Avatar : 200*400 max

Partagez | 
 

 [Raid Solariste] Pour La Lumière!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Invité
avatar


MessageSujet: [Raid Solariste] Pour La Lumière!   Lun 27 Juil - 4:03




Canterlot, la veille du raid


___De retour à Canterlot Célestia se prit la tête à deux pattes, qu'avait-elle fait au soleil pour mériter tant d'acharnement. Soupirant et secouant le museau elle essaya de se sortir de la tête ces derniers jours, voir même cette dernière semaine qui n'avait pas été de tout repos. Depuis qu'elle était revenue du court exil qu'elle s'était imposé rien n'avait été. Je vous passerais les détails, mais la princesse du soleil était exténuée, aussi bien physiquement que moralement, à bout de force et le lendemain n'allait pas arranger les choses, mais elle ne pouvait plus laisser les autres dirigeants marcher sur ses plates bandes, elle ne pouvait les laisser l'insulter de cette manière. Pour qui la prenait-elle? Une vulgaire paysanne? Non, elle était Célestia, la Princesse jadis dirigeante d'Equestria, celle qui fut choisit comme héraut par le soleil. Elle ne pouvait pas laisser les choses continuer ainsi, elle devait s'imposer! Elle devait montrer à tous que ça ne continuerait pas de cette manière, que les choses ne pouvaient se passer ainsi, elle leur inculquerait le respect d'une façon ou d'une autre. De rage elle frappa du sabot sur son bureau puis se reprit. Saisissant une bouteille à moitié vide traînant devant elle, la princesse retira le bouchon qui empêchait le liquide de s'échapper, puis en versa un demi verre. Le liquide brun-jaune se déversa lentement emplissant les narines de la dirigeante de sa douce odeur, une fois le verre à demi plein, Tia le porta à ses lèvres en absorbant une gorgée. Le goût était inimitable, elle ferma les yeux se délectant de ce bourbon qu'on lui avait offert quelques années auparavant. Elle reconnaissait çà et là les arômes boisés si propres à cette boisson, puis tout en continuant de feuilleter son livre sur les différentes stratégies de tous temps, vida son verre petit à petit.



___C'est alors qu'elle se délectait de la dernière gorgée que quelqu'un vint toquer à la porte de son bureau. Une jeune garde chargée de lui rapporter toute plainte.


-Princesse, veuillez excuser mon intrusion!


-Tu n'as pas à t'excuser, tu n'accomplis que la tâche à laquelle je t'ai assigné.



___La jument sembla rougir de honte un moment tout en baissant le museau avant de reprendre.

-Votre Majesté, une jeune jument est venue nous avertir qu'elle avait été agressée par la Princesse Shade sur le domaine des ombres.


___La Princesse ouvrit grand les yeux... Encore une fois? Cette Shade... Que cherchait-elle à accomplir sinon à déclarer la guerre? Celestia pesta intérieurement avant de faire un signe à la garde afin qu'elle continue.


-Il s'agit de Derpy Hooves, une jeune coursière.


___Soudain un poids s'enleva de son cœur et elle souffla de soulagement, elle avait déjà eut vent de cet incident via ses espions et il faisait partit des différends qui lui avait fait déclarer la guerre à Sombra. Alors, s'éclaircissant la gorge, la princesse sourit à la jeune femme.


-Bien merci! J'ai déjà eu vent de cet incident et Sombra, tout comme sa fille, paiera pour cet affront. Tu peux retourner à ton post!


___Refermant son livre de Stratégie, la dirigeante du Solar Empire se repassa en tête les différentes stratégies qu'elle avait préparées puis se leva. Passant par les cuisines l'alicorne royale dévora un repas vitaminé et protéiné afin d'être sur de ne pas manquer de ressource pour le combat qui aurait lieu demain, puis se coucha tôt, il ne fallait rien laisser au hasard. Si elle était au mieux de sa forme, alors Sombra n'aurait aucune chance, il ne ferait pas le poids face à elle, mentalement, elle s'en persuadait. La victoire physique à toujours pour amorce la victoire psychique.








Detrot
Le Jour J


___Le jour était arrivé, il était maintenant temps de mettre un terme à ces mois d'oisiveté, la princesse allait agir et commencer à purifier ce monde des ténèbres qui le ronge. Elle allait aujourd'hui libérer Equestria de la présence de cet infâme personnage qu'était le roi Sombra. Ce jour ci, elle ferait briller sa lumière comme jamais, elle montrerait la grandeur de la nation au service du soleil. La princesse s'apprêtait à commencer son plan de réunification d'Equestria. Devant elle s'étendait une marrée de poneys prêts à en découdre son armée qu'elle avait convoqué aujourd'hui pour ce grand jour. Le camp était monté en amont de Detrot et sortant de sa tente, la princesse guerrière habillée de son armure dorée lança à un regard à ce qui fut jadis une grande ville. Maintenant des nuages noirs la surplombait et l'activité et la beauté de cette ville s'étaient envolées. Voilà le pouvoir du roi Sombra, la destruction de la beauté. Il n'avait que trop gangrené son pays. Cela devait cesser! Fermant les yeux un instant pour profiter de la brise elle grimaça sous l'odeur de soufre qui assaillit ses narines. Décidément, cet infâme roi avait le don pour absolument tout détruire... Pourquoi s'acharnait-il ainsi à faire l'apologie des ténèbres. Qu'y gagnait-il? La princesse, toujours devant sa tente, ne comprenait pas. Elle avait beau se retourner le crâne, pourquoi ne pouvait-il pas vivre dans la lumière?  La princesse fronça les sourcils, l'air résigné puis se redressa, prenant garde à ce que chaque lien de son armure soit bien fixée. Aujourd'hui elle purifierait cette terre et avec un peu de chance, elle pourrait purifier Sombra lui-même, lui montrer la puissance de la lumière et la lui faire accepter.



___Gonflant le torse l'alicorne sortit du camp ou l'attendait son armée, tout le monde était en rang, la tension était aussi palpable que la peur qui habitait les nouvelles recrues. Le silence donnait à la scène une lourdeur rarement égalée et lorsque que la princesse apparut devant eux, le silence fut brisé par le brouhaha des armures lorsque chacun se redressèrent pour se mettre au garde à vous. Toisant tout le monde de sa hauteur, la princesse admira son armée en armure, le soleil serait fier d'eux, eux qui s'apprêtaient à donner leur vie pour Equestria. Faisant un signe de la patte, la princesse ordonna à tout le monde de se mettre au repos. Puis inspirant une grande quantité d'air, la dirigeante s'adressa à son armée d'une voix puissante.



-SOLARISTES! Si vous êtes ici aujourd'hui, c'est pour vous battre! Je ne vous oblige à rien et si l'un d'entre vous à trop peur pour se rendre sur le champ de bataille, qu'il parte maintenant! Je ne veux enrôler personne de force, je ne veux pas que vous vous battiez pour moi, mais pour la lumière! Si nous sommes là, tous ensemble aujourd'hui, c'est parce que les Pledgiens, ces adorateurs des ténèbres ont à plusieurs reprises roulé l'honneur de notre éclat dans la boue. Nous ne pouvons les laisser faire. Ils ont même été jusqu'à torturé l'une des nôtres. Alors je vous le demande! Êtes-vous prêt. ÊTES-VOUS PRÊT A  DÉFENDRE LA LUMIÈRE? - La princesse prit de l'altitude et survola ses troupes pendant le brouhaha que la première partie de son discours avait provoqué puis se reposa- Aujourd'hui! Ce n'est pas une guerre sans but que nous menons, mais nous purifierons les ténèbres! Je ne veux pas de morts inutiles, si vous pouvez maîtriser vos adversaires sans les tuer, ce ne sera qu'une façon de plus de leur montrer notre supériorité, de leur montrer la voie vers la pureté. Regardez-vous aujourd'hui, en armures étincelantes! N'êtes-vous pas fiers? Fiers de faire partie de notre patrie? N'êtes-vous pas fier d'être au service du soleil? Regardez-vous, frères d'armes, vous ne faites qu'un! Vous n'êtes qu'un bloc, solide, rien ne vous brisera. - Celestia tourna alors le dos à son armée regardant attristé la ville de Detrot puis la pointa du sabot tout en haussant la voix- Voyez! Voyez, ce que font les ténèbres, qui parmi vous se souvient de Detrot et de sa grandeur, cette ville était jadis sublime. Observez là! Décadente, les ténèbres ne font que détruire ce qui est beau. Ils absorbent la clarté et s'en nourrissent comme un parasite. Nous ne pouvons rester là et les voir grossir se nourrissant de ce qui fait la beauté d'Equestria. N'ayez pas peur de l'adversaire! SOYEZ FORT! Ne craignez des ténèbres, ne vous laissez pas aveugler, car peu importe ou vous êtes, la lumière vous guidera! Et si jamais le pire devait vous arrivez, soyez fier! Partez avec fierté, car le soleil vous accueillera en son sein comme l'un de ses enfants. Et fièrement, vous montrerez à votre assaillant que vous n'avez pas peur de la mort qu'ils redoutent tant, mais l'acceptez avec douceur. Maintenant, Solaristes, je compte sur vous, ÉBLOUISSONS LES DE NOTRE LUMIÈRE!



___Levant son arme en signe du début du combat, la princesse partit au triple galop suivit par son armée, prête à mener son premier raid contre les ténèbres, un premier raid depuis bien longtemps. Elle avait été aveuglée, elle avait laissé les ténèbres prendre en importance en fermant les yeux, parce qu'elle s'était trop adoucie, mais désormais, cette situation était terminée et de nouveau la lumière combattrait les ténèbres.








___Sous ces nuages sombres, la princesse se rua parmi les premières lignes, balayant d'un rayon lumineux la ligne de piquier qui n'attendait que de les cueillir afin que ses armées terrestres puissent entrer plus facilement dans la ville. Les premiers combats commencèrent, elle entendit le bruit du métal qui cogne, puis les cris des premiers blessés, un frisson lui parcourut alors l'échine et elle dut se faire force pour ne pas se concentrer sur les cris, mais plutôt sur la première salve de flèches qui fonçait vers elle. Descendant en piqué elle esquiva plusieurs flèches et écarta les autres de son bâton, l'une d'entre elle parvint néanmoins à lui entamer le flanc, mais la blessure étant bénigne elle la soigna en un rien de temps. Afin de couvrir les terrestres qui arriva, elle fit briller sa corne, retint l'énergie magique qui y affluait et relâcha d'un coup afin qu'un flash lumineux inonde les personnes devant elle, les archers étant aveuglé pour quelques secondes, ses escouades pourraient donc passer plus facilement les portes de la cité.  C'est alors que commença la réelle bataille, lorsque les premiers soldats passèrent les grandes portes de Detrot, les escarmouches eurent lieu de part et d'autres , certains eurent droit à un combat singulier tandis que d'autres combattaient ensemble, escouades contre escouades, préparant des embuscades dans certaines ruelles. Pour sa part la princesse de la nuit atterrit, reposant sabot à terre, un étalon tenta de l'arrêter, lui posant sa lame sous le cou.


-Princesse Célestia, - un sourire mesquin se dessina sur le visage de ce minotaure- votre tête m'apportera gloire et honneur.


___La vachette balança son arme de haut en bas et manqua de trancher la princesse en deux. Cette dernière n'eut pour simple réflexe que de sauter de côté pour éviter l'attaque et répliqua d'une flèche lumineuse qui vint se caler entre les côtes de l'humanoïde qui ne semblait pas vouloir s'arrêter en si bon chemin et qui – malgré la flèche lumineuse figée dans son corps- se retourna, souffla des naseaux et envoya à la princesse un revers de main qu'elle esquiva en s'envolant. Créant un nouveau flash elle profita du déséquilibre pour redescendre en piqué et abattit son sceptre duquel la lame n'était pas encore sortit afin d’assommer la créature avec l'aide de la gravité. Si elle n'était pas capable de battre un soldat de bas étage, comment aurait-elle put prétendre pouvoir battre le roi Sombra. Restant au sol elle attendit le plus d'escadron possible, tous ceux qui étaient parvenus jusqu'ici avaient des ordres spéciaux. Au milieu du chaos de la bataille, la princesse donna ses ordres brièvement:


-Très bien, si vous êtes ici je vous considère comme parmi les plus résistants et débrouillards de notre armée. Pour la suite je vais vous demander de vous disperser en ville en trouvant les guerriers qui semblent poser le plus de problème à notre avancée, et mettez-les hors d'états de nuire, ne perdez pas votre temps et votre énergie contre les secondes mains. Si parmi vous il y a des clercs ou d'autres personnes doués dans les soins, parcourez le champ de bataille et soignez le plus de monde possible! Ne restez pas figé!


___La chef de guerre décida donc de rompre la position et s'éleva à nouveau dans les airs observant et cherchant de l’œil un endroit ou elle pourrait se rendre le plus utile possible, ou pour trouver le roi Sombra. Ce dernier ne semblant pas se montrer, la princesse prit de l'altitude jusqu'à arriver proche des nuages. Sa corne s'illumina puis jeta un important rayon lumineux dans les cieux , dissipant les nuages en un endroit, à cet endroit, la lumière fusa éclairant une grande partie du soleil, d'une certaine façon montrer à son armée que le soleil était là, qu'il les supportait lui aussi était une façon de leur donner encore de la motivation. Puis se mettant dans le rayon, projetant son ombre sur la ville, la princesse décida d'agir. Elle ne pouvait pas attendre Sombra, elle ne pouvait pas juste partir se battre jusqu'à ce que Sombra tout frais pimpant décide de se lancer dans la bataille. Elle devait le forcer à venir. Inspirant profondément, d'une voix puissante et sonore, la vieille voix royale:


-SOMBRA! OU TE CACHES-TU, LÂCHE? TU AS DÉCLENCHÉ CETTE GUERRE ET MAINTENANT TU LA FUIS? LA LUMIÈRE TE FAIT DONC TANT PEUR? SI TU N'ES PAS UN PLEUTRE, MONTRE-NOUS LA SOI-DISANT PUISSANCE DES TÉNÈBRES !


___Reprenant son souffle, la princesse baignée dans ce faisceau de lumière se posa à nouveau, écartant d'un simple rayons magique les quelques soldats qui, alertés par son annonce, venaient tenter leur chance. Puis s'arrêta au centre même de la ville baigné par le soleil, l'air sévère et prête à en découdre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Raid Solariste] Pour La Lumière!   Lun 27 Juil - 20:13

Dans la salle du trône située dans son palais au cœur des Badlands, le roi Sombra faisait les cent-pas. Il savait imminent le raid de Célestia contre sa nation. Elle n’avait pas bluffé lors de leur rencontre, il en était certain car pour être lui-même un assez bon menteur, bien qu’il ait encore des progrès à faire dans ce domaine, il était tout à fait capable de distinguer une personne qui était sincère et une personne qui ne l’était pas.

Depuis son retour des terres neutres il n’avait eu de cesse de réfléchir, seul ou avec ses conseillers et les rares personnes en qui il avait confiance, à toutes les hypothèses possibles et imaginables qui lui permettraient de défendre les villes de son territoire contre la soudaine lubie de la Princesse du Soleil.


Cette dernière avait décidé, pour une raison qui lui était encore inconnue et dont au fond il se moquait éperdument, de les prendre pour cible sans qu’ils n’aient rien fait pour la provoquer. C’était la guerre qu’elle voulait, c’était la guerre qu’elle aurait. Il était fermement décidé à lui faire ravaler son arrogance et son petit air mêlant supériorité et suffisance.


Un jour avant de quitter le palais il avait chargé son bibliothécaire, le poney de cristal Scaredy Cat, d’étudier toutes les hypothèses qu’il avait clairement rédigées dans une note à son attention et de formuler ses propositions pour les améliorer, puis les lui faire parvenir par le moyen le plus rapide et le plus discret qu’il aurait à sa disposition.


Il lui avait suggéré de recourir à un dragon messager qui pourrait lui faire parvenir en très peu de temps des messages dont le contenu pourrait avoir une influence cruciale sur le déroulement de cette bataille, et leur permettre de remporter une grande victoire sur les Solaristes.


Il n’y aurait pas de plus grande joie pour Sombra que de rabattre son caquet à cette petite prétentieuse en lui infligeant un mémorable camouflet : mettre son armée en déroute et la vaincre alors que c’était elle qui avait prévu de venir dans l’intention de faire d’une victoire contre eux un exemple de la puissance de frappe dont elle disposait, lançant ainsi un avertissement à tous ceux à qui il pourrait prendre l’envie de l’attaquer.


Sombra devait profiter de cette perche qu’elle lui tendait. D’abord pour montrer qu’il n’était pas une cible facile et qu’il faudrait réfléchir à deux fois avant de l’attaquer, ensuite pour apporter la preuve que si Célestia était forte pour parler elle l’était beaucoup moins lorsqu’il s’agissait d’agir concrètement.
Et enfin, ce serait apporter à son peuple la preuve qu’il n’accepterait pas qu’une puissance étrangère cherche à s’emparer d’une de leurs terres, qu’il était prêt à prendre personnellement les armes pour en assurer la défense.

S’il est vrai de dire que la victoire physique résulte de la victoire psychique, il est tout aussi vrai de dire qu’une victoire physique renforce le mental de ceux qui la remportent, ce qui est une victoire psychique dans le sens où ils ont momentanément pris l’ascendant sur leurs adversaires.
La nuit précédant la date prévue du raid, il avait jugé préférable de se rendre en personne, juste avec son escorte personnelle, vérifier les défenses actuelles de la ville de Detrot. C’était cette ville qui, d’après ses informations, était la cible la plus probable.

La cité interdite n’était d’aucune valeur stratégique et personne n’y vivait, s’en emparer n’aurait donc absolument aucun intérêt pour leurs ennemis.
Il avait écarté la ville de Brisks car les mouvements de l’armée Solariste que lui avaient rapportés ses services de renseignement l’excluaient d’un assaut. Les montagnes Drackenridge, puisqu’elles appartenaient aux dragons, étaient écartées d’office aux yeux de Sombra car Célestia, malgré tous ses défauts, n’était pas stupide : offenser les dragons de la sorte ne lui serait d’aucune utilité et, pire, ça mettrait ses troupes en danger inutilement.

Prétuskria était une cible potentielle et Sombra l’avait envisagé du fait que Célestia aurait eu intérêt à profiter du fait que la ville revenait sous le contrôle du Dark Pledge après avoir été occupée par les lunaristes. C’était une zone sensible et Sombra y avait envoyé des soldats en nombre pour prévenir tout assaut d’une autre nation.


Ces troupes pourraient aisément être redirigées vers Detrot du fait de la proximité entre les deux villes, et être renvoyées à leur poste dès que l’assaut des Solaristes aurait été repoussé. Sombra ne doutait pas un instant de leurs capacités à repousser cet assaut, et il avait une furieuse envie de montrer à cette petite prétentieuse qu’elle avait tort de le prendre ainsi pour cible. Elle s’était fait là un ennemi qui naturellement ne lui aurait pas cherché querelle.


Durant la nuit il s’était rendu des Badlands à Detrot, constatant à son arrivée que les informations et les prévisions des services de renseignement étaient justes. L’armée Solariste avait pris position en amont de la ville. Peu avant le lever du soleil, il envoya un pégase messager vers Prétuskria, avec pour mission d’informer les soldats postés là-bas qu’il leur était donné ordre de prendre le chemin de Detrot afin de prendre l’ennemi en tenaille.


L’ordre avait été donné à ce messager de faire preuve de la plus grande discrétion et de contourner le camp Solariste en faisant un détour par les montagnes Drackenridge.
Il était convenu qu’à aucun moment il ne devrait chercher à se poser, car les dragons ne manqueraient pas de percevoir cela comme une intrusion sur leur territoire, et Sombra n’avait vraiment pas besoin d’un incident diplomatique avec eux qui viendrait empirer encore la situation actuelle. Le jour se levait et avec lui arrivait le combat. Sombra était fin prêt, en armure de la tête au bout des sabots, et prêt à repousser l’envahisseur.

Si Célestia croyait qu’il serait une cible facile elle se trompait lourdement, et si elle pensait qu’il allait se montrer parce qu’elle hurlait pour qu’il le fasse, elle se trompait encore plus lourdement.
Il était une ombre et une ombre ne combat pas à découvert où elle est aisément repérable, elle attend que son adversaire de fatigue et soit affaibli avant d’agir et, alors, décide du moment où elle donne le coup de grâce. Sois une ombre furtive et insaisissable. Ne cherche pas nécessairement à frapper fort, cherche avant tout à frapper juste. Ne rentre dans la mêlée que si tu n'as pas le choix, tels étaient les consignes qu’il avait donné à Scaredy Cat avant de quitter son palais.

Les Solaristes n’attaquèrent pas immédiatement, et Sombra en déduisit que c’était parce qu’elle leur livrait un de ces grands discours pompeux dont elle avait le secret. À quoi bon faire un discours avant une bataille, sinon perdre du temps et donner à son adversaire l’occasion de renforcer encore ses défenses ?
Sombra réservait son discours, car il en donnerait un, pour la fin du combat s’ils gagnaient. S’ils venaient à perdre en revanche, il n’y aurait nul discours de sa part et il commencerait immédiatement à préparer une contre-offensive en convoquant en session extraordinaire son conseil de guerre.

En bas, la bataille avait commencée. Immédiatement lorsque les premiers Solaristes et leur Princesse entrèrent dans la ville, il donna l’ordre que soit lâchée dans les airs les sacs de farine qui avaient été préparés durant la nuit.
Avant que le flash lumineux n’aveugle ses archers, il leur donna l’ordre à eux ainsi qu’à ses mages manipulant les flammes de mettre feu aux sacs de farine afin qu’ils explosent en arrivant sur leurs ennemis. Au mieux elle les blesserait, et au pire elle ralentirait seulement leur avancée. Donc dans les deux cas en employant cette méthode, ils seraient gagnants.

Lorsque le flash lumineux commença à se dissiper, les mages de feu purent lancer leurs sorts en étant rapidement suivi par de flèches enflammées venant des murailles de la ville comme de l’intérieur. Après une salve, les archers postés sur les remparts prirent pour cible les ennemis encore à l’extérieur de la ville. Ceux postés à l’intérieur visaient toujours les sacs de farine restants et les ennemis qui avaient déjà pénétré dans la ville.
La farine explosa au contact du feu et Sombra put commencer à sentir la délicieuse l’odeur de la chair calcinée arriver à ses naseaux, signe que ce piège si astucieux que lui avait proposé Reverse Song avait fonctionné à merveille.

Les Pledgiens se cachèrent où ils le purent quand les flèches partirent, sachant parfaitement ce qui allait arriver quand elles allaient atteindre leur cible. Et bien malchanceux furent ceux qui n’avait eu le temps d’atteindre une cachette, car ils furent pris dans cette formidable déflagration.
Ce magnifique imbroglio de flammes, d’explosions, de cris de douleur et de cris de terreur sonnait comme une douce mélodie à ses oreilles. Il regardait avec un cruel rictus ceux qui, brûlés ou projetés au sol par le souffle de l’explosion, se trainaient pour se mettre à l’abri.

Là où il passait, il achevait ceux qui se trouvaient à sa portée sans qu’ils aient le temps de se défendre, puis retournait dans les ténèbres son méfait accompli, se préparant à réapparaitre ailleurs pour poursuivre le massacre, car c’était à cela qu’il se livrait en cet instant.
Il affichait un sourire sadique quand il s’agissait d’un ennemi, un regard chargé de colère et de déception quand c’était un Pledgien, mais il ne faisait aucune distinction car après tout, il n’y avait pas de place dans les terres sombres pour les faibles qui tombaient et se montraient si pitoyables alors que la bataille ne faisait que commencer.

Il était prévu, dans la stratégie de défense de Detrot, qu’après la farine à laquelle il devait être mis le feu serait déversé des bâtiments de l’huile bouillante destinée à créer une plus grande pagaille encore dans les rangs ennemis, et tant que possible à en blesser des combattants pour faciliter le travail des troupes engagées dans les combats au corps à corps.


Il dégaina son épée et descendit dans la mêlée d’un pas rapide. Il se dissimulait dans l’ombre, tuant çà et là des soldats Solaristes en les prenant en traitre. Parfois il les affrontait de face, mais jamais seul à seul. Il se devait de garder un maximum de forces pour faire face à Célestia au moment où ils se retrouvaient face à face. Il se cacha dans l’ombre d’un bâtiment lorsqu’il entendit Célestia prendre la parole, comprenant à ce qu’elle disait que les choses sérieuses allaient commencer sous peu.


- Visez en priorité les clercs et tous ceux que vous voyez user de sorts de soins ! Montrez à tous ces adorateurs de la lumière de quoi sont capables ceux qui ont choisi de se battre dans les ténèbres !
Lança-il à tous les soldats Pledgiens qui se trouvaient autour de lui, leur ordonnant de faire passer le message à tous les alliés qu’ils croisaient.


Le roi des terres sombres entendit l’appel de la Princesse du Soleil et commença par ricaner, avant d’éclater de rire comme un dément tant elle était drôle. Elle espérait sincèrement qu’il se dévoilerait bêtement uniquement parce qu’elle le provoquait ?
Il connaissait trop l’art de la guerre pour savoir que répondre à une provocation aussi évidente était une erreur de débutant et n’en fit rien. Il reprit son calme et attendit que Célestia ait fini son baratin et, reprenant sa danse macabre, recommençait à frapper ses ennemis çà et là.

Il cherchait à ne pas trop se fatiguer afin d’être encore capable de lutter contre la Princesse du Soleil quand enfin le chaos qui régnait sur le champ de bataille déciderait qu’il était temps qu’il tombe face à elle.
Pour l’instant plutôt que d’aller directement à sa rencontre, il préférait lui laisser perdre du temps et de l’énergie à le chercher, jouant avec elle au chat et à la souris en lui faisant croire qu’elle était le chat et lui la souris.

Il laissait ici et là à son attention des indices contradictoires quant à l’endroit où il se trouvait afin qu’elle se fatigue plus rapidement et commence à commettre des erreurs de jugement dont il pourrait profiter pour l’attaquer et l’affaiblir. Toute manœuvre était à envisager, dès lors qu’elle pouvait permettre de remporter une bataille.
Ici il faisait tomber des crins de sa crinière dans la direction du centre de la ville, là des traces de ses pas semblaient alternativement quitter la ville et d’autres donnaient l’impression qu’il tournait en rond.

Dans les faubourgs de la ville il laissait émaner son odeur et filtrer son aura afin que Célestia suive l’une ou l’autre et perde sa trace plusieurs fois avant de la retrouver dans un autre endroit et de partir sur cette nouvelle piste.
Il usait de tout ce qui était susceptible de lui faire perdre patience et de la pousser à la faute, car si elle perdait patience elle serait moins concentrée sur lui, et il lui serait plus facile de distinguer une ouverture pour l’attaquer et lui infliger les plus lourds dégâts en un minimum de temps. Il n’avait pas encore décidé de l’affronter, pour l’heure il jouait avec ses nerfs.

Il l’avait vue créer une trouée dans le ciel pour laisser passer le soleil et se mit en quête d’une unité de pégase. Lorsqu’il en trouva une, il lui donna l’ordre d’aller placer un nuage à cet endroit afin de prévenir une attaque qui viendrait de là, que ce soit un couloir pour des pégases qui engendrerait une bataille aérienne, auquel cas il enverrait des renforts à cette unité, ou quoi que Célestia compte en faire parce ce que la seule chose qui était certaine pour Sombra, c’était qu’elle n’avait pas fait cela sans raison.


Il avait beau n’avoir aucune estime pour son ennemie, il reconnaissait qu’elle avait un talent certain et cela ne lui donnait que davantage envie de se mesurer à elle. S’il parvenait à la vaincre ou à la mettre en difficulté, il aurait une occasion pour miner le courage de ses troupes dans le meilleur des cas, et quoi qu’il en soit à mettre à mal la confiance aveugle qu’ils plaçaient en elle.


Il était parfaitement conscient qu’elle finirait bien par le coincer quelque part, et qu’alors il serait forcé d’engager un combat avec elle. Mais elle se rendrait compte à ses dépens que la souris acculée pouvait mordre le chat.
__________________________________________

2385 mots selon Word.
Revenir en haut Aller en bas
Shade
avatar
Dark Pledge

Messages : 860
Age : 26

• Votre personnage •
Race: Licorne
Niveau: 26
Expérience:
94/320  (94/320)

MessageSujet: Re: [Raid Solariste] Pour La Lumière!   Mar 28 Juil - 23:48

La journée a déjà commencée alors que je suis dans ma chambre, couchée sur mon lit à jouer avec une plume grise ; plume appartenant à une pégase nommée Derpy. Il s'agit de celle qu'elle m'a donné de son plein gré avant que je coupe les autres. Je me demande s'il s'agit de l'une des raisons pour la quelle Celestia nous attaque.

En effet, mon père est revenu des terres neutres, où il a rencontré la dirigeante solarienne, en ordonnant que l'on rassemble un conseil de guerre. Il ne fallait pas chercher midi à quatorze heures. Celestia a décidé de déclencher les hostilités envers nous, sans le cacher en plus. Tactique pour nous déstabiliser ou seulement une erreur de sa part ?

Qu'importe la réponse, cette princesse ne va sans sortir indemne, on n'attaque pas le Dark Plege comme ça, elle va apprendre à craindre les ténèbres ainsi que son peuple et son armée. Je décide de prendre la plume avec moi si bataille il y a. Il est hors de question que je n'y participe pas, il en va de mon honneur de princesse de ce royaume.

Je descends alors de mon lit, met la plume dans ma crinière et descend vérifier l'état de mes armes. Il n'est pas permis d'avoir des armes de mauvaise facture dans une situation pareille, je vais même en profiter pour regarder si celles des gardes ne le sont pas. Je croise le forgeron lors de mon arrivée dans l'armurerie. Il semble venir faire la même chose que moi, surement a-t-il reçu l'ordre de réparer toutes les armes présentes. Je discute donc quelques instants avec lui quant un garde en sueur arrive au galop dans la pièce et me hurle que l'armée de Celestia a été vue, marchant vers Détroit en passant à plusieurs kilomètres de Pretruskia. Ce serait un pégase faisant sa ronde au-dessus de cette région qui l'a vu avant de venir nous prévenir en urgence, sans savoit si lui-même a été vu, mais cela ne semble pas la cas grâce aux nuages.

Ses paroles ne font qu'un tour dans mon esprit, j'hurle alors qu'on me prépare au plus vite un char avec les plus rapides pégases et griffons de la garde, deux pour tirer et le reste pour m'accompagner sur place. Ses derniers sont déjà sur le-qui-vive et préparés à un départ en trombe. Ce sont les personnes en qui j'ai le plus confiance parmi les gardes volants, ainsi que mon armure et mes armes.

Le forgeron et le garde me répondent en cœur un « oui Majesté » avant de partir chacun préparer ma demande. Pendant ce temps je galope vers la bibliothèque pour prendre les messages de Cat pour mon père. Ce dernier me donne ce qu'il faut, écrit sur une feuille de papier. Je redescends ensuite à l'armurerie où le forgeron m'attend avec mon armure et m'aide à la mettre, aucun crin de ma crinière ne sort de mon casque et ma queue est tressé de façon à faire balancier pour mieux éviter les obstacles durant mes courses. Il l'a renforcée au niveau des organes vitaux, en la rendant à peine plus lourde vu que je ne ressens presque pas la différence et a fait en sorte que mes mouvements soient plus faciles au niveau des pattes pour que je puisse bouger à mon aise sans que mon armure se bloque ou entrave mes mouvements.

Il a même aiguisé mon épée, mon poignard et ma dague pour être sûr qu'elles coupent la chair comme si elle était en beurre. Je souris à cela car je vais avoir moins d'effort à fournir pour causé des blessures mortelles à mes ennemies qui ne sentiront que le froid de l'acier traversant leurs organes et muscles.
Maintenant harnachée de la tête aux pieds, je me rends dans la cours où m'attendent déjà sur le pied de guerre, prêts à décoller les deux griffons attelés à mon char, trois pégases et un batpony pour nous conduire durant la nuit.

Avant de partir, je demande que l'on prépare plusieurs chars pour les membres devant nous rejoindre sur le champ de bataille et monte ensuite dans le mien qui s'envole dans le soleil couchant vers Detroit. Nous l'atteindrons peut avant l'aube.

Nous sommes en vue de Détroit et je remarque au loin un attroupement. Je demande alors à l'un de mes griffons de me dire ce que c'est, et là il me répond qu'il s'agit de l'armée de Celestia. Les bougres sont déjà là, je presse mon escadron volant qui commence leur descente vers la ville. Une fois sur place, je leurs ordonne de prendre un peu de repos avant de se jeter à leur tour dans la bataille. Ils se sont relayés la tractation de mon char durant toute la nuit afin de prendre du repos, mais cinq minutes de repos ne leur feront pas de mal. Je suis sur les hauteurs de la ville à mon arrivée et remarque que l'entrée est noyée sous des nuages blancs qui prennent soudainement feu, dans une gigantesque explosion. Sûrement l'une des défenses préparées a l'occasion. J'ai déjà entendue parlé des effets de la farine, volatile, et des flammes. Et je pense que l'armée jaune les connait désormais. Parfait !

Mon père est surement déjà sur place, je commence donc ma descente vers le lieu du combat à la recherche de ce dernier, accompagnée des membres de mon escadron. Sur le chemin je croise un soldat qui me demande si maintenant on doit déverser l'huile sur les adorateurs de la lumière. Cat m'en a parlé lorsque je suis venue chercher les papiers, que c'était l'étape suivante, j'ordonne donc son déversement.
Tout d'abord, par les meurtrières, laissant non seulement les plus proches de la porte brûler vifs, mais les pus lointain prendre soudainement feu de par la récente explosion, et donc l'ambiance des plus chaudes. Puis, tandis que les cris de douleur me parviennent, j'ordonne que le reste soit déversé avec précaution dans les rues, dont les caniveaux ont été bouchés afin de ne pas perdre une seule goutte de ce précieux liquide. Grâce à la disposition naturelle de la ville en pente, vu qu'elle est construite sur une colline, avec ses quartiers en étages, l'huile va ruisseler toutes seules vers nos ennemies les brûlants atrocement, dans une deuxième vague, sur son passage ainsi que rendre difficile leur ascension. L'armée, sur les remparts ou en sécurités sur les hauteurs des toits de pierres, ne risquaient rien.

C'est à ce moment que Celestia provoque en duel mon père en pratiquant une percée dans les nuages, qui couvrent habituellement le ciel de la ville, avant de rejoindre le sol. Patience princesse à deux sous, mon père va bien s'occuper de toi. Tu es bien pressée ma parole. Je continue donc ma descente vers le champ de bataille et ordonne à mon escouade de préparer les filets à tendre entre les bâtiments de la ville afin de restreindre le support aérien de l'ennemi. Je garde juste avec moi le batpony et un pégase alors que j'entends les bruits de douleurs de mes adversaire lorsque l'huile arrive de nouveau sur eux, divisant d'avantage son armée alors que la mienne déciment les soigneurs et achèvent les personnes touchées, via leurs flèches, l'huile, le feu et le choc thermique soudain. Je cherche des yeux mon père dans tout cela et remarque que certains solariens sont tués alors que personne n'était près d'eux.

Je décide donc d'être au plus près des ennemies isolés. Je dégaine alors mon épée et commence à trancher tout ce qui est à ma portée : je vise surtout les pattes qui sont souvent la partie la moins protégée et marche sans vergogne sur les ennemies tombés à terre. Je m'approche alors d'un endroit esseulé du champ de bataille et attend que mon père me rejoigne. Je fais en sorte de faire profil bas pour l'instant, du moins tant que je n'ai pas vu mon père, après je lance dans la bataille et organise nos troupes.

_____________________________________________
Montage créé avec bloggif
Sombra est le maître de tous !
Ma tenue de soirée, créer par Pandore:
 

Revenir en haut Aller en bas
Steam Gold
avatar
Solar Empire

Messages : 326
Age : 24

• Votre personnage •
Race: Pégase
Niveau: 27
Expérience:
125/340  (125/340)

MessageSujet: Re: [Raid Solariste] Pour La Lumière!   Mer 29 Juil - 20:05

Le jour de l’affront contre mon ancienne nation était venu. Je savais que cela arriverais un moment à l’autre depuis la fin du pacte de non-agression. Mais je ne contestais pas cette bataille. Au contraire, je n’avais qu’une seule hâte : vaincre une bonne fois pour toute une partie de mes ténèbres qu’est mon sang de pledgienne en gagnant cette bataille. Affronter mon passé était pour moi le seul moyen pour devenir forte et de ne pas devenir un poids pour ma nation définitive comme c’était le cas pour Gryphus.

J’étais vêtue d’une cape noire à capuche qui recouvrait mon corps et ma tête tout en cachant ma nature de pégase ainsi que mon équipement, mon arc et mon arsenal explosif, ainsi que  mes lunettes de protection sur mes yeux et mon foulard rouge qui dissimule le bas de mon visage. Je me dissimulais ainsi pour affronter mes adversaires dans l’ombre qui m’a vu naître pour assurer la victoire de la princesse Celestia comme je l’ai fait à Petruskria.

Mais cette fois ci, je ne combattrais pas directement au front parmi les soldats, mais plutôt par des méthodes stratégiques tout en jouant la carte de la discrétion. Lors de la réunion sur cette bataille, on m’avait conseillé d’être accompagné par une escouade d’ingénieur pour mener à bien mon plan ingénieux, mais j’avais refusé cela car je considéré comme une gêne pour ce que j’avais prévu en plus des dangers que comportait cet opération. De plus, je ne leur ai pas dit que c’était une affaire qui m’était personnelle, refusant toujours de divulguer mer origines pledgiennes par crainte que ma souveraine me bannisse de sa nation à cause de cela.

Je traversais les rues de la sinistre ville de Détrot, autrefois une magnifique ville victime de la désolation provoqué par Sombra et ses sujets selon le discours de la princesse. Tel une ombre, je collais discrètement des bombes en fer avec désamorçage à distance contre certains murs. Mais pour une raison obscure, aucuns gardes se trouvaient dans les rues, devinant parfaitement que l’ennemi avait un plan fourbe à l’image de cette nation.

Mais un événement confirmait mes dires : un flot d’huile jaune translucide qui semblait bouillant en voyant de la vapeur se déversait dans les rues. Voyant ce danger, je grimais rapidement par la gouttière pour aller sur un balcon, tout en évitant d’utiliser mes ailes pour des raisons personnelles. De là où j’étais, j’entendais des horribles hurlements qui venait du front. Heureusement que je n’étais pas avec eux, mais en même temps, je les plaignais en imaginant l’ampleur des dégâts. Puis, je me cachais dans ce bâtiment décrépit en voyant une escouade aérienne venir à leur tours vers mes camarades pour profiter de cet occasion. Mais pour moi, la bataille était loin d’être achevé. Je devais continuer ma mission.

Une fois que ces flots cessaient de couler, je mettais une grosse quantité de cuir sur chaque sabot pour éviter de me brûler à cause des flaques d’huiles, continuant ma traversée dans les rues en continuant de placer mes bombes.

Puis, je me trouvais dans une ruelle isolée du champ de bataille pour préparer rapidement d’autre explosifs jusqu’à ce que je constate que je n’étais pas seule dans cette zone. C’était une licorne blanche vêtue pour cet événement. Constatant qu’elle m’avait repérée, je me retrouvais coincée dans cette ruelle avec cette jument qui s’approchait de moi. Une situation pour moi très embarrassante.

_____________________________________________

Mon OC:
 


Ma Cutie Mark:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Raid Solariste] Pour La Lumière!   Jeu 30 Juil - 17:58

Finalement, il était parvenu à arriver à Détrots. Pourtant cette ville si impressionnante, perchée sur une vieille montagne, laissant paraître toute sa décadence et sa sombre aura a des kilomètres à la ronde, lui rappelait de bien mauvais souvenirs. Des enfants parcourant les rues à la recherche de méfaits à accomplir, les voleurs à la dague bien cachée sous leurs piteux vêtements...les poivrots ronflant dans les caniveaux sales après une soirée trop arrosée où tous leurs bits avaient été aspirés, le dos transformé en un refuge provisoire pour les rats. La crasse, le danger...et surtout une certaine nécromancienne qui l'avait complètement chamboulé, en plus de le faire passer à deux sabots de la crise cardiaque et de la mort, tout à la fois.

Alors il n'était pas étonnant qu'il avait hésité à y retourner, même si cela devait être pour sa défense. Mais...il le devait. Ne pas participer à une telle bataille était impensable. C'était pour son Roi qu'il était venu, pour les espoirs qu'il avait placé en lui et ce même avant la bataille. Oui, un jour avant qu'ils ne partent pour la ville, il lui avait confié toutes les informations que les divers services de l'armées et ses conseillers et lui avaient récoltés. A vrai dire, cela l'avait fait paniquer. Lui, le simple Bibliothécaire du château, responsable de telles informations? Pire, responsable de...donner son avis sur tout un plan? Cela avait été à la fois un rêve et un cauchemar. Les palpitations de son coeur lui étaient encore très familières, bien que datant de la veille. Et il se rappelait très bien de cette incroyable journée.

~~~~~~

Par une belle matinée, Sombra était venu le voir à son lieu de travail. Lui avait entendu parler d'une réunion de guerre exceptionnelle qui s'était tenu très tard la nuit. Pourtant il s'attendait à tout, sauf à la pile de documents qui vint se poser sur son bureau, tandis que son Roi lui donnait pour mission de lire toutes ces informations et qu'il lui donne son avis. Comme il était pressé, il n'avait sûrement pas remarqué le fait qu'il était tombé du haut de son échelle alors qu'il s'occupait de vieux ouvrages et qu'il n'avait pas osé bouger pendant dix minutes à la suite de l'annonce. Écrasé par la force de la responsabilité qui venait de lui être imposée.

Dés qu'il eut fait le point avec lui même, en arrivant à la conclusion que rester allonger sur un tas de livres et de papiers ne le mènerait pas bien loin, le jeune poney de cristal s'était lancé dans l'étude des documents. Ceux-ci étaient principalement composés d'indications provenant du réseau de renseignement du Dark Pledge, ainsi que divers rapports. Tous partaient d'une seule et même origine : La demande du Roi après qu'il ait annoncé à ses conseillers que la princesse de l'Empire Solaire, Célestia en personne, avait annoncée qu'elle attaquerait sous peu. La tête qu'il avait tiré en apprenant cela aurait sûrement été digne des plus belles bandes dessinées grotesques que les poulains aiment lire, celles où le méchant ou un personnage se retrouve dans une situation épineuse et où son visage se tord et se fend presque, d'une façon des plus ignobles...et pourtant hilarante.

Mais cela était sûrement secondaire. Par la suite il s'était intéressé aux théories concernant les mouvements probables de l'attaque de l'armée ennemi...et, avant qu'il ne s'en rende compte, il découvrit qu'il était accroché par l'étude des documents comme si ils avaient été un roman d'aventure. Finalement il commençait à essayer de comprendre toutes les implications d'une attaque, ce que cela supposait. Constatant rapidement que ses connaissances en matière de guerre étaient des plus basiques basées essentiellement sur son imagination, il prit sur lui de ressortir des livres de la Bibliothèque du château, qu'il avait commencé à ranger d'une façon bien précise, déplaçant les livres par piles entières pour les ranger par thèmes, puis par date de parution, puis par ordre alphabétique...

Ainsi se retrouva-t-il avec des ouvrages de stratégie militaire sur son bureau, qu'il se mit à feuilleter de façon assidue. A vrai dire, il n'était pas juste entrain de donner son avis...ou bien il ne voulait pas seulement donner son avis. Se rendre utile était quelque chose de bien plus important; une nécessité de l'ordre vitale pour lui. L'Art de la Guerre du fameux Commander Hurricane, légende guerrière des temps passés, La Magie et ses Aspects - Volume XXII - La magie et la guerre par Arcana Maëlstrom un mage de renom et bien d'autres encore. Bientôt de véritables tours d'ouvrages se trouvaient autour de lui alors qu'il révisait les notes.

Premièrement, ils avaient discutés des cibles possibles de l'attaque. D'après les informations qu'ils avaient ainsi qu'au travers de la géographie, de la politique actuelle du royaume ainsi que des possessions de territoire, il n'y avait pas à chercher trop loin. Les villes à privilégier seraient en effet Detrots et Pretusrkia. La première était la plus accessible, la plus facile à assiéger, proche des terres de la nation ennemie. La seconde de part l'opportunité qu'elle représentait, car elle revenait entre les sabots du Dark Pledge sous peu, cela pouvait être utilisé d'une excellente façon...mais d'après la réputation de la princesse Celestia, serait-elle prête à user d'une telle fourberie pour prendre un territoire? Après tout, les raisons qu'elle avait énoncée pour déclarer la guerre laissait présager bien plus un désir de  faire du Dark Pledge un exemple et d'asseoir la force de l'Empire plus qu'une véritable guerre.

Arrivant à cette conclusion, il avait prit le temps de lever la tête de ses livres. Au travers des vitres de la bibliothèque le soleil dardait de faibles rayons...la journée passait très vite, bien trop vite. Mais il n'avait pas encore finit. Alors il avait marqué son avis concernant les deux cibles qu'il pensait les plus probables, mais il était persuadé que Detrots serait celle à privilégier...mais de par la proximité des deux villes, il était sûr que son Roi pourrait organiser un éventuel retrait si l'attaque s'avérait être sur la ville décadente.

Etant tout à fait certain de la cible que prendrait la princesse de l'empire solaire, et comme il lui restait du temps, il avait commencé à préparer un plan de défense. Son premier plan stratégique. Dans les papiers que lui avait laissé Sombra, il y avait de nombreuses idées tactiques...et une très inventive, provenant de Reverse Song. Curieusement, ce nom fit naître un frisson qui lui parcourut l'échine. Toujours était-il que cette personne proposait d'user de farine et de flammes. Aux premiers abords, le bibliothécaire ne comprit pas tout à fait où elle voulait en venir. C'est en se renseignant au travers d'une encyclopédie scientifique qui répertoriait les propriétés de la plupart des matériaux connus qu'il comprit. Sous cette forme, la farine était un produit hautement inflammable. Même en suspension dans l'air.

Placer du feu et de la farine ensemble permettrait, selon l'apport en farine et en flammes, de produire un petit feu de camp jusqu'à une véritable déflagration des plus impressionnantes. Seulement, pour que cela soit efficace, il fallait que les sacs de farine soient regroupés précisément en un seul endroit...et donc obliger l'adversaire à se trouver au bon endroit au bon moment. Zieutant une carte de la ville de Detrots et ses informations géographique, le poney de cristal détailla une seule entrée rapide à la ville : L'immense porte Sud. Pour le reste, la ville était  bâtit sur une colline...et l'architecture avait donc suivit, avec des rues inclinées, des quartiers bâtit les uns au dessus des autres, le tout enserré d'une seule et grande muraille. Une seule entrée.

Du point de vue de l'ennemi, pour entrer rapidement dans la ville, il suffisait de défoncer la porte et de passer en force. C'était là une première étape. Par la suite il était possible d'ouvrir de nouvelles brèches afin d'obliger l'ennemi à combattre sur plusieurs fronts, l'objectif étant de gravir la ville jusqu'aux derniers quartiers. Par logique. Ainsi, si ils souhaitaient faire en sorte que les forces de l'empire solaire se trouvent à un endroit précis pour réaliser leur plan, ils devaient les forcer à entrer dans la ville par la porte d'entrée.

Pour se faire, il fallait placer une grande partie des troupes sur les murailles autour de la ville. Alors qu'il commençait à écrire tout ceci sur sa feuille, il avait alors eu l'idée de proposer de mélanger aux archers des murailles des lanciers. En effet, des archers pouvaient repousser l'ennemi grimpant aux murailles, attaquer de loin et faire des dégâts aux pégases. Cependant, des pégases agiles pouvaient éviter les flèches, et même avec une organisation permettant d'enchaîner les volées de flèches (Une recommandation du Commander Hurricane permettant de marteler les forces ennemis à répétition), une fois au corps à corps, ils avaient peu de chance de s'en sortir.

Une solution à cela était donc de ruser. Les archers feraient ce qu'ils avaient à faire. Quand aux lanciers, ils se trouveraient dans leurs rangs, de préférence à l'arrière, leurs lances posées au sol. Leur ordre serait de prendre leur lance et de la dresser vers les pégases en approche qui auraient passer le barrage de flèches, permettant ainsi de les repousser plus efficacement et possiblement les prendre par surprise. Suivant cela, il fallait que les archers possèdent au moins une torche pour quatre, leur permettant d'enflammer leurs flèches au besoin. Il annota à la fin de la proposition tactique le nom d'un ouvrage pour les généraux commandant les bataillons d'archers : Quand la flèche est le prolongement du corps d'un certain Neigh'heaume Tell, grand archer de son temps, contenant des conseils sur le maniement des armes comme les arcs ou les arbalètes, et notamment la façon d'user de flèches enflammées.

Retournant à la stratégie de la farine, il indiqua dans le plan qu'il fallait placer les troupes sur la muraille, afin de forcer l'ennemi à se diriger vers la porte d'entrée en gardant de solides défenses. Pour les attirer plus facilement, la porte ne serait pas renforcée...et il pourrait également être possible d'agir de façon naturelle...a savoir ouvrir les portes et placer des piquiers en rangs serrés pour cueillir la première charge mais cela restait à voir. Dans la zone derrière la porte, et le plus possible, il était nécessaire de disposer les sacs de farine. De préférence, il fallait les lâcher dés que l'armée chargeait, pour relâcher un peu plus de farine et qu'elle soit éparpillée. De par les informations qu'il avait glané du livre de Arcana Maëlstrom, quelques magiciens de feu seraient très efficaces en plus des flèches enflammées des archers. Plus grand garantit de réussite et plus de puissance.

Ceci était la première partie du plan. Bien sûr, les troupes présentes sur les lieux seraient prévenues. Il était clair que cette tactique pourrait faire de grands dommages collatéraux...mais la pensée de la mort ne lui traversait pour l'instant pas l'esprit. Car la victoire était un prix bien trop brillant, masquant les aspects sombres de ce qui allait advenir. Théoriquement, un grand nombre de sacs de farine ferait l'affaire. Peut-être de l'ordre d'une centaine...si ce n'est plus, il laisserait la décision à son Roi, même si il préconisait d'en prendre le plus possible, même si cela impliquait de taxer un peu sur la production de la nation et donc sur la nourriture (De toute façon ils perdraient d'autant plus si Detrots tombait).

Si il y avait des restes, ils pourraient toujours réitérer l'opération en assignant des pégases ou quelques jeunes dragons...non, quelques jeunes dragons à ces restes de farine. Car ces jeunes dragons pourraient larguer les sacs par surprise directement sur les ennemis s'attroupant encore à l'entrée pour investir la ville, et leur souffle enflammé permettrait de les faire exploser directement, accentuant encore les dégâts. Par la suite...il avait déjà lu ça quelque part, sûrement dans un roman, mais de l'huile bouillante serait peut-être une bonne idée, à déverser dans les rues, pour empêcher ou ralentir la montée des troupes. Décidé, il nota l'idée également sur le troisième papier dont il usait alors que le soir commençait à tomber et que la lune laissait paraître son pale visage.

Cela était déjà assez complet...mais il se demanda ce qui pouvait arriver d'autre. Après tout, c'était l'empire solaire. Et puis il y avait toujours la possibilité pour les pégases et autres troupes aériennes de passer outre leurs défenses terrestres et les flèches. Si ils étaient pris à revers dans leur propre citée, étant donné que le plus gros des troupes sera d'abord à l'extérieur, avant de se retirer petit à petit pour les attirer dans les pièges successifs, cela serait un désastre.

Les souvenirs des bâtiments de Detrots lui revinrent. Ceux-ci étaient assez rapprochés...et il y avait souvent des demoiselles accrochant le rare linge à sécher sur des fils reliant deux bâtiments se faisant face. Voilà une idée...serait-il possible d'accrocher des filets en corde simple entre les bâtiments pour gêner les forces aériennes ennemies? Eux ne comptaient pas sur l'aérien pour aider au sol...alors il était possible que cette idée ne se retourne pas contre eux. Aux endroits sensibles, une succession de filets à la verticale, puis à l'horizontale...de façon à alterner entre les deux dispositions. Cela pourrait gêner considérablement, surtout dans les rues, il y aurait une difficulté à aider les troupes au sol.

Mais il y avait aussi autre chose. L'Empire Solaire était assez riche, c'était la haute noblesse, Canterlot la légendaire capitale d'autrefois. Ce n'était pas rien. Et il y avait de nombreuses indications comme quoi leur avance en matière de zeppelins n'était pas quelque chose à prendre à la légère. Était-il possible qu'ils tentent d'user de zeppelins de guerre? Ou quelque chose comme cela? Comment contrer de tels appareils aériens? Se mettant à farfouiller dans les rayons, il finit par trouver un essai sur la technologie au service de l'industrie aérienne...il était ancien mais il avait le mérite d'au moins indiquer les bases.

Renforcer la structure, et notamment le ballon, semblait induire des complications sur la capacité de l'appareil, bien qu'il semblerait que le transport de bombes artisanales, voir l'appareillage de groupes d'archers soit une possibilité réalisable. Bon...contre cela, il avait eut l'idée de harpon. Des balistes auraient été efficaces, mais il avait bien plus confiance en un groupe de pégases qu'autre chose pour ce travail. Le tout serait d'avoir un harpon assez long pour être porté par plusieurs pégases...un bélier pointu même. La difficulté se trouverait être de charger dans le ballon et le espérer percer l'armature, mais il ne voyait pas d'autres possibilités pour eux, qui ne possédaient pas la technologie qui pourrait rivaliser avec une telle arme de guerre, si elle existait.

Pour accompagner ce brouillon, ce squelette de stratégie, le jeune nécromancien préconisait d'user de la discrétion et du caractère étroit des rues afin de tenir au mieux face à l'armée ennemi. Une partie des troupes étant sur les remparts pour la première partie, il était nécessaire qu'ils retiennent l'ennemi le plus longtemps possible...d'autant plus si il y avait la possibilité d'amener des renforts de la ville de Pretuskria. S'écroulant sur sa chaise, entouré d'une citadelle d'écrits érudits il fixa l'extérieur. Il faisait déjà nuit...et il s'était endormit alors, prenant un repos bien mérité.

Dés le lendemain, il fut réveillé par l'agitation qui prit le palais. Tout le monde s'affairait à préparer le départ pour Detrots. En se levant subitement sans vraiment savoir le qui du pourquoi du comment, étant donné qu'il n'avait dormit que seulement six heures, il s'obligea à se préparer. Prenant un manteau gris à capuche qu'il s'était offert de par ce qu'il gagnait doucement en travaillant pour le Roi, il prit tous les documents qu'il avait écrit avant de sortir en trombe de son lieu de travail. Autour de lui des discussions, murmures et rumeurs parfois. Apparemment des troupes étaient partis le jour d'avant vers Pretuskria...

Soudain il se souvint que le Roi Sombra lui avait conseillé d'user d'un dragon messager pour lui faire parvenir les informations rapidement. Maintenant qu'il était debout et comme ils étaient proche de partir, lui remettre tous les documents en sabot propre semblait être la meilleure des choses à faire. Se déplaçant rapidement vers la chambre du roi, il attendit que ce dernier sorte avant de lui remettre les papiers en s'inclinant. Pressé, il se mit à les feuilleter avec intérêt. Le suivant de près...il espérait qu'il lui ordonne de venir. Son coeur palpitait à la fois de peur et d'excitation. Cette attaque serait l'occasion...qu'il se trouve lui même, et qu'il montre à son Roi que les espoirs qu'il plaçait en lui étaient loin, très loin d'être trahis.

Alors qu'ils rejoignaient les troupes sur le départ, la sombre licorne lui indiqua qu'il pouvait venir, il devrait jouer un rôle dans la bataille à venir et faire en sorte que le plan se déroule comme il allait être convenu pendant le trajet...Et comme il l'avait écrit sur ses papiers. Joyeux comme tout d'être choisit pour ce combat, mais à la fois effrayé par la tempête s'annonçant à l'horizon, il remercia son roi, qui conclut leur courte discussion en le conseillant. Soit une ombre insaisissable avait-il dit. Ne cherche pas à frapper fort, mais à frapper juste. Faufile toi, dévoile toi avant de retourner dans les ténèbres et n'entre dans la mêlée que si tu ne peux faire autrement. Tels avaient été ses mots.

Profitant des derniers temps de préparation, il avait donc prit congé de son seigneur pour aller chercher quelques ouvrages dans la bibliothèque. Notamment celui du maître archer, qu'il allait lire en compagnie de ceux en charge des groupes d'attaque à distance afin qu'ils ne commettent aucune erreur au moment d'enflammer les flèches de leur contingent. Revenant alors que l'armée commençait à partir, il vérifia également la quantité de farine récupérée. Il y en avait pour au moins bien plus que ce qui était prévu...peut être même deux centaines. Il s'installa donc avec les archers, afin de leur faire part de la manière la plus efficace pour le plan qui allait être mit en place...

~~~~~~

Et à présent ils approchaient de la ville. Bien que la nuit empêchait d'y voir clairement et que la couverture de nuages au dessus d'eux était un voile masquant l'éclat de l'astre lunaire, les feux de la ville et son ombre inquiétante dans la pénombre étaient bien visibles. Lui avait terminé de voir avec les bataillons d'archers le plan, et il avait réussi à se faire plusieurs amis dans leurs rangs...enfin, il pensait que le fait de se faire moquer pour être assez frêle et se faire frotter la tête comme un vulgaire enfant en étant appelé "Minus" était un bon départ.

L'armée s'installa rapidement, les troupes prirent places sur les murailles et dans les rues. On installaient les sacs dans les maisons près de l'entrée de la ville, on cachait les filets en cordes là où ils devraient être installés. Car ils seraient installés dés que la charge ennemie serait lancée, empêchant ainsi que cette tactique soit découverte avant l'attaque. On revoyait le plan qui avait été communiqué. Pour sa part il s'installa avec les troupes un peu plus en hauteur, celles qui devaient installer les filets et faire couler l'huile bouillante quand l'armée commencerait à gravir les ruelles. Au loin, près de la ville, l'ennemi campait. Le jeune bibliothécaire avait une belle vue, à partir d'un toit d'une maison, sur tout ce qui allait se passer.

Pourtant...pourtant son coeur se serrait à la pensée du petit matin. Quelque chose lui soufflait à l'oreille que la réalité allait l'écraser de toute sa force et le faire sombrer plus encore. Que son espoir serait miné, détruit, explosé. Mais il n'écoutait pas. Pas encore; il n'y avait que la victoire qui comptait.


Le soleil se leva. Pourtant on ne le voyait pas, car les nuages étaient restés là comme un troupeau de mouton gris annonçant le désastre. Pas de pluie, mais l'atmosphère était lourde de l'attente du sang et des cris. Tous retenaient leur souffle en voyant la grande Celestia virevolter au dessus de ses troupes, semblant leur parler...faisait-elle un discours? Cela avait l'air d'être le cas. De son point de vue perché, Scaredy Cat pouvait la voir, majestueuse dans son armure, entrain d'haranguer ses soldats sous elle. Cela prit une minute. Et cette minute passée...la charge fut lancée. Dés lors il donna les directives :

-Vite! Prenez les filets et commencez à les porter aux endroits prévus à cet effet. Le Roi veut des filets tendus sur les quartiers supérieurs au niveau de la zone 2, juste derrière les chaudrons d'huile et un peu plus en arrière également! Dépéchez-vous! Toi, va prévenir ceux en charge de l'huile, elle doit être bouillante avant qu'ils n'arrivent!

Fébrile, son regard se tourna rapidement vers l'armée qui dévalait vers eux. Un rayon vint lui faire plisser les yeux...alors c'était ça, la force d'une alicorne? Effrayant. Il ne donnait pas cher des lanciers qui avaient été placés à l'entrée de la ville. Bientôt les solaristes furent entré. Avant qu'ils n'arrivent les sacs devaient avoir été lâchés...et étrangement, toute l'armée adverse se dirigea vers la brèche de l'entrée. Il n'y avait même pas eu besoin de ceinturer les murailles des archers et des lanciers au final...? Tout de même, ils avaient pour ordre de tenir leur position, on ne savait jamais.

De là où il se trouvait, il reçu le flash lumineux en plein visage, ce qui lui valut de s'écrouler au sol en se frottant la cornée comme un fou furieux tant cela faisait mal. Non mais, on pouvait être princesse du soleil, mais au point de faire des flash comme si elle était une bombe de lumière artisanale vivante...c'était un peu fort! Toujours est-il que quand il se releva, les yeux pleurant encore de cette attaque, il put voir les troupes à l'entrée de la ville. De derrière lui et des murailles proches de l'entrée, des traits enflammés parurent avant de redescendre; l'enfer suivit.

Sous ses yeux une scène des plus aberrantes. Du haut de son toit il vit les flammes s'élever vers les cieux, comme d'infâmes monstres sortant des abysses, des serpents portant la mort comme seul étendard. D'un coup d'un seul, ce qui avait été pour lui le début d'une noble bataille se transforma en cauchemar. Et il avait un nom : Réalité. En contrebas, il vit des formes disparaître, englouties par cette déflagration de l'ordre d'un quartier entier. La force fut telle qu'on entendit ce qui semblait être une explosion, comme si un démon hurlait alors qu'il s'était libéré des chaines de sa prison.

Et avec lui, une chorale bien plus effroyable. Les hurlements de douleur de ceux qui avaient subit ce piège. Dans l'air, même de là où il se trouvait, il sentait cette fragrance abjecte : La chair brûlée. Mais pour lui le temps était figé, rien ne bougeait plus, il n'y avait que ces flammes qui n'étaient plus, comme des apparitions. Pour lui...c'était lui? Qu'avait-il fait? Il avait participé à cela, c'était lui qui avait conseillé que cela soit mit à un seul endroit pour faire...des dégâts.

S'écroulant littéralement, les quatre sabots repliés, il ne savait plus où il en était. Responsable. C'était un véritable massacre, une horreur réelle. Réelle...la réalité. Était-ce là la réalité de la guerre? Voilà pourquoi le Commander Hurricane indiquait dans son oeuvre que l'esprit devait être plus fort que la réalité? Alors c'était pour ça qu'il avait travailler? Apporter la mort...il avait aidé à ce que des gens meurent.

Sous ses yeux...sous ses yeux il y avait le résultat de ce qu'il avait fait. Encore un peu et son repas du matin allait reparaître devant lui. Son imagination travaillait pour une tâche bien sordide : Qu'avaient-ils ressentis? Les flammes léchant la peau, celle-ci brûlant, la chair et le sang révélés tous deux, les liquides vermeils suintant...l'enfer. En contrebas, c'était l'enfer.

Finalement il se reprit, se releva. Malgré la peur qui lui susurrait de laisser tomber, qu'il avait encore fait quelque chose d'impardonnable, qu'il n'était bon qu'à être un démon et qu'il devait s'éloigner de toute vie, toute civilisation, il rejeta cette possibilité. Quelqu'un, des personnes croyaient encore en lui. Pour ne pas trahir ceux qui avaient confiance en lui il ne pouvait pas reculer. Bien que cela lui retournait le coeur et l'estomac, il ne pouvait pas fuir cette réalité. Non...il ne devait pas la fuir! C'était ce que lui avait craché la nécromancienne à la figure, la première fois. On ne peut pas toujours fuir.

Alors il allait accepter le fait. Oui, il était responsable, et il ferait face à ses responsabilités quand à ce massacre. Bien qu'il ne soit pas l'instigateur direct il était complice...et il sentait que si il était encore là après cette bataille, il serait obligé d'affronter ses remords. Le souvenir de tous ceux qui ont dû mourir...et tout ceux qui mourraient encore. Insupportable idée. Serrant la mâchoire, il descendit de son toit. Pendant qu'il était dans ses pensées, on lui apprit que Shade était passé par là et qu'elle avait déjà donné l'ordre de faire couler l'huile dans les rues. Tant mieux, ils ne perdraient pas de temps. Derrière les chaudrons renversés, on commençait déjà a étendre les filets.

-Oui! Étendez les comme cela, alternez entre une position verticale et horizontale...oui voilà, comme ça! Maintenant faites ça pour le plus grand nombre de rues possibles avant de rejoindre les autres en contrebas pour combattre!

Celestia avait parlé aussi, entre temps, mais il n'avait pas fait attention. Dans une situation pareille on ne pouvait porter son intérêt sur tout, d'autant plus que la panique était comme un boulet qu'il traînait derrière lui. Les troupes restantes avaient bien entamé leur travail. Ainsi, toute une partie des quartiers supérieurs de la ville possédait d'immenses filets en cordes étendus, gênant toute personne étant capable de voler et forçant quiconque à faire du rase motte...permettant ainsi aux troupes au sol d'attaquer les voltigeurs qui tenterait d'aider leurs alliés au sol.

Déjà les troupes commençaient à monter, même si il entendait des cris en contrebas. L'huile semblait faire effet, brûlant les sabots, les faisant hésiter à grimper. Après tout, il les comprenait, qui oserait encore charger après avoir fait les frais de deux pièges? Ils devaient certainement s'attendre à ce qu'il y en ait d'autres, et ils n'avaient pas tort. Décidant qu'il avait fait ce qu'il avait à faire en terme d'organisation, et tandis que les troupes se préparaient à recevoir les solaristes en approche, il se mit à suivre les conseils de Sombra.

Vif et insaisissable, son manteau gris sur ses épaules et sa capuche bien mit sur sa tête, il était comme une ombre étrange, passant de ruelle en ruelle, se cachant parfois en longeant les bâtiments, se cachant derrière les poteaux pour observer des combats. Son esprit était fermé à ce qui arrivait...ses sentiments ne devaient pas l'empêcher d'agir pour la victoire. Mais cela était si dur, alors qu'il voyait bien que les solaristes ne cherchaient même pas à les tuer tandis que les pledgiens tuaient sans même y réfléchir.

Tout ceci était bête...la guerre était une chose bête. Serrant les dents, il ne pouvait que regarder ce sang et entendre ces cris et les lames s'entrechoquant. Face à lui, alors qu'il sortait d'une rue annexe, il vit un pledgien tombant face à un solariste. Celui-ci s'apprêtait à le mettre hors d'état de nuire en le frappant avec la garde de son arme. Fermant les yeux et dressant son collier devant lui, il vint chercher au fond de lui la sombre magie nécromante.

Dés lors, une sphère noire comme la nuit vint frapper le terrestre solarien, résultant dans le fait qu'il tomba à terre lourdement. Il était déjà blessé, alors une attaque avait suffit à le mettre à terre...il ne devait probablement plus avoir de force. S'apprêtant à partir, il vit que le pledgien se relevait, sa hache bien axée. Tentait-il de le tuer alors qu'il était à terre? Non. Non il ne pouvait pas l'accepter! Sortant des ombres, il courut alors et se mit entre le soldat de l'armée des ténèbres et celui de l'armée solariste. Fixant le soldat droit dans les yeux il siffla entre ses dents :

-Vous perdez votre temps soldat, achever l'adversaire fait perdre du temps. Trouvez un clerc et repartez au combat! Je me charge de l'achever.

Bien qu'hésitant, le soldat un peu hagard décida de l'écouter. Un soupir soulager s'extirpa de sa bouche quand il partit...mais déjà d'autres soldats pledgiens accouraient, sûrement pour attaquer les solaristes par une autre rue. Se tournant vers le soldat solariste encore à terre, qui semblait toujours conscient, il invoqua une dague d'os, en tenant son catalyseur devant lui. Jamais...jamais il ne serait un assassin. Et jamais il n'accepterait d'être directement un assassin! Il se pencha alors vers le terrestre en armure étincelante mais maculée de sang et lui murmura :

-Faites le mort.

La dague se ficha juste à côté de son cou, alors que tous les pledgiens passaient en trombe, ne s'arrêtant pas car pensant tous qu'il venait d'achever un ennemi. Mais il ne l'avait pas fait. Non...durant cette bataille il ne tuerait pas. C'était une promesse qu'il se faisait. Guerroyer était quelque chose d'horrible, toute la réalité de la guerre s'était révélée à lui, et il était sûr d'une chose : Ce n'était pas pour lui. Ou tout du moins, cela allait lui compliquer la vie, lui qui se jurait à présent de ne jamais tuer quelqu'un.

Déguerpissant rapidement, il espérait secrètement que le soldat adverse a qui il venait de sauver la vie allait s'échapper, fuir et se porter en blessé. Tout le monde n'avait pas à mourir...bien qu'il comprenait que si il se trouvait là, c'était avant tout pour ses convictions. Il se battait pour quelque chose, il croyait en quelque chose. C'était cela qui était triste. Mais il sécha bien vite les larmes qui coulaient sur ses joues. Redevenant l'ombre que son Roi souhaitait qu'il soit, il continua à parcourir les rues des quartiers inférieurs.

En gravissant les marches d'une bâtisse pour atteindre les toits, il fut attiré par une forme, aussi discrète, qui parcourait les rues en contrebas. S'accroupissant, rampant presque vers une fenêtre, il observa cette ombre encapuchonnée...que faisait-elle avec les murs? Puis soudain, elle grimpa avec agilité à une gouttière pour atteindre le balcon du bâtiment d'en face. Des pégases de son armée passèrent par là, ne repérant pas l'ombre cachée dans le bâtiment. Profitant de l'ouverture, cette dernière se mit à descendre dans la rue, désormais chaussée pour éviter de se brûler les sabots. Cette idée était ingénieuse, ça il ne pouvait dire le contraire.

Décidant de la suivre, il continua, en traversant les bâtiments, sautant parfois de balcons en balcons pour garder sa trace. C'est alors qu'il vit Shade, resplendissante dans son armure, qui s'approchait de la forme. A vrai dire, il l'observait tandis qu'elle semblait...en fait il n'en avait aucune idée. C'était comme si elle préparait quelque chose. Mais Shade approchait...et il avait une intuition étrange. Peut-être que cela ne serait pas de trop, si il apportait son aide.

Brandissant son catalyseur, il vint chercher l'énergie requise pour invoquer une maladie. Là...quelque part, cette magie pâteuse et mesquine, capable du pire, de se répandre. En canalisant sa magie, il parvint à concentrer toute cette magie vers la forme. Celle-ci allait se prendre une belle inflammation musculaire, touchant principalement les pattes et les ailes. Cela n'était pas grand chose, mais avoir des douleurs à chaque fois que l'on fait un mouvement devrait la gêner si elle devait fuir ou se battre au corps à corps. Car après tout, son comportement semblait celui de quelqu'un en mission furtive, il ne fallait pas qu'elle s'échappe.

Après avoir lancé cette maladie sur la pauvre personne acculée dans la ruelle, il disparut à nouveau dans le bâtiment. Cela faisait à peu près cinq minutes...environ. Normalement les restes des sacs devaient être en place. Descendant du bâtiment, remontant la ruelle à toute allure, il finit par rejoindre les quartiers supérieurs. Des groupes se battaient déjà à la limite de ces quartiers, près des filets tendus et des chaudrons renversés, mais il passa rapidement sans jeter un oeil. Là, à l'ouest, dans le jardin abandonné, il y avait un groupe d'une vingtaine de jeunes dragons, tous portant des sacs de farine. Exténué, il leur rappela leur mission :

-Bien, vous êtes tous là! Vous devez voler à vive allure et porter ces sacs à l'extérieur. Lâchez le tout sur les troupes de l'ennemi qui se trouvent encore à l'extérieur ou bien à l'entrée de la ville et soufflez sur la farine en suspension! Pour cela, la plupart d'entre vous s'occupera de la farine, le reste arrivera directement derrière et l'enflammera. Compris? Allez-y!

Sur son ordre, ils s'envolèrent aussitôt, avant de partir à tire d'aile vers l'entrée de la ville, là où les solaristes continuaient d'affluer. Scaredy Cat essuya une goutte de sueur qui passait sur son visage avant d'entrer dans une bâtisse vide pour rejoindre le toit. Arrivant ainsi en hauteur, il observa l'action des dragons qui étaient arrivés à leur destination en peu de temps. Forme habillée d'un manteau gris et encapuchonné, il observait l'opération à partir de ce toit.

En contrebas, la première vague de dragon déchira les sacs et laissèrent choir la farine. Les soldats solaristes eurent quelques secondes pour réagir tandis qu'ils voyaient cette espèce de neige étrange tomber...on pouvait faire un coup une fois. Mais la deuxième fois, il fallait être rapide. Ainsi, alors même que les soldats ennemis devaient commencer à passer le mot de se mettre à couvert, trois dragons suivant leur camarade crachèrent leurs flammes.

A nouveau, le feu s'éleva un peu dans les airs, et on entendit les cris de douleur de ceux qui venaient d'être brûlé vifs. Cela ferait assez de dégâts pour ralentir le reste des troupes et occuper en grande partie leurs clercs. C'était bien...ils parvenaient à tenir le front et les rues. Les quartiers supérieurs étaient pour l'instant encore inaccessible. Pourtant...encore une fois, des personnes avaient souffert et il avait porté un sabot à son coeur. Celui-ci pulsait vivement, se tordait et il peinait à retenir les larmes de douleur qui pointaient sur son visage. Trop empathique, il ne pouvait que souffrir pour ceux qui subissaient leur plan. Mais il ne devait pas encore pleurer pour leurs ennemis. Séchant à nouveau ses larmes, il se prépara à redescendre du toit pour redevenir une ombre vive et insaisissable, tandis qu'il observait ce trou dans les cieux d'un air circonspect.
Revenir en haut Aller en bas
Reverse Song
avatar
Dark Pledge

Messages : 921
Age : 23

• Votre personnage •
Race: Licorne
Niveau: 29
Expérience:
179/380  (179/380)

MessageSujet: Re: [Raid Solariste] Pour La Lumière!   Ven 31 Juil - 20:04


Raid -

Les cloches sonnaient. Au loin, dans une tonitruante alerte, elles sonnaient, vives, grandes, puissantes, écho d'une guerre déjà entamée. Cela était prévisible, et il était d'ailleurs étonnant qu'une attaque directe n'ai été faite plus tôt, tant la rumeur du DarkPledge était hostile, fourbe, malsaine ; de son roi tyrannique qui avait provoqué, il y a de çà, ce qui lui semblait des années, la rupture du pacte. Cible tortionnaire, la reine de la nuit avait déjà imposé son fer sur la ville de part le chantage et le kidnapping, appuyant, creusant la faiblesse du roi maudit, devenu si doux, si mou, qu'il en était aussi risible qu'un chaton minaudant. Et désormais, sa sœur, astre céleste du feu et de la lumière, était à leurs portes.

Il y avait, en cette famille d'alicorne, quelque chose de tendancieux, de méprisable, qui donnait à son corps une pulsion noire d'excitation et de colère. Chacune semblaient prétendre à une justice, à une égalité. Aider les faibles, ceux n'ayant aucun potentiel, pour en faire une armée de cœur, voilà où en était leur adage. Et de leurs soldats, certains n'étaient que des paysans vêtus d'armure, tremblant une épée à la main comme des enfants ayant le tract pour le grand spectacle.
Risible.

Couchée sur les hauts murs du château, tel un chat errant n'ayant que faire du bien d'autrui, elle scrutait l'armée lointaine qui sonnait cors et fanions d'or, dubitative. Plus ou moins égale en nombre à celle du DarkPledge, elle était cependant plus fournit en licornes, au même titre qu'ils étaient plus forts en dragons. De leur armure reluisante, des écus d'argent et des bâtons divins, il n'y avait là plus qu'une masse informe de couleurs chatoyantes, nobles et profondément exécrables.
Combien de kilomètres avant que les soldats n'atteignent les portes de chêne ? Combien de temps avant que ne balaye la mort de ses serres et de ses griffes ?

Trop peu.
Et pourtant, déjà, l'excitation de la violence la gagna, comme un serpent courant le long de son dos en un sinueux pressentiment. D'un saut vif, elle regagna les roches solides des ponts-tourelles, qu'elle s'empressa de parcourir. Detrot était une ville colline, véritable forteresse de roches et de terre, qui dominait la place comme un aigle sur son arbre. Il n'y avait que peu de sorties, et bien trop d'entraves pour fuir avant le premier sang. Quant à se cacher, il était à prévoir nombreuses destructions et mise à l'épreuve. Non. Elle n'avait pas le choix. Elle devait se battre. Elle devait prendre les armes au nom du DarkPledge, au nom -elle déglutit a cette idée- de Sombra. Croiser le fer et les sorts jusqu'à ce que le soleil se couche pour l'un des deux royaumes, nourrissant la terre de ses morts et de sa colère.

Pénétrant dans les larges couloirs de marbre aux étendards de rouge et de noir, elle continua sa descente, bien trop lente à son goût, jusqu'aux quartiers forgerons. Véritable fourmilière, il n'y avait jamais eu autant d'animation en ces lieux, d'habitude rythmée par les lents coups de marteau. Chaque soldat de ce bas monde venaient quémander épées et boucliers, cuirasse et heaume, lances et plastrons, dans la panique qui sied si bien aux grandes batailles. On hurlait des ordres, on courait d'une enclume à une autre, d'un four à un moule, coulant les métaux dans la chaleur exténuante du travail. A de nombreuses reprises, on l'a poussa, sans une excuse, sans un regard, comme un chien perdu au milieu d'un marché de parasites.

Et puis, enfin, quand le flux principal gagna les rangs extérieurs, on se préoccupa d'elle. Nécromancienne d'état, une armure au corps a corps, lourde, lui aurait été inutile. Il en été sans compter son aspect général, frêle, pas franchement fait pour les cuirasses de fer et d'acier. Ainsi, on lui donna, par-dessous sa veste de fourrure, un plastron d'acier léger, dont la limaille semblait écaillée a certains endroits. Plutôt souple, les articulations suivaient avec aisance ses mouvements, renforcées par d'épaisses boutades d'argent, tandis que les écailles métalliques se laissaient couler le long des pattes avants et arrières de la femelle, se terminant par un semblant de botte, dont les picots pouvaient aborder de violents coups si le corps à corps était de mise.

Quant à sa tête, dont la corne recourbée ne facilitait pas la tâche, elle hérita d'une barbute spéciale, longeant sa nuque en plusieurs couches articulées, et dont le trou frontal permettait, dans l'absolu, le passage de l'excroissance osseuse. La visière était plutôt large, ne lui bloquant qu'un moindre pourcentage visuel, laissant le champ libre à sa vision directe. Quoique gênée par ce soudain poids, il ne lui fallut que quelques minutes, longues et tendues, pour s'adapter parfaitement à sa nouvelle armure. Son écharpe, qui avait été laissé libre à sa demande, fut cloutée en sa terminaison par d'épais monceaux d'acier, probables résidus des nombreuses fontes.

Une simple ceinture fit office sur sa taille brisée, dont elle arma le coutelas d'argent et d'ivoire, précieuse arme de secours dont, depuis quelques temps, elle n'avait que sous-estimé l'utilisation. Un bref regard fut preuve de remerciements, et, d'un pas plus léger qu'elle ne l'aurait cru, elle sorti de la dédale de forges et d'ouvriers en sueur. La bouffée d'air frais la fit frissonner quand elle gagna enfin l'extérieur du cœur, humant avec un certain plaisir la peur des uns et la détermination des autres, dardant avec fierté l'étalage des deux puissances opposées. Et déjà, au loin, on entendit les premiers hurlements solaires, le tapage des explosions et des injures subites.

De toute évidence, les premiers lâchers de farine avaient été un succès. Après tout, peu de gens se doutaient de la dangerosité d'un élément si anodin, et donc si abondants, dans les chaumières. Pourtant, extrêmement volatile, chaque particules en suspension devenaient un combustible précieux, donnant, au contact d'une flammèche, soudaines langues de flammes, explosant à tout va comme la pire des bombes artisanales. Et le massacre ne s'arrêtait pas là, au grand damne de la chair à canon qu'était le front.

Au loin, une voix claire ordonna de couler les chaudrons d'huile bouillante dans les basses ruelles en pente de la ville, bloquant les entrées à ceux qui avaient le malheur de ne pas porter de gantelets ou de bottes, grillant, tuant les pions en contre bas de la forteresse. Probablement Detrot n'était pas la meilleure des villes à attaquer, tant sa position géographique était un avantage. Et si tout se devait d'être joué sur cette simple tactique, il y avait fort a parier que l'astre solaire pleurerait la perte de sa reine.

Pourtant.
Pourtant il y avait un fossé entre la théorie et la pratique.

Les premières attaques avaient été lancées avec succès, et déjà, pénétraient les falchions ennemis, éventrant les rangs sombres de leur éclatante lumière ; tandis que s'élevaient dans les cieux les pégases acerbes.

Nouvel ordre, voix d'une princesse bien trop imbue de sa personne aux yeux de la nécromante. ; nouvel accord. Et d'un même bloc se souleva entre les bâtiments d'épais filets aux maillages serrés, différant par leur taille et leur angle en un véritable mur anti-aérien. Certains, horizontaux, empêchaient les piqués, d'autres, verticaux, les dash de vitesse pour décimer les troupes plus lentes. Et tous, sans exception, étaient  à la hauteur idéale, laissant aux terrestres la possibilité de se déplacer et de sauter sans entraves, obligeant les ailés à faire du rase-motte, véritables proies faciles pour les lames ennemies.

Les premiers morts gisaient à terre, de toute nation et de tout rang, acceptant la mort comme une amie juste et serviable, les abandonnant à la souffrance et aux martyrs des perdants. Les combats, véritables mêlées confuses, implosaient à la frontière de la ville, certains pénétrant les rangs ennemis avec la rage du Bersek, avant de tomber en héros anonyme et déjà oublié. Et les cloches sonnaient, interminables, au rythme des détonations et des cris, des lames et des grondements : tandis que les massifs dragons survolaient de leurs bombes et de leurs flammes les rangs ennemis, décimant, éventrant chaque être comme s'il s'agissait d'un simple champs de blé.

La terre était devenue rouge de sang. Les cieux, noirs de cendres. Les pavés d'écarlate étanchaient leur soif dans les égouts, eux aussi huileux, n'attendant que quelques vagabonds solaristes pour brûler de toute leur rage. Et dans un tumulte confus, tous dansaient, mascarade interminable de coups et d'estocs, de feintes et de parade.

De son estrade de pierre, dardant son regard inquisiteur sur le déroulement de la mêlée, la femelle d'obsidienne et d'or était tel un faucon prêt à fondre sur sa proie. Sur cet agneau aux ailes délicates et à la corne biaisée. Sur cette alicorne de lumière et de pitié, dont l'air sévère n'indiquait qu'une des plus grandes déterminations qu'il puisse exister en ce monde. De toute évidence, la tête de Sombra était mise à prix, et, fuyant, lâche, ou bien fourbe et sournois, il s'était caché dans les dédales, empêchant la reine d'ivoire de s'envoler sur certains quartiers.

Quelle était donc cette stratégie ? La faire s'exténuer inutilement ? A quoi bon, il en serait de même pour lui ; et de son armure et de son arme, il était fort a parier que tout deux étaient des âmes de combat rapproché, celles qui épiaient les mouvements des uns pour en détruire les autres, de leur épée ou de leur hache, cuirasse brillante sous la percée solaire qui baignait la place centrale de la ville.

C'était stupide. Mais son amertume pour le roi des ombres n'était plus à prouver. Qu'importe sa stratégie, elle trouverait, de toute façon, toujours à redire. Et il n'y avait pas mieux qu'une guerre pour prouver sa complaisance en la matière. La voix sifflante en ses pensées, véritable serpent aux crochets acerbes, ne cessait de quémander, de supplier, qu'on laisse la princesse et son roi dans ce monstrueux bal. Les laisser se corrompre, se dévorer, s'adorer, jusqu'à ce que leur sang se mêlent en une vague opiacée de dégout et d'horreur.

Mais.

Mais Sombra était sien.
Sombra était son roi. Celui qu'elle haïssait. Celui qu'elle jaugeait. Celui qui obnubilait ses pensées haineuses en un torrent de violence ; ses gestes en une fourberie de grande ampleur. Le tuer. Le dépecer. Et faire de sa peau la plus belle des victoires.
Sombra était son roi. Sombra était sa proie.
Et aucun chasseur digne de ce nom ne laisserait son trophée aux griffes d'un autre prédateur, ne récupérant que les miettes et donc, aucune fierté en son geste.

Alors, d'un calme remarquable pour la situation, contrastant à merveille avec le monde de chaos qui l'entourait, elle descendit l'escalier de pierre brute, n'ayant que faire des duels à ses côtés. Les soldats avaient bien trop à faire pour s'occuper d'elle, véritable ombre dans ces dédales ; quant aux soigneurs, sa simple présence laissait un doute patois en leurs yeux. Elle n'attaquait pas. Elle ne fuyait pas. Elle  ne se défendait pas. Comme une tâche de gris entre les deux encres se mélangeant, emportant le noir et le blanc en d'immondes arabesques de mort.

Placée dans la nuit d'une ruelle, en arrière de sa Majesté -car il n'y a aucun honneur à faire face à l'autre, n'est-ce pas?- elle contempla un bref instant la femelle au crin aérien, dansant aux couleurs de l'aube.

Elle était là, baignée d'un rayon de soleil. Merveilleuse. Chatoyante. Dans son armure, certainement lourde au vu de sa carrure de titan, ordonnant à son roi de se montrer. Et, à vrai dire, elle aussi avait hâte qu'il daigne pointer son museau. Avec un peu de chance, elle pourrait, sans nul doute, lui mettre une ou deux taulées par mégarde. Ils étaient en guerre après tout, les erreurs pouvaient arriver.
Et plus vite qu'on ne le croit.

D'un mouvement ample de tête, laissant rouler sa corne dans l'air, elle décrivit un arc de cercle, murmurant diverses incantations, qui frappèrent sournoisement la reine d'été. Ce n'était presque rien à vrai dire. Mais ses articulations se feraient lourdes, comme si le poids de son attirail était devenu soudainement encombrant, gênant ses mouvements, éreintant sa peau, crispant ses muscles. Une malédiction d'agilité, de mouvements, qu'importe le nom donné, était toujours bonne à prendre face à la puissance royale. Dotant plus quand celle-ci s'octroyait le plaisir d'une paire d'ailes.

Cependant. Il n'était pas à sous-estimer le céleste postérieur. Idiot aurait été de venir seule, et la femelle d'obsidienne s'attendait à un quelconque soutien, soins d'un clerc, profitant alors de l'aubaine pour annihiler ses possibles morts ; bénédictions pour contrer son propre débuff, ou bien, l'imiter en une malédiction. Tout était possible.
Et pour tout, dire, Reverse s'en contre fichait. Elle avait, il lui semblait, assez d’expérience de combat pour maitriser un adorateur de la lumière, pour ne pas dire un fanatique, de ses sorts d'ombres et d'os.

Et d'ailleurs.
Un mur de tibias et de crânes, pointu en son sommet, mais facilement franchissable pour un poney ayant toute son agilité, s'érigea face à la reine, se recourbant sur une partie de ses flancs, lui coupant la vision d'un possible Sombra en action. Ce n'était, pour l'instant, pas sa préoccupation principale, n'est-ce pas ? Il y avait tellement plus à faire avec la Nécromancienne.

- Pas vraiment seule je suppose, hum ?

Sa voix, monotone, faible, presque blasée, fut presque couverte par le chaos environnant d'une bataille sans merci. Elle fit un pas, puis un deuxième, hésitant presque sur les possibles dangers de sa vision périphérique, tandis que son écharpe cloutée s'éveillait tel une vipère aux crocs d'acier, crispant l'air de son impatience. A tout moment, a toutes directions, elle s'attendait à voir débouler un quelconque renfort, un piège ou n'importe quelle autre potentielle menace.

Alors, d'un mouvement beaucoup trop naturel, elle fit sortir un second ossuaire, prenant de cette hideuse main une lance qu'elle enchanta de suite d'un sort de glace. Un seul coup permettrait non seulement de percer quelques défenses -et dieu qu'elle espérait que les armures n'étaient pas si résistantes que ça- mais aussi de figer l'épieu d'ivoire de par le gel, entravant de nouveau les mouvements d'une reine déjà gênée.

- Joli discours ceci dit. J'ai faillit lâcher une petite larme, commenta t'elle ironique. Vous auriez tellement plus à gagner en terrassant les faibles, plutôt que de vous fixer sur cette prétendue frontière du bien et du mal...

Et d'un accoue formidable, son écharpe gantée propulsa la lance en direction de sa royauté, espérant la toucher, ne serais-ce qu'en son armure.

Spoiler:
 

_____________________________________________

Art by ka_samy on DA.

Autres:
 
Revenir en haut Aller en bas
Zenith Dawnblade
avatar
Solar Empire

Messages : 444
Age : 28

• Votre personnage •
Race: Licorne
Niveau: 27
Expérience:
283/240  (283/240)

MessageSujet: Re: [Raid Solariste] Pour La Lumière!   Sam 1 Aoû - 16:57


[Raid Solariste]

Pour la Lumière!



La charge

Nous étions tous tendus. Chacun des soldats vaquait à ses tâches, équipé entièrement ou partiellement, d'un air presque normal, mais l'atmosphère était pesante. De part l'agitation brusque, de part les coups d’œil jetés à la va-vite vers la silhouette de la cité autour de la montagne écorchée, de part les soupirs et les chuchotements. De part le faux silence qui régnait.

Et il serait d'une hypocrisie sans borne de m'exclure de cette masse angoissée. Le traumatisme de Gryphus était encore frais dans nos esprits. Mais le dégoût, le désespoir, la honte avaient quitté nos esprits, au profit d'une hargne, d'un esprit de revanche et d'un patriotisme relancé. Les néophytes allaient se battre par courage, par honneur, par optimisme peut-être, mais les vétérans étaient poussés par la vengeance, par le désir de retrouver intacte cette fierté abîmée par ces Changelings.

J'étais donc tendue, assise sur un tonneau, à côté des armes de siège. Je fixais la minuscule cité, au loin, agrippée aux flancs de cette montagne morte depuis longtemps, tel un troupeau de parasites suçant l'essence de la roche, pompant désespérément des miettes d'énergie dans les mines déjà épuisées. Une ville morte mais ironiquement stratégique. De part sa position. De part son image, capable de présenter aux Solaristes de quelle dépravation étaient capables les Pledgiens.

Je baissai un instant mon regard vers mes pattes avant. L'une d'elle était prise d'infimes tremblements. Je respirai profondément, reprenant les exercices que m'avait conseillé Père en prévention d'un Raid. Détendre son esprit et échauffer son corps.

Anticiper. Anticiper les erreurs, celles de ses alliés ou les siennes, anticiper les réussites, celles de l’ennemi ou les plus improbables, anticiper les trahisons, celles des individus, celles de son propre corps.

Contrairement au précédent Raid, nous étions préparés. J'étais préparée. Quand bien même l'attaque n'avait pas été annoncée officiellement, rien n'endigue les rumeurs, et il est difficile de les ignorer quand durant plusieurs jours. D'autant que la forge avait reçu une quantité astronomique de commandes de création ou de réparation militaires. Et il en avait été de même pour la majorité des forgerons du Solar Empire. Naturellement, je m'étais chargée de la plus grande quantité d'entre elles, Steam ne m'aidant à contrecœur à abattre cette faramineuse tâche que lorsque les commandes civiles étaient achevées.

Mais nous étions préparées. Du moins, je l'étais, pour ma part. Depuis ma décision d'étudier la Nécromancie, j'avais suivi un entraînement intensif aux côtés de mon père ou d'un maître d'armes. Notions d'escrime, musculature, même les prémices de l'art de la dague. Un entraînement d'autant plus essentiel que mon nouvel exosquelette m'offrait à présent presque autant de liberté qu'une jambe valide. Ma collègue et moi avions passé de nombreuses pauses dessus, pour optimiser son poids, sa solidité, sa souplesse, réussir à abriter le léger mécanisme qui soutenait mes muscles à l'intérieur, trouver une place pour l'éternelle lame cachée... Nous avions même éliminé les gémissements de cet habile mélange d'alliages et de bon cuir, grâce à un huilage léger à certains endroits précis. À présent, la seule chose qui me maintenait à une allure de course peu remarquable étaient les muscles même de ma patte, habitués à soulever le poids du métal et non à me donner de l'élan.

Faisant glisser mon regard sur le fameux mécanisme, je me souvins qu'il était grand temps que je m'équipe. "S'équiper". Il était incroyable comme un simple verbe pouvait tout aussi bien évoquer les prémices d'une tranquille balade en montagne que ceux d'une guerre sans merci. Heureusement que j'avais laissé ma boucle d'oreille chez moi, j'aurais eu peur de la perdre.

Je rejoignis mes affaires, chaussant rapidement de hautes bottes de cuir remontant presque jusqu'à mon tronc et renforcées de fer aux articulations et aux sabots. Ma prothèse se vit ajouter diverses plaques métalliques, la protégeant d'un éventuel désossage par un non initié à l'art de la Forge, ainsi qu'une protection de cuir cachant la transition entre ma peau et le métal. J'enfilai ensuite une veste de cuir ornée d'une longue ligne de plaque d'acier articulée protégeant mon dos sur toute sa longueur, et serrait habilement ses sangles pour le maintenir le temps que je rajoute mon plastron orné du symbole de la Nation. Vérifiant une dernière fois que ma queue comme ma crinière étaient bien tressées, je fis finalement glisser mon casque le long de ma corne. Cette armure m'était parfaitement adaptée, pour la simple et bonne raison qu'elle était née entre mes pattes, et que j'avais eu tout le temps nécessaire pour la fignoler, l'ayant préparée depuis plusieurs semaines.

Étirant une dernière fois tous mes muscles, m'assurant de la liberté de mouvements que me fournissait cet équipement, je plaçai finalement mon arbalète automatique sur ma patte avant droite, serrant bien les sangles, avant de conclure mon attirail avec une double sacoche contenant nombre de pièges et mécanismes imprévisibles, en plus de quelques dagues fines et solides et de matériels pour pouvoir accomplis des réparations rudimentaires.

Mon arme aussi s'était améliorée depuis la dernière fois. Elle avait été dotée d'un petit générateur électrique, lui permettant de tirer en silence, plus rapidement et avec un recul quasi-nul par rapport à sa puissance, qui était toujours la même. Un simple levier latéral à tirer pour activer le générateur, et un autre à pousser pour provoquer le mécanisme de projection. Ce qui me permettait aussi de recharger l'appareil en prenant moins de risque, dans la mesure où il fallait de l'énergie électrique pour que le lanceur se détende. Cependant, si le générateur ne fonctionnait plus, il était toujours possible de tirer manuellement, rendant à l'objet une forme semblable à celle d'une arbalète conventionnelle. Une petite perle, donc, dont je n'étais point peu fière.

Avant de rejoindre mon escouade, je m'adressai rapidement aux soldats chargés de l'activation des nombreuses machines de guerre que notre armée avait amené. Plusieurs rangées de catapultes, certaines destinées à la projection de roches simples, d'autres comptant parmi leurs munitions barils explosifs et sphères prêtes à répandre une multitude d'éclats métalliques. Si les premiers avaient évidemment pour objectif de détruire les bâtiments et les éventuels pièges en amont de l'avancée de l'armée, les seconds étaient d'avantage voués à blesser et ralentir l'avancée des ennemis. Les machines arrêteront bien sûr leurs lancers quand l'armée solariste sera éparpillées au travers des rues, mais elles avaient pour ordre de pilonner en début de bataille. Un moyen efficace d'ouvrir des brèches.

Rassurée donc, je me détournai et rejoignis mon escadron. Comme le reste de l'armée, il était constitué d'un nombre inattendu de pégase et de griffons, puisque sur les dix individus du groupe, quatre étaient des poneys ailés et le dernier un soldat de Gryphus. Et dans ceux qui restaient, les licornes étaient bien sûr en majorité. En tant que groupe contenant un Forgeur, nous devions faire de la ville notre territoire en le minant aux points stratégiques, aidés par les plans recueillis par les espions et confirmés par les éclaireurs. Pour ceci, deux de mes compagnons portaient des sacs chargés de mines que j'avais pour rôle d'enclencher, qu'il s'agisse d'explosifs à retardateur ou de pièges. J'eus une pensée inquiète pour Steam en voyant les regard divers de mes compagnons d'armes, mais je me repris en me disant que ce Raid était pour elle une affaire personnelle. Elle ne serait pas défaite si facilement. Du moins, je l'espérais de tout mon cœur.

Enfin, d'un échange de regard, tandis que l'armée commençait à prendre pied, nous nous mîmes à courir sur le côté, commençant à contourner légèrement la ville. Le chant d'un barde ayant accru notre endurance et notre vitesse, nous atteignîmes en un temps record un rocher à proximité de la cité, et nous commençâmes à attendre. Attente qui ne fut guère longue, dans la mesure où juste à la suite du discours de son altesse, les catapultes tirèrent simultanément en plusieurs point, écorchant la muraille en de nombreux points, tandis que l'armée chargeait dans un grand cri de guerre.

Le sol trembla jusqu'à nous sous le martèlement des milliers de sabot. Nous vîmes du coin de l’œil les lancements de sacs de farines vers l'armée du soleil. Ce qui eut le don de me faire hausser un sourcil. Cette tactique était risquée, et point des plus fructueuses. J'avais rapidement étudié les explosions de poudres, et ce qui rendait ce phénomène impressionnant était le fait que la-dite poudre était en suspension, se dotant donc d'une généreuse quantité d'air. Des sacs fermés tels que ceux-ci risquaient au mieux de s'enflammer tout simplement. D'autant que la combustion de la farine étant rapide, certains sacs "explosèrent" en plein vol, sans même atteindre les attaquant. Sans oublier nos mages qui se firent un devoir de détruire nombre d'entre eux avant leur chute. Ce n'était point anodin si les sacs de farines n'étaient des armes reconnues, même si cela pouvait s'avérer utile dans l'urgence. Leur défense n'avait rien à voir avec nos balistes et catapultes lançant des projectiles incendiaires ou explosifs, bien plus efficaces.

Malheureusement, aucun de nos rocs ne s'abattait à proximité. Nous étions restés cachés, observant avec inquiétude les litres d'huile déversés tout au long de la muraille, même loin du front. Et nous ne fûmes guère rassurés quand les quelques archers en positions tirèrent des flèches de feu, allumant sur le liquide de gigantesques gerbes de flammes. Nous étions trop éloignés pour sentir leur chaleur, mais elle était aisée à deviner.

Nous n'eûmes d'autre choix que d'agir par nous-même: dans une attaque fulgurante, tandis que deux pégases Traqueurs blessaient les gardes à proximité, nos mages soulevèrent la terre pour étouffer les flammes. Profitant de l'opportunité, j'armais l'un de mes plus puissants explosifs et le confiai au griffons, qui le jeta sur la muraille, en faisant s'effondrer une partie. Les blocs de pierre eurent vite-fait d'étouffer une partie du brasier qui reprenait, tout en envoyant des éclats d'huile en toutes directions. Les conséquences auraient été désastreuses si une végétation avait entouré la cité, mais les seuls incendies qui se déclarèrent furent au niveau des toitures adjacentes.

Profitant de l'occasion, nous nous ruâmes dans l'ouverture, sautant difficilement d'un monceau rocheux à un autre. Nous pénétrâmes enfin la ville, courant entre les bâtiments décrépits, les sabots dans les ruelles sales aux égouts bouchés. Un léger rictus de dégoût se dessina sur mon visage à la vue d'une telle déchéance. Cette cité était vraiment celle dont on vantait l'essor dans des ouvrages des décennies passées? Elle était en tous cas un indice supplémentaire prouvant la médiocrité des Ombres.

Nous nous arrêtâmes à diverses reprises, j'indiquais aux pégases de placer les mines que j'avais amorcé en hauteur tandis que j'en plaçais d'autres à mon niveau. Les quelques filets bloquant  notre accès au ciel finirent pour leur part rapidement en cendres. Puis nous nous éloignions rapidement, tandis que les détonations provoquaient effondrements et autres, bloquant l'accès aux rues transversales et aux ruelles. Nous croisâmes bien sûr quelques soldats, mais je n'eus pas besoin de me servir de mes carreaux, mes compagnons s'occupant d'eux. Par moments, mon regard tombait sur un corps brûlé par un sort de feu, gémissant de douleur, et je détournais le regard. Peu importaient nos ordres, certains ennemis nous forçaient à ces tristes extrémités.

L'un des pégases fut abattu par une flèche, mais il fut promptement vengé. Je ne connaissais pas les noms de mes coéquipiers, car je ne voulais pas avoir l'impression de les connaître. C'était une pensée violente que celle de vouloir ignorer ses alliés tombés au combat, mais elle était nécessaire pour continuer à avancer, quitte à se battre la mine sombre. L'un des membres de notre groupe signala l'arrivée d'un liquide qui semblait être de l'huile brûlante. Échangeant un regard entendu avec les mages du groupes, nous nous reculions pour les laisser soulever la terre, bloquant l'avancée du liquide. Ceci fait, les autres du groupes poussèrent de violents cris de douleurs, ajoutant leur voix au déluge de faux hurlements de leurs compagnons, même si certains étaient peut-être malheureusement véritables. Il valait mieux ne pas donner l'impression d'avoir survécu. Je regrettai pour ma part de ne pas avoir de récipient pour recueillir ce liquide, prêt à être utilisé comme formidable grenade incendiaire.

Nous reprîmes notre route, empruntant chemins étroits et ruelles pour passer inaperçu, passant de la course au trottinement en sentant l'enchantement du barde se dissiper. Nous passâmes devant différents zones bloquées par la roche, probablement des sources d'écoulement d'huile. Pour pallier à celle qui avait déjà atteint le sol pavé, celui-ci avait été magiquement retourné pour présenter la face terreuse mais sèche des dalles.

Suite à la perte de l'un de nos mages sous la lame d'un voleur un peu trop fourbe, nous atteignîmes finalement une place où se réunissaient Sa Majesté et différentes troupes. Nous avions posé toutes les dernières mines que je ne portais point dans l'une des rues qui menaient à ce point de rendez-vous. Écoutant les nouveaux ordres de la Princesse Célestia, nous nous détournâmes pour nous enfoncer dans les rues avoisinantes.

Nous croisâmes plusieurs déserteurs Pledgiens dans ces rues à l'écart des affrontements principaux. Rien de très surprenant, dans la mesure où les serviteurs de Sombra le suivaient par peur. Et quand elles obéissent par crainte et non par honneur, les troupes ont tendance à fuir face à un danger immédiat, plus important que la colère royale. Des lâches qui n'étaient pas un problème pour nos militaires entraînés et organisés, mais nos Traqueurs préféraient les blesser aux pattes pour s'assurer de leur impuissance. En chemin, je semais ma propre réserve d'explosif, plaçant ici et là des pièges dans lesquels un marcheur ignorant les subtilités de ma technique avait toutes ses chances de tomber. À moins de voler, n'importe qui ne pourrait attaquer l'alicorne par ce côté. Et encore moins en essayant de faire preuve de discrétion.

Nous n'allâmes cependant guère loin. En effet, nous entendîmes du bruit du côté de notre Dirigeante. Le Roi sombre avait-il répondu à son appel? Qui sait, les individus au cœur impur pouvaient être des plus imprévisibles... Donnant l'ordre à mon escouade de se décomposer pour vaquer à sa mission, je me rapprochai de la place en changeant de trajet. Et ce que j'y vis eut le don de me faire plisser le regard.

Me tournant le dos, signifiant qu'elle venait de la rue dans laquelle je débouchais juste, une licorne au pelage sombre et à la longue écharpe semblait observer de loin la queue de ma Reine. La chanceuse semblait être passée par l'unique rue encore vierge de mon passage. Oubli que je rectifiai rapidement, profitant d'un bâtiment en partie écroulé pour étendre un fil uniquement visible par la trouée lumineuse créée par la princesse, loin derrière elle pour ne pas attirer son attention. Quiconque tenterait de passer là aura une bien mauvaise surprise. J'ajoutai cependant quelques mines entre les pavées, sensibles aux moindres appuis sur ceux-ci.

Je restai malgré tout attentive. Quand bien même il était hautement improbable que quiconque ne puisse traverser les obstacles que j'avais installé, nous n'étions jamais à l'abri d'un pégase un peu entreprenant, d'un Voleur capable de débusquer mes surprises, ou même d'un Forgeur ennemi. Voyant la femelle Pledgienne dresser un mur d'ossements face à Sa Majesté, je m'élançai vers une rue transversale, un plan prenant rapidement place dans mon esprit. Le reste de mon équipe devait sûrement être parti à la recherche d'autres soldats problématiques, où de sabotages potentiels, mais pour l'instant, cette Nécromancienne était à moi.

Car oui, il fallait manipuler la magie d'ombre pour invoquer une telle structure. Que de chance pour moi, qui avait passé ces derniers temps à étudier des ouvrages sur la Nécromancie, je pourrais facilement anticiper la plupart de ses coups. Tandis qu'elle, je ne pouvais que lui souhaiter bon courage pour savoir ce qu'un Forgeur aguerri était capable de cacher dans sa besace. Des flèches explosives, typiquement.

Retrouvant un champs de vision sur la place, je vis avec surprise que la licorne... parlait.

Était-elle stupide? Trop confiante, peut-être?

À moins qu'elle n'espère toucher les sentiments de la Déesse blanche de part ses paroles. Ce qui serait tout aussi ridicule. Faire la morale à celle qui faisait se lever le Soleil, remettre en question l'idéologie d'une femelle qui avait vu s'écouler les siècles dans le fleuve du temps. Pourtant, tandis que ce flot de paroles absurdes coulaient de ses lèvres, son interlocutrice semblait bouger difficilement...

Avait-elle raison de se sentir en confiance? Dame Célestia serait-elle affaiblie?

L'évidence me frappa soudain. Évidement, les Nécromanciens pouvaient affaiblir leurs adversaires. Et elle avait déjà à n'en point douter insufflé quelque chose dans le corps de la royale créature. Pour ainsi aisément enchaîner deux sorts, dont un suffisamment puissant pour atteindre une alicorne, cette Pledgienne n'était pas à prendre à la légère. Elle était puissante, leurs niveaux dans les arts sombres n'étaient pas comparables. Et sa fourberie me semblait aussi attesté.

Toujours camouflée dans l'ombre de ma ruelle, un chahut auditif infernal séparant son oreille de mon arbalète, je saisis magiquement deux carreaux de mes sacoches. Des carreaux explosifs. J'en enclenchai un, activai le générateur de mon invention, visai, prête à recharger directement... Seulement, quelque chose perturba mon attention. Une lance osseuse, maniée par son écharpe animée. Et recouverte d'une fine couche de givre, elle allait être projetée vers la Clerc affaiblie.

Une successions de pensées traversèrent mon esprit, tandis que je pesais rapidement le pour et le contre, hésitant à intervenir. Mais finalement, je décidai de ne pas stopper la lance. D'autant que je ne pouvais pas le faire: je n'étais tout simplement pas assez rapidement pour lancer quelque chose sur la trajectoire du trait, et quand bien même je l'aurais fait, mes chances de toucher l'arme enchantée étaient minimes. Ceci ne valait pas la peine que je perde l'effet de surprise, et je ne doutais point que la Princesse trouve une riposte. De plus, l'un des adages de Père tournait depuis un certain temps dans mon esprit, me confortant dans mon idée.

De nombreux affrontements sont perdus par le plus avantagé des combattant pour une "petite raison"...
Car celui-ci n'avait pas porté le premier coup.

Ne pas protéger, mais attaquer. Ajustant mon viseur de quelques millimètres, je tirai. Le carreau la frôla et se ficha de l'autre côté de la mage Sombre, avant d'exploser sous le choc, rapidement suivi par le second qui détona de mon côté de son corps. Dans le nuage de fumée, il m'était impossible de savoir si au moins l'un des chocs l'avait atteinte, mais je me devais d'être prudente. Autant sa classe la rendait dangereuse à distance, de part ses invocations, autant il serait audacieux de sous-estimer cette étrange écharpe au corps à corps. Anticipant les risques de riposte, je quittai ma cache pour m'enfoncer dans les ruelles, esquivant mes pièges pour rejoindre la place par un accès différent.

En tous cas, les possibilités à mes yeux n'étaient pas infinies. Si elle avait esquivé le premier carreaux, il y avait de grande chances pour que ce soit par un saut latéral, et donc que le second lui ait fait des dégâts. Sinon, qu'elle se soit avancée ou reculée, la poussières et les petites ondes de chocs n'étaient pas anodines. Il y avait aussi la possibilité qu'elle ait créé une barrière d'os, mais dans un intervalle de temps aussi court, je m'autorisais à douter de la solidité d'une telle structure face à deux carreaux explosifs. D'autant que le bruit ambiant n'aidait guère à prévoir l'arrivée de tels projectiles.

Dans tous les cas, elle s'en était sans doutes sortie. Et alors, soit elle me poursuivait, chose qui ne serait guère à son avantage dans ces rues que je m'étais appropriées, soit elle attaquait la Princesse, ce qui serait pour elle prendre le risque que je continue mes assauts. Et que la Princesse soit en état de riposter.

Toujours gardant un œil autour de moi pour ne pas être surprise par une attaque par les toits, je déboulai finalement dans la rue où je l'avais vue de dos, et me mis en garde. Qu'elle approche, elle sera la première blessée par les mines, qu'elle m'attaque de loin, j'aurais bien le temps d'esquiver ou de dresser un mur d'ossements assez fins. Je pourrais même fuir de nouveau dans les ruelles si l'envie la prenait de me mitrailler.

Qu'elle m'ignore et je tirerais de nouveau. Je n'étais guère si précise et rapide que le serait un Traqueur, mais je ne doutais pas de ma capacité à toucher quelqu'un sur une telle distance. D'autant que je n'avais point que des carreaux explosifs en réserve.

_____________________________________________
Zenith parle en #99ccff ~

Journal | Présentation | Demande de RPs | PNJs | Fiche Technique


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Raid Solariste] Pour La Lumière!   Sam 1 Aoû - 22:51


Le soleil se levait sur Detrot.
On pouvait voir, au loin, les armures clinquantes des Solaristes scintiller. Il aurait presque pu trouver ça plaisant à regarder si ces même Solaristes n'en avaient pas après leur peau.
Le pégase brun se mordit la langue en voyant cette déferlante de poneys, pégases, licornes et même alicorne en tout genres fondre droit vers eux. Son regard brun et or glissa brièvement en direction des quelques camarades restés à ses cotés. Il n'avaient, pour la plupart, pas l'air inquiets pour deux sous. Était-ce une dévotion sans faille pour leur roi Sombra ou la notion de peur leur était-elle inconnue ? Il connaissait son camp pour abriter les individus les plus sanguinaires. C'était peut-être pour cette raison qu'il parvenait à regarder l'ennemi arriver sans trembler. Il les envierait presque pour ça.

Lui n'était dévoué à personne. Et tout ce qui lui importait, actuellement, c'était de s'éloigner le plus possible du champ de bataille ou, à défaut, se cacher là ou personne ne pourrait le trouver. Pour faire ce qu'il faisait de mieux : sauver sa peau. Profitant du fait que ses camarades ne regardaient pas dans sa direction -Du moins l'espérait il, s'afficher comme un lâche, même si c'était le cas, n'était pas la meilleure chose qui soit pour son image qu'il tenait à préserver malgré tout.- pour s'envoler à tire d'aile vers le toit d'une maison et se dissimuler derrière la cheminé. C'était toujours ça, en attendant de trouver une meilleure cachette. C'est d'ailleurs dans cette optique qu'il balaya les ruelles du regard. Mais quelque chose le détourna de ses projets. Des cris de douleur. Il lui suffit de tourner la tête pour constater avec horreur que les siens venaient de verser de l'huile bouillante dans la ville et que celle ci, avec la pente, déferlait droit vers ses adversaires. Les plus chanceux parvinrent à échapper à cette baignade terrible et mortelle. Les autres périrent brûlés vifs.
Hardy Blaze fut pris d'un violent haut le cœur. Cette vision d'horreur et l'odeur de chair brûlée le répugnait. Plus encore que le sang répandu ça et là en contrebas. Peu importait le clan des bourreaux, c'était juste horrible et il ne tenait pas à se salir les pattes en rejoignant ces barbares dans leur folie. Il resterait sur ce perchoir de fortune jusqu'à ce que le corps du dernier des Solaristes ait heurté le sol maculé d'hémoglobine de Detrot. Ensuite, il l'espérait, sa vie reprendrait un cours plus paisible. C'était, à ses yeux, le plus important.
Pour le moment, cependant, ils étaient en pleine bataille et il devait se montrer prudent.

Un bruit dans son dos le fit frémir et, le plus discrètement possible, il laissa sa tête dépasser de derrière la cheminée afin de voir ce qu'il se passait. Et bien sûr, c'était ce qu'il avait le plus redouté : Un pégase du clan adverse venait d’atterrir sur son toit et marchait droit vers lui. L'avait il repéré ? Visiblement pas. Le pégase se tendit, ne sachant que faire. Devait il profiter du manque de vigilance de son adversaire pour le viser avec sa dague ? Ou pouvait il s'offrir le luxe de prendre la poudre d'escampette une deuxième fois au risque d'être vu ? Dans tous les cas, il ne pouvait se permettre de rester ici à ne rien faire. Optant pour ce qui lui paraissait être la solution de facilité, et la meilleure pour sa conscience, il fit quelque pas en avant et se laissa glisser silencieusement du toit. Arrivé un peu plus bas, le pégase battit furieusement des ailes afin d'éviter à ses pattes un contact, qui devait être fort peu agréable, avec le feu. Une grimace de dégoût déforma son visage lorsque ses yeux se posèrent sur quelques corps recroquevillés et noircis. Bien qu'horrible, le coup de l'huile, de la farine et du feu était terriblement ingénieux. Hardy Blaze se demanda vaguement à quoi ressemblait la vie de celui qui avait eu une idée aussi glauque. Un petit rire nerveux s'échappa de sa bouche. Rapidement abrégé par un nouveau bruit. Son ami le pégase l'avait pris en filature. Par chance il était plus lent que lui -Une histoire de musculature peut-être, il n'était pas un expert dans le domaine et de toute manière ça n'avait pas vraiment d'importance. Enfin il avait surtout d'autres priorités – ce qui lui permettait de prendre une longueur d'avance. La peur devait y être pour beaucoup aussi. Selon une citation, elle donnait des ailes -Redbull aussi selon une publicité- dans son cas, puisqu'il en avait déjà, elle le faisait simplement aller plus vite. Un sourire satisfait étira ses lèvres lorsqu'il constata qu'il avait définitivement semé son assaillant.

Il déboucha dans une autre ruelle et, en levant la tête, aperçut la princesse Célestia non loin de là. Une lance d'os fonçant droit vers elle. Hardy Blaze frémit, ça ne devait pas faire du bien de se prendre un truc pareil. Mais qu'importe, il ne pouvait de toute façon et rien faire et ce serait d'ailleurs totalement idiot d'aller aider l'ennemi. Le pégase brun expora les alentours à la recherche d'une nouvelle cachette lorsqu'il aperçut l'une de ses camarades Pledgiennes. Reverse de prénom, si ses souvenirs étaient bon. Il fallait dire qu'il ne se souciait pas assez de ceux qui l'entouraient pour retenir efficacement leurs patronymes. Dans tous les cas, la licorne noire faisait du zèle pour ce qui était du combat. Pas comme lui. Enfin, il n'était jamais trop tard pour se rendre un peu utile.
Sans se mettre à découvert -Après tout, sa camarade n'était pas seule-, le pégase attrapa sa flute entre ses sabots, porta son bec à sa bouche et joua un petit air destiné à conférer de la défense à Reverse. Cette bonne action -Si on pouvait appeler bonne action le fait d'aider indirectement quelqu'un à maraver des gens- il disparut -encore- dans une ruelle sombre avant de se faire repérer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Raid Solariste] Pour La Lumière!   Dim 2 Aoû - 17:05

Guerre et Derp


« Faut-il vraiment que j’enfile ça à mes sabots ? » Demanda la pégase à l’armurière quelque peu exaspérée par ses incessantes questions.

« Oui il faut que tu les mettes. Tes qualités de combattante au corps à corps et ta race de pégase font de toi un chasseur en combat aérien, ton but est d’abattre des pégases plein vol en les martelant de coups. Alors maintenant tu enfiles ces chaussons de fer et tu arrêtes de faire des histoires. » Expliqua la jument.

«  Mais ! Ça veut dire que je vais devoir tuer des gens ?! » Sursauta la grise.

L’armurière  soupira, pinça l’arête de son nez puis vira la pégase un peu trop candide sur le côté. « Vas rejoindre ton unité maintenant, j’ai d’autres soldats à m’occuper ! Fiches moi le camp d’ici ! » Ordonna-t-elle.

« Rholalaaaaa…. » Soupira la pégase un tantinet  remontée contre la jument.

Derpy marcha le long d’une rangée de tentes blanches, toutes ornées d’un mat où flottait l’étendard solariste ainsi que le caractère de celle-ci. La pégase ne retrouvant pas la sienne décolla et tourna en rond  le temps d’apercevoir le petit fanion de son unité et son chef qui tournait en rond devant le QG de la compagnie. La grise tira les quelques centaines de mètres, la crinière au vent et l’air sifflant dans ses oreilles. Elle se pointa pile devant l’entrée de son marabout et entra pour rejoindre sa couchette.

_Qu’est-ce qu’ils nous en refilent du bazar. Une armure, des chausson, un casque. Mais je vais avoir chaud avec tout ça moi.

_À quoi tu t’imaginais en te présentant au bureau de recrutement. Tu aurais dû laisser ça aux soldats de métier plutôt que de t’inscrire en volontaire. D’ailleurs je me demande toujours comment le recruteur a pu te laisser passer.

_Gnagnagna… Et puis t’avais qu’à me le dire que ce serait comme ça hein ! Tu m’refiles toujours la faute.

_Mais je te l’ai dit que ce n’était pas une bonne idée. Et comme à ton habitude, tu m’as envoyé balader parce que madame est assez grande pour savoir ce qu’elle veut faire. Puis si tu n’es pas contente, tu n’as qu’à déserter.

_Pour que j’me fasse piquer à la sortie ? Oh ben non alors !

La toile s’agita soudainement et une imposante ombre entra sous la tente. Le sergent-chef Pickles se dirigea d’un air prompt  vers la grise toujours en train d’enfiler ses chaussons. Il tirait sa mauvaise trogne, voilà depuis son départ de Canterlot qu’il se coltinait la pégase sous douée. Ses collègues le taquinaient d’ailleurs à ce sujet mais ceci est une autre histoire. Le sous-officier était entré pour ordonner à la grise de sortir expressément de la tente pour un briefing avec le reste de l’unité. Ainsi que pour lui rappeler qu’il en avait ras le bol de son incapacité à s’accrocher à la rigueur militaire qui est un des fondements même de cette institution. La pégase salua d’un tonitruant  « Oui chef » et envoya par maladresse valdinguer un de ses chausson mal accroché vers le fond de la tente, sous le regard exaspéré de son supérieur. Il sortit en maugréant et passa ses nerfs sur bleu un peu plus loin.

La pégase sortit de la tente, fringante comme tout. Elle portait une armure composé d’un plastron métallique couvrant son corps, de sa poitrine jusqu’à son dos couvrant. Elle était pourvue d’emplacements spécifiques pour la condition ailée du porteur. Une série de fines lamelle métallique recouvrait son ventre à la manière des tuiles d’un toit que l’on aurait imbriqué pour les rendre semi-articulées. A cela se rajoutaient deux épaulières en demi-bol couvrant l’articulation et se prolongeant en une manche en cuir protégeant le bras. Une panoplie de guêtres couvrait chaque sabot du fer jusqu’à la base du genou d’une protection en cuir. Une pièce métallique était fixée à l’avant de chaque chausson afin de servir d’arme au corps à corps. On avait proposé à la pégase de porter un casque pour la future bataille,  elle refusa avec insistance que l’on couvre sa crinière d’une passoire surmonté d’un plumeau indigo pour la simple et bonne raison qu’elle risquait d’avoir chaud et qu’il était moche et peu pratique. Je ne lui donnais pas entièrement tort. Finalement l’armurier trouva un compromis en proposa à la têtue un casque d’aviateur semi-rigide recouvert d’une couche de cuir dont des languettes descendaient le long des tempes jusque sous le cou pour s’y rejoindre et s’attacher ensemble. Une paire de lunettes de protection et d’une sorte de col roulé composé de pièces de cuir fixées entre elles d’une manière similaire à celles en métal qui recouvraient le ventre de la pégase et protégeait de la base jusqu’à la tête le cou et la gorge de la ponette. Son unité l’attendait comme toujours, même si ce n’était que l’énième fois qu’elle était en retard, le sergent-chef Pickles la sermonna des noms d’oiseaux qui lui passaient en tête avant d’ordonner à ses troupes de rejoindre un point situé hors du camp.

L’armée solariste était rassemblée, rangs formés, discipline et organisation à l’œuvre depuis l’aube. La journée allait s’annoncer éprouvante pour certains et épouvantable pour d’autres. Mais les pensées étaient dirigées vers une seule et même personne, celle qui était aux rênes de l’Empire Solaire depuis sa création, celle qui levait le soleil et le couchait depuis plus d’un millénaire par la seule force de son esprit, celle qui autrefois était admirer des quatre coins d’Equestria mais qui aujourd’hui n’est plus que l’ombre d’elle-même. Toutefois ses idées ne s’étaient ternies et elles fleuraient toujours aussi bon la branche d’olivier. La grande alicorne se présenta à ses soldats, forte et fière, dans son armure étincelante. Elle prit place face à ses troupes, celles-ci se mirent au repos et la blanche princesse commença son discours.

« SOLARISTES! Si vous êtes ici aujourd'hui, c'est pour vous battre! Je ne vous oblige à rien et si l'un d'entre vous à trop peur pour se rendre sur le champ de bataille, qu'il parte maintenant! Je ne veux enrôler personne de force, je ne veux pas que vous vous battiez pour moi, mais pour la lumière! Si nous sommes…… »

_Tu comprends quelque chose à ce qu’elle raconte ?

_Mouais… Je vais te dire, tu ne rates pas grands choses.

_C’est à dire ?

_Bah… C’est du despotisme total.

«…ÊTES-VOUS PRÊT A  DÉFENDRE LA LUMIÈRE ? » brama la princesse.

La foule acclama les dires de sa dirigeante, celle-ci prit de la hauteur et demanda le silence avant de se reposer.

« Aujourd'hui! Ce n'est pas une guerre sans but que nous menons, mais nous purifierons les ténèbres ! Je ne veux pas de morts inutiles… »

_Hahaha… Une guerre sans morts inutiles. Où est-ce qu’elle à vue ça ?

_Pourquoi ?

_Tout simplement que mourir dans une bataille ou une guerre est la mort la plus conne qui soit. Une bande joyeux drilles au sang chaud répondant présent dès qu’on leur dit qu’ils pourront casser la gueule à d’autres et qu’ils meurent durant leur besogne. Moi je trouve ça con.

_Mais elle dit qu’on va se battre contre les ténèbres. C’est une juste cause non ?

_Tu dis ça parce que la folle qui sert de gamine au Roi Sombra t’avais arraché les plumes. L’attitude des dirigeants au sein de leur nation n’est pas le reflet du reste de la population. Chaque royaume est dirigé par une femme ou un homme capable de péter plus haut que leur cul. Ils pensent que faire la guerre aux autres est un moyen de démontrer leur puissance. La fierté est ce qui a plongé Equestria dans le conflit et le chaos, pas celui de Discord, celui qui prend la vie aux individus, celui qui tue pour le moindre mot. Les hauts de ce monde ne sont que des imbéciles qui se laissent berner par leurs armes et l’histoire.

_Euh, je ne vois pas où tu veux en venir. Et puis si vous êtes deux à causer en même temps, je n’arriverai plus à suivre l’un ou l’autre.

_Celestia utilise Detrots pour justifier un tel assaut et démontrer que le mal réside dans les ténèbres. Mais pour autant Brisks et Bad Lands qui sont deux autres grandes cités du Dark Pledge, ne connaissent pas le même sort que cette pauvre ville. L’activité industrielle qui était le moteur économique de cette ville s’est tout simplement essoufflé et à lentement abandonné la cité au désastre du chômage de masse. La délinquance a augmenté et les habitants ont petit à petit mit les voiles. Si les ténèbres étaient réellement la cause à ces ruines, tout le Dark Pledge et d’autres lieux seraient alors dans un piètre état. Sombra qui se réclame d’avoir réduit tout son peuple en esclavage, est-ce une réel preuve de puissance ?  J’ignore qui entre le roi et ses sujets est le plus idiots, celui qui pense que maintenir sa populace en esclavage est un moyen d’assouvir sa soif de puissance, ou bien ceux qui se laissent traiter d’esclave ? Quoi que la manœuvre des Dark Pledgien est peut-être habile, ils acceptent sans broncher une condition mais qui au final n’a rien à voir avec celle d’un vrai esclave.

_Ah ? Mais je croyais que le terrible Roi Sombra était un être cruel et sans scrupule ?

_Peut-être... Mais cela reste un roi gangrené par son égo.

_Donc vaut mieux être du côté de la Princesse Célestia. Car elle est pour la lumière et pour que les gens soit heureux.

« …SOYEZ FORT! Ne craignez des ténèbres, ne vous laissez pas aveugler, car peu importe où vous êtes, la lumière vous guidera! Et si jamais le pire devait vous arrivez, soyez fier! … »

_Ce discours sur la lumière n’est qu’une illusion. En quoi marcher sur une ville après des combats destructeurs et meurtriers l’aiderait à se relever, les armes ne feront qu’accentuer la longue dégringolade de la cité. Célestia ne vaut pas mieux que les autres, cette ne peut que signifier que les soldats s’en vont au casse-pipe. La fierté, voilà le dernier recours de ces femmes et hommes en cas d’une possible mort, comme si cela pouvait les aider à survivre. Il n’y a pas de quoi être fier à perpétrer un massacre contre une autre nation fier aussi de pouvoir dézinguer quelques ennemis au nom de leur roi. Le despotisme est en marche, l’ignorance l’accompagne dans ce désert, allons-y tambours battants. La lumière et les ténèbres ou le bien et le mal, qu’importent les mots utilisés, les combattants ne se différencient pas dans le chaos, ce sont tous des êtres violents prêts à tuer de sang froid pour une idéologie vieille et démodée. Triste monde.




Les soldats chargèrent à toute allure en direction de la ville en ruine afin d’accentuer la besogne. La pégase s’envola dans la masse grouillante de pégases et autres individus ailés fondant sur la cité. Mon discours n’avait pas l’air d’avoir eu un grand effet sur son esprit, ou peut-être qu’elle ne l’avait tout simplement pas comprit. Le choc entre les deux armées se fit dans la souffrance et la sang, des gerbes feux s’élevaient puissante et meurtrières sur les unités au sol. Les flèches tirées depuis les remparts fondaient sur les êtres ailés et en abattaient  par brouettes pleine. Voler en formation serrée à portée des tirs d’archers n’était vraiment pas une bonne idée, la première ligne prenait tous les coups en attendant que le reste prenne sa place de cible de choix. À l’arrière, l’ordre fut celui de se disperser. D’une même colonne de soldats, la formation e sépara en deux, une vers la droite et l’autre vers la gauche. Derpy suivit le mouvement sur tribord et tel un dragon, la ligne de pégase grimpa dans les nuages. S’il était difficile de rentrer dans la ville par la terre, la voie camouflée des airs pouvait peut-être donner un second souffle aux unités au sol.

_Mais on ne voit rien dans cette purée de pois !

_C’est le but ma grande, c’est le but…

_Et si je croise un ennemi ?!!

_Sauves ton cul, abats-le ou bien tires toi.

Sombra savait que les nuages serviraient sûrement à camoufler une éventuelle attaque aérienne, aussi qu’elle serait hors de portée des tirs d’archers. Cependant déceler une ennemi dans ce brouillard infecte est digne d’un jeu des sept différences niveau gros bâtard. La première rencontre ne se fit pas attendre et un cri émergea de la masse nuageuse sur trois heure, suivit de peu par un autre. Puis un ordre fut hurlé dans la purée : Sortez vos lames et déchirer moi ça ». Heureusement derrière des guerriers, la grise put passer dans une ouverture laissé qu’ils venaient d’ouvrir. Déjà la bataille faisait rage dans le ciel et ceux qui maintenaient le filet furent prit d’assaut par les escadrons solariens. Le poids des cordes rendirent la manœuvre plus ardue aux porteurs encore à la tâche, et le filet déséquilibrer finit par choir avant qu’il ne put être utilisé. Il tomba par pans entiers, déchiqueté par les lames du soleil. La pégase avait tous ses sens en alerte, un battement d’aile, une ombre, soudain une masse fonça droit sur elle à douze heure. La pégase se cabra et grimpa en chandelle, elle bascula ensuite sur le dos pour plonger et prendre de la vitesse afin de semer un éventuel poursuivant. La grise avait vu juste, d’un rapide coup d’œil dans son dos, elle vit un mâle armé d’une rapière foncer dans sa direction, la pégase déglutit puis vira sur bâbord et entama une vrille descendante. Les deux ennemis sortirent du nuage dans un trainée ouateuse, Derpy battait furieusement des ailes, espérant fuir son assaillant. Celui-ci se rapprochait dangereusement et l’écart entre les deux combattants diminuait peu à peu.

_Il va me tuer, il va me tuer !

_Ne pleurniches pas. C’est toi qui voulus aller faire la guerre.

_Mais je vais mourir, il se rapproche !

_Mais non, tu es un personnage de rp, tu ne peux pas mourir.

_De quoi ?!!

_T’occupes ! C’est toi ou lui !

La pégase fit une un tonneau puis grimpa avant de subitement  braquer et passer derrière son adversaire. Les rôles étaient désormais inversés et la pégase poursuivait sa cible avec une ardeur peu commune à elle. Il jouait du roulis pour tenter de piéger la postière mais son arme tenue dans sa mâchoire faisait plus office d’aérofrein que de lame prêt à trancher le premier venu, c’était le point faible des intercepteurs, apte à tuer en un seul coup, mais incapable de sortir d’un combat tournoyant, la fuite était leur seule porte de sortie. Le pégase entama un long virage en plongé pour mettre Derpy à portée des tirs d’archer. La pégase suivit et coup même le virage afin de réduire son écart avec sa proie. Les deux combattant longèrent une rue où un liquide jaunâtre se déversait sur les pavés. Soudain un raz de marée embrasa la nappe jaune et une puissante masse d’air malodorante propulsa les deux compères en l’air. Cette poche d’air chaud avait permis une subite reprise d’altitude, la poursuite reprenait de plus belle.

Le feu fut suivi d’un panache de fumée grasse et infecte. Le pégase commit l’erreur de foncer dedans afin de semer la postière, il n’était pas équiper pour  et la fumée attaqua directement ses yeux, il ressortit en pleurant et sentit quelque chose l’attraper. Derpy qui grâce à ses lunettes avait évité l’aveuglement mais pas l’infecte odeur, put rattraper sa proie et l’empoigna. Elle voulut l’assommer de coups mais l’armure du pégase était bien trop épaisse pour que ses sabots puissent le blesser. Elle attrapa donc l’aile droite du mâle et la tordit jusqu’à qu’elle se brise. Un effroyable cri suivit le craquement d’os et le guerrier privé d’une d’un de ses appendice dorsales, chuta comme une masse vers le sol d’où il ne relèverait plus. Derpy essoufflé par cette danse regarda autour d’elle. Tout n’étais que chaos, les combats faisaient rage près des remparts tandis que l’huile brulaient dans les rues proches des combat. Le feu d’huile s’était répandu aux bâtiment adjacents et commençait à les ronger. Le Dark Pledge venait de mettre le feu à une partie de la ville. En l’air, les combats continuaient entre les pégases, dragons, et autres griffons. Certains tombaient, d’autres continuaient à voler tant bien que mal. Mais déjà cette ouverture permettait de diviser les troupes présentes en ville et d’alléger les force opposées au front principal.

Le repos ne fut que de courte durée que déjà un autre ennemi était en approche à dix heure. La pégase l’aperçu et grimpa pour que celui-ci soit obligé de la suivre afin de la toucher. Elle battait furieusement des ailes afin de prendre le maximum d’altitude possible, le compteur de vitesse des deux combattant baissait dangereusement. Soudain ce fut le décrochage, la grise se laissa tomber et accéléra subitement pour reprendre de la vitesse. La manœuvre rapide surprit l’adversaire qui n’eut que le temps d’expirer avant sentir son crâne s’enfoncer sous les sabot de la moine au regard strabique. Privé de ses yeux, le jeune pégase hurla de tout son saoul avant de chuter lourdement et complètement aveugle sur un bouclier d’os qu’il traversa avant d’éclater contre le pavé au milieu d’autres poneys qui reçurent toute sa pulpe et son sang.

Se rendant compte que la postière venait d’abattre deux des leurs, un pégase et un griffon la prirent en chasse. La pégase reprit son vol avec deux combattants au fesses. Ceux-ci étaient plus rapides et adroits que les deux autres abattus précédemment. Une nouvelle danse s’offrait alors à eux, virant de bord et slalomant entre les flèches et les bâtiments en flamme. La grise repassa à travers le nuage de fumée noirâtre et nauséabond avant de grimper et de revenir au-dessus de ses adversaires. Ceux-ci évitèrent le panache et la suivirent en coupant la courbe d’ascension mais la pégase revint et repiqua en direction de la fumée obligeant alors à ses traqueurs d‘abréger leur virage et de couper en direction du nuage noir. À la sortie de la purée noire, ils ne retrouvèrent pas celle qu’ils poursuivaient quand soudain l’un d’eux reçu une paire de sabots dans la nuque. Derpy les avait pris par surprise et en avait abattu un, l’autre réagit vivement et fonda sur la pégase qui laissait alors le corps de sa victime plonger à terre. Il attrapa la grise et sortit sa dague afin de l’égorger, le ballet prit alors une autre tournure, plutôt celle d’un tango où les deux combattants s’envoyait l’un et l’autre en l’air cherchant à sortir de l’étreinte de son partenaire. Chacun tentait de tirer des erreurs de son adversaire, un faux mouvement, un regard de côté, tout pouvait être une ouverture potentiel. Le griffon projeta sa dague en direction de visage de la blondinette, il la rata et celle-ci mordit à pleine dents sa patte d’oiseau lui faisant lâcher son arme. Puis elle passa ses pattes arrière autour de la taille de l’animal et d’un marron dans le bec, la pégase détourna son attention pendant qu’elle lui brisait les ailes le réduisant à l’état de terrestre. Le griffon se brisa contre une masure en flamme et périt dans la fournaise.

Derpy se posa à l’abri d’une charpente d’une maison encore épargnée des flammes afin de reprendre son souffle. Elle n’avait pas un grand angle de vision depuis sa cachette et en profita pour essuyer ses lunettes de la crasse qui s’était accumulée sur les verres. C’est alors qu’elle entendit des pas et les bruits caractéristiques d’une armure de plaques, la pégase s’approcha d’une ouverture et aperçu une silhouette qui lui était familière, du moins elle était proche d’une personne qui lui avait causé du tort dernièrement. Une licorne blanche marchait fièrement dans une ruelle, droite et élancée, mais aussi seule. Cela ne pouvait être qu’elle, la pégase regarda alors ses ailes couvertes de plumes gris souris puis retourna la tête en direction de son ex tortionnaire.

« C’est elle qui m’a arraché mes plumes. J’vais aller péter la tronche tiens ! » Pensa la grise le regard haineux et les babines retroussées.

Malheureusement la pégase n’était pas équipé pour affronter une guerrière en armure, surtout qu’elle n’avait que ses chaussons de fer pour se battre, un bon coup de lame et s’était réglé. Mais alors que la grise réfléchissait à une possible attaque, elle aperçut une autre silhouette familière au fond de l’impasse, celle d’une pégase jaune qu’elle connaissait assez bien. Une idée germa dans sa petite caboche et un sourire mesquin se détacha de son visage, elle chercha et trouva un gravas de la taille d’une brique et sortit de sa cachette dos la licorne.

_Tu n’es pas sérieuse là ?

_Sisi, attends ça va être sympa.

_C’est complètement stupide, elle va te voir là.

_Mais non, il n’y a pas de soleil. Voilà juste au-dessus d’elle. Eeeeeeeetttt…

_Non att !...

_Hop….

_T’as fait une connerie.

/Chklonk !/

_Mouahaha ! Elle se l’ait prise et elle s’est casser la gueule Hahaha !

_Ah c’est malin. Files avant qu’elle  avant qu’elle se relève en rogne. Ta brique a juste taper contre son armure et l’a fait tomber. Casses-toi maintenant.

La pégase hilare fila en direction de son amie au fond de l’impasse, celle devait avoir tout vue de la scène.

« STEAM ! PARS VITE D’ICI, ELLE EST MÉCHANTE LA LICORNE LÀ ! » Hurla-t-elle à son amie avant de prendre la poudre d’escampette.

Derpy vola au-dessus de la ville toujours en proie au chaos à a différence qu’elle voulait éviter de rentrer en conflit avec un autre poney. Elle volait au gré de ses envie en contournant là où l’on se battait. C’est alors qu’elle reconnut la blanche alicorne faisant face à une autre licorne beaucoup plus sombre et qui devait être assez frileuse pour pouvoir porter une écharpe en plein été. Mais ce qui l’attirait n’était pas les deux juments lancées dans un duel, mais plutôt un doux air de flûtes diffus  dans le chaos. Cette harmonie mit la pégase dans un état perplexe, il y’avait-il encore des musiciens au Dark Pledge ?

Un pégase brun et tout aussi frileux que la licorne sortit d’un recoin et s’éloigna du combat. Tel un rat séduis par le joueur de flûte, Derpy suivit discrètement le musicien. Il devait être assez malin pour pouvoir combattre tout en restant caché, cela devait être sûrement un barde. Alors qu’il contournait une place et arriva dans une ruelle sombre qui se terminait en impasse. La grise saisit alors le moment pour se poser et approcher doucement l’animal, comme pour attraper un chat sauvage. Mais ne voulant pas pour autant lui faire peur et qu’il s’enfuit, elle prit alors une douce intonation et lui.

« S’il te plait, joues moi un morceau de flûte. »

Le pégase se retourna vivement et aperçu la candide qui le suivait. Oreilles dressé et tous ses sens en alertes, il devait sûrement s’attendre au pire ou du moins à recevoir des mandales. Pourtant la pégase se rapprocha d’un pas et recommença sa complainte.

« Je ne veux pas te faire du mal. C’est juste que tu joues super bien. Est-ce que tu pourrais me jouer un autre morceau de flûte s’il te plait ? Pas un truc magique hein ! Un vrai morceau.»
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Raid Solariste] Pour La Lumière!   Lun 3 Aoû - 17:58

Le combat faisait rage de partout. Ici et là s’élevaient les râles de souffrance et d’agonie de tous les malheureux mêlés à ce carnage. Et au milieu de tout ça, quelqu’un s’avançait avec un sourire sardonique, le Roi Sombra. Il se délectait de leur souffrance à tous, qu’ils soient Solaristes ou Pledgiens ne changeait absolument rien à ses yeux.

Il se mit à couvert quand il vit l’huile bouillante commencer à couler, se déplaçant de sorte à l’éviter. Detrot était devenu un véritable enfer. Mais puisqu’il est un être des ténèbres, l’enfer est un terrain de jeu pour lui. C’est ici qu’il est dans son élément et nulle part ailleurs.
La construction et l’architecture de la cité, construite sur une colline et disposant de quartiers en étages, allaient permettre à l'huile brûlante de ruisseler d’elle-même vers l’armée ennemie. Il passait çà et là, riant comme un dément afin de décourager les forces de l’Empire Solaire et d’enhardir les siens à combattre ces damnés envahisseurs. Aux étages supérieurs de la ville, les troupes préparaient des barricades pour ralentir l’avancée de l’armée adverse.

Il sentait, quelque part dans son cœur, que Shade était là dans la ville. Ce serait là son baptême par le feu. Ce qu’elle pourrait faire durant cette bataille lui permettait de savoir sur quels points il allait falloir l’entrainer en priorité et quels étaient ceux qui pouvaient attendre.

Il sentait également que le bibliothécaire, Scaredy Cat, était également arrivé entre les murs de la cité. Il lui avait donné ordre d’être silencieux et furtif comme une ombre, il ne doutait pas un instant qu’il s’y tiendrait. Il n’était pas un combattant, ni de près ni de loin. Mais il était quelqu’un d’intelligent, quelqu’un qui savait se servir de sa tête. C’était là ce qui avait valu que Sombra lui accorde audience, s’intéresse à lui et lui donne sa chance au service du Royaume. Il était convaincu du potentiel de ce poney de cristal, il lui restait seulement à vaincre sa peur maladive et à devenir ce qu’il est destiné à être.


Il ne pourrait certainement pas fuir et se mentir à lui-même éternellement. Un jour il devrait faire face à la réalité dans toute son atrocité, et soit son esprit y résistait, donc il deviendrait alors plus fort qu’il ne l’avait jamais été par le passé, soit il se brisait contre cette réalité et demeurait un faible, voué à mourir selon la loi du Dark Pledge.


Sombra vit passer un petit groupe de jeunes dragons, tous portant des sacs de farine. Ils se dirigeaient vers l’extérieur de la ville. Parfait, ainsi ils entameraient ceux de l’armée ennemie restée à l’extérieur des remparts de la cité, facilitant l’avancée des troupes de réserve qui allaient arriver de Prétuskria d’un moment à l’autre. Les archers et lanciers se déplaçaient de bâtiments en bâtiments, ralentissant comme ils le pouvaient l’avancée des troupes solaristes.

Il vit alors Reverse Song déambuler dans les rues, toujours égale à elle-même. Ce qu’elle pouvait avoir dans la tête il s’en moquait éperdument. Tout ce qui l’intéressait à propos de la jument d’obsidienne était qu’elle demeure loyale à leur nation, et cette certitude il avait pu l’acquérir lorsqu’ils revenaient du cimetière après avoir mis hors d’état de nuire trois faibles nécromanciens déchus. Il ne désirait pas qu’elle soit loyale envers lui, sa loyauté envers le Royaume lui suffisait amplement pour être satisfait.


Il vit clairement le mur d’ossements s’élever juste en face de la Petite Princesse du Soleil, cette insupportable gamine arrogante. Il grinça des dents car Célestia était sa proie, Reverse Song n’avait en aucun cas le droit de l’affronter à sa place. Il se rendait sur place pour faire face à la dirigeante de la nation ennemie. Il vit que Célestia ne bougeait plus normalement et compris qu’elle l’avait atteinte par ses arts de nécromancienne, que quelque part elle lui avait lancée une malédiction.


Une lance d’os fonça en direction de Célestia et Sombra ne fit rien pour l’arrêter. Certes il n'appréciait pas l'initiative de la jument d'obsidienne, mais il était curieux de voir ce qu'il résulterait de son attaque. En arrivant sur les lieux, il darda sur Reverse Song un regard accusateur et prit la parole sur un ton des plus sévères, signe qu’elle avait dépassé une limite.


- C’est à moi qu’il revient de m’occuper de Célestia, et tu le sais. Tu as plus d’adversaires ici qu’il ne t’en faut et je suis certain que tu n’auras aucun mal à en trouver un qui soit à ta mesure.


Il était clair qu’il ne plaisantait pas. Si Reverse Song ne s’éloignait pas rapidement pour se chercher un autre adversaire, cela finirait très mal pour elle. Sombra avait beau être bien des choses, il n’était pas de ceux qui aimaient à proférer des menaces en l’air.
Elle avait intérêt à le prendre très au sérieux si elle désirait garder sa tête sur ses épaules, il n’était pas connu pour sa pitié et sa clémence, et à son égard il ne ferait preuve d’aucune, car voilà trop longtemps qu’elle le provoquait. Il était plus que temps qu’il lui rappelle qui était le Roi et qui elle était, elle.

La chance lui sourit quand une solariste au pelage blanc et à la soyeuse crinière rouge prit Reverse pour cible, ce qui sans doute allait la forcer à quitter les lieux. Il souleva par télépathie la lance d’os et la projeta sur la solariste, ne pouvant voir si elle l’avait atteint ou non.


Il entendit les explosions de cette ennemie et comprit qu'elle visait Reverse Song. Parfait, cela lui laissait le champ entièrement libre pour s'occuper de Célestia. Il se retourna face à Célestia, la regardant dans les yeux et souriant comme un démon.


- Ma pauvre petite Princesse Solaire … Je crains que tu n’aies guère été très inspirée en me déclarant la guerre ainsi. Tu pensais que je ne réagirais pas, que je te laisserais t’emparer de l’une de mes cités sans rien faire ? Il me semble que tu me connais bien mal ma chère. Mais maintenant il est trop tard pour regretter Princesse … Maintenant tu vas devoir affronter les conséquences de tes décisions irrationnelles.


- Et dire que je te pensais sage et réfléchie, il semblerait que je me sois lourdement trompé sur ton compte. Tu es une bien moins grande alicorne, et une bien moins grande dirigeante je dois dire, que ta sœur cadette.


- Enfin … Elle … Et surtout l’autre elle, celle que vous appelez Nightmare Moon et qui suscite chez vous tant de crainte et de rancœur … Dis-moi … Te plairait-il de revoir cette nuit-là encore une fois ?
Dit-il en se faisant menaçant. Son sourire n’avait plus rien de naturel.

Tout en disant cela il tournoyait autour d’elle. Il était tel un prédateur en face à face avec sa proie. Il veillait à ne surtout pas rester immobile, car cela en ferait une cible bien trop facile à atteindre. De plus il veillait à ce que ses mouvements soient des plus irréguliers pour qu’elle ait du mal à le suivre. Il savait y faire lorsqu’il s’agissait de combattre, c’était ce qu’il savait faire le mieux.

Il n’était plus une licorne en cet instant, il n’était même plus vraiment un poney. Il n’était plus que deux choses : une aura de haine intense mêlée à une profonde tristesse. Il était un véritable Démon, un monstre à part entière. Or tout le monde le sait : c’est dangereux un monstre, et en ces temps les rois et les reines, les princes et les princesses pouvaient tomber comme des mouches.

Et il est encore plus dangereux de provoquer un monstre, c’était précisément ce qu’avait fait cette petite sotte, et il était maintenant trop tard pour qu’elle regrette, s’excuse ou se retire, à présent il lui faudra payer les conséquences de ses actes. Car rien en ce bas monde, non rien, ne pouvait jamais rester impuni. Cette leçon il l’avait reçue, il en avait payé le prix fort en condamnant lui-même à mort celle qu’il aimait d’un amour sincère. Voilà ce qu’était le roi Sombra, en vérité : un esprit en proie à la peine et à la souffrance, qu’il cachait derrière un masque de colère et une carapace d’insensibilité.


A l’extérieur des remparts, les clameurs et les cliquetis métalliques qui résonnaient dans l’air ne pouvaient tromper. Les renforts de Prétuskria étaient arrivés et avaient pris l’armée solariste à revers, en tenaille. Sombra sourit et regarda dans les yeux la Princesse, sans vraiment rien chercher de particulier dans son regard. Sinon de la peur et une prise de conscience de sa folie.

___________________________________________


1440 mots selon Word.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Raid Solariste] Pour La Lumière!   Mar 4 Aoû - 3:49




___La bataille faisait rage et le cri des premières blessures, des premiers morts traversaient son âme comme autant de balles qui auraient pu traverser son corps et la tuer. Au milieu du champs de bataille elle devait retenir tout ce qu'il y avait en elle pour ne pas craquer, pour ne pas partir à la rescousse de ceux qui en avaient le plus besoin, mais elle ne pouvait tout simplement plus se le permettre, c'était trop dangereux. Elle ne pourrait plus jamais aider sir cette raclure de Sombra décidait d'intervenir et de la prendre par-derrière alors qu'elle venait en aide à l'un de ses sujets. En attendant elle devait faire au mieux, elle devait exercer un fort contrôle sur elle-même pour ne pas être qui elle était réellement.


___Les pertes étaient lourdes dans les deux camps, mais plus la bataille avançait et plus la princesse se demandait comment pouvait-on être si inhumain?Si cruel, au cœur de la bataille les sacs de farines enflammés se déversèrent sur les troupes ainsi qu'un torrent d'huile enflammé qui déferla sur les premiers étages juste en dessous de l'endroit ou elle se trouvait. La chaleur était infernale, toutefois ses troupes pour la plupart surent se débrouiller d'eux-mêmes, mais elle devait agir et mettre en places ses propres pions, elle devait se déplacer sur l'échiquier qu'est un champ de bataille. Elle ne pouvait rester les bras croisés à souffrir des horreurs de la guerre. Allant se percher sur un des toits adjacent la Princesse regarda les filets se faire trancher et brûler par ses forces aériennes et fit signe à l'un de ses Lieutenants.


-Lieutenant, je veux que vous fassiez plusieurs choses pour moi....


___La Princesse lui expliqua ses divers plans et laissa le militaire aller les délivrer. Quant à elle, elle fit un tour des environs puis s'envola un peu plus loin encore. Finalement la belle se concentra, ce qu'elle allait essayer de faire allait lui demander de la concentration, assez peu d'énergie en vérité, mais beaucoup d'attention.


___Alors qu'elle concentrait ses pouvoirs au bout de sa corne, la Valkyrie put apercevoir que ses plans commençaient à être mis en place car certains pégases s'affairèrent à faire deux trous dans les cieux, laissant passer la lumière. Elle sourit tout en restant concentré et remarqua aussi que les flammes s'élevant de l'huile auparavant s'atténuait, mais aussi que l'huile commençait à être réorienté par ses mages de terres vers certains canaux, afin d'évacuer la ville. De l'autre côté de la porte bien qu'elle ne le vit pas, l'huile qui s'écoulait via les canalisations commença à couler vers ses soldats encore à l'extérieur, un certain nombre avait survécu grâce à certains mages qui avaient érigé une barrière de glace entre eux et les sacs enflammés tandis que les premiers brûles commençaient déjà à se faire soigner par les archers. L'huile bouillante fonçait donc dans les canalisations permettant normalement d'évacuer les eaux de la ville. Et c'est à ce moment que l'alicorne put apercevoir que son plan avait été écouté et suivit. Une épaisse vapeur s'éleva au-dessus du mur d'enceinte, les mages avaient bien bouché les canaux par divers murs de glace les forçant à devenir de la vapeur face à l'huile bouillante, la vapeur s'était ensuite élevé dans la muraille jusqu'aux archers désormais aveuglés et à la merci de sa troupe d'assassin qui les mirent hors d'états de nuire.


___Presque aussitôt les archers noirs furent remplacés par les archers blancs de la Princesse tandis que le reste des troupes s'engouffra dans la ville. Du haut des murailles, les mages libérèrent le passage à l'huile qui commença à dévaler la pente après avoir été de nouveau embrasé par les pégases mages de feu. C'est aussi à ce moment qu'elle crut entendre une corne de brume. Le message était bien passé. N'importe quel personne digne de son nom sait qu'il ne faut pas envoyer toutes ses troupes au combat au même moment, le camp qu'elle avait construit n'était que la partie émergée de l'iceberg, ce n'était qu'une petite fraction de ses troupes qui étaient entrés en ville. L’autre partie de ses troupes était l'escouade aérienne, et l'autre attendait depuis plusieurs jours déjà en retrait à l'arrière de la ville. Il y avait deux plans, soit entrer dans la ville par-derrière auquel cas un rayon de lumière serait creusé dans les nuages à ce moment, et si d'autres rayons apparaissaient, il s'agissait du plan B. Le plan B consistait en l'hypothèse de se faire tenailler. Le but était donc de contourner la ville et de flanquer les renforts ennemis et de les prendre en tenailles. Ainsi les alliés de Sombra se retrouvèrent encerclé avec sur leurs côtés une armée, devant eux une marée d'huile bouillante ainsi que des salves de flèches mortelles. Ne restait qu'une option: la retraite. Soufflant un instant heureuse que tout se passait selon ses plans elle allait pouvoir se concentrer sur ses propres problèmes.








___La Paladin de la lumière se redressa alors, embusquée assez loin de son emplacement d'origine, la princesse s'était décidée, si elle ne pouvait pas venir à Sombra elle le laisserait alors venir à elle. Il était si orgueilleux qu'il ne verrait pas le moindre souci. Alors elle relâcha l'énergie qu'elle avait modelée pour créer un mirage, littéralement. Les Pledgiens lui avaient offert toutes les conditions nécessaires. Elle n'avait jamais réellement essayé ce sort, mais elle était sûre que dans cette situation particulière il marcherait. L'huile qu'ils avaient fait flamber dans les parties inférieures de la ville et proche de son emplacement précédent, l'air était devenu beaucoup plus chaud et était surmonté par une couche d'air frais et humide dû au temps nuageux, les couches se chevauchaient donc parfaitement pour créer un mirage. Toutefois pour cela il fallait un objet lointain pour que la lumière subisse un effet de courbure avec l'horizon et c'était là qu'intervenait Célestia, en se concentrant suffisamment, elle pouvait faire en sorte que la lumière se courbe sur une plus courte distance, mais aussi de stabiliser son mirage pour qu'il n'y ait aucun effet de flou.


___Respirant un grand coup, la jument lança alors son sort et sur la place ou elle avait battu le minotaure, son image se reflétait recopiant chacun de ses gestes. Faisant mine de regarder à droite et à gauche surveillant ses troupes la princesse restait tout de même sur ces gardes, que ce soit autour d'elle, ou bien autour de son mirage. Du coin de l’œil vers les premiers niveaux, la Princesse aperçue la jeune Steam Gold avec qui elle avait été à Pretruskria et cette orgueilleuse Princesse Shade. Même pas une princesse, juste un simulacre.


___Se perdant de nouveaux dans ses pensées il lui semblait que son armée reprenait un avantage, celui de la surprise, toutefois elle restait méfiante et prête à intervenir des fois que les partisans des ténèbres ne soit pas si idiots. Tout en restant concentré sur son sort, la princesse se prépara au combat, Sombra n'aurait pas le choix s’il ne voulait pas perdre la face, il allait bien devoir sortir de son trou à un moment ou à un autre, et c'était à ce moment que la princesse déciderait de prendre le combat, s’il voulait jouer au jeu du chat de la souris, alors elle jouerait, mais il ne comprenait pas encore qu'il était la souris et qu'elle était le chat. Au moindre geste, à la moindre apparition notable au moment où il focaliserait son attention sur une autre chose, elle attaquerait, elle lui fonderait dessus tel un rapace sur sa proie, telle la lumière du jour fond sur les ténèbres pour les chasser d'Equestria. Elle allait lui montrer une bonne fois pour toutes que sa présence n'était pas désirée par les grandes forces de ce monde. Bouillonnant à l'intérieur, elle était prête, la princesse avait fait son choix! Ces derniers jours avaient été éprouvants pour elle, mais elle en ressortait plus forte, plus déterminé, c'était les ténèbres qui lui avaient enlevé Rowdy, c'était les ténèbres qui lui avaient fait vivre cette horrible après vie et elle se devait de les châtier. Elle se devait de purifier le monde de cette abomination et pour ca elle devait être solide, solide comme un roc. La princesse n'était plus cette petite flamme de bougie chancelante à l'idée de la guerre, elle était désormais une éruption volcanique, plus puissante, plus forte! Si une chose était certaine, c'est que Sombra ne gagnerait pas, pas aujourd'hui.






___Revenant du royaume d'Athéna, la guerrière redonna toutes son attention à son sort, plus loin elle voyait la jeune Zénith Dawnblade se rapprocher de l'endroit ou son mirage se situait. Si elle pouvait même tromper une de ses alliés alors la surprise n'en serait que plus grande. Ce fut alors l'entrée en scène spectaculaire de celle qu'elle reconnaissait comme étant Reverse Song. Comment connaissait elle le nom d'une de ses adversaires. Tout simplement parce que ses espions lui avait fait des rapports complet sur cette personne. D'après ces derniers, la jument serait en conflit avec le roi Sombra et donc une allié potentielle. De plus son potentiel de combat était très élevé, d'après Célestia, un combat serait risqué, après ces siècles d'oisiveté elle n'avait pas encore recouvrée sa force d'antan et n'était peut-être pas capable de la battre. Toutefois, avec un peu de chance elle pourrait l'écarté de la liste de ses ennemis pour le moment, ce qui serait un des plus gros soulagements de cette guerre. La nécromancienne, sans avertissement fit se dresser un mur d'os. A en juger par la taille et la vitesse d’exécution, même pour un maître nécromancien, il s'agissait là d'un sort demandant une certaine dose d'énergie, alors qu'elle avait profité du temps pendant lequel elle n'avait pas combattu pour récupérer.


___Sombra et ses tours de passe-passe avaient lui aussi utilisé de trop nombreuses forces pour de trop petits desseins. Se retournant, de sorte à ce que son mirage face de même, elle se débrouilla toutefois pour continuer de voir la scène dans le miroir qu'elle avait placé sur la cheminé devant elle. Utilisant son ouïe et sa position elle utilisa toute la concentration dont elle était capable pour saisir les mots qu'elle disait. Elle semblait avoir lancé un sort qui affecta le corps évanouis du minotaure derrière elle, une aubaine. Elle se saisit alors d'une lance en os, si elle était aussi sûre d'elle, c'est qu'elle devait avoir confiance en elle. Son adversaire semblait donc être capable de diminuer les capacités physiques, comme beaucoup de nécromanciens, une information importante à garder en tête. Prenant sa respiration, la Princesse fit mine d'être inquiète afin que son mirage, copie conforme d'elle-même en face de même, mais en fait, elle guettait le meilleur moment pour intervenir.


___C'est alors, que dans cette petite arène créer par Reverse Song, que des explosions firent leur entrée, rien qui n'inquiéta la nécromancienne qui ne dévia pas de sa route, toutefois c'est à cet instant très précis qu'arriva quelque chose d'intéressant. De captivant même, Sombra intervint pour stopper la lance clamant qu'il s'agissait de son combat, et de cette manière laissa le mirage intact, feignant la surprise plutôt que la satisfaction, la princesse prit un air sévère et un regard méfiant alors que Sombra lui tournait autour comme un prédateur savourant la victoire, si seulement il s'imaginait dans quel piège il était en train de sauter à pieds joints. Mobilisant une petite quantité de magie, elle profita alors du fait que Sombra soit tourné vers la vraie elle tout comme Reverse pour agir.


___Elle envoya un flash lumineux dans la direction de la place en contrebas et dans le même temps en profita pour dissiper l'illusion, prenant avantage de leur aveuglement elle chargea un rayon de lumière qui fonça droit sur Sombra aveuglé qui ne devait certainement pas comprendre d’où venait l'attaque. Le rayon de lumière serait certainement une attaque assez puissante pour dissiper les ombres dont il s'enveloppait, mais aussi pour le blesser. Survolant la zone, la princesse rigola. Elle prit bien attention à ce qu'aucun piège ne l’attente, aucune magie, aucun fil invisible, et s’il y en avait, elle les désactiva. Restant en vol stationnaire devant ses adversaires la princesse prit la parole.


-TU PARLES TROP, ROI DE L'ORGUEIL! LES DISCOURS SONT POUR LE COMMENCEMENT OU LE DEBUT DES BATAILLES!


___Elle porta alors son regard vers Reverse Song et répondit alors à ce qu'elle lui avait dit précédemment.


-Mais si il est l'heure des discours, Reverse Song je présume? Eh bien saches que tu trompes, je me concentre effectivement sur les faibles. Les ténèbres rendent faibles, ce n'est pas une question de bien ou de mal, on peut faire le bien avec les ténèbres ou la lumière et vice versa. Cependant les ténèbres sont un mal qui ronge le cœur des hommes et qui rend faibles, physiquement et mentalement – La princesse illumina sa corne prête à faire feu au moindre mouvement de Sombra et se permit une aparté- Vois-tu, lorsqu'on discute, il faut prendre ses précautions. La Nécromancie que vous aimez temps ne fait pas partit des ténèbres comme le clame ce roi fou, mais des ombres. Les ombres ne sont ni bonnes, ni mauvaises. Toutefois les ténèbres engloutissent les ombres et les cachent, ainsi elles perdent de leur puissance. Tandis que la lumière créer l'ombre et la fait grossir, la lumière nourrit l'ombre et lui donne la puissance. Si je suis ici en partit c'est pour prouver cet état de fait et montrer à votre peuple qu'il y a un autre choix, un autre choix que les ténèbres, la lumière renforce corps et esprit. Deux composants essentiels à la magie.- L'alicorne fit alors tourner ses yeux à la recherche d'une quelconque attaque, mais elle se savait couverte par Zénith- Je suis au courant du différents qui te lie à Sombra, mais j'ai aussi un différend avec lui et surtout sa fille. Ne t'inquiète pas, je ne compte tuer ni l'un ni l'autre, mais leur apprendre les bonnes manières. Te laissant alors tout le loisir de faire ce que tu veux avec ce simulacre de roi. Reverse Song... Jeune jument, je suis en quête de purifications des ténèbres et donc de la faiblesse, sous une de ces facettes- elle semblait tant y tenir à cette faiblesse lors de sa phrase, elle avait un peu plus appuyé ce mot, espérons que ce discours fasse mouche- Je ne pense pas que nous devrions nous battre, pas aujourd'hui en tout cas. Et j'ai même une proposition à te faire, rejoint moi! Rejoint mes rangs et je nourrirais tes ombres. Tu n'es pas obligée de me donner une réponse dès maintenant, si tu as besoin de preuve, le corps à bout de force de ton roi sera sûrement une preuve suffisante? Toutefois, comme je l'ai dis, je ne pense pas que nous ayons à y gagner, ni toi, ni moi à nous battre maintenant. Si mes manières te déplaisent, si mes paroles sont inaudibles à tes oreilles. Alors je me soumets à un combat, mais laisse-moi te montrer la puissance que la lumière peut t'apporter une fois débarrassé de ces ténèbres. Sur ce, - la jument en armure redonna toute son attention au roi. - il me semble que Sombra, tu ne peux attendre plus longtemps? Viens là!



___Reprenant le combat là ou il en était, la guerrière améliora ses capacités physiques, sa vitesse pour être précise puis s'apprêta à virer pour esquiver une quelconque attaque, mais faisait aussi briller sa corne en préparation d'une contre-attaque.
Revenir en haut Aller en bas
Steam Gold
avatar
Solar Empire

Messages : 326
Age : 24

• Votre personnage •
Race: Pégase
Niveau: 27
Expérience:
125/340  (125/340)

MessageSujet: Re: [Raid Solariste] Pour La Lumière!   Mer 5 Aoû - 10:47

La licorne blanche s’approcha de moi, me piégeant dans cette ruelle. Mais pour empirer le tout, d’étranges douleurs musculaires parcouraient mes pattes et mon unique aile sans comprendre pourquoi. Mes lunettes de protection sur mes yeux et mon bandana sur mon museau masquaient heureusement mes émotions face à cette situation plus ou moins problématique.

En plus de cela, Derpy tentait de me sauver en balançant un gros gravât de la taille d’une brique vers elle, atterrissant finalement sur son armure. Bien que ça risque de ne lui faire aucun dégât, la chute de ce caillou l’a fait vaciller jusqu’à sa chute à ma plus grande joie.

Avant de partir, mon amie factrice me criait pour dire de quitter cet endroit à cause de la méchanceté de mon adversaire avant de s’envoler autre part. Vu le ton qu’avait pris la pégase grise, j’avais compris qu’il s’agissait de la fameuse princesse Shade, celle qui avait agressée la pauvre postière qui ne lui avait rien fait. Moi qui ne supportais pas que quelqu’un s’acharne sur un innocent, mon envie de lui donner une raclée monumentale était puissante.

Cependant, je ne pouvais pas suivre le conseil de Derpy car son acte pourrait la mettre en danger, connaissant les chances que la fille du monstrueux roi Sombra la prenne en chasse. Suite à cela, je me dépêchais de tirer sur la fine corde qui se trouvait non loin de moi, dégoupillant par la suite un explosif que j’avais cachée discrètement derrière le tas de poubelle à l’entrée de la ruelle. Cela provoqua une explosion qui faisait écrouler une partie du bâtiment pour bloquer la ruelle, nous piégeant toutes les deux.

« Donc, c’est toi la fameuse Shade, La princesse qui a osé déplumer mon amie. Pas étonnant de faire cet acte de la part de la fille d’un monstre sans pitié. Mais je ne te laisserais pas l’ennuyer encore une fois. Mais si jamais tu tentes d’appeler des renforts pour te sauver, je n’hésiterais pas à exploser toute la ruelle, quitte à nous ensevelir toutes les deux. J’ai assez d’explosifs pour ça. Mais ça n’empêchera pas l’explosion d’une quinzaine de bombes que j’ai collé dans quelques endroits de la ville. »

En effet, même s’il m’arrivait quelque chose, mes bombes étaient toujours opérationnels pour éviter que le moindre problème fasse échouer mon opération.

_____________________________________________

Mon OC:
 


Ma Cutie Mark:
 
Revenir en haut Aller en bas
Shade
avatar
Dark Pledge

Messages : 860
Age : 26

• Votre personnage •
Race: Licorne
Niveau: 26
Expérience:
94/320  (94/320)

MessageSujet: Re: [Raid Solariste] Pour La Lumière!   Mer 5 Aoû - 13:36

Alors que mon escorte s'amuse à tuer ceux portant secours à nos ennemis, j'entre rapidement dans une maison sombre et isolée, n'ayant pas été touchée par la bataille, afin d'y mettre en sûreté les documents que je transporte avec moi.

L’intérieur est classique avec une table où quarte poneys peuvent prendre leurs repas, une petite cuisine et un coin détente. Mais ne sachant pas où se trouve exactement mon père, je préfère les mettre dans un endroit où personne n'ira chercher, et je fait une petite marque en bas de la porte pour le roi, une marque anodine qu'en dehors de lui et moi, personne ne connait, et où sa réelle signification sera prise pour un simple dessin d'enfant.

Je me dirige vers le salon et trouve rapidement l’objet de ma quête, la bibliothèque. Je la parcoure rapidement et tombe sur un livre que beaucoup de monde possède à Equestria, un livre de contes pour enfant, celui là même que mon père me lisait le soir quand j’étais petite, même si cela était pour dixième fois. Je l’ouvre à mon moment favori et y dépose les documents ainsi que mon collier comme marque page pour enfin reposer le tout à sa place, comme si je n'étais jamais passée par là.

De toute façon, quand bien même quelqu’un viendrait à les découvrir par hasard, il ne trouverait que des feuilles vierges. En effet l’encre sympathique n’est visible qu’au dessus d’une source de chaleur, protégeant ainsi les informations. Le tumulte soudain qui s'élevait dans la ville ne pouvait à mes yeux n'avoir qu'une signification : les soldats en faction à Prétuskria étaient arrivés et avaient comme prévu pris l'armée ennemie en tenaille.

Ceci réglé et un verre d'eau bu au passage, je ressors tout aussi discrètement du domicile et arrive au niveau d'une ruelle que je remonte tranquillement et tourne dans une rue adjacente et déserte. Mais qui ne se trouve pas être si déserte que cela. En effet un poney recouvert d'une cape noire à capuche s'y trouve également.

Je trouve cela suspect, surtout que la personne m'ayant clairement vu se serait identifiée immédiatement à moi s'il avait fait partie de ma nation. Je m'approche donc d'un pas ferme, décidé, le regard observateur, froid, implacable ainsi qu'interrogateur.

Ce poney était d'autant plus suspect qu'il semblait cacher quelque chose au vu de son comportement. D'ailleurs il n'avait pas l'air content de me voir, je semblais l'avoir fortement dérangé dans sa mission. Alors qu'au-dessus de nos têtes les filets sont mis en place, je fais en sorte de mettre le mystérieux rôdeur dos à un mur. Une fois cela fait, je fonce sur lui et lui donne une violente ruade, au niveau de la poitrine afin de voir son visage, pour l'incruster dans le mur en lui demandant d'une voix ferme et froide :

-Qui es-tu ? Et que fais-tu là ?

Je n'eus pas le temps d'entendre distinctement sa réponse, il ne me parvint que des bribes, car un morceau de roche de la taille d’une brique entra en collision avec mon armure. Je ne fus heureusement pas blessée, mais la chute de ce caillou m'avait fait vaciller et il me fallut quelques instants pour me ressaisir et chercher la personne responsable de ce qu'il venait de se passer.

Je vis s'enfuir la misérable postière que j'avais rencontrée quelques jours avant la bataille et qui avait eu le loisir de faire un petit détour par ma salle de jeux personnelle. Malgré ma colère contre elle et mon envie de lui faire payer ce qu'elle venait de faire, la raison l'emporta et je repris place face à la pégase que j'avais initialement prise pour cible.

Enfin je pouvais voir son visage. Il s'agissait d'une jument pégase au pelage jaune or et à la crinière couleur chocolat. Apparemment elle avait placées des bombes à plusieurs endroits de la ville. Seule, je ne pourrais jamais toutes les trouver et les désactiver à temps, il me fallait une équipe de déminage en renfort. J'émis un sifflement à l'attention des pégases qui installaient les filets pour qu'ils m'en donne un bout. Je fis discrètement passer l'ordre au chef de cette unité de m'envoyer ici une équipe spécialisée dans le déminage, constituée d'au moins un ou deux forgeurs.

Une fois mon filet au sabot, je rejoignis la pégase dans la masure et lui lança le filet autour des pattes. Sans lui laisser le temps de réagir, je lâchais le câble avant de rejoindre dans les plus brefs délais l'habitation la plus proche de notre position. Je pus y trouver ce qu'il me fallait : du feu et du bois pour faire une torche.

M'étant mise à couvert sous la fenêtre, et consciente que je ne pourrais avoir un meilleur angle de visée, je projetais à l'extérieur le pied de table surmonté d'un chiffon imbibé d'alcool auquel j'avais mis le feu grâce à la cheminée du logis. Je ne fus capable de sentir que le souffle de l'explosion et ne fus pas en mesure de voir immédiatement si j'avais réussi mon coup ou non.

Quelques minutes passées, je sortis de cette maisons et me mis à la recherche de cette poseuse de bombes aux neurones déficients, me demandant où elle pouvait se trouver à présent. En position défensive, lame au clair, j'étudiais du regard chaque endroit dans lequel elle aurait pu trouver refuge pour éviter le gros de la déflagration.

Si elle désirait aller plus loin, où qu'elle soit, elle n'aurait pas d'autre choix que celui de me passer sur le corps, et je n'avais pas l'intention de la laisser s'enfoncer davantage dans la ville et causer plus de dégâts qu'elle ne l'avait déjà fait jusque-là. La chance me sourit quand l'équipe de déminage convoquée plus tôt me fit signe de sa présence.

A celui qui semblait la diriger je dis que plusieurs bombes avaient été posées dans le secteur et qu'il était primordial que son équipe et lui les retrouve avant qu'elles n'explosent. Pour ma part je me remis à chercher frénétiquement du regard mon ennemie. Il était hors de question que je la laisse progresser dans la ville à sa guise, je devais la retenir ici le plus longtemps possible.

_____________________________________________
Montage créé avec bloggif
Sombra est le maître de tous !
Ma tenue de soirée, créer par Pandore:
 

Revenir en haut Aller en bas
Reverse Song
avatar
Dark Pledge

Messages : 921
Age : 23

• Votre personnage •
Race: Licorne
Niveau: 29
Expérience:
179/380  (179/380)

MessageSujet: Re: [Raid Solariste] Pour La Lumière!   Jeu 6 Aoû - 14:30


    IMPORTANT

    Pour plus de clarté, l'ordre de passage est celui-ci :

    Celestia
    Sombra
    Steam
    Shade
    Reverse
    Zenith
    Hardy
    Derpy
    Scaredy

    pour éviter les double attaques et vous référez à votre adversaire (les combattants se suivent, ceux en solitaire postent en dernier), suivant plus ou moins le premier round. La règle des 24h ne change cependant pas, si vous ne répondez pas, votre tour saute et vous ne pourrez répondre qu'au prochain tour.
    Ainsi, Sombra ayant sauté son tour, devra répondre après la prochaine réponse de Celestia.

    En espérant que cela soit clair pour vous et que cela simplifie le raid.Ceci est cependant un test. Si ce n'est pas concluant, nous chercherons une autre solution. Merci de votre compréhension ♥

    C'est donc à Reverse Song de répondre. Si elle n'a pas répondu d'ici minuit (pour éviter trop d'attente), elle sautera son tour, et ce sera donc à Zenith de poster.

_____________________________________________

Art by ka_samy on DA.

Autres:
 
Revenir en haut Aller en bas
Reverse Song
avatar
Dark Pledge

Messages : 921
Age : 23

• Votre personnage •
Race: Licorne
Niveau: 29
Expérience:
179/380  (179/380)

MessageSujet: Re: [Raid Solariste] Pour La Lumière!   Jeu 6 Aoû - 18:26


Raid -

Quelque chose brilla au loin. Quelque chose siffla, éclair d'argent, devant ses yeux méfiants, focalisés sur la moindre attaque, la moindre ombre, telle une proie redoutant les prédateurs l'entourant. Ce ne fut qu'un réflexe. Maigre, subtile, probablement inutile. Mais sa main se plaqua contre ses épaules et son flan, entourant sa tête de son linceul magique. Et le bruit emplit sa tête d'une chaleur brusque, étouffante, violente.

Sonnée, un genou à terre de par le choc brusque, elle toussa l'épaisse fumée noire. Elle avait eu raison. Et pour une fois, elle le regrettait presque. Il y avait là, dans les dédales sombres, un poney, un griffon, qu'en savait-elle, qui maniait la corde, tirant à distance des carreaux ou bien des flèches, explosant à leur impact. Un ingénieur donc. Mais du panache charbon, elle n'en vit rien, véritable cape la rendant invisible au monde, cachée de ses prédateurs, mais aussi de ses proies. Et pourtant, au loin, elle s'attendait à une nouvelle salve. Après tout, il était certain que, même avec la maigre défense que son écharpe, protégée par les monceaux d'acier -ce qui allait lui éviter une énième séance de couture-, lui donnait, elle n'aurait pût bouger de suite. A moins d'avoir des réflexes de serpents et la vivacité d'une antilope -ce qui n'était pas le cas-, la cible se devait d'être au moins sonnée pour quelques secondes. Quelques précieuses secondes, qui étaient des plus vitales lors d'une bataille.

Un battement de cil. Voilà ce qui s'était passé dans la réalité physique. Un temps distordu par les pensées, vives, flexibles, paniquées, qui lui hurlaient de courir s'abriter dans la ruelle qu'elle venait à peine de quitter. Une simple roulade aurait suffi à la rejoindre. Mais sa carcasse, trop lente pour ses idées, n'aurait réussi avant la nouvelle sagaie.

Elle se plaqua alors contre le sol poussiéreux, son écharpe se muant avec vivacité sur son dos et sa nuque, espérant que le reste de l'armure la protège au mieux. Si explosion il y avait, le souffle ne la propulserait pas au loin, et, avec ses quelconques résistances liées à son armure, probablement resisterait-elle à la langue ardente et à ses débris de roches et de tuiles, contre nombreuses contusions et trauma.

Mais, a défaut d'un sifflement aiguë, caractéristique des objets filants -avant de vous exploser à la tronche- il n'y eut qu'une brève mélopée. Enjouée. Salvatrice. Comme une foule en délire l'acclamant, la poussant à continuer, à se relever, et à se battre, encore et encore, sans jamais fléchir. Il lui semblait pouvoir résister aux tempêtes et faire face aux plus colériques des dragons, subir mille fois la mort et l'armée de lumière, que jamais elle ne baisserait la tête, si ce n'est pour empaler ses ennemis de sa farouche corne.

Et le mur implosa.
La chaleur lui coupa le souffle, le choc la laissa plaquer au sol. Mais de son nouvel atout, elle ne ressentit ni le feu, ni la douleur ; ni les briques ni l'onde destructrice. Ce ne fut que bruit, sourd, long, puissant ; et lumière, de rouge et de poussière, tel un feu d'artifice raté.

L'épaisse fumée continuait de voler autour d'elle, ne dégageant que quelques rares centimètres au sol d'une parfaite visibilité. Sombra était désormais devant elle, ou tout du moins, au loin, faisant face à l'alicorne du soleil. Sa bouche bougea, claquant les mots dans un ordre inconnu, muet, de ses oreilles encore sous le choc. Mais de ses gestes, elle n'en comprit que bien assez le sens. De toute évidence, il ne voulait de son aide. Stupide. Il n'y avait jamais assez de soutien lors d'une guerre, et quoiqu'elle en pense, rebutant l'idée même de soutenir un être aussi mou que le roi qu'il était, cela lui avait semblé être la chose la plus utile à faire pour sauvegarder son pays. Mais soit. Quand il ne serait plus qu'épave gisant dans son propre sang, probablement réfléchirait-il à l'importance d'un duo. Enfin, s'il pouvait encore se permettre de réfléchir.

Mais qu'importe. En relançant au loin son épieu d'os dont le bout, glacé, attendait encore de se figer dans une proie, il lui indiqua, probablement par inattention, la position de son ennemi. A sa droite. Dans la ruelle menant à la taverne -ou bouiboui- d'un crétin nommé Rufus et qui servait, en prime, des bières de basse qualité. Un lieu qu'elle connaissait donc que trop bien.
D'un geste de corne, ne bougeant de son panache de fumée, elle invoqua un zombi à l'entrée de la ruelle. Ni armure, ni épée, éclopé jusqu'à possible, la maigre chose n'était, de toute évidence, pas là pour combattre. Mais de ses sons -qu'elle pouvait de nouveau entendre-, gargouillis infâmes, elle pouvait savoir si l'infâme ingénieur était toujours de ce côté, ou s'il avait fuit de ses jambes de lâche. Aucun son ne se fit entendre, si ce n'est le discours barbant d'un Sombra tournant autour de l'ailée comme s'il s'agissait d'un succulent gigot. Ni explosion, ni flèche décochée ; ni claquement de dents ou chair tombant. Juste le « beu » stupide que les revenants poussaient lors qu'aucune pièce de viande fraiche ne se présentait à eux.

Par conséquent, son ennemi était parti.
Ou tout du moins, n'était plus dans cette ruelle.

Roulant sur le côté, se relevant alors derrière le panache de fumée qui la cachait de la dédale gauche et de celle dont elle était précédemment sortie, elle scruta les toits, à la recherche d'un ennemi, ou bien des escadrons aériens qui parsemaient les hauts cieux. Mais il n'y eut rien. Juste le bruit de batailles plus ou moins proches, l'informant de la présence, certes, d'opposants, mais aussi d'alliés. Elle n'avait, pour le moment, pas de réelles raisons de s'inquiéter d'eux. La ruelle de droite vide -et surveillée par un cadavre béa d'admiration devant les pavés noircit- et celle en amont séparée par les deux dirigeants, il n'y avait donc plus que deux solutions. Soit l'ennemi déboulerait, par la gauche ou par devant, le résultat était le même, et, incapable de viser correctement de par la fumée, bien qu'en train de se dissiper, l'attendrait au loin, soit il foncerait vers elle avec la rage d'un combattant. Mais, de son statut d'ingénieur, la première solution semblait la meilleure. En effet, probablement avait il, ou bien allait il, semer divers bombes et pièges dans la dédale étroite, rendant son ascension difficile, voir mortelle. Il fallait donc que la nécromancienne reste sur la place, faisant confiance non seulement à son écharpe aux griffes acerbes, mais aussi aux remous des parasites, des nuisibles, qui fuyaient, hurlaient, bien plus fort que la cohue des visibles.

Et quand enfin la fumée se dissipa, il y avait, face à elle, fière, droite, une licorne de blanc, dont le crin rougeoyant la rendait des plus visibles dans ce noir et ce gris métallique. Les regards se croisèrent, comme si toutes deux avaient eu la même idée. Attendre l'autre ou bien fuir sur le côté pour éviter les attaques à distance. Mais ni l'une ni l'autre ne semblait réellement déterminée à faire le premier pas.

Il y eut un temps de latence, dans le quel, de ce que les bruits lui apportaient, Celestia apparut de nouveau, comme cloné par on ne sait quel procédé. Tout du moins, jusqu'à ce qu'elle l'explique. Mais à demi-consciente des environs, elle ne s'appropria que quelques mots. Mirages. Reine du soleil, elle avait dévié les rayons sur les différences de chaleur et de densité atmosphérique, notamment dû à l'huile bouillante, pour en faire un leurre, attirant le roi -et la nécromancienne- dans son petit piège.

Bah.
Peu lui importait.
De toute façon, ce n'était pas contre elle que Celestia semblait avoir une dent.

D'un geste presque commun, son écharpe attrapa un débris tombé il y à peu. Un regard. Une idée. Un peu folle. Mais elle n'avait pas grand chose à perdre. Bon, peut-être la vie mais, au vu de sa qualité, ce n'était vraiment pas grand chose.

Il y eut un bruit. Léger. Véritable clameur pour elle, silence pour les autres, les bactéries se rebellèrent, étanchant leur soif dans le sang des innocents, leur faim dans la chair encore putride. Et d'un mouvement brusque, un zombi apparut dans le dos de la femelle ingénieure, l'attrapant de toutes ses forces -ce qui, certes, n'étaient pas grand chose face aux vivants, mais restaient paralysantes- avant de basculer vers la ruelle piégée.

Bien entendu, il y avait peu de chance pour que les deux corps tombent sur une mine. Mais ça. Ça c'était, bien entendu, sans compter l'intervention des débris que balançait violemment la main noire. La nécromancienne ne sut si la bombe qu'elle avait brutalement touchée avait explosé en emmenant d'autres dans sa folle danse, mais le bruit et le souffle la força à faire quelques pas de côtés. Protégée par les murs des maisons qui semblaient s'écrouler sur elle-même de par la force d'impact, elle se renfrogna, avant d'invoquer un mur d'ossement à l'entrée de la venelle pour y bloquer le passage. Ainsi, si la licorne de blanc et de rouge s'en était sortie, elle se devrait de faire demi-tour, ou bien se forcerait le passage de l'épaisse barricade, trop haute pour être sautée.

Dans tous les cas, pour l'instant, elle n'était plus vraiment une menace. Ne serais-ce que quelques secondes. Juste assez pour répondre au long discours que la princesse éveilla en elle.

- Les ténèbres ne sont que l'anti-thèse de la lumière, une formulation, au même titre que le bien et le mal, pour dénoncer quelque chose, commença t'elle, les yeux rivés sur l'alicorne dans son armure de pureté. Vous les dites fourbes, traitres, et ils le sont. Mais quand est-il de votre sainte lumière ? N'est-ce pas elle qui vous pousse à attaquer une nation, qui enrôle les paysans, les montant les uns contre les autres dans une guerre qui n'est pas la leur ? Regardez donc cette ville. La crise a eu raison d'elle, mais ce n'est ni l’œuvre du mal, ni celle de Sombra. Pretruskia ou bien Brisk rayonnent le commerce et la félicité. Si le mal rongeait réellement ces terres, pourquoi en seraient-elles épargnées ? En quoi une seule serait touchée ? Elle secoua sa tête, soupirant. Non. Il ne s'agit là que d'un mauvais tour, des actions en baisse ou bien du hasard houleux ; mais surtout, de la guerre soudaine et nécrosante.

Elle balaya de son sabot le ciel, emportant dans son sillon les cris et les vols en catastrophe des uns et des autres.

- Regardez donc ces soldats. Ils tremblent de peur, une arme à la main. Ils n'ont que faire de la lumière ou des ténèbres. Ce qu'ils veulent, c'est simplement vivre comme ils ont toujours vécu. Le Dark Pledge n'est pas la plus reluisante des nations. Elle accueille en sont sein les dépravés et les malades, les voleurs et les meurtriers. Elle est la prison des uns, la libertés des autres. Donnez leur une terre qu'ils s'égorgent eux-même, voilà la seule justice qu'ils désirent. Alors à quoi bon venir ici, chercher à les purifier, alors qu'ils le font d’eux-mêmes ? Je ne pense pas que vous soyez contre cette nation. Vous devez, d'ailleurs, ne pas trop vous en faire d'elle, car elle ne vous serait d'aucun recours ; ce que vous voulez, et nous le savons toutes deux, c'est la tête de Sombra. La tête de celui qui a commis, un jour, l'immondice de briser la paix tant aimé de tous.

Son regard se porta sur la sombre licorne, la jaugeant avec cet attrait pompeux qu'il haïssait tant.

- Et je vous l'offre. Ses yeux se braquèrent de nouveau sur sa Majesté du firmament. Je, que dis-je, nous n'avons que faire d'un roi qui offre ses terres en échange d'une fille bâtarde et faible, qui voue un culte à l'adynamie en se l'appropriant en une moiteur exécrable, qui n'est respecté que par la force et qui plie genoux face aux rebelles. S'il est incapable d'être fort, qu'il meurt. N'est-ce pas son adage ?

Ses babines se retroussèrent sur ses dents, qui, bien qu'elles soient de poney, lui donnait cet air farouche que les chiens abandonnés et galeux ont. Sauvage, méprisant, comme si le monde n'était plus qu'un dépotoir où uriner, un cimetière où enterrer son voisin trop faible pour lui résister, dévorant, rongeant jusqu'à la moindre parcelle de liberté.

- Prenez la, et partez. Cette ville, ces citoyens, ont bien assez souffert du manque d'argent pour subir une nouvelle attaque. Je m'occupe déjà de les purifier, ne les secouer pas trop, hum ?

Nouveau regard sur le roi déchu, comme s'il ne s'agissait là que d'un sac poubelle prêt à être déchiré pour y répandre ses merveilles de nourriture.

-Je ne vous rejoindrais pas. Pas sans une meilleure réflexion, ni dans l'instant en tout cas. Les miens ont encore besoin de quelques leçons de vie. Et je ne supporterais pas d'être endiguée sous le joug d'une nouvelle couronne. Celle-ci me démange bien assez pour que je la ronge jusqu'à l'os.

Soupir. Léger silence.

- Maintenant, si vous voulez bien m'excuser, il me semble qu'on me canarde. Bien entendu, je pourrais certainement mieux réfléchir a votre demande si les explosions ne sifflaient pas à mes oreilles. Je pourrais peut-être même vous aider dans votre quête envers les autres nations, si vous faisiez taire cette gourgandine. Et si vous n'attaquez plus jamais cette nation, qui sait, peut être que je ferais de la princesse un joli papier cadeau. Ça ferait du plus bel effet au-dessus de votre cheminée.

Et sans vraiment attendre de réponse, elle invoqua une nouvelle arme, véritable massue d'os, dont le crâne cornu en about semblait prêt à cracher flammes et ondes de choc.
Spoiler:
 

_____________________________________________

Art by ka_samy on DA.

Autres:
 
Revenir en haut Aller en bas
Zenith Dawnblade
avatar
Solar Empire

Messages : 444
Age : 28

• Votre personnage •
Race: Licorne
Niveau: 27
Expérience:
283/240  (283/240)

MessageSujet: Re: [Raid Solariste] Pour La Lumière!   Sam 8 Aoû - 18:25



[Raid Solariste]

Pour la Lumière!



All Hail the Sun!

La fumée s'était dissipée. Lentement, au gré des courants d'air qui se faufilaient entre les ruelles, du vent créé par l'agitation. Au gré de la lance d'os qui la déchira violemment en fusant vers moi. Enfin, non, point vers moi. Vers la ruelle d'où j'avais tiré sur la Nécromancienne. Je n'avais vu le lanceur du projectile, mais cela ne me semblait point être ma cible. Elle était trop concentrée sur notre Princesse pour cela.

Mais les courants d'air et le vent, eux, me dévoilèrent l'objet de mon interrogation. Sombra. L'impitoyable Roi de Dark Pledge en personne. Cette ancienne licorne viciée, maudite, qui se croyait la légitimité de mener un empire. Cet arrogant personnage qui semblait n'avoir pas même remarqué les pièges que j'avais pris soin de disperser. Quelle chance, pour moi, de voir l'infime reflet d'un filin grâce à la gracieuse lumière céleste qui perçait les nuages au son des cornes de brumes alliées. Un reflet lumineux indiscernable pour quiconque ne serait pas au courant de sa présence. Un jeu de lumière invisible au Roi à cause de sa position en surplomb.

L'autre Pledgienne, pour sa part, sembla touchée par la détonation. Qu'elle se soit légèrement décalée ou ait créé une armure d'os éphémère, son pelage fumait, visiblement roussit. Et si la chaleur l'avait atteinte, je ne pouvais douter des quelques dommages internes causés par les ondes de choc. Du moins, je l'espérais. Et de ma position, elle me cachait la vue, m'empêchant de m'enquérir de l'état de ma dirigeante. J'armai mon arbalète, prête à tirer de nouveau à la moindre occasion, jetant quelques coups d’œil au ciel pour m'assurer que les ombres des volants qui passaient ne s'arrêtaient pas. Mais je surveillais surtout la licorne à l'écharpe, prête à tirer si, remise de sa faiblesse, elle se prenait à l'idée d'attaquer de nouveau Dame Célestia.

En vérité, j'écoutais d'une oreille distraite les paroles du Prince des Ténèbres. Je m'étais légèrement décalée pour me cacher dans l'ombre d'un éboulis, tout en gardant un regard sur la largeur de la place. Je l'écoutais énoncer ses stupides âneries, tentant de toucher son moral, essayant vainement de lui faire peur, d'asseoir sa supériorité... Que pensait-il? Qu'il était en sécurité? Qu'il pourrait se le permettre? Quelle arrogance. Il ressemblait trait pour trait aux "méchants diaboliques" des livres pour enfants, ceux qui se lancent dans un discours long et pompeux, laissant au héros le temps de préparer sa riposte... Si j'avais su, en feuilletant ces ouvrages, que ces personnages ridicules qui ne faisaient peur qu'aux candides pouvaient exister dans le monde réel... J'en aurais presque ri, si la guerre ne faisait pas rage autour de moi.

Mais pour ma part, le laissant s'ébattre avec son ego, je fixais ses pattes à chaque tour qu'il faisant autour de la femelle blanche, tandis que son sabot frôlait le piège qu'il avait amené jusque ici... Un pas, juste un simple pas suffirait à l'activer. Mais malheureusement, il s'entêtait à l'éviter inconsciemment, posant le sabot juste à côté ou l'enjambant totalement. La tension était telle que j'avais la sensation d'avoir froid...

Puis, le retour du héros. L'action que le monologue de l'ennemi laissait présager. L’ascension éclatante d'une Impératrice qui me surprit même moi. Qui surpris tout le monde, par son apparition imprévisible. La Princesse Célestia elle-même, fendant les cieux, dissipant le simulacre et rabaissant le mâle qui avait tenté de s'abroger de sa valeur d'insecte. Illuminant la place de sa présence, restant dans les cieux pour faire honneur à l'astre dont elle était la Gardienne, à l'écart de tous mes pièges qui tapissaient les sols et les sols des rues.

Puis elle parla. S'adressant à celle qui l'avait attaquée, à cette Reverse Song. Lui présentant sa volonté, son intérêt, lui proposant une place à nos côtés. Fronçant les sourcils, je la regardais faire. Allait-elle réellement accueillir un individu ayant affiché des intentions belliqueuses vis-à-vis d'elle? Puis je réfléchis un instant, m'abreuvant de ses paroles et surveillant les deux êtres qui lui faisaient face, ainsi que les pégases et griffons qui survolaient par moment la zone. Je réfléchis, et j'aboutis à une conclusion évidente.

Oui, elle le ferait.

Oui, elle purifierait les ténèbres, acceptant un puissant allié, lui proposant ce qu'il désirait pour peu qu'il renonce à ce Roi. Ce Roi qui ne la respectait pas, ce Roi qui lui faisait de l'ombre, lui interdisant un glorieux combat, la rabaissant au stade de pécore gênant. À sa place, j'aurais immédiatement accepté. Mais comment pourrais-je être sûre de mon propre état d'esprit dans sa situation? Je n'avais aucun moyen de l'être, je ne pouvais que tenter de me figurer la conscience d'une inconnue dont je ne connaissais que le nom, certaines compétences et quelques paroles.

Comment pourrait-elle réagir? Refuser l'offre et se soumettre à Sombra, pour fuir et traquer d'autre solaristes? De ce que son Altesse énonçait en ce moment même, cela me semblait invraisemblable. Mais j'avais aussi du mal à croire qu'un simple discours, aussi éloquent soit-il, puisse totalement inverser la pensée d'une personne, quand bien même la loyauté de celle-ci puisse être instable. L'idée qu'elle se retourne directement contre Sombra, l'attaquant flanc contre flanc avec la Dame de Lumière, me semblait tout aussi improbable.

Pour ma part, trois possibilités sortaient du lot: la fuite, la révolte ou l'attaque. Soit cette Reverse désertait, abolissant toute loyauté à ce seigneur de pacotille, soit elle décidait de s’immiscer dans ce combat, attaquant indifféremment les deux dirigeants, soit elle ignorait les ordres de son Roi et l'aidait à abattre ma Reine. Dans le premier cas, je m'assurerais juste qu'elle fuit sans feinte, et dans les deux autres, je n'hésiterais pas à l'attaquer de nouveau, protégeant ma dirigeante à corps perdu contre les deux agresseurs. Il y avait aussi l'hypothèse non négligeable qu'elle ait noté ma présence ici et qu'elle jette son dévolu sur moi, auquel cas je saurais l'accueillir, au milieu de ce champs dont la moindre parcelle était à présent mon terrain de jeu.

Ces pensées virevoltaient dans mon esprit au rythme du parler royal, et de mon regard volant d'une menace à l'autre, prêt à tirer sur le lanceur de mon arbalète. Cependant, elle s'interrompirent rapidement, sur une prise de conscience.

Un sabot. Sur mon épaule. L'intense pestilence d'un cadavre en décomposition. Infiniment plus violente que celle d'un corps vide d'âme depuis seulement quelques heures, comme j'en avais pu observer à Gryphus. Je le sentais me saisir, m'agripper, sa chair dévoilée se collant de manière immonde contre mon poitrail. Secouant mon corps en tous sens, je commençai à désespérer de me défaire rapidement de cette étreinte morbide. Tandis que je grognais sous l'effort, une pensée m'omnibulait.

Je laissais la Princesse seule, sans défense ou presque face à deux Pledgiens.

Heureusement, ma crainte d'un affrontement à deux contre un fut balayé quand je vis la femelle empruntant à son tour la voie du discours. Juste avant qu'elle n'invoque un mur d'ossements, après avoir envoyé hasardeusement un gravât dans la rue. Je vis la roche rebondir une fois sur le sol, esquivant de peu l'une de mes petites mines mais percutant un mur qui accueillait un piège plus violent, provoquant une détonation qui fit s'écrouler une partie de la maison. La brèche créer ne me permettait point de passer, mais m'offrait au moins un avant-goût de l'épaisseur de l'obstacle d’ivoire.

Je dus cependant abandonner ces réflexion pour me reporter sur un problème plus urgent: la créature qui m'immobilisait partiellement, tentant de me mordre. Continuant à me débattre, je parvins finalement à lever mon exosquelette du sol et à en faire jaillir la lame qui y siégeait. L'agitant hasardeusement, je la plantai dans la cuisse de mon agresseur, qui ne répondit qui par un grognement. Mince, j'avais oublié que ces choses ne ressentaient pas vraiment la douleur. Tant pis, je n'avais plus le choix. Cessant de lutter, j'inversai ma force pour basculer vers l'arrière, tombant sur le mort-vivant.

Les mines que j'avais dispersé au sol n'étaient, de part leur taille entre autres, guère puissantes, sinon je n'aurais pris le risque de me réfugier parmi elles. Marcher dessus provoquait une détonation suffisamment forte pour bien abîmer une patte, mais point pour activer ses voisines. Ainsi, un corps mutilé et gangrené arrivant dessus sur le dos de faisait guère long feu, comme j'eus le bonheur de le constater. Il se désagrégea si bien dans la petite explosion qu'il me protégea mal, me gratifiant d'une brûlure au dos.

Surmontant la douleur, je me redressai, jetant un œil au cuir carbonisé et au métal noirci qui m'avaient protégé. Vérifiant que le corps disloqué était à présent immobile, je me détournai vers la structure invoqué, slalomant dans mon territoire pour atteindre l'os. Je toquais lentement dessus de mon sabot, confirmant sa solidité. Il serait stupide de gaspiller mon matériel à le détruire. Il bloquait une partie de la place, empêchant la fuite ou l'arrivée des ennemis, même s'il rendait inutile mon champs de mines. De plus, peut-être qu'en cas de fuite, dans un excès de confiance, cette Nécromancienne le ferait disparaître pour courir dans mon pièges. Non, il valait mieux faire le tour.

Sautant de dalle sur en dalle sûre, je rejoignis la ruelle d'où j'avais tiré, entendant difficilement les paroles de la licorne à l'écharpe. Je devais dire que je demeurais plutôt satisfaite de la voire trahir Sombra. C'était tout ce que cet arrogant pouvait recevoir de la part de sa Nation de dépravés. Mais un grognement fit fondre mon sourire et lever les yeux. Encore. Encore une de ces insultes au cycle de la Vie et de la Mort. Cette Pledgienne n'éprouvait pas le moindre respect pour les défunts, et cette vision me conforta dans l'idée que je ne voulais point emprunter cette voie dans l'Art des Ombres.

Je jetai un œil aux mines les plus proches de la créatures et décidai que je ne voulais pas dévoiler leur présence si tôt, même si la démarche chancelante de l'être semblait vouloir se jeter dessus. Plissant le coin de la bouche, je fouillai magiquement dans mon sac à la recherche de carreau, ne sachant lequel prendre. J'arrêtai ma décision sur un autre carreau explosif, à tendance plutôt létale sur ces créatures lentes, et moins voyant qu'un carreau incendiaire. En bref, l'arme idéal, pour peu que cette créature reste un peu immobile et me laisse viser.

D'ailleurs, quand elle me vit, elle commença à accélérer légèrement le pas. Rien de bien grave, mais suffisamment pour me convaincre de commencer avec un carreau normal pour l'immobiliser un instant. Heureusement que ces cadavres ambulants étaient plus dangereux en meute que solitaire. Saisissant un carreau normal, je l'enclenchai en reculant et visai l'ennemi qui titubait vers moi. Quand il fut à quelques mètres, suffisamment proche pour que je sois sure d'atteindre mon but, je décochai le trait qui se ficha dans son épaule, à un instant de déséquilibre.

Le voyant chuter je fit quelques pas vifs à reculons et préparai un autre carreau, explosif celui-ci. Et profitant de l'immobilité de la cible, je tirai. Cette fois, la distance fut suffisante pour qu'il explose sans que la déflagration de m'atteigne. Essuyant d'un coup de patte la sueur qui perlait de mon front, je repris vivement mon chemin, souhaitant retrouver un point de vue sur la discussion. Je retrouvai donc la ruelle, avançant prudemment pour ne pas me faire surprendre par d'autres réanimés.

J'allais reporter mon attention sur la fin du discours, cependant, elle s'interrompit rapidement, sur une prise de conscience.

Sombra. Son sabot. Le filin.

Il s'était arrêté dessus à l'arrivé de la Princesse.

Il bougeait. Imperceptiblement, mais il bougeait. Voyant cela, je reculais lentement, m'éloignant de la ruelle pour retourner dans l'ombre, me plaquant sur un mur dos à la place. Était-ce un simple réflexe musculaire? Un infime reflets de ses réflexions? Préparait-il quelque chose? Attendait-il une ouverture dans l'impitoyable garde de l'alicorne, apparente au travers de sa corne scintillante? Peu importait, car il bougeait. Et à cette pensée, une phrase m'omnibulait.

Un peu plus. Juste un peu plus.

Et sur la fin du discours, un silence survint, comme si quelqu'un attendait une réponse. Ou des actes. Comme si chacun se préparait. Et le chef ennemi aussi se prépara. Du moins, il tenta, supposai-je. Il bougea le sabot. Juste un peu plus. Juste comme il fallait.

Et telle une fabuleuse réaction en chaîne, un cercle d'explosion scella la place, condamnant le milieu des rues par des bloc d'immeubles effondrés, scellant l'accès à quiconque ne savait pas voler. Bien sûr, l'escalade était une option, mais elle serait suffisamment longue pour pouvoir attaquer un fuyard dans le dos. Et aussi puissant Mage que Sombra puisse être, ce n'était guère face à la grande Célestia qu'il trouverait la concentration de déblayer le chemin. D'autant plus qu'étant du côté de la détonation d'origine, le Seigneur noir n'avait pu éviter une autre série d'explosions dans son dos, projetant sur lui gravas et flammes.

Satisfaite, jetant un rapide coup d’œil à la rue que j'avais quitté, à présent élargie par les effondrements, je reportai mon attention sur la sombre femelle. J'étais toujours derrière les quelques mines qui n'avaient pas sauté avec l'anneau extérieur. Mais si tous mes explosifs étaient bel et bien posés, il me restait toujours mes carreaux, accompagnés de quelques surprises.

Je ne savais ce que la Pledgienne prévoyait de faire, elle se méfiait visiblement de moi, et c'était réciproque. Cependant, l'éventualité qu'elle trahisse l'ennemi avait une place chez moi. Plus personne ne doutant de ma présence, je n'avais de raison de me cacher à présent. Je ne souhaitais pas me lancer dans un discours âpre et engagé, je ne trouvais guère cela pertinent pour l'instant. Mais dissiper un malentendu pour éloigner un ennemi de ma Reine pouvait être rentable.

Je saisis un autre carreau explosifs, les plus surs dans le feu de l'action, et l'enclenchai. Contournant les gravats pour sortir de l'ombre, je lançai d'une voix forte et sûre, mon cœur battant à mes tempes:

"Je ne me bas point pas plaisir, et l'unique raison de mon agression à votre encontre était vos actes contre Dame Célestia. Si vous n'affichez plus d'intention belliqueuse à son égard ou au mien, je n'aurait ne raison de continuer à vouloir vous vaincre, d'autant plus si vous même ne désirez vous battre. Si son Altesse le désir, je peux même passer sur les insultes que vous proférez à mon attention."

J'avais proféré ces derniers mots d'un ton particulièrement aigre. Mais peu importaient mes émotions, seuls comptaient à présent les ordres de la Princesse. Ordres que j'attendais, fixant alternativement les Roi Sombre et la Nécromancienne avec méfiance, les oreilles alertes au moindre bruit suspect, au cas où un autre pécore désirerait intervenir dans cette... "entrevue".




HRP:
 

_____________________________________________
Zenith parle en #99ccff ~

Journal | Présentation | Demande de RPs | PNJs | Fiche Technique


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Raid Solariste] Pour La Lumière!   Dim 9 Aoû - 22:46

Depuis sa position en hauteur, il put voir la suite de ce qui allait être une bataille des plus chaotiques. Alors que leurs fronts et les leurs se trouvaient à un point mort dans la ville, deux trous commencèrent à s'ouvrir au travers des nuages. Mais que préparait donc les solaristes avec ces trouées de lumière?! Finalement, ce ne fut pas ce qui attira le plus le regard du jeune poney de cristal. Un panache de vapeur, vers l'avant de la ville, s'élevant dangereusement comme un voile mystérieux. Un voile qui dévora leurs archers. Une telle réaction était logique, avec l'huile coulant jusqu'en bas, après tout, ils n'avaient pas bouché ce qui servait à l'évacuation de l'eau en aval de la ville. Mais pas autant. La seule conclusion qu'il en tira fut que cela devait être l'oeuvre de l'armée ennemie. Créatif...

Pour contrer cela, il fallait quelque chose, autrement, ils pourraient se servir de leurs propres remparts contre eux. Les renforts seraient en difficulté si des archers prenaient la place des leurs sur les murailles. Cependant ces archers étaient accompagnés de lanciers, de guerriers donc. Même en plein milieu d'une brume épaisse, les vaincre tous ne seraient pas aussi facile que si les archers étaient seuls, et il y aurait au moins une certaine résistance qui ne durerait pas trop, mais qui minerait déjà les troupes. Mais il voyait très bien quoi faire face à cela. Un messager vint le voir, prit de panique. Celui-ci lui signala qu'une grande armée solariste arrivait par l'arrière de la ville. Bien que le reste des murailles soit toujours contrôlé par leurs archers accompagnés des piquiers, si ils n'approchaient pas, ils ne pourraient pas leur tirer dessus. Et cela semblait être les cas, en tout cas ils ne semblaient pas s'approcher en une charge...il y avait fort à parier qu'ils allaient rejoindre l'entrée, mais par quel côté?

Saisissant l'occasion, il indiqua au messager de rejoindre les égouts sous leurs sabots et d'indiquer la situation aux groupes de dragons qui les gardaient. Disparaissant rapidement, il commença à réfléchir à la suite des événements quand il entendit une explosion. Une grande explosion, une nappe de fumée s'élevant de plus en plus haut dans les cieux. Son coeur s'accéléra quand il s'aperçut que c'était l'endroit où il avait laissé Shade et l'étrange personnage qui longeait les murs. Mais avant même qu'il ne puisse s'élancer, une autre série d'explosions retentit. Les flammes à nouveau grimpèrent, comme des monstres majestueux et éphémère souhaitant dévorer les cieux. Des hurlements, des effondrements.

Et alors il réalisa. C'était bel et bien ça la guerre. C'était quelque chose de terrible. Quelque chose qui ne laissait rien indemne. Ni les personnes, ni les bâtiments...ni rien. Cela lui rappelait le cimetière, le zèbre...et alors il serra la mâchoire. Oui, il avait participé à cela. Au vu du déroulement de la bataille, ils étaient en position de faiblesse. Il n'y avait donc pas de temps à perdre. S'élançant au bord du toit sur lequel il se trouvait, il héla un groupe de soldats qui se trouvait en contrebas. A la moitié il ordonna d'aller prévenir les troupes des murailles de se rediriger vers la ville afin de repousser l'invasion ennemi, en rajoutant leurs troupes des murailles, ils pourraient repousser l'ennemi occupé à panser ses blessures. La charge était lancée. A l'autre, il donna l'ordre de sécuriser une sortie par les égouts, de préférence vers le nord. Oui, il avait grand mal à voir une victoire, alors il préparait ce qu'il savait faire bien mieux que la guerre, bien mieux que cette tentative horriblement minable de combat : La fuite, la retraite.

Chacun partit de son côté, et lui se redressa. Au loin, la vapeur commença déjà à être dissipée. Mais alors que les mages adverses finissaient leur travail, les entrées au système des eaux usées furent défoncées par des groupes entiers de jeunes dragons. Sous terre, il devait régner une chaleur étouffante a cause de l'huile bouillante et de l'eau, mais cela ne gênait en rien les dragons, qui avaient volés au travers du réseau jusqu'au pied des murailles. Surprenant les troupes ennemies récemment installées, ils purent prendre de court ceux qui venaient à peine de se barricader. Sur les murailles, le chaos de la bataille reprit, entre les archers, les assassins et les mages solaristes affrontant leurs dragons redoutables. Voyant que les troupes de Pretruskia arrivaient, il se dit que cela leur ferait une chose de moins à gérer. Cependant il ne vit pas que les renforts s'arrêtèrent et se mirent en position défensive, menaçant de charger les armées tentant de les encercler. Ils n'avançaient pas, face à eux se trouvant encore une huile bouillonnante, mais ils n'hésiteraient sûrement pas à attaquer les deux morceaux ennemis si ils leur tournaient le dos. Ce qui n'empêcha pas les archers dans leurs rangs de commencer à tirer en concentrant leurs tirs vers un des deux morceaux.

Abandonnant la vision globale qu'il avait, il commença à sauter sur les toits rapprochés de la vieille ville décadente. Désormais il n'était plus question d'être une ombre, de se glisser en regardant et sans combattre. On pouvait avoir besoin de lui, il ne pouvait plus rester caché. Ne sachant pas exactement de quoi il retournait pour le centre de la cité, il décida d'aller rejoindre la princesse Pledgienne. Galopant sur les toitures, sautant de rebord en rebord, un pégase ennemi qui évitait les filets tendus encore debout se posta devant lui, bien prêt à l'arrêter. Mais il n'allait pas se laisser faire. De par sa tenue, il se présentait clairement comme quelqu'un préférant la distance au corps à corps. Face à lui, le pégase blanc aux yeux bleus était armuré et portait une épée...mais l'armure ne faisait pas tout. Avec un bon placement et la bonne vitesse...

Déglutissant, il ne ralentit pas sa course, bien au contraire. Fonçant droit vers le pégase qui ne semblait pas s'attendre à ce qu'il continue sans même s'arrêter, il prit rapidement son catalyseur et le dressa en incantant de sombres incantations. Saisissant alors sa cape grise, il glissa au sol, transformant ses atours en une forme de nuage d'ombre. Le pégase ne put sentir qu'un coup porté à ses sabots avant qu'il ne tombe en avant et s'écrase sur les tuiles du toit. Derrière lui, Scaredy remit sa cape en place, avant de donner un coup de sabot rapide à la tête de l'ennemi. Au moins celui-ci était hors d'état de nuire. C'était fou, la détresse de la situation et la panique brûlait son crâne qui fonctionnait à vive allure. Quoi faire? Que faire? Comment? Peu importe comment il le retournait, pour lui, la situation semblait désespérée. Ainsi, peut-être que partir dés que possible serait une bonne chose.

Laissant derrière lui le pégase hébété, il arriva enfin sur une des habitations encore debout, près d'une ruelle aux deux embouts bloqués par des gravats et des maisons écroulées. Profitant d'une cheminée, il se réfugia derrière pour observer la scène en contrebas. Shade se tenait, épée sortit. Où se trouvait l'autre? Attentif, il commença néanmoins à se concentrer afin d'être utile à la princesse qui se trouvait en bas. Bien qu'il n'était pas un combattant, il pourrait certainement apporter une aide précieuse depuis les hauteurs...tout ce qu'il fallait, c'était trouver l'ennemi. Et ainsi il resta très attentif, non seulement à ce qui se trouvait en bas dans la ruelle, mais aussi autour de lui. Car il n'était pas à l'abri d'une attaque à revers, aussi camouflé soit-il. Dans tous les cas, il venait des quartiers supérieurs de la ville. Le bâtiment sur lequel il se trouvait ne devait pas avoir été passé par l'étrange individu...car il semblait faire des manipulations au niveau des bâtiments. Était-il responsable des explosions également?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Raid Solariste] Pour La Lumière!   Lun 10 Aoû - 20:38




___La Princesse du soleil envoya ses deux rayons lumineux droit sur le roi adverse espérant qu'il soit touché et esquiva si besoin une riposte. Tout en restant concentré sur le début de son combat, la Princesse Célestia écouta d'une oreille la proposition de son adversaire sans dire mot. Cette jument avait un quelque chose d’intéressant. Une vision des choses qu'il manquait au roi des ténèbres et bien qu'elle semblait être ancrée jusqu'au plus profond de ses tripes dans cette obscurité, dans ce chaos et ce néant que sont les ténèbres, l'alicorne notait intérieurement qu'elle n'était pas si "proche" des ténèbres qu'elle le laissait paraître. Comme si quelque chose n'allait pas, un mal être profond ou bien quelque chose dans ce genre. Ces paroles laissaient paraître que sous cette agressivité latente il y avait une bonne conscience encore un rayon de soleil, une lueur de lumière qui persistait. Car malgré les airs qu'elle se donnait, Reverse Song semblait se soucier du bien être de sa patrie, pas comme ce piètre roi qui bien que voyant qu'il était sur le point de perdre cette bataille préférait continuer à se battre et à garder son air supérieur. Elle... elle était plus humble, même si elle devait agir ainsi car elle avait un intérêt à le faire. Plus elle y pensait et plus Célestia voyait un intérêt à essayer de comprendre ce personnage et à la guider vers un chemin meilleur. On ne peut éradiquer les ténèbres, c'est un fait, elle avait déjà essayé maintes et maintes fois. Toutefois, on peut limiter leur expansion, essayer de les contrôler, et si cette jument au pelage noir était prête, la guerrière du soleil se disait que peut être... Peut-être qu'avec elle il y aurait un espoir de paix, mais pas dans ces conditions, pas dans son état d'esprit actuel. Pour l'instant ce serait une semi-paix, une paix qui tiendrait pour l'instant, jusqu'à ce que la moindre chose lui donne à elle ou bien à Sombra une raison de pouvoir se rencontrer à nouveau. Son visage c'était adouci en voyant l'espoir, en voyant qu'il y avait une chance, même maigre, vers un monde meilleur et peut être enfin une paix durable. Si seulement les autres dirigeants pouvaient grandir eux aussi, devenir plus sages au lieu de vouloir se battre pour des broutilles. Ils ne comprenaient pas que pour gouverner et pour le bien de leur peuple, ils se devaient de mettre de côté leur ego.



___C'est lorsque la demoiselle finit son discours que Célestia remarqua du coin de l’œil quelque chose, un filin sur lequel Sombra s'apprêtait à marcher, il était trop tard pour prévenir sa nouvelle alliée et alors que les explosions commencèrent, la princesse prit de l'altitude pour s'échapper de cet enfer et dans le même temps fit briller sa corne et invoqua un fin bouclier de lumière devant Reverse de sorte à ce qu'elle puisse d'elle-même couvrir ses arrières des explosions. S'ils étaient alliés autant qu'elle ne gaspille pas trop de magie pour ce genre de chose, ainsi chacune d'entre elle utiliserait une infime quantité de magie pour faire une défense suffisante à ce que la jument ne soit pas blessée par le souffle. Le bouclier que lui avait fournit Tia était fin, mais assez puissant pour tenir face à l'explosion. De son sceptre la princesse écarta les quelques débris que décidèrent de se frayer un chemin jusqu'à elle. Et vola à travers la place pour dégager ceux qui s'apprêtaient à retomber sur sa nouvelle alliée, Tia prenait tout de même garde à ce que Sombra ne l'attaque pas pendant ce temps, mais avec la poussière soulevée par l'explosion il ne pourrait très certainement pas la voir, malgré le fait que grâce à la hauteur et aux mouvements dans la fumée elle puisse le voir.








___Après quelques secondes et avec l'aide du vent, le nuage se dissipa et la jument au pelage blanc perdit en altitude gardant de l’œil Sombra qui semblait fulminer. Son visage qui s'était attendrit à l'idée d'un futur meilleur était désormais  maquillé d'un regard noir. Elle connaissait ce genre de procédé, il s'agissait de l'une de ses forgeurs en chefs, Zénith Dawnblade. Pourquoi diable avait-elle ainsi interrompu les négociations? Avec cet acte elle aurait pu tout faire capoter. Dans cette situation, Célestia n'avait absolument pas besoin de ça. S'adressant directement à celle avec qui elle voulait conclure un pacte, la dirigeante prit une voix normale, pas celle qu'elle utilisait lorsqu'elle devait gouverner, pas celle qu'elle utilisait lorsqu'elle devait intimider ses ennemis, mais sa voix normale, celle qu'elle utilisait avec ses proches teintés de douceur et mélodieuse:


-Jeune Reverse Song, je sens en toi quelques choses, une chose importante que ton roi n'a pas et qui semble être de la sagesse. Peut-être agis-tu par intérêt, ou peut être t'en persuades-tu, mais je pense qu'il y a plus que ça.  Tu as raison, les ténèbres sont l'antithèse de la lumière. Toutefois ils rongent le monde. On ne peut les éradiquer sous peine de voir la lumière s'évanouir avec eux. Cependant leur expansion est un mal qui risque de détruire tout Equestria, voir le monde et quel intérêt a à cela? - La princesse jeta un regard dédaigneux à Sombra- Certains pensent qu'ils peuvent les contrôler à leur bon vouloir et qu'ils ne sont pas dangereux pour eux, mais ils se perdent sur ce chemin. Les ténèbres doivent être endiguées et rester à la place qui leur revient, je te l'accorde, mais tant que ton roi sera aux commandes, il ne voudra jamais laisser les ténèbres en "cage", surveillés. Il les veut pour lui, car elles lui font miroiter le pouvoir qu'il recherche tant.


___Reprenant son souffle et ses esprits réfléchissant dans le même temps à la façon dont elle pourrait sermonner Zénith pour son acte.


-Je me vois désolé pour l'attaque dont tu as été la cible, j'espère que mon action t'aura fait comprendre que je ne veux pas traiter court aux négociations. Pourquoi Détrot? La véritable raison est qu'il s'agit de la ville la moins peuplée de votre Nation et que je veux le moins de civils possibles impliqués dans cette guerre.


___Prête à esquiver tout assaut de son adversaire qui devait être encore en train de se tirer des gravats, le gardant à l’œil prête à contre attaquer. La princesse reprit de plus belle.


-Tu as raison, d'autres villes sont plus lumineuses que Détrot et une d'entre elle n'a rien à faire aux mains des Pledgiens. Il s'agit de Brisk, comme tu l'as mentionné. C'est une ville cosmopolite qui réunit chacun et qui ne devrait pas être attachée aux ténèbres. J'accepte ce que tu me proposes à plusieurs conditions. Comme tu me l'as proposé, je veux la princesse Shade, c'est elle qui a déclenché cette attaque et Sombra semble si attaché à son éducation. Je vais donc lui donner une leçon et lui faire comprendre les conséquences de la guerre qu'elle a déclenchée.- Levant la tête au ciel un instant puis prenant un peu plus de hauteur, assez loin des toits afin que rien ne lui saute sur le dos sans prévenir, elle reprit- Si tu me demandes de laisser cette ville tranquille je le ferai, mais en échange je veux que Brisk soit passée sous ma régence, afin que notre pacte soit scellé et que Sombra se souvienne de sa défaite.








___Tia se posait quelques questions sur la sincérité de Reverse Song, mais pour l'instant elle préférait lui accorder un minimum de confiance, sinon rien de tout ça n'avancerait. Si elle avait prit de la hauteur c'était pour chercher la dénommée Zénith Dawnblade, elle avait trouvé la punition à lui infliger alors que Reverse Song lui parlait. Balayant les toits du regard elle finit par l'apercevoir et d'une voix puissante l'interpella.


-Zénith Dawnblade, rejoins-nous je te prie.


___Lorsque la licorne blanche fut sur place, la dame de lumière perdit en altitude, veillant à ce que Sombra ne cherche pas à fuir pour mieux attaquer à revers.


- Ma chère Zénith... Tu me vois peiner de te l'apprendre, mais avec ton attaque précédente tu as interrompu d'importantes négociations qui auraient pu stopper la guerre. Tu comprends donc que je ne sois pas ravie par ton intervention. C'est pourquoi lorsque les combats auront cessé à Detrot tu partiras avec Reverse Song ici présente afin que vous régliez vos différends.


___Tournant la tête vers la licorne noire, l'air le plus franc possible, la princesse prit une posture imposante, rappelant qu'elle était tout de même dirigeante de royaume, et bien qu'elle détestait tous les privilèges qui lui étaient accordés grâce ou à cause de cette position, elle devait en jouer afin de prouver la sincérité de son offre.


-Voici l'ensemble de l'accord s’il te convient. J'arrête l'attaque sur cette ville, je ou nous, selon ton envie, donnons une bonne leçon à ce roi de pacotille, je récupère la ville de Brisk sous mon commandement, tu m'offres Shade, et je te laisse la jeune Zénith Dawnblade ici présente fin que vous régliez vos griefs. Il me semble que nous soyons tous les deux gagnants dans cette histoire. Toutefois et si ça ne te dérange pas, j'aimerai que cet accord soit officiellement scellé une fois Sombra à terre et Shade sous ma juridiction. Dès lors je m'engage à ne plus attaquer votre nation, tant que la vôtre reste de son côté et tu pourras me considérer parmi tes alliés. Si Sombra s'écarte à nouveau du chemin, fait moi parvenir un message et nous le remettrons tous deux sur les rails.- La Valkyrie accompagna ses paroles de gestes afin d'imager un peu plus son discours, tout le monde sait qu'un orateur sans gestuelle est un orateur sans charisme-  À moins que tu ne convoites son trône. Pour l'offre que je t'ai fais précédemment qui consiste à rejoindre nos rangs, il est clair comme je l'avais mentionné que tu n'es pas obligé de me donner une réponse sur le champ. Tu as tout le temps nécessaire à cette réflexion, car cette invitation dure ad vitam æternam. Nous pourrons même nous rencontrer plusieurs fois s'il le faut afin de discuter de cette question. Sur ce, je vais donc m'occuper de Sombra puisqu'il semble s'en être sortit finalement. Zénith tu as pour ordre de rester avec Reverse Song. Comme ça, chère allié, tu peux être sûre qu'elle ne partira pas avant que vous n'aurez pas réglé vos problèmes, et sans te manquer de respect, elle pourra veiller a ce que tu ne me fasses pas de coup tordu, tu comprendras que je préfère prendre mes précautions dans ce genre de situation n'est-ce pas. Toutes les deux vous pourrez vous battre à votre bon vouloir une fois les combats cessé.



___Dans un battement de ses ailes majestueuses, la demoiselle de lumière s'envola pour se retrouver à mi-distance de sa nouvelle "allié" et de Sombra. Accumulant l'énergie dans sa corne elle s'apprêtait à combattre, il avait essuyé différentes attaques et devait être plus épuisé qu'elle. Pour l'instant elle devrait avoir l'avantage, mais elle se devait de rester sur ses gardes.



-Sombra! C'est entre toi et moi maintenant! Je t'attends!


Du coté de son armée, la tenaille se refermait sur les renforts adverses alors que ses mages concentrèrent le feu sur les ailes des dragons afin de les renvoyer à terre puis de les achever à coup de flèches. Tout semblait allez en son sens pour l'instant.
Revenir en haut Aller en bas
Steam Gold
avatar
Solar Empire

Messages : 326
Age : 24

• Votre personnage •
Race: Pégase
Niveau: 27
Expérience:
125/340  (125/340)

MessageSujet: Re: [Raid Solariste] Pour La Lumière!   Jeu 13 Aoû - 15:58

Shade avait envoyé discrètement ces soldats la recherche de mes bombes. Au moins, j’aurais la tranquillité de me battre seule face à elle. Je souriais derrière mon bandana, regardant ainsi la princesse dorénavant dans ma zone.

« Je suis ton adversaire et je suis là pour te botter le flanc afin de te punir pour ce que tu as fait à mon amie, que tu le veuille ou non. »

Soudain, la licorne blanche me balançait un filet à mes pattes pour me faire tomber avant de passer par la fenêtre d’une maison comme une lâche. Mais à peine je parvenais à me délivrer de filet que je voyais de cette même fenêtre, une torche a été balancée vers moi, atterrissant vers mon sac qui contenait ma petite réserve de poudre à canon, provoquant ainsi une explosion qui a heureusement touché là où se trouvait mon aile mécanique.

Légèrement sonnée par cette explosion et mon oreille sifflant fortement, j’étais à terre dans la ruelle, mon sac complètement explosé. Mais je voyais Shade s’approcher de moi en position défensive. Mais discrètement, avec ma patte dissimulée dans ma cape, je prenais une de mes grenades dont une fois la jument proche de moi pour m’attaquer avec sa lame, je la dégoupillais discrètement avec le coin de mon aile biologique avant de rire discrètement.

« Héhéhé. Tu ne crois pas qu’il est trop tôt pour crier victoire ? »

De mes mots, je faisais rouler m’explosif sous ses pattes, explosant immédiatement en libérant dans toute la ruelle bloquée une fumée rougeoyante à cause de son contenue qui était de la poudre au piment-oiseau que j’avais achetée à Petruskria lors de ma mission avec Celestia. Cette épice provoque ainsi sur mon adversaire des brûlures dans la gorge et dans les narines ainsi que les yeux à cause de l’aspect très piquante et épicée de cette poudre.

Etant immunisé à ma propre grenade avec mon bandana et mes lunettes, profitant des moments de souffrance de la part de mon adversaire pour me relever malgré ma douleur musculaire avant de lui donner un coup de sabot sa mâchoire, quoique pas très puissant mais juste assez pour la faire tomber. Une fois la princesse à terre, je sortais mon arc et une flèche dissimulée sous ma cape, visant la tête de mon adversaire.

« Je suis déçu de ta prestation, princesse. Se faire avoir par la ruse comme je l’ai fais ne te montre pas digne d’un pledgienne. »

_____________________________________________

Mon OC:
 


Ma Cutie Mark:
 
Revenir en haut Aller en bas
Shade
avatar
Dark Pledge

Messages : 860
Age : 26

• Votre personnage •
Race: Licorne
Niveau: 26
Expérience:
94/320  (94/320)

MessageSujet: Re: [Raid Solariste] Pour La Lumière!   Ven 14 Aoû - 15:50

Alors que l'équipe de déminage commence à se déployer sur la zone, je dit rapidement à son chef de faire ensuite un contrôle de la ville, de passé l'information au sujet des bombes à un maximum de nos soldats , histoire de limite l'effet de surprises si jamais les bombes viennent à exploser avant l'heure et surtout auprès de ceux pouvant les désamorcés ainsi que de ne pas hésiter à "recyclé" les bombes trouvé.
Une fois sur qu'il m'est bien compris, je reprend ma chasse, chasse qui n'a pas lieu d'être car la pégase n'est pas caché du tout. Le filet que j'ai utilisé pour entravé ses mouvements est en morceaux à cause de l'explosion, explosion dont elle s'en est pas sortie indemne, au vu du sang qui perle sur sa peau, mais à l'air d'avoir encore suffisamment de force pour me combattre, tant mieux, je n'aime pas les victoires faciles.

Par contre je ne dois pas la sous-estimé, on ne sait jamais, l'habit ne fait pas le moine. Je m'approche alors d'elle, sur la défensive et les sens en alerte, au point que j'arme mon coup, mais à ce moment là, la pégase parle et me dit que je crie victoire trop vite, au même moment j'entend le bruit d'un objet roulant vers moi.
Une grenade, par réflexe je recule, ferme les yeux et me protège le visage avec ma patte, la grenade explose toute suite après en libérant quelque chose, en gaz toxique car cela m'attaque rapidement les voies respiratoires qui commence à s'enflammé, le verre d'eau que j'ai bu toute à l'heure doit à peine ralentir les effets.
Par la suite, on donne un coup de sabot dans la mâchoire, pas assez fort pour me blesser, mais suffisamment pour que je tombe à terre.

Cette fois c'est le son d'un arc qu'on tend que j'entend, vu que j'ai toujours les yeux fermé afin que le gaz ne les attaque pas, suivi de paroles qui me mette hors de moi, j'en ai marre de passé pour le boulet du Dark Plege, pour une faiblarde et une moins que rien pour la simple raison que la vie m'a donné la chance d'être adopté par un excellent père, surtout quand cela vient d'une solariste qui pense valoir mieux que nous, étant donné que je suis habitué à ce que les sujets de mon père me le font savoir, je n'y peux rien si il s'agit du Roi Sombra. Je hurle alors dans une colère noir à mon ennemie :

- C'est surement à cause de mes foutus origines SOLARIENNE !


Et dans le même temps, je prend appuie sur mes pattes avant, afin de me soulevé et de ma donner de l'élan, pour asséner plusieurs coups de sabots arrières à mon adversaires proche, vu du fait que l'origine de sa voix se trouve en face de moi.
Mes premiers coups atteignent son arme dont le flèche tombe part terre, les autres l'atteignent elle, car je sens la chaleur de son corps lors de certains de mes impacts et comme j'y vais franchement et sans retenu, il est obligé que mes attaques fasse un minimum de dégâts sur sa personne.
J'entend un "CRAC" lors de l'un de mes coups, il s'agit soit de son arme qui casse sous l'effet de mes attaques, soit d'un os pour les mêmes raisons.

Bien sur je ne fais pas cela durant longtemps car l’inflammation qui gagne ma gorge et mon nez commence à bien me faire souffrir. J'utilise donc l'une de mes impulsions pour remettre debout en la projetant le plus loin possible de moi. Heureusement que je ne suis pas désorienté car cela me permet de repassé, malgré les yeux fermés, par la fenêtre de la maison qui m'a servit d'abri plutôt.
J'ose alors ouvrir les yeux, ses derniers commencent à me piquer légèrement à l'ouverture car le gaz est aussi présent ici, mais en moindre quantité et concentration par rapport à dehors où sa propagation à eu lieu. Sans attendre je cours vers un lavabo, attrapant au passage une nappe, et me passe de l'eau sur les yeux avant d'en boire une longue gorgée.

Le feu qui m’étreint alors les voies respiratoire s'éteint un minimum, mais je ne dois pas rester sans rien faire et laissé le temps à la pégase de s'organisé. Je déchire une partie de la nappe que je noue autour de mon nez et de ma bouche afin de ne plus subir l'effet de son gaz, en même temps je cherche des yeux quelques choses pour les protégés et tombe rapidement sur une ancienne paire de lunette d'aviateur, surement appartient-il à un ancien membre de la famille habitant ici ayant un passé dans l'aviation ou la voltige, j'attrape donc les lunettes providentiel que je met sur mes yeux tout en rejoignant la fenêtre.
Une fois prête, je regarde à travers la lucarne et trouve rapidement mon ennemi, je ne sais ce qu'elle fait, mais je vais pas la faire attendre. J'utilise alors ma magie pour lui lancé mon poignard dessus, poignard qui l'atteint au vu de la résistance que je ressent lorsqu'il la rencontre, par je ne sais pas où exactement, mais cela doit au moins l'avoir blessé ou handicapé d'un quelconque manière.

Immédiatement après mon attaque, je bondis dans la ruelle et commence à valser autour d'elle afin de rendre difficile de prévoir mes mouvements et mes possibles attaques, pour une fois que mes cours de danse servent à quelques choses, j'ai surtout pensé ce genre de stratégie depuis un certain accrochage dans une ville frontalière. Au fur et à me sure je me rapproche d'elle et fait en sorte de me mettre dans un mouvement de balancier afin d'augmenter la vitesse, la force et la porté de mes coups, tout en pouvant esquivé ou parait d'éventuelle attaque.

hors rp:
 

_____________________________________________
Montage créé avec bloggif
Sombra est le maître de tous !
Ma tenue de soirée, créer par Pandore:
 

Revenir en haut Aller en bas
Zenith Dawnblade
avatar
Solar Empire

Messages : 444
Age : 28

• Votre personnage •
Race: Licorne
Niveau: 27
Expérience:
283/240  (283/240)

MessageSujet: Re: [Raid Solariste] Pour La Lumière!   Sam 15 Aoû - 15:43


[Raid Solariste]

Pour la Lumière!



Retour d'adrénaline

J'avais noté, tandis que la fumée se dispersait, que la Nécromancienne s'en était sortie indemne. Je ne saurais trancher si cela était pour le mieux ou pour le pire, mais dans la mesure où il s'agissait très probablement d'un sort de Son Altesse Célestia, il n'était guère de mon devoir de commenter ce fait. Elle avait alors continué son travail de persuasion, agissant presque comme si l'explosion n'avait jamais eut lieu, répondant aux remarques de la femelle sombre d'une voix douce que je ne lui avais entendue que lors de notre unique entrevue.

Je prêtais donc une oreille attentive à ses paroles, me demandant comment Reverse y réagirait. Dire qu'il fallait maintenir les ténèbres en "cage", juste après avoir énoncé que Ténèbres et Lumière étaient dans un sens équivalents... Il était aisé d'en ressortir que la lumière aussi devait être maintenue à sa place. Mais il était vrai que dans la mesure où Sombra ne désirait pas un simple territoire pour l'exemple, mais bien Equestria toute entière...

Elle parla finalement de mon acte précédent, s'en disant... désolée? Je baissai imperceptiblement les oreilles à l'idée d'avoir agi à l'encontre de la volonté de ma Reine, mais je gardais cependant une posture digne sur les gravats, surveillant le Roi sombre du coin du regard. J'espérais simplement que le bouclier qu'elle avait probablement dû invoquer pour cette Reverse Song puisse finalement l'aider dans son entreprise... Je déglutis en me rendant soudainement compte de l'assèchement de ma gorge.

En écoutant la suite du discours, je commençais à comprendre où la Princesse souhaitait en venir. Il était vrai que culturellement parlant, Brisks était plus intéressante que Detrot, malgré sa distance. Mais Manehattan ayant un accès direct à la cité Pledgienne, elle serait possible à gérer. De plus, il était vrai que les actes de la jeune Shade n'étaient guère tolérables. Je me souvenais encore de la réaction de Steam au retour de la jeune postière. Elle était bien plus proche de la grise que moi-même, et son état avait eu le don de beaucoup l'énerver. Écoutant distraitement la réponse de la licorne à l'écharpe tandis que j'étais plongée dans mes souvenirs, je sursautai en entendant l'alicorne du Soleil appeler mon nom.

M’exécutant, je désescaladai les gravats moyennement agilement et m'approchai, restant à une distance raisonnable de la Pledgienne. Levant le museau vers ma Dirigeante tandis qu'elle s’approchait lentement, je sentis mon cœur se serrer dans un mauvais pressentiment, en partie à cause de son expression sérieuse. Quand elle commença à parler, je me fis parfaitement immobile et droite, fixant son regard tandis qu'elle me reprochait plus ouvertement mon intervention. J'étais dépitée d'avoir agit de telle manière que ma souveraine soit gênée dans son objectif.

Cependant mes oreilles tressaillirent en l'entendant annoncer ma punition. Continuer les combats avec Reverse Song après la fin du Raid? Elle prenait le risque de perdre un sujet pour s'attirer la fidélité douteuse d'une ennemie? Cette Nécromancienne avait-elle suffisamment de valeur pour risquer d'entrer en conflit avec ma Famille? Je savais pertinemment qu'il faudrait d'avantage que ma perte pour que les Dawnblade renoncent au Solar Empire, surtout depuis la naissance d'Apollo, mais... tout de même...

Oui, elle "me laissait" à l'étrangère. Comme si cette future traîtresse à sa Nation pouvait et allait disposer de moi comme bon lui semblait. Je me sentis douloureusement rejetée à cette idée. Non, Sa Majesté devait avoir une raison, un plan, quelque chose. De plus, elle semblait sous-entendre qu'elle comptait sur cette "alliée" pour la prévenir si Sombra sortait du droit chemin. Comment pouvait-elle être convaincue que les deux avaient la même notion du "droit chemin"? Cette Nécromancienne restait tout de même une licorne qui invoquait négligemment des cadavres!

Elle m'ordonna ensuite de demeurer aux côtés de Reverse pour que nous nous surveillions mutuellement. Mais son langage insistait pour attirer le respect cette "chère alliée". J'avais fait tout mon possible pour garder mon visage de toute trace de déception, avec succès me semblait-il, mais je me rendis compte que mes oreilles étaient abaissées. Mine de rien, je les redressai pour garder un air respectueux et compréhensif de mes erreurs, tout en camouflant mes doutes. Au moins, l’impératrice de Lumière semblait garder sa confiance en moi, puisqu'elle me laissait aux côtés de ce qui semblait être la clé de ce Raid.

Expirant pour calmer les battements intempestifs de mon cœur, je m'approchai de la nécromante à l'écharpe, m'arrêtant à environ un mètre d'elle et me tournant vers la Clerc et le Mage pour observer le combat. Je m'étais placée de telle manière que l'invocatrice de morts demeure dans mon champs de vision, quand bien même mon attention se portait principalement sur l'affrontement. En raison du retour d'adrénaline je me sentais un peu fatiguée, mais je luttais fermement contre la tentation de m’allonger au sol, ignorant les courbatures qui menaçaient de pointer.

Je faisais particulièrement attention à l'attitude de la Nécromancienne, attentive aux signes d'intervention magique qui sembleraient indiquer qu'elle souhaite invoquer un quelconque fléau pour nous affaiblir, la dame du Jour ou moi-même. Il n'était pas impossible que toute cette mascarade n'ait eut pour but que de faire baisser l'attention de l'alicorne blanche pour la prendre à revers.

Mais ce n'était pas pour cela que j'avais du mal à apprécier la scène, dans la mesure où je réfléchissais toujours aux paroles de la Déesse. Me reprocher mes actes, s'excuser auprès de l'autre, accéder à son marché, m'ordonner de me battre avec elle... Et si elle souhaitait tant faire de cette Reverse son alliée, il n'y avait point à douter qu'elle puisse compter sur ma défaite. Enfin, elle m'imposait l'inaction aux côtés d'une Pledgienne qui avait tenté de l'agresser...

Je me sentais lésée, avais-je si peu d'importance à ses yeux? Étais-je si aisément remplaçable? Mon absolue loyauté n'était-elle point un atout pour elle? Comptait-elle davantage sur cette femelle qui s’apprêtait à trahir que sur moi? M'utilisait-elle car elle comptait sur ma totale obéissance pour me sacrifier? Non, non, il devait y avoir quelque chose, forcément... Un plan a forcément un autre aspect en changeant de point de vue, non?

Mais lequel?

Je réfléchissais assez intensément, demeurant immobile tout en gardant une partie de mon attention sur l'objet de ma surveillance. Et si l'on changeait de point de vue? Et si elle comptait justement sur ma loyauté non pas pour me sacrifier, mais simplement pour lui obéir? Concrètement, elle m'avait donné deux ordres: rejoindre Reverse après le Raid et la surveiller en attendant. Ce dernier était déjà une preuve de confiance, et si l'autre aussi? Et si elle comptait sur moi pour ne pas mourir? Après tout, elle avait évoqué le combat, mais était-ce réellement une étape indispensable? Si elle n'avait point soif de sang, il était tout aussi envisageable que cette entrevue n'aboutisse qu'à une discussion pour poser les choses au clair...

Et concernant les reproches, s'il s'agissait simplement de prouver sa bonne foi à cette Nécromancienne, lui démontrer qu'elle ne faisait point de favoritisme? Dans un sens, mon intervention n'avait point eu que du négatif si elle avait ouvert la voie à la franchise entre les deux interlocutrices, n'est-ce pas? Oui, dans ce cas la Princesse ne m'en voudrait guère en réalité, je n'avais point perdu sa confiance... du moins je l'espérais.

Tournant la tête vers ma voisine, je lui dis préventivement, pour limiter les suspicions:

"Sachez que je ne dispose d'aucune raison personnelle de vouloir vous affronter, et l'entrevue d'après Raid que propose son Altesse n'a pas à nécessairement être un affrontement physique. Comme je l'ai énoncé précédemment, me battre n'est guère un plaisir à mes yeux."

Et toujours, un carreau était enclenché, prêt à fuser pour aider la Princesse Célestia.



_____________________________________________
Zenith parle en #99ccff ~

Journal | Présentation | Demande de RPs | PNJs | Fiche Technique


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Raid Solariste] Pour La Lumière!   Lun 17 Aoû - 14:08

We need more mail box !

L’hésitation se lisait dans son visage, quelqu’un l’avait suivi. Et il fallut que ce soit cette gourde de Derpy. Il aurait pu tomber sur pire me direz-vous, m’enfin ça reste quand même une solariste excellant dans le corps à corps, du moins lorsqu’elle le veut bien. Pourtant la quiche n’avait pas l’air de vouloir remodeler le visage de ce barde à coups de sabots. Tel un joueur de flûte dans la bourgade d’Hamelin, une grosse sourie si je puis dire l’avait agrippé et réclamait encore une fine mélodie.  Mais bon sang un peu de nerfs, une occasion pareille ça ne se loupe pas ! Joues de ta flûtes et charmes-moi cette idiote crénom ! Elle réclame que ça, après t’en fais ce que tu veux mais tu me l’abîmes pas, déjà qu’une autre voulait me la réduire en charpies. Allez ! Hardi compagnon ! Sors ton flutiau et fais la danser !

« Bah alors ? T’as perdu ta langue ? » Demanda la grise d’une voix infantile.

Toujours pas de réaction de la part de l’épais pégase brun. La vue de sa consœur grise l’avait peut-être choqué, qui ne le serait pas. Ou bien était-il tombé sous le charme de son strabisme, œuvre du hasard génétique et des gênes de Maman et Papa Derpy. Bref ma montre tourne, rien ne se passe et je m’ennuie calé dans mon fauteuil derrière toute cette histoire à narrer. Je pourrai vous en lire une autre tiens pour changer. Alors laquelle voulez-vous Mmmmh ? Astérix fait du stop pour aller casser le gueule à César, Non ! Berlusconi joue à Mafia, Non ! La guerre des Bols bretons entre Quimper et Pornic, Non ! Le Petit Chaperon Rouge fait le tro.., Non ! Qu’est-ce que c’est que ces branquignoles qui ne connaissent même pas leurs classique bordel ! Et qu’est-ce qu’on fait de Peau de Mulet, la Belle et le Yéti, Blanche fesse et… ah non pas celle-là mauvais exemple… Enfin bon vous m’avez compris. Quoi ? Vous voulez que je continu à vous raconter l’histoire de cette blonde avec un œil qui dit merde à l’autre ? Grmph, roah bon vous avez gagné je continu bande de rabat joies.




Derpy posa son séant tatoué de bulles sur les pavés en attendant que le musicien cligne des yeux ou fasse tout autre chose lorsque soudain une explosion ébranla le quartier et fit choir quelques tuiles sales. Derpy écarquilla les yeux, son poil se dressa, sa crinière aussi. Tous ses muscles se crispèrent par la proximité de ce coup de grisou en surface. Quel est l’imbécile qui s’amuse avec des explosifs ? Encore un ingénieur, ah ceux-là ils ne peuvent jamais se tenir en place c’est affligeant de pénibilité. Les ailes de la grise se déployèrent en même temps que ses pattes se plièrent et c’est comme catapulté par une fronde musculaire que la pégase s’envola laissant comme deux ronds de flans le flûtiste.

Soubresaut qui entraina la blonde postière dans les cieux au-dessus du chaos, le palpitant bondissant dans sa cage thoracique à en casser les barreaux et les poumons actifs comme une véritable pompe à air en pleine transe. Mais qu’à cela ne tienne, pourquoi faire du surplace alors que l’on peut voler à toute berzingue dans la chaos et ZOUUUU !! Quand la peur décuple tes forces, elle te permet de sauter plus haut, de soulever plus lourd, de courir ou de voler plus vite en fonction des possibilités. Battant des ailes aussi vite qu’elle le pouvait, Derpy s’éloigna de la zone de l’explosion et prit de l’altitude. Le chaos ambiant n’avait cessé, il avait même empiré avec le temps, foutu guerre. Les solaristes d’un côté, les ombres de l’autre, ah tiens ça en arrive d’ailleurs ce n’est jamais clair leur histoire de stratégie et personne pour résumer ce qui ce passe, quelle organisation je vous jure.

Il y en avait de partout, d’en haut, d’en bas, sur les côtés, par la tangente. Dans ce foutoir dont il serait inutile de s’attarder davantage, la pégase voulut fermer les yeux et les rouvrir bien au chaud sous sa couette. Se lever et manger ses croissants avec un bon bol de thé, puis passer sa sacoche autour de cou et partir en vadrouille à la quête de boîtes aux lettres à goinfrer de publicités indésirables. Des boîtes ! Mais OUI ! VOILA CE QU’IL LUI FALLAIT !!! DES BOÎTES HAHAHAHAHAHAHA ! DES BOÎTES À GÂTEAUX, DES BOÎTES À CHAUSSURES, DES BOÎTES AUX LETTRES, DES BOÎTES À DISQUES, DES BOÎTES D’ÉDITIONS, DES BOÎTES À COULER, DES BOÎTES À RENFLOUER, DES BOÎTES À BOÎTES !!! QU’IMPORTE LA BATAILLE, ON S’EN FICHE DES MORTS ET DES BLESSÉS, LE COURRIER C’EST SACRÉ !!! OOOOOOOOOOUUUUUUUUUIIIIIIIII !!

Tu les sens tes poils qui se dressent, ton esprit qui se fait la malle, tes yeux qui ne répondent plus, c’est la merde, la merde grave ! Puis cette musique qui résonne en boucle dans ta tête comme un disque rayé, ça ne vous énerve pas ? Moi si ça m’horripile. Aller Hop ! On plonge dans la rue en rigolant à cœur joie. Qu’est-ce qu’on bien poster oh oui bonne idée, on dira que ces morceaux d’armure piquées sur ce cadavre sera notre courrier. Direction les boîtes, et de une ! Et de deux ! Et de trois ! Et vlan le numéro Bis. Puis toi le cadavre tu veux du courrier ? Tiens un colis recommandé. Une petite signature s’il vous plait, ah vous n’avez pas de crayon. Boaf votre sang fera l’affaire allez hop au suivant.

Voles ma Derpy ! Voles vers ta destiné, ton idylle, ta raison de vivre. Fonces sur les maison, c’est ça ! C’est super. Et regardes un autres type qui attend son recommandé perché sur son toit, un crystal pony quelque peu stressé, il attend son colis lui aussi !!

Harrhh harhh harrh, bon sang ma tête. Mais qu’est-ce que Derpy ! Ne va pas vers lui il va te… Et qu’est-ce que tu fiches avec ce calepin ? Un sourire idiot écorchait le visage de la pégase, ses pupilles strabiques n’avaient plus la même taille. La guerre lui avait retourné le ciboulot, peut-être même qu’elle bavait. Elle arrivait en douce derrière le crsytal pony affublé de son armure, le décor semblait avec subit divers explosions et de la poussière volait encore dans l’air ambient. Alors qu’elle se trouvait  à quelque pas dans son dos, la pégase tendit un morceaux de casque et son calepin et annonça à voix haute.


« Bonjour Monsieur, vous avez un recommandé… »


Pour résumer:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Raid Solariste] Pour La Lumière!   Mar 18 Aoû - 3:31


En contrebas, une voix se fit entendre, et le poney de cristal eut à peine le temps de voir une petite forme rouler au pied de la princesse pledgienne que toute la ruelle fut prise dans un nuage rougeoyant comme le ciel le serait par un formidable couché de soleil. Mais ici il n'y avait de beauté que la composition de l'air. Bien qu'il se trouvait en hauteur et ainsi relativement à l'abri, il dut placer un sabot sur son museau car les épices commençaient à piquer, même à cette hauteur. Ainsi donc l'ennemi était là, et avait usé d'une arme ingénieuse...si tant et si bien qu'il y était immunisé lui même. Cependant, un nuage tel que celui-ci ne pouvait pas durer bien longtemps, sûrement, un peu comme du sable finissait rapidement à terre une fois lancé dans les airs. Peut-être était-ce un cas similaire?

Toujours très attentif à ce qui se déroulait dans la ruelle, mais également au chaos qui l'entourait, il finit par remarquer des formes au travers de la brume rosée. Doucement, cela commençait à tomber, mais il ne parvenait pas à savoir qui était Shade et qui était l'ennemie. L'une était à terre, mise en joue par l'autre qui avait un arc et une flèche encochée. Flèche...arc...quelque chose le frappa. Depuis qu'il la connaissait, il n'avait jamais vu la princesse user d'une arme à distance. Son art du combat se portait plus sur le corps à corps, et même sa stature pouvait le démontrer, si l'on y faisait attention. Priant pour ne pas se tromper, il commença à murmurer pour à la fois se rassurer et appeler les sombres forces qu'il avait tant bien que mal apprivoisé. Autour de lui l'air devenait néfaste, les forces devenaient plus sombre. Un peu plus, la magie glissait autour de ses sabots, léchait ses oreilles et son menton, un flux se formait au niveau de son catalyseur.

Alors qu'il avait terminé sa rapide incantation, il entendit des battements d'ailes tout proche. On l'attaquait? A revers! Heureux d'être resté prudent, il pointa son catalyseur vers la forme armée de l'arc, tandis que la voix de la princesse, semblant crier de rage bien qu'il ne se concentra pas sur la phrase en elle même, lui parvenait d'en bas. La magie fusa, s'instilla dans le corps de celle qu'il pensait être l'ennemie, et ce qui était une douleur musculaire devint plus grave encore, pouvant donner lieu à de véritables complications. Les muscles de cette personne devaient commencer à la faire terriblement souffrir, parfois ne répondant pas tout à fait aux attentes de l'esprit. Mais le jeune nécromancien s'était concentré pour accentuer les traits initiaux, ainsi les mouvements seraient d'autant plus douloureux et les actions compliquées à entreprendre. Il espérait que cela aiderait la princesse pledgienne, car il n'allait pas pouvoir l'aider. Inspirant un coup, les battements d'ailes étaient juste derrière lui.

Alors, se retournant tout en pointant son catalyseur vers la pégase grise qui était devant lui, il se prépara à affronter cette soldate ennemie. Autour d'eux le chaos, les combats, la folie et le sang. Bien qu'il avait tenté de se mettre à part de tous ceci, ne souhaitant pas blesser quiconque directement mais se sentant dans l'obligation d'aider son Roi et sa nation, il avait redouté de véritablement affronter quelqu'un. Pourtant il ne pourrait pas s'échapper cette fois, c'était le moment! La pégase grise allait l'atta-


Un...colis...recommandé? Un...pardon? Quoi? Plait-il? Attendez, il devait avoir raté un épisode. On était bien en temps de guerre pourtant? Et elle portait bien une armure? Et elle semblait bien solarienne? Bon, bon, tous les éléments logiques se trouvaient là, les preuves étaient flagrantes, donc il écarta l'hypothèse de la folie pour son cas. En revanche, le regard de la pégase le fit tiquer. Remarquer que quelqu'un avait perdu les pédales juste avec son regard était simple. Mais tenter de discerner de la folie dans un regard strabique, c'était une toute autre histoire! Complètement prit de court et à juste titre, le presque chat mouillé prit le bout de casque d'un air totalement déboussolé.

Jetant successivement un oeil au morceau, au calepin, à la pégase, puis au calepin, puis aux murailles en plein chaos, puis au morceau, puis à la pégase, puis au ciel, puis enfin au pélpin; euh calepin. Ainsi donc, il secoua la tête pour se remettre les idées en place. Que faire dans une telle situation? Une factrice, en pleine guerre, qui délivrait un bout de casque. Soit elle avait complètement perdu la boule, par logique, soit c'était une tactique très, très, très élaborée de guerre psychologique. Comment pouvait-on appeler cela? Du..."mindfucking"? Bwah, les mots exotiques ne marchaient pas trop.

Cependant la folie de la pégase le fit réaliser que lui ne l'était pas. Et de cette réalisation il vint à rapidement questionner sa santé mentale. Comment arrivait-il à tenir face à toute cette horreur? Et si lui était en fait une bien vile personne? Que la guerre ét-...STOP! Se frappant la tête d'un sabot, il devait arrêter de réfléchir à tout va et répondre à la pégase. Cependant, son coeur battait fort. Quelqu'un de fou était particulièrement imprévisible. Et surtout que, en y repensant, il y avait un problème. Un gros problème. Prenant un air un peu circonspect, il tourna sa tête vers la pégase. Son sabot droit tenant son catalyseur laissa choir ce dernier et vint se loger derrière sa tête. Le poney de cristal commença à sourire d'un air gêné et presque pitoyable, quand il répondit tout doucement, gêné...et il ne feignait même pas :

-Euh, bonjour...pardonnez moi c'est...la première fois que je reçois un recommandé. Comment cela fonctionne...?


Pourquoi jouer une telle carte? Parce que c'était la carte du naturel. Là où un pledgien aurait chargé un ennemi. Là où un autre aurait sûrement été encore entrain de se demander si c'était de la pâquerette ou du pissenlit. Là où...ben, là quoi. Scaredy Cat était quelqu'un d'assez gentil, empathique, et face à quelqu'un de fou, peut-être fallait-il rentrer dans son jeu et tout simplement tenter de calmer la personne en...en...mince, il aurait peut-être dû se diriger vers des études en psychologie finalement. Toujours était-il que même si il ne savait comment agir face à quelqu'un ayant perdu les rênes de son psyché, il n'avait jamais été en contact avec un élément de la poste auparavant. Et ce pour une très simple raison :

-Je...mes parents s'occupaient toujours du courrier donc je ne sais pas comment vous répondre, que suis-je censé faire?

Gênant en effet. Avoir des parents aimants et attentionnés, c'est bien. Mais forcément cela finit par porter préjudice à l'autonomie de l'enfant dans un futur lointain. C'était vrai quoi, entre ceux cuisinant des poisons au lieu du repas, ceux qui transformaient la lingerie en torchons et ceux qui ne savaient pas comment poster une lettre (LA BOÎTE, LA FENTE, LE BOUT DE PAPIER DEDANS, simple non?!), il y avait de quoi se foutre le sabot sur la figure jusqu'à finir par incarner Double Face. Même si ce serait plutôt face de sabot rouge, dans le cas présent. Bref, les parents du pauvre bibliothécaire s'étaient toujours chargé du courrier, de l'envoi, de la réception, de l'ouverture. Autant dire qu'il était totalement néophyte.

Ne voulant pas froisser la pégase, sa fin de phrase s'était ponctuée par lui, souriant maladroitement comme un enfant un peu perdu (Ce qu'il était légèrement, en fait) face à quelque chose qu'il aborderait pour la première fois (Ce qui était aussi légèrement le cas). Pour le coup, il se trouvait là, en oubliant même qu'il était au beau milieu d'un champ de bataille, que sa vie était peut-être en danger. Tout ça à cause (Ou plutôt grâce?) d'un "colis recommandé". A défaut de sortir victorieux, peut-être sortirait-il moins bête de cette bataille, finalement! Encore espérait-il que la pégase un peu timbrée soit plutôt côté timbre doux et des vacances sur la plage plutôt qu'un timbre très sérieux qui a plutôt tendance à timbrer la figure. Dans tous les cas, il ne pouvait pas se reprocher de répondre honnêtement qu'il n'avait fichtrement aucune idée de ce qu'était un recommandé. Parce qu'il pouvait y avoir des courriers non recommandés? Alors comment parvenaient-ils avant d'autres, si ils ne l'étaient pas? Et puis qu'est-ce que c'était que cette histoire?! Peut-être que son esprit aussi s'était fait la malle a cause de cet élément perturbateur. Une grève non anticipée? Un "Débrouille toi tout seul mon grand"? Peut-être un peu des deux. Un cerveau pouvait-il déjà se mettre en grève?

En contrebas se déroulait sûrement un combat, mais il fallait dire ce qui était, le colis recommandé était l'amour, le colis recommandé était la vie. Et sa vie était peut-être sur le fil, tout comme une nouvelle portion de connaissance. Bref, cette situation était des plus étranges, complètement farfelue et hors de propos de toute cette démente bataille.

Pour clarifier:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Raid Solariste] Pour La Lumière!   Mer 19 Aoû - 4:10



___Les tambours de guerres résonnent sur la plaine accompagnée de leur lot de cris et de métal s'entrechoquant, les sorts et les explosions allaient bon train et la guerre était à son apogée, de chaque côté, les deux armées redoublaient d'efforts pour écraser l'autre. La tension était presque aussi palpable que la sueur qui coulait sur le front de chacun des combattants.  Toutefois il semblait y avoir une avancée non négligeable du côté des solaristes. Les dragons pledgiens, ne semblaient pas vouloir abandonner si facilement, et à peine l'un deux était à terre que deux autres prenaient la relève.


___Du moins ce fut le cas pour un temps, l'escouade aérienne qui avait pour ordre de prêter main forte à n'importe laquelle des divisions qui semblaient en difficultés arrivèrent à la rescousse, armée des filets que les ennemis avaient tenté d'utiliser pour les retenir, les pégases et autres créatures volantes vinrent à l'aide des archers, assassins et mages postés sur la muraille. L'armée de l'air avait lesté les filets des débris qu'ils avaient trouvés sur le champ de bataille et à grand coups de battements d'ailes prirent de la hauteur afin de les lancer sur les dragons qui furent entraînés et cloués vers le sol ou les assassins se ruèrent pour en finir avec cette menace et regrimper à leur post sur les murailles, ainsi les archers pouvaient reprendre leurs ordres sans plus de difficultés.



___En contrebas à l'extérieur de la ville, l'armée adverse avait avancés et s'apprêtait à engager le combat, l'huile était maintenant proche d'eux.


-MAINTENANT.


___Un des Colonels Solaristes venait de jeter cet ordre à la cohorte de mage sur la muraille, ainsi flanquant l'armée adverse, deux murs de terres la sépara des soldats de la lumière, les mages de feu quant à eux s'affairèrent à jeter divers sorts sur l'huile qui reprit feu puis explosa au niveau de l'armée adverse, faisant s'écrouler les murs de terre. Que restaient-ils de l'armée adverse? Pour l'instant personne ne pouvait le savoir, le nuage de fumée se dissipait peu à peu alors que les solaristes s'apprêtaient à lancer une offensive sur les hypothétiques survivants. À en juger par l'explosion qui avait eu lieu, il n'y avait peut-être plus grand monde debout, mais il fallait rester vigilant, une barrière peut être rapidement érigé, pas assez pour stopper tous les dégâts, mais assez pour qu'il reste assez de soldats qui causeraient des ennuis. Perchez sur leur muraille, les archers attendaient de recouvrer la vision pour tirer, les mages quant à eux continuaient de bloquer les arrivés sur la gauche et la droite à grand renfort de murs de glaces et de terres, tandis que les assassins, toujours à couverts et dans l'ombre, guettait la moindre attaque venant de la ville. La bataille semblait tourner en leur faveur, mais il ne fallait pas crier victoire trop vite. Ils n'étaient pas à l'abri d'autres renforts ou d'autres attaques adverses.








___Laissons de côté cette guerre barbare pour en revenir à notre chère princesse. De son côté, Célestia remarquant l'inaction de Sombra avait tiré le trait de lumière qu'elle préparait pour la contre-attaque. Sa première stratégie se déroulait pour le mieux. Les deux premiers traits qu'elle avait tirés avant l'explosion déclenchée par Zénith avaient été esquivés comme elle l'avait escompté et touchés deux pans de maisons entourant  Sombra, les fragilisant. L'explosion qu'elle avait prévue – pas aussi puissante cependant- depuis qu'elle avait aperçu Zénith alors qu'elle se tenait encore en haut du clocher, avait quant à elle, continué de fragiliser ces murs, mais aussi le toit de la maison qui se tenait derrière Sombra.


___Tout semblait se dérouler parfaitement, s'il ne comptait pas bouger, c'était un choix idiot, de plus elle avait bien fait attention à ce qu'il ne se substitue pas à une ombre ou quoi que ce soit d'autres, il s'agissait bien là du vrai roi des ténèbres, qui devait sûrement être en train de bouillonner de rage de s'être fait avoir aussi bêtement par son illusion et aussi par le retournement de veste de sa plus puissante alliée. Après tout il aurait du s'en douter, il fallait être un idiot pour froisser et parler ainsi à l'un de ses meilleurs soldats. Elle avait fait quelque chose de semblable avec Zénith, mais il y avait pour raison son intervention et un pacte. De plus elle était certaine que la licorne pourrait s'en ressortir sans trop de problèmes.  Au combien même, le combat l'opposant à Reverse Song aurait eu lieu maintenant et aurait risqué de blesser d'autres civils. Ce n'est que retarder l'inévitable en sauvant peut-être plusieurs centaines de vies, si c'était un risque à prendre, elle le prendrait.


___Cachant l'inquiétude qui l'habitait quant au sort de la jeune Zénith et se demandant toujours si elle avait fait le bon choix, la Princesse essaya de se reconcentrer. Toutefois comment le pouvait-elle? Elle avait fait tellement d'erreurs, en était-ce une de plus? Tout comme le fait d'avoir attaqué cette ville? Pourrait-elle réellement obtenir la paix? Pouvait-elle croire Reverse Song? Tous ces civils blessés ou morts par sa faute... étaient-ils des victimes nécessaires. Tant de questions et de doutes qui s’immiscèrent dans son esprit. Alors que le trait qu'elle avait tiré précédemment atteignait sa cible, la dirigeante reprit en concentration. Son sort de lumière heurta de plein fouet la maison derrière Sombra ce qui finit de fragiliser le toit de cette dernière, mais aussi par le choc de l'éboulement firent s’effondrer les toits des deux maisons sur ses côtés déjà éméchés par l'explosion et ses attaques précédentes.


___Les débris tombaient droit sur le roi des ténèbres qu'elle avait gardé à l’œil, lui coupant une retraite vers l'arrière et les côtés, mais aussi vers le haut ou le bas étant donnés que les gravas tombaient. Ne lui restait comme ouverture que le devant, toutefois, elle ne comptait pas le laisser faire si facilement. A peine avait-elle tiré le premier trait qu'elle avait préparé une deuxième attaque, plus large, mais moins puissante. Ainsi, il n'avait aucun moyen d'éviter la technique qui prenait presque toute la largeur de sa porte de sortie. Ce sort bien que moins puissant, devrait tout de même blesser suffisamment le roi des ombres – et être à même de percer une muraille d'os, les sorts de lumières ayant l'ascendant sur les invocations des ténèbres- pour offrir à la princesse un avantage non négligeable. Se posant à terre, l'alicorne se déplaça un peu de côté, dos à une maison de sorte à ce qu'aucun adversaire ne la prenne par derrière, elle s'attendait à une contre-attaque, à moins que son sort ait plus d'effet qu'escompter sur le roi des ténèbres.

Pour clarifier:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Raid Solariste] Pour La Lumière!   Mer 19 Aoû - 8:44

Ainsi Sombra demeurait aux aguets, il attendait de voir la tournure que prenaient les choses et réfléchissait attentivement à chacune de ses actions, pesant le pour et le contre et évaluant autant les opportunités qui s’offraient à lui que les risques auxquels il s’exposait en profitant de ces opportunités. Il évita non sans mal les deux rayons lumineux que lui envoya Célestia et se plaça en retrait afin d’élaborer un semblant de stratégie.

Après que Reverse Song ait quitté les lieux où il affrontait la Princesse du Soleil, suivie de la licorne blanche de la faction solariste, il amoindrit le degré d’attention qu’il leur portait afin de pouvoir se concentrer sur son ennemie avant tout. Il entendit néanmoins ses paroles et put, dans le chaos de la bataille, en discerner quelques-unes.

Un autre dirigeant se serait probablement offusqué d’un tel comportement de la part de l’un de ses minions, mais ce ne fut pas son cas. La seule chose qui importait franchement à ses yeux était la victoire et l’échec de l’annexion de Detrot par l’empire solariste. Si le prix à payer pour cela était celui du sang et de la trahison, il était prêt à le payer.

Il ne blâmait nullement Reverse Song, car à ses yeux elle faisait ce qu’elle estimait devoir faire pour protéger sa nation et jamais il ne lui reprocherait d’avoir agi ainsi. En vérité il se moquait éperdument de conserver le pouvoir ou non. La seule chose qui lui importait vraiment soit que sa nation lui survive, peu lui importait comment et à quel prix. A sa manière, il agissait comme un véritable roi en faisant passer l’avenir de sa nation avant le sien propre.

Soudain, sans qu’il comprenne exactement pourquoi, une terrible réaction d’explosions en chaine se produisit tout autour de lui. Puisqu’il était trop tard pour qu’il puisse envisager une esquive, il se contenta de dresser autour de lui une barrière de protection magique, comme un champ de force qui repousserait une bonne partie des attaques.

Mais avant qu’il ait pu le mettre en place certaines des explosions l’avaient touché. La plus conséquente l’avait atteint au niveau de l’épaule droite, laquelle était entaillée et partiellement brûlée. Deux autres, de moindre importance, l’avaient atteint au flanc et à l’épaule gauche en causant de légers dégâts. Dégâts dont il devait néanmoins tenir compte dans ses prochaines manœuvres afin qu’elles puissent être efficaces.

Il ne prit pas la peine de répondre à Célestia. Le temps des mots était révolu, maintenant seules les actions comptaient. Aussi il garda le silence, étudiant les mouvements de l’alicorne solaire et cherchant un angle d’attaque qui lui permettrait de frapper à la fois juste et fort.

Les tambours résonnaient à Détrot et dans les alentours, comme toujours accompagnés des cris et du son des lames de métal qui s'entrechoquaient. Les sorts fusaient d’un côté à l’autre et les explosions allaient bon train, cette bataille était arrivée à son paroxysme. L’air était lourd de tension mais Sombra ne s’y trompait guère, tout cela était encore loin d’être terminé. Il désactiva son champ de protection et dégaina son épée de cristal, l’enveloppant d’une gangue de ténèbres qui sans en augmenter le tranchant la rendait plus résistante.

La chute de débris derrière lui, à sa gauche et à sa droite lui coupaient toute retraite mais qu’importe, la seule chose qui l’intéressait était droit devant lui. Il vit parfaitement le sort de Célestia et put en évaluer partiellement la puissance. Il était plus faible que les précédents, mais il était néanmoins bien assez puissant pour lui causer des dégâts supplémentaires. Il bondit, lame au clair, sur Célestia. Il avait auparavant prit la précaution de se protéger la tête et l’encolure par la magie afin d’éviter un choc trop important à ces endroits-là. Il ne pourrait pas s’en sortir sans le moindre dégât, mais il pouvait les limiter et cela était amplement suffisant pour ce qu’il prévoyait de faire.

Avant d’être touché par le sort et que la douleur ne fausse tous ses sens, Sombra vit l'alicorne se poser et faire quelques pas de côté, se plaçant contre une maison afin que nul ne puisse la prendre à revers. Quand il put à nouveau discerner ce qui l’entourait, il mobilisa ses cinq sens afin de pouvoir localiser Célestia et agir. Depuis le début de leur rencontre il était resté dans l’expectative, réfléchissant à un plan et à une stratégie qui lui permettrait de sortir victorieux de cette passe d’armes avec la Princesse du Soleil.

Une fois qu’il l’eut localisée, il se rendit devant elle après avoir reformé la gangue de ténèbres autour de son épée. Il allait à présent passer à l’action, et cette sale gamine comprendrait dans le sang et les larmes qu’elle avait eu tort d’attaquer aujourd’hui et de le provoquer ainsi.

Il frappa frénétiquement plusieurs coups dans sa direction, sans vraiment chercher à l’atteindre. Les coups destinés à la blesser viendraient plus tard, ceux-ci étaient uniquement destinés à la contraindre à l'action, la forcer à lui faire face directement. S’il avait cherché par ces coups à la blesser, il y aurait mis bien plus de force et de violence que cela.

Il stoppa ses coups rapides et se replaça au centre de la zone de combat. Certes son corps était à présent bien abîmé, mais sa volonté demeurait intact tout comme la rage qu’il éprouvait à l’encontre de cette petite imbécile si bien née. Lui n’avait pas été pauvre, mais il n’avait pas hérité d’une couronne.

Celle qu’il portait il s’en était emparé, et c’est là la véritable nature de cette chose qui a fasciné et continue de fasciner tant de poneys : le pouvoir. Ce que bien peu comprennent ou veulent comprendre c’est que le pouvoir ne se donne pas et ne se transmet pas des parents aux enfants, il se prend par la force et il se garde par une habile combinaison de ruse, de force et de sagesse.

Le prix du pouvoir c’est la compagnie de la mort et l’éternité dans une vie. Et le jour où on le quitte, on commence à construire son mythe. Le pouvoir brûle dans le cœur de celui qui l’exerce, le pouvoir le rend fou, le pouvoir il s'y cramponne et quand il l’abandonne, il en meurt. Telle est la tragédie, ou plutôt la fatalité, de cette chose que tous désirent et craignent en même temps.

Il se reconcentra sur le combat et, accumulant de l’énergie au bout de sa corne, il chercha à localiser Célestia afin de faire mouche. Quand il eut verrouillé sa cible, il commença à la canarder d'une part pour la forcer à se concentrer exclusivement sur lui, et d'autre part pour qu'elle se fatigue plus rapidement que d'ordinaire, lui offrant ainsi davantage d'opportunités de lui porter des coups critiques. Ce n’était plus qu’une question de temps avant qu’elle soit obligée de venir croiser le fer avec lui, elle ne pourrait plus se contenter d'assauts épisodiques et devrait se jeter à corps perdu dans l'affrontement.

Il n’attendait que cela depuis le début de leur affrontement : un combat entre dirigent, un face-à-face sans merci dans lequel l’un dominerait l’autre, et ou l’un ou l’autre serait impitoyablement brisé. Il était une arme constituée de chair, de sang et d’os, une vie qui n’était pas faite de guerre et de carnage n’avait à ses yeux aucun sens et aucun intérêt. Il n’était vraiment « à sa place » que sur un champ de bataille.

___________________________________________

1243 mots selon Word.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [Raid Solariste] Pour La Lumière!   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Raid Solariste] Pour La Lumière!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Raid Solariste] Pour La Lumière!
» Un sourire démoniaque pour une lumière divine : Lakusas Dreyar
» Dieu a dit "Que la lumière soit!" Et la lumière fut. Mais comme je ne suis pas Dieu, il fait toujours noir dans ma chambre
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» SOS POUR NOUNOURS Border Collié (57) Sarrebourg

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Monde :: Terres Sombres :: Detrot-
Sauter vers: