait vu basculer sa vie entière. Mais ne t'inquiète donc pas... Sa meilleure amie d'abord, qui ne s'énervait plus après lui, qui lui souriait tout le temps, qui lui préparait des petits plats pour se faire pardonner de cette histoire de pari idiot.

Puis ses parents, qui étaient devenus très équilibrés...et s'inquiétaient plus de savoir si il ferait beau demain que si il avait une petite amie ou ce genre de choses. Après, ce fut au tour des étudiants de l'école, tous, les uns après les autres, qui devinrent...très calmes. Très studieux. Très amicaux, tous. Tous sans exception. Et lui...lui restait seul.

Ne parvenant pas à comprendre, il fuyait tous ce monde...ce monde...cette réalité. Cette réalité qui s'enroulait autour de lui comme un noeud coulant, voulant l'emporter dans un monde agréable et serein dont il ne parvenait pas à comprendre l'origine. As-tu pensé à dire au revoir avant de partir?

C'était pour trouver des réponses...et aussi pour fuir la terrifiante perfection qui se développait chez lui qu'il allait à Canterlot. Peut-être que là, il trouverait enfin réponse à ses questions. Et puis...peut-être que tout ceci n'était qu'un mauvais rêve? Le cauchemar est la réalité. Peut-être que si il y allait, on allait lui dire que cela venait de lui, que peut-être...peut-être voir un psychologue...Il n'y a aucun problème.

Non...non il y avait définitivement un problème. Et...en un sens, il voulait savoir de quoi il retournait. Finalement, après plusieurs heures de voyage, ils arrivèrent à la capitale. Vraiment...Celle-ci avait changé. Désormais il y avait même des débuts de rues aériennes, maintenues par magie, sûrement? Et tous ces bâtiments...C'était comme si il était passé de la campagne à une véritable fourmilière. En parlant d'insectes, il remarqua plusieurs passagers changelings...ceux-ci semblaient...?

Semblaient...Il n'y a aucun problème.étranges...saluant et remerciant, ils parlaient...étaient-ce véritablement des changelings? Il aurait juré voir quelques changelings avec des mane, mais ses yeux lui jouaient probablement des tours...peut-être? Pouvaient-ils en avoir? Non...la question n'avait pas vraiment d'importance. Au contraire, en ont-ils? Aucune importance...non...en avaient-ils?

Entrant au travers des grandes portes, il se retrouva sur ce qui semblait être une grande place où une foule de poneys vivaient leur vie. Pourtant, ce qui attira le regard de Scaredy fut que chacun était à demi souriant...tout du moins il n'y avait pas de bousculade. Chacun s'excusait, chacun se saluait...comme cela. C'était...c'était assez déroutant. Cherchant un moyen d'accéder au palais, car il avait entendu dire que la princesse acceptait de répondre aux questions de certains chanceux mais il voulait en avoir le coeur net, quelqu'un lui rentra dedans. Le sol vint frotter contre sa joue. Bon...sûrement ce...ce poney avait du lui dire "Désolééééééé" avec un large, très large sourire qu'il savait très bien comme étant...faux en un sens. Maugréant, il se releva.

-Pas de problème...

-...Je n'ai pas dis "Désolé".

Figé pendant un court instant, il se redressa. A côté de lui se tenait un griffon noir aux bouts de plumage blancs comme la neige. Mais ce qui forçait le respect, c'était sa stature, un véritable ours! Fort et grand...plus important, bien plus important, c'était son regard. Son regard transpirait de...de vie. De quelque chose, une étincelle qu'il n'avait pas vu depuis longtemps! Cette chose...C'était...c'était...mais ces émotions n'existent plus.du mépris! Voilà c'était du mépris! Une émotion négative...une émotion négative enfin! Reprenant des couleurs soudainement, le griffon avança, non sans glisser à son oreille :

-Rue du sabot droit. Tape quatre fois puis, quand il aura ouvert, cligne de l'oeil droit.

-Att-...

Mais déjà il le bousculait pour passer, et il perdit rapidement l'individu de vue. Son coeur battait vite...très vite...bien trop vite alors que la vie continuait autour de lui. Immobile au milieu d'un essaim mouvant, il fixait droit devant lui. Rue du sabot droit...tu ne devrais pas y aller...bon. Oui. Il irait. C'était là la seule personne normale qu'il avait rencontré depuis un mois. Ce n'était pas le moment de courir loin...de s'enfuir! Déglutissant...il tenta de reprendre son calme. Bien qu'il ne savait pas dans quoi il s'engageait, l'attitude du griffon lui semblait bien plus naturelle...Bien plus agréable que toutes les autres attitudes...mornes. Ce n'est pas être morne, mais être normal.Rue du sabot droit...

-Pourriez vous m'indiquer la rue du sabot droit?

-Très simple! Tournez à gauche puis à droite...

-Pardon, je me suis perdu, pourriez vous m'indiquer où se trouve la rue du sabot droit?

-Alors mon garçon, vous tournez à gauche, puis de nouveau à droite, prenez en diagonale et...

...Rue du sabot droit aaaaaah...cela faisait des heures et des heures qu'il cherchait et pourtant, malgré toute l'organisation d'ordre divine du lieu, avec les indications et panneaux les plus clairs de tout Equestria, il ne parvenait pas à trouver cette fichue rue. Désespéré, il se tourna vers une marchande de fleurs, qui se trouvait là...quelque chose dans son regard l'attirait...Sans qu'il sache pourquoi. Peut-être...oh...oh! De la curiosité! C'était de la curiosité dans son regard! Reprenant du couleur il lui demanda :

-Mademoiselle, pardonnez moi mais...enfin...je ne veux pas vous déranger mais pourriez vous m'indiquer où se trouve la rue du sabot droit?

Ce fut...comme allumer un baril de poudre. L'étincelle explosa dans son regard et la fleuriste sembla hésiter, troublée. Puis, regardant à droite et à gauche elle lui murmura...comme si elle avait peur d'être entendue :

-Le panneau a été retiré récemment, c'est pour ça, retournez à la rue du sabot gauche, si vous voyez, c'est la rue en face.

-Ah...ah oui c'est...c'est...logique.

-...Faites attention à vous.

Alors qu'il partait, la fleuriste lui avait lancé ces derniers mots. Attention...? Y'avait-il un danger? Il n'y a pas de danger...retourne à la maison. Son coeur commença à battre plus fort...par peur...mais aussi par excitation. Des réponses semblaient enfin à portée de sabot. Ce n'était pas...enfin...reculer...et reculer pour aller où?! Souriant à la fleuriste, il lui lança un au revoir avant de partir vers sa destination. Sans le savoir, elle regardait, d'un air triste...et elle fixa son stock de roses noires...peut-être allait-il en falloir une de plus.

Rue du sabot droit. Une porte au bout de l'impasse. Personne dans cette rue...c'était sûrement un des anciens quartiers qui n'avait pas bouger. Rue du sabot droit...Et puis quoi après? Euh...frapper...quatre fois. Suis ta peur, retourne chez toi.Toc...toc...Tôt ou tard tu fuirastoc...toc. D'un coup, la porte s'ouvrit, ce qui le fit sursauter, accompagné bien sûr d'un petit cri de terreur. Face à lui se dressait un étrange changeling...enfin...étrange...en fait il ne savait pas pourquoi mais il lui semblait étrange. Transpirant un peu, il se força à cligner de l'oeil droit. Dés qu'il eut terminé ce geste, le changeling se redressa un peu et, d'une une voix très calme et amicale, l'invita à entrer :

-Suivez moi.

...Une inspiration. Un regard en arrière. Hésitation... Et il entra...Vers l'inconnu. Vers la mort.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Concours n°2] Promise of Utopia   Mer 1 Juil - 5:50

Seriez-vous prêt à sacrifier la vérité pour atteindre l'utopie?


Les mots sont des armes. Des armes dont on peut user pour le bien ou pour le mal. Mais comme le mal et le bien ne sont jamais les même et qu'ils se mélangent sans qu'on puisse clairement les discerner, les mots sont souvent utilisés pour tout. Les mots...dans les mots, il y a une force, une force que l'on sous estime toujours bien trop. Des mots peuvent renverser des empires. Des mots peuvent tuer tout comme soigner les plaies profondes du coeur et de l'esprit. Les mots sont une force et l'on oublie cela bien trop vite.

Parfois, cette force est appelé "Vérité". On peut manier les mots pour cacher ou montrer cette vérité...Et parfois la vérité est bien plus puissante que tout. Une vérité qu'un roi cache à un peuple peut être la source d'un grand courroux et nuire au roi et à sa lignée. Une vérité que l'on cache est source de colère si elle est découverte...et la colère est un outil lui aussi très puissant. Ainsi, une vérité...peut-être cachée. Dévoilée, elle se transforme en vague, en raz-de-marée. Mais...pourquoi cacher la vérité?

A chercher la vérité, on oublie bien souvent de chercher également la raison du masque la couvrant, l'origine du subterfuge utilisé pour que personne ne puisse la trouver. La vérité est elle aussi un danger. Il existe des vérités qui ne sont pas bonnes à dire, des mots vrais qui peuvent blesser gravement, ou des informations qui menacent. Un ordre, même longuement établit, est fragile. La vérité peut le fragiliser, voir le briser totalement. Cependant, l'ordre est aussi le seul rempart face au chaos et à la liberté totale, sans limitation...l'ordre permet d'être organisé. L'ordre, en soi, évite un "pire". Alors est-il bon de détruire l'ordre avec la vérité? N'est-il pas légitime de cacher la vérité, au détriment parfois même de la morale? Que vaux l'ordre et la sécurité face à l'absence de règles et un afflux de violence? La vérité est une arme du bien...et peut également être l'instrument du mal.

Parfois...juste parfois.
Il existe des vérités terrifiantes.
Des vérités qui changeraient le monde, dévoilées.
Des vérités menaçant l'ordre...






Pour accorder la quiétude, il est nécessaire de faire taire toutes les menaces, internes et externes. Pour cela tous les moyens sont bons. Mais le peuple n'a pas besoin de connaître les moyens employés par ceux qui se trouvent au dessus afin de garantir leur sécurité. Ainsi, garantissant leur bonheur total, garantissant également qu'ils ne s'intéresseront pas aux coulisses, la vérité leur est cachée. Non pour leur nuire, non pour cacher des forfaits ou des vilenies...mais pour éviter un désordre. La vérité n'a pas besoin d'être connue, tant qu'ils sont heureux. La vérité est un prix à payer. Un idéal ne peut pas être un idéal de vérité. Un idéal doit forcément cacher des vérités..sinon, c'est risquer de voir l'idéal s'effondrer face au réveil des bonheurs aveugles et endormis. C'est risquer ruiner tout ce qui a été fait pour obtenir cette illusion de bonheur. Illusion d'utopie...risquer ne pas réaliser cette promesse d'Utopie.

-----------------

Le bruit de ses sabots sur les marches de pierre raisonnait entre les murs de l'escalier, tandis qu'il suivait l'étrange changeling dans les sous-sol du bâtiment dans lequel il l'avait fait entré. Finalement, il avait remarqué que l'individu portait une sorte de bracelet,en cuivre avec une gamme brillante dorée, à sa patte droite...et ce bracelet...ne lui disait rien qui vaille le rassurait. Peut-être était-ce aussi sa tenue...son parlé la première fois...dans tous les cas c'était loin de l'idée qu'il se faisait d'un changeling dédié à la ruche. Mais la ruche n'amène pas au bonheur

En bas, il découvrit une pièce assez grande, remplie de différentes caisses toutes de tailles différentes. Dans la gueule du loup Sur les murs, des torches allumées...mais la chose la plus surprenante, c'était la table et...les gens attablés. Face à lui, le regard de tous tourné vers lui, un groupe totalement hétéroclite : Le griffon noir qu'il avait vu, un pégase gris qui semblait aussi nerveux que lui, une licorne orangée à lunettes et un zèbre au regard franc. Des ratés... Tout ce beau monde le dévisageait avec un mélange d'incertitude et d'inquiétude pesante.

-Finalement tu t'es trompé, il est venu, Rolling Thunder

Puis soudain, ce fut une explosion. Un rire, tonitruant presque, le griffon riait à gorge déployée...ce fut court, et une fois ce rire sortit de lui même (Et Scaredy s'étant placé dans un coin, totalement effrayé par cet éclat) il le fixa avec un air différent...plutôt amical. A vrai dire, tous s'étaient détendus...et, d'un signe, Rolling Thunder invita Scaredy à s'avancer. Ils vont te mener à la mort. N'approche pas et fuis.

-Ouep, il est venu. Viens, il va falloir qu'on discute.

-J-...enfin je...je...j'écoutes...?

-Si je t'ai fais venir ici, c'est pas pour rien. T'es quelqu'un qui est encore "clean". En gros si tu ne me suis pas, t'as encore les yeux en face des trous et tu sais ce que tu fais, tu n'es pas comme ces...ces pauvres abrutis dehors qui vivent leur vie bien tranquille sans pouvoir être vraiment eux même.

-Que...enfin...Vous êtes dangereux, je préfère partir.

-Ce que je veux dire? Très simple mon gars : Depuis un mois y'a toute la populace d'Equestria qui perd les pédales, qui perd un peu la griffe avec la réalité. En clair, apparemment ils perdent toute émotion négative...mais du coup un peu plus que ça aussi. Mais assied-toi et je vais t'expliquer...ou alors tu peux partir et finir comme ceux que t'as vu autour de toi, si tu as trop peur.

Fuis, tu en as encore le temps.Tout d'abord il hésita...cours, cours,cours!puis pesa le pour et le contre de la chose avant qu'il ne vienne timidement s'asseoir en face de celui qui semblait être le chef de la..."bande". L'horloge tourna...et tourna. Peut-être une heure...mais quelle heure! Une heure perdue...fait-il jour? Durant toute cette heure il écouta ce que le griffon avait à lui dire...et ce fut comme un choc. Ainsi découvrit-il que dans tout Equestria, le même phénomène se produisait : Perte de sentiments négatifs, perte du soi...forme de perfection dégueulasse. Mais ce n'était pas tout...ainsi indiqua-t-il que le Roi Sombra n'avait pas été vu depuis qu'il avait rallié le Kingdom of Friendship, il y a une dizaine d'années de cela. Ce n'est rien de grave. De même pour Discord et Chrysalis...c'était d'ailleurs pour savoir ce qui était arrivé à sa Reine que le dénommé Mindful Moth (Le changeling qui était en charge du bâtiment) s'était installé à Canterlot. Tout semblait étrange avant...mais à présent l'étrangeté se trouvait remplacée par un terrifiant mystère. Tout va bien.

Au final, tous ceux faisant partie de cette petite bande dont il n'arriva pas à retenir les noms venaient pour savoir ce qui se tramait. Mais Rolling Thunder et Moth n'étaient pas là seulement pour ça. Des nuisibles... En effet, il lui fut expliqué qu'ils étaient sous le commandement d'un "Chef résistant" qui avait sentit le problème très tôt. Un ancien habitant du Kingdom of Friendship et un mage puissant, d'après le dire du griffon. Des problèmes, des dangers... Assez puissant pour qu'il puisse les protéger du sortilège par des enchantement, à savoir les bracelets qu'ils portaient tous avec cette gemme. Une rébellion...maudite rébellion.Selon ce même "chef" communément appelé "Everlasting", Twilight Sparkle était l'origine du "mal" Mais le mal est indissociable du bien qui touchait toute la population depuis la Grande Union. Alors, pour régler le problème...ils avaient été envoyés pour éliminer la Princesse Twilight Sparkle. L'ordre tomberait, idiots.

La dernière partie le fit littéralement tomber de sa chaise. Tuer...tuer? Eliminer la princesse de l'amitié? Cela...non...il...tout va bien, rentre chez toi.trop d'informations couraient dans sa tête qui était le théâtre d'une véritable guérilla contre...quelque chose...quelque chose? Tout va pour le mieux.Toujours est-il qu'il fut avertit qu'il semblait assez discret et rapide...et il leur fallait quelqu'un pour infiltrer le château...trouver la vérité, et la transmettre ensuite à Everlasting. Scaredy trembla rien qu'à l'idée qu'il s'était mit dans pareille situation...mais tous le regardait avec des yeux plein d'espoir. C'était...c'était vraiment...répugnant, toutes ces vermines manipulatrices.

Comment? Pourquoi avait-il accepté? Ce n'est pas grave tout ira bien. Mais il était trop tard pour reculer, maintenant qu'il se retrouvait entre les sombres couloirs du palais endormis. L'équipe était entré par les vieilles cavernes sous la ville...avant de remonter sur le palais. Un élément imprévu...une erreur. Puis ils s'étaient séparés, lui était allé...grimper. Il devait grimper. Pourquoi diable n'arrivait-il pas à éclaircir ses pensées? Fera-t-il beau demain? Plus il grimpait plus son esprit s'en trouvait troublé apaisé. Quelque chose était plus fort...plus...plus...maison, j'aimerais dormir.présent. C'était le mot.

Des escaliers, et encore des escaliers...mais finalement il n'y avait pas...enfin les gardes. C'était étrange. La peur lui donnait des ailes. Je pourrais regarder les étoiles. La peur de se faire prendre le guidait. Ainsi, il s'arrêtait dans l'ombre quand des gardes passaient, même si eux aussi semblaient déjà atteint du mal d'absence. Monter, toujours monter, plus haut encore plus haut. Finalement, il s'arrêta face à une porte à l'insigne du Kingdom of Friendship. Peut-être devrais-je faire demi-tour. Ouverture, personne...il entra à pas de loup. Cela ressemblait à un bureau...ou un endroit plein de livres tout du moins. Un seul attira son regard. Un grand livre...comme une sorte de...était-ce là un journal? Curieux la curiosité TUE il l'ouvrit...


...

...La vérité est une arme puissante.

...Mais le prix à payer est parfois trop grand

Galopant dans les couloirs sans plus se soucier des gardes, sans même regarder, Scaredy fuyait. Derrière lui, d'horribles réponses et un journal jeté au loin comme une espèce de cadavre putréfié. Tous...tous ils étaient. Ils avaient. Non, non, non, non! Fuir, mais par où? Retourne chez toi, tu iras mieux. Où...là! Par là! Mais sa course folle le fit monter toujours plus haut dans le palais. Jusqu'à ce qu'il ouvre rapidement une porte...donnant sur une salle morbide. Comme il était indiqué dans le livre, ils étaient là. Dans les cristaux. Endormis. Leur magie volée, vampirisée par les enchantements et tout cela...toute cette magie...

Un bruit retentit derrière lui alors que quelque chose tombait dans la pièce. C'était...était-ce le cadavre d'un griff- Ceux qui défient l'ordre payent le prix ultime. Doucement, une à une, les perles aqueuses coulèrent le long de ses joues jusqu'à la flaque vermeil qui lui parvenait de son ami dont les yeux sereins regardaient vers la mort. Dans toute sa splendeur, l'alicorne magenta s'avança, révélant par là même un couloir d'horreur. Tous...tous ils avaient. Le jeune poney de cristal recula...c'était...qu'était...ce n'était pas une princesse. Ce regard comme une lame, cette sensation. Pas de crainte, mon ami, tu es mon ami n'est-ce pas? Pas une princesse...une...une...impératrice...reine...quelque chose. Non. Si. Non. Mais que...son esprit déjà semblait sombrer.

-Tu ne portes pas ce bracelet...étrange. Quel est ton rôle à toi?

Des larmes, rien que des larmes.

-P...p...puissiez vous nous protéger encore longtempspourquoi avez vous...avez vous fais tout...tout cela?

-...On m'a donné l'illusion d'un royaume, mon ami. On m'a prit un espoir et un rêve. J'ai fais une promesse que je devais tenir. A celles qui sont mortes pour me protéger de l'attentat dont personne ne se rappelle. Je guiderais Equestria vers l'utopie, vers un monde d'Amitié. Désormais c'est chose faite. Ne reste pas là, mon ami, ne voudrais-tu pas de mon amitié? Cela apaiserait tes craintes.

Mais il n'était déjà plus là. Courir. Plus vite. Tout était flou. Quel jour? Quel mois? Le sort, elle gagnait du temps. Le sort...le sort...un sort. Où était-il? C'était...Canterlot? Chez lui...White l'attendait...sortir...peut-être passer du temps aux jardins. Non...transmettre...la...ou...oui qui était. C'était...Ever...ever...Everlasting. Déjà...les émotions. Ah...

Brouillée, la vision ne lui révélait rien. Perdu dans un malestrom de pensée brûlantes, mourantes face à quelque chose de définit, un visage bienfaiteur mais pourtant impitoyable, dévorant tout, absolument tout sur son passage. Invisible désormais visible, démon maîtrisé par un sort. Sort...était-ce l'éclat du verre brisé sur sa peau? Où était-il? Avait-il sauté par la fenêtre? L'eau sur tout sa peau...

Je vais rentrer, il se fait tard. Est-ce que j'ai encore fait attendre White? Je n'espère pas...mais elle ne m'en voudrait pas. Nous irons peut-être chercher des fleurs aujourd'hui, ensemble.

Le message était plus important. Oh! Nous devrons reparler de notre...enfin...oui je l'aime. Rue...sabot...sabot...où était-ce fichu Les études, je dois les terminer, comme cela mes parents seront fier de moi et je pourrais aider les autres. Fichu...fichu. Était-il fichu? Je dois terminer cette série sur Daring Do. Les autres...pour les autres. La vérité devait être révélée. Peut-être que je devrais rentrer à la maison, ils doivent s'inquiéter pour moi. La...

...La fleuriste. La fleuriste et tout son monde ne se composait plus que d'elle. Encore debout à cette heure? Encore...encore...il s'approcha, peut-être Et nous aurons sûrement une belle famille...une belle vie
qu'elle le reconnue car elle galopa vers lui, le releva...amoché, salement amoché...ou pas...non...non c'était...l'esprit...plus clair...d'un coup, tout d'un coup mais il remontait difficilement à la surface.

-...sieur! Réveillez vous tenez bon!

-...Je...non...écoutez...écoutez s'il vous plaît. C'est...c'est plus important...le...la...princesse.

Dans un silence de mort, il prit une inspiration. Des mots s'échappèrent. Combien? Beaucoup...un certain nombre...il ne savait plus. Mais la fleuriste écoutait en silence, des larmes déjà tombaient de sous ses paupières fermées. Mort des autres...mort de lui. Non...pas mort...partit...endormi? Sûrement...trop tard pour un charme contre le sort. Trop tard pour...trop tard par. Mais il lui révéla tout...et même, même dans son sabot serré, la petite page froissée. La page de promesse. La page de folie démente qui avait prit l'esprit d'une pauvre alicorne et avait gâché un si bel avenir. Un avenir à tous. Tous...lui...eux...moi...vous? Qui...même. Des mots...trop de mots. Tard. Revenir chez lui.

Dans un silence de mort, elle regarda le jeune poney de cristal partir. Elle serra fort le bracelet à sa patte comme la protection qu'il représentait...mais pour lui c'était trop tard, bien trop tard. Au moins la vérité était là, serrée entre ses sabots. Triste, retenant encore des larmes, elle fixa son stock de roses noirs. Peut-être...qu'il y en aurait une blanche, finalement. Le message passa d'un sabot à un autre. D'une fleuriste à un changeling. Et d'un changeling à un sabot de magicien. Et le magicien alors sut. Mais la connaissance n'est pas la victoire. Il y avait encore un long chemin. Très long chemin...car Equestria était endormie, sous le contrôle d'une déesse bienveillante mais sanguinaire. Sous le sabot d'une dirigeante bienfaitrice mais implacable. Equestria répondait à la promesse. Une promesse d'utopie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Concours n°2] Promise of Utopia   Mer 1 Juil - 6:20

L'utopie est un rêve que l'on ne peut atteindre.
Ceux qui s'y sont risqué n'ont pas réussi.
Mais si il existait quelqu'un d'assez fou.
Quelqu'un d'assez dément pour vraiment le souhaiter.
Alors il créerait une prison parfaite.
Un monde de bonheur au prix de tout notre être.
Une cage dorée où l'on vivrait et mourrait.
Une cage transparente où les oiseaux chanteraient.
Car ils penseraient être libres.




Seriez-vous prêt à accepter cette utopie?

Avez-vous déjà ressenti cette absence au plus profond de vous? L'impression que quelque chose n'était pas à sa place? Qu'il y avait quelque chose de différent dans une routine? Un regard qui n'était pas normal, une réaction non naturelle mais qui pourtant l'était? Avez-vous déjà vu quelqu'un d'autre en vous disant "Tiens, mais pourquoi réagit-il comme cela?". Peut-être...peut-être pas. Mais peut-être sentez vous inconsciemment le prix qui a été payé pour que votre salut soit assuré. Votre salut...Et votre malédiction. Une peine tout autant qu'une joie. Une souffrance et un bonheur éternel. L'utopie réalisée n'est pas un mal, ni un bien. Elle n'est qu'un rêve. Un rêve terrifiant. Un rêve où bonheur et malheur se côtoie. Un monde où bien et mal sont une seule et même chose. C'est moche l'utopie. C'est beau l'utopie. L'utopie...

Et vous? A quel prix souhaiteriez vous l'utopie? Seriez vous prêt à tout sacrifier pour donner au monde la quiétude qu'il mérite? Seriez-vous prêt à plonger dans la mer glacée du mal pour en presser tout le bien possible? L'Utopie est un rêve. Chacun possède son utopie. Chacun possède son idéal. Et si une utopie devient réelle. Alors le monde s'éteint avec elle. Le monde s'endort pour elle. Le monde la nourrit et la chérie. Mais cela n'est qu'un rêve. Un cauchemar merveilleux. Une illusion et une réalité tout autant.

Parfois...juste parfois.
Il naît des utopies qui deviennent réelles.
Et ces utopies sont le mal le plus merveilleux qui soit.
Tout comme les plus grandes merveilles.



------------------

Une belle journée. Ciel clair, soleil haut dans le ciel. Légère joie. Son pelage était brillant. Comme à l'habitude. Sous ce petit arbre il observait le ciel. Attendait son amie qui arrivait déjà. Pile à l'heure. Comme d'habitude. Un sourire. Un autre sourire. Tout simplement deux présences. Il regardait le ciel et les nuages. Une belle journée. Ils se parlaient, riaient, restaient ensemble. Dans un monde où le mal n'existait plus. Les résistants ont encore tenté d'assassiner la princesse Twilight Sparkle. Une belle journée oui. Ils décidèrent d'aller au restaurant après. C'était une bonne idée, celui de d'habitude. De bons cookies maisons. C'était délicieux. Et ils parlèrent doucement. Tout allait bien. L'amitié se répandait un peu partout. C'était parfait.

Pourtant...pourtant soudain il eut...un sursaut. Un sursaut au fond de son coeur. Un hurlement qui lui disait non. Son regard avait croisé celui d'une passante. Les fleurs qu'elle portait étaient sublimes. C'était beau. C'était parfait. Mais c'est surtout la rose blanche, qu'elle tenait dans sa mâchoire...et quatre roses noires à sa ceinture. Son regard...la fleuriste. C'était bien comme boulot, fleuriste. S'occuper des fleurs...les jardins étaient beau. Mais...mais. Les résistants sont là, ils cherchent à réveiller la population de l'enchantement.

Oh, ce n'était probablement pas important? Déjà la fleuriste partait, elle semblait...attendait-elle quelqu'un? Peu importait. Chacun vivait sa vie. On se saluait. On souriait. C'était beau. C'était parfait. Il rentra chez lui en fin de journée. Il salua ses parents. Un sourire. Des sourires. Monta les escaliers. Grincements. Everlasting a dit que tout ceci ne durerait pas...

Oiseau en cage. Oiseau en cage. Pourquoi un rêve comme ça? Oiseau en cage...pourtant. D'un coup, deux yeux devant lui. Une bouche immense, dévorant, dévorant tout. La rose, la rose blanche entre dents. La rose blanche. La fleuriste. De Canterlot. Du palais. Du journal. La promesse. Réveille toi.

Dans son lit parfait, dans une maison parfaitement tenue, dans une ville parfaite, dans un pays parfait, au milieu d'une population parfaite, ses yeux reprirent leur éclat d'antan. Respirant, haletant, son coeur s'accéléra...et c'était comme si il était vivant de nouveau.

-----------------

Le prix de l'Utopie...le résultat d'une promesse. Une promesse d'utopie.


Fin
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [Concours n°2] Promise of Utopia   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Concours n°2] Promise of Utopia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bienvenue Bertrand, diplomate pour New Utopia et le NSK
» I made a promise for a change, a revolution in the night. | Joy
» La rhétorique de la peur ( Libre )
» Promise à mort certaine...
» [Kusa] CK001 - Promise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Monde :: Terres Solaristes :: Canterlot-
Sauter vers: